La langue française

Accueil > Expressions francophones > Pendaison de crémaillère : définition et origine de l'expression

Pendaison de crémaillère : définition et origine de l'expression

Non, cette blague n’a jamais été très drôle : personne ne sera pendu, et vous le savez très bien. Mais on vous pardonne à moitié malgré tout, parce que l’origine de l'expression « faire une pendaison de crémaillère » est particulièrement obscure et que personne, généralement, n’est capable d’expliquer ce qu’est une crémaillère.

Grâce à notre article, vous pourrez désormais assommer tout le monde à la pendaison de crémaillère de votre cousine en racontant par le menu d’où nous vient cette expression. Ensuite, n’hésitez pas à parcourir les autres articles de cette section dédiée aux expressions francophones ! Bonne lecture.

Définition de l’expression « pendaison de crémaillère »

L’expression « pendaison de crémaillère », aussi utilisée sous sa forme verbale « pendre la crémaillère », est utilisée pour désigner la fête ou le repas organisé afin de célébrer un emménagement et, par la même occasion, de remercier ceux qui ont participé au déménagement. La tradition veut que les invités offrent des cadeaux aux nouveaux hôtes. 

Origine de l’expression « pendaison de crémaillère »

L’expression « pendaison de crémaillère » nous vient tout droit d’une tradition médiévale, c’est-à-dire de l’époque où les fours et plaques à induction n’existaient pas encore et où l’on utilisait donc ce qu’on appelle la « crémaillère » afin de préparer son repas dans une marmite suspendue au-dessus du feu. Selon le dictionnaire, la crémaillère est une « tige de fer à crans, fixée dans la cheminée, permettant de suspendre un récipient à hauteur variable, au-dessus du foyer, en vue notamment de la cuisson des repas » (voir photo ci-dessous). 

Source : Wikicommons

Voilà qui semble tout de suite plus clair (exemple : « La cuisine des Bordas était pareille à toutes les cuisines, avec la grande cheminée où pendait la marmite accrochée à la crémaillère, la longue table, les chaudrons de cuivre sur une étagère. », Mauriac, Le Sagouin, 1951).

À cette définition, le Cnrtl ajoute une liste de verbes avec lesquels ce terme s’utilise : baisser, hausser, installer, pendre, suspendre, placer la crémaillère; accrocher, suspendre, pendre à la crémaillère.

Par effet de  métonymie, l’expression, qui au sens littéral veut donc dire que l’on suspend sa marmite dans l’âtre, et donc que l’on annonce l’heure du dîner ou du souper,  signifie donc « donner un repas, une fête, une réception pour célébrer son installation dans un nouveau logement ; assister à ce repas, à cette réception » détaille encore le Cnrtl. En effet, dans l’installation d’une nouvelle maison, la crémaillère était la dernière chose que l’on mettait en place, le dernier détail pour peaufiner l'aménagement. Une fois que la crémaillère était suspendue, on était donc prêt à recevoir du monde.  

Aujourd’hui, la pendaison de crémaillère n’a pas pris une ride et c’est une fête toujours à la mode, même si l’on ne pend plus de marmite au-dessus du feu, qui réunit amis et famille autour d’un repas, de bonnes boissons et des cadeaux d’emménagement (sortez les plaids, les plantes en pot et les bougies parfumées). Tout un art. Par extension, on utilise aussi l’expression pour annoncer l’inauguration d’un nouveau bâtiment.

Pour aller plus loin : chez nos amis les Anglo-Saxons, il existe une expression équivalente à « pendre la crémaillère » : la fête organisée en l’honneur d’un emménagement s’appelle le housewarming, que l’on traduit littéralement par « chauffage de maison ». Expression qui vient elle aussi d’une ancienne tradition : les invités apportaient du bois afin d’alimenter le foyer de la nouvelle demeure et de chasser les mauvais esprits. 

Du côté des Allemands, les invités aux pendaisons de crémaillère (en allemand : Einweihungsparty) ont pour coutume de rapporter aux nouveaux hôtes du sel et du pain, symboles de prospérité. En Italie, nous vous conseillons de porter votre choix sur de l’huile d’olive ou du vin, synonyme quant à eux de paix et de longévité. Parfois, un mets de qualité vaut mieux que mille mots… 

Exemples d’usage de l’expression « pendaison de crémaillère »

Je m'étais pris à penser, sortant de la pendaison de crémaillère chez Lucienne, que quelque homme à l'œil exercé, voyant son installation, aurait pu se dire « Elle a du goût »…

Roger Blondel, Le Mouton enragé, 1974

ll savait fort bien que Cardinaud avait fait bâtir une maison et avait signé des traites pour plusieurs années. Il était même venu à la pendaison de crémaillère. J'ai pensé que vous pourriez me prêter trois mille francs que, bien entendu, je vous rendrai en très peu de temps.

Georges Simenon, Le Fils Cardinaud, 1942

Cela sentait une crémaillère pendue trop vite. 

Émile Zola, Nana, 1880

Il ne m'eût pas semblé de bon goût de pendre sitôt la crémaillère.

Georges Sand, Histoire de ma vie, 1855

Toutes les images qui me reviennent au cœur ont plus de dix ans, la pointe de l'Europe, la libération de Paris, le retour de Nancy, notre pendaison de crémaillère, cette panne sur la route de Corte.

Simone de Beauvoir, La Femme rompue

N'hésitez pas à ajouter vos réflexions sur cette expression française en commentaire.

S'inscrire à notre lettre d'information

Inscrivez-vous à notre lettre d'information pour recevoir tous les nouveaux articles de lalanguefrancaise.com, gratuitement. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.


Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour écrire un commentaire.

Se connecter S'inscrire

Retour au sommaire ➦

Partager