La langue française

Adieu

Sommaire

  • Définitions du mot adieu
  • Étymologie de « adieu »
  • Phonétique de « adieu »
  • Évolution historique de l’usage du mot « adieu »
  • Citations contenant le mot « adieu »
  • Traductions du mot « adieu »
  • Synonymes de « adieu »

Définitions du mot adieu

Trésor de la Langue Française informatisé

ADIEU, interj. et subst. masc.

I.− Interjection
A.− Formule de salutation adressée, à la fin d'un entretien ou d'une lettre à une personne dont on prend congé pour toujours ou pour un temps présumé long :
1. ... adieu! oui, je vous confie à Dieu, que j'implorerai pour vous, à qui je demanderai de vous faire une belle vie; ... H. de Balzac, Louis Lambert,1832, p. 150.
Loc. Adieu, en voilà assez. ,,Locution familière dont on se sert quand on veut congédier un importun, finir un entretien qui ennuie.`` (Ac. 1798-1878).
Rem. Région. Bonjour :
2. − Eh! adieu! me dit-il, en me saluant à la mode de son pays, car M. Safrac est né sur le bord de la Garonne... A. France, Balthazar,1889, p. 76.
B.− Au fig. [Précédant immédiatement un nom de chose avec lequel adieu forme un syntagme exclam.] Formule par laquelle on constate avec joie ou tristesse
1. la disparition ou la mise hors service de choses :
3. ... adieu livres poudreux, adieu froide lecture! Du grand livre des champs les trésors sont ouverts : Partons, que les beaux lieux me rendent les beaux vers! J. Delille, L'Homme des champs,1800, p. 39.
4. ... avant que les vendangeurs se soient penchés sur la première grappe, nous chantons déjà dans notre cœur : « adieu paniers! Vendanges sont faites... » F. Mauriac, Journal2, 1937, p. 115.
Rem. Il s'agit dans cet ex. d'une formule proverbiale qui se dit figurément ,,de toutes les choses dont on n'a plus que faire, ou dont on ne se soucie plus`` (Ac. 1798), ,,de toutes les affaires manquées sans ressource, et quelquefois de celles qui sont entièrement terminées`` (Ac. 1835, Ac. 1878), ,,de toutes les affaires manquées`` (Ac. t. 1 1932).
2. ou la fin de manifestations récentes de la vie affective ou morale, etc. :
5. − Adieu, humiliation, haines, sarcasmes, travaux dégradants, incertitudes, angoisses, misères, tortures du cœur, adieu! oh! quel bonheur, je vous dis adieu! A. de Vigny, Chatterton,1835, III, 7, p. 336.
6. ... adieu les caprices; ils ne sont plus écoutés ou plutôt ils ont délogé, laissant la place à un esprit de constance, de recueillement dont je suis moi-même tout édifié. M. de Guérin, Correspondance,1838, p. 342.
Rem. ,,Même construction dans le proverbe Après la fête, adieu le saint!`` (Quillet 1934).
Loc., vieilli. Je ne vous dis pas adieu, ou par brachylogie, sans adieu. Fam. Formules adressées à une personne que l'on quitte pour un court moment. Synon. au-revoir :
7. ... c'est par la lâcheté que le démon vous tient; la fausse honte, la fausse humilité qu'il vous insinue, ce sont elles qui nourrissent, qui conservent, qui solidifient, en quelque sorte, votre luxure. Allons, sans adieu, revenez bientôt me voir. J.-K. Huysmans, En route,t. 1, 1895, p. 127.
II.− Emploi subst.
A.− Au sing.
1. Dire adieu (à quelqu'un ou à quelque chose)
a) [À des pers.] Prononcer la formule d'adieu en prenant congé de quelqu'un :
8. J'ai bâti entre vous et moi les contes les plus extravagants pour penser que si j'avais été un homme supérieur, je ne vous aurais pas rencontrée pour vous quitter et vous dire adieu comme à tout le monde; ... F. Soulié, Les Mémoires du diable,t. 1, 1837, p. 171.
9. ... je suis bien malheureux! tu m'as dit adieu! Je ne veux pas de ton adieu; je te dis : au revoir! mais non pas adieu! M. Du Camp, Mémoires d'un suicidé,1853, p. 145.
10. hans. − Et un vrai adieu, vous l'entendez! Les amants qui d'habitude se disent adieu, au seuil de la mort, sont destinés à se revoir sans arrêt, à se heurter sans fin dans la vie future, à se coudoyer sans répit, à se pénétrer sans répit puisqu'ils seront des ombres dans le même domaine. Il se quittent pour ne plus se quitter. J. Giraudoux, Ondine,1939, III, 6, p. 218.
11. − Et vous êtes jaloux, peut-être. − Non, pas jaloux. J'ai ma part. Attendez une seconde. Attendez, là, dans le jour de la fenêtre avant d'aborder l'autre étage. Attendez que je vous dise adieu. − Quoi? vous allez donc me quitter? − Adieu jusqu'à demain. G. Duhamel, Chronique des Pasquier,Suzanne et les jeunes hommes, 1941, p. 47.
b) Au fig. [À des objets fam., à des sentiments] Se séparer pour toujours de quelque chose, y renoncer par un acte conscient et souvent à regret (cf. ex. 4) :
