La langue française

Gémissement

Sommaire

  • Définitions du mot gémissement
  • Étymologie de « gémissement »
  • Phonétique de « gémissement »
  • Évolution historique de l’usage du mot « gémissement »
  • Citations contenant le mot « gémissement »
  • Traductions du mot « gémissement »
  • Synonymes de « gémissement »

Définitions du mot gémissement

Trésor de la Langue Française informatisé

GÉMISSEMENT, subst. masc.

A. − [Correspond à gémir I A]
1. Son vocal, inarticulé et plaintif, exprimant une douleur ou un malaise physique. Pousser, avoir un gémissement; laisser échapper un gémissement. Il tomba mort, sans qu'aucun gémissement lui échappât (Constant, Wallstein,1809, p. 189).Elle va et vient, tenant son ventre comme une femme qui souffre les premières douleurs, et poussant, par intervalles, un gémissement sifflé : « Hui... Hui... » (Martin du G., Gonfle,1928, II, 1, p. 1196) :
1. De l'un des lits du centre partaient sans arrêt ces gémissements où la douleur devient plus forte que toute expression humaine, où la voix n'est plus que l'universel aboiement de la souffrance, le même chez les hommes et les animaux : des jappements qui suivent le rythme de la respiration, et dont celui qui écoute sent qu'ils vont s'arrêter avec le souffle. Malraux, Espoir,1937, p. 509.
SYNT. Gémissement faible, long; gémissement aigu, étouffé, profond, sourd, rauque; gémissement douloureux, lamentable. PARAD. Cri, plainte, pleur, râle, sanglot, soupir.
P. anal. [Gén. avec un compl. prép. de spécifiant la source du son]
a) Cri (de certains oiseaux). Les gémissements du ramier, de la tourterelle. Tout aurait été silence et repos, sans la chute de quelques feuilles, le passage d'un vent subit, le gémissement de la hulotte (Chateaubr., Mém., t. 1, 1848, p. 302).
b) Son assourdi rappelant une plainte humaine. Le gémissement des essieux, des gonds d'une porte. Le grincement des scies, le gémissement des chèvres et des grues, le tapage assourdissant des marteaux sur les planches (Hugo, Rhin,1842, p. 86).[Les] gémissements du vent dans la cheminée (Gautier, Fracasse,1863, p. 34).Il y avait le gémissement du trombone, le pleur du violon, le pchhh des cymbales (Vallès, J. Vingtras, Enf., 1879, p. 303) :
2. Ce n'est pas la ville de pierres que je chéris, ni les conférences, ni les musées, c'est la forêt vivante qui s'y agite, et que creusent les passions plus forcenées qu'aucune tempête. Le gémissement des pins d'Argelouse, la nuit, n'était émouvant que parce qu'on l'eût dit humain. Mauriac, T. Desqueyroux,1927, p. 284.
2. [Construit avec un compl. prép. de désignant un affect] Son vocal inarticulé exprimant un affect très intense. Un gémissement de plaisir. Sténio fit un gémissement de souffrance et se laissa tomber sur le tapis (Sand, Lélia,1833, p. 216).Elle eut un petit gémissement de dégoût, et reprit sur un ton de prière enfantin : − Non, Monsieur, je ne veux pas qu'on le trouve là, c'est impossible, pensez donc! (Bernanos, Joie,1929, p. 722) :
3. Mais toi, sentinelle, si tu veilles, tu es en rapport avec la ville livrée aux étoiles. Ni cette maison, ni cette autre, ni cet hôpital, ni ce palais. Mais la ville. Ni cette plainte de mourant, ni ce cri de femme en gésine, ni ce gémissement d'amour, ni cet appel de nouveau-né, mais ce souffle divers d'un corps unique. Mais la ville. Saint-Exup., Citad.,1944, p. 741.
3. Ton, accent de la voix exprimant un affect très intense. « Alors », cria-t-elle, dans un gémissement de désespoir, « qu'est-ce que vous êtes venu faire dans ma vie? » (Bourget, Actes suivent,1926, p. 159) :
4. ... M. Verdurin répliqua d'un ton pressé et avec un gémissement suraigu, non de chagrin, mais d'impatience irritée : « Hé bien oui, mais qu'est-ce que vous voulez, nous n'y pouvons rien, ce ne sont pas nos paroles qui le ressusciteront, n'est-ce pas? » Proust, Sodome,1922, p. 899.
