La langue française

Adouber

Sommaire

  • Définitions du mot adouber
  • Étymologie de « adouber »
  • Phonétique de « adouber »
  • Évolution historique de l’usage du mot « adouber »
  • Citations contenant le mot « adouber »
  • Traductions du mot « adouber »
  • Synonymes de « adouber »

Définitions du mot « adouber »

Trésor de la Langue Française informatisé

ADOUBER, verbe trans.

A.− HIST. FÉOD. Armer quelqu'un chevalier :
1. Le soin d'armer l'adolescent n'avait pu appartenir, originellement, qu'à un chevalier déjà confirmé dans ce titre (...) Mais il arrivait aussi qu'on le confiât à un prélat. Dès 846, le pape Serge avait passé le baudrier au Carolingien Louis II. De même, Guillaume le Conquérant fit plus tard adouber un de ses fils, par l'archevêque de Canterbury... M. Bloch, La Société féodale,Paris, Albin Michel, t. 2, 1940, p. 51.
B.− P. ext., vieilli. Équiper, arranger.
1. Emploi trans., MAR. Réparer (un navire) (d'apr. Jal 1848).
Rem. On dit mieux radouber*, plus souvent attesté que adouber dans les dict. de mar. contemp.
2. Emploi abs., JEUX (échecs) :
2. Toucher au trictrac et aux échecs, une pièce seulement pour l'arranger et non pour la jouer. Il n'est guère usité qu'au présent j'adoube. C.-M. Gattel, Nouveau dict. portatif de la langue française,1797.
3. Adouber : Toucher une pièce amie ou ennemie, non pas dans l'intention de la jouer ou de la prendre, mais seulement pour la mettre correctement en place. Pour éviter tout malentendu, on énonce cette intention en disant avant de toucher la pièce « j'adoube » (expression française qui s'est transmise dans toutes les langues et chez tous les peuples). X. Tartakover, Bréviaire des échecs,1936, p. 48.
Rem. Encyclop. t. 1 1751 cite ce terme sous la forme adoubler non rencontrée ailleurs.
3. Régionalisme
a) ART CULIN. :
4. Adouber. Mettre du beurre ou du lard dans la soupe. C. Rouleau, Essai de folklore de la Sologne bourbonnaise,1935, p. 42.
Rem. FEW signale cet emploi également dans de nombreuses régions du sud de la Loire, dans le Béarn et aussi dans certaines régions du sud-est (Nice, Aix, ...).
b) MÉDECINE :
5. Adouber... Lg. − Remettre un membre cassé ou démis, réduire une fracture, une luxation. Syn. de Raccommoder. Verr.-On. t. 1 1908, p. 16.
c) TEXTILE :
6. Adouber (Thn.), v. a. et n. − Étirer un brin de fil pour faire disparaître un maton. Syn. de Éneiller. Verr.-On. t. 1 1908, p. 16
Rem. gén. 1. Malgré la diversité des domaines dialectaux où il est fait usage de adouber, on y trouve toujours le sens de accommoder, raccommoder, mettre en état. 2. Attesté ds Mots rares 1965, ce mot, comme tout arch., peut être employé de nos jours de façon iron. ou fam. pour exprimer l'action de se préparer, de s'apprêter (cf. aussi La Châtre t. 1 1865, p. 101).
Prononc. − 1. Forme phon. : [adube], j'adoube [ʒadub]. 2. Dér. et composés : adoubement, adoubeur (arch., cf. Ac. Compl. 1842), radouber (cf. Rob.) − Rem. Le mot est signalé comme arch. dès Ac. Compl. 1842.
Étymol. ET HIST. − 1. 1100 « équiper, armer (un homme de guerre) » (Roland, éd. Bédier, 1797 : adubent lor cors D'osbercs e de helmes); 2. id. « préparer (des armes) » (Ibid., 713 : escuz as cols e lances adubees); xiies. « orner, rehausser » (une arme) (Pèler. de Charlemagne, éd. Koschwitz, 458 ds T.-L. : s'espee al poign d'or adobet); 3. av. 1150 « armer chevalier » (Charroi de Nismes, éd. Jonckbloet, 25 ds T.-L. : Chevalier furent de novel adoubé), fréq. au xiies. Prob. de l'a. b. frq. *dubban, que Brüch (Z. fr. Spr. lit., XLIX, p. 290 et J. Brüch, Einfluss der germ. Sprachen auf das Vulgärlatein, 1913, pp. 37-38) déduit de l'a. fris. dubba « frapper » (Wiarda, Gesch. der ausgestorbenen altfries. Sprache, p. 94 ds J. Brüch, Einfluss der germ. Sprachen auf das Vulgärlatein, 1913), cf. fris. oriental dubben « frapper », m. néerl. dubben « secouer »), peut-être à rattacher à l'i.-e. dheubh-, dhubh « frapper », IEW, p. 268. Attesté d'abord en fr. comme terme milit. et spécialisé comme terme de chevalerie (on frappait le futur chevalier du plat de l'épée); empr. comme tel par l'a. nord. dubba « armer chevalier, préparer » (De Vries Anord. 1962), l'a. angl. dubban « id. » (NED dep. 1085, s.v. dub). Le fait qu'il s'agit d'un terme de chevalerie rend improbable l'hyp. d'un empr. du fr. à l'angl. sax. dubban, a. nord. dubba « frapper » (Diez5; Berger, Lehnwörter, p. 315; Hopfgarten, Altfrz. Wörter., p. 34) et celle d'un empr. de l'a. nord. à l'ags. (Falk-Torp 1960 s.v. Andøve). L'aire géogr. des formes germ. suggère une orig. « ingwaeone ». Fr. empr. comme terme féod. par prov., ital., esp., cat., port. Du sens « armer chevalier » est issu celui de « préparer », terme gén. et terme techn. − Gam. Rom2. t. 1, 1970, pp. 289-290 et p. 337.
BBG. − Bar 1960. − Bél. 1957. − Bénac 1956. − Berger (H.). Die Lehnwörter in der französischen Sprache ältester Zeit. Leipzig, 1899, p. 315. − Boiss.8. − Brøndal (V.). Et Ridderord i Oldnordisk. In : [Mélanges Jønsson (F.)]. København, 1928, pp. 365-376. − Brüch (J.). Bemerkungen zum französischen etymologischen Wörterbuch E. Gamillschegs. Z. fr. Spr. Lit. 1927, t. 49, p. 290. − Brüch (J.). Der Einfluss der germanischen Sprachen auf das Vulgärlatein. Heidelberg, 1913, pp. 37-38. − Dupin-Lab. 1846. − Hopfgarten (Gerhard). Der Untergang altfranzösischer Wörter germanischer Herkunft. 1926, pp. 34-40. − Jal 1848. − Mots rares 1965. − Prév. 1755.

