Affaler : définition de affaler


Affaler : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

AFFALER, verbe trans.

I.− Emploi trans.
A.− MARINE
1. [Le compl. désigne un navire, ou, p. méton., le(s) navigateur(s)] Pousser vers la côte, faire échouer :
1. ... les vents sautèrent alors du sud au nord avec assez de violence, sans que cette saute de vent eût été annoncée par aucun nuage; le ciel était clair et serein, mais il devint très-noir, et je fus obligé de m'éloigner de terre pour ne pas être affalé avec les vents d'est. Voyage de La Pérouse autour du monde,t. 2, 1797, p. 389.
2. La France, navire qui porte Des millions de passagers, Jusqu'à présent, puissante et forte A dominé tous les dangers ... Sa grande nef que rien n'affale A d'une marche triomphale Suivi son cours audacieux. A. Pommier, Océanides et fantaisies,1839, p. 73.
3. On voit que malgré tous mes efforts pour gagner le plus possible au sud, les vents et les courants m'ont affalé beaucoup plus que je ne voulais dans l'ouest. Dumont d'Urville, Voyage au pôle sud et dans l'Océanie,t. 1, 1842, p. 39.
4. Pendant cette bourrasque, le ciel a été clair, avec des nuages en balayures. Soixante-quatorze pêcheurs ont louvoyé avec nous pour s'élever au vent, mais la plupart étant à varangues très plates, dérivent trop pour ne pas être affalés vers la banquise. P. Gaimard, Voyage en Islande et au Groënland à la recherche de« La Lilloise », rédigé par L. Méquet, 1852, p. 63.
2. Affaler un cordage. Tirer en bas, faire descendre. D'où ,,affaler un chalut à l'eau`` (Rob.) et, dans la langue de la pêche, ,,affaler une ligne, mouiller une ligne depuis une embarcation`` (Lar. encyclop.).
En partic. Terme de commandement. Affale, affalez :
5. Clubin, impassible, continua, dans cette vieille langue de commandement que ne comprendraient pas les marins d'à présent : − Abraquez. − Faites une marguerite si le cabestan est entravé. − Assez de virage. − Amenez. − Ne laissez pas se joindre les poulies des francs-funains. − Affalez. − Amenez vivement des deux bouts. − Ensemble. − Garez qu'elle ne pique. − Il y a trop de frottement. − Touchez les garants de la caliorne. − Attention. V. Hugo, Les Travailleurs de la mer,1866, pp. 207-208.
P. ext. Affaler une personne. Faire descendre une personne :
6. Souvent Will Halley intervenait et malmenait les deux marins avec force jurons. Ceux-ci, peu endurants, ne demandaient qu'à souquer cet ivrogne et à l'affaler à fond de cale pour le reste de la traversée. J. Verne, Les Enfants du capitaine Grant,t. 3, 1868, p. 25.
7. ... un malheureux, moins fort que les autres, crispé de froid, qui sentait qu'il ne se tenait plus, que le vertige venait, qu'il allait lâcher et tomber. Et les autres, par pitié, l'attachaient, pour essayer de l'affaler jusqu'en bas. P. Loti, Mon frère Yves,1883, p. 132.
B.− Argot
Affaler qqc.L'étendre par terre :
8. Étendre. Affaler. « L'hercule affala son tapis, aux coins duquel il plaça ses poids... » Bruant1901, p. 208.
Affaler qqn.Le faire tomber (cf. étendre, fam.) :
9. Affaler (...) coucher (...) « Du premier coup de poing, je l'ai affalé. » Rossignol, Dict. d'argot, argot-français et français-argot,1901, p. 4.
Rem. Syntagmes :
10. Affaler son grelot : se taire. Ch. Virmaître, Dict. d'argot Suppl.,1899, p. 4.
11. S'étendre. Affaler (...) son gnasse. Bruant1901, p. 208.
II.− Emploi pronom. S'affaler
A.− MARINE
1. [En parlant d'un navire, ou, p. méton., de navigateurs] Être porté vers la côte sous l'effet du vent et sans pouvoir se relever, s'échouer. Anton. se relever :
12. Le 11, par 53 degrés 54 minutes de latitude, on vit la terre à huit ou neuf lieues de distance : on s'en tint assez éloigné pour n'avoir point à craindre de s'y affaler, et cependant assez près pour n'en pas perdre la vue; ... Voyage de La Pérouse autour du monde,t. 1,1797, p. 138.
13. Les vents étaient fixés au sud avec une telle constance que, depuis près d'un mois, ils n'avaient pas varié de 20 degrés; et nous nous exposions, en courant ainsi vent arrière vers le fond de ce golfe, à nous affaler de manière à être obligés peut-être d'attendre le renversement de la mousson pour en sortir. Mais ce n'était pas le plus grand inconvénient; ... Voyage de La Pérouse autour du monde,t. 3, 1797, p. 53.
14. Je pensai que ce serait jouer trop gros jeu que de me laisser affaler dans ces détroits inconnus, au risque de ne plus pouvoir m'en relever, ou d'aller me briser contre quelque chaîne de glaces ou de roches. Dumont d'Urville, Voyage au pôle sud et dans l'Océanie,t. 2, 1842, p. 162.
