Croiser : définition de croiser


Croiser : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

CROISER, verbe.

I.− Emploi trans.
A.− [Le suj. désigne un animé, gén. humain; correspond à croix I] Disposer deux choses en forme de croix latine ou d'X. Croiser les bras, les mains (derrière le dos) :
1. Dès qu'il [Augustin] se fut assis, et que je le vis croiser ses jambes l'une sur l'autre dans l'attitude d'un homme qui n'a rien à dire et qui entre en oubliant l'objet de sa visite, je m'aperçus bien qu'il n'était pas, lui non plus, dans des dispositions riantes. Fromentin, Dominique,1863, p. 152.
En partic. [L'obj. désigne un vêtement] Rabattre les deux extrémités ou les deux pans l'un sur l'autre :
2. Un vieillard, à la face tourmentée d'une anxiété permanente, croisait et recroisait son cache-nez de laine grise sur sa poitrine et, chaque fois, se frappait le sternum à petits coups nerveux. Druon, Les Grandes familles,t. 2, 1948, p. 241.
Rem. On rencontre ds la docum. deux emplois vieillis, non attestés ds les dict. gén. a) Cocher par une croix. Les libraires, le catalogue à la main, bouleversant la bibliothèque et croisant les articles qui leur sont demandés par commission (Jouy, Hermite, t. 3, 1813, p. 208). b) Croiser une lettre. Ajouter un post-scriptum perpendiculaire au texte d'une lettre, de manière à suggérer la forme d'une croix. Pardon si je croise ma lettre pour quelques lignes (Mallarmé, Corresp., 1862, p. 22).
Locutions
Croiser les bras. Rester inactif ou indifférent. Le vieux croisa ses bras dans une pose d'humble héros (Maupass., Contes et nouv.,t. 2, Père Milon, 1883, p. 217).Et tu croises tes bras devant eux [les gens]. Et tu les méprises (Saint-Exup., Citad.,1944, p. 550).
Croiser la baïonnette. Présenter le fusil, baïonnette en avant comme pour engager le combat. La sentinelle de garde a, selon la consigne, croisé la baïonnette (Saint-Exup., Pilote guerre,1942, p. 286).
Croiser l'épée, le fer. Engager le combat.
P. métaph. Les communistes eux-mêmes, tout en multipliant appels du pied et moulinets, se gardent de croiser le fer (De Gaulle, Mém. guerre,1959, p. 240).
B.− [Le suj. désigne un animé ou un inanimé; correspond à croisement] Couper, passer au travers de :
3. La route croise une voie ferrée, sur laquelle roule un interminable convoi de wagons vides que traîne à petite allure une locomotive soufflante, chauffée à blanc. Martin du Gard, Les Thibault,L'Été 1914, 1936, p. 740.
P. métaph. Routes sans destinée, croisant l'X de mes pas hésitants (Éluard, Capitale douleur1926, p. 118).
1. P. ext. Rencontrer sur son trajet, venant en sens opposé ou différent :
4. Lorsque l'on se rend d'Oxford Street à Leicester Square, on traverse un dédale de rues obscures dont les plus innocents commerces ont un air étrange; sur les boutiques sont inscrits des noms surprenants et dont aucun n'est britannique; on n'y croise que des étrangers. Morand, Londres,1933, p. 188.
En partic. [À propos du regard] La minute enchantée où le regard croise le regard (Jankél., Je-ne-sais-quoi1957, p. 104).
2. Au fig. Avec l'idée d'entraver, de faire obstacle :
5. On démêle en même tems les motifs secrets qui, dans chaque individu, modifient son dévouement; les craintes, les soupçons, les calculs particuliers, qui viennent croiser l'impulsion universelle. Constant, Wallstein,1809, p. XIII.
C.− SC. et TECHN.
1. [Correspond à croix I] MAR. Croiser les vergues. Les mettre perpendiculaires au mât. Mettez le pavillon en berne, croisez les vergues! (Dumas père, Monte-Cristo, t. 1, 1846, p. 7).
P. métaph. Et nous ne fierons rien qu'aux vergues de prière Parce que c'est Jésus qui nous les a croisées (Péguy, Ève,1913, p. 884).
2. [Correspond à croisement B 1] BIOL. et BOT. Rapprocher, en vue de la reproduction, deux animaux ou deux végétaux de races, d'espèces ou de genres différents. Les sélectionner [des plants de vigne], dans le dessein de les croiser entre eux (Pesquidoux, Livre raison,1925, p. 77).On croise une souris à robe uniforme avec une souris panachée (Cuénot, J. Rostand, Introd. génét.,1936, p. 27).
P. ext. [À propos des hommes] Une race métis où le Villacourt était croisé de nature, le gentilhomme mâtiné de l'homme des bois (Goncourt, R. Mauperin,1864, p. 249).
P. métaph. Faire se rencontrer des choses contraires, panacher :
6. Aujourd'hui 13 septembre 1846, j'ai achevé la lecture des Lettres de Rancé, et j'ai traduit une idylle (la quatrième) de Théocrite. Croisons nos plaisirs. Sainte-Beuve, Pensées et maximes,1869, p. 94.
3. [Correspond à croisement B2]
a) HÉRALD. Croisé de. Traversé en diagonale. Deux et un croisés de trois rencontres de bœuf de sable (Balzac, Illus. perdues,1843, p. 43).
Rem. Ce sens n'est pas signalé ds les dict. gén. qui ne retiennent que l'accept. « chargé d'une croix » (cf. Besch. 1845).
b) TISS. Faire passer les fils de la trame d'une étoffe dans une trame double.
P. anal. La chaîne ourdie, elle [l'araignée] s'occupe à faire la trame en croisant le fil (Michelet, Insecte,1857, p. 207).
P. métaph. :
7. ... [les élus] suivent la circulation de la sève dans les canaux des plantes; et l'hysope et le cèdre ne peuvent dérober à l'œil du saint, la navette qui croise la trame de leurs feuilles, et le tissu de leur écorce. Chateaubriand, Les Natchez,1826, p. 175.
c) VÉN. Croiser la voie. ,,Rencontrer le parcours d'un animal de chasse`` (Vén. 1974).
II.− Emploi pronom.
A.− Usuel
1. [Correspond à croix I]
a) [Le suj. désigne un inanimé concr.] Se couper en diagonale, former une croix. Des routes qui se croisent sans écriteaux (Renard, Journal,1894, p. 242).
