Noue : définition de noue


Noue : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

NOUE1, subst. fém.

A. − Terre grasse, marécageuse, utilisée comme pâture. (Dict. xixeet xxes.).
B. − ,,Bras naturel ou artificiel d'une rivière demeurant largement en communication avec elle par l'aval`` (Colas-Cab. 1968). Le droit de pêche est exercé au profit de l'État: (...) Dans les bras, noues, boires et fossés qui tirent leurs eaux des fleuves et rivières domaniaux dans lesquels on peut en tout temps passer ou pénétrer librement en bateau de pêcheur et dont l'entretien est à la charge de l'État (Code rural, Paris, Dalloz, 1972, art.403, p.125).
C. − AGRIC. ,,Intervalle entre deux sillons où les eaux de pluie stagnent`` (Fén. 1970; ds Lar., Plais.-Caill. 1958, Colas-Cab. 1968).
Prononc. et Orth.: [nu]. Homon. noue2, nous, et formes de nouer. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. 1. 1294 noe «terre grasse et humide servant de pâturage» (Ch[arte] de 1294, Beauger[ais], Arch. de l'Indre-et-Loire ds Gdf.); 1333 a. poit. noue (Lalanne); 2.1809 agric. «intervalle entre les billons» (Dict. d'agric. ds Gdf.). Terme partic. représenté dès l'a. fr. dans l'ouest et le centre de la France. Du lat. médiév. nauda «terrain marécageux» (ixes. à Blois ds Gallia christiana, t.8, 1744, col.411, cf. Du Cange; Nov. gloss.), d'un gaul. *nauda «id.» (Meyer-Lübke ds Z. rom. Philol. t. 26, p.727; FEW t.7, pp.53-54).

NOUE2, subst. fém.

A. −
1. CHARPENTERIE
a) ,,Angle rentrant par lequel deux combles se coupent`` (Vogüé-Neufville 1971). Les combles [de cette maison de campagne] sont à pentes simples, sans noues et pénétrations (Viollet-Le-Duc, Archit.,1872, p.368).
b) ,,Pièce de bois qui reçoit les empannons de deux combles qui se joignent en angle rentrant`` (Jossier 1881). Les arêtiers et noues [d'un comble] sont généralement assemblés à tenon et mortaise (Robinot,Vérif., métré et prat. trav. bât.,t.2, 1928, p.22).
2. PLOMB., ZING. Rigole à l'intersection des deux pans d'une toiture, formée par l'assemblage de tuiles creuses ou de plaques de zinc, de cuivre ou de plomb et servant à l'écoulement des eaux de pluie; chacune des tuiles creuses ou des plaques qui tapissent cette rigole:
. La noue est constituée par un revêtement métallique posé sur voligeage et dont le développement et le profil sont fonction de sa pente et de la quantité d'eau à évacuer. H. Berbesson, M. Bouery, J. Clauzon, Produits de terre cuite de bât.,Paris, 1979, p.200.
B. − TRAV. PUBL. ,,Partie de pavé de forme triangulaire au droit d'un angle rentrant, composée de deux revers au milieu desquels est un ruisseau`` (Littré).
Prononc. et Orth.: [nu]. Homon. noue1, nous, et formes de nouer. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. 1. a) 1223 nohe «gouttière» (Pièce de 1223 ds A. d'Herbomez, Ét. sur le dial. du Tournaisis, p.12 ds Gdf., s.v. embevrer); b) 1379 noe «gouttière à l'intersection de deux combles inclinés`` (B. et H. Prost, Inventaires mobiliers des ducs de Bourgogne, t.2, p.63); 2. 1287 noe «tuile creuse formant rigole d'écoulement» (A. Longnon, Doc. rel. au comté de Champagne et de Brie, p.66: pour tuilles, noes et arrestieres); 3. 1676 noue «pièce de bois qui reçoit les empannons de deux combles se joignant en angle rentrant» (Félibien); 4. 1868 trav. publ. (Littré). D'un b. lat. *nauca, forme contractée de *navica «petit bateau», dimin. du lat. navis «bateau» (nef*) (Meyer-Lübke ds Z. rom. Philol. t.26, pp.727-728; FEW t.7, pp.58-60).
DÉR.
Nouette, subst. fém.,couv. a) Tuile bordée d'une arête. (Dict. xixeet xxes.). b) Noue (supra A 2) réalisée sur des tuiles très plates à l'aide de tuiles très bombées (d'apr. P. Demandrille, G. Cambou, Traité de couverture, Paris, Massin et Cie, 1978, p.422). [nwεt]. 1reattest. 1782 (Encyclop. méthod. mécan., t.2, p.72); de noue2, suff. -ette (-et*).

Noue : définition du Wiktionnaire

Nom commun 1

noue \nu\ féminin

  1. (Art) Endroit où se rencontrent les surfaces inclinées de deux combles.
    • La noue cornière est celle où les couvertures de deux corps de logis se joignent.
    1. Lame de plomb, de zinc ou de cuivre placée à cet endroit.
      • Noue de plomb, table de plomb qui est de toute la longueur de la noue d'un comble d'ardoise.
    2. Tuile creuse servant à l’écoulement des eaux.
      • Les noues d’une lucarne.

