La langue française

Zéphyr

Sommaire

Définitions du mot zéphyr

Trésor de la Langue Française informatisé

ZÉPHYR, ZÉPHIR(E),(ZÉPHIR, ZÉPHIRE) subst. masc.

A. −
1. Littér. Vent d'ouest; p. ext., vent doux et agréable. Doux, frais, léger, tiède zéphyr; au moindre zéphyr; parfum, souffle du zéphyr. Quand la tempête fut calmée, nous voulûmes remonter à l'occident, mais le constant zéphyr (...) repoussa long-temps nos voiles (Chateaubr., Martyrs, t. 1, 1810, p. 212).Je vois de clairs rameaux bercés par le zéphire (Moréas, Iphigénie, 1900, V, 5, p. 168).
Au plur. Là les prés, les gazons, les bois harmonieux, De mobiles ruisseaux la colline animée, L'âme de mille fleurs dans les zéphyrs semée (Chénier, Élégies, 1794, p. 139).
Par personnification. Haleine du zéphyr/des zéphyrs; baisers du zéphyr; sur l'aile des zéphirs. Le zéphyr amoureux Murmure faiblement dans les bois ténébreux (Baour-Lormian, Ossian, 1827, p. 179).
[Avec valeur d'attribut; p. allus. à La Fontaine, Fables, Le Chêne et le roseau, I, 22: Tout vous est aquilon, tout me semble zéphyr] Si vous étiez enfant du Nord, vous vous ririez de nos frimas, et tout vous semblerait zéphyr en Italie (Courier, Lettres Fr. et Ital., 1809, p. 785).
2. MYTH. Dieu du vent d'ouest, généralement représenté sous la forme d'un jeune homme aux ailes de papillon. Ses cheveux vaporeux que baisera Thétis Étonnent le zéphyr ailé par leur finesse (Banville, Exilés, 1874, p. 77).
Au plur. Fils du dieu du vent d'ouest. Tout y passa, sans omettre les invocations à Vénus, aux Zéphyrs et aux Amours (Flaub., Bouvard, t. 1, 1880, p. 80).
3. [P. exagér. ou selon le sens originel du mot; suivi d'un adj.] Vent fort, désagréable. Dans la petite rue bien resserrée, il passait un zéphyr glacial (Céline, Mort à crédit, 1936, p. 263).
4. Au fig., rare. Tendance, impulsion. Ce n'est pas un sot cependant, mais un petit zéphir de fortune lui tourne la tête comme aux autres (Courier, Lettres Fr. et Ital.1806, p. 715).
B. −
1. CHORÉGR. Pas de zéphyr(e). Pas où l'on se tient sur une jambe tout en balançant l'autre d'avant en arrière. [Les danseurs sous l'Empire] faisaient leur entrée Par le pas de zéphyre ou le pas de bourrée (Pommier, Crâneries, 1842, p. 131).
2. INDUSTR. TEXT.
a) Tissu de coton façonné utilisé dans la confection de vêtements légers, de sous-vêtements. Il se montre sur le seuil, culotté d'un caleçon de zéphir rayé mauve (Bernanos, M. Ouine, 1943, p. 1436).
b) En appos. Laine zéphire/zéphyr(e) ou, subst. masc., zéphyr. ,,Laine moderne filée et retordue avec des fils de différentes couleurs`` (Leloir 1961).
3. Arg. milit. Soldat appartenant à l'infanterie légère d'Afrique; bataillonnaire. Une récente scélératesse commise à Lectoure, et dont, avec deux anciens zéphyrs, il fut très vivement soupçonné (Cladel, Ompdrailles, 1879, p. 256).
REM.
Zef, zeph, subst. masc.,arg. et lang. fam. des marins, des aviateurs. Vent. Pas beaucoup de zef ce matin! (Merrien1958).Je rêve, le soir, lorsque les sommets des platanes, courbés par le zeph, semblent à portée de barreau; je rêve (...) de la prison déserte, et de mes retrouvailles avec la vie (A. Sarrazin, La Cavale, 1965 [1962], p. 62).