En partic. [À propos d'un vêtement] Robe de chambre, qui se croise en devant (Voy. La Pérouse,t. 4, 1797, p. 75).
Rem. On rencontre ds la docum. un sens rare, non signalé par les dict. gén. Ses regards se croisaient, il louchait (Goncourt, Journal, 1855, p. 197).
b) [Le suj. désigne un animé, gén. humain] Disposer en forme de croix. De son fichu de mousseline elle se croise à petits plis le virginal tissu (Lamart., Cours litt.,1859, p. 299).
En partic. Se croiser les bras, les mains, les jambes. Au fig. Rester inactif ou indifférent. Ne pas rester tranquilles, (...) ne pas se croiser les mains derrière le dos (Balzac, Annettet. 2, 1824, p. 15).Je ne puis pas me croiser les bras devant ces naufrages (Saint-Exup., Terre hommes,1939, p. 224).
2. [Correspond à croisement] Se rencontrer sur un trajet en venant en sens contraire ou différent.
a) [Le suj. désigne un animé] La politesse exige que deux personnes qui se croisent lèvent ensemble leurs parapluies (Renard, Journal,1893, p. 157).
b) [Le suj. désigne un inanimé concr.] Nos yeux se croisèrent avec une surprenante fixité (Maupass., Contes et nouv.,t. 2, Magnétisme, 1882, p. 780).
Lettres qui se croisent. ,,Lettres échangées entre deux personnes, mais acheminées en même temps, de sorte qu'aucun des deux correspondants n'a reçu celle de l'autre au moment où il envoie la sienne`` (Dub.). Ta lettre se croisera sans doute avec la mienne (M. de Guérin, Corresp.,1839, p. 375).
c) [Le suj. désigne un inanimé abstr.] Nous entendons leurs vives répliques se croiser (Barrès, Cahiers, t. 8, 1910-11, p. 223).
Rem. Dans ce cas, l'emploi est souvent péj. Lutte éternelle de toutes les vanités qui se croisent (Chamfort, Max. et pens., 1794, p. 41).
B.− Spécialement
1. [Correspond à croix II B] HIST. Revêtir un vêtement portant la croix, symbolisant l'engagement pour la croisade; p. méton., s'engager pour la croisade :
8. Ce qu'on ne saurait mettre en doute, c'est l'ardeur de sa foi [à Raymond] et son dévouement à la croisade. Nul peut-être n'a fait en se croisant un tel sacrifice. Grousset, L'Épopée des croisades,1939, p. 22.
2. [Correspond à croisement]
a) [Le suj. désigne un animé] BIOL. et BOT. Se mêler, en vue d'une reproduction sexuée, à partir d'espèces ou de genres différents.
P. ext. Se croiser avec des négresses antillaises (Morand, New York,1930, p. 80).
b) [Le suj. désigne un inanimé concr.] VERSIF. Alterner. Les rimes se croisent ou s'embrassent (Lemaitre, Contemp.,1885, p. 17).
III.− Emploi intrans.
A.− [L'obj. désigne un vêtement; correspond à croix I] Passer l'un sur l'autre en parlant des extrémités ou des pans d'un vêtement. Un gilet blanc, celui qui croise (Flaubert, Corresp.,1851, p. 122).
B.− [Le suj. désigne un navire ou une flotte; correspond à croisement] Aller et venir dans des parages déterminés, pour y surveiller la navigation. Une escadre croisait dans la Méditerranée (Hugo, Misér.,t. 1, 1862, p. 446).
P. métaph. :
9. ... tant de nos souvenirs, de nos humeurs, de nos idées partent faire des voyages loin de nous-même, où nous les perdons de vue! (...) Mais ils ont des chemins secrets pour rentrer en nous. Et certains soirs, m'étant endormi sans presque plus regretter Albertine − on ne peut regretter que ce qu'on se rappelle − au réveil je trouvais toute une flotte de souvenirs qui étaient venus croiser en moi dans ma plus claire conscience, que je distinguais à merveille. Proust, La Fugitive,1922, p. 488.
P. ext. Exercer une action de surveillance. En croisant aux environs de ces lieux, (...) je finirais certes par le rencontrer (Sainte-Beuve, Volupté,t. 1, 1834, p. 217).
Prononc. et Orth. : [kʀwaze], (je) croise [kʀwa:z]. [ɑ] post. ds Passy 1914, et comme 1revar. à côté de [a] ant. ds Warn. 1968. Cf. croix. Admis ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Ca 1100 cruisier « disposer en croix » (Roland, éd. Bédier, 2250); 2. 1174 soi cruisier « prendre la croix, partir à la croisade » (Guernes de Pont Sainte-Maxence, Vie de St Thomas le martyr, éd. E. Walberg, 4387); 1194-97 croisié part. passé subst. (Helinand, Vers de la mort, éd. Wulff et Walberg, XXXIII, 4); 3. 2emoitié xives. pronom. « se rencontrer en venant de directions opposées » (Froissart, II, III, 6 ds Littré); 4. 1620 fig. croiser le chemin à qqn (Aubigné, Hist. univ., I, 335 ds Littré); 5. 1671 mar. (Pomey); 6. av. 1782 génét. (Raynal, Hist. phil., VIII, 7 ds Littré). Dér. de croix*; dés. -er. Fréq. abs. littér. Croiser : 1 687. Croisant : 269. Fréq. rel. littér. Croiser : xixes. : a) 1 569, b) 2 524; xxes. : a) 2 473, b) 2 995. Croisant : xixes. : a) 378, b) 698; xxes. : a) 289, b) 272.
DÉR.
Croiserie, subst. fém.a) [Correspond à croiser I A] Ouvrage de vannerie fait de brins d'osiers entrecroisés. Attesté ds la plupart des dict. gén. du xixes., ds Quillet 1965 et Lar. Lang. fr.b) [Correspond à croiser I B] Région., rare. Croisée de chemins. Synon. croisement, carrefour.L'attelage s'arrêtant en haut de la côte à une croiserie de chemins (A. Daudet, Sapho,1884, p. 210). [kʀwazʀi]. Seule transcr. ds Littré, DG et Lar. Lang. fr. Cf. croix. 1resattest. a) fin xiies. « action de se croiser, croisade » (Fabliaux et Contes, éd. Barbazan et Méon, Chroniques de S. Magloire, t. II, p. 225, v. 102); b) 1754 « ouvrage de vannerie à jour » (Encyclop.); de croiser, suff. -erie*. Le sens b est dér. de l'expr. croiser les osiers « les mettre les uns sur les autres en les travaillant » (Corneille 1694).
BBG. − Gottsch. Redens. 1930, p. 160, 411. − Thomas (A.). Nouv. Essais 1904, p. 243.