15. En mettant la tête hors de l'entrepont, je fus frappé d'un spectacle sublime. Le bâtiment avait essayé de virer de bord; mais n'ayant pu y parvenir, il s'était affalé sous le vent. F.-R. de Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe, t. 1, 1848, p. 357.
16. Mais ce jour-là (...) la mer y était furieuse, [dans une crique] et il fallait une impossibilité absolue de remonter dans le vent pour s'y laisser affaler... H. Malot, Romain Kalbris,1869, p. 20.
2. [En parlant d'une pers.] Se laisser glisser (le long d'un cordage ou de qqc.) :
17. ... le docteur, profitant d'un moment d'inattention de Madame Bougnol, se cramponna vite à la corde et se laissa glisser jusqu'en bas presque sans toucher les marches de l'escalier, avec autant de rapidité qu'un matelot qui s'affale le long d'un cordage. E. Sue, Atar-Gull,1831, p. 34.
18. Toutes les bouches retenaient leur haleine, comme si elles eussent craint d'ajouter le moindre souffle au vent qui secouait les deux misérables. Cependant le forçat était parvenu à s'affaler près du matelot. Il était temps; une minute de plus, l'homme, épuisé et désespéré, se laissait tomber dans l'abîme; le forçat l'avait amarré solidement avec la corde à laquelle il se tenait d'une main pendant qu'il travaillait de l'autre. Enfin on le vit remonter sur la vergue et y haler le matelot; ... V. Hugo, Les Misérables,t. 1, 1862, p. 450.
Rem. G. Esnault ajoute à cet ex. le commentaire suiv. : ,,Parvenir à s'affaler ne signifie rien, s'affaler n'étant pas une gymnastique, il faut plutôt parvenir à ne pas s'affaler plus bas que la corde. On s'affale sur une manœuvre en s'y laissant glisser, avec une manœuvre en se laissant descendre par son poids avec elle. Ce que fit notre hardi gymnaste fut de se déhaler le long de la corde, (ce qu'Hugo rend par « descendre avec les mains »), et il parvint près du matelot. Dans la suite du même récit Hugo écrit : « Pour être plus promptement arrivé [sur le pont], il se laissa glisser dans le gréement ». C'est là que s'affaler pouvait être de mise.`` (G. Esnault, Commentaire des Misérables lors du dépouillement I.G.L.F., 1937).
19. Le Duncan venait en travers à la lame et ne gouvernait plus. (...) − À la machine! à la machine! cria la voix de l'ingénieur. John se précipita vers la machine et s'affala par l'échelle. Une nuée de vapeur remplissait la chambre; ... J. Verne, Les Enfants du capitaine Grant,1868, pp. 53-54.
20. « La remorque ne tiendra pas, dit une voix. − Quand elle tiendrait, ils [les matelots d'une barque] ne pourront jamais s'affaler le long du brick, » dit un autre. H. Malot, Romain Kalbris,1869, p. 19.
B.− Lang. cour., fam. et souvent péj. [En parlant d'une pers. qui ne peut plus se tenir droit] Se laisser tomber d'épuisement, s'effondrer pesamment, de tout son long. Anton. se redresser :
21. Au sortir de la table, Gautier s'affale sur un divan... E. et J. de Goncourt, Journal,mars 1872, p. 880.
22. ... Gabrielle reparaît affolée, reculant, les mains en avant, comme pour se protéger, devant l'apparition blanche qui s'avance sur elle. Les bras tendus, la tête courbée, en poussant des petits cris d'effroi, elle vient, par un mouvement arrondi, s'affaler à genoux devant le trou du souffleur, ... G. Feydeau, La Dame de chez Maxim's,1914, II, 10, p. 53.
23. Il s'affale dans un coin, entre nous, et s'étend. H. Barbusse, Le Feu,1916, p. 216.
24. M. de Guermantes se redressa dans le fauteuil où il s'était affalé, son chapeau à côté de lui sur le tapis, examina d'un air de satisfaction les assiettes de petits fours qui lui étaient présentées. M. Proust, À la recherche du temps perdu,Le côté de Guermantes 1, 1920, p. 231.
25. Conan s'ennuie, et il a, pour mes péchés, imaginé de venir s'ennuyer dans mon bureau. Il arrive, traînant ses semelles, tête basse, bras tombants, s'affale sur une chaise, et trace, du bout de sa canne, des demi-cercles sur la poussière du plancher. Parfois il se lève, s'en va à la fenêtre, fixe longuement la rue vide et revient à mon bureau brouiller mes papiers d'un doigt dégoûté et las. R. Vercel, Capitaine Conan,1934, p. 173.
Rem. 1. Syntagmes fréq. : s'affaler dans un fauteuil, sur un divan, sur une chaise, dans un coin. 2. Cet emploi est aussi attesté en arg., par lequel il est sans doute passé avant de pénétrer dans la lang. fam. :
26. [Le môme biffin à sa lanterne longue en papier] : T'es rien poivre (saoûl), tu ne tiens plus sur tes fumerons (jambes) (...) Tu vas t'affaler (tomber). Et il la laissait s'affaisser avec des zigzags. J. Richepin, Le Pavé,1883, p. 75.
