La langue française

Affubler

Sommaire

  • Définitions du mot affubler
  • Étymologie de « affubler »
  • Phonétique de « affubler »
  • Évolution historique de l’usage du mot « affubler »
  • Citations contenant le mot « affubler »
  • Images d'illustration du mot « affubler »
  • Traductions du mot « affubler »
  • Synonymes de « affubler »

Définitions du mot « affubler »

Trésor de la Langue Française informatisé

AFFUBLER, verbe trans.

A.− Au propre
1. Vx. Vêtir avec un certain apparat. Affubler qqn ou s'affubler de brocart, d'un camail, de la tiare, de son plus beau tartan; affubler qqn des insignes de la dignité consulaire :
1. À peine eurent-ils endossé l'habit national, qu'ils s'admirèrent dans ce nouvel accoutrement; le plus mince artisan affublé d'un uniforme regardait avec dédain son confrère en habit bourgeois. Marat, Les Pamphlets,Appel à la Nation, 1790, p. 160.
Rem. Pour cet ex., cf. accoutrement ex. 4 : ,,Vêtement adapté à une fonction (équipement de guerre, de chasse).``
P. ext. Couvrir le corps ou la tête avec un vêtement, une coiffure, etc. Être affublé (enveloppé dans) de grands draps :
2. ... les autres s'en vont, s'affublent de leurs capuchons et de leurs fichus avec lenteur... Colette, Claudine à l'école,1900, p. 65.
Rem. Le ton héroï-comique affleure discrètement dans ces emplois.
2. Cour., péj. Se vêtir en s'écartant de l'usage.
a) De façon démodée, ridicule ou misérable. Être affublé de haillons, de vieux shakos, de sarraus de labour, de costumes excentriques et surannés, de la fourrure d'un mouton :
3. ... leur maigreur de lapin vidé et l'exiguïté de leurs personnes flottent dans nos pantalons et nos redingotes, un peu à la façon de la petitesse d'animaux affublés, dans les cirques, de vêtements humains. E. et J. de Goncourt, Journal,févr. 1876, p. 1121.
b) Dans un but de déguisement. S'affubler de dentelles, de falbalas, de perruques, de bottes espagnoles, de lunettes, d'un masque, d'une barbe.
Rem. Affubler en... Être affublé en portier de comédie, en truand.
P. anal. [En parlant de choses] :
4. ... tout à côté, dis-je − comme la critique à côté de la poésie, − une pauvre petite église luthérienne, coiffée d'un chétif dôme romain, affublée d'un méchant fronton grec, ... V. Hugo, Le Rhin,1842, p. 299.
Rem. Au xxes., la nuance dépréc. est gén.
B.− P. anal. S'affubler de qqn, être affublé de qqn.
1. Être constamment et bizarrement accompagné de quelqu'un :
5. ... elle ajouta : « On ne peut plus le voir sans qu'il soit affublé de ce grand escogriffe, de cette espèce de garde du corps. » M. Proust, À la recherche du temps perdu,La Prisonnière, 1922, p. 245.
2. Se coiffer, s'entêter, s'enticher de quelqu'un ou de quelque chose. ,,S'affubler de quelqu'un, l'avoir toujours avec soi.`` (DG) :
6. S'affubler de quelqu'un, veut dire s'entêter de lui, en sorte qu'on ne fasse plus rien que par lui. J.-F. Rolland, Dict. du mauvais langage,1813, p. 5.
C.− Au fig. Affubler qqn ou qqc. de qqc., s'affubler de qqc., être affublé de qqc.Prendre ou faire prendre volontairement à quelqu'un (ou quelque chose) quelque chose qui ne lui appartient ou ne lui convient pas et qui dissimule ce qu'il est ou ce qu'il a :
7. Par cette fissure de vanité passa l'ambition de devenir évêque. Je n'y aurais pas pensé de moi-même. D'obligeantes personnes m'en inspirèrent l'idée. Or, pour accéder à l'épiscopat sans remplir les conditions nécessaires, il faut en donner du moins l'illusion. Ce qu'on n'a pas, on l'emprunte, on s'en affuble, on se travestit et, par ces mensonges, on se diminue sans se l'avouer, puis on se l'avoue en se le reprochant, puis on cesse de se le reprocher, tout en persévérant dans des simulacres et en faisant fi de plus en plus des principes essentiels qui devraient commander notre vie intérieure. A. Billy, Introïbo,1939, p. 65.
8. Nous vivions affublés d'hypocrisie et de loques, tout cheveu et toute espérance tondus de près. H. Bazin, Vipère au poing,1948, p. 73.
Rem. 1. Synon. couvrir, recouvrir, emprunter, cacher. 2. Syntagmes rencontrés affubler sa pensée, « la cacher »; affubler qqn d'un nom, d'un nom d'emprunt, d'un faux nom, d'un nom grec, d'un sobriquet, d'une identité fausse, d'épithètes ridicules, des qualificatifs les plus retentissants de la langue, d'un vocable infamant, de calomnies, de ridicule; s'affubler d'un nom, d'un titre, d'un rôle, d'une maladie, d'une passion, de ridicule, d'ignominie. 3. L'ex. 8 participe à la fois du sens propre et du sens fig.
Prononc. ET ORTH. − 1. Forme phon. : [afyble], j'affuble [ʒafybl̥]. Enq. : /afybl/. Conjug. parler. 2. Dér. et composés : affublement. − Rem. Fér. Crit. t. 1 1787 propose la graph. afubler avec un seul f.
Étymol. ET HIST. − 1. Sens propre a) 1080 trans. « recouvrir (qqn d'un vêtement) » (Roland, 462, Müller ds Gdf. : Afublez est d'un mantel sabelin); xves. pronom. (Moralité de charité, Anc. Th. fr., III, 384, ibid. : Tien ceste robbe, afflube toy) vx en ce sens au xviies. et considéré désormais comme burlesque (cf. Rich.); b) 1666 burlesque « habiller ridiculement » (Cotin, Crit. desintér., 53, Nouv. coll. Moliér. ds Brunot t. 4, p. 595 : Affublez une mariée de village d'un manteau royal... elle en sera seulement plus ridicule), empl. ordin. avec le pron. pers. (cf. Ac. 1694), sens prédominant dès lors; 2. fig. a) fin xiies. « recouvrir (comme un manteau), envelopper (qqn ou plus gén. qqc. de qqc.) » (Rou, II, 1486 ds T.-L. : Tant le [le cheval] hasta de puindre, qu'un[s] bois l'out affublé); b) 1600 pronom. « se charger » (St François de Sales, Defense de la Croix, I, 5 ds Hug. : ... pourquoy n'honnorerons-nous le bois duquel Nostre Seigneur s'affeubla au jour de son exaltation...?); c) 1690 expr. s'affubler de qqn « s'enticher de qqn » (Fur. : On dit au figuré avec le pronom personnel, s'affubler de quelqu'un, pour dire, en être coeffé et entesté). Empr. au lat. vulg. *affibulare « agrafer » (de fibula « boucle, agrafe »), attesté seulement au xiies. (Hugues de Clères ds Du Cange : Pallium, quo in Curia Affibulatus erit, Dispensatori dabitur), d'où l'a. fr. afibler « id. » très rare, puis afubler, aflubler (l'i s'étant labialisé en u entre les 2 labiales f, b). Afflubler signifia effectivement dans un sens primitif « agrafer, attacher en agrafant, souvent le manteau ou le chaperon dont on se couvrait » (fin xiies., Les Loher., Ars. 3143 fo4 b ds Gdf. : Et puis li ont .I. mantel aflunbé), attesté jusqu'au xves. (Gaguin, Comm. de Ces., ibid.), maintenu toutefois sous la forme dial. affuler au sens partic. et restreint de « coiffer », à rapprocher de « attacher ». De là, l'expr. affubler un manteau pour dire « le vêtir, s'en couvrir », d'où l'accept. encore plus étendue de « couvrir, revêtir, habiller », attestée néanmoins la 1reen discours. L'ordre d'attest. en discours se révèle inverse de l'ordre de filiation en lang.
STAT. − Fréq. abs. litt. : 249. Fréq. rel. litt. : xixes. : a) 333, b) 522; xxes. : a) 436, b) 228.
BBG. − Bailly (R.) 1969 [1946]. − Bar 1960. − Bél. 1957. − Bénac 1956. − Bruant 1901. − Dup. 1961. − Guizot 1864. − Laf. 1878. − Lav. Diffic. 1846. − Le Roux 1752. − Lundquist (E. R.). La Mode et son vocabulaire. Quelques traces de la mode féminine du moyen âge suivis dans leur évolution sémantique. Göteborg, 1950, pp. 39-46; p. 63, 171. − Pope 1961, p. 486, 1137. − Sardou 1877. − Sommer 1882. − Synon. 1818.

Wiktionnaire

Verbe

affubler \a.fy.ble\ transitif ou pronominal 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’affubler)

  1. Couvrir d’un affublement.
    • […], ce même roi de France, faute d'un héraut […], fut contraint de suborner un valet, de l’affubler d'une bannière de trompette avec un trou an milieu , afin que le prétendu héraut passât sa tête au travers, et la jetât sur ses épaules en guise d'une cotte d'armes aux armes de France. — (« Quentin Durward », tome 15 des Œuvres de Walter Scott, traduites et annotées par Auguste-Jean-Baptiste Defauconpret, Paris : chez Furne, Charles Gosselin & Perrotin, 1835, note (p), p. 551)
    • Quelle pitié c'était de les voir toutes les deux, jolies, l’une blonde, l’autre brune, affublées comme des mendiantes, la grâce et la douceur en personnes. — (Marcel Jouhandeau, Chaminadour, Gallimard, 1941 et 1953, collection Le Livre de Poche, page 106.)
    • Malgré les souffrances physiques que j’endure au moment où je trace ces lignes, je me souviens non sans une mélancolie amusée de l’abominable caban bleu marine dont m’affublait l’autrice de mes jours sans tenir compte de mes supplications : […]. — (Alain Giraudo, Le Respect qu'on se doit, Mon Petit Éditeur, 2014, page 19)
    • S’affubler d’un manteau extraordinaire. — Elle s’affubla d’une longue mante. (Pronominal)
  2. (Figuré) (Familier) Couvrir ; recouvrir.
    • Les gens faibles se laissent aisément affubler par des directeurs et par des flatteurs. — (Antoine Furetière, Jean-Marc Mandosio, Les mots obsolètes, 1998)
    • Mais le populisme est un récit idéologique qui se met à l’abri des atteintes de la réalité, et se fonde sur la désignation d’un ennemi affublé de tous les vices, les élites du savoir et de la compétence. — (La lettre politique de Laurent Joffrin, « États-Unis : la faillite populiste », dans Libération du 8 avril 2020)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

AFFUBLER. v. tr.
Couvrir d'un affublement. On l'affubla d'un long crêpe, d'une longue robe. S'affubler d'un manteau extraordinaire. Elle s'affubla d'une longue mante. Fig. et fam., Être affublé de ridicules, Être couvert de ridicules.

Littré (1872-1877)

AFFUBLER (a-fu-blé) v. a.
  • 1Habiller d'une manière irrégulière, bizarre, ridicule. Ce fut elle [la maréchale de Villeroy] qui sans y penser affubla M. de Brissac de ce bonnet qu'ils ont mis [dans leurs armes], Saint-Simon, 10, 115.
  • 2S'affubler, v. réfl. Il s'était affublé d'un costume singulier.

HISTORIQUE

XIe s. Afublez est d'un mantel zabelin, Ch. de Rol. XXXIV.

XIIe s. [Il] afublé ot un petit mantel gris, Ronc. p. 14. Il fu bien afublez d'une pelice vaire, Sax. XXX. À la curt en ala, quant il i fu mandez ; Par desus le surpliz s'est de l'estole armez, D'une chape à canoine par desus afublez, Th. le Mart. 37.

XIIIe s. Lors prent li air son mantel inde, Qu'il vest trop volentiers en Inde, Si s'en afuble, et si s'apreste De soi cointir et faire feste, la Rose, 18215. Si tost com povreté l'afuble De son hideus mantel onuble…, ib. 4811. El [pauvreté] n'avoit plus que afubler, Grant loisir avoit de trembler, ib. 453. Quant les borgoises du chastel, Affublées de lor mantel, Rutebeuf, II, 177.

XVe s. Affublé d'un mantel, Froissart, II, II, 30. Philippe se leva moult tost et affubla une gonne, Froissart, II, II, 192. La damoiselle fut affublée par son serviteur d'un seau d'eau et de cendres, Louis XI, Nouv. XXXVII. Si ce ne fust pas l'amour de vos bons amis, je vous ferois affubler la prison de ceans, Louis XI, ib. XCIV.

XVIe s. Il s'en va le coiffer comme d'un chapeau d'albanois, le lui affublant du costé qu'il estoit rompu, Despériers, Contes, XXII. Puis s'affubla la teste avec sa robbe, Amyot, Démosth. 42. Luy s'estoit retiré à part, sans lumiere, gisant la teste affublée, de peur de voir personne, Amyot, Crassus, 52. Puis un beau guimple affubla par dessus, Prime, dougé [délicat au toucher], filé de main sçavante, Ronsard, 638. Generalement toutes les opinions superstitieuses dont sont affublés les enfans, femmes et esprits foibles, Charron, Sagesse, I, 41.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « affubler »

De l’ancien français afubler dérivé de fubler avec le préfixe a-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Affubler est pour affibler, de af pour ad (voy. À), et fibula, boucle, diminutif de fiber, qui est à l'extrémité (voy. FIBRE) ; bourguig. effeublai ; normand, affluber ; picard, affuler ; wall. afûler ; ital. affibbiare ; bas-lat. affibulare, affiblare.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « affubler »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
affubler afyble

Évolution historique de l’usage du mot « affubler »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « affubler »

  • Grâce à la réalité augmentée, les enfants peuvent s'affubler d'un chapeau Pokémon et personnaliser leurs clichés grâce à des stickers. Les parents pourront régler des alertes pour recevoir des rappels à l'heure du brossage. Doctissimo, Un Pokémon virtuel pour encourager les enfants à se brosser les dents
  • Ils l’affirment. Entre leur liste et celle de Frédérique Thiennot, les idées "sont proches". "Cela ne peut que fonctionner". Et ils le martèlent : "ce n’est pas le pouvoir qui nous intéresse. Nous voulons continuer à œuvrer pour Pamiers. Notre but est de proposer une nouvelle gouvernance en respectant chaque personne. Nous travaillons en totale confiance avec l’équipe de Frédérique Thiennot". Pour preuve, Marilyne Doussat effectue actuellement du porte à porte avec Frédérique Thiennot. Une personne qu’ils ont appris à connaître. "On a découvert quelqu’un de toujours disponible. Très à l’écoute de son équipe et qui va au-devant des gens. On prend plaisir à partager avec elle". L’inverse de ce qu’ils ont dénoncé en se présentant contre le maire. Et c’est pour cette raison qu’ils réfutent le qualificatif de traîtres dont André Trigano et avant lui un de ses célèbres opposants passent leur temps à les affubler. "On ne peut pas considérer cela comme une trahison. Avant la fin du mandat, nous avons fait savoir que nous ne poursuivrions pas dans cette ligne. Cela ne correspondait plus à nos convictions et à nos idées." "La simplicité aurait été de suivre le maire en attendant la suite. (André Trigano n’a jamais caché que Marilyne Doussat avait tout pour lui succéder un jour). En fait c’est du courage qu’on a eu", poursuivent-ils. ladepeche.fr, Pamiers. Xavier Fauré et Marilyne Doussat défendent leur alliance avec Frédérique Thiennot - ladepeche.fr
  • Le créateur autodidacte en profite et va jusqu'à obtenir la licence Disney afin d' affubler sa veste d’un Mickey Mouse ou d’un Donald Duck. Il baptise sa création “Desigual” (“pas pareil” en espagnol), un nom qui deviendra quelques mois plus tard celui de sa marque. Marie Claire, Desigual, griffe espagnole haute en couleur - Marie Claire
  • Mais qu’est-ce qui a motivé SpaceX à l’affubler d’un tel sobriquet ? Numerama, Au fait, pourquoi la capsule Crew Dragon de SpaceX s'appelle Crew Dragon ?
  • Nous parlons d’appel à témoin car nous aimerions retrouver l’auteure de cette fort juste harangue, qui pourrait se voir affubler de la qualité de Marianne américaine. Si notre appel pouvait arriver jusqu’à ses oreilles… Opinion Internationale, Une Black s’adresse aux Noirs : Appel à témoin, aidez-nous à retrouver la nouvelle Marianne américaine ! - Opinion Internationale

Images d'illustration du mot « affubler »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « affubler »

Langue Traduction
Anglais rig
Espagnol plataforma
Italien impianto
Allemand rig
Chinois 钻机
Arabe اجهزة
Portugais equipamento
Russe установка
Japonais 操作
Basque dorre
Corse rigalu
Source : Google Translate API

Synonymes de « affubler »

Source : synonymes de affubler sur lebonsynonyme.fr
Partager