La langue française

Accueil > Orthographe > « Deuxième » ou « second » ? Voici la différence

« Deuxième » ou « second » ? Voici la différence

« Je suis arrivé deuxième à la course. Je suis le second Consul. »

Qui ne s'est jamais demandé quelle était la différence entre « second » et « deuxième » ? Si les deux mots désignent la position après le premier, leur sens est légèrement différent. Voici dans cet article quelques explications pour mieux comprendre la différence entre « second » et « deuxième », ainsi que les débats à propos de ce point grammatical. Bonne lecture !

On écrit « deuxième » ou « second » ?

Règle : la règle communément admise et partagée par l'Académie française est d'écrire « second » lorsqu'il n'y a que deux éléments et pas de troisième dans votre énumération. Si vous parlez du deuxième élément d'une série allant au delà de deux, alors écrivez « deuxième ».

Exemples : Je suis arrivé deuxième à la fête (je suis arrivé deuxième et il y a d'autres personnes qui vont arriver après moi) ; je suis arrivé second au rendez-vous (je suis arrivé après la première personne et il n'y a pas d'autres individus qui vont arriver au rendez-vous).

L'Académie française précise que cette distinction n'est pas obligatoire. Il y a cependant certaines expressions où « second » ou « seconde » (forme féminine) doivent être préférés comme :

  • Seconde main, seconde nature, etcainsi que le cas fameux de Seconde Guerre mondiale, la troisième n'ayant pas encore eu lieu, et espérons encore pour longtemps !
  • Lorsque second fait l'objet d'un emploi substantivé : le second du navire.
  • Par ailleurs, on écrira toujours deuxième pour les nombres ordinaux complexes : trente-deuxième, soixante-deuxième etc.

Quelques usages connus de « deuxième » et « second »

Comme nous venons de le voir, l'usage de « second(e) » ou « deuxième » reste plutôt libre. Voici quelques exemples de tous les jours pour montrer la diversité d'usage de l'un et de l'autre :

  • La SNCF utilise à la fois « seconde classe » et « deuxième classe » même s’il n’y a pas de troisième classe dans le train.
  • Au lycée français, il est question de la « classe de seconde » qui pourtant se situe entre la troisième et la première classe.
  • Lors du Tour de France, Raymond Poulidor, qui n'a jamais pu gagner la course, était surnommé « l’éternel second » alors qu’il y avait bien plus de deux participants.

Voici maintenant quelques exemples littéraires qui ne respectent pas forcément la règle recommandée plus haut, ce qui démontre la diversité des usages de « deuxième » et « second » :

À ce second orateur, un troisième succéda, qui remercia les deux autres d’avoir si bien tracé ce qu’il appela la théorie de leur programme

Gide, Faux-monnayeurs., 1925, p. 1210

La Constitution nomme Premier Consul le citoyen Bonaparte (...) ; second Consul le citoyen Cambacérès (...) ; et troisième Consul, le citoyen Lebrun.

Constitution de l’an VIII, 1799 ds Doc. hist. contemp., p. 94

Je traverse deux pièces dont la seconde assez vaste, et me trouve dans une troisième plus vaste encore.

Gide, Journal, 1925, p. 85

Sidonie (...) riait de tout son cœur (...), heureuse d’être descendue des troisièmes ou des secondes, ses places d’autrefois, à ces belles avant-scènes ornées de glaces.

A. Daudet, Fromont jeune, 1874, p. 102

M. Arnauld (...) à quatre-vingts ans (...) soutint magnifiquement les quatre thèses voulues : la première appelée Sorbonnique (...) ; la seconde dite Mineure ordinaire (...) ; la troisième, Majeure ordinaire (...) ; et la quatrième et dernière, appelée l’acte de Vesperies...

Sainte-Beuve, Port-Royal, t. 2, 1842, p. 18

Un camarade s’engagea, puis un second, puis un troisième.

Antoine de Saint-Exupéry, Terre des hommes, 1939, p. 249

Nous passions devant des portes où était inscrit : quatrième, troisième, second bureau.

Vercel, Cap. Conan, 1934, p. 96

Papa prit des billets de troisième classe. Sur les lignes régionales du Craonnais, nous montions en seconde, mais ici nous n’avions pas à craindre la rencontre de relations mondaines, que cette économie eût étonnées.

H. Bazin, Vipère au poing, 1948, p. 220

Moi, la seconde personne de la Trinité, et le Père sur ses deux pieds en la personne de son Fils.

Claudel, Visages radieux, 1947, p. 788

Elle ne les entendit pas faire ruisseler des brocs d'eau, éteindre le feu, tousser, rouvrir la fenêtre, partager avec les voisins du deuxième étage l'excitation de la découverte.

