Appartenir : définition de appartenir


Appartenir : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

APPARTENIR, verbe intrans.

I.− Forme pers. Appartenir à.
A.− [En parlant d'une chose, d'un animal] Être la propriété de quelqu'un :
1. Quelquefois il chassait à courre, montant une parfaite jument arabe qui appartenait à sa maîtresse, sautant tout et gagnant l'estime des cavaliers les plus exigeants. Maurois, La Vie de Disraëli,1927, p. 87.
2. Avant l'occupation hollandaise, ces terres appartenaient aux Indiens mohicans. Morand, New-York,1930, p. 241.
P. ext. [En parlant d'une chose abstr.] Être le propre de :
3. Seule la masse comprend la masse; la communauté de sentiments et de pensées appartient aux gens du commun. Gide, Journal,1924, p. 794.
4. Le succès de l'action appartient à celui qui joint le maximum d'audace au maximum de préparation. Mounier, Traité du caractère,1946, p. 426.
B.− [Le suj. désigne une pers.]
1. Être au service de quelqu'un, lui être attaché :
5. ... « Nous ne reconnaissons que notre roi, nous ne reconnaissons que notre roi, nous n'appartenons point à la nation, nous ne voulons appartenir qu'à lui » ... Marat, Les Pamphlets,Nouv. dénonciation contre Necker, 1790, p. 106.
En partic. dans le lang. de l'amour
[En parlant d'une femme] Se donner corps et âme par amour :
6. Il vouloit que Claire lui appartînt; eh! ne s'est-elle pas donnée mille fois à lui dans son cœur? MmeCottin, Claire d'Albe,1799, p. 175.
Plus rarement. [En parlant d'un homme] :
7. Mais c'était toujours Annette qui surgissait sur la toile. La mère avait disparu, s'était évanouie laissant à sa place cette autre figure qui lui ressemblait étrangement. C'était la petite avec ses cheveux un peu plus clairs, son sourire un peu plus gamin, son air un peu plus moqueur, et il sentait bien qu'il appartenait corps et âme à ce jeune être-là, comme il n'avait jamais appartenu à l'autre, comme une barque qui coule appartient aux vagues! Maupassant, Fort comme la mort,1889, pp. 294-295.
2. Faire partie organique d'un ensemble. Ce soldat appartient à tel régiment (Ac. 1878-1932) :
8. Il appartient à une très honorable famille, comme tous les voleurs. Renard, Journal,1897, p. 439.
P. anal. [En parlant d'une chose concr. ou abstr.] Cela n'appartient pas à mon sujet (Ac.1835-1932) :
9. Une des premières étapes de Maxence était le poste d'Aleg, petit fortin crénelé qui couronne une faible hauteur rocheuse. Tout proche du fleuve, il appartient déjà au désert par l'aridité qu'il domine, par cet air de pauvreté fière qui est la marque du Sahara. Psichari, Le Voyage du Centurion,1914, p. 8.
II.− Emploi pronom. S'appartenir.
A.− Emploi réciproque. Être l'un à l'autre :
10. Car Élisabeth, comme une amoureuse retarde son plaisir pour attendre celui de l'autre, le doigt sur la gâchette, attendait le spasme mortel de son frère, lui criait de la rejoindre, l'appelait par son nom, guettait la minute splendide où ils s'appartiennent dans la mort. Cocteau, Les Enfants terribles,1929, p. 189.
B.− Emploi pronom. réfl. Être maître de ses actes. Je m'appartiens encore un peu.
[Le plus souvent à la forme négative] :
11. J'ai cru aux mots sacrés qui n'ont pas de sens... J'ai cru qu'on pouvait se donner à un homme jusqu'à ne plus s'appartenir... On reste deux êtres toujours différents... On reste soi-même... Je suis ce que je suis... Chardonne, L'Épithalame,1921, p. 435.
