La langue française

Huissier

Sommaire

  • Définitions du mot huissier
  • Étymologie de « huissier »
  • Phonétique de « huissier »
  • Citations contenant le mot « huissier »
  • Traductions du mot « huissier »
  • Synonymes de « huissier »

Définitions du mot « huissier »

Trésor de la Langue Française informatisé

HUISSIER, subst. masc.

A. − Littér. [N'est empl. que p. arch. ou plaisant.] Gardien d'une porte, d'une entrée. À monsieur Saint Pierre, honorable huissier et guichetier patenté du paradis (Hugo, L. Borgia,1833, III, I, p. 162).Le Hadjeb [chambellan] de l'Empire, huissier du seuil auguste (Leconte de Lisle, Poèmes trag.,1886, p. 4).
B. −
1. Officier ayant la charge (honorifique) d'ouvrir et de fermer une porte. Huissier de la chambre du roi. La fille de l'huissier du cabinet du roi trouva peu convenable de venir à l'atelier d'un peintre dont les opinions avaient une teinte de patriotisme ou de bonapartisme (Balzac, Vendetta,1830, p. 170).Il [Velasquez] fut peintre du roi, huissier de chambre, maréchal des logis, chevalier de Santiago (Gautier, Guide Louvre,1872, p. 264).
2. Domestique, employé chargé d'accueillir, d'annoncer et d'introduire les visiteurs. Huissier en habit noir, à chaîne. L'huissier (qu'on appelait dans ce temps-là « l'aboyeur ») de Mmede Guermantes (Proust, Sodome,1922, p. 634) :
1. L'argent y avait un étalage étudié, la fortune une mise en scène savante. L'opulence y visait à l'humiliation des autres par tous les moyens d'intimidation (...), par la grande mine impertinente des laquais, par l'huissier à chaîne d'argent planté dans l'antichambre... Goncourt, R. Mauperin,1864, p. 116.
3. Employé préposé au service de certains corps, de certaines assemblées. Les huissiers de l'Assemblée nationale. Synon. appariteur.Toute personne qui donne des marques d'approbation ou d'improbation est sur-le-champ exclue des tribunes par les huissiers chargés d'y maintenir l'ordre (Règlement Ass. nat.,1849, p. 37).Chaque séance est ouverte avec le même cérémonial traditionnel. Le président, précédé de deux huissiers et suivi par les secrétaires, avance en procession de sa résidence à la salle des séances (Lidderdale, Parlement fr.,1954, p. 122).
C. − DROIT. Officier ministériel ayant pour charge de constater des faits, de signifier les actes de procédure et de mettre à exécution les décisions de justice et les actes authentiques ayant force exécutoire (d'apr. Cap. 1936 et Admin. 1972). Assignation, constat, saisie, sommation d'huissier; signifier (qqc.) par huissier, par ministère d'huissier. Le déni de justice sera constaté par deux réquisitions faites aux juges en la personne des greffiers (...) : tout huissier requis sera tenu de faire ces réquisitions, à peine d'interdiction (Code civil,1804, art. 507, p. 414).Le mandat de l'huissier poursuivant expire aux limites de sa juridiction (...). L'huissier n'y a pas le droit [en province], comme à Paris, de pénétrer dans une maison tierce pour y venir saisir le débiteur (Balzac, Illus. perdues,1843, p. 623).