Wiktionnaire

Verbe

adouber \a.du.be\ transitif ou intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Confirmer dans sa position ; reconnaître l’expertise, la légitimité ; officialiser ; approuver ; entériner ; légitimer
    • Elles sont ces humbles femmes que, telle Dulcinée du Toboso, j’adoube de mon intérêt, quand ce ne sont que des filles de ferme. — (Amélie Nothomb, Barbe bleue, Albin Michel, Paris, 2012, p. 30)
    • La Ligue arabe adoube l’opposition syrienne. Le sommet des leaders de la région entérine également le « droit » d’aider militairement les adversaires de Bachar el-Assad. — (Delphine Minoui, Le Figaro, 28/03/2013)
    • La France adoube Tours Cité de la gastronomie, — (Pascal Landré, La Nouvelle République, 20/06/2013)
    • Albert Uderzo adoube les nouveaux auteurs d'Astérix : « Ces deux auteurs [Jean-Yves Ferri et Conrad] seront les dignes héritiers de notre tandem [Uderzo et Goscinny] », — (Olivier Delcroix, Le Figaro, 01/02/2013)
    • Google 'adoube' un Catalan, Firebots, en reconnaissant par un agrément son expertise en monétisation d’audiences — (Frédérique Michalak , L'Indépendant, le 29 mai 2013)
    • Élections cantonales 2013. Didier Bonny adoubé par un Parti pirate redéfini — (Sophie Simon, La Tribune de Genève,15.06.2013)
  2. (Intransitif) (Jeu d’échecs) Sert à indiquer qu’on touche une pièce non pour la jouer, mais pour l’arranger.
    • J’adoube.
    • Le verbe « adouber » ne s’emploie plus en français qu’au jeu d'échecs et pour évoquer la mise de l’armure. — (Alain Aucouturier, Aux innocents, les mains pleines, 1999)
  3. (Désuet) Ordonner chevalier, revêtir un homme d’armes défensives.
    • Voilà le Roi enchanté de notre jeune héros: il veut sur-le-champ l'adouber. — (Léon Gautier, Les épopées françaises: livre 1. Geste du roi, 1867)
  4. (Marine) (Désuet) Réparer, raccommoder.
    • Adouber une voile.
    • Aujourd'hui adouber signifie réparer ou raccommoder la carcasse et la charpente d'un vaisseau; boucher des trous dans une fontaine. — (Alexandre Miltitz, Manuel des consuls: Volume 2, Partie 1, 1838)
  5. (Fontainerie) (Désuet) Boucher les trous d'une conduite, rétablir une machine hydraulique telle qu'une pompe.
  6. (Béarn)(Sud-Est) Mettre de la matière grasse dans un plat.
    • Adouber les pâtes avec du beurre.
  7. (Anjou)(Centre-Ouest) Réduire une fracture, une luxation, une foulure.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ADOUBER. v. tr.
Arranger. Il a vieilli. Il signifie, en termes de Marine, Réparer, raccommoder. Adouber une voile. En termes de jeu de Trictrac et de jeu d'Échecs, il sert à indiquer qu'on touche une pièce non pour la jouer, mais pour l'arranger. Alors il devient intransitif. J'adoube. Dans ces deux sens il a vieilli. Il signifiait autrefois et signifie encore quelquefois Revêtir un homme d'armes défensives.