Ne plus s'appartenir. N'être plus maître de son temps. J'ai tant d'occupations que je ne m'appartiens plus (Ac.1878-1932).
III.− Emploi impers.
A.− Il appartient à qqn [ou à une fonction, etc., de qqn] de + inf.C'est le privilège ou la fonction de quelqu'un de... :
12. On me dit une nouvelle qui me fait un extrême plaisir. Il appartenait à votre cœur de sentir tout le prix de l'héroïque conduite de notre excellent ami, et de justifier le sort en vous donnant à lui, en assurant ainsi à sa vertu la récompense que Dieu lui permet sur cette terre. Mmede Staël, Lettres diverses,1793, p. 465.
13. Sans doute quelques réformes, peu à peu, pourront être introduites, tant du côté du juge et de l'interrogatoire, que de celui des jurés... Il ne m'appartient pas ici d'en proposer. Gide, Souvenirs de la Cour d'assises,1913, p. 619.
Péj. C'est le triste privilège de... :
14. Il appartient aux esprits aveugles de croire que le mal ne se découvre qu'aux misérables qui s'en laissent peu à peu dévorer. Bernanos, La Joie,1929, p. 561.
B.− DR. Ainsi qu'il appartiendra. Selon ce qui conviendra. À tous ceux qu'il appartiendra. À tous ceux qu'une affaire concernera et qui auront intérêt à en prendre connaissance.
PRONONC. ET ORTH. : [apaʀtəni:ʀ], j'appartiens [ʒapaʀtjε ̃]. Enq. : /apaʀtjẽ/ (il) appartient. Fér. Crit. t. 1 1787 propose la graph. apartenir avec un seul p.
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. Ca 1040 part. prés. substantivé « parent » (Alexis, 271-2 ds Fr. mod., t. 21, 1953, p. 220 : Iloc converset eisi dis e set anz. Nel reconut nuls sons apartenanz) − 1453 (Monstrelet, Chronique ds Dict. hist. Ac. fr); ca 1170 « être lié par parenté » (Flore et Blancheflor, éd. M. Pelan, 1355-56 : Par ma foi vous li resemblez; Ne sai se li apartenez); 2. ca 1155 « faire partie de » (Wace, Rou, III, 10430 ds Keller, Ét. sur le vocab. de Wace, p. 242 : E cil qui Moretoig aveit, Qui a s'enor aparteneit); 3. ca 1170 « être la propriété de qqn » (Rois, éd. Curtius, 99 : Veírement en váin, guardái tutes les choses que furent Nabal el desert é rien n'i perid de tutes les choses que a lui apurtindrent); d'où 1668 « (d'une personne) être au service de qqn » (Mol., Amph., I, 2 ds Rob. : J'appartiens à mon maître); 4. ca 1200 « être le propre, le privilège de qqn » (Première continuation de Perceval, éd. Roach, t. 1, 13735-8 : Si m'aït Diex, il disoit bien Que je ne voldroie ja rien, Se je n'amoie le mestier Qui appartient a chevalier); xves. il appartient à qqn « c'est le droit, le privilège de qqn » (Mist. du Vieil Testament. éd. Rothschlid, t. 4, 35 455); 5. 1370 il appartient « il convient » (J. Froissart, Chron., liv. I, part. I, chap. 51 ds Dict. hist. Ac. fr. : Si fut le roi de France conseillé et informé qu'il mandast ledit roi d'Angleterre à venir faire hommage et féauté, ainsi comme il appartenoit); 1673 dr. à tous ceux qu'il appartiendra « qui seront concernés » (Déclaration de guerre de Louis XIV contre l'Espagne, ibid.). Empr. au b. lat. appertinere (composé de pertinere), au sens 5 « convenir à » dep. St Augustin, Ord., 2, 2, 6 ds Blaise, au sens 2 « faire partie de » (Varia excerpta gromatica, p. 323, 12 ds TLL s.v., 279, 55) et au sens 3 « être la propriété de » (Canon. Constit., 752, ibid., 279, 56).
STAT. − Fréq. abs. littér. : 7 694. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 14 456, b) 10 423; xxes. : a) 7 937, b) 10 027.
BBG. − Canada 1930. − Foulq.-St-Jean 1962. − Gottsch. Redens. 1930, p. 103. − Pierreh. Suppl. 1926. − Spr. 1967.