B. − [Correspond à gémir I B; avec une valeur de dénigrement] Plainte sans fin qui importune. Synon. jérémiade.La conversation dans le plus beau moment de la journée, en prenant le café, consistait toujours en gémissements. On gémissait de tout (Stendhal, H. Brulard, t. 1, 1836, p. 193).Lorsque sa santé, le marché, la température ne lui apportait pas assez de désolation, elle s'en prenait à la Fabrique. Capet écoutait les gémissements de sa femme avec bonté, mais sans véritable compassion (Chardonne, Dest. sent., I, 1934, p. 143).
[Gémissement est employé pour introduire un discours rapporté avec une valeur de dénigrement de la part du locuteur] Il n'avait pas descendu un étage, que la mère Fétu reprenait ses gémissements. − Ah! quel brave médecin!... Pourvu que son remède me fasse quelque chose! J'aurais dû écraser de la chandelle avec des pissenlits, ça ôte l'eau qui est dans le corps (Zola, Page amour,1878, p. 826) :
5. Fauvet retrouvait le souffle pour lâcher des gémissements : « On m'a pris mon rasoir... Qu'a-t-on pu faire de ma pâte dentifrice? Hier encore, j'avais un petit miroir très commode. Qui donc a bien pu me le briser? » Duhamel, Cécile,1938, p. 124.
C. − Vieilli, littér. [Correspond à gémir I C; sans valeur dépréc.] Expression d'une douleur morale (présentée comme intense). Les gémissements et les pleurs. Sa pensée poétique [de Byron] n'est qu'un gémissement, une plainte, une imprécation (Chateaubr., Mém., t. 1, 1848, p. 517).Le cantique de Wagner devenait un gémissement d'une douceur surnaturelle (Bloy, Femme pauvre,1897, p. 162) :
6. Qu'il [Pascal] gémisse, cela va bien; ses gémissements sont fort beaux; mais qu'il nous veuille forcer à gémir; qu'il aille jusqu'à écrire : « Je ne puis approuver que ceux qui cherchent en gémissant », n'y a-t-il pas de quoi s'écrier qu'on n'approuve que ceux qui trouvent; qui trouvent avec des cris de joie? Gide, Journal,1937, p. 1269.
Intense douleur morale. Gémissement de l'âme, du cœur. C'est la voix de l'humanité pensant et sentant, résumée et modulée par certains hommes plus hommes que le vulgaire (...) qui rend témoignage à la postérité de leurs gémisements ou de leurs joies (Lamart., Destinées poés.,1834, p. 389).St Paul, le grand poète, le grand théologien, a résumé d'un mot cette douleur universelle de la nature, quand il a dit : Omnis creatura ingemiscit. Et la théologie chrétienne n'est pas la seule qui ait constaté ce gémissement de toute créature (P. Leroux, Humanité, t. 1, 1840, p. 17).
♦ Dans le domaine de la spiritualité.Contrition. M. de Saint-Cyran (...) s'était également voué, par pensée de soumission, à ce silence de gémissement (Sainte-Beuve, Port-Royal, t. 1, 1840, p. 277).
Rem. L'acception C p. hyperb. ne se rencontre que dans la langue littéraire soutenue.
Rem. gén. On a relevé ds la docum. a) Qq. attest. du sens classique : bruit sonore. [Le] sourd gémissement des vagues courroucées (M. de Guérin, Poésies, 1839, p. 31). b) Qq. attest. de la constr. gémissement sur. Plainte, regret à propos de. J'ai eu mes faiblesses, mes abattements de cœur; un gémissement sur moi suffira pour faire comprendre au monde ces misères communes, faites pour être laissées derrière le voile (Chateaubr., Mém., t. 2, 1848, p. 122). Des gémissements sur les infidélités de Musette (Veuillot, Odeurs de Paris, 1866, p. 91).
Prononc. et Orth. : [ʒemismɑ ̃]. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. Ca 1120 (Psautier d'Oxford, 78, 11 ds T.-L.). Dér. du part. prés. de gémir*; suff. -(e)ment1*. Fréq. abs. littér. : 1 070. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 679, b) 1 174; xxes. : a) 1 682, b) 1 476. Bbg. Bruneau (C.) N. créés au moy. du suff. -ment. In : [Mél. Orr (J.)]. Manchester, 1953, p. 30.