27. Affaler (s') (...) Tomber à terre (...) je lui ai filé un coup de saccaille et il s'est affalé. J. Lacassagne, L'Argot du milieu, préf. de F. Carco,1928, p. 2.
P. compar. [En parlant d'un animal, ou d'une chose quelconque, abstr. ou concr.] Tomber pesamment :
28. Le troisième motif inspiré par la chasse représentait les eaux dans leur piège de glace. Dans les joncs qu'on eût dit recouverts de grésil, un canard s'affalait sous un coup de fusil. F. Jammes, Géorgiques chrétiennes,1911, p. 18.
29. Le goût de la saucisse doit être fouetté, je dirai même mordu, sans quoi il s'affale, il se vautre. Je le compare à une vache. Le Saint-Émilion achèvera de l'abrutir. J. Romains, Les Copains,1913, p. 279.
30. ... c'est miracle qu'elle [la tour Eiffel] ne soit pas déjà par terre. Elle est rouillée jusqu'à l'âme. Elle ne tient plus et va s'affaler. J'ai prévenu qui de droit. On ne veut pas me croire. Je m'en lave les mains. Mon rapport date de 1936. De l'exposition... B. Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 204.
S'étendre, se coucher :
31. On s'étend sur le parquet, ou plutôt, pour employer la locution familière aux élèves, on s'affale sur le géométral. G. Claris, Notre École polytechnique,1895, p. 114.
32. Affaler (s') (...) Se coucher. J'étais vanné de cette ballade, le soir je me suis affalé de bonne heure. J. Lacassagne, L'Argot du milieu, préf. de F. Carco,1928, p. 2.
Avouer, dénoncer (après l'effondrement des résistances intérieures) :
33. Affaler (s') : se dit d'une personne en état d'arrestation qui dénonce ses complices. (...) Allonger (s') : même sens. A. Le Breton, Du Rififi chez les hommes,1953, p. 237.
34. [Les policiers, à l'inculpé :] Le gars qui vous l'expédie [le stupéfiant, de Yougoslavie,] est emballé!... (...) Allons, décide-toi [à avouer]. Il s'est affalé, lui! A. Le Breton, Razzia sur la chnouf,1954, p. 107.
35. S'affaler : avouer; dénoncer. Ex. : il s'est affalé et m'a mis dans le bain. − Il a dit ce qu'il savait et m'a rendu responsable. Ch.-L. Carabelli,[Langue de la pègre].
Prononc. − 1. Forme phon. : [afale], j'affale [ʒafal]. Enq. : /afal/. Conjug. parler. 2. Dér. et composés : affale subst. fém. (cf. Lar. encyclop.), affalement.
Étymol. ET HIST. − 1. 1610 mar. « pousser (un bateau) vers la côte et le mettre en danger d'échouer » (Florimond Rémond, Naissance de l'hérésie, 17 ds A. Delboulle, R. Hist. litt. Fr. 1, p. 491 : les navires se trouvent affalez d'un grand temps en ceste coste); 2. 1687 « faire descendre un cordage, une charge » (Desroches, Dict. des termes propres de marine ds Jal t. 1 1970 : affaler quelque chose, comme une poulie où seroit passée une corde, ou une manœuvre, c'est la faire baisser); 1811 s'affaler « (d'une pers.) se laisser glisser le long d'un cordage » (Mozin-Biber t. 1 : [...] il s'affala − se laissa glisser − le long de la manœuvre); 3. p. ext. 1857 id. « (d'une pers.) se laisser tomber sur, dans » (E. et J. de Goncourt, Journal, déc. 1857, p. 429, infra s.v. affalé). Empr., pour le sens 2, au néerl. afhalen « faire descendre, abaisser ». Le sens 1 fait difficulté. EWFS2fait appel à un croisement avec néerl. afvallen qu'il traduit par « tomber sur le côté sans pouvoir se relever ». Valkh. 1931, pp. 42-43 et Jal 1970 voient dans fr. affaler deux mots, le sens 2 remontant au néerl. afhalen, le sens 1 au néerl. afvallen « tomber » et, selon Valkh. « tourner par suite d'un vent contraire »; cette division est jugée inutile ds FEW t. 15, s.v. afhalen. Il reste que dans le sens 1 il s'agit d'un complexe sém. où quatre éléments sont intimement unis : a) le vent (qui pousse), b) le bateau (qui est poussé), c) la côte (vers laquelle il est jeté), d) où il risque d'échouer ou de rester immobile. Aucun de ces éléments ne se trouve dans le sens 2, seuls le domaine et l'idée d'un mouvement étant communs aux deux sens. Peut-être le m. néerl. afhalen, qui peut signifier « enlever », a-t-il dans ce second sens également servi de point de départ au sémantisme du verbe fr.; la difficulté serait alors repoussée vers l'étymon.
STAT. − Fréq. abs. litt. : 91.
BBG. − Bailly (R.) 1969 [1946]. − Bar 1960. − Barb.-Card. 1963. − Barber. 1969. − Behrens D. 1923, p. 70. − Bél. 1957. − Bénac 1956. − Boiss.8. − Canada 1930. − Dup. 1961. − Esn. 1965. − Gruss 1952. − Jal 1848. − Lav. Diffic. 1846. − Le Breton 1960. − Le Clère 1960. − Mots rares 1965. − Nicholson (G.-G.). Recherches philologiques romanes. Paris, 1921, pp. 175-180; p. 184. − Prév. 1755. − Sain. Lang. par. 1920, p. 168. − Soé-Dup. 1906. − Will. 1831.