Appartenir : définition du Wiktionnaire

Verbe

appartenir \a.paʁ.tə.niʁ\ transitif indirect ou pronominal 3e groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’appartenir)

  1. Être la propriété légitime de quelqu’un, que celui à qui est la chose l’ait en sa possession ou non.
    • Les biens qui appartiennent à des particuliers.
    • Il retient injustement un objet qui m’appartient.
    • La part et portion qui lui appartient dans cette succession.
    • Il m’en appartient une moitié.
    • La nue-propriété de cette maison m’appartient.
    • L’usufruit de ce domaine m’appartient.
    • Cela nous appartient de droit et en toute propriété.
    • L’homme sage et libre s’appartient. (Pronominal) (Indirect)
    • J’ai tant d’occupations que je ne m’appartiens plus. (Pronominal) (Indirect)
    • Une femme, dès qu’elle se marie, cesse de s’appartenir. (Pronominal) (Indirect)
  2. Être parent de quelqu’un ou attaché à son service.
    • Dorante.— Monsieur, vous avez sans doute reçu de nos nouvelles ; j’appartiens à monsieur Dorante qui me suit, et qui m’envoie toujours devant, vous assurer de ses respects, en attendant qu’il vous en assure lui-même. — (Marivaux, Le Jeu de l’amour et du hasard, 1730)
    • Dans les seuls évêchés de Dol, Saint-Malo et Saint-Brieuc, quatorze feudataires dont les revenus nobles propres allaient de 1500 à 40 livres monnaie appartenaient à la maison du vicomte de Rohan. — (Michel Nassiet, Parenté, noblesse et états dynastiques: XVe-XVIe siècles, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2000, page 121)
    • Il appartient à d’honnêtes parents.
    • Il appartenait aux plus grands seigneurs du royaume.
    • L’honneur que j’ai de vous appartenir.
    • Par respect pour la maison à laquelle j’appartiens.
  3. Être le droit, le privilège ou le propre, le caractère particulier de quelqu’un ou quelque chose.
    • Le droit de faire grâce appartient ordinairement au chef de l’état.
    • Les honneurs qui vous appartiennent.
    • Ces droits appartiennent à ma charge.
    • La connaissance de cette affaire appartient à tel juge.
    • Ils ont attribué à la matière ce qui n’appartient qu’à l’esprit, à l’âme.
    • La perfection n’appartient qu’à Dieu seul.
  4. (Impersonnel) Incomber.
    • Il appartient aux pères de châtier leurs enfants.
    • Il ne vous appartient pas de le reprendre.
    • Il n’appartient qu’à un prince de faire une si grosse dépense.
    • Il appartient au service à l’origine du projet de texte de verser au dossier une fiche justifiant de la nécessité de recueillir les contreseings retenus dans son projet et de préciser, le cas échéant, les raisons pour lesquelles il y aurait lieu de recueillir des contreseings autres que juridiquement nécessaires. — (Secrétariat général du gouvernement et Conseil d’État, Guide de légistique, 3e version, La Documentation française, 2017, ISBN 978-2-11-145578-8 → lire en ligne)
    • Il n’appartient qu’à peu de gens de sentir, de comprendre cela : Il n’est donné qu’à peu de gens, etc.
    • Il n’appartient qu’au génie de concevoir une telle pensée : Le génie seul est capable de concevoir une telle pensée, etc.
  5. (Ironique) Par manière de reproche.
    • Il vous appartient bien de… : Vous êtes bien hardi de…
    • Il vous appartient bien de vous plaindre, après tout ce que vous avez fait.
    • Ainsi qu’il appartiendra : (Droit) Terme de procédure, formule qui signifie « selon qu’il sera convenable ».
    • Pour être statué ce qu’il appartiendra.
    • À tous ceux qu’il appartiendra : À tous ceux qui y auront intérêt ou qui voudront en prendre connaissance.
  6. Faire partie de.
    • Le Groenland, qui a la chance d'appartenir au Danemark, est, après l'Australie, la plus grande île du monde ; son étendue correspond approximativement au quart de celle de l'Europe. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Henri s'était rapidement familiarisé avec la plupart de ces messieurs. Grâce à Tacherot, il était accepté ; il appartenait maintenant à leur monde. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 89)
    • Il avait appartenu, en qualité de porteur, à une troupe d'acrobates de cirque, puis s'était entraîné au tapis, en vue d'un numéro de « flic-flac » avec rattrape sur les épaules. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
    • Mais, dans la société compliquée que j’habitais désormais, j’avais tôt compris que chaque saison exigeait son uniforme et qu’il y avait des styles et des modes et des mouvements et que chacun s’y pliait et que si l’on voulait « appartenir », il valait mieux porter certaines cravates et certains tissus, certaines couleurs et certaines formes. — (Philippe Labro, L’étudiant étranger, Gallimard, 1986, page 148)
    • J’appartenais – comme ils disaient sur le campus. To belong : appartenir. Faire corps avec. — (Philippe Labro, L’étudiant étranger, Gallimard, 1986, page 195)
    • Un membre séparé du corps auquel il appartient.
    • On a trouvé le bras qui appartient à cette statue mutilée.
    • Cet animal, cette plante appartient à tel genre.
    • Ce soldat appartient à tel régiment.
  7. Avoir une relation nécessaire ou de convenance.
    • Cette question appartient à la philosophie.
    • Cela appartient à la matière que je traite.
    • Cela appartient à la grammaire.
    • Cela n’appartient pas à mon sujet.
  8. (Mathématiques) Être élément de
    • -2 appartient à l'ensemble Z des entiers relatifs.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Appartenir : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