Croiser : définition du Wiktionnaire

Verbe

croiser \kʁwa.ze\ transitif,intransitif ou pronominal 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se croiser)

  1. Disposer en forme de croix.
    • Des branches qui se croisent. — Deux routes qui se croisent.
  2. (En particulier) Disposer l’un sur l’autre.
    • Le paysan avait croisé les bras, et ses mains étaient à plat sous ses aisselles. — (Octave Mirbeau, La Bonne, dans Lettres de ma chaumière, 1885)
    • Elle alluma une cigarette, croisa les jambes et se renversa, languissante, dans son fauteuil. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 79)
    • Il chevaucha une chaise, s’approcha du poêle et se croisa les bras sur le dossier. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Croiser les épées. ou croiser le fer.
  3. Disposer un vêtement de manière que les côtés passent l’un sur l’autre.
    • Croiser son habit, son châle.
  4. (Militaire) Placer ou tenir une arme de manière qu'elle soit dirigée en avant.
    • Croiser les baïonnettes.
  5. (Textile) Tordre légèrement avec un moulin.
    • Croiser les soies, les fils. — Étoffe croisée. — Serge croisée.
  6. (Par extension) Traverser ; aller ; passer en travers de.
    • Nous en avons assez de ce jeu de cache-cache. Depuis des mois que nous grenouillons sur les pistes et dans les marais en croisant sans arrêt les traces d’une bande de fellouzes insaisissables […]. — (Bachaga Boualam, Les Harkis au service de la France, p. 165, France-Empire, 1963)
    • Je le vis devant moi qui croisait le chemin.
    • Cette route croise celle qui va de paris à Lyon.
    • Le point où deux lignes, deux chemins, deux allées se croisent.
    • Leurs directions se croisent.
    • Le fleuve était couvert de barques qui se croisaient dans tous les sens.
    • Rimes croisées : (Poésie) Rimes masculines et féminines entrelacées.
    • Feux croisés, tir croisé : (Militaire) Feux qui partent de différents côtés et dirigés vers un même point.
  7. Faire le même trajet, mais en sens contraire, c’est-à-dire l’une allant, et l’autre venant, en parlant de deux personnes ou de deux choses.
    • Nous croisons une charrette qui porte huit paysans entassés; ils chantent en parties un air noble et grave comme un choral. — (Hippolyte Taine, Voyage en Italie, vol. 2, 1866)
    • En route, ils croisaient, près de Plappeville, des officiers de l’état-major de Bourbaki. Le maréchal les questionna. — (Paul et Victor Margueritte, Le Désastre, p. 231, 86e éd., Plon-Nourrit & Cie)
    • Dans les rues se croisaient des Panamaniens bronzés de pure descendance espagnole, des nègres de la Jamaïque, de pittoresques Mexicains avec leur immense sombreros de paille multicolore, […]. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil, tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • L’ancien chef croix-de-feu se promenait en compagnie d’Armand Vivolin, vétéran clopineux de 1914 et président des anciens combattants, quand ils croisèrent le député […]. — (P. V. Berthier, Le député d’Igrée-sur-Thiache, p. 224, Éditions Chapitre Douze, 1993)
  8. Se croiser avec quelqu'un : le rencontrer alors qu'il chemine en sens contraire.
    • Jamais il n'avait franchi le seuil de l'habitation; mais le majordome se souvint que chaque fois qu'il se rendait à la ville en compagnie de sa filleule, il ne manquait guère de se croiser avec le nouvel adorateur. — (Lucien Biart, Le Bizco : une passion au mexique, chapitre V ; G. Charpentier & Cie éditeur, Paris, 1890, p.104)
    • En revenant de Pontoise,
      Département Seine-et-Oise,
      Sur le chemin je me croise
      avec
      une villageoise.
      — (Charles Tabourier, Impressions — Premières poésies, quatrième partie : poésies légères, « Monorime » ; Léon Vanier éditeur, Paris, 1894, p.161)
    • En traversant Je jardin, il se croise avec madame de Lépilly. — (Jules Mary, La belle ténébreuse [supplément au Journal du dimanche], première partie, chapitre IV ; Librairie illustrée, Paris, 1888, p. 31)
    • Il dut s'en aller. Dans l'antichambre, il se croisa avec Engrand qui entrait rapidement. — (André Mellerio, Jacques Mérane, chapitre VI ; Alphonse Lemerre éditeur, Paris, 1891, p.134)
  9. (Figuré) Rencontrer dans ses desseins, dans ses actes.
