La langue française

Crucifier

Sommaire

  • Définitions du mot crucifier
  • Étymologie de « crucifier »
  • Phonétique de « crucifier »
  • Évolution historique de l’usage du mot « crucifier »
  • Citations contenant le mot « crucifier »
  • Traductions du mot « crucifier »
  • Synonymes de « crucifier »

Définitions du mot « crucifier »

Trésor de la Langue Française informatisé

CRUCIFIER, verbe trans.

A.− [P. réf. au supplice de la croix]
1. Faire mourir par le supplice de la croix. Cela valait la peine de créer le monde, dit Dieu, puisque vous l'avez fait servir à me crucifier! (Claudel, Poés. div.,1952, p. 885).
Emploi abs., rare. Monde affreux qui fais grâce avec férocité. Toi dont l'aveuglement crucifie et lapide (Hugo, Fin Satan,1885, p. 880).
2. P. métaph. et au fig. Soumettre à la torture, tourmenter.
a) [L'obj. est une pers.] Le souvenir de vos erreurs ne laissera pas de vous crucifier longtemps (Goncourt, MmeGervaisais,1869, p. 199).
Emploi pronom. réfl., rare. Olivier resta immobile à la même place, se crucifiant sur la croix des souvenirs (Murger, Scènes vie jeun.,1851, p. 174).
b) [L'obj. est un inanimé abstr.] :
1. C'est une étrange fantaisie D'avoir voulu sur ce papier Crucifier la poésie Comme une fleur sur un herbier : Elle n'est plus qu'une victime; Il ne demeure sous vos yeux Plus rien de sa primeur intime, Tous les vers écrits sont si vieux! Sully Prudhomme, Les Vaines tendresses,Sur un album, 1875, p. 191.
SPIRITUALITÉ
Anéantir dans la souffrance. Crucifier les complaisances de l'amour-propre (Blondel, Action,1893, p. 397):
2. Parce que Prouhèze et Rodrigue crucifient leur amour, ils le fixent à jamais et le rendent éternel. Mauriac, Le Nouv. Bloc-notes,1961, p. 144.
Mortifier (p. réf. à St Paul, Gal. 6/15). Hommes qui commandent à leur propre chair et qui crucifient leur volonté (Bloy, Désesp.,1886, p. 107).
B.− [P. réf. anal. à la forme d'une croix] Littér.
1. Disposer en croix. Un vrai jardin fruitier (...) où des pêchers sont crucifiés sur les murs (Coppée, Contes rap.,1889, p. 251).L'arbre qu'on crucifie pour fructifier (Claudel, Tête d'or,1890, 3epart., p. 165).
Emploi pronom. réfl. Se mettre en forme de croix. Leurs bras [des orateurs] se crucifient dans l'espace (Arnoux, Paris,1939, p. 66).Arg. On veut posséder une femme, se crucifier sur elle, et on croit conquérir sa propre rédemption (Abellio, Pacifiques,1946, p. 85).
2. Partager en forme de croix. Par les quatre horizons qui crucifient le Monde (Jammes, Clairières,1906, p. 208).
Rem. 1. Si dans ces emplois crucifier renvoie princ. à la forme d'une croix, dans la plupart d'entre eux, la connotation de souffrance infligée ou subie est présente métaphoriquement. 2. On rencontre ds la docum. crucificateur, subst. masc. et adj., en emploi fig. Crucificateur qui inventa la torture de l'espalier (Arnoux, Calendr. Fl., 1946, p. 92). Le pharisaïsme crucificateur de la Thora (Bloy, Désesp., 1886, p. 47). Non mentionné ds les dict. gén. du xixeet du xxesiècle.
Prononc. et Orth. : [kʀysifje], (je) crucifie [kʀysifi]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. [Début xies. impér. lat. crucifige (La Passion du Christ, éd. D'Arco Silvio Avalle, 227)]; 1121-35 « faire subir le supplice de la croix » (Philippe de Thaon, Bestiaire, éd. E. Walberg, 188); 2. 1269-78 au fig. « tourmenter » (J. de Meun, Rose, éd. F. Lecoy, 15041). Empr. avec attraction des verbes en-fier, au lat. chrét.crucifigere « mettre en croix (le Christ, les martyrs) » fig. « mortifier, tourmenter », déjà attesté en lat. impérial au sens de « mettre en croix ». Cf. le verbe cruciier « tourmenter » (4equart xiies. ds T.-L.) − 1660, Oudin, empr. au lat. cruciare « mettre en croix » et « tourmenter ». Fréq. abs. littér. : 113.