[L'huissier représente la justice, les poursuites judiciaires] Menacer qqn des huissiers. Je me rendis chez la princesse, bien décidé à exiger un remboursement immédiat et à lui envoyer les huissiers si elle ne s'exécutait pas de bonne grâce (Reybaud, J. Paturot,1842, p. 408).Venez avec l'huissier, amenez les gendarmes, comme nous avons fait, nous autres. − L'huissier et les gendarmes, on les envoie chier! Il n'y a que les crapules qui ont besoin d'eux. Quand on est honnête, on règle ses comptes soi-même (Zola, Terre,1887, p. 478) :
2. Où allez-vous donc? mais votre créancier vous adore. − Eh! ne voyez-vous pas que, s'il commence à me louer, c'est qu'il est sûr de récupérer son argent; et s'il est sûr de me délivrer de la dette, c'est qu'il va m'envoyer les huissiers. Je cours chez mes amis chercher un créancier moins dur et qui paiera celui-ci. Jacob, Cornet dés,1923, p. 40.
Huissier audiencier. ,,Huissier qui introduit le tribunal dans la salle d'audience, fait l'appel des causes et assure la police de l'audience`` (Cap. 1936). [Les] procès-verbaux des refus ou retardemens seront (...) dressés sur-le-champ, soit par un juge de paix, soit par un huissier audiencier du tribunal, soit par un autre huissier (Code civil,1804, art. 2199, p. 403).
P. ell. L'avocat passa les factures à l'huissier, qui les porta sur le bureau du président (Champfl., Bourgeois Molinch.,1855, p. 215).
Huissier priseur. ,,Huissier ayant le droit de faire des ventes publiques de meubles`` (Cap. 1936). Les deux coquins s'entendaient et (...) ils avaient imaginé cette vente aux enchères, par le ministère d'un huissier priseur, pour faire monter à un prix immodéré, sans qu'on pût le leur reprocher, le manuscrit dont je souhaitais la possession (A. France, Bonnard,1881, p. 329).V. criée exemple.
Vx. Huissier à verges. Sergent royal au Châtelet. C'était quelque huissier à verge qui avait l'honneur de signifier un exploit au sieur Paul Scarron (A. France, Génie lat.,1909, p. 39).
Prononc. et Orth. : [ɥisje]. V. huis clos, s.v. huis prononc. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. Ca 1140 ussier « gardien de l'huis » (Gaimar, Estoire des Engleis, éd. A. Bell, 5982); 1160-74 (Wace, Rou, éd. A.J. Holden, III, 807; Li chamberlenc e li ussier Furent tuit noble chevalier); 1320, déc. spéc. dans une Cour de justice huissiers de parlement (ds Isambert, Rec. gén. anc. lois fr., t. 3, p. 257); 1538 « officier de justice » (Est. ds FEW t. 7, p. 438b). B. 1260 « fabricant de portes » (E. Boileau, Métiers, 1ep., XLVII, rubr. Lespinasse et Bonnardot ds Gdf.). C. 1188 « grand vaisseau de transport ayant une porte à sa poupe » (Aimon de Varennes, Florimont, éd. A. Hilka, 11854). Dér. de huis*; suff. -ier*; cf. lat. class. ostiarius « portier, concierge », « portier (dernier des ordres mineurs) » dans la lang. eccl.; « portier, officier de ménage; huissier, dignitaire aulique (cour pontificale, impériale, royale) » à l'époque médiévale. Fréq. abs. littér. : 2 974. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 579, b) 2 064; xxes. : a) 1 759, b) 876. Bbg. Boel (E.). Le Genre des n. désignant les professions. R. rom. 1976, t. 11, pp. 37-38. - Quem. DDL t. 11, 12.