12. Elle [Yamina] apprit à fond la langue française, dit adieu pour toujours à ses vestes brodées et à ses pantalons de soie rose... A. Daudet, Le Nabab,1877, p. 125.
13. Laisse-moi dire adieu à cette légèreté sans tache qui fut la mienne. Laisse-moi dire adieu à ma jeunesse. J.-P. Sartre, Les Mouches,1943, II, 4, p. 64.
Rem. 1. Dans cette loc., adieu est le plus souvent employé sans art.; dans l'emploi fig., il peut être déterminé par un adj., et le groupe adj. + subst. est alors précédé de l'art. un :
14. Il me sembla que je disois un éternel adieu au bonheur et à la gloire... Mmede Genlis, Les Chevaliers du Cygne,t. 2, 1795, p. 272.
Rem. 2. Le compl. est fréquemment déterminé par un poss.
2. D'adieu [Construit avec un nom désignant un discours, une réception, une visite, etc.] Donné ou fait pour prendre congé :
15. Je l'ai quitté il y a six heures; je l'ai vu boire le vin d'adieu, chanter gaiement et monter à cheval, et de loin me saluer de la main en faisant caracoler son cheval. A. Karr, Sous les tilleuls,1832, p. 18.
16. Le discours d'adieu du général Washington au peuple des États-Unis pourrait avoir été prononcé par les personnages les plus graves de l'Antiquité : ... F.-R. de Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe, t. 1, 1848, p. 347.
17. Yves, petit Pierre et moi, nous allons à la chaumière des vieux Keremenen, pour ma visite d'adieu à la grand'mère Marianne. P. Loti, Mon frère Yves,1883, p. 415.
3. Au fig. [En toute fonction] Acte par lequel une personne renonce volontairement et définitivement à un bien :
18. ... l'adieu au bonheur est le commencement de la sagesse et le moyen le plus sûr pour trouver le bonheur. E. Renan, Hist. des origines du Christianisme,Marc-Aurèle, 1881, p. 471.
19. ... elle se résolut à la mort. Elle s'y décida tout d'un coup, tranquillement, comme s'il s'agissait d'un voyage, sans réfléchir, sans voir la mort, sans comprendre que c'est la fin sans recommencement, le départ sans retour, l'adieu éternel à la terre, à la vie. G. de Maupassant, Contes et nouvelles,t. 2, Yvette, p. 540.
Rem. Cet emploi est proche de celui que l'on trouve dans le syntagme dire adieu à quelque chose, supra A 1 b.
B.− Au plur. Prise de congé au moment d'une séparation définitive et de ce fait très émouvante. Les adieux de Fontainebleau :
20. − Mais c'était du passé, déjà. Comme ces tristes adieux, sur le quai d'une gare, quand l'attente se prolonge avant le départ du train : ... R. Rolland, Jean-Christophe,Les Amies, 1910, p. 1128.
Faire ses adieux :
21. ... c'est la sorte de mélancolie poignante et pieuse que le crépuscule du soir soulève tout naturellement dans toute âme : « heure qui remue les regrets et qui attendrit le cœur de ceux qui parcourent les mers, le jour où ils ont fait à leurs amis leurs tendres adieux;... M. Barrès, Mes cahiers,6 juill. 1905-6 mai 1906, p. 116.
Rem. Le sing. est rare dans cet emploi :
22. ... avant de se séparer du monde, on lui doit un adieu. C'est de la plus stricte politesse. L. Reybaud, Jérôme Paturot,1842, p. 140.
Au fig., poét. :
23. ... à peine une ligne blanche perdue dans la brume se dessinait au pourtour de l'horizon. C'était la dernière lueur du crépuscule, le dernier adieu du jour. G. Sand, Lélia,1833, p. 89.
Stylistique − Conformément à son étymol., adieu fonctionnait encore au xixes., c.-à-d. comme une formule de politesse cour. et neutre. On disait facilement adieu, à tout à l'heure. Mais au xxes., l'emploi des différentes formules de civilité et de salutations s'est plié à des règles plus strictes (cf. Littré. Synon. de adieu : bonjour, bonsoir, bonne nuit). Au revoir dont Littré ne parle pas sous adieu, l'a peu à peu supplanté du moins dans l'usage cour., adieu étant réservé à la séparation définitive au ton quelque peu solennel ou d'une intense affectivité.
Prononc. : [adjø]. Cf. dieu. Enq. : /adiø1/.
Étymol. ET HIST. I.− Interj. Fin xiies. adeu « formule pour prendre congé » (Mort de Garin, 461 ds Gdf. Compl. : Girbers parole au riche roi Pepin : Sire, fait-il, j'en irai le matin Et dit li rois : Adeu, sire cosin). II.− Subst. 1458 adieu « action de dire adieu » (Conq. de Charlem., ms. Brux. 9067, fo4 vods Gdf. Compl. : Au congié prendre, baisa les dames et dist le gracieux adieu a un chascun). Formé de à* et de Dieu, par réduction brachylogique de la formule plus explicite : (je) vous (re)commande à Dieu.
STAT. − Fréq. abs. litt. : 9 633. Fréq. rel. litt. : xixes. : a) 23 626, b) 18 758; xxes. : a) 8 453, b) 5 671.
BBG. − Bailly (R.) 1969 [1946]. − Bél. 1957. − Bénac 1956. − Daire 1759. − Dem. 1802. − Fér. 1768. − Lacr. 1963. − Marcel 1938. − Thomas 1956.

