La langue française

Accueil > Expressions francophones > Mettre / clouer au pilori : définition et origine de l'expression

Mettre / clouer au pilori : définition et origine de l'expression

L’expression « mettre au pilori » ou « clouer au pilori » fait référence à un mode de justice datant du Moyen-Âge. Les condamnés ayant commis l’infamie subissaient le supplice du pilori, un rituel punitif, devant un public méprisant et haineux. Découvrez dans cet article toute la signification et l’origine de cette expression. Bonne lecture !

Définition de l'expression « mettre au pilori »

Une personne clouée au pilori est blâmée, rejetée et désignée à l’indignation publique. Condamner quelqu’un publiquement, le plus souvent avec violence est la signification de l’expression « mettre au pilori » ou encore « clouer au pilori ».

Aujourd’hui, cette expression s’utilise pour décrire une personne méprisée ou condamnée, sans incitation à la violence ou au supplice, en la montrant du doigt de façon brutale.


S'abonner

Le verbe pilorier désigne l’action d’infliger la sanction du pilori en accusant publiquement. Un exemple avec un extrait de Notre-Dame de Paris, datant de 1876 :

— Ah bah ! que dites-vous donc là, damoiselle Oudarde Musnier ? reprenait l’autre parisienne. Il restera deux heures au pilori. Nous avons le temps. Avez-vous jamais vu pilorier, ma chère Mahiette ?
— Oui, dit la provinciale, à Reims.
— Ah ! bah ! qu’est-ce que c’est que ça, votre pilori de Reims ? Une méchante cage où l’on ne tourne que des paysans. Voilà grand’chose !

Victor Hugo, Notre-Dame de Paris

Origine de l'expression « mettre au pilori »

Apparue au XIXe siècle, cette expression fait référence au pilori, poteau ou appareil tournant sur un pilier, sur lequel étaient autrefois attachés les condamnés, ainsi exposés à la réprobation générale

Recevez nos nouveaux articles par courriel

Inscrivez-vous à notre lettre d'information hebdomadaire pour recevoir tous nos nouveaux articles, gratuitement. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Etymologiquement, le terme pilori provient du latin pilorium, composé de pila (piller) et du suffixe orium servant à exprimer que l’on y séjourne pendant un certain temps.  

Qualifié d’instrument de torture, le pilori était un assemblage de planches, avec une ouverture laissant passer la tête, attachée avec un carcan au cou, à la vue de tous. Le Littré le définit, particulièrement à Paris, comme une « tour de pierre, au milieu de laquelle était un pivot de bois, portant une machine qui avait des trous pour passer la tête et les bras. »

Livré aux regards méprisants de la foule, le condamné subissait sa peine, maintenu pendant des heures, voire des jours, selon la nature des actes commis.

Pendant cette mise au pilori, chacun pouvait prendre connaissance de ses méfaits, ce qui suscitait la haine du peuple.

Exemples d'usage de l'expression « mettre au pilori »

Vous avez vu votre parlement imbécile, né de l’immoral trafic de places et d’honneurs, décider qu’il n’y avait rien à faire, dans la grande déroute des idées, que de poursuivre la pensée, et de mettre au pilori le livre qui dénonçait le crime des incapables contre la patrie.

Georges Clémenceau, Vers la réparation

Le premier ministre […] est cloué au pilori dans la région atlantique et il n’aime pas ça. Il a beau dire, cependant, il a bel et bien trahi sa parole.

Chronique de Manon Cornellier, Le Devoir, 13 juin 2007

Là, ces livres furent tantôt cloués au pilori suivant le vieil adage allemand, le Moyen Âge étant subitement redevenu à la mode, et j’ai moi-même possédé un exemplaire d’un de mes livres transpercé par un clou, qu’un étudiant de mes amis avait sauvé de l’exécution pour m’en faire cadeau – […]

Stefan Zweig, Le Monde d’hier

Que lui faisait ce monde et ses injustes sentences ? Elle allait être calomniée, flétrie par ces langues médisantes qui mordent sur une réputation comme une lime sur du fer ; on allait la clouer au pilori du quartier, briser sa réputation si longtemps intacte ; on allait la traiter comme une misérable femme.

Camille Bernay, Sous les toits

Monseigneur, je suis trop vieux pour apprendre. Ne me mettez pas au pilori.

William Shakespear, Le Roi Lear

Comme elle frémira la grande muse noire,
Et comme elle sera stupéfaite de voir
Qu'on cloue au pilori ceux qui font leur devoir

Victor Hugo, L'Année terrible

[...] un beau jour on m'a attaquée là-dessus en réunion publique, j'étais une hypocrite, je clouais les gens au pilori sous prétexte qu'ils détruisaient les ménages, j'avais la prétention de les exclure, de les chasser, de les anéantir

Milan Kundera, La plaisanterie

N’hésitez pas à parcourir les autres articles de cette section dédiée aux expressions francophones

S'abonner S'abonner

Natacha Lovato

Natacha Lovato rédige pour La langue française des articles autour de la linguistique, la littérature et les expressions. Passionnée par la langue française, elle s'est aujourd'hui spécialisée dans la communication écrite afin de transmettre ses connaissances. Elle est aussi gérante d'un organisme de formation dédié à la communication écrite, et accompagne les adultes pour des remises à niveaux en français afin de perfectionner leurs écrits professionnels.

En savoir plus sur Natacha Lovato >

Recevez tous les articles de la semaine par courriel

Inscrivez-vous à notre lettre d'information hebdomadaire pour recevoir tous nos nouveaux articles, gratuitement. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.


Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour écrire un commentaire.

Se connecter S'inscrire

Retour au sommaire ➦

Partager