Tare : définition de tare


Tare : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

TARE, subst. fém.

A. − Poids ou élément de pesée.
1. COMM. Poids de l'emballage, du récipient contenant une marchandise, un produit, pesé en même temps que cette marchandise, que ce produit. La différence entre le poids brut et la tare donne le poids net (Lar. comm.1930).
Faire la tare. Poser dans un des plateaux de la balance un poids équivalant à celui du récipient placé dans l'autre plateau afin de calculer le poids net d'une marchandise. (Dict. xxes.).
[Pour la taxation spécifique] Poids de l'emballage d'une marchandise devant être déduit du poids de l'envoi (d'apr. Baudhuin 1968). P. méton. Réduction de prix sur le poids brut d'une marchandise, accordée au titre de l'emballage (d'apr. Lar. comm. 1930).
En partic. ,,Poids marqué ou objet de forme déterminée, de valeur invariable servant à équilibrer un corps à peser par la méthode de double pesée`` (Duval 1959).
2. AGRIC., COMM. Poids des déchets (terre, pierres adhérentes aux racines) contenus dans 100 kg de betteraves lors de leur livraison à la sucrerie (d'apr. Lar. agric. 1981).
3. TRANSP. Tare (d'un véhicule). ,,Poids à vide d'un véhicule`` (Industries 1986). Dans le cas des trains de voyageurs, le poids total des voitures ne varie pas beaucoup suivant qu'elles sont vides ou occupées, en raison de la faible importance relative de la charge par rapport à la tare (Bailleul, Matér. roulant ch. de fer, 1951, p. 139).
4. CHIM. Flacon (à) tare. ,,Vase de verre très léger, à bouchon rodé, contenant une substance que l'on veut peser (généralement à l'abri de l'humidité)`` (Duval 1959). Flacon tare pour micropesées (Catal. instrum. lab. (Prolabo), 1932, p. 122).
B. − Défectuosité.
1. COMM. Perte de valeur subie par un matériau, une marchandise, par suite d'une altération, d'une avarie. Tares et défauts du bois. J'ai compté tous ces sacs d'argent, il n'y a point de tare ni pour le compte, ni pour les espèces (Ac.).Il est pratiquement impossible de fixer a priori l'importance relative de ces différentes tares du produit fini; (...) tel défaut [du cuir], capital dans certain cas, sera plus ou moins insignifiant dans un autre (Bérard, Gobilliard, Cuirs et peaux, 1947, p. 119).
2. MÉD. VÉTÉR. Défectuosité acquise, consécutive au travail ou accidentelle, qui déforme un membre et déprécie l'animal sur le plan de l'esthétique comme sur celui du service qu'on peut en attendre (d'apr. Habault Agric. 1983). Tares articulaires. Vous vous plaignez de ce cheval; quelle tare y trouvez-vous? (Ac.).Les tares osseuses sont la signature d'une ostéite de l'extrémité inférieure du radius (Garcin, Guide vétér., 1944, p. 178).
Tare dure. ,,Tare d'origine osseuse`` (Agric. 1977). Tare molle. ,,Tare d'origine synoviale`` (Agric. 1977).
3. Défectuosité physique ou psychologique présentée par un individu. MÉD. ,,État pathologique antérieur à la maladie actuelle, dont il aggrave souvent le pronostic`` (Pt Lar. Méd. 1976); en partic., ,,toute anomalie héréditaire susceptible de provoquer une diminution de la résistance de l'organisme ou un trouble des fonctions physiologiques`` (Man.-Man. Méd. 1980). Tare congénitale, génétique, héréditaire; tare mentale, nerveuse, psychique; tare sexuelle; tare honteuse; individu porteur de tares; être affecté, marqué d'une tare. Chez les [enfants] issus d'alcooliques, on note de nombreuses tares physiques (...) et intellectuelles, depuis la simple déséquilibration des facultés jusqu'à la débilité mentale (Macaigne, Précis hyg., 1911, p. 270).
4. Au fig.
a) Ce qui porte atteinte au crédit de quelqu'un; défaut, vice d'une personne. C'est un homme sans tare, qui n'a ni tare ni défaut (Ac. 1835-1935). Chacun a sa tare cachée et qui le ronge. Moi, c'est la paresse, mais elle m'est agréable à cacher (Renard, Journal, 1904, p. 926).
b) Défaut qui porte préjudice à un groupe, à une institution, vice inhérent à un organisme, à un système. Dans l'Université, combien d'esprits ni bons ni mauvais, d'une moyenne plutôt bonne. Ce sont des fonctionnaires, voilà la tare; et ils fonctionnent, que voulez-vous? Ils fonctionnent pour et par la routine (Zola, Vérité, 1902, p. 252).Ce style de journal quotidien, traitant la plus éphémère des actualités, présente toutes les tares de l'improvisation: l'abus du cliché, l'à-peu-près, l'incohérence, les fausses couleurs, le clinquant superflu, les chevilles (Comment parlent les sportifsds Vie Lang.1952, p. 176).
Prononc. et Orth.: [ta:ʀ]. Homon. tard. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. 1311 « déchet, diminution, soit pour la quantité, soit pour la qualité » (Lettres de Jean Plebanc, prévôt de Paris, contenant des règlements pour le métier des épiciers ds R. de Lespinasse, Métiers et corporations de la ville de Paris, t. 1, p. 501: que il ne puisse ou doie rabatre de la tare autant comme elle pesera); 1312 (Mandement concernant l'execution de l'ordonnance, touchant les Epiceries ds Ordonn. des Rois de France, t. 1, p. 515: les tares des dittes confitures); 2. 1679 « réduction de prix de la marchandise » (J. Savary, Le Parfait négociant, t. 2, p. 269 ds Kühn, p. 187: accorder des tares sur les marchandises); 1723 (Savary t. 2, p. 1676); 3. a) 1723 « poids propre de l'emballage, du contenant d'une marchandise » (Savary d'apr. FEW t. 19, p. 183a); b) 1807 expr. faire la tare (Michel (J.-F.) Expr. vic., p. 176: faire la tare d'un baril); 4. 1875 « poids non marqué que l'on place sur le plateau d'une balance pour faire équilibre à un objet placé sur l'autre plateau, et que l'on ne veut pas compter dans le poids total » (Lar. 19e); 5. 1894 « poids à vide d'un wagon » (Bricka, Cours ch. de fer, t. 2, p. 294). B. 1. 1403 « défaut, vice (d'une personne) » (Eustache Deschamps, Lettre ds Œuvres compl., éd. G. Raynaud, t. 8, p. 12: tarre de sa femme souffrir); 1566 (Kerquifinen, trad. Gelli, Discours, VIII, p. 271 ds Hug.: quelque taire et deffaut qui se trouve en la chose qu'on hait); 1572 (Amyot, Œuvres morales et meslées de Plutarque, De la curiosité, fo63 vo: les tares et imperfections d'autruy); 2. fin xves. « défectuosité, dommage » (Mistere du siège d'Orléans, éd. V. L. Hamblin, 12004: que il y aroit beaucoup tare); 3. 1611 « défectuosité physique (chez le cheval) » (Cotgr.: il n'est cheval qui n'ait sa tare). Empr., prob. par l'intermédiaire de l'ital.tara (1332 ds DEI), à l'ar. ṭarḥ « rejet; soustraction, déduction » (qui aurait connu une forme vulg. ṭaraḥ , cf. Cor., s.v. tara), dér. du verbe ṭaraḥa « jeter, rejeter; écarter; déduire, soustraire ». Fréq. abs. littér.: 225. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 19, b) 31; xxes.: a) 657, b) 527. Bbg. Boulan 1934, p. 156. − Hope 1971, p. 51.

Tare : définition du Wiktionnaire

Nom commun

tare \taʁ\ féminin

  1. (Vieilli) Perte de valeur causée par une diminution de quantité ou de qualité.
    • Ces marchandises ont été gâtées dans le navire, il y a pour trois cents francs de tare.
  2