Wiktionnaire

Nom commun

gémissement \ʒe.mis.mɑ̃\ masculin

  1. Action de gémir.
    • L’air était rempli des gémissements et du cliquetis des armes, les planchers ruisselaient du sang des malheureux qui expiraient dans des transports de rage. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Le sang coule à flots. Le gémissement des blessés, le murmure étouffé de ceux qui s’efforcent de se dégager de cette mêlée de mort et de mourants, navrent le cœur du soldat, auteur innocent de ce massacre […] — (Alfred Barbou, Les Trois Républiques françaises, A. Duquesne, 1879)
    • […] un goût malsain me retenait parmi ces êtres dont j’écoutais de loin les appels, les gémissements. […] ils me parvenaient sans ensemble mais souvent si fervents qu’ils réveillaient en moi d’inavouables appétits. — (Francis Carco, Images cachées, Éditions Albin Michel, Paris, 1928)
    • Elle avait sa théorie sur le sexe: l'essentiel n'était pas dans la position, ni les petits gémissements, ça, n'importe quelle pétasse savait le faire. L'essentiel, c'était le dialogue, et le porno n'apprenait rien sur ce qu'il faut dire, le porno, quasiment, c'était du muet. — (Virginie Despentes, Apocalypse bébé, éd. Grasset, 2015)
  2. (Figuré) Plainte.
    • Et si le monde contemporain ne renferme pas des racines pour une nouvelle morale, que deviendra-t-il ? Les gémissements d’une bourgeoisie pleurnicharde ne le sauveront pas, s’il a vraiment perdu ses mœurs pour toujours. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, chap. VII, La Morale des producteurs, 1908, p. 325)
    • Rien ne lui échappait : le susurrement sucré de la jeune vedette héroïne, le parler guttural du caïd sans scrupules, les nasillements du faux-frère, les jacassements de la commère, le jargon du bellâtre amoureux, les caracoulements du jeune premier, les gémissements de l’orpheline, les piaulements des villageois, les babillements des ouvrières, les graillements de la douairière, les braillements du nouveau riche en train de se pavaner, les sifflements du beau-parleur, les craillements des hommes avides, les croassements des maîtres-chanteurs, les coqueriquements des hâbleurs, les jabotements de la fille de joie, les cacardements de l’oie blanche, les pépiements des enfants, les gazouillements de l’alerte soubrette, les glatissements du foudre de guerre, les glapissements de la grue de service, les piaillements de la valetaille, les gloussements de la poule émoustillée, les hôlements du maître-chanteur, les frigottements de sa victime, les glougloutements du dindon de la farce, les coucoulements du pique-assiette, les frouements de la vieille femme acariâtre, les pupulements de la coquette, les gringottements du jeune chanteur, les cajolements du faraud, les grisolements de la mauviette, les margottements de la petite caille grassouillette, les criaillements de la grande pintade efflanquée, les trissements de l’hirondelle des faubourgs […] — (Christine Longepierre, Alinéa, Orizons, Paris, 2010)
  3. (Poétique) Bruit ressemblant à un gémissement.
    • […] tout ici, au contraire, est mouvement et murmure : […] des bruissements d’ondes, de faibles gémissements, de sourds meuglements, de doux roucoulements, remplissent ces déserts d’une tendre et sauvage harmonie. — (François-René de Chateaubriand, Atala, ou Les Amours de deux sauvages dans le désert)
    • Sur la foi de ma prédiction, il permet d'abattre vingt cochons pendant la nuit. Leurs gémissements parviennent aux oreilles du tao-taï ou sous-gouverneur de province, qui est la première autorité de la ville. Il se réveille en colère : « Qui a osé, sans mon autorisation, ordonner cette boucherie ? » — (Francis Garnier, De Paris au Tibet: Notes de voyage, publiées par Léon Garnier, chap.9 (1er juillet-9 août 1873))
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GÉMISSEMENT. n. m.
Action de gémir. Le gémissement des blessés, des mourants. Un long gémissement. Le gémissement de la colombe. Pousser des gémissements. Fig., Les gémissements du peuple. Dieu entend les gémissements de l'opprimé. Poétiquement, Le sourd gémissement des forêts.