    • Une longue fréquentation des ouvrages ésotériques m’a souvent fait croiser des ouvrages bourrés d’affirmations non vérifiées et contraires à toute démarche scientifique, garnis de citations introuvables, […]. — (Les grands esprits manipulés par les astrologues, dans Le Québec sceptique, nº 56, p. 29, printemps 2005)
  10. (Biologie) (Élevage) Accoupler des spécimens de races différentes.
    • Il vaut toujours mieux croiser avec une race dont la fixité est reconnue, qu’avec des types artificiels dont les caractères finissent souvent par se perdre. — (Jean Déhès, Essai sur l’amélioration des races chevalines de la France, École impériale vétérinaire de Toulouse, Thèse de médecine vétérinaire, 1868)
    • - J’ai croisé un pigeon voyageur et un perroquet.
      - Pour quoi faire ?
      - Pour pouvoir envoyer des messages oraux.
      — (Gérard Jugnot, Sans peur et sans reproche, 1988)
  11. Recouper des informations ; en étudier les corrélations.
    • Désirant ainsi croiser lectures, rencontres, et dépouillages d'archives, ce livre n'aurait pu exister sans les témoignages, les conseils, les appuis, l'aide et l'amitié d'un certain nombre de personnes. — (Antoine de Baecque, Les Cahiers du cinéma: histoire d'une revue, tome 1, 1991, p. 11)
    • Les données de l'étude reposent sur l'observation de personnes. Elles peuvent être disposées dans un tableau de contingence 2 x 2 ([…]) où la distribution de l’exposition X est croisée avec celle de la maladie Y. — (Paul-Marie Bernard, Analyse des tableaux de contingence en épidémiologie, Presses de l'Université du Québec, 2004, p. 121)
    • Lorsqu’Apple nous demande les coordonnées du client, c’est également pour croiser ses propres données : le propriétaire signalé par le réparateur est-il le même que celui enregistré ? — (M. Mackie, www.macg.co, Chroniques du SAV : Apple et ses Centres de Services Agréés, 2013)
  12. (Pronominal) S’engager par un vœu solennel dans une croisade, et, pour marque de ce vœu, porter une croix sur ses habits → voir croisé.
    • La plupart des princes se croisèrent, lorsque saint Louis se croisa.
    • Ceux qui se croisèrent contre les Albigeois.
  13. (Intransitif) Se dit des vêtements dont les côtés passent l’un sur l’autre.
    • Cette redingote ne croise pas assez.
    • Cet habit croise trop.
  14. (Intransitif) (Marine) Aller et venir dans quelque parage, pour attendre des bâtiments ennemis, pour bloquer un port et en éloigner les navires étrangers, en parlant de vaisseaux de guerre.
    • Des vaisseaux croisent dans la Manche, croisent à l’entrée de telle rivière, devant tel port, sur telles côtes.
    • Croiser à vue de terre. — Croiser au large.
  15. (Intransitif) (Par extension) Aller et venir en mer, pour des bâtiments à usage civil ou commercial.
    • Deux embarcations croisaient, prouvant que la maison et le bateau étaient en liaison. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Croiser : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CROISER. v. tr.
Disposer en forme de croix. Croiser les épées ou Croiser le fer. Croiser les bras. Croiser les jambes. Des branches qui se croisent. Se croiser les bras, Mettre ses bras en croix sur sa poitrine et, par extension, Rester dans l'inaction. Croiser la baïonnette, Placer, tenir son fusil de manière que la baïonnette soit dirigée en avant. Par extension, Croiser son habit, son châle, Le disposer de manière que les côtés passent l'un sur l'autre. En termes d'Arts, Croiser les soies, les fils, Les tordre légèrement avec un moulin. Étoffe croisée. Serge croisée. Il signifie par extension Traverser, aller, passer en travers de. Le lièvre croisa le chemin. Je le vis devant moi qui croisait le chemin. Cette route croise celle qui va de Paris à Lyon. Le point où deux lignes, deux chemins, deux allées se croisent. Leurs directions se croisent. Le fleuve était couvert de barques qui se croisaient dans tous les sens. Il signifie encore Faire le même trajet, mais en sens contraire, c'est-à-dire l'une allant, et l'autre venant, en parlant de Deux personnes ou de deux choses. On se croise souvent sans se rencontrer. Ce train a croisé l'autre à tel endroit. Ces deux courriers se sont croisés. Ma lettre s'est croisée avec la sienne. Fig., Croiser quelqu'un, Le traverser dans ses desseins. Ils se croisent dans leurs prétentions, dans leurs entreprises. En termes de Guerre, Feux croisés, Qui partent de différents côtés et dirigés vers un même point. En termes de Versification, Rimes croisées, Rimes masculines et féminines entrelacées.

