La langue française

Abordeur

Définitions du mot « abordeur »

Trésor de la Langue Française informatisé

ABORDEUR, adj. et subst. masc.

I.− [En parlant d'un navire]
A.− Adj. Auteur d'un abordage :
1. ... si un abordage avait eu lieu, il se pouvait faire que le bâtiment abordeur l'eût recueilli, lui seul, et emmené au loin. G. de Maupassant, Contes et nouvelles,t. 2, Le Noyé, 1888, p. 1154.
B.− Subst. Navire auteur d'un abordage :
2. ... si l'éperon [d'un cuirassé] venait à rencontrer les grosses plaques de blindage qui constituent... [la ceinture cuirassée], le choc disloquerait l'avant de l'abordeur et le mettrait en danger. A. Croneau, Construction pratique des navires de guerre, t. 1, 1892, p. 272.
DR. MAR. (Navire) responsable de l'abordage :
3. « Adjectif et substantif ayant un sens ambigu. Dans la langue courante, il désigne le navire ayant joué un rôle actif dans un abordage, par opposition au navire qui a joué un rôle passif et qu'on appelle « abordé »; il ne faut absolument pas donner à ce mot un synonyme avec « responsable » ou « fautif ». Sans doute, en pratique (sauf dans le cas où l'un des navires serait au mouillage et, par conséquent, indiscutablement passif) chaque capitaine affirme-t-il que l'autre est l'abordeur, et lui l'abordé en donnant nettement à ce mot le sens de « fautif ». Mais, dans le langage juridique, le mot abordeur a le sens de « navire responsable de l'abordage ». Le Clère1960.
II.− [En parlant d'un marin] ,,Nom donné aux marins composant le détachement qui doit toujours être le premier à l'abordage. S'emploie aussi adj. Marin abordeur.`` (Lar. 19e).
Prononc. : [abɔ ʀdœ:ʀ].
Étymol. − 1. Adj. 1773 vaisseau abordeur « bâtiment qui fait un abordage » terme mar. (Bourdé de La Villehuet, Man. des marins s.v. : un vaisseau abordeur est celui qui aborde, qui fait un abordage); 2. subst. 1798 « bâtiment qui fait l'abordage » terme mar. (Röding, Wörterbuch der Marine ds Kemna, 72). Dér. de aborder* 1, terme mar.; suff. -eur*. HIST. − On retrouve dans les dér. de aborder la trace des princ. sens du verbe. I.− « Heurter (un navire), soit accidentellement, soit pour l'attaquer », d'où : A.− Abordage : « action de heurter un navire, soit accidentellement, soit pour l'attaquer »; 1reattest. ds Rich. 1680 et continuellement attesté dep. B.− « Celui qui joue un rôle actif dans l'abordage » : 1. abordeur : 1reattest. 1773 (cf. étymol.) et constamment attesté. 2. abordant : 1reattest. 1845 (cf. étymol.), dernière attest. ds Lar. 19e. C.− Abordable « dont la constr. rend l'accès facile à celui qui veut l'attaquer (en parlant d'un navire) ». Attesté en 1773 (cf. étymol.), rares attest. au xixes. jusqu'au Lar. 19es. D.− Abordé, -ée : « celui qui joue un rôle passif dans l'abordage ». 1reattest. 1845 (cf. étymol.), qq. rares attest. dans toute la période. II.− « Approcher » d'où : A.