Prononc. et Orth.: [zefi:ʀ]. Ac. 1694: zephir, -phire; 1718: zephyr; 1740-98: zéphyr. Ac. 1835, art. zéphire, zéphyr distincts; 1878 art. zéphire, -phyr; 1935: -phyr. Zéphire ds Littré; Fér. 1768, Fér. Crit. t. 3 1788 ont une forme zéphyre (v. aussi Pommier, loc. cit.). Prop. Catach-Golf. Orth. Lexicogr. 1971, p. 225: zéphir, -phirien, -phirine, mais zéphire pour le sens « laine » (Id., ibid., p. 224). Étymol. et Hist. 1. Ca 1320 Zephirus « vent d'ouest; dieu qui le personnifie » (Ovide moralisé, éd. C. de Boer, I, 269); ca 1515-20 Zephire (Cl. Marot, Le Temple de Cupido, 39 ds Œuvres lyriques, éd. C. A. Mayer, t. 3, p. 90); 2. 1552 « vent doux et tiède, brise agréable » (Ronsard, Amours, XVI, 10 ds Œuvres compl., éd. P. Laumonier, t. 4, p. 20); 3. 1831 les Zéphirs « surnom d'un des trois bataillons d'infanterie légère d'Afrique » (d'apr. Esn.); 1843 « soldat de l'infanterie légère » (ibid.); 4. 1842 pas de zéphyr (Ac. Compl.); 5. a) 1849 drap zéphyr (Le Moniteur de la mode, 1ernod'oct., p. 146b ds Quem. DDL t. 16); 1877 laine zéphire (Littré Suppl.); b) 1858 « toile de coton très fine et souple, dont on fait des chemises, des chemisettes, etc. » (Mérimée, Lettres ctessede Montijo, t. 2, p. 114). Empr. au lat.zephyrus « vent d'ouest doux et tiède; dieu qui le personnifie », gr. ζ ε ́ φ υ ρ ο ς « vent du nord-ouest généralement violent ou pluvieux; dieu qui le personnifie ». Fréq. abs. littér.: 353. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 1 220, b) 436; xxes.: a) 197, b) 106.
DÉR. 1.
Zéphyrien, zéphirien, -ienne, adj.a) Qui a certains caractères (douceur, légèreté) propres au zéphyr. Nous étions assis par terre, parmi les tapis (...), les rideaux de plumes exotiques (...), le tout (...) chatoyant, léger, fuyant, zéphyrien au moindre rayon qui s'agglutine et joue à sa surface (Cendrars, Bourlinguer, 1948, p. 369).b) Aviculture. Œuf zéphyrien. Synon. de œuf clair*. (Dict. xixeet xxes.).c) [Corresp. à supra B 3] Relatif à un zéphyr, aux zéphirs. [Le zouave] revint à ses souvenirs zéphiriens (A. Camus, Bohèmes, 1863, p. 21). [zefiʀjε ̃], fém.[-jεn]. 1resattest. a) 1771 œuf zéphyrien « œuf sans germe » (Buffon, Hist. nat. des oiseaux, t. 2, p. 302), b) 1842 « doux, léger comme un zéphyr » (Ac. Compl.); de zéphyr, suff. -ien*.
2.
Zéphyrine, zéphirine, subst. fém.,hist. des text. Étoffe de couleur qu'on fabriquait à Saint-Quentin. Nous annonçons, comme une occasion vraiment extraordinaire, l'arrivée d'une partie considérable de nouvelles mousselines imprimées, appelées Zéphirines (Obs. modes, t. 8, 15juin 1822, p. 264). [zefiʀin]. Lar. Lang. fr., Rob. 1985: zéphyrine. 1resattest. 1822, id.; de zéphyr, suff. -in*; cf. déjà vent zéphyrin (1511, J. Lemaire de Belges, La Concorde des deux lang., éd. J. Frappier, p. 9).
BBG.Quem. DDL t. 16, 28 (s.v. zéphyrine), 31. − Wagner (R.-L.). Les Vocab. fr. 2. Paris, 1970, p. 120.