SE CROISER signifiait encore S'engager par un vœu solennel dans une croisade, et, pour marque de ce vœu, porter une croix sur ses habits. La plupart des princes se croisèrent, lorsque saint Louis se croisa. Ceux qui se croisèrent contre les Albigeois. On emploie dans ce sens le participe passé Croisé comme nom masculin. Les Croisés. Il signifie en outre, surtout en termes d'Économie rurale, Accoupler des animaux de races différentes. Croiser deux races. Croiser une race avec une autre. Croiser des moutons français avec des mérinos. Cette race se croise difficilement avec telle autre. Il est aussi intransitif et se dit des Vêtements dont les côtés passent l'un sur l'autre. Cette redingote ne croise pas assez. Cet habit croise trop. Il se dit, en termes de Marine, d'un ou de plusieurs vaisseaux de guerre qui vont et viennent dans quelque parage, pour attendre des bâtiments ennemis, pour bloquer un port et en éloigner les navires étrangers. Des vaisseaux croisent dans la Manche, croisent à l'entrée de telle rivière, devant tel port, sur telles côtes. Croiser à vue de terre. Croiser au large.

Croiser : définition du Littré (1872-1877)

CROISER (kroi-zé) v. a.
  • 1Disposer deux choses en croix. Croiser les jambes.

    Se croiser les bras, mettre ses bras en croix sur sa poitrine ; et fig. demeurer dans l'inaction. Mon maître en sort, croise les bras, me regarde et me dit : courage ! Rousseau, Conf. I.

    Croiser son habit, son châle, rapprocher les devants d'un habit, d'un châle, de manière à s'envelopper entièrement.

    Terme d'escrime. Croiser le fer, engager les épées et aussi se battre à l'épée. Le fer croise le fer, les coups suivent les coups, Delille, Énéide, X.