Wiktionnaire

Nom commun

huissier \ɥi.sje\ masculin (pour une femme on dit : huissière)

  1. Officier qui se tient dans l’antichambre des ministres, des hauts fonctionnaires, etc., pour introduire les personnes qu’ils reçoivent.
    • A ce moment, la deuxième de ces trois portes que nous venons de signaler s'ouvrit, un huissier parut et prononça : "Monseigneur le maréchal, marquis d'Ancre, attend M. Adhémar de Trémazenc, chevalier de Capestang." — (Michel Zévaco, Le Capitan, 1906, Arthème Fayard, coll. « Le Livre populaire » no 31, 1907)
    • Il ne restait plus à Swann qu’à pénétrer dans la salle du concert dont un huissier chargé de chaînes lui ouvrit la porte, en s’inclinant, comme il lui aurait remis les clefs d’une ville. — (Marcel Proust, Un amour de Swann, 1913, réédition Le Livre de Poche, page 179)
    • Une monumentale porte de céramacier s’ouvrit devant lui, et un huissier luxueusement vêtu annonça son arrivée : […]. — (Jean-Christophe Chaumette, Le Neuvième Cercle, vol. 3 : La Porte des Ténèbres, éd. Voy’el, 2011, page 107)
  2. (Histoire) Officier dont la charge était d’ouvrir et de fermer la porte du cabinet du roi, de la reine et des princes.
    • … seul de tous les hommes, La Brière, […], se leva comme si quelqu’huissier eût crié : La Reine ! — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
  3. (Par analogie) Gens préposés pour faire le service des séances de certains corps, de certaines assemblées délibérantes.
    • Les huissiers du Sénat, de la Chambre des députés. - Les huissiers de l’Institut.
  4. Officier public principalement chargé de signifier les actes de justice, de mettre à exécution les jugements, etc., et dont plusieurs font le service des audiences du tribunal auquel ils appartiennent.
    • Ces sortes d'affaires s'instruisent sans huissiers ni défenseurs. Le ministère de ceux-ci est déclaré n'être pas obligatoire, et le surcroît de frais qu'il eût occasionné être irrépétible. — (Revue pratique de droit français: jurisprudence, doctrine, législation, dirigée par A. Marescq & E. Dujardin, tome 28, 1880, page 208)
    • Les squats gênent le pouvoir et celui-ci a créé sur Lyon une nouvelle race d’huissier qui se la joue bakeux et juge en même temps. — (« Expulsion du squat le Kajibi à Lyon », le 15 avril 2014, sur le site de Rebellyon info (https:/rebellyon.info))
    • Elle rétorque que Poney Express […] aura surtout besoin d'experts en coutumes locales. Il faut savoir parler le wesh et accompagner benoîtement des médecins jusque chez leurs patients. D'autres professions figurent sur le business plan, mais pas les huissiers, pour l'instant. — (Yves Bourdillon, Souriez, vous êtes ruiné, Editions du Rocher 2016, page 447)
  5. (Spécialement) Personne dont la fonction est de signifier et faire exécuter les obligations de dettes.
    • … qu’on se rappelle les nécessités terribles, les terribles échéances où chaque fin de mois l’accule ; l’huissier à ses trousses, sa mère qui le harcèle, l’avenir engagé. — (Octave Mirbeau La Mort de Balzac, 1907)
    • […] et si tu me rembourses pas les cinq cents francs que je t’ai prêtés pour acheter ta vache, je te fous l’huissier dans les pattes. Je te dis pas ça pour te menacer, au contraire : mais tu comprends ! — (Louis Pergaud, Deux Électeurs sérieux, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • L'huissier purge l'endetté. — (Philippe Delaroche, Caïn et Abel avaient un frère, Éditions de l'Olivier / Le Seuil, 2000, page 253)

Verbe

huissier \Prononciation ?\ intransitif (voir la conjugaison)

  1. Variante de huchier.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

HUISSIER. n. m.
Officier qui se tient dans l'antichambre des ministres, des hauts fonctionnaires, etc., pour introduire les personnes qu'ils reçoivent. Huissier au ministère de l'Intérieur, de la Justice, etc. Se faire annoncer par l'huissier. Il désignait autrefois l'Officier dont la charge était d'ouvrir et de fermer la porte du cabinet du Roi, de la Reine et des princes. Il se dit pareillement des Gens préposés pour faire le service des séances de certains corps, de certaines assemblées délibérantes. Les huissiers du Sénat, de la Chambre des députés. Les huissiers de l'Institut. Il se dit encore des Officiers publics qui sont principalement chargés de signifier les actes de justice, de mettre à exécution les jugements, etc., et dont plusieurs font le service des audiences du tribunal auquel ils appartiennent. Huissier de la Cour des Comptes, de la Cour de Cassation. Huissier près la Cour d'appel, près le tribunal de première instance de Paris. Un acte signifié par huissier, par ministère d'huissier. Un huissier vint faire la saisie de ses meubles. Huissier audiencier, L'huissier qui appelle les causes.

Littré (1872-1877)

HUISSIER (ui-sié ; l'r ne se lie jamais ; au pluriel, l's se lie : des ui-sié-z actifs) s. m.
  • 1Officier dont la principale charge est d'ouvrir et de fermer une porte. Huissier du cabinet. Huissier de la chambre. Huissier de l'antichambre. Huissier de salle.

    Huissier de la chambre du roi, officier qui entrait dans la chambre du roi peu après que le roi était levé, et qui, tenant la porte jusqu'à ce que le roi eût pris la chemise, laissait ensuite entrer.