Trésor de la Langue Française informatisé

ZÉPHYR, ZÉPHIR(E),(ZÉPHIR, ZÉPHIRE) subst. masc.

A. −
1. Littér. Vent d'ouest; p. ext., vent doux et agréable. Doux, frais, léger, tiède zéphyr; au moindre zéphyr; parfum, souffle du zéphyr. Quand la tempête fut calmée, nous voulûmes remonter à l'occident, mais le constant zéphyr (...) repoussa long-temps nos voiles (Chateaubr., Martyrs, t. 1, 1810, p. 212).Je vois de clairs rameaux bercés par le zéphire (Moréas, Iphigénie, 1900, V, 5, p. 168).
Au plur. Là les prés, les gazons, les bois harmonieux, De mobiles ruisseaux la colline animée, L'âme de mille fleurs dans les zéphyrs semée (Chénier, Élégies, 1794, p. 139).
Par personnification. Haleine du zéphyr/des zéphyrs; baisers du zéphyr; sur l'aile des zéphirs. Le zéphyr amoureux Murmure faiblement dans les bois ténébreux (Baour-Lormian, Ossian, 1827, p. 179).
[Avec valeur d'attribut; p. allus. à La Fontaine, Fables, Le Chêne et le roseau, I, 22: Tout vous est aquilon, tout me semble zéphyr] Si vous étiez enfant du Nord, vous vous ririez de nos frimas, et tout vous semblerait zéphyr en Italie (Courier, Lettres Fr. et Ital., 1809, p. 785).
2. MYTH. Dieu du vent d'ouest, généralement représenté sous la forme d'un jeune homme aux ailes de papillon. Ses cheveux vaporeux que baisera Thétis Étonnent le zéphyr ailé par leur finesse (Banville, Exilés, 1874, p. 77).
Au plur. Fils du dieu du vent d'ouest. Tout y passa, sans omettre les invocations à Vénus, aux Zéphyrs et aux Amours (Flaub., Bouvard, t. 1, 1880, p. 80).
3. [P. exagér. ou selon le sens originel du mot; suivi d'un adj.] Vent fort, désagréable. Dans la petite rue bien resserrée, il passait un zéphyr glacial (Céline, Mort à crédit, 1936, p. 263).
4. Au fig., rare. Tendance, impulsion. Ce n'est pas un sot cependant, mais un petit zéphir de fortune lui tourne la tête comme aux autres (Courier, Lettres Fr. et Ital.1806, p. 715).
B. −
1. CHORÉGR. Pas de zéphyr(e). Pas où l'on se tient sur une jambe tout en balançant l'autre d'avant en arrière. [Les danseurs sous l'Empire] faisaient leur entrée Par le pas de zéphyre ou le pas de bourrée (Pommier, Crâneries, 1842, p. 131).
2. INDUSTR. TEXT.
a) Tissu de coton façonné utilisé dans la confection de vêtements légers, de sous-vêtements. Il se montre sur le seuil, culotté d'un caleçon de zéphir rayé mauve (Bernanos, M. Ouine, 1943, p. 1436).
b) En appos. Laine zéphire/zéphyr(e) ou, subst. masc., zéphyr. ,,Laine moderne filée et retordue avec des fils de différentes couleurs`` (Leloir 1961).
3. Arg. milit. Soldat appartenant à l'infanterie légère d'Afrique; bataillonnaire. Une récente scélératesse commise à Lectoure, et dont, avec deux anciens zéphyrs, il fut très vivement soupçonné (Cladel, Ompdrailles, 1879, p. 256).
REM.
Zef, zeph, subst. masc.,arg. et lang. fam. des marins, des aviateurs. Vent. Pas beaucoup de zef ce matin! (Merrien1958).Je rêve, le soir, lorsque les sommets des platanes, courbés par le zeph, semblent à portée de barreau; je rêve (...) de la prison déserte, et de mes retrouvailles avec la vie (A. Sarrazin, La Cavale, 1965 [1962], p. 62).
Prononc. et Orth.: [zefi:ʀ]. Ac. 1694: zephir, -phire; 1718: zephyr; 1740-98: zéphyr. Ac. 1835, art. zéphire, zéphyr distincts; 1878 art. zéphire, -phyr; 1935: -phyr. Zéphire ds Littré; Fér. 1768, Fér. Crit. t. 3 1788 ont une forme zéphyre (v. aussi Pommier, loc. cit.). Prop. Catach-Golf. Orth. Lexicogr. 1971, p. 225: zéphir, -phirien, -phirine, mais zéphire pour le sens « laine » (Id., ibid., p. 224). Étymol. et Hist. 1. Ca 1320 Zephirus « vent d'ouest; dieu qui le personnifie » (Ovide moralisé, éd. C. de Boer, I, 269); ca 1515-20 Zephire (Cl. Marot, Le Temple de Cupido, 39 ds Œuvres lyriques, éd. C. A. Mayer, t. 3, p. 90); 2. 1552 « vent doux et tiède, brise agréable » (Ronsard, Amours, XVI, 10 ds Œuvres compl., éd. P. Laumonier, t. 4, p. 20); 3. 1831 les Zéphirs « surnom d'un des trois bataillons d'infanterie légère d'Afrique » (d'apr. Esn.); 1843 « soldat de l'infanterie légère » (ibid.); 4. 1842 pas de zéphyr (Ac. Compl.); 5. a) 1849 drap zéphyr (Le Moniteur de la mode, 1ernod'oct., p. 146b ds Quem. DDL t. 16); 1877 laine zéphire (Littré Suppl.); b) 1858 « toile de coton très fine et souple, dont on fait des chemises, des chemisettes, etc. » (Mérimée, Lettres ctessede Montijo, t. 2, p. 114). Empr. au lat.zephyrus « vent d'ouest doux et tiède; dieu qui le personnifie », gr. ζ ε ́ φ υ ρ ο ς « vent du nord-ouest généralement violent ou pluvieux; dieu qui le personnifie ». Fréq. abs. littér.: 353. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 1 220, b) 436; xxes.: a) 197, b) 106.
DÉR. 1.
Zéphyrien, zéphirien, -ienne, adj.a) Qui a certains caractères (douceur, légèreté) propres au zéphyr. Nous étions assis par terre, parmi les tapis (...), les rideaux de plumes exotiques (...), le tout (...) chatoyant, léger, fuyant, zéphyrien au moindre rayon qui s'agglutine et joue à sa surface (Cendrars, Bourlinguer, 1948, p. 369).b) Aviculture. Œuf zéphyrien. Synon. de œuf clair*. (Dict. xixeet xxes.).c) [Corresp. à supra B 3] Relatif à un zéphyr, aux zéphirs. [Le zouave] revint à ses souvenirs zéphiriens (A. Camus, Bohèmes, 1863, p. 21). [zefiʀjε ̃], fém.[-jεn]. 1resattest. a) 1771 œuf zéphyrien « œuf sans germe » (Buffon, Hist. nat. des oiseaux, t. 2, p. 302), b) 1842 « doux, léger comme un zéphyr » (Ac. Compl.); de zéphyr, suff. -ien*.
2.
Zéphyrine, zéphirine, subst. fém.,hist. des text. Étoffe de couleur qu'on fabriquait à Saint-Quentin. Nous annonçons, comme une occasion vraiment extraordinaire, l'arrivée d'une partie considérable de nouvelles mousselines imprimées, appelées Zéphirines (Obs. modes, t. 8, 15juin 1822, p. 264). [zefiʀin]. Lar. Lang. fr., Rob. 1985: zéphyrine. 1resattest. 1822, id.; de zéphyr, suff. -in*; cf. déjà vent zéphyrin (1511, J. Lemaire de Belges, La Concorde des deux lang., éd. J. Frappier, p. 9).
BBG.Quem. DDL t. 16, 28 (s.v. zéphyrine), 31. − Wagner (R.-L.). Les Vocab. fr. 2. Paris, 1970, p. 120.

Wiktionnaire

Nom commun

zéphyr \ze.fiʁ\ masculin

  1. Nom que les anciens donnaient au vent d’occident.
    • Le souffle du zéphyr.
  2. (Par extension) Toute sorte de vents doux et agréables.
    • Le chaume flexible des graminées de nos prairies, dont les épis légers ne s'élèvent que peu au-dessus du sol et que le moindre souffle du zéphyr suffit à bercer mollement , est remplacé dans certaines contrées de l'Asie par les tiges de bambous, riches en nœuds et d'un diamètre si considérable, […]. — (Frédéric de Tschudi, Lectures agricoles dédiées à la jeunesse suisse, traduit de l'allemand (Suisse) sous la direction de A. Mauron, Frauenfeld : chez J. Huber, Fribourg : chez J. Labastroy & Lausanne : chez Jacques Chantrens, 1865, page 168)
  3. (Textile) Tissu de coton peigné, souple, fin et serré.
    • Conan, du regard, mesura l’épaisseur de l’obstacle et ramena tranquillement autour de ses hanches les débris de son pantalon de zéphyr rose. — (Roger Vercel, Capitaine Conan, Albin Michel, 1934, collection Le Livre de Poche, page 133.)
  4. (Argot) Soldat des bataillons disciplinaires d’Afrique.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ZÉPHYR. n. m.
Nom que les anciens donnaient au vent d'occident. Le souffle du zéphyr. Il se dit, par extension, de Toute sorte de vents doux et agréables. Un agréable zéphyr. Un zéphyr rafraîchissant. Il se dit, dans le langage populaire, d'un Soldat des bataillons disciplinaires d'Afrique.

Étymologie de « zéphyr »

(Siècle à préciser) Du latin zephyrus (« vent d’ouest, signe du printemps »), du grec ancien Ζέφυρος, Zéphuros (« Zéphyr »), personnification du vent d’ouest.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « zéphyr »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
zéphyr zefir

Citations contenant le mot « zéphyr »

  • Le plus sage s'endort sur la foi des zéphirs. Jean de La Fontaine, Élégie aux nymphes de Vaux
  • J'aperçois des barreaux à travers lesquels le soleil lui comme une marâtre, et le zéphyr, pour votre tourment, semble vous apporter les soupirs de la bouche dont vous ne devez plus sentir les doux baisers. De Charles Robert Maturin / Melmoth, L'homme errant, 1820
  • L’Ultim Actual Leader d’Yves Le Blevec s’est retrouvé piégé dans un calme plat samedi au large d’Ouessant alors qu’il tentait de rejoindre Cherbourg et la ligne de départ de la 3e Drheam Cup. Moments de doute à bord, l’Ultim n’étant pas « riche en fuel » comme l’admet le skipper. Un doux zéphyr a finalement poussé le maxi-trimaran jusqu’à la ligne de départ qu’Yves Le Blevec et son équipage ont pu prendre normalement, dimanche à 13 H 00. Avant goût d’une course menacée d’autres pétoles. voilesetvoiliers.ouest-france.fr, VIDÉO. L’Actual Leader d’Yves Le Blevec piégé dans la pétole avant le départ de la Drheam Cup

Images d'illustration du mot « zéphyr »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « zéphyr »

Langue Traduction
Anglais zephyr
Espagnol céfiro
Italien zeffiro
Allemand zephyr
Chinois 和风
Arabe زفير
Portugais zéfiro
Russe зефир
Japonais ゼファー
Basque zephyr
Corse zefiro
Source : Google Translate API

Synonymes de « zéphyr »

Source : synonymes de zéphyr sur lebonsynonyme.fr
Partager