Littré (1872-1877)

GÉMISSEMENT (jé-mi-se-man) s. m.
  • 1Cri plaintif de celui qui gémit. Aucun gémissement à son cœur échappé Ne le montre en mourant digne d'être frappé, Corneille, Pomp. II, 2. Si l'Espagne pleurait son infante qu'elle voyait monter sur le trône le plus glorieux de l'univers, quels seront nos gémissements à la vue de ce tombeau où tous ensemble nous ne voyons plus que l'inévitable néant des grandeurs humaines ? Bossuet, Mar.-Thér. Il tire de son cœur de profonds gémissements, Fénelon, Tél. III. César, voyant sa statue [d'Alexandre] dans un temple en Espagne, lorsqu'il en avait le gouvernement après sa préture, ne put s'empêcher de pousser des gémissements et des soupirs en comparant le peu de belles actions qu'il avait faites jusque-là avec les grands exploits de ce conquérant, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. VI, p. 629, dans POUGENS.

    Terme de dévotion. Gémissement du cœur, vif sentiment de regret d'avoir péché.

  • 2Plainte en général. Les gémissements de l'opprimé. Louis, qui entend de si loin les gémissements des chrétiens affligés, Bossuet, Reine d'Anglet. Il n'y a personne de nous qui ne se souvienne d'avoir ouï souvent raconter ce gémissement universel [lors de l'assassinat de Henri IV] à son père ou à son grand-père, Bossuet, Lett. à Louis XIV, 10 juillet 1675.
  • 3Il se dit du cri de la colombe, de la tourterelle. J'ai ouï parler de la douceur et du gémissement de la colombe, mais non pas de sa cruauté ni de son rugissement, Guez de Balzac, lett. 11, liv. VI.
  • 4Bruit, murmure, que certaines choses font entendre. Le sourd gémissement des forêts. Et l'orgue même en pousse un long gémissement, Boileau, Lutr. III.

HISTORIQUE

XIIIe s. Et mes gemissemenz n'est mie reposz [caché] vers toi, Psautier, f° 47.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

GÉMISSEMENT. - HIST. Ajoutez :

XIVe s. Donc convient il doner à home Deux gemissemens que je nome…, Macé, Bible en vers, f° 32, 1re col.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « gémissement »

Gémir ; provenç. gememen, gemimen.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Dérivé de gémir avec le suffixe -ment.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « gémissement »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
gémissement ʒemisœmɑ̃

Évolution historique de l’usage du mot « gémissement »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « gémissement »

  • « Il n’y a même pas de gémissement du côté républicain », a déclaré le sénateur Dick Durbin de l’Illinois, le leader démocrate adjoint. News 24, Trump change le Congrès - News 24
  • Les gémissements poétiques de ce siècle ne sont que des sophismes. De Lautréamont / Paris
  • Le gémissement est un cri plaintif que poussent les hommes quand ils souffrent, et les femmes quand elles ont du plaisir. De Georges-Armand Masson
  • Faveurs diverses, cadeaux en natures et en espèces sont là quelques gestes de magnanimité, d'Emmanuel, 35 ans (Nom changé) vis-à-vis de sa nièce âgée de 17 ans. Cette fois-ci, les gémissements de sa cavalière sont à l'origine de la découverte de l'exercice récurrent dont il en avait pris l'habitude. camer.be, CAMEROUN :: Trahi par des gémissements, les passants découvrent un couple en plein ébats :: CAMEROON
  • Tunisie-Tribune (Gémissements sexuels) – L’affaire ne cesse de prendre de l’ampleur. Un enregistrement sonore contenant des gémissements sexuels a été diffusée en direct dans la nuit du 22 mai dernier sur les ondes de la radio nationale. , Gémissements sexuels en direct sur la radio nationale | Tunisie Tribune
  • Par une fraîche soirée d'hiver, alors que Bob H. résidant de l'Indiana (USA) effectuait une marche de près de cinq kilomètres jusqu'à son magasin dans la petite ville de Griffith, il traversa un pont. C'est alors qu'il entendit un gémissement fébrile en penchant la tête, il aperçu un chiot sur la rive du fleuve. Wamiz, Un américain entend des gémissements sous un pont : ce qu'il découvre lui donne la nausée - Sauvetage - Wamiz

Traductions du mot « gémissement »

Langue Traduction
Anglais groan
Espagnol gemido
Italien gemito
Allemand stöhnen
Chinois 呻吟
Arabe تأوه
Portugais gemido
Russe стон
Japonais うめき声
Basque gimen
Corse gemite
Source : Google Translate API

Synonymes de « gémissement »

Source : synonymes de gémissement sur lebonsynonyme.fr
Partager