  • 2Ceux qui se tiennent dans l'antichambre des ministres, des hauts fonctionnaires, etc. et qui introduisent les personnes admises à l'audience. Huissier au ministère de l'intérieur.
  • 3Gens préposés pour le service de certains corps. Les huissiers du Corps législatif. Les huissiers de l'Institut. Valet souple au logis, fier huissier à l'église, Boileau, Lutr. IV.
  • 4Officiers de justice chargés de signifier les actes de procédure, et de mettre à exécution les jugements, etc. et dont plusieurs font le service des audiences du tribunal auquel ils appartiennent. Huissier au parlement. Huissier près la cour royale. L'huissier qui appelle les causes. Un sergent ! un sergent ! - Un huissier ! un huissier ! Racine, Plaid. I, 8.

    Huissier audiencier, huissier près le tribunal de première instance.

    Huissiers à verge, se disait autrefois des sergents royaux reçus au Châtelet. Je m'appelle Loyal, natif de Normandie, Et suis huissier à verge en dépit de l'envie, Molière, Tart. V, 4.

    Huissiers à cheval, ceux qui avaient coutume d'exploiter à la campagne. Mon père était huissier, Mais huissier à cheval ; c'est comme chevalier, Regnard, Joueur, V, 4.

    Huissiers à la chaîne, officiers qui portaient au cou une chaîne d'or avec la médaille du roi, et qui faisaient exécuter les arrêts du conseil.

  • 5Autrefois, huissier visiteur, petit officier établi pour faire la visite des vaisseaux marchands, soit à la sortie, soit à l'entrée des ports.
  • 6Avant l'établissement des commissaires-priseurs, il y avait des huissiers-priseurs.
  • 7Huissière, au féminin, s'est dit figurément pour portière. Deux portes sont au cœur ; chacune a sa valvule ; Le sang, source de vie, est par l'une introduit ; L'autre huissière permet qu'il sorte et qu'il circule, La Fontaine, Quinquina, I.

HISTORIQUE

XIIe s. Ussier le rei esteit, e fu bien coneüz ; Ne li furent les portes ne nul des uis tenuz ; Car pur le rei esteit e dutez e cremuz, Th. le mart. 153.

XIIIe s. …Et monta amont, ses huissiers devant lui, comme grant sires, Chr. de Rains, p. 170. C'est à savoir charpentiers, huichiers, huissiers, tonneliers, charrons, couvreurs de mesons et toutes manieres d'autres ouvriers qui euvrent du trenchant en merrien, Liv. des mét. 104. Quand les huissiers veoient venir la royne [mère] en la chambre le roy son filz [Louis IX], il batoient les huis de leur verges, Joinville, 323.

XVe s. Et fut huissier d'armes du roi de France et en grand honneur de-lez le roi, Froissart, I, I, 324.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

HUISSIER, s. m. (Jurisprud.) est un ministre de la justice, qui fait tous les exploits nécessaires pour contraindre les parties, tant en jugement, que dehors, & qui met à exécution les jugemens & toutes commissions émanées du juge.

Les huissiers ont été ainsi nommés, parce que ce sont eux qui gardent l’huis ou porte du tribunal ; le principal objet de cette fonction est de tenir la porte close, lorsque l’on délibere au tribunal, & d’empêcher qu’aucun étranger n’y entre sans permission du juge ; d’empêcher même que l’on écoute auprès de la porte les délibérations de la compagnie qui doivent être secrettes ; de faire entrer ceux qui sont mandés au tribunal, & d’en faire sortir ceux qui y causent du trouble.

Ceux qui faisoient la fonction d’huissiers & de sergens chez les Romains, étoient appellés apparitores, cohortales, executores, statores, cornicularii, officiales.

En France, on les appelloit tous anciennement servientes, d’où l’on a fait en françois sergent. On les appelloit aussi indifféremment bedels ou bedeaux, ce qui dans cette occasion signifioit semonceur public.

Dans la suite on distingua entre les sergens ceux qui étoient de service dans le tribunal.

Ceux qui faisoient le service au parlement, sont appellés, dans un registre de l’an 1317, valeti curiæ, & dans des lettres du 2 Janvier 1365, le roi les appelle nos amés varlets. On sait que le terme de varlet ou valet ne signifioit pas alors une fonction vile & abjecte, tel que celle d’un domestique, puisque les plus grands vassaux se qualifioient valets ou varlets de leur seigneur dominant ; les places d’huissier au parlement s’achetoient déja à cause des gages qui y étoient attachés.