Wiktionnaire

Nom commun

adieu masculin

  1. Action de quitter une autre personne pour une longue période ou même pour toujours.
    • Puis les adieux furent rapidement faits, et chacun se plaça dans le traîneau qui lui avait été désigné d’avance. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • Entre la plupart des assistants et des militaires, il se disait des adieux peut-être éternels. — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • Pendant que dans la grande cour de l’hôtel de la Poste on attelait les chevaux de la lourde diligence et qu’on chargeait les colis, les adieux vingt fois répétés étaient de part et d’autre comme une série d’arrachements. — (René Vallery-Radot, La vie de Pasteur, Hachette, 1900, Flammarion, 1941, p. 16)
    • La caravane ne s’ébranla qu'après d’interminables adieux : ceux qui restaient priaient Allah d’accorder sa bénédiction aux voyageurs. — (Out-el-Kouloub, Zariffa, dans « Trois contes de l'Amour et de la Mort », 1940)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ADIEU. Loc. interj.
Terme de civilité et d'amitié dont on se sert en prenant congé de quelqu'un. Adieu, monsieur. Adieu, je m'en vais. Adieu, jusqu'au revoir. Je ne veux vous dire que bonjour et adieu. Dire adieu, Prendre congé. Il est allé dire adieu à un tel. Il ne dit jamais adieu à ses amis. Il ne lui a seulement pas dit adieu. Il y eut bien des larmes répandues quand ils se dirent adieu. Fam., Je ne vous dis pas adieu, ou Sans adieu, se dit à une Personne qu'on ne quitte que pour peu d'instants, qu'on se propose de revoir bientôt. Fig., Dire adieu à quelque chose, Y renoncer. Il a dit adieu au monde. Il a dit adieu au Palais. Dire adieu aux plaisirs, aux muses.

ADIEU se dit quelquefois figurément et familièrement en parlant d'une Personne qui est dans un péril évident ou d'une Chose qui court un grand risque. Si la fièvre vient à redoubler, adieu le malade. Si vous touchez à ce plateau, adieu mes porcelaines. Adieu mon argent. Prov., Adieu panier, vendanges sont faites, se dit figurément de Toutes les affaires manquées. Il s'emploie aussi comme nom masculin. Un éternel adieu. Un dernier adieu. Un triste adieu. Les adieux furent longs et tendres. Les adieux de Fontainebleau.

Littré (1872-1877)

ADIEU (a-dieu, au plur. a-dieû)
  • 1Loc. adv. dont on se sert par civilité en prenant congé. Dire adieu. Adieu, j'assiégerai Néron de toutes parts, Racine, Brit. III, 5.
  • 2Dire adieu signifie quelquefois prendre congé. Il est allé dire adieu à son ami. Je n'ai pas encore dit adieu à Eucharis, Fénelon, Tél. VII. Elle recevait des visites d'adieu dans les formes, Hamilton, Gramm. 8. La faculté dit adieu là-dessus, La Fontaine, Cont. Abb. mal.
  • 3Je ne vous dis pas adieu, ou sans adieu, se dit familièrement à une personne qu'on se propose de revoir bientôt.
  • 4Adieu vous dis, locution familière et qui vieillit, pour adieu simplement.

    Fig. Adieu vous dis, il ne faut plus compter sur… Mais si dorénavant votre imprudence éclate, Adieu vous dis, mes soins, pour l'espoir qui vous flatte, Molière, l'Étour. II, 1. Adieu vous dis, qui n'est plus usité en ce sens, est ici une sorte d'adverbe composé.

  • 5 Fig. Dire adieu à quelque chose, y renoncer. Il a dit adieu à la poésie. Quoi ! votre muse en monstre érige la sagesse ! Vous blâmez ses enfants, et leur crédit vous blesse ! Vous, jeune homme ! au bon sens avez-vous dit adieu ? Gilbert, Le XVIIIe siècle. Que Dorval, à la roulette, à tout son or dise adieu, Béranger, Homme rangé.
  • 6Absolument et figurément, adieu exprime la disparition, la perte. L'âge la fit déchoir : adieu tous les amants, La Fontaine, Fab. VII, 5. Haranguez de méchants soldats ; Ils promettent de faire rage : Mais, au moindre danger, adieu tout leur courage, La Fontaine, ib. IX, 19. Adieu mes nourrissons, si vous les rencontrez, La Fontaine, ib. V, 18. Adieu notre braverie ! Molière, Préc. 16. Puisqu'il n'y a autour de la lune ni vapeurs assez grossières, ni nuages pluvieux, adieu l'arc-en-ciel avec l'aurore, Fontenelle, Mondes, 3e soir. Je vais combattre, Agnès l'ordonne. Adieu repos ; plaisirs adieu ! Béranger, Charles VII.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « adieu »

Forme elliptique de l’expression d’ancien français a Dieu vos comant (« je te/vous recommande à Dieu »), issu du latin ad Deum (« à Dieu »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « adieu »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
adieu adjø

Évolution historique de l’usage du mot « adieu »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « adieu »

  • J'ai cueilli ce brin de bruyère L'automne est morte souviens-t'en Nous ne nous verrons plus sur terre Odeur du temps brin de bruyère Et souviens-toi que je t'attends. Guillaume Apollinaire de Kostrowitzky, dit Guillaume Apollinaire, Alcools, l'Adieu , Gallimard
  • Bientôt nous plongerons dans les froides ténèbres ; Adieu, vive clarté de nos étés trop courts ! Charles Baudelaire, Les Fleurs du Mal, Chant d'automne
  • […] Adieu veau, vache, cochon, couvée. Jean de La Fontaine, Fables, la Laitière et le Pot au lait
  • Le regard indifférent est un perpétuel adieu. De Malcolm de Chazal / Sens-plastique
  • Adieu, toi que j'ai tant aimée, que j'aime tant encore, toi qui as rempli pour jamais ma vie d'amour et de douleur. Adieu, je pleure en écrivant ce mot. Adieu... adieu !... De Alphonse Karr / Une heure trop tard (1833)
  • Il ne faut jamais dire adieu, cela porte malheur. De Anne Hébert / Les Chambres de bois
  • Le retour fait aimer l'adieu. De Alfred de Musset / Poésies nouvelles
  • A qui ne regarde rien, tout adieu est facile. De Gustave Roud / Petit traité de la marche en plaine
  • On passe sa vie à dire adieu à ceux qui partent, jusqu'au jour où l'on dit adieu à ceux qui restent. De Véra de Talleyrand-Périgord
  • Toute la misère du monde N’est rien à côté d’un adieu. De Daniel Balavoine / Vivre ou survivre
  • Heureux, tu compteras des amitiés sans nombre, Mais adieu les amis, si le temps devient sombre. De François Ponsard / L'honneur et l'Argent
  • Un vent frais fait voler les feuilles, on dirait qu’il murmure l’adieu du soir à la forêt. De Nikolaus Lenau / Poésies
  • Disparaître, c'est faire savoir au monde qu'il ne vaut pas un adieu. De William Shakespeare / Antoine et Cléopâtre, 1606
  • Si le dernier vol du super jumbo d’Air France aura lieu le 30 juin, ce vol d’adieu du 26 juin va mettre un terme de façon symbolique à cette aventure technologique française. Sur ce vol, devraient être présents le PDG du groupe Air France-KLM, Benjamin Smith, et Anne Rigail, directrice générale d’Air France, mais aussi les pilotes du Super Jumbo et des salariés.  , Toulouse. Le "vol d'adieu" de l'Airbus 380 d'Air France va-t-il survoler la Ville rose? | Actu Toulouse
  • VIDEO FOOT - Libre à l'issue de la saison, Mario Götze est en quête d'un nouveau challenge. Quelques clubs suivent son cas de près, comme Milan, l'Atlético ou... Nice ! Le directeur sportif Michael Zorc assure que la star du BVB aura de beaux adieux, même sans supporters, samedi face à Hoffenheim. L'Équipe, Zorc : «Offrir un bel adieu à Götze, même sans supporters» - L'Équipe

Traductions du mot « adieu »

Langue Traduction
Anglais farewell
Espagnol adiós
Italien addio
Allemand lebewohl
Portugais adeus
Source : Google Translate API

Synonymes de « adieu »

Source : synonymes de adieu sur lebonsynonyme.fr
Partager