Wiktionnaire

Verbe

crucifier \kʁy.si.fje\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Mettre en croix pour faire mourir.
    • Les Romains crucifièrent Jésus.
    • J'entre parfois avec étonnement, comme un étranger chez ce peuple qui crucifie Dieu au-dessus des miroirs de sa salle à manger et dans le fond de son lit. — (Marcel Jouhandeau, Chaminadour, Gallimard, 1941 et 1953, collection Le Livre de Poche, page 271.)
    • Dans les prochaines semaines, a rappelé Martin Schulz, un autre jeune Ali Mohammed Al-Nimr, condamné à mort pour avoir participé à une manifestation contre le régime [saoudien] alors qu'il avait 17 ans, doit être crucifié. Oui, crucifié. — (Anne-Camille Beckelynck, Chaise vide pour Badawi, primé mais écroué, Journal Vosges Matin, page 36, 17 décembre 2015)
  2. (Figuré) Imposer des actes de mortification en vue de se purifier de ses péchés.
    • Crucifier sa chair.
  3. (Figuré) (Par hyperbole) Vouer aux gémonies, chercher à démolir publiquement.
    • Aujourd'hui, nous sommes dans une période où les risques sont énormes parce qu'il y a des sujets qui sont devenus très sensibles, pour ne pas dire tabous : il y a de plus en plus de sujets qu'on ne peut plus aborder sans se faire crucifier. — (Denis Vaugeois, Entretiens avec Stéphane Savard, , Boréal, Montréal, 2019, pp. 341-342)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CRUCIFIER. v. tr.
Mettre en croix. Les Juifs crucifièrent Notre-Seigneur. Fig., Crucifier sa chair, Lui imposer des actes de mortification en vue de se purifier de ses péchés. Fig. et par exagération, Crucifier quelqu'un, Le faire souffrir.

Littré (1872-1877)

CRUCIFIER (kru-si-fi-é), je crucifiais, nous crucifiions, vous crucifiiez ; que je crucifie, que nous crucifiions, que vous crucifiiez v. a.
  • 1Infliger le supplice de la croix. Alexandre, ayant pris une ville où plusieurs rebelles s'étaient enfermés, en emmena huit cents à Jérusalem, et les fit tous crucifier en un même jour, Rollin, Hist. anc. Œuvres, t. IX, p. 451, dans POUGENS. …Et les auteurs du crime Sont fils de ces bourreaux qui t'ont [ô Jésus] crucifié, Malherbe, VI, 37. Ne suffit-il pas de voir par l'Évangile que ceux qui crucifiaient Jésus-Christ avaient besoin du pardon qu'il demandait pour eux, quoiqu'ils ne connussent pas la malice de leur action ? Pascal, Prov. 4. Il est vrai que, dans la dernière persécution, et trois cents ans après Jésus-Christ, les païens, qui ne savaient plus que reprocher ni à lui ni à ses disciples, publièrent de faux actes de Pilate, où ils prétendaient qu'on verrait les crimes pour lesquels il avait été crucifié, Bossuet, Hist. II, 12.

    Par exagération. Je me fusse plutôt laissé crucifier Que…, Régnier, Sat. X.

    Se faire crucifier pour quelqu'un, lui être complétement dévoué.

    Se faire crucifier pour quelque chose, souffrir tout pour cette chose.

  • 2 Fig. Mortifier, sacrifier. [Celui qui] De la chair et des sens tellement se défie, Qu'à force de ferveur l'esprit les crucifie, Corneille, Imit. III, 48. Les macérations vivifient l'âme en crucifiant le corps et la chair, Patru, Plaid. 15, dans RICHELET. Il faut renoncer à tout, tout crucifier pour le suivre, Bossuet, Hist. II, 11. Pour lui apprendre à crucifier sa propre chair, Bossuet, Serm. Quinq. 1. Nous devons crucifier en nous le vieil homme, Bossuet, Pén. 3. La nuit du prétoire, les crachats, les soufflets, les fouets, les dérisions, le bois fatal, ces images affreuses la crucifient par avance [l'âme de J. C.], Massillon, Car. Passion. Les chrétiens ont crucifié leur chair avec ses désirs, Massillon, Car. Riche. Il faut vous appliquer à crucifier vos sens, Massillon, Myst. Misér.

    Absolument. Mais elle est menée par une autre voie, par celle qui crucifie davantage, Bossuet, Anne de Gonz.

HISTORIQUE

XIIe s. Ne sunt pas fil Jesu, ainz sunt tuit forslignié ; N'erent uan [cette année], s'il poent, pur Deu crucifié, Th. le mart. 127. E si cum en Calvaire unt Deu crucifié, ib. 150.

XIIIe s. Dame en cui nous nous fions, Devant vous nous crucefions ; Dame, par Dieu merchi prions, Et vos crions Vierge saintisme, Poésies fr. avant 1300, t. II, p. 872, dans LACURNE. Que, puisque Dieu laissa son cors crucefier, Berte, X. Si m'aïst Diex li crucefis, la Rose, 19409. Lors m'assaillent tuit de rechief ; Chascun à hors bouter me tent : Il ne me grevast mie tant Qui me vosist crucefier, ib. 15271.

XVe s. Toutes excuses mises derriere, sa commune crioit : Crucifige ! crucifige ! Chastelain, Chron. du duc Philippe, ch. 55.

XVIe s. Elle commanda aux bourreaux qu'ils crucifiassent et attachassent son corps en travers à trois crois, Amyot, Artax. 21.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « crucifier »

Du latin crucifigere (« mettre en croix »), composé de crux (« croix ») et figere (« ficher, fixer, clouer ») ce qui explique le dérivé crucifixion (au lieu de *crucifiction comme on pourrait s'y attendre avec un suffixe -fier). (Vers 980) crucifige (impératif).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Picard, cruchifié, mortifié ; provenç. et espagn. crucificar ; de crux, croix, et ficar, ficher (voy. FICHER). L'italien dit crocifiggere, dérivé directement du latin figere, fixer.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « crucifier »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
crucifier krysifje

Évolution historique de l’usage du mot « crucifier »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « crucifier »

  • Les commentaires sont à la hauteur de l'état d'esprit de cette région (pourtant belle): moyenâgeux ... Vous continuez toujours à crucifier des chouettes aux portes des granges ? ladepeche.fr, Faut-il réintroduire de nouveaux ours dans les Pyrénées ? - ladepeche.fr
  • Un juste est un homme qui dérange, un homme qu'on finit par crucifier. De Félix Leclerc / Carcajou ou le diable des bois
  • Je vous ai déjà dit à quel point je trouve démesurée la réaction aux récents commentaires de Rowling. Qui aurait cru qu’un jour, on se ferait crucifier pour avoir affirmé que « les gens qui ont des menstruations » sont « des femmes » ? Le Journal de Montréal, J. K. Rowling: le grand dérapage! | Le Journal de Montréal
  • Kobe Bryant restera comme l’un des tous meilleurs joueurs de l’histoire de la ligue. Avec le ballon entre les mains, le Black Mamba était capable de tout. Dunker, tirer, dribbler, crucifier ses adversaires au buzzer… Il était tout simplement monstrueux. Parlons Basket, NBA - Quand Steph Curry a rivalisé avec Kobe... niveau insultes
  • Il faut dire que le Français a vécu un vrai cauchemar. Rentré à la 81ème minute pour remplacer Luis Suarez, auteur d’un doublé, il se place mal dans le mur sur la coup franc de de Iago Aspas, qui a amené le but de l’égalisation à la 88 ème minute. Décidément le capitaine du Celta, après avoir été le bourreau des Marocains à la Coupe du Monde 2018, vient crucifier le Barca à la toute dernière minute. Un vrai cauchemar ce joueur ! La Nouvelle Tribune, La Tribune de Nas: Le Real talon(né) par le Barca… - La Nouvelle Tribune
  • La bonne surprise de cette saison en Ligue 2. L'avant-centre de 26 ans a inscrit 11 buts en 25 apparitions pour sa première en L2. Adroit face au but et doté d'un bon sens de l'anticipation face au défenseur, il pourrait être un bon complément à Mohamed Bayo. Rodez, qui a déjà lâché son gardien au club auvergnat, demandera une compensation pour voir partir un attaquant qui doit être demandé. C'est lui qui était venu crucifier Clermont pour la victoire ruthénoise au Montpied cette saison... Un but à revoir ci-dessous. www.lamontagne.fr, Nos 5 idées pour remplacer Grbic à la pointe du Clermont Foot - Clermont-Ferrand (63000)

Traductions du mot « crucifier »

Langue Traduction
Anglais crucify
Espagnol crucificar
Italien crocifiggere
Allemand kreuzigen
Chinois 钉死
Arabe صلب
Portugais crucificar
Russe распять
Japonais 十字架にかける
Basque gurutzada
Corse crucifissu
Source : Google Translate API

Synonymes de « crucifier »

Source : synonymes de crucifier sur lebonsynonyme.fr
Partager