La langue française

Aléa

Sommaire

  • Définitions du mot aléa
  • Étymologie de « aléa »
  • Phonétique de « aléa »
  • Évolution historique de l’usage du mot « aléa »
  • Citations contenant le mot « aléa »
  • Traductions du mot « aléa »
  • Synonymes de « aléa »

Définitions du mot aléa

Trésor de la Langue Française informatisé

ALÉA, subst. masc.

A.− Vieilli. Chance, hasard favorable ou défavorable, dont dépend la réussite ou l'échec de quelque chose ou de quelqu'un :
1. L'article fit grand bruit. Presque tous les journaux le reproduisirent, et les actions de Phileas Fogg baissèrent singulièrement. Pendant les premiers jours qui suivirent le départ du gentleman, d'importantes affaires s'étaient engagées sur « l'alea » de son entreprise. On sait ce qu'est le monde des parieurs en Angleterre, monde plus intelligent, plus relevé que celui des joueurs. Parier est dans le tempérament anglais. J. Verne, Le Tour du monde en quatre-vingts jours,1873, p. 22.
2. Porel dit qu'il a l'intention de faire passer la pièce samedi prochain. Cette fixation de la représentation à une date si prochaine, cette première jusqu'alors lointaine et vague devenant une certitude avec son alea redoutable, fait entrer en moi une émotion, une espèce de ramollissement dans les jambes, qui me fait marcher sur les pavés, en sortant de l'Odéon, comme si je marchais sur un tapis. E. et J. de Goncourt, Journal,févr. 1885, p. 422.
Rem. L'Ac. n'enregistre ce mot que dans l'éd. de 1932. Signalé comme ,,néol.`` ds Lar. 19e. Noter les guillemets dans l'ex. de J. Verne, indiquant que le mot n'est pas encore reçu dans le bon usage cour., cf. aussi infra ex. 4.
− Dans l'ex. suiv., aléa semble être encore employé dans un sens très proche de son étymol. :
3. « ... C'est à ce prix que la certitude parfaitement raisonnable ne manque jamais à la volonté droite et que même à travers les ombres de notre vie itinérante, la finalité initiale s'achemine sans risques vers le suprême aboutissement de la condition humaine. Il s'agit donc non d'un aléa, d'un pari, d'une option arbitraire, mais d'une sécurité véritable qu'un examen rationnel et expérimental tout ensemble éclaire et confirme. » J. Lacroix, Marxisme, existentialisme, personnalisme,1949, p. 116.
B.− Cour. [Souvent au plur. et avec un adj. ou un compl. déterminatif] Risque, inconvénient que l'on envisage sans pouvoir l'imaginer avec précision ou le situer avec exactitude dans le temps :
4. Elle m'entretenait souvent de mon avenir, m'expliquait diverses professions, leurs avantages, leurs « aléas », ... J. de Lacretelle, Silbermann,1922, p. 17.
Rem. Syntagmes rencontrés léger aléa, − imprévu, petit -, sans aléas, les aléas du métier, du sort; offrir, présenter, comporter trop d'aléas.
Il semble que la notion de risque tende à supplanter celle d'imprévisibilité :
5. Je ne pouvais admettre que nos troupes restassent l'arme au pied, pour un temps indéterminé, tandis que le sort du monde se jouait dans les batailles. Plutôt que d'en venir là, je préférais prendre l'aléa d'un changement d'orientation. Ch. de Gaulle, Mémoires de guerre,L'Appel, 1954, p. 252.
Rem. Aléa devient ainsi un synon. noble et superlatif de risque, avec peut-être une nuance d'« aventure ».
C.− Spéc., MATH. Aléa numérique. Synon. variable aléatoire*.
Prononc. : [alea].
Étymol. ET HIST. − xixes. banque « chance de gain ou de perte courue dans une entreprise ou une spéculation » (Circulaire-annonce insérée dans les journaux financiers par les administrateurs de la compagnie du chemin de fer d'Orléans à Rouen ds Littré Add. 1872 : Un contrat à forfait a été fait avec des entrepreneurs responsables, pour l'établissement complet de la ligne, à raison de 150 000 fr. par kilomètre y compris les intérêts et frais généraux pendant la construction, ce qui met la compagnie à l'abri de toute espèce d'aléa); d'où 1873 sens plus gén. « chance incertaine », supra ex. 1. Empr. au lat. alea attesté dep. Plaute (Curculio, 355 ds TLL s.v., 1521, 47 au sens de « jeu de dés », « jeu de hasard » : talos poscit sibi in manum, provocat me in aleam, ut ego ludam); au sens de « hasard, chance, risque » ds Cicéron (Div., 2, 36, ibid., 1522, 9, ibid. : non perspicitis aleam quandam esse in hostiis deligendis?).
STAT. − Fréq. abs. litt. : 48.
BBG. − Bar 1960. − Bél. 1957. − Bénac 1956. − Larch. 1880. − Thomas 1956.

Wiktionnaire

Nom commun

aléa \a.le.a\ masculin

  1. (Désuet) Chance bonne ou mauvaise.
    • Cet aperçu très superficiel montre en tous les cas le sérieux et l’aléa de la navigation dans ces régions. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
  2. Imprévu ; danger ; risque. → voir aléa climatique
    • Il est vrai qu’il ne m’a pas été possible de jouer serré, que j’ai pu prévoir mais non supprimer certains aléas. — (Joris-Karl Huysmans, À rebours, 1884)
    • On pourrait multiplier les exemples d’amélioration qualitative du style de vie par la technologie, où le progrès réalisé est disproportionné à l'investissement économique nécessaire. La pilule supprime les frustrations et les aléas du coït interrompu. — (Emmanuel Todd, Le Fou et le Prolétaire, 1979, réédition revue et augmentée, Paris : Le Livre de Poche, 1980, page 172)
  3. (Didactique) Probabilité qu’un phénomène accidentel produise en un point donné des effets donnés, au cours d’une période déterminée.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ALÉA. n. m.
Chance bonne ou mauvaise. Il y a beaucoup d'aléa dans cette affaire. Cette entreprise présente un grand aléa.

Littré (1872-1877)

ALÉA (a-lé-a) s. m.
  • Terme de banque. La chance de gain ou de perte courue dans une entreprise ou une spéculation. Un contrat à forfait a été fait avec des entrepreneurs responsables, pour l'établissement complet de la ligne, à raison de 150 000 fr. par kilomètre, y compris les intérêts et frais généraux pendant la construction, ce qui met la compagnie à l'abri de toute espèce d'aléa, Circulaire-annonce insérée dans les journaux financiers par les administrateurs de la compagnie du chemin de fer d'Orléans à Rouen.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « aléa »

Lat. alea, jeu de dés.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin alea (« jeu de dés, hasard »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « aléa »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
aléa alea

Évolution historique de l’usage du mot « aléa »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « aléa »

  • Le risque est la conjonction d’un aléa et d’un enjeu. Par exemple, dans le cas d’un risque de catastrophe naturelle, l’aléa s’appelle inondation ; l’enjeu, c’est la construction d’un lotissement dans la zone inondable. The Conversation, Comment mieux gérer les risques et affronter l’incertitude ?
  • Il n’existe rien qui ne vous fasse plus prendre conscience des aléas de la vie qu’une chanson incomplète. Ou qu’un vieux carnet d’adresses. De Carson McCullers / The Sojourner
  • Mais c'est un autre aléa, bien plus fâcheux et menaçant, qui est venu définitivement lui gâcher sa journée, avec cette corde de pendu rappelant les lynchages pratiqués aux Etats-Unis, pendant les périodes esclavagiste et ségrégationniste. LaProvence.com, Sports | Bubba Wallace, le visage de "Black Lives Matter" au coeur de la Nascar | La Provence

Traductions du mot « aléa »

Langue Traduction
Anglais hazard
Espagnol riesgo
Italien azzardo
Allemand zufälligkeit
Portugais risco
Source : Google Translate API

Synonymes de « aléa »

Source : synonymes de aléa sur lebonsynonyme.fr
Partager