Marguerite Yourcenar, Denier du rêve

Enfin, on notera que l'adjectif  « second » était bien plus employé auparavant et que désormais « deuxième » semble emporter la préférence :

deuxième et second
Source : Google Ngram

Pour conclure, vous pouvez utiliser les deux formes sans faire d'erreur, à part pour les quelques exceptions mentionnées ci-dessus. Mon avis personnel est que la distinction peut apporter un apport d'information utile au lecteur. Il existe cependant des cas rares où on ne sait pas s'il y a un troisième ou non ! N'hésitez pas à consulter les autres articles pour maîtriser toutes les difficultés de la langue française et ne plus commettre d'erreurs.

Vous pouvez aussi partager cet article et laisser un commentaire.

S'inscrire à notre lettre d'information

Inscrivez-vous à notre lettre d'information pour recevoir tous les nouveaux articles de lalanguefrancaise.com, gratuitement. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.


Commentaires

thierry

La seconde classe est employée à la SNCF car auparavant, il y avait bien une 3ème classe avec des bancs en bois pour les classes populaires.

Répondre
Nicolas Le Roux

Merci pour cette précision, je ne connaissais pas cette histoire.

À bientôt,
Nicolas.

Répondre
Eternel second

C’est justement ce que j’allais dire (par écrit…).
A part les historiens du chemin de fer, on ne doit plus être très nombreux à pouvoir en témoigner.

Répondre
thierry

Eternel second sonne mieux qu’éternel deuxième, et je pense que c’est employé pour évoquer le duel perpétuel entre deux sportif, comme Poulidor et Anquetil.

Répondre
Bill

On parle de second lorsqu’il n’ y a pas de troisième; alors pourquoi dans la bible pendant l’énumération On peut dire le premier , fils de David , le second , le troisième etc.. on est arrivé jusqu’au sixième… là je ne comprends pas et pourtant la bible est l’un de livre vérifié par les éminents docteurs en théologie, les hommes intelligents Etc,. Mais ils ont laisser ça comme ça je peux savoir comment cela s’explique ? Vous pouvez voir ça dans cet extrait ( 2 Samuel 3:1-5) que Dieu bénisse tous ceux qui liront ce texte !

Répondre
Sioui, Yves

La Bible n’est pas formellement un livre mais un recueil de livres. Les écrits choisis pour composer la Bible actuelle ne l’ont pas été parce que c’était la parole de ‘dieu’ mais parce qu’ils étaient les plus cohérents afin de pouvoir asseoir une propagation de la religion qui soit plus homogène. La plupart des livres mis de côté sont soit qualifiés d’apocryphes soit du au diable ou à quelques malveillance humaine. Du moins c’est ce qu’on peut trouver en cherchant sur les origines de la Bible et son contenu. Les traductions de la Bible de l’araméen par exemple l’ont été par des gens ordinaires ce qui donne des textes ordinaires, rarement avec le génie que beaucoup attribuent à leur origine. Certains scribes étaient instruits (!) suffisamment pour reconnaître les signes et symboles et pouvoir les retranscrire mais certains étaient aussi un peu plus connaissant sans pour cela obligatoirement atteindre un niveau de bilinguisme de qualité. Par exemple, traduire un terme au pluriel (Elohim) par un terme singulier (Dieu) n’est certainement pas une preuve de grande honnêteté. Je ne parlerai pas du reste. En plus, l’usage et le lexique ont changé avec le temps comme toute langue sur Terre.

Répondre
PapyPat

Bonjour,
Pour un livre, il me semble bien que l’on dit : Chapitre second. Rares sont les ouvrages avec seulement deux chapitres. Non ?

Répondre
Franeck

CCeci expliquant cela , ceci etant l’histoire .
–Le 3 juin 1956, la SNCF supprimait la troisième classe dans ses trains !!
aussi , aujourd’hui nous avons les secondes classes et avant la deuxième classe.
–Poulidor oui l’éternel second par rapport à Jaques Anquetil, la rivalité entre Anquetil et Poulidor a passionné et divisé les Français, jusqu’à en faire un « point d’orgue des années soixante dépassant presque le cadre sportif »
__Quand à la classe de seconde, la troisième étant la fin du cursus collège et la seconde l’entrée au lycée puis par rapport à la première ! puis la Terminale .
Bien à vous

Répondre
David

Mon prof m’a dit qu’il faut prononcer « se gon » pas « ce con »! 🙂

Répondre
Lusmat Jean Robens

Merci beaucoup, j’appris mieu de ces mots

Répondre

Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour écrire un commentaire.

Se connecter S'inscrire

Retour au sommaire ➦

Partager