− Abordable : « que l'on peut approcher, en parlant d'une pers. ». 1reattest. ds Nicot 1606 et constamment attesté. B.− Abordage : « action d'approcher d'un navire »; attesté de Jal 1848 à Lar. 19e. III.− « Arriver » d'où : A.− Dès le début (1reattest. 1454, cf. étymol.), abordée s'est trouvé rejeté dans des loc. « d'abord; dès le commencement ». Attesté pendant toute la période. B.− Abordable : « d'un accès facile, en parlant d'un rivage »; 1reattest. 1542 (cf. étymol.) et constamment attesté. C.− « Action d'entrer dans un port » : 1. Abordage : attesté en 1553 (cf. étymol.), sans attest. post. 2. Abordée : attesté en 1575 (cf. étymol.), sans attest. post. IV.− « Entamer une entreprise plus ou moins difficile », d'où abordable : « d'un prix accessible »; 1reattest. 1862 (cf. ex. 6) et constamment attesté, avec une vitalité notable; « qu'il est possible d'aborder, d'envisager », noté à partir de la 2emoitié du xixes. (cf. ex. 9, 10, 11, 12).
STAT. − Fréq. abs. litt. : 2.
BBG. − Gruss 1952. − Jal 1848. − Le Clère 1960. − Will. 1831.
Stylistique − Abordeur et abordé appartenant à la lang. du dr. mar.; abordant n'ayant, en tant qu'adj., qu'un emploi dial.; et les loc. formées sur abordée étant toutes rares et vieillies, les seuls mots de la série réellement vivants sont abordable et abordage. Abordage contient l'idée, tantôt effrayante, tantôt séduisante (séduction des aventures lointaines, des voyages en mer, que l'on peut transposer à des aventures sur la terre ferme) de danger, de menace et de bataille : on monte à l'abordage, muni d'une hache d'abordage, en criant « à l'abordage! », etc. Il apporte aux récits de guerre, de voyages et d'aventures une certaine coloration affective. Qq. emplois intéressants : Abordable : 4. ... tes lettres seront pour moi tour à tour la plus adorable (ou abordable) expression (de) ton cœur... M. de Guérin, Correspondance, 1837, p. 303. Abordage : 5. Cette matière cornée résiste par son élasticité, bien mieux que les os, qui se seraient usés par le frottement. Elle revêt en entier le corps de quelques amphibies, tels que les tortues, qu'elle défend contre les abordages des rochers et le frottement des sables. J.-H. Bernardin de Saint-Pierre, Harmonies de la nature, 1814, p. 245. 6. Dans le désir de parfaitement bien connaître son échiquier avant de tenter l'abordage de la maison de Nucingen, Rastignac voulut se mettre au fait de la vie antérieure du père Goriot... H. de Balzac, Le Père Goriot, 1835, p. 101. 7. Un monstre avait saisi l'autre. La pieuvre avait pris Clubin. Cela avait été, dans l'ombre inexorable, presque ce qu'on pourrait nommer la rencontre des hypocrisies. Il y avait eu, au fond de l'abîme, abordage entre ces deux existences faites d'attente et de ténèbres, et l'une, qui était la bête, avait exécuté l'autre, qui était l'âme. V. Hugo, Les Travailleurs de la mer, t. 2, 1866, p. 384.