Le nom d’huissier fut donné, comme on l’a dit, à ceux qui étoient chargés de la garde des portes du tribunal ; on en trouve un exemple, pour les huissiers du parlement, dans un mandement de l’an 1388 adressé primo parlementi nostri hostiario seu servienti nostro.

La plûpart des sergens ayant ambitionné le titre d’huissier, quoiqu’ils ne fissent point de service auprès du juge, on a appellé huissiers audienciers ceux qui sont de service à l’audience, pour les distinguer des autres huissiers ou sergens.

Il étoit défendu aux huissiers même du parlement de se qualifier de maîtres. Ce titre étoit alors réservé aux magistrats ; mais depuis que ceux-ci se sont fait appeller monsieur, les huissiers se sont attribué le titre de maître.

Ils doivent marcher devant le tribunal, lorsqu’il est en corps ou par députés, & aussi devant les premiers officiers lorsqu’ils entrent au siége ou qu’ils en sortent, afin de leur faire porter honneur & respect, & pour empêcher qu’on ne les arrête dans leur passage ; c’est pourquoi ils frappent de leur baguette afin de faire faire place.

C’est un des huissiers qui appelle les causes à l’audience sur les placets, ou sur un rôle ou mémoire. Ils sont couverts en faisant cette fonction. Les anciennes ordonnances leur défendent de rien prendre ou exiger des parties pour appeller leurs causes.

Les autres huissiers du même siége gardent les portes de l’auditoire & l’entrée du parquet. D’autres sont chargés particulierement de faire faire silence & de faire sortir ceux qui font du bruit dans l’audience, ou qui n’y viennent pas en habit décent ; ils ont même le droit d’emprisonner ceux qui causent du trouble dans l’audience.

Ces huissiers font toutes significations, saisies & exécutions, & autres contraintes, chacun dans leur ressort. Quelques-uns ont, par le titre de leur office, le pouvoir d’exploiter par tout le royaume ; d’autres seulement dans le ressort du tribunal auquel ils sont attachés.

Lorsqu’on fait rébellion contre eux, ils doivent en dresser leur procès verbal ; c’est une affaire grave d’insulter le moindre huissier dans ses fonctions, parce que l’injure est censée faite à la justice même dont il est le ministre.

François I. ayant appris qu’un de ses huissiers avoit été maltraité, il se mit un bras en écharpe, voulant marquer par là qu’il regardoit ce traitement fait à cet huissier, comme s’il l’avoit reçu lui-même, & que la justice étoit blessée en la personne d’un de ses membres.

Jourdain de Lille, fameux par ses brigandages sous Charles IV, fut pendu en 1322, pour avoir tué un huissier qui l’ajournoit au parlement.

Edouard II. comte de Beaujeu, fut decreté de prise-de-corps & emprisonné à la consiergerie, pour avoir fait jetter par la fenêtre un huissier qui lui vint signifier un decret ; il fut même obligé, pour obtenir sa liberté, de céder ses états à Louis II. duc de Bourbon.

Le prince de Galle en 1367 ayant empêché un huissier qui venoit pour l’ajourner, de faire son ministere, il fut déclaré contumax & rébelle par le parlement, & les terres que son pere & lui tenoient en Aquitaine, furent déclarées confisquées.

La Rocheflavin rapporte aussi que le duc de Lorraine, comme sujet & hommager du roi, à cause du duché de Bar ressortissant au parlement de Paris, fut condamné à demander pardon au roi pour avoir empêché un huissier de lui faire une signification dans ses états, & d’avoir fait trainer les pannonceaux du roi à la queue de ses chevaux.

Anciennement les huissiers assignoient verbalement les parties, & ensuite en faisoient leur rapport au juge en ces termes : à vous monseigneur le bailly… mon très-douté ou redouté seigneur, monseigneur plaise vous savoir que le… j’ai entimé un tel a comparoitre, &c. Ce rapport s’appelloit relatio. L’hussier ne signoit pas, il mettoit seulement son sceau ; mais depuis les ordonnances ont obligé tous les huissiers & sergens de savoir lire & écrire, & de donner tous leurs exploits par écrit.

L’ordonnance de Moulins, art. 21, porte que les huissiers ou sergens exploitans en leur ressort porteront en leur main une verge de laquelle ils toucheront ceux auxquels ils auront charge de faire exploits de justice. Cette verge étoit pour les faire reconnoître ; ils portoient aussi sur eux, pour le même objet, des écussons aux armes de France, mais tout cela ne s’observe plus.