    Croiser la baïonnette, en présenter la pointe en avant ; mouvement ainsi dit parce que le fusil est mis à peu près en croix avec le corps.

  • 2 Terme de tisserand. Croiser les soies, les tordre par le moyen d'un métier à tirer les soies.

    Croiser une étoffe. Faire passer des fils de la trame d'une étoffe dans une double trame.

    Terme de vannier. Mettre les osiers les uns sur les autres en les travaillant.

  • 3 Terme de versification. Croiser les rimes, croiser les vers, écrire une pièce de vers en rimes croisées. M. de Voltaire a croisé les vers de la tragédie de Tancrède, et au moins cette singularité n'a-t-elle pas nui au succès de la pièce, l'une des plus intéressantes du plus pathétique de nos poëtes, Marmontel, Élém. de litt. Œuvres, t. V, p. 119, dans POUGENS.
  • 4 Terme de manége. Croiser la gaule en arrière, frapper le cheval sur la croupe.
  • 5Couper, traverser, en parlant d'une route, d'une ligne. Cette route croise celle qui va de Paris à Lyon. Je le vis devant moi qui croisait le chemin. L'éclair croise l'éclair ; l''air mugit, le ciel gronde, Ducis, Oscar, III, 1. C'est un gouffre obscurci de sapins centenaires Où les torrents et les tonnerres Croisent des éclairs et des flots, Hugo, Odes, III, 6.

    Terme de chasse. Croiser les chiens, traverser la voie de l'animal qu'ils poursuivent.

    Terme de gravure. Croiser, couper une suite de tailles par d'autres tailles.

    On dit qu'une lettre, qu'un courrier en croise un autre, quand deux lettres, deux courriers, partis de points opposés, passent l'un à côté de l'autre en suivant une direction inverse. Cette lettre a croisé peut-être celle où elle sert de réponse, Sévigné, 294.

    Fig. Croiser quelqu'un, le traverser dans ses desseins. De quelle manière les choses viennent croiser notre chemin, Sévigné, 141. Il faut ajouter ici une autre bagatelle, parce que j'ai cru lui devoir des suites qui ont fort croisé ma vie, Saint-Simon, 108, 159. Mes amis, relisez Richardson, vous ne déprimerez plus de grands talents qui vous croisent ou qui vous humilient, Diderot, Éloge de Richardson. Résolu de décrier un art qui croisait son autorité, Diderot, Pens. phil. 47.

  • 6Biffer, effacer en raturant. Il a croisé trois ou quatre articles de mon compte.
  • 7Accoupler des animaux de même genre, mais d'espèces différentes. Croiser des moutons français avec des mérinos. Peut-être même ne perdent-ils pas à ce mélange, s'il est vrai que les hommes gagnent, comme les animaux, à croiser leurs races, Raynal, Hist. phil. VIII, 7.
  • 8 V. n. Passer l'un sur l'autre, en parlant des pans d'un vêtement Cet habit croise trop.

    Les branches de l'espalier croisent, quand elles passent les unes sur les autres et font une manière de croix.

  • 9 Terme de marine. Il se dit des navires qui vont et viennent dans un même parage. Croiser à vue de terre. Croiser au large. Vos vaisseaux ont croisé jusqu'à l'île d'Ouessant, Sévigné, 586.
  • 10Se croiser, v. réfl. Être ou se mettre en travers l'un sur l'autre. Les deux glaives se croisent. Le point où deux lignes, deux chemins se croisent.
  • 11Aller dans une direction différente ou opposée. Nous nous croisâmes en route. Le fleuve était couvert de nacelles qui se croisaient dans tous les sens. Nos deux lettres se croisèrent. Nous nous aimions sans nous connaître ; Nos baisers se croisaient dans l'air, Béranger, Maudit print. Ils parcouraient tumultueusement la ville, cherchant les uns des vivres, d'autres des fourrages, quelques-uns des logements ; on se croisait, on s'entre-choquait, et, l'affluence augmentant à chaque instant, ce fut bientôt comme un chaos, Ségur, Hist. de Nap. IV, 7. En même temps la file des voitures s'arrêtait incertaine, le trouble s'y mettait : les uns voulaient continuer, d'autres retourner ; elles se croisèrent, se culbutèrent ; ce fut bientôt un tumulte, un désordre complet, Ségur, ib. IX, 3.

    Fig. Des intrigues qui se mêlent et se croisent.

    Ils se croisent dans leurs prétentions, ils se font mutuellement obstacle. On voit dans le monde, des personnes publiques, des familles d'un grand nom, se croiser, se détruire, se regarder avec des yeux jaloux, Massillon, Car. Pard. des off. Il faut que l'État soit neutre en sa douane et son commerce, et qu'il fasse en sorte que ces deux choses ne se croisent point, Montesquieu, Esp. XX, 13.