Wiktionnaire

Adjectif

abordeur \a.bɔʁ.dœʁ\ masculin

  1. Qui aborde.
    • Le vaisseau abordeur.
    • C'était donc que le capitaine du cargo abordeur estimait qu'il avait sans doute fait des victimes. — (Robert de La Croix, Navires sans retour, 1996)
    • Abordeur étant un mot peu usité, on n'a pas dit abordeuse au féminin. Voir abordant. — (Dictionnaire universel de la langue française, 1857)
    • Les indemnités se rapporteront :
      1° Aux accidents de personnes, pour lesquels nous considérerons deux éventualités.
      a) Les victimes se trouvaient dans la voiture abordeuse ;
      b) Les victimes se trouvaient dans la voiture abordée.
      — (Bulletin trimestriel, Institut des actuaires français, 1936)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ABORDEUR. n. m.
Celui qui aborde, en parlant d'un bateau. Le vaisseau abordeur.

Littré (1872-1877)

ABORDEUR (a-bor-deur) adj. m.
  • Qui aborde, heurte en mer un autre bâtiment. L'équipage, composé de neuf hommes, a péri, sauf un seul, que le bâtiment abordeur a pu recueillir, Journ. offic. 21 avril 1875, p. 2884, 1re col.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « abordeur »

 Dérivé de aborder avec le suffixe -eur.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « abordeur »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
abordeur abɔrdœr

Évolution historique de l’usage du mot « abordeur »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « abordeur »

  • Il faut savoir que, depuis la loi de juin 2008 sur la réforme de la prescription civile, le délai pour agir en responsabilité contractuelle a été réduit à cinq ans. Cette prescription quinquennale constitue un délai de droit commun qui ne porte pas atteinte aux délais spéciaux plus courts retrouvés dans différents domaines et notamment en matière maritime (délai biennal pour agir contre un bateau abordeur ou délai annal pour agir contre un transporteur maritime, par exemple). Le chantier a soutenu que la société A. aurait dû agir au plus tard un an après la découverte du vice, c’est-à-dire à compter du dépôt du rapport de l’expert judiciaire. , Tout comprendre des contrats de réparation de bateau - Voile & Moteur
  • Quand ceux-ci arrivent à proximité immédiate, il est déjà trop tard pour mettre en avant toute et se dégager du péril imminent. Le navire abordeur, en l’occurrence un chalutier Concarnois dénommé France Libre, a déjà enfoncé le Ville d’Ys sous la ligne de flottaison, par bâbord arrière, à hauteur de la passerelle de navigation. En culant, il laisse une plaie béante dans la coque du malamok Douarneniste, par laquelle l’eau s’engouffre à grands flots. Le Ville d’Ys sombre aussitôt par l’arrière, en craquant, les hommes ayant tout juste le temps de sauter à l’eau, après s’être défaits précipitamment de leurs bottes et de leurs cirés, sans pouvoir enfiler leurs brassières de sauvetage. Le Telegramme, Le Télégramme - Douarnenez - Dans les cales du Rosmeur. C’est arrivé un 8 février
  • Le « Général Abbattucci » vient d’être éperonné par un brick norvégien, l’Edouard Widt, qui, venant de Gênes, a surgi de l’obscurité sans feu visible. Charles Finidori raconte : « Le capitaine Nicolai sortit immédiatement de sa cabine, se précipita vers la passerelle et rencontra son second au bas de l’échelle : le brick qui venait de heurter le Général Abbatucci ayant une faible puissance d’impulsion comparative, s’arrêta et engagea son beaupré dans le gréement de l’avant de l’Abbatucci. À l’inverse, le vapeur, conservant toute sa force propulsive, continuait sa route entraînant l’abordeur engagé pas son avant, de manière à le forcer à changer de direction et prendre la même que la sienne... Corse Matin, HISTOIRE : le naufrage du « Général Abbatucci » | Corse Matin
  • De prime abord, les cloisons étanches de la coque sont intactes. Mais mauvaise surprise : toutes les embarcations de secours sont détruites. Toutes sauf une. Le capitaine ordonne à quatre hommes d’équipages de la mettre à l’eau pour se rendre à bord du navire abordeur, qui voyage tous feux éteins et semble avoir pris la fuite. Là, c’est la ruée. Au lieu de quatre, ce sont quatorze marins qui se précipitent sur le canot. «Tas de cochons, vous m’avez abandonné», hurle le commandant. Les marins parviennent néanmoins à bord du bateau «agresseur». Il s’agit d’un brick de commerce, propriété d’un armateur norvégien, qui voyage de Gênes à Constantinople : le Edward Hwidt. Des discussions s’engagent avec Jonas Jensen, son capitaine. Nicolai lui demande de mettre sa chaloupe de secours à disposition des passagers du Général Abbatucci. Mais il refuse, bientôt soutenu par les quatorze marins qui ont réussi à monter à bord du brick. Parmi eux, le maître d’équipage Giacobbini. Au procès, qui se tiendra l’été suivant, Joseph Griate, un rentier lyonnais rescapé de la catastrophe, témoignera l’avoir entendu dire. «Conservons cette chaloupe pour nous, elle nous servira peut-être bientôt». Corse Matin, Patrimoine : Nuit d’horreur à bord du Général Abbatucci | Corse Matin

Traductions du mot « abordeur »

Langue Traduction
Espagnol abordador
Source : Google Translate API

Synonymes de « abordeur »

Source : synonymes de abordeur sur lebonsynonyme.fr

Abordeur

Retour au sommaire ➦

Partager