Ils peuvent porter sur eux des armes pour la sûreté de leur personne, & se faire assister de main-forte afin que la force demeure à justice.

Les exploits des huissiers font foi pour eux-mêmes, pour ce qui est de leur ministere ; il y a néanmoins certains exploits où les huissiers sont obligés de se faire assister de deux records, ou qu’ils doivent faire parapher par le juge. Voyez Ajournement & Exploit.

On dit communément qu’à mal exploiter point de garant, c’est-à-dire que les huissiers & sergens ne sont pas garans de la validité des exploits ; ils sont néanmoins responsables des nullités d’ordonnance & de coutume qui peuvent emporter la déchéance de la demande, comme le défaut d’offres en matieres de retrait lignager. (A)

Huissiers d’armes ou Sergens d’armes, étoient ceux qui avoient la garde de la personne du roi, & qui portoient le jour la masse devant lui. Voyez Sergent d’armes. (A)

Huissier audiencier est celui qui est établi sous ce titre pour servir particulierement à l’audience. (A)

Huissier de la Chaine ; on donne ce surnom aux Huissiers du conseil & à ceux de la grande chancelerie, parce qu’ils portent une chaîne d’or à leur cou. Voyez au mot Conseil du roi ce qui est dit des Huissiers. (A)

Huissiers à cheval sont ceux qui ont été établis au Châtelet de Paris, pour exploiter dans toute l’étendue du royaume ; on les qualifioit quelquefois de chevaliers à cause qu’ils vont à cheval. (A)

Huissier fieffé est celui qui tient son office en fief. Vers le commencement de la troisieme race, on donna en fief la plûpart des offices, & jusqu’aux sergenteries : il y en a encore plusieurs offices d’huissiers qui ont conservé le titre de fieffés, quoiqu’ils ne soient plus tenus en fief ; tels sont les quatre sergens ou huissiers fieffés du Châtelet de Paris, lesquels sont du nombre des huissiers priseurs. (A)

Premier Huissier n’est pas le doyen des huissiers du tribunal, mais celui auquel par la création de son office, le titre & les fonctions de premier huissier ont été attribués ; c’est lui qui reçoit directement les ordres du tribunal, & qui les transmet aux autres huissiers pour les faire exécuter : les premiers huissiers des cours & autres tribunaux ont chacun différens priviléges, qui sont remarqués en parlant de ces tribunaux. Voyez Parlement, Chambre des Comptes, Cour des Aides, &c. (A)

Huissier Priseur est celui qui est commis pour faire l’appréciation des meubles. Henri II. par l’édit de Février 1556, créa des offices de priseurs vendeurs des biens, meubles ; mais ces offices n’ayant pas été vendus, leur fonction fut unie par édit du mois de Mars 1576 à celle des huissiers & ses gens qui voudroient financer pour les acquérir, ce qui fut encore mal exécuté ; cependant depuis ce tems, tous les huissiers s’ingérerent de faire les prisées ; l’édit de Février 1697 desunit ces fonctions de celles de sergens à verge du Chatelet de Paris, & les attribua à 120 d’entr’eux seulement : on fit la même chose pour les autres siéges royaux par l’édit du mois d’Octobre 1696, sur quoi il faut voir la déclaration du 12 Mars 1697, & les arrêts du conseil des 4 Août 1699, 5 Août 1704, 19 Janv. & 15 Mai 1745. (A)

Huissiers de la Chambre du Roi, (Histoire de France.) ce corps compose de seize officiers est un des plus anciens de la maison du roi, dont il formoit autrefois la garde intérieure. Ils étoient alors armés de massues, & couchoient dans les appartemens qui servoient d’avenues à la chambre du roi.

A présent ils servent l’épée au côté sous les ordres de Mrs les premiers gentilshommes de la chambre, auxquels ils répondent de ceux qui approchent la personne du roi lorsqu’il est dans son intérieur. C’est entre leurs mains qu’ils prêtent le serment de fidélité ; c’est d’eux qu’ils reçoivent leurs certificats de service.