  • 12S'engager dans une croisade. L'avanie détermina les Vénitiens à se croiser contre les Turcs, Montesquieu, Rom. 23.

    Par extension, entrer dans une expédition commune faite par une coalition ; cela ne se dit guère que d'expéditions faites au nom de principes religieux ou monarchiques. Les rois se croisèrent contre la Révolution française.

  • 13S'accoupler par croisement. Le loup peut se croiser avec le chien.
  • 14Se croiser, se dit d'un cheval dont les deux bipèdes latéraux ne suivent pas la même ligne dans la marche en avant, et dont les hanches vacillent de côté et d'autre.
  • 15 Terme de tailleur. Se croiser sur l'établi, s'y asseoir pour travailler et se mettre les jambes l'une sur l'autre.

HISTORIQUE

XIe s. Cruisiedes [il] a ses blanches mains les beles, Ch. de Rol. CLXIV.

XIIe s. [Il] croisa la main, s'est un peu aclinez, Ronc. p. 53. Ne remainrai avecques ces tirans Qui sont croisé à loier Pour dimer clers et bourjois et sergens ; Plus en croisa envie qu'encreance [l'envie en détermina plus à se croiser, que la foi, la croyance], Quesnes, Romancero, p. 97. Mais se volez la terre e le regne laissier Pur le servise Deu, e vus voilliez cruisier, Th. le mart. 115.

XIIIe s. Tuit cil qui se croiseroient et feroient le servise Dieu un an en l'ost seroient quites de tous les pechiés, Villehardouin, I. Il en orent tel duel [deuil] que chascuns se croisa, Berte, CVIII. Chi vous lairons dou roi Richart qui est emprisonnés ; si dirons dou comte de Blois qui monta sour mer à Marselle, voile croisiet, Chr. de Rains, p. 46. Et il me dit ainsi : Sire, vous verrés que le roy se croisera demain, Joinville, 299. Après ce que il fu croisié, se croisierent Robert le conte d'Artois, Auphons [Alphonse] conte de Poitiers, etc. Joinville, 208.

XVe s. Et seoit le dit duc de Bourbon par usage le plus du jour au dehors de son pavillon, jambes croisées, Froissart, III, IV, 15. Quand [les chevaliers envoyés en Bretagne par Richard] purent sentir qu'ils eurent vent pour partir, ils croiserent leurs nefs et entrerent en leurs vaisseaux et desancrerent et partirent, Froissart, II, II, 59. Ces capitaines firent en Bigorre plusieurs courses et envahies, et se croisoient en courant et chevauchant le pays, Froissart, II, III, 6. Là s'arresta le chevalier sur les champs et dit : " Vez-ci Berne " , et estoit sur un chemin croisé, et ne savoit lequel faire ou d'aller à Morlens ou à Pau, Froissart, II, III, 11. Jà leur avoit on baillé nouvelles lances ; et se cuiderent très bien atteindre, mais non firent ; car les chevaux croiserent, par quoy leurs coups n'eurent point de force ; si passerent outre, Froissart, liv. IV, p. 44, dans LACURNE. [Le connétable de Clisson] se couvroit contre les coups [de son assassin] et croisoit son badelaire [épée] en soy deffendant vaillamment, Froissart, liv. IV, p. 142.

XVIe s. Parquoi adonc ensemble se serrerent, Tindrent bonne ordre, et leurs picques croyserent, Marot, J. V, 137. Comme ilz vindrent à s'entre-charger, les espées croisans glisserent jusques sur leurs mains, Amyot, Pomp. 27. Quand je me suis veu croisé par mes inferieurs, et par ceux mesmes, qui sous mon nom estoient entrez à son service, je me suis payé, en disant : Eux et moi avons bien servi, D'Aubigné, Hist. préf. 5. Ces deux compagnies trouvent à une lieue St Jean Puigaillard qui leur croisoit le chemin, D'Aubigné, ib. I, 335. Les chrestiens pour expier leurs crimes se croisoient, et alloient faire la guerre contre les mescreans, Sat. Mén. p. 68. Il faut que la nourrice soit de bonne habitude, et bien saine, bien quarrée de poitrine, et bien croisée d'espaules, Paré, XVIII, 23.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Croiser : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

CROISER, (Jurispr.) en matiere de taxe de dépens, signifie marquer d’une croix sur la déclaration de dépens, les articles dont on se plaint. Lorsqu’il y a appel de la taxe, l’intimé fait mettre au greffe la déclaration de dépens, avec les pieces justificatives ; & en conséquence il somme l’appellant de croiser les articles dont il se plaint, & ce dans trois jours, suivant l’ordonnance : faute par le procureur de l’appellant de croiser dans ce délai, on peut se pourvoir pour faire déclarer l’appellant non-recevable en son appel. Après que le procureur de l’appellant a croisé, l’intimé peut se faire délivrer exécutoire des articles non croisés dont il n’y a pas d’appel.

