La langue française

Bonjour

Définitions du mot « bonjour »

Trésor de la Langue Française informatisé

BONJOUR, subst. masc.

A.− Cour. [À l'adresse d'une connaissance rencontrée pendant le jour, avec accompagnement éventuel de certains signes : salut, poignée de main, etc.]
1. En interj. [Par brachylogie pour ayez un bon jour! que cette journée vous soit bonne!]
a) [Au sens fort, avec la valeur d'un souhait effectif] :
1. On peut dire « bonjour » sans penser que c'est un souhait, de beau temps, de bonne humeur, de bon succès. Le premier sens de ce mot, celui qui porte tous les autres, vient d'un air ouvert, bienveillant, confiant, hospitalier, ... Alain, Propos,1930, p. 963.
b) [Au sens affaibli, comme simple formule de politesse] :
2. Il n'était pas tenu de dire bonjour, monsieur! bonjour, madame! à des personnes dont les jours (...) bons ou mauvais, ne l'intéressaient pas du tout... A. France, Le Livre de mon ami,1885, p. 38.
Rem. 1. Noté comme fam. dans Ac. 1798-1878, Besch. 1845, Guérin 1892.
Rem. 2. Bonjour prend parfois une nuance péj., parce que, perdant son sens primitif, il est gén. utilisé comme une formule de salutation des plus banales, qui se prononce rapidement et sans penser à sa valeur originelle. D'où l'expr. bonjour bonsoir! pour marquer familièrement, p. plaisant., des rapports humains superficiels et éphémères, sans lendemain, ne tirant pas à conséquence :
3. Ainsi qu'il [Ragu] le disait, il ne la touchait [Josine] jamais que pour le plaisir (...). Pas d'enfant, pas de fil à la patte. On s'amusait ensemble, et bonjour, bonsoir, on n'encombrait pas sa vie. Zola, Travail,t. 2, 1901, p. 18.
Rem. 3. Bonjour s'emploierait aussi en quittant qqn (d'apr. Lar. 20e, Lar. encyclop., Dub.). Qq. aut. semblent confirmer cet emploi : et puis « adieu », bonjour et merci aux hôtes (Pesquidoux, Chez nous, 1923, p. 88). Ce qui expliquerait peut-être que bonjour!, comme bonsoir! (mais moins fréquemment), soit utilisé p. iron., pour signifier qu'une affaire est réglée, terminée ou risque de l'être, aux dépens de l'interlocuteur.
2. Emploi subst. :
4. MlleRousseau et MmeTurine se souhaitèrent le bonjour avec des petites mines, des mots plutôt ris que parlés, toute la gracieuseté qu'ignorent les hommes réduits au serrement de mains et à l'offre d'une consommation. Hamp, Marée fraîche,1908, p. 59.
SYNT. a) Sans art. Dire bonjour à qqn, aux copains (cf. Dorgelès, Les Croix de bois, 1919, p. 272), ne dire ni bonjour ni bonsoir : ne lui dire ni bonjour en entrant (...) ni bonsoir en sortant (E. et J. de Goncourt, Journal, 1894, p. 518). b) Avec art. Dire un petit bonjour : dire le petit bonjour amical accoutumé (Gyp, Souvenirs d'une petite fille, 1928, p. 352), donner le bonjour à qqn de la part de qqn (cf. Céline, Mort à crédit, 1936, p. 191), envoyer le bonjour (à qqn) (cf. Larbaud, Fermina Marquez, 1911, p. 100), rendre le bonjour (à qqn) (cf. Camus, La Peste, 1947, p. 1336).
Expr. (fam.) Sans article.Simple comme bonjour : pour être heureux comme un roi (...) mener une vie simple comme bonjour (Renard, Journal,1893, p. 191).Avec article. (gén. à la tournure exclam.).Le bonjour à : le bonjour de ma part au fils (Loti, Pêcheur d'Islande,1886, p. 32),(le) bonjour chez vous (Renard, Journal,1901, p. 653),bien le bonjour (A. France, Le Mannequin d'osier,1897, p. 129),mille bonjours (Mallarmé, Correspondance,1878, p. 180).
Spéc., arg. P. iron. (Avoir) le bonjour d'Alfred (cf. A. Simonin, J. Bazin, Voilà taxi! 1935, p. 148), avoir le bonjour (Céline, Mort à crédit, 1936, p. 637, 664). Vol au bonjour. Vol qui se pratique en s'introduisant sans effraction dans des appartements non fermés, après s'être assuré de l'absence des occupants et, au cas où quelqu'un se présenterait inopinément, en saluant et en prétextant chercher quelqu'un d'autre. [Se faire] un nom dans l'escalade, la tire, le vol au poivrier et le vol au bonjour (M. Aymé, Le Nain,1934, p. 250);donneurs (euses) de bonjour, voleurs au bonjour : les chevaliers grimpants, que l'on nomme aussi voleurs au bonjour, donneurs de bonjours, bonjouriers (F. Vidocq, Mémoires de Vidocq,t. 4, 1828-29, p. 280).
B.− P. anal. Signe qui remplace la formule de salutation.
1. [En parlant de pers.] Envoyer des bonjours. ... la princesse de Luxembourg qui lui envoyait des bonjours de sa voiture (Proust, À l'ombre des jeunes filles en fleurs,1918, p. 721).Faire bonjour. elle se contenta de leur faire bonjour de la main (Proust, À l'ombre des jeunes filles en fleurs,1918, p. 878).
2. Par personnification. [En parlant d'un animal, d'un élément naturel] :
5. Les papillons perdent un peu De la poussière de leurs ailes Dans le bonjour et dans l'adieu Qu'ils murmurent au chardon bleu; ... M. Rollinat, Les Névroses,Refuges, Les Papillons, 1883, p. 188.
PRONONC. ET ORTH. − 1. Forme phon. : [bɔ ̃ ʒu:ʀ]. Rouss.-Lacl. 1927, p. 168 signale : ,,on dit quelquefois familièrement : bonjou(r), toujou(rs) + une consonne``. 2. Forme graph. − Au plur. des bonjours.
ÉTYMOL. ET HIST. − Av. 1230 bon jor « jour favorable, temps heureux » (G. Le Clerc, Fergus, éd. E. Martin, 193, 25 dans T.-L., s.v. jor); 2equart xiiies. bonjour (Audefr. Le Bast., Romancero, p. 9 dans Littré); d'où xve-xvies. p. ell. formule de salutation (Coquillard, II, 279 dans IGLF Techn.); cf. av. 1570 donner le bonjour (J. Grévin, Pastorale, p. 292, ibid.). Composé de bon1* et de jour*.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 2 143. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 320, b) 3 413; xxes. : a) 4 318, b) 3 560.
BBG. − Goug. Lang. pop. 1929, p. 41.

Wiktionnaire

Nom commun

bonjour \bɔ̃.ʒuʁ\ masculin

  1. Salutation.
    • Que le soleil est beau quand tout frais il se lève,
      Comme une explosion nous lançant son bonjour !
      — Bienheureux celui-là qui peut avec amour
      Saluer son coucher plus glorieux qu’un rêve !
      — (Charles Baudelaire, Le coucher du soleil romantique)
    • Tu passeras le bonjour à ta mère.
    • « Le bonjour vous va, Philibert. On me disait que vous étiez malade, mais vous avez bon air. — (Marcel Aymé, La jument verte, Gallimard, 1933, collection Le Livre de Poche, page 70.)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BONJOUR. n. m.
Voyez BON, adj.

Littré (1872-1877)

BONJOUR (bon-jour) s. m.
  • Terme de salutation. Je vous souhaite le bonjour. Et je vais lui donner le bonjour seulement, Molière, Tart. I, 3. S'il fallait vous dire tous les bonjours qui m'accablèrent, Sévigné, 174.

    Elliptiquement. Bonjour, monsieur. Bonjour à monsieur le docteur. Eh bonjour, monsieur du Corbeau ! La Fontaine, Fabl. I, 2.

    Vol au bonjour, terme d'argot désignant une espèce de vol qui consiste à s'introduire dans une maison dont on croit les habitants sortis, et à feindre, si l'on rencontre quelqu'un, une visite, un bonjour à souhaiter.

    PROVERBE

    Le bonjour vient du dehors, c'est-à-dire, c'est à celui qui arrive dans une localité à faire les premières visites.

HISTORIQUE

XIIIe s. Dame, dit-il, que très bon jour Vous doint cil que j'aime et aour [adore], Audefroi le Bastard, Romancero, p. 9. Primaut, Diex beneïe vos, Fet Renart, et bon jor aiez, Ren. 3027.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « bonjour »

Bon, jour.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(XIIIe siècle) Du souhait par politesse « ayez un bon jour ! »[1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « bonjour »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
bonjour bɔ̃ʒur

Évolution historique de l’usage du mot « bonjour »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « bonjour »

  • Donner est un mot pour qui il a tant d'aversion, qu'il ne dit jamais Je vous donne mais Je vous prête le bonjour. Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière, L'Avare, II, 4, La Flèche
  • Sois toujours le premier à dire bonjour. De H. Jackson Brown
  • Le bonjour amène la conversation et la conversation amène la carotte. De Driss Chraïbi / Une enquête au pays
  • Que le Soleil est beau quand tout frais il se lève, Comme une explosion nous lançant son bonjour ! De Charles Baudelaire / Les Fleurs du mal
  • Quand je vois les chiens se dire bonjour, je me dis qu’en chaque chien il y a sûrement un proctologue qui sommeille... De Patrick Timsit / Fallait pas l’ouvrir
  • Rouvrir vraiment les crèches, écoles et collèges, même pour quelques jours, était un pari indispensable. Il fallait qu’enfants et maîtres se retrouvent, pour se dire bonjour… et au revoir, et ainsi prendre date pour la rentrée. C’était indispensable aussi pour les parents de se dégager du bricolage au jour le jour et de l’obsession de l’organisation familiale qui les condamnaient à vivre mentalement à l’étroit. Dans ce monde fragilisé, les adultes peuvent enfin relever les yeux et laisser leur regard porter loin devant eux. Les enfants qui ont grandi, les bêtes qui se sont reposées, les guident sans le savoir. La Croix, Bonjour et au revoir
  • Ça m’a donné envie d’aller explorer un peu les mots de nos salutations. Bonjour, pour commencer. C’est assez évident quand on y réfléchit, mais il est tout de même intéressant de s’en souvenir : bonjour s’est d’abord écrit en deux mots : "bon jour". Dire bonjour, c’est donc souhaiter une "bonne journée".  RTL.fr, D'où viennent les mots "bonjour", "salut", "lundi", "mardi"... ?

Images d'illustration du mot « bonjour »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « bonjour »

Langue Traduction
Anglais hello
Espagnol hola
Italien buongiorno
Allemand hallo
Portugais bom dia
Source : Google Translate API

Synonymes de « bonjour »

Source : synonymes de bonjour sur lebonsynonyme.fr

Bonjour

Retour au sommaire ➦

Partager