Nom commun 2

noue \nu\ féminin

  1. Ancien lit d’un cours d’eau où les eaux ont une tendance à revenir en cas de débordements.
    • Les noues anciennes vont s'asséchant par colmatage et évoluent vers la Saulaie ou l'Aulnaie. — (Gustave Malcuit, Contributions à l’étude phytosociologique des Vosges méridionales saônoises : les associations végétales de la vallée de la Lanterne, thèse de doctorat, Société d’édition du Nord, 1929, p. 58)
  2. Sorte de terre grasse et humide, pré inondable servant à la pâture des bestiaux.
    • Les bouleaux lèvent dans les noues,
      les aulnes par terres mouvantes,
      les merisiers en terres fraîches
      et le genièvre en terre aride. — (Elias Lönnrot,
      Le Kalevala, chant 2, traduction de Gabriel Rebourcet)
  3. Fossé d’écoulement des eaux.
    • La noue est une des nombreuses techniques alternatives pour la gestion des eaux de ruissellement urbain utilisée pour parer aux inconvénients hydrauliques de l'imperméabilisation croissante des villes, qui cause des problèmes d'inondation en aval (ou sur place) et d'éventuel déficit en alimentation de la nappe sous-jacente ; des techniques « passives » de ce type, en réalité fort anciennes, sont testées dans différents pays et contextes.

Nom commun 3

noue \nu\ féminin

  1. (Pêche) Entrailles, foie et langue d’une morue[1].
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Noue : définition du Littré (1872-1877)

NOUE (noue) s. f.
  • Terre grasse et humide qui est une espèce de pré servant à la pâture des bestiaux.

    Sorte de trou ou de lieu bas où se jettent les eaux des rivières lors de leurs débordements.

    Les Noues, nom, à Montereau, d'une promenade sur la rive gauche de l'Yonne.

HISTORIQUE

XIVe s. Une noe contenant journée à deux hommes, faucheurs de pré ; laquelle noe est joignant à la riviere d'Arve, Du Cange, noa.

XVIe s. L'arpent de pré sur riviere et à deux herbes, dix sols ; l'arpent d'autre pré et à une herbe, cinq sols ; l'arpent de noe, deux sols six deniers tournois, Coust. gén. t. II, p. 227.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Noue : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

NOUE, s. f. (Archit.) c’est l’endroit où deux combles se joignent en angle rentrant ; ce qui fait l’effet contraire de l’arestier : on appelle noue corniere la noue où les couvertures de deux corps de logis se joignent.

Noue est aussi le nom d’une espece de tuile en demi-canal pour égouter l’eau. Quelquefois les couvreurs emploient au lieu de noues, des tuiles hachées, qu’ils taillent exprès à coups de martelet.

Noue de plomb ; c’est une table de plomb au droit du tranchis, & de toute la longueur de la noue d’un comble d’ardoise. Elle sert à égoutter les eaux. Daviler. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « noue »

Étymologie de noue - Littré

Norm. noe, prairie marécageuse ; bas-lat. noa et novium. Ce mot paraît être le même que l'ancien français noue, qui signifiait nage, et qui vient de natare, par l'intermédiaire d'une forme latine notare, qui se trouve dans l'italien.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de noue - Wiktionnaire

(Nom 1) En ancien français nohe (« gouttière ») ou noc au masculin,
  1. Littré[1] le donne d’origine germanique et l’apparente à nook, (« coin, angle de deux murs ») en anglais, nok (« faîte, came ») en néerlandais, Nocke (« came ») en allemand, apparenté à nochère.
  2. Pour le TLFi[2], du bas-latin *nauca, crase de *navica, diminutif de navis (« nef, navire »), apparenté à nacelle.
(Nom 2) En ancien français noe (« prairie marécageuse »), du gaulois *nauda (« marécage »)[2]. Pour Littré[1], c’est le même mot que le suivant : en nage a le sens de « en eaux, inondé, plongé dans l’eau ».
(Nom 3) En ancien français noe (« nage, nageoire, tripes »)[1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « noue »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
noue nu play_arrow

Citations contenant le mot « noue »

  • Les nouveaux aménagements urbains de St-Privat-la-Montagne laissent une place à la végétalisation, à l’image de la noue paysagère. Situés au centre du nouveau parking de l’église, elle remplira un rôle de zone tampon pour les eaux de ruissellement. , Saint-Privat-la-Montagne | Environnement. Une noue paysagère pour préserver la biodiversité
  • Je t’ai placé avant tout autre dans mon cœur et je t’ai élu, toi seul, parmi des milliers, afin de nouer un engagement avec toi. De Héloïse / Lettres des deux amants, attribuées à Héloïse et Abélard , Paris, Gallimard, 2005
  • Personne ne peut passer une chaîne à la cheville de son compagnon humain sans finir par se nouer l'autre bout autour du cou. De Frederick Douglass / Discours de Washington
  • L'amour a ceci de commun avec la grâce que tout - et jusqu'à la manière de pousser une porte ou de nouer un lacet - est modifié. Rien de ce qui était avant ne demeure. De Christiane Singer
  • Unifier, c'est nouer même les diversités particulières, non les affecter pour un ordre vain. De Antoine de Saint-Exupéry
  • Les relations amoureuses sont beaucoup plus faciles à nouer qu'à dénouer. De Bertrand Gauthier / Les Amantures
  • On peut nouer un fil rompu, mais il y aura un noeud au milieu. De Proverbe persan
  • L'Amitié se noue ailleurs, en dehors, dans un espace qui ne se soucie ni des années, ni des mois, ni des jours. De Roger-Pol Droit / 101 expériences de philosophie quotidienne
  • La victoire seule noue. La défaite non seulement divise l'homme d'avec les hommes, mais elle le divise avec lui-même. De Antoine de Saint-Exupéry / Pilote de guerre
  • Quand on accouche d'un serpent, on le noue autour de sa taille. De Massa Makan Diabaté / Kala Jata

Traductions du mot « noue »

Langue Traduction
Corse nodu
Basque korapilo
Japonais 結び目
Russe морской узел
Portugais
Arabe عقدة
Chinois
Allemand knoten
Italien nodo
Espagnol nudo
Anglais knot
Source : Google Translate API

Synonymes de « noue »

Source : synonymes de noue sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « noue »



mots du mois

Mots similaires