Littré (1872-1877)

ADOUBER (a-dou-bé) v. n.
  • 1N'est guère usité qu'au trictrac et aux échecs, quand on dit j'adoube, indiquant qu'on touche un pion pour l'arranger, non pour le jouer.
  • 2 Terme de marine. Réparer, raccommoder.

HISTORIQUE

XIe s. Escuz au col et lances adubées, Ch. de Rol. 54. Li empereres touz primerains s'adube, ib. 213. Adubez-vous ; sempres aurez bataille, ib. 226.

XIIe s. Cil adoba le roi Marsillion, Roncisv. p. 29. Desor un mont s'est Rolant adobez, ib. p. 36. [Chevaliers] Qu'il ot fait adober en son maistre donjon, Sax. 8.

XIIIe s. Il dist qu'à pentecoste chevaliers [il] les fera, Droit au Mans la cité ; là les adoubera, Berte, 108. Es vous par la bataille le frere dant Tangré [du seigneur Tancrède] ; On l'apeloit Guillerme, un chevalier membré ; En lui ot moult bel homme de novel adobé ; Son sens ne puet tenir, puisque on l'ot armé, Ch. d'Ant. III, 92.

XIVe s. De ce qui lui failli, l'ont très bien adoubé, Guesclin, 1 744.

XVe s. Les deux bretons qui n'entendoient que à malice, pourveirent cette tour de trente compagnons bien armés et adoubés, Froissart, III, IV, 11. Et si ne sçavoit le duc de Bourgongne adouber [arranger] avec eux le fait du connestable, Commines, IV, 6. Le chemin est tel que la nature l'a fait, et n'y a a rien adoubé, Commines, VIII, 5. Et lui fut adoubée sa playe, qu'il avoit au col, Commines, I, 4.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « adouber »

De l’ancien français adouber lui même venant de douber («avec le même sens») et plus avant du vieux-francique *dubban (« frapper »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Mot dérivé de douber avec le préfixe a-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Wallon, adobé, qui a reçu un fort coup ; bas-lat. adobare ; provenç. adobar ; espagn. adobar ; ital. addobbare. Du Cange dérive ce mot de adoptare, dans le sens de adouber chevalier ; Ménage, de l'italien addoppiare, doubler ; Henschel, et après lui Diez, du mot germanique dubban, frapper (voy. DAUBER), parce qu'en effet, dans le cérémonial, on frappait le chevalier en l'armant. Cette dernière opinion est confirmée par l'ancien anglais dub, un coup, et to dub, adouber chevalier. On comprend comment ad-douber, c'est-à-dire toucher à, frapper à, a pu donner les sens divers de adouber, adobare, qui a signifié orner, réparer. Le wallon est le seul qui ait conservé le sens primitif, dont on ne trouve aucun exemple dans les anciens textes.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « adouber »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
adouber adube

Évolution historique de l’usage du mot « adouber »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « adouber »

  • Ce refrain, qui fredonne dans l’esprit de plus d’un congolais, les a poussés à prendre d’assaut les rues de la capitale kinoise pour dire non à une quelconque tentative d’adouber, d’aliéner ce ministère censé exercer en toute droiture et indépendance. , mediacongo.net - Actualités - Réformes de la justice : le FCC veut protéger ses arrières
  • Chaque aire géographique dispose d’un nombre de sièges attitré : cinq pour l’Afrique-Asie, un pour l’Europe orientale, deux pour l’Amérique latine et les Caraïbes, et deux pour l’Europe occidentale et les autres États. Pour maximiser leurs chances, les pays essaient de se faire adouber par la région qu’ils vont représenter s’ils sont élus. La Croix, ONU : lutte pour le siège de membre non-permanent
  • Si les maires sont populaires, comment expliquer que les électeurs ne se déplacent plus en masse pour les « adouber », une tendance qui était d’ailleurs à l’œuvre avant la pandémie ? « Proximité et confiance vont ensemble dans le système politique français. C’est pour cela que les maires sont appréciés. Mais la confiance ne déclenche pas automatiquement un acte de vote. Il faut pour cela un enjeu politique fort. Y en a-t-il un dimanche ? Non ! On sait déjà que La République en marche a perdu ces municipales. Quant à un éventuel changement de modèle de société, il dépend de facteurs nationaux et internationaux. Les communes joueront leur rôle mais elles ne seront pas tout de suite en première ligne », analyse Romain Pasquier. Le Telegramme, Municipales 2020 : pourquoi l’abstention s’annonce massive dimanche - France - Le Télégramme

Traductions du mot « adouber »

Langue Traduction
Anglais knight
Espagnol armar solemnemente
Allemand zum ritter schlagen
Source : Google Translate API

Synonymes de « adouber »

Source : synonymes de adouber sur lebonsynonyme.fr
Partager