La langue française

Vocable

Sommaire

  • Définitions du mot vocable
  • Étymologie de « vocable »
  • Phonétique de « vocable »
  • Citations contenant le mot « vocable »
  • Images d'illustration du mot « vocable »
  • Traductions du mot « vocable »
  • Synonymes de « vocable »

Définitions du mot vocable

Trésor de la Langue Française informatisé

VOCABLE, subst. masc.

A. − Élément du langage, considéré quant à sa signification et à son individualité lexicale. Vocable primaire, secondaire; vocable d'emprunt; vocable argotique, dialectal; vocable compliqué, inexact, technique; vocable emprunté à une autre langue; désigner sous un vocable; placer, ranger sous le même vocable. Je me délectais, aux repas, de récits à mots couverts, de ce langage, employé par les parents, où le vocable hermétique remplace le terme vulgaire, où la moue significative et le « hum! » théâtral appellent et soutiennent l'attention des enfants (Colette,Mais. Cl.,1922,p. 44).« (...) Je vous rejoindrai à votre hôtel. Okay? » Je réponds: « Okay. » O le plus international des vocables! (Maurois, Journal, 1946, p. 17).V. technique I D 1 ex. de B. Quemada.
[Désigne un nom propre] Nous étions pressés de donner un vocable à notre académie (...).Académie des Amis.Académie Molière (A. France, Vie fleur, 1922, p. 419).
Vocable (de).Dénomination (de), mot (de). Chacune des grandes nouvelles de Henry James équivaut au moins à ce que l'on publie chez nous sous le vocable de roman (Blanche, Modèles, 1928, p. 174).
[Introd. un nom propre, patronymique ou topon.] Ôter son nom à un être humain et social, c'est lui ôter quelque chose de sa personne. Mais je conviens que le vocable de Radégonde est rude (A. France, Pt Pierre, 1918, p. 201).Si l'on regroupe les régions de Nice et de Marseille sous le vocable Côte d'Azur, on constate que Paris et la Côte d'Azur se partagent les préférences des touristes étrangers (Tour. Fr., 1960, p. 16).
STAT., LING. [P. oppos. à lexème (unité virtuelle composant le lexique) et à mot (toute occurrence réalisée en parole)] Actualisation d'une unité lexicale particulière dans le discours. La phrase réalisée Le petit garçon caresse le petit chat comporte sept mots, dont deux fois le vocable petit (Ling.1972).On a pu longtemps disserter sur le vocabulaire d'une langue, d'un auteur ou d'une œuvre sans jamais se poser cette question élémentaire: « Combien de mots différents (nous dirons plutôt: de vocables) contient-il? » (Ch. Muller, Lang. fr. et ling. quantitative, 1979, p. 229).V. occurrence2ex. de Lang. 1973.
B. − Loc., RELIG. CATH. [À propos d'une église, d'une chapelle] Sous le vocable de. Sous la protection, sous le patronage de. Un très vaste baptistère rond, converti en église sous le vocable de Sainte-Marie-Majeure (Lenoir, Archit. monast., 1852, p. 101).La chapelle de l'Abbé X... est sous le vocable de saint Athanase et le presbytère est assez modeste (Green, Journal, 1945, p. 206).
P. métaph. C'est une cathédrale que l'œuvre de Rabelais, une cathédrale placée sous le vocable des humanités, de la pensée libre, de la tolérance (A. France, Vie littér., 1891, p. 29).
Prononc. et Orth.: [vɔkabl]. Att. ds Ac. dep. 1878. Étymol. et Hist. 1. a) 2emoit. xiiies. « appellation, dénomination » (Vie del ben. Justin, B.N. 818, fo302 vods Gdf. Compl.); b) fin xives. « mot » (ds Roques t. 2, no13458) − 1680, Rich., répertorié comme ,,vieux`` par Trév. 1721-1771; à nouv. 1842 (Ac. Compl.); 2. 1788 « appellation d'une église, du nom du saint auquel elle est dédiée » (Fér. Crit.). Empr. au lat.vocabulum, -i « mot », dér. de vocare « appeler », de vox, vocis « voix ». Fréq. abs. littér.: 162. Bbg. Vaganay (H.). Pour l'hist. du fr. mod. Rom. Forsch. 1913, t. 32, p. 183.