APPARTENIR. (Il se conjugue comme TENIR.) v. intr.
Être la propriété légitime de quelqu'un, soit que celui à qui est la chose dont on parle la possède, soit qu'il ne la possède pas. Les biens qui appartiennent à des particuliers. Il retient injustement un objet qui m'appartient. La part et portion qui lui appartient dans cette succession. Il m'en appartient une moitié. La nue propriété de cette maison m'appartient. L'usufruit de ce domaine m'appartient. Cela nous appartient de droit et en toute propriété. L'homme sage et libre s'appartient. J'ai tant d'occupations que je ne m'appartiens plus. Une femme, dès qu'elle se marie, cesse de s'appartenir. Il signifie en outre Être parent de quelqu'un ou attaché à son service. Il appartient à d'honnêtes parents. Il appartenait aux plus grands seigneurs du royaume. L'honneur que j'ai de vous appartenir. Par respect pour la maison à laquelle j'appartiens. Il signifie aussi Être le droit, le privilège ou le propre, le caractère particulier de quelqu'un. Le droit de faire grâce appartient ordinairement au chef de l'État. Les honneurs qui vous appartiennent. Ces droits appartiennent à ma charge. La connaissance de cette affaire appartient à tel juge. Ils ont attribué à la matière ce qui n'appartient qu'à l'esprit, à l'âme. La perfection n'appartient qu'à Dieu seul. Impersonnellement, Il appartient aux pères de châtier leurs enfants. Il ne vous appartient pas de le reprendre. Il n'appartient qu'à un prince de faire une si grosse dépense. C'est à vous qu'il appartient de traiter ce sujet, de faire cette entreprise. Il n'appartient qu'à peu de gens de sentir, de comprendre cela, Il n'est donné qu'à peu de gens, etc. Il n'appartient qu'au génie de concevoir une telle pensée, Le génie seul est capable de concevoir une telle pensée, etc. Ironiquement, par manière de reproche, Il vous appartient bien de..., Vous êtes bien hardi de... Il vous appartient bien de vous plaindre, après tout ce que vous avez fait. Ainsi qu'il appartiendra. T. de Procédure. Formule qui signifie Selon qu'il sera convenable. Pour être statué ce qu'il appartiendra. À tous ceux qu'il appartiendra, À tous ceux qui y auront intérêt ou qui voudront en prendre connaissance. Il signifie encore Faire partie de. Un membre séparé du corps auquel il appartient. On a trouvé le bras qui appartient à cette statue mutilée. Cet animal, cette plante appartient à tel genre. Ce soldat appartient à tel régiment. Il signifie aussi Avoir une relation nécessaire ou de convenance. Cette question appartient à la philosophie. Cela appartient à la matière que je traite. Cela appartient à la grammaire. Cela n'appartient pas à mon sujet.

Appartenir : définition du Littré (1872-1877)

APPARTENIR (a-par-te-nir), j'appartiens, nous appartenons, vous appartenez, ils appartiennent ; j'appartenais ; j'appartins, j'appartiendrai ; appartenant ; appartenu, v. n.

Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.

  • 1Être la propriété de. L'Algérie appartient à la France. Tout cela m'appartient. Rendre à chacun ce qui lui appartient.

    Fig. Je m'appartiens. Il faut que l'âme s'appartienne à elle-même.

  • 2Être le droit ou le privilége de, être le propre, le caractère particulier. Le droit de grâce appartient au souverain. Chez les Gaulois, le jugement appartenait aux druides. Cette qualité n'appartient qu'à vous. L'inconstance appartient à la fortune. La parole n'appartient qu'à l'homme. C'est un trait de vertu qui n'appartient qu'à vous, Corneille, Poly. IV, 5.
  • 3Être au service de quelqu'un ; être attaché ou dévoué à quelqu'un. Cet homme vous appartient. Je ne savais pas que ce laquais vous appartînt. Tu m'écris que tu lui appartiens corps et âme.
  • 4Faire partie de. Il n'appartient d'aucun côté à la famille de… Il appartenait à d'honnêtes bourgeois. Ce qui suivit appartient à l'année où… Cet animal appartient à tel genre.
  • 5Avoir rapport à, concerner. Comme si cela n'appartenait en rien à la religion. Choses qui appartiennent à la philosophie.
  • 6 Impersonnellement. Il appartient, il est de convenance, de devoir. Il m'appartient de… Il appartient à un bon juge de… C'est à la cour qu'il appartient de statuer. Je ne sais trop ce qu'il m'appartient de faire. Il n'appartient qu'à un roi sans religion et sans amour pour ses sujets d'entreprendre la guerre pour contenter son ambition, Pellisson, Conversat. de Louis XIV devant Lille, p. 46. Il n'appartient qu'à la religion d'instruire et de corriger les hommes, Pascal, dans GIRAULT-DUVIVIER. Il ne m'appartient point de vous offrir l'appui De quelques malheureux qui n'espéraient qu'en lui, Racine, Baj. V, 11.

    Par antiphrase. Il vous appartient bien de parler de générosité, il ne vous convient pas, il vous sied mal. Il vous appartient bien, après cela, de venir accuser les justes, Massillon, Car. Injustice.

  • 7 Terme de palais. Ainsi qu'il appartiendra, c'est-à-dire selon qu'il sera convenable.

    À tous ceux qu'il appartiendra, à tous ceux qui y auront intérêt ou qui voudront en prendre connaissance.

    Dans le langage général, avec le même sens. Aux dépens de qui il appartiendra, Sévigné, 236. Mon père dit au porteur de la dépêche, qu'il retînt bien, pour en avertir où il en appartiendrait, que, si on se jouait encore à lui, il ne ménagerait rien, Saint-Simon, IX, 109. Je me suis résolu d'être médecin aux dépens de qui il appartiendra, Molière, Méd. m. lui, III, 1.

HISTORIQUE

XIIIe s. [Je vis] caiens [céans] une pucele entrer ; Ne sai se li apartenés : Par ma foi, vous la resanlés, Fl. et Bl. 1535. Mes heritages de par mon pere ne revient pas à me [ma] mere, ançois esquieut [échoit] au plus prochain qui m'apartient de par le pere, Beaumanoir, XIV, 23.

XIVe s. Et ce appartient meismement as philosophes, Oresme, Eth. VI, 10. Et de telles operacions aucunes sont où il ne appartient pas loenge, Oresme, ib. 49.

XVe s. Et n'aymoit nulle chose qui y appartinst [à la guerre], Commines, I, 4.

XVIe s. Cela appartient à celuy qui donne la loy, non à…, Montaigne, I, 59. Ceulx qui sont exercitez à lire l'histoire ainsi qu'il appartient, deviennent…, Amyot, Préf. VII, 33. Puisque tu es divin, aye pitié de moy : Il appartient aux dieux d'avoir pitié des hommes, Ronsard, 237.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

APPARTENIR. Ajoutez :

8S'appartenir, ne dépendre que de soi-même. Il s'appartient depuis qu'il a quitté les affaires.

Appartenir l'un à l'autre. M. de Valori conclut que les fragments du biceps et du reste du bras [de la Vénus de Milo] s'appartiennent évidemment, l'Opin. nationale, 25 juin 1875, 2e page, 4e col.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « appartenir »

Étymologie de appartenir - Littré

Provenç. apertener ; ital. appartenere ; de ad, à (voy. À), et pertinere, appartenir (voy. PERTINENT).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de appartenir - Wiktionnaire

Du latin appertĭnere, composé de ad- et de pertĭnere.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « appartenir »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
appartenir apartœnir play_arrow

Conjugaison du verbe « appartenir »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe appartenir

Évolution historique de l’usage du mot « appartenir »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « appartenir »

