La langue française

Tuilé

Définitions du mot « tuilé »

Trésor de la Langue Française informatisé

Tuilé, -ée, adj.a) Constr. Recouvert de tuiles. Au-devant [de la loge] régnait une façon de hangar, tuilé en verts balais (Sand, Maîtres sonneurs, 1853, p. 147).b) α) Disposé, imbriqué comme des tuiles sur un toit. Un monstre japonais aux yeux saillants, au dos couvert d'écailles finement tuilées (A. Daudet, Nabab, 1877, p. 16). β) Incurvé comme une tuile creuse. Puis c'est le passage du « réglé », sorte de niveau pour s'assurer que le profil de la semelle est bombé pour les skis de descente, « tuilé » ou plat pour ceux de slalom (L'Express, 25 févr. 1983, p. 97, col. 2). γ) Empl. subst. fém., conchyliol. Synon. de bénitier.Plusieurs petits poissons, les énormes tuilées, restent immobiles sur les récifs, à l'abri sous leurs épaisses voûtes (Bern. de St-P., Harm. nat., 1814, p. 247). δ) Jeux. Cartes tuilées. Paquet de cartes disposées au dessus du jeu après l'avoir légèrement cintré de manière à faire couper où on le souhaite. (Dict. xxes.). ε) Œnol. Vin tuilé. Vin qui a pris une teinte orangée sous l'effet du vieillissement et de l'oxydation. Premier verre, un vin tuilé (signe de vieillissement), un vin qui a un bon nez mais vite dissipé, un vin plaisant un peu court en bouche (Le Nouvel Observateur, 24 oct. 1977, p. 89, col. 2).c) Technol. Drap tuilé. Drap apprêté à la tuile (supra C 2 c). (Dict. xixeet xxes.). [tɥile]. 1resattest. a) ca 1188 « de couleur de brique » crupe tuilee (Chanson d'Aspremont, éd. L. Brandin, 1586), 1305 en parlant d'une étoffe (Arch. K 37apièce 2 ds Gdf.), b) α) 1752 zool. « dont les cavités sont en forme d'une tuile creuse (d'une coquille) » (Trév.), β) 1794 id. « qui est garni d'écailles en forme de tuile » (Valm. t. 14, p. 293), c) 1832 « poli, lustré (d'une étoffe de laine) » (Raymond), d) 1876 jeux carte tuilée (Lar. 19e); de tuile, suff. *.

Wiktionnaire

Forme de verbe

tuilé \tɥi.le\

  1. Participe passé masculin singulier du verbe tuiler.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

TUILE. n. f.
Carreau de peu d'épaisseur, fait de terre grasse pétrie, séchée et cuite au four, tantôt plat, tantôt courbé en demi-cylindre, et dont on se sert pour couvrir les maisons, les bâtiments. Tuile plate. Tuile creuse. Tuile vernie. Tuile faîtière. Tuile romaine, flamande. Tuile de Bourgogne. Un cent de tuiles. Ces tuiles ne sont pas assez cuites. Une maison couverte de tuiles. Un toit de tuiles, en tuiles. Fam., Être logé sous les tuiles, Être logé au plus haut étage de la maison. Fig. et fam., Il m'est tombé une tuile sur la tête se dit d'un Accident imprévu et que l'on n'a pu éviter. Absolument, Quelle tuile!

TUILE se dit, par extension, de Morceaux de marbre, de pierre ou de bronze, qui ont la même forme et servent aux mêmes usages que les tuiles de terre cuite. Ce temple est couvert de tuiles de marbre.

Littré (1872-1877)

TUILÉ (tui-lé, lée) adj.
  • 1Qui a la forme d'une tuile.

    Coquille tuilée, coquille dont les cavités sont en forme de tuiles creuses.

  • 2 S. f. Tuilée, voy. FAÎTIÈRE, n° 5.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « tuilé »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
tuilé tµile

Traductions du mot « tuilé »

Langue Traduction
Anglais tile
Espagnol loseta
Italien piastrella
Allemand fliese
Chinois
Arabe البلاط
Portugais telha
Russe плитка
Japonais タイル
Basque teila
Corse piastrella
Source : Google Translate API

Antonymes de « tuilé »

Tuilé

Retour au sommaire ➦

Partager