Aussi-tôt que la chambre est appellée pour le lever du roi, ils prennent la garde des portes, & ne laissent entrer en ce moment que ceux qui par droit de charge ou grace de sa majesté ont l’entrée de la chambre. Ils distinguent ensuite les plus qualifiés des seigneurs qui se sont nommés à la porte, les annoncent au premier gentilhomme, & les introduisent au petit lever. Au moment où le roi a pris sa chemise, que l’on appelle le grand lever, ainsi que dans le cours de la journée, ils laissent entrer dans la chambre toutes les personnes dont ils peuvent répondre.

Le soir, quand le roi doit tenir conseil ou travailler dans sa chambre, l’huissier en avertit les ministres de la part de sa majesté, & tient les portes fermées jusqu’à ce que le conseil ou travail soit levé.

Au moment où le roi prend ses pantoufles, que l’on appelle le petit coucher, l’huissier fait passer les courtisans qui n’ont ni la familiere, ni la grande, ni la premiere entrée.

Aux fêtes annuelles, dévotions, te Deum, lits de justice, baptêmes & mariages, ainsi qu’à toutes les céremonies de l’ordre du Saint-Esprit, deux huissiers portent chacun une masse immédiatement devant sa majesté, de même qu’au sacre des rois, où ils marchent aux deux côtés du connétable, habillés de satin blanc avec pourpoint, haut-de-chausse, manches tailladées, manteau & toque de velours. Ils ont part aux sermens prêtés entre les mains du roi ; & aux premieres entrées que sa majesté fait dans les villes de son royaume ou dans celles de nouvelles conquêtes, il leur est dû un marc d’or ou sa valeur en argent payable par les officiers de ville.

Lorsqu’il y a des fêtes à la cour, ou que le roi honore l’hôtel-de-ville de sa présence, les huissiers tiennent les portes de la piece qu’occupe sa majesté, & y placent les personnes connues conjointement avec les intendans des menus-plaisirs sous les ordres du premier gentilhomme de la chambre.

Ils ont l’honneur de servir les enfans de France dès le berceau. Dans l’intérieur, ils répondent à madame la gouvernante, & lui annoncent les personnes qu’ils introduisent ; & soit aux promenades, soit dans les appartemens extérieurs, en qualité d’écuyers ils donnent la main aux princes jusqu’à sept ans, & aux princesses de France jusqu’à douze. Ils ont bouche à cour à la table des maîtres pendant leur quartier auprès du roi.

Les prérogatives attachées aux huissiers de la chambre, le titre d’écuyer, qui leur est accordé depuis près de 200 ans, ainsi que l’honneur d’être commis dans l’intérieur à la garde de sa majesté, ont fait que cette charge a été exercée sous Louis XIV. par des colonels & capitaines de vaisseaux de roi.

Les anciens états de la France certifient ce dernier article, & font foi des droits dont jouissent les huissiers de la chambre : on y trouvera la date des ordonnances de nos rois, qui leur ont accordé des privileges.

Huissier-Visiteur, (Commerce & Marine.) on appelle aussi dans les sieges des jurisdictions maritimes de petits officiers quelquefois en titre d’office, & quelquefois seulement commis par les juges de marine pour faire la visite des vaisseaux marchands, soit en entrant dans les ports, soit en sortant. Outre cette visite, dont ils doivent tenir des procès-verbaux exacts aussi bien que de l’arrivée ou du départ des vaisseaux, leurs fonctions sont de s’opposer au transport des marchandises de contrebande & déprédées, & d’empêcher les maîtres de navires de faire voile sans congé. Dict. de Commerce.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « huissier »

 Dérivé de huis (« porte ») avec le suffixe -ier. La fonction de l’huissier est d’ouvrir et de fermer les portes.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Génev. hussier ; wallon, ouhî ; namur. uchîr ; bourguig. huchier, hussié ; Berry, hussier ; du lat. ostiarius, portier, de ostium, huis. L'huissier est primitivement ou bien un fabricant d'huis, ou bien un gardien d'huis ; puis le gardien des huis des tribunaux est devenu un officier de justice.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « huissier »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
huissier µisje

Citations contenant le mot « huissier »

  • " On dit " et " peut-être " sont les deux huissiers de la médisance. De Honoré de Balzac
  • Alors qu’il devait assister au match des Verts contre Charleroi, à son arrivée au stade, un huissier de justice a remis un courrier à Stéphane Ruffier lui indiquant sa mise en demeur et lui a signifié l’interdiction d’accéder au centre d’entraînement de l’ASSE !!! , Mercato ASSE : Ruffier privé de centre d'entraînement par un huissier
  • Le vendredi 15 mai, un homme pousse la porte d'un salon de coiffure de Limay (Yvelines) et demande à parler à la gérante. C'est un huissier. Il explique à Sylvie Harel être mandaté par son propriétaire afin de récupérer le loyer du mois d'avril, qu'elle n'a pas réglé. leparisien.fr, Ces commerçants franciliens dans le rouge cernés par les huissiers - Le Parisien
  • Georges Compagnet, huissier à Tarbes, a davantage l’habitude de faire des constats quand il y a un conflit, quel qu’il soit. "Mais en ce moment, c’est plutôt du préventif", analyse l’homme de loi, "afin d’éviter des procédures futures…" En effet, de nombreux commerces ou entreprises demandent aux huissiers de venir "valider" par constat les mesures de protection sanitaire. "En réalité, on ne nous demande pas de dire si les mesures prises sont efficaces, mais qu’elles ont été mises en place selon le protocole établi : l’affichage des gestes barrières bien visible, le marquage au sol, les protections des caisses dans les magasins par des panneaux de plexiglas, la présence de masques pour les salariés, de gel hydroalcoolique pour les usagers et les salariés, si les mesures de désinfection régulière ont bien été signifiées, si les dispositifs de nettoyage des chariots, par exemple, ont été mis en place…" Après, si elles sont réellement effectuées, c’est une autre histoire… "De même", poursuit Georges Compagnet, "nous inscrivons dans le DUER, le Document Unique d’Évaluation des Risques de l’entreprise, l’ensemble de ces mesures." On l’a bien compris, l’objectif de ces constats d’huissier est de se prémunir contre d’éventuelles procédures futures, en cas d’infection, chez les usagers, mais surtout parmi le personnel… Si l’on a pu voir récemment une plainte contre l’État sur sa gestion de la crise du Covid-19, Georges Compagnet n’a pas entendu parler de procédure en ce sens, à l’encontre d’une entreprise ou d’un commerce dans le département. ladepeche.fr, Dans les Hautes-Pyrénées, les huissiers au cœur de la crise - ladepeche.fr
  • Un commandement de payer est un acte officiel délivré par l’intermédiaire d’un huissier qui oblige le destinataire à s’exécuter et donc à payer sa dette. Ce type de procédure est défini à titre principal par le Code des procédures civiles d’exécution. Capital.fr, Commandement de payer : principe, procédure et effets - Capital.fr
  • Pour faire cesser le trouble olfactif, rapprochez vous de votre voisin (qu'il s'agisse d'un professionnel ou d'un particulier) et tentez une démarche à l'amiable. Si rien n'y fait, il vous faudra prouver la gêne avec notamment des témoignages, des constats d'huissier ou des services d'hygiène de la mairie. Figaro Immo, Travaux, tapage nocturne, mauvaises odeurs : c'est quoi un trouble anormal de voisinage ?
  • En revanche, elle n’a pas réglé ses loyers de mars et avril, se pensant couverte par l’ordonnance du 25 mars 2020, prise dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire instaurant le report des échéances au 23 juin inclus. Et le vendredi 15 mai, surprise ! Un huissier pousse la porte de son salon à l’initiative de son bailleur pour réclamer les loyers impayés. Le jour de la réouverture déjà, l’agence qui gère les locaux l’avait appelé pour cela. Le 22 mai, elle reçoit carrément un commandement de payer ! Depuis, elle est relancée régulièrement par son créancier. Elle est maintenant menacée d’expulsion. Contacté, l’agence qui gère le bien n’a pas donné suite à nos sollicitations. , Yvelines. Limay : la coiffeuse menacée par les huissiers pour ses impayés du confinement | 78actu

Traductions du mot « huissier »

Langue Traduction
Anglais bailiff
Espagnol alguacil
Italien ufficiale giudiziario
Allemand gerichtsvollzieher
Chinois 法警
Arabe حاجب
Portugais oficial de justiça
Russe судебный пристав
Japonais 執行官
Basque bailiff
Corse giudice
Source : Google Translate API

Synonymes de « huissier »

Source : synonymes de huissier sur lebonsynonyme.fr
Partager