  • Une personne suspectée d’appartenir à une organisation terroriste et recherchée par la brigade antiterroriste d’El-Gorjani (Tunis), a été arrêtée, jeudi, à la délégation de Feriana à Kasserine (Centre ouest de la Tunisie). Directinfo, Kasserine : Arrestation d'une personne suspectée d'appartenir à une organisation terroriste | Directinfo
  • Une personne originaire de Mdhilla soupçonnée d’appartenir à un mouvement terroriste et de faire son apologie a été arrêtée, dimanche 7 juin 2020, par les services régionaux de lutte contre le terrorisme à Gafsa. Tunisie Numerique, Tunisie : Arrestation d'une personne soupçonnée d'appartenir à un mouvement terroriste
  • Cumuler différentes identités, appartenir à plusieurs minorités à la fois ou encore subir de multiples formes de discrimination. L’intersectionnalité, c’est cette pluralité. Alors que le mois de la Fierté s’achève sur fond de débat social sur la question raciale, nous avons voulu connaître le regard de ceux qui se trouvent à la croisée de ces deux mondes, pas si lointains que sont la lutte pour les droits LGBTQ et l’antiracisme. Radio-Canada.ca, Être Noir et queer : regards croisés sur ce qu'est l'intersectionnalité | Radio-Canada.ca
  • Ces accusations d’appartenir à la franc-maçonnerie et de servir le sionisme ont bien sûr provoqué la colère de milliers de militants de ces clubs qui ont rappelé qu’ils œuvrent dans l’humanitaire et qu’ils multiplient depuis des décennies les actions de bienfaisance en faveur des populations défavorisées et oubliées justement par les politiques. Espace Manager, Jaouadi accuse les Lions Clubs et les Rotary Clubs d’appartenir à la franc-maçonnerie 
  • Forte de ses "sentiments mêlés" et de ses "expériences de vie", elle dit "avoir plus d’empathie pour les personnes qui souffrent d’appartenir à des minorités". "Je ne prends aucun parti pris particulier. Je prends tous les partis". La-R%C3%A9publique-des-Pyr%C3%A9n%C3%A9es, Taïwan: une ministre transgenre fait de son identité sexuelle un atout - La République des Pyrénées.fr
  • Dix hommes soupçonnés d’appartenir à un gang violent d’origine nigériane ont été interpellés mardi et placés en garde à vue à Marseille. « Avec cette affaire, on a changé de dimension, on n’est plus dans ce qu’on appelait la "prostutition des mamas", on est dans un contexte de violences, de sévices corporels et de viols collectifs sur des jeunes femmes pour les contraindre à la prostitution », relate Dominique Laurens, procureure de la République. , Faits divers : a Marseille, un gang violent de Nigérians démantelé
  • Il vaut mieux n'appartenir à aucune église que d'en défendre une avec hargne. De William Penn / Conseils à ses enfants
  • Chez les peuples animés d'un même esprit de corps, le commandement ne saurait appartenir à un étranger. De Ibn Khaldun / Prolégomènes
  • L'homme propose et dispose. Il ne tient qu'à lui de s'appartenir tout entier. De André Breton / Manifeste de surréalisme
  • Avoir un enfant, cela revient à appartenir à quelque chose de plus grand que soi. De Paul Auster / Moon Palace
  • Les étoiles qui sont au-dessus de la France devraient appartenir à la France. De Jean-Marie Gourio / Brèves de comptoir
  • Une race à laquelle on ne veut plus guère appartenir : la race humaine. De Réjean Ducharme / L'avalée des avalés
  • J’aime l’idée d’appartenir à un seul homme De Sophie Marceau / Elle 7 octobre 2002
  • Quel sort plus triste pour un chien que de n’appartenir à personne ! De Paul Claudel / Lettre à Gallimard
  • Il faut s'être donné pour avoir le droit de s'appartenir. De Victor Cherbuliez
  • Il y a quelque chose de plus grand pourtant que d'appartenir au monde, c'est de s'appartenir à soi-même. De Victor Hugo / Choses vues
  • Chaque exemplaire d’un livre peut appartenir à plusieurs vies. De Erri De Luca / Trois Chevaux
  • Pour trahir, il faut d'abord appartenir. De Harold "Kim" Philby
  • Le silence est un refus d'appartenir. De Camille Laurens / L'avenir
  • Pour se donner, il faut s'appartenir. De Vauvenargues
  • Appartenir à l’histoire, c’est appartenir à la haine. De André Malraux / Les Chênes qu’on abat

Images d'illustration du mot « appartenir »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « appartenir »

Langue Traduction
Corse appartene
Basque pertener
Japonais 所属する
Russe принадлежать
Portugais pertencer
Arabe للانتماء
Chinois 属于
Allemand gehören
Italien appartenere
Espagnol pertenecer
Anglais to belong
Source : Google Translate API

Synonymes de « appartenir »

Source : synonymes de appartenir sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires