La langue française

Tôt

Sommaire

  • Définitions du mot tôt
  • Étymologie de « tôt »
  • Phonétique de « tôt »
  • Citations contenant le mot « tôt »
  • Images d'illustration du mot « tôt »
  • Traductions du mot « tôt »
  • Synonymes de « tôt »
  • Antonymes de « tôt »

Définitions du mot tôt

Trésor de la Langue Française informatisé

TÔT, adv.

A. − [Exprimant la rapidité; le repère est le temps de parole du locuteur ou le moment dont on parle]
1. Vx, fam. [Avec un verbe à l'impér.] Avant qu'il ne s'écoule du temps. Synon. à l'instant* même, promptement (vieilli), rapidement, tout de suite*.Allez tôt, revenez tôt (Ac. 1798-1878). Nos magistrats, aussi, doivent être expéditifs et le sont. Vite, tôt; emprisonnez, tuez (Courier, Pamphlets pol., Au réd. « Censeur », 1819, p. 16).Va déposer ton prix à la caisse d'amortissement, cours, car je ne te reçois plus sans le récépissé de la somme. Va! et vite, et tôt! (Balzac, Cous. Bette, 1846, p. 298).
2. Au bout de peu de temps, dans un délai rapproché. Anton. tard.
a) Littér. [Empl. seul et modifiant un verbe exprimant un procès non duratif] Synon. bientôt.De brusques et courtes flambées d'allumettes, tôt éteintes (Colette, Cl. école, 1900, p. 215).Tout cela n'avait guère duré: il ne s'était pas sauvé loin, s'étant tôt aperçu qu'on ne l'avait pas poursuivi (Genevoix, Raboliot, 1925, p. 41).
b) [Avec gén. un verbe à un temps du passé] Tôt après. Peu de temps après. Ces boîtes débarquaient (...) Aux quais de la Tamise, Puis elles s'entassaient tôt après chez le Roi (Ponchon, Muse cabaret, 1920, p. 224).
c) [Modifié par un adv. de quantité ou d'intensité assez, bien, moins, plus, si, très, trop, et à une place mobile dans la phrase] Comprendre très tôt qqc.; voir assez tôt qqc. L'herbe croît si vite sur les tombes des célibataires, et la poussière recouvre si tôt leur épitaphe (Amiel, Journal, 1866, p. 231).
Verbe + toujours trop tôt, toujours assez tôt.[Pour exprimer, p. euphém., le souhait que le procès soit le plus tard possible] De sa pénurie il n'avait soufflé mot, pensant que le gargotier la verrait toujours assez tôt (Montherl., Célibataires, 1934, p. 884).
[Dans une compar.] Plus tôt (que). Avant (que). Semée en novembre et récoltée en mars ou avril, elle [l'orge] mûrit plus tôt que le blé (Vidal de La Bl., Princ. géogr. hum., 1921, p. 134).
Fam. [Pour faire presser son interlocuteur] Et plus tôt que cela, plus tôt que ça! Synon. sans tarder*, et plus vite* que ça!Pour le camp, quitte vite et plus tôt que cela Nos honnêtes Ardennes (Verlaine, Œuvres compl., t. 3, Invect., 1896, p. 329).
Avant le moment où l'on parle ou dont on parle. En avoir plus tôt fini; un peu, beaucoup plus tôt. À la bonne heure! Il fallait donc le dire plus tôt: c'est si facile! (Banville, Gringoire, 1866, 8, p. 51).Faire ce que vous me reprochez de n'avoir pas fait plus tôt (Theuriet, Mariage Gérard, 1875, p. 182).
Plus tôt... plus tôt. Plus vite... plus vite... Je pense aussi que j'ai très faim et que plus tôt vous consentirez, plus tôt nous souperons (Dumas fils, Dame Cam., 1848, p. 169).
Plus tôt... mieux. Plus vite... mieux. Comment êtes-vous soignés?Plus tôt on descendra, mieux ça sera (Malraux, Espoir, 1937, p. 825).
Rare. [Dans un sens spatial] Trop tôt. Avant la limite souhaitée. Pas assez de décolletage; les corsages s'arrêtent trop tôt, là où ça devient blanc, ferme et rebondi (Colette, Cl. école, 1900, p. 309).
3. Expr. et loc.
Au plus tôt. Le plus rapidement possible, sans délai. Faire qqc., rendre un travail au plus tôt; partir au plus tôt. Un tel scandale doit, au plus tôt, prendre fin (Clemenceau, Vers réparation, 1899, p. 205).Elle eut envie (...) de se déshabiller, sans rien dire, devant cet homme, pour que cela fût, au plus tôt, achevé (Daniel-Rops, Mort, 1934, p. 215).
Le plus tôt possible, le plus tôt que vous pourrez, le plus tôt sera le mieux. Dans les meilleurs délais, au plus vite. Nous sommes ruinés. Renvoie ton monde le plus tôt possible (Reybaud, J. Paturot, 1842, p. 393).
Plus tôt que plus tard. De préférence en avance qu'en retard, au plus vite. Le soldat français (...) ne reçoit point de coups de bâton (...) pour peu que cela gagne, adieu la schlague chez nous, personne n'en voudra. Il y faut remédier plus tôt que plus tard (Courier, Pamphlets pol., Livret de Paul-Louis Vigneron, 1823, p. 175).Loc. proverbiale. Mieux vaut plus tôt que plus tard. Il faut agir sans délai. Elle se dit enfin: « Il faut y aller, pourtant. Mieux vaut plus tôt que plus tard » (Maupass., Contes et nouv., t. 1, Parapluie, 1884, p. 448).
Pas de si tôt (pas de sitôt ds l'Ac.). Pas pour le moment et peut-être jamais. V. sitôt.On n'a jamais réussi à arrêter le malheur, on n'y réussira pas de si tôt, en tout cas pas de notre vivant (Beauvoir, Mandarins, 1954, p. 205).
Si tôt dit, si tôt fait. [Var. de sitôt dit, sitôt fait]Cristi, ce n'est pas le moment de s'endormir; agissons. « Si tôt dit, si tôt fait! (...) » (Cladel, Ompdrailles, 1879, p. 244).
Avoir tôt fait de + inf.Ne pas mettre longtemps à. Synon. usuel avoir vite* fait de.Je la cherchai. J'eus tôt fait de la retrouver (Bourget, Disciple, 1889, p. 176).L'opinion a tôt fait de loger dans le même sac une femme qu'on courtise et une femme qui a succombé (Boylesve, Leçon d'amour, 1902, p. 174).
N'avoir... pas plus tôt... que (littér.). [Avec un temps du passé et annonçant la succession immédiate de deux faits] À peine... que. N'avoir pas plus tôt fait (telle chose) que. Une épidémie de fièvre typhoïde s'était déclarée sur une de nos fermes, et maman ne l'avait pas plus tôt appris, qu'elle était partie pour soigner les malades (Gide, Si le grain, 1924, p. 463).
Rem. L'Ac. a adopté définitivement cette graph. en 1935, elle écrivait auparavant ne... pas plutôt... que.
Fam. [Pour marquer l'impatience du locuteur ou son agacement face à une chose trop longtemps attendue] Ce n'est/c'est pas trop tôt! Ah! ce n'est pas trop tôt!... Qu'est-ce que vous faisiez donc? (Châteaubriant, Lourdines, 1911, p. 116).Et quand il fut bien sûr d'être arrivé, il déclara, terrible: C'est pas trop tôt: j'allais gueuler! (Benjamin, Gaspard, 1915, p. 85).
Le plus tôt sera le mieux*.
B. − [Exprimant l'antériorité]
1. [Le repère est un moment déterminé par une circon-stance précise] Un certain temps avant le moment de faire quelque chose, le temps pour que quelque chose ait lieu. Synon. de bonne heure*, en avance; anton. tard.Arriver tôt au théâtre, se rendre (trop) tôt à une invitation; lettre qui parvient assez tôt (à son destinataire); plus tôt que prévu. Pour comble, Simonne, ayant cru entendre sa réplique, fit trop tôt son entrée, au milieu du désordre (Zola, Nana, 1880, p. 1327).Dommage que ton frère Ferdinand soit parti un moment trop tôt, il aurait profité de la nouvelle (Aymé, Jument, 1933, p. 189).
Un peu, trop, assez tôt pour (+ subst. déterminé, inf. ou que + subj.).Préviens-moi assez tôt pour que je puisse venir te prendre en voiture à Beuzeville (Gide, Corresp.[avec Valéry], 1898, p. 319).Omer partit assez tôt pour admirer toute la fête dont la servante promettait merveilles (Adam, Enf. Aust., 1902, p. 10).
[Dans des tournures impers.] Il est un peu, trop, assez tôt pour (faire qqc.); il est trop tôt pour en parler; c'est bien tôt pour une visite. Il n'est jamais trop tôt pour donner aux enfants des idées justes (Adam, Enf. Aust., 1902, p. 119).Elle n'avait que dix-sept ans: mais nous pensions Robert et moi qu'il n'est jamais trop tôt pour le bonheur (Beauvoir, Mandarins, 1954, p. 28).V. jamais IV ex. de Camus.
2. [Le laps de temps précédant le repère est indiqué d'une façon plus ou moins précise] Trop tôt de + compl. de temps; compl. de temps + plus, trop tôt.Quelques jours, un moment, des siècles plus tôt. L'action, commencée deux heures plus tôt, eût été finie à quatre heures, et Blucher serait tombé sur la bataille gagnée par Napoléon (Hugo, Misér., t. 1, 1862, p. 405).Ils étaient arrivés trop tôt de trois heures sur l'heure prévue (Céline, Voyage, 1932, p. 54).
Au plus tôt. [Avec indication d'une date précise à venir et en envisageant le délai extrême] Pas avant (telle date). Dans huit jours au plus tôt; arriver lundi au plus tôt. Le docteur Bourgeois est-il venu le jour de l'accident?Non. Le lendemain?Je ne crois pas.Donc, au plus tôt, le surlendemain (Simenon, Vac. Maigret, 1948, p. 118).
3. [En corrél. avec tard] En avance par rapport à un moment donné, avant le moment juste, le bon moment. Être né trop tôt ou trop tard. Un jour plus tôt c'eût été un jour trop tôt. Un jour plus tard, c'eût été un jour trop tard (Audiberti, Quoat, 1946, 1ertabl., p. 35):
J'aurais voulu vivre assez pour voir vos têtes au retour de la banque. Il s'agissait de ne pas te donner trop tôt ma procuration pour ouvrir le coffre, de te la donner juste assez tard pour que j'aie cette dernière joie d'entendre vos interrogations désespérées: « Où sont les titres? » Mauriac, Nœud vip., 1932, p. 14.
Loc. adv. [Empl. à une place très mobile dans la phrase] Tôt ou tard. Dans un temps indéterminé, proche ou lointain, mais qui arrivera sûrement. Synon. inéluctablement, inévitablement, d'un jour* à l'autre, un jour ou l'autre*.Il faut tôt ou tard obéir; apprendre la vérité tôt ou tard. Les autres se demandaient si le prochain obus (...) ne leur rendrait pas service en les débarrassant de leur angoisse, puisque tôt ou tard, mais sûrement avant la nuit, ils étaient sûrs d'y passer (Romains, Hommes bonne vol., 1938, p. 23).
[Lorsque le verbe est à un temps comp., la loc. adv. peut s'insérer entre l'auxil. et le part.] L'ennemi de cet homme [le traître] est lui-même; vous pouvez le combattre en vous servant d'armes loyales, il sera tôt ou tard méprisé (Balzac, Lys, 1836, p. 164).
4. [Le repère est le moment habituel, la portion déterminée du temps où une chose a lieu régulièrement] En avance sur le moment habituel. Synon. de bonne heure.Plus tôt que d'habitude.
a) [P. rapp. à la journée, en partic. à la matinée] Téléphoner trop tôt; dîner tôt; le soleil se couche tôt en hiver. Elle se levait tôt, puis plus tôt, puis encore plus tôt. Elle voulait le monde à elle, et désert (Colette, Naiss. jour, 1928, p. 15).[Le jour] tombait alors très tôt, car le mois de janvier s'achevait à peine (Duhamel, Suzanne, 1941, p. 169).
b) [P. rapp. à l'année, à la saison] Pâques est tôt, plus tôt que l'an dernier; récoltes qui mûrissent tôt; vendanger tôt; grappe tôt murie. Des gelées, qu'on n'attendait pas si tôt, ont roussi les dernières fleurs du jardin (Mirbeau, Journal femme ch., 1900, p. 124).Il ne faut pas mettre trop tôt les bœufs au pré. Ils s'y nourrissent, mais, quand vient le moment qu'ils s'engraissent, il n'y a plus d'herbe (Renard, Journal, 1901, p. 671).
c) [P. rapp. à la vie hum., à l'âge] Aller tôt à l'école; se marier (très, trop) tôt; c'est trop tôt à leur âge. Sa loi la plus véritablement déterminante, un jour il l'a aperçue et formulée, tôt, à vingt-trois ans (Durry, Nerval, 1956, p. 8).
Rem. Tôt sert à former des adv. de temps. V. aussitôt, bientôt, plutôt, sitôt, tantôt; il sert aussi à construire des noms comp.: couche-tôt*, lève-tôt (s.v. lève-).
Prononc. et Orth.: [to]. Homon. taux. Ac. 1694, 1718: tost; dep. 1740: tôt. En présence des adv. aussi, bien, si, il est soudé à eux: aussitôt, bientôt, sitôt. Voir Ac. dep. 1835. Mais Ac. 1694: aussi-tost, si-tost (et bientost ou bien-tost dans les ex.); 1718: sitost en vedette, si tost dans le texte; 1740: bien tôt, si tôt; 1798 distingue: sitôt que, aussitôt que (dès que) et aussi-tôt ,,lorsqu'il y a comparaison (...) Il n'est pas venu aussi-tôt qu'il l'avoit promis``. Étymol. et Hist. 1. Ca 881 « vite, promptement, sans tarder » (Eulalie, 19 ds Henry Chrestomathie, p. 3); ca 1330 plus tost que plus tart (Guillaume de Digulleville, Pélerinage vie hum., 4582 ds T.-L.); 2. ca 980 « bientôt » (Jonas, éd. G. de Poerk, 23, p. 44); 3. ca 1160 « au bout de peu de temps et sensiblement avant le moment habituel ou normal » trop tost venuz (Enéas, 5759 ds T.-L.); d'où a) 1174-76 al plus tost qu'il purra (Guernes de Pont-Ste-Maxence, St Thomas, 3680, ibid.); 1549 au plustôst (Est., s.v. plus); b) 1176 tost ou tart (Chrétien de Troyes, Cligès, éd. A. Micha, 762); c) 1636 le plus tôt est le mieux (Monet Invantaire); d) 1696 [éd.] ne ... pas plus tôt ... que (La Bruyère, Les Caractères, De la société, éd. R. Garapon, 75, p. 176). Du lat. pop. tostum, neutre prés. adv. de tostus « grillé, rôti, brûlé », part. passé de torrere « griller, rôtir »; tostum a dû signifier d'abord « chaudement » d'où « promptement ». De même l'ital. tosto, l'a. prov. et le cat. tost (cf. FEW t. 13, 2, p. 121a). Fréq. abs. littér.: 5 299. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 6 588, b) 6 422; xxes.: a) 6 106, b) 9 801. Bbg. Quem. DDL t. 38.

Wiktionnaire

Adverbe

tôt \to\

  1. Avant le moment habituel.
    • Il est arrivé tôt ce matin.
    • Elle se levait tôt, puis plus tôt, puis encore plus tôt.
  2. Sans délai.
    • Il a tôt fait de sauter sur l’occasion.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

TÔT (tô ; le t se lie : tô-t après) adv. de temps.
  • 1Dans peu de temps, promptement. Ami, vous m'avez tôt quitté, Corneille, Suite du Ment. IV, 7. Puisqu'il faut qu'il périsse, il vaut mieux tôt que tard, Corneille, Perth. III, 3. Qui tôt ensevelit, bien souvent assassine, Molière, l'Ét. II, 3. Armande : Dépêchez. - Bélize : Faites tôt, et hâtez nos plaisirs, Molière, Fem. sav. III, 1. Qu'aux larmes, au travail le peuple est condamné… Que, s'il n'est opprimé, tôt ou tard il opprime, Racine, Athal. IV, 3. Et, livrant au plaisir une ardente jeunesse, Tu crains d'être sage trop tôt, Lamotte, Odes, t. I, p. 370, dans POUGENS. L'idée que nous nous détruirons par notre propre anarchie, sera tôt abandonnée des souverains, quand ils verront que nous existons nonobstant les journées de juillet, Chateaubriand, Captivité de la duch. de Berry.

    Absolument. Tôt, faites vite, venez vite. Je suivrai vos avis ; mais tôt, le besoin presse, Rotrou, Antig. v, 5. Dis-moi ton ordre, tôt, Molière, Fâch. II, 3.

  • 2Tôt après, peu de temps après. La reine, ayant appris cette triste nouvelle, En reçut tôt après une autre plus cruelle, Corneille, Rod. I, 6. Tôt après il se tue lui-même, Bossuet, Hist. I, 11.
  • 3Au plus tôt, au plus vite.
  • 4De bonne heure. On ne peut pas dire qu'il soit tard, mais il n'est pas aussi tôt que vous le supposiez. Il était un roi d'Yvetot, Peu connu dans l'histoire, Se levant tard, se couchant tôt, Dormant fort bien sans gloire, Béranger, Roi d'Yv.
  • 5On le joint aux adverbes aussi, bien, si, et alors il forme un seul mot.

    Aussitôt, voy. AUSSITÔT.

    Bientôt, voy. BIENTÔT.

    Sitôt voy. SITÔT, à son rang.

  • 6Plus tôt que plus tard, au plus vite. [Il] Opina qu'il fallait, et plus tôt que plus tard, Attacher un grelot…, La Fontaine, Fabl. II, 2.

    Locution singulière qui semble être pour : plutôt plus tôt que plus tard.

REMARQUE

Voltaire d'abord et des grammairiens après lui ont dit que tôt au positif n'était plus que du bas style, et qu'il ne s'employait guère que dans la locution : tôt ou tard. Mais ce mot est si commode, si bien autorisé par l'exemple de bons écrivains, qu'il doit être employé sans scrupule dans le style le plus élevé.

HISTORIQUE

Xe s. Enz enl fou la getterent, com arde tost, Eulalie. Fendut que tost le volebat, Fragm. de Valenciennes, p. 469.

XIe s. … Pur le plus tost aler, Ch. de Rol. X.

XIIe s. Or, tost aux armes, chevalier et serjant, Ronc. p. 130. Sanglanz [il] ot les talons de tost esperoner, Sax. XII. Certes, seignor, dist-il, trop tost le saura-on, ib. XX. Mais quant li reis Henris vit bien e entendi Qu'il purreit remaneir tuz dis à Punteigni… Al plus tost qu'il porra l'ostera de cel ni, Th. le mart. 94.

XIIIe s. Plus tost qu'il onque purent, [ils] font leur oirre aprester, Berte, III. Il s'assist au mangier ; si tost qu'il ot lavé [qu'il se fût lavé]…, ib. LXVII.

XIVe s. Celui qui se occupe en peu de besoingnes n'est pas hastif ne tost mouvant, Oresme, Éth. 125. Tost et tart [le matin et le soir], Du Cange, tardus.

XVe s. Tost environ dix heures du matin, Commines, I, 4.

XVIe s. Il departit si roiddement que ung guarrot d'arbaleste ne va plus toust, Rabelais, Pant. II, 28. Je serois d'avis de nous retirer en pays estrange par forme de parenthese, et suivre l'ordonnance des medecins encontre la peste : tost, loin et tard, Pasquier, Lettres, t. I, p. 278.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « tôt »

En ancien français tost, du latin tostus (« grillé, rôti, brûlé »)[1] via son accusatif neutre tostum, pris adverbialement ; le mot a dû signifier d'abord « chaudement » d'où « promptement » → voir tosto, en italien.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Berry, toût ; provenç. et catal. tost ; ital. tosto ; du latin tostus, brûlé, par assimilation de la rapidité de la flamme ; c'est ainsi que, dans l'ancien français, on a dit chaut pas, pour rapidement ; que Dante a dit impresa tosta, entreprise rapide : la impresa, Che fu nel cominciar cotanto tosta, Inf. II, 4. ; et qu'au XVIe siècle on a dit tostif, pour hâtif ; de sorte qu'il est inutile de songer, comme fait Diez, en cas qu'on récuserait tostus, à tot-cito, composé de totus et cito, tout-vite.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « tôt »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
tôt to

Citations contenant le mot « tôt »

  • La vieillesse est si longue qu'il ne faut pas la commencer trop tôt. De Benoîte Groult
  • Il faut s'y prendre tôt pour faire les choses au dernier moment. De Roland Topor
  • A la caserne, on ne fait rien, mais on le fait tôt et ensemble. De Jacques Deval
  • Les gens du monde ne sont pas plus tôt attroupés qu'ils se croient en société. De Chamfort
  • Tôt au lit et tôt levé font un mâle robuste, riche et fort. De James Thurber
  • Le coq se lève tôt ; mais le voleur encore plus tôt. De Alexis Tolstoï / Kosma Proutkov
  • L'avantage d'avoir des enfants très tôt, c'est d'être informé très tôt qu'on est un vieux con. De Marc Goldstein
  • Sans profit personne ne se lèverait tôt. De Proverbe chinois
  • L'avenir est à ceux qui se lèvent tôt, surtout le matin. De Anonyme
  • Brebis mal gardée du loup est tôt happée. De Proverbe français
  • Avoir raison trop tôt est socialement inacceptable. De Robert Heinlein
  • Mieux vaut avoir de la chance que se lever tôt. De Proverbe gaélique
  • Pâques longtemps désirées. Sont en un jour tôt passées. De Proverbe français
  • C’est un poids bien pesant qu’un nom trop tôt fameux. De Voltaire / La Henriade
  • La mort vient assez tôt sans qu'on aille la chercher. De Urbain Chevreau / Epitre
  • Cette épitaphe – trop tôt disparue, à jamais dans nos mémoires –, il n’y a pas de série française qui la porte aussi bien que Les Revenants, de Fabrice Gobert. Les dates inscrites sur sa pierre tombale suffisent à dire son histoire tourmentée : 2012-2015, pour seulement deux saisons, diffusées sur Canal+. La première fut portée aux nues, la seconde rencontra au mieux une sollicitude peinée, au pire l’indifférence de spectateurs qui se firent de moins en moins nombreux, de 1,4 million pour les premiers épisodes à 400 000 pour l’épilogue. Le Monde.fr, Les « Revenants », une série trop tôt disparue
  • Je me vois plutôt comme une “généraliste” même si, à mes débuts, j’étais plus forte à la poutre et au sol, ce qu’on appelle les agrès “jambes”. D’ailleurs, c’est sur l’épreuve du sol que je pense avoir ma meilleure chance de médaille. Avant, j’avais une faiblesse aux barres asymétriques, j’ai vraiment commencé à les travailler à mon arrivée au pôle France à Saint-Etienne. J’étais persuadée que ce n’était pas pour moi, que je n’avais pas le physique pour ça… Le Monde.fr, La gazette virtuelle des JO : un nageur trop tôt à l’eau, une gymnaste complète et un tireur très étourdi
  • Entre 2 et 2,5 millions de personnes ont téléchargé l'application traçage de contacts StopCovid selon le secrétaire d'État reconduit au Numérique Cédric O, qui a estimé mardi qu'il est "trop tôt" pour "faire le bilan". Le Point, StopCovid: entre 2 et 2,5 millions de téléchargements, "trop tôt pour faire le bilan", selon Cédric O - Le Point
  • A Lille, divers lieux d’accueil du public ont fermé leurs portes plus tôt, à savoir à 16 heures. , A Lille, les parcs, jardins et autres espaces extérieurs fermés plus tôt en raison de l'alerte orages | Lille Actu

Images d'illustration du mot « tôt »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « tôt »

Langue Traduction
Anglais early
Espagnol pronto
Italien presto
Allemand früh
Chinois
Arabe مبكرا
Portugais cedo
Russe рано
Japonais 早い
Basque goiz
Corse prestu
Source : Google Translate API

Synonymes de « tôt »

Source : synonymes de tôt sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « tôt »

Partager