Si l’appel est sous deux croix ou chefs d’appels seulement, il faut se pourvoir à l’audience ; mais s’il y a plus de deux croix, il faut prendre au greffe l’appointement de conclusion, pour instruire l’appel comme procès par écrit.

L’ordonnance veut que l’appellant soit condamné en autant d’amendes qu’il y aura de croix & chefs d’appels sur lesquels il sera condamné, à moins qu’il ne soit appellant des articles croisés par un moyen général.

L’appellant réunit souvent sous deux chefs d’appel sept ou huit articles de la déclaration dont il se plaint, soit pour éviter l’appointement, soit pour éviter la multiplicité des amendes, au cas qu’il succombe.

Si la taxe est infirmée, on ordonne que les articles croisés seront réformés ; savoir, l’article tel, sous la premiere croix, taxé à… sera réduit à… & ainsi des autres Voyez l’ordonn. de 1667. titre des dépens, art. 28. 29. 30. & 31. & ci-après Dépens. (A)

Croiser, (Mar.) c’est faire différentes routes & courses dans quelques parages ou parties de la mer dans lesquels on va & revient pour observer tout ce qui s’y passe, ou pour y rencontrer des vaisseaux ennemis, ou pour en assurer la navigation contre les corsaires. (Z)

Croiser les traits, (Charp.) c’est, lorsqu’on trace quelqu’ouvrage, faire passer les traits les uns sur les autres, sans répandre de confusion sur le dessein.

Croiser, (Jardinage.) se dit des branches d’un arbre en espalier qui passent les unes sur les autres, ce qui est quelquefois nécessaire pour remplir un vuide dans le mur : ce n’est plus alors un défaut. (K)

Croiser la gaule par derriere, (Maréchall.) voyez Gaule. (V).

* Croiser les lacs, (Manuf. en soie.) Lorsqu’un fond d’or est en quatre dorures, & qu’on le veut mettre en deux, on tire le premier & le troisieme lacs, le second & le quatrieme ; ce qui s’appelle les croiser.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « croiser »

Étymologie de croiser - Littré

Wallon, creûheler ; Berry, queroiser ; provenç. crozar ; catal. crusar ; espagn. et portug. cruzar ; ital. crociare ; du latin crux, croix.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de croiser - Wiktionnaire

De croix.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « croiser »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
croiser krwaze play_arrow

Conjugaison du verbe « croiser »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe croiser

Évolution historique de l’usage du mot « croiser »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « croiser »

  • Dans certaines rues étroites de Clermont, les conducteurs vont devoir prendre l’habitude de croiser des cyclistes. Courrier picard, Voiture et vélos vont se croiser dans des zones à 30 km/h à Clermont
  • "Le confinement va venir empirer la chose parce qu’on n'a pas envie de se croiser, de discuter", constate Marc. Après huit ans de mariage, lui et sa femme avaient des relations tendues. Ils espéraient que le confinement allait les rapprocher, comme une dernière chance pour sauver leur couple. Mais pour eux, enfermés avec leurs deux enfants dans leur maison près d’Hazebrouck, ce fut tout l’inverse. Europe 1, "On n'avait pas envie de se croiser, de discuter" : le boom des divorces post-confinement
  • Tous ces serpents (venimeux ou non) que vous pouvez croiser dans votre jardin Nice-Matin, Tous ces serpents (venimeux ou non) que vous pouvez croiser dans votre jardin - Nice-Matin
  • On parle toujours de rencontrer la femme de sa vie. Mais le jour de son enterrement, en allant au cimetière, on peut parfaitement croiser la femme de sa mort. De Jacques Sternberg
  • Il suffit de croiser son regard avec celui d'un chat pour mesurer la profondeur des énigmes que chaque paillette de ses yeux pose aux braves humains que nous sommes. De Jacques Laurent / L'histoire secrète du chat
  • C'est toujours difficile de revoir une inconnue, alors que c'est si simple d'en croiser une tous les jours. De Suzanne Jacob / La passion selon Galathée
  • Le fermier qui aura réussi à croiser une dinde avec un kangourou aura créé la première volaille que l'on puisse farcir de l'extérieur. De François Cavanna
  • Des scientifiques ont réussi à croiser un ver de terre et un hérisson : ils ont obtenu vingt centimètres de fil de fer barbelé. De Anonyme
  • Si l’on pouvait croiser l’homme et le chat, ça améliorerait l’homme, mais ça dégraderait le chat. De Mark Twain

Images d'illustration du mot « croiser »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « croiser »

Langue Traduction
Corse croce
Basque gurutze
Japonais クロス
Russe пересекать
Portugais cruz
Arabe تعبر
Chinois 交叉
Allemand kreuz
Italien attraversare
Espagnol cruzar
Anglais cross
Source : Google Translate API

Synonymes de « croiser »

Source : synonymes de croiser sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires