La langue française

Accueil > Expressions francophones > En voiture Simone : définition et origine de l'expression

En voiture Simone : définition et origine de l'expression

Des expressions péjoratives qui fustigent les femmes au volant, il y en a légion ! Alors, pour une fois que la langue française nous fournit une occasion de faire honneur à une femme conductrice, nous n’allons pas nous priver. L’expression « en voiture Simone » est assez populaire ; on l’entend souvent dans les familles (tendres souvenirs de départs en vacances), et pourtant, qui connaît la Simone en question ?

Nous vous fournissons dans cet article tous les détails sur l’histoire qui a donné naissance à cette expression, et surtout sur la femme qui en est à l’origine. N’hésitez pas à parcourir les autres articles de cette section dédiée aux expressions francophones. Bonne lecture !

Définition de l’expression « en voiture Simone »

Utilisée dans le domaine du langage parlé, populaire ou familier – voire ringard, pour certains –, la locution interjective « En voiture Simone » signifie « En route ! », « Allons-y » ou « Partons ! ». En effet, elle est utilisée pour inciter un groupe de personnes à se mettre en marche.

Origine de l’expression « en voiture Simone »

L’expression « en voiture Simone » est d'origine française puisqu’elle puise directement dans notre histoire, et dans celle de l’automobile, pour être exact. Tout d’abord, afin de nous plier à la rigueur des syntagmes idiomatiques, il nous faut souligner que l’expression « en voiture Simone » est tirée d’une citation plus complète : « En voiture Simone, c’est moi qui conduis, c’est toi qui klaxonnes », que l’on attribue à Guy Lux, présentateur (et créateur avec Claude Savarit) de l’émission Intervilles (émission de télévision française créée en 1962) : au cours de l’émission, il s’adresse à l’animatrice Simone Garnier en lui disant : « En voiture, Simone ! ».

La naissance de cette expression remonte donc à la première moitié du XXe siècle. Pour aller plus loin, il est grand temps d'introduire la vedette de cet article : Simone Louise de Pinet de Borde des Forest, dont la réputation dans l’histoire de l’automobile n’a d’égal que la longueur de son patronyme.

Cette pionnière de l’automobile, née en 1910 (décédée en 2004), se passionne pour les voitures dès l’âge de 12 ans et fait partie des premières femmes françaises à passer son permis de conduire qu’elle obtient à l’âge de 19 ans. Elle n’attend pas longtemps pour passer à la vitesse supérieure, puisqu’elle prend possession des circuits de course automobile, de rallye et compétitions dès l’année suivante, avec sa mère en tant que copilote. Pas question pour la désormais pilote professionnelle de s’arrêter en si bon chemin, elle sera conductrice de camion pour la Croix-Rouge durant la Seconde Guerre mondiale et sera la première femme à ouvrir une auto-école en 1950. Dans les archives de la BnF, on remarque que l’expression s’emploie de façon régulière et sous sa forme tronquée dans la seconde moitié du XXe siècle. Cette femme pourrait être prise en exemple dans l'expression « En voiture Simone ! ».

Pour aller plus loin : notre chère Simone n’est pas la seule femme à s’être illustrée au volant dans cette période où le monde de l’automobile était un champ plus ouvert aux hommes. La Duchesse d’Uzès et Camille de Gast figurent elles aussi au palmarès des pionnières des as du bolide à la française. La Duchesse d’Uzès, de son nom complet Anne de Rochechouart de Mortemart (1847-1933), s’est illustrée à la course automobile et a été présidente de l’Automobile club féminin de France jusqu’à sa mort. Camille de Gast (1868-1942), appelée l’« Amazone aux yeux verts », ou encore la « Walkyrie de la mécanique » (il y a de quoi être jalouse…), s’est quant à elle distinguée dans le sport automobile en devenant la toute première femme à participer à une course automobile (Paris-Berlin en 1901). Nous pourrions aussi citer la baronne Hélène de Zuylen ou encore la Britannique Dorothy Levitt… Qu’on n’entende plus les vieilles ritournelles, décidément ringardes, sur l’inaptitude des femmes à tenir un volant et à changer une roue.

Exemples d’usage de l’expression « en voiture Simone »

Allez, dit Jérôme, en voiture Simone. Il ouvrit la porte et traversa le bar avec un grand naturel, ce qui n'était pas facile vu qu'il avait les fesses extrêmement crispées. P'tit-Louis le suivit sans regarder personne et Michel le collait au train, en suant à grosses gouttes. Personne ne parut s'étonner.

Alex Varoux, Ah… mon pote !, 1973

Comme dirait l'autre : en voiture Simone ! Seulement, il avait commis une erreur : sachant que la troupe cantonnait à la pointe du Chien, il s'y était dirigé immédiatement.

M.-G. Braun , Attaque imminente, Éditions du Fleuve Noir, 1962

Le grand philosophe contemporain Georges Marchais, oui, celui rendu célèbre par ses juteux aphorismes comme « Taisez-vous Elkabbach » ou « En voiture, Simone », avait bien résumé le problème en affirmant sur Europe 1 : — Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis.

Yves Boisset, La vie est un choix, 2011

Ben c'est toi qui dis toujours « en voiture Simone » quand on part. Moi je pensais que tu parlais à une personne de ton monde, que moi je ne vois pas ! — Mais non ma petite cocotte « en voiture Simone » c'est une expression, c'est comme quand je dis, allez en route mauvaise troupe, je ne parle à personne en réalité.

Maryse Metayer, Anna au bois dormant, TheBookEdition, 2014

N'hésitez pas à ajouter vos réflexions sur cette expression française en commentaire.

S'inscrire à notre lettre d'information

Inscrivez-vous à notre lettre d'information pour recevoir tous les nouveaux articles de lalanguefrancaise.com, gratuitement. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.


Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour écrire un commentaire.

Se connecter S'inscrire

Retour au sommaire ➦

Partager