Affaler : définition du Wiktionnaire

Verbe

affaler \a.fa.le\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’affaler)

  1. (Marine) Abaisser un cordage pour l’aider à courir dans sa poulie ou dans son conduit et à descendre plus facilement.
    • Affaler une manœuvre.
  2. (Par extension) (Marine) Abaisser une voile.
    • L’équipage affala la misaine.
    • Si malgré tout, l’enrouleur reste bloqué, on peut toujours affaler le génois si l’enrouleur est en position déroulée complète. — (Gilles Barbanson, Jean Besson, Naviguer en solitaire ou en équipage réduit, 2005)
  3. Pousser un bâtiment, un navire vers la côte, en parlant du vent, et le mettre en danger d’échouer.
    • Le vent nous avait affalés sur la côte.
    • Le navire va s’affaler, s’il ne change pas de manœuvre.
  4. (Pronominal) Se laisser glisser le long d’un cordage, etc., pour descendre plus vite.
    • Ce matelot s’est affalé le long de tel cordage.
    • John se précipita vers la machine et s’affala par l’échelle. — (Jules Verne, Les Enfants du capitaine Grant, 1846)
  5. (Pronominal) (Par extension) (Familier) Se laisser tomber, se vautrer ou, simplement, tomber.
    • De fatigue, il s’affala sur un banc.
    • Il s’est affalé par terre de tout son long.
    • Mme Gaunie à l’épicerie s’affale sur le porte-parapluies, les jambes écartées : – « Quand vous me voyez faire ça, dit-elle, c’est que je suis bien lasse. » — (Marcel Jouhandeau, Chaminadour, Gallimard, 1941 et 1953, collection Le Livre de Poche, page 151.)
    • Autrefois mes journées se ressemblaient si fort que je me demandais parfois si je n’étais pas condamné à subir l’éternel retour de la même. Elles n’avaient pas beaucoup changé, elles gardaient la mauvais habitude de s’affaler en tremblotant ; mais moi, j’avais changé en elles ; ce n’était plus le temps qui refluait sur mon enfance immobile, c’était moi, flèche décochée par ordre, qui trouais le temps et filais droit au but. — (Jean-Paul Sartre, Les mots, 1964, collection Folio, page 194.)
  6. (Figuré) (Par extension) Réduire fortement.
    • Surtout quand elle se conjugue avec la miniaturisation, qui permet d’affaler les coûts de production. — (Isabelle Chaperon, Les robots tueurs menacent-ils notre sécurité ?, Le Monde. Mis en ligne le 21 novembre 2017)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Affaler : définition du Littré (1872-1877)

AFFALER (a-fa-lé) v. a.
  • 1Abaisser, soulager un cordage pour l'aider à courir dans sa poulie et à descendre.
  • 2Pousser vers la côte, en parlant du vent. Les vents ont affalé ce navire. Le navire est affalé.
  • 3S'affaler, v. réfl. En parlant d'un marin, se glisser le long d'un cordage. En parlant d'un navire, s'échouer.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Affaler : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

AFFALER, v. act. (Marine.) affaler une manœuvre, c’est la faire baisser. Voyez Manœuvre. (Z)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « affaler »

Étymologie de affaler - Littré

On le tire du flamand afhalen, tirer en bas. Le bas-breton affala ou affela, retomber, paraît emprunté au français.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de affaler - Wiktionnaire

(1610) Du néerlandais afhalen (« enlever ») ou afvallen (« tomber »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « affaler »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
affaler afale play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « affaler »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « affaler »

  • Avouez-­le, ça vous est déjà peut­-être arrivé de vous affaler sur votre canapé en regardant les aventures de l’exceptionnel chien policier Rex ! Le fidèle berger allemand remet la patte… à la pâte afin de résoudre de nouvelles énigmes. Cette fois­-ci, les intrigues se passent au Canada et Rex a pour maître l’inspecteur Charlie Hudson. À voir dès le 21 juin, chaque dimanche à 21h05 sur France 3. www.leveil.fr, Rejoignez le Bureau des Légendes, le retour de Rex... Les bonnes nouvelles du jour à retenir - Paris (75000)
  • Le bateau est mouillé, on peut mettre la bôme dans l’axe et affaler la grand-voile. , Mouiller sans stress en croisière, à la voile ou au moteur - Voile & Moteur
  • S’il y a bien une chose qui vous a manqué durant le confinement c’est la motivation pour vous mettre au sport ! Et visiblement, vous n’êtes pas la seule personne à avoir laissé vos bonnes résolutions de côté puisqu’en moyenne, le Belge a pris 2,5 kilos durant le confinement.  C’est le moment de se remettre en selle et de reprendre de bonnes habitudes. En effet, si à la fin de votre journée de boulot, vous vous sentez fatigué, vous affaler dans le canapé n’est pas une bonne idée : vous manquerez encore plus d’énergie ensuite ! Alors, prenez sur vous et forcez-vous à faire le running que vous vous étiez promis de faire. Quitte à vous bouger moins longtemps que prévu, le tout étant de se remettre en forme petit à petit. L’effort physique permet en effet de lutter contre la fatigue grâce à son effet énergisant. So Soir, Comment combattre la fatigue au quotidien ?
  • Entre Netflix, Prime Video, OCS, Disney+ ou Anime Digital Network... je collectionne les souscriptions et j'ai donc l'embarras du choix au moment de m'affaler sur mon canapé pour regarder un film ou une série. Quand je ne suis pas influencé (contraint ?) par Madame, mon choix se porte rarement sur le service de SVoD de Mickey. CNET France, Disney+ : après The Mandalorian, pourquoi j'ai moins regardé la plateforme de streaming de Mickey - CNET France
  • « La voile pourrait être le premier sport à reprendre la compétition en France, dès le 4 juillet. La Course baptisée ''Vendée Arctique Les Sables'' se confirme ?C'est le discours qui est tenu - on a encore eu une réunion via internet ce vendredi - et je vois pas pourquoi embarquer trente équipes s'il n'y a pas des certitudes derrière. Ce sera tout un protocole. Il n'y aura pas de rassemblement au port avant, chacun partira, seul, de son port d'attache, de Lorient, La Rochelle, Port-la-Forêt ou Caen. À nous de nous arranger pour être là et couper la ligne au bon moment, quitte à attendre sur place, en espérant qu'il n'y aura pas 25 noeuds de vent et qu'on ne sera pas obligé d'affaler et de se compliquer la vie. L'Équipe, Vendée-Arctique-Les Sables : Clément Giraud embarque ''Monsieur Madame'' - Voile - Vendée Globe - L'Équipe
  • On peut affronter la brise, mais il vaut mieux s'affaler dans la tempête. De Stephen King / La ligne verte

Vidéos relatives au mot « affaler »

Traductions du mot « affaler »

Langue Traduction
Portugais dormir
Allemand herumliegen
Italien ammainare
Anglais slouch
Source : Google Translate API

Synonymes de « affaler »

Source : synonymes de affaler sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « affaler »


Mots similaires