Trésor de la Langue Française informatisé

VOCABLE, subst. masc.

A. − Élément du langage, considéré quant à sa signification et à son individualité lexicale. Vocable primaire, secondaire; vocable d'emprunt; vocable argotique, dialectal; vocable compliqué, inexact, technique; vocable emprunté à une autre langue; désigner sous un vocable; placer, ranger sous le même vocable. Je me délectais, aux repas, de récits à mots couverts, de ce langage, employé par les parents, où le vocable hermétique remplace le terme vulgaire, où la moue significative et le « hum! » théâtral appellent et soutiennent l'attention des enfants (Colette,Mais. Cl.,1922,p. 44).« (...) Je vous rejoindrai à votre hôtel. Okay? » Je réponds: « Okay. » O le plus international des vocables! (Maurois, Journal, 1946, p. 17).V. technique I D 1 ex. de B. Quemada.
[Désigne un nom propre] Nous étions pressés de donner un vocable à notre académie (...).Académie des Amis.Académie Molière (A. France, Vie fleur, 1922, p. 419).
Vocable (de).Dénomination (de), mot (de). Chacune des grandes nouvelles de Henry James équivaut au moins à ce que l'on publie chez nous sous le vocable de roman (Blanche, Modèles, 1928, p. 174).
[Introd. un nom propre, patronymique ou topon.] Ôter son nom à un être humain et social, c'est lui ôter quelque chose de sa personne. Mais je conviens que le vocable de Radégonde est rude (A. France, Pt Pierre, 1918, p. 201).Si l'on regroupe les régions de Nice et de Marseille sous le vocable Côte d'Azur, on constate que Paris et la Côte d'Azur se partagent les préférences des touristes étrangers (Tour. Fr., 1960, p. 16).
STAT., LING. [P. oppos. à lexème (unité virtuelle composant le lexique) et à mot (toute occurrence réalisée en parole)] Actualisation d'une unité lexicale particulière dans le discours. La phrase réalisée Le petit garçon caresse le petit chat comporte sept mots, dont deux fois le vocable petit (Ling.1972).On a pu longtemps disserter sur le vocabulaire d'une langue, d'un auteur ou d'une œuvre sans jamais se poser cette question élémentaire: « Combien de mots différents (nous dirons plutôt: de vocables) contient-il? » (Ch. Muller, Lang. fr. et ling. quantitative, 1979, p. 229).V. occurrence2ex. de Lang. 1973.
B. − Loc., RELIG. CATH. [À propos d'une église, d'une chapelle] Sous le vocable de. Sous la protection, sous le patronage de. Un très vaste baptistère rond, converti en église sous le vocable de Sainte-Marie-Majeure (Lenoir, Archit. monast., 1852, p. 101).La chapelle de l'Abbé X... est sous le vocable de saint Athanase et le presbytère est assez modeste (Green, Journal, 1945, p. 206).
P. métaph. C'est une cathédrale que l'œuvre de Rabelais, une cathédrale placée sous le vocable des humanités, de la pensée libre, de la tolérance (A. France, Vie littér., 1891, p. 29).
Prononc. et Orth.: [vɔkabl]. Att. ds Ac. dep. 1878. Étymol. et Hist. 1. a) 2emoit. xiiies. « appellation, dénomination » (Vie del ben. Justin, B.N. 818, fo302 vods Gdf. Compl.); b) fin xives. « mot » (ds Roques t. 2, no13458) − 1680, Rich., répertorié comme ,,vieux`` par Trév. 1721-1771; à nouv. 1842 (Ac. Compl.); 2. 1788 « appellation d'une église, du nom du saint auquel elle est dédiée » (Fér. Crit.). Empr. au lat.vocabulum, -i « mot », dér. de vocare « appeler », de vox, vocis « voix ». Fréq. abs. littér.: 162. Bbg. Vaganay (H.). Pour l'hist. du fr. mod. Rom. Forsch. 1913, t. 32, p. 183.

Wiktionnaire

Nom commun

vocable \vɔ.kabl\ masculin

  1. (Courant) Mot, terme considéré comme porteur d’une signification particulière.
    • Il eut même cette bonne fortune d’inventer à plusieurs reprises un de ces vocables essentiellement parisiens que la mode consacre pendant quelques mois et qui reçoivent toujours l’accueil le plus enthousiaste […] — (Octave Mirbeau, Contes cruels : Gavinard)
    • Voyez-vous […] nous avons à Paris plusieurs catégories de malandrins. Pour nous en garantir, il nous faut recourir à des hommes présentant des qualités particulières. Ces hommes sont des mouchards, comme vous les appelez. Soit, je n’ergote pas sur un vocable. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • Ils manient avec une élégante aisance les mètres latins les plus compliqués et les vocables les plus choisis de la mythologie. — (J. Huizinga, Érasme, traduction de V. Bruncel, Gallimard, 1955)
    • Pour ces différents mots et tous les analogues, lʼEsperanto [sic : espéranto] nous donne, sans aucune complication, autant de vocables spéciaux qu’ils offrent d’acceptions diverses. — (Louis de Beaufront, Commentaire sur la grammaire de la Langue Internationale « Esperanto », 1900)
    • Ce n’est donc pas un hasard si le vocable « média » a été popularisé par l’industrie de la publicité, qui raisonne en termes de « supports » susceptibles de véhiculer ses annonces. — (Bernard Poulet, La fin des journaux et l’avenir de l’information, Gallimard, 2009, page 63)
  2. (Religion) Appellation d’une église du nom du saint auquel elle est dédiée.
    • La reconnaissance publique a substitué au vocable de Notre-Dame-du-Mont celui de Saint-Euverte, au vocable de Saint-Pierre-aux-Bœufs celui de Saint-Aignan ; […]. — (E, Bimbenet, Justice de la paroisse de Notre-Dame-des-Forges ou de Notre-Dame-des-Ormes-Saint-Victor, dans les Mémoires de la Société Archéologique de l’Orléanais, Orléans & Paris, 1862, vol. 5, p. 64)
    • Église sous le vocable de Notre-Dame construite en tuf en grande partie , appartenant à l'ogive primitive du XIIe siècle. — (Jean Benoît Désiré Cochet, Répertoire archéologique du département de la Seine-Inférieure, Paris : Imprimerie nationale, 1871, p. 7)
  3. (Linguistique) Indique une unité concrète extraite d’un discours, dont l’occurrence et la mise en relation avec d’autres vocables conduit, par un processus de lexicalisation, à l’unité abstraite de lexème.

Nom commun

vocable \ˈvəʊ.kə.bəl\

  1. Mot ou énoncé considéré en tant que signifiant.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

VOCABLE. n. m.
T. de Grammaire. Mot, partie intégrante d'une langue. En termes de Liturgie, il se dit de l'Appellation d'une église, du nom du saint auquel elle est dédiée. La principale église de la ville est sous le vocable de saint Pierre.

Littré (1872-1877)

VOCABLE (vo-ka-bl') s. m.
  • 1 Terme de grammaire. Mot, partie intégrante d'un langage.
  • 2Patronage, en parlant d'un saint. Il existe à Vienne, sous le vocable de saint Pierre, une église élevée sur la place d'une basilique des premiers siècles, Leblant, Inscript. chrét. de la Gaule, t. II, p. 113.

HISTORIQUE

XVe s. Le vocable [proverbe] que on dit, que : à celui à qui il meschiet, chascun lui mesoffre, Froissart, II, II, 159.

XVIe s. Vous dictes en vostre monde que sac est vocable commun en toute langue, Rabelais, v, 45. Ignorant des frases et vocables qui servent aux choses plus communes, Montaigne, I, 103. Dieu par nature a constituez les vocables pour les choses, non les choses pour les vocables, Bonivard, Advis et devis des lengues, p. 55.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « vocable »

Provenç. vocable ; espagn. vocablo ; ital. vocabolo ; du latin vocabulum, de vocare, appeler (voy. VOIX).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(1380) Du latin vocabulum (« mot »), de vocare (« appeler »). Après une longue éclipse, le mot revient au XIXe siècle.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Du français vocable ou de même origine que celui-ci.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « vocable »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
vocable vɔkabl

Citations contenant le mot « vocable »

  • Les archives décrivent une chapelle édifiée vers 1155, placée sous le vocable de Saint-Étienne représenté avec la palme du martyr et une pierre instrument de son supplice, vêtu d’une dalmatique permettant de l’identifier comme diacre. www.lejdc.fr, La chapelle de la Grande-Brosse, place forte du village de Donzy - Donzy (58220)
  • Le désespoir, un vocable creux inventé par les gens qui ne regardent jamais les étoiles. De Monique Proulx / Le sexe des étoiles
  • Prolixe par essence, la littérature vit de la pléthore des vocables, du cancer du mot. De Emil Michel Cioran / Syllogismes de l’amertume
  • Le monde de demain ou d'après selon le vocable à la mode sera "Made in chez nous", il grouillera de vélos et laissera moins de place aux voitures, il sera moins financiarisé, moins inégalitaire, l'Etat retrouvera sa place chérie, les infirmières seront mieux payées et tout le monde s'aimera d'un amour sincère. Site-Trends-FR, "Le 'monde d'après', prétexte à un retour au confessionnal?" - Politique Economique - Trends-Tendances
  • Mais, si monsieur Aka Aouélé ne peut s’empêcher de parler de ces démissionnaires originaires du Sud-Comoé et se fait fort d’en faire la matière de son allocution, c’est qu’ils ne sont pas aussi insignifiants que cela : « on ne jette des pierres qu’à l’arbre qui porte des fruits » dit-on. Il démontre par-là que leur départ fait un gros tort aux dirigeants du RHDP dans la mesure où ce départ qui n’est pas sans conséquences en termes de mobilisation des populations réduit considérablement son espace d’expression dans le Sud-Comoé. Par ailleurs, en utilisant aussi un vocable militaire pour qualifier ces démissions (« cette solitaire désertion » dit-il), monsieur Aka Aouélé colle à leurs auteurs une image de lâches et les rend indignes de mériter le moindre respect comme la moindre considération d’autant plus qu’ils ne représenteraient que leur seule personne. Le vocable de désertion, punissable selon le code de justice militaire, sous-entend-il, chez monsieur Eugène Aka Aouélé, que les concernés encourent des représailles et lesquelles ? Doit-on s’attendre, les jours à venir, à des chasses aux sorcières ? Nous acheminons-nous vers un Sorogate bis ? Si monsieur Aka Aouélé avait l’intention d’informer les concernés de la foudre qui devrait bientôt s’abattre sur eux, il vient d’éventer un secret d’Etat. Connectionivoirienne.net, RHDP en Côte d’Ivoire: L’arrogance et le mépris des autres, des valeurs partagées - Connectionivoirienne.net
  • Le « mail-in vote » universel fait référence à un vote par correspondance qui serait accordé à tous les électeurs, sans qu'ils aient à fournir de justificatif - un vote « sans excuse », selon un autre vocable fréquemment utilisé. Quelques Etats envoient déjà un bulletin par correspondance à tous leurs électeurs. Les Echos, Donald Trump attise les tensions en caressant l'idée d'un report de l'élection | Les Echos
  • Par ailleurs, afin de garantir la bonne marche de la commande publique, l’entité publique peut même demander à ce que les règlementations internationales de vente prennent effet pour la fourniture de matériels. Ces dispositions règlementaires sont connues dans le jargon du commerce international sous le vocable « Incoterms ». Il s’agit d’un système de codage standard comprenant trois lettres spécifiques aux méthodes de transactions effectuées.  MarchesPublicsPME, Marchés publics et incoterms : ce qu'il faut retenir
  • Jennifer Baderot exerçait au 1, de la rue du Maréchal-Foch à Longuyon, depuis 17 ans. Elle vient de déménager l’enseigne pour ouvrir son salon dans sa maison familiale, l’ancien café » Baderot » 8, rue de la Fonderie. Le bâtiment est connu également sous le vocable du « Bar de la fonderie », témoignage du passé industriel de la commune dont l’usine était à proximité immédiate, de l’autre côté de la rue. , Société | Jennifer Baderot a ouvert son salon de coiffure

Images d'illustration du mot « vocable »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « vocable »

Langue Traduction
Anglais term
Espagnol término
Italien termine
Allemand begriff
Chinois 术语
Arabe مصطلح
Portugais prazo
Russe срок
Japonais 期間
Basque epe
Corse terminu
Source : Google Translate API

Synonymes de « vocable »

Source : synonymes de vocable sur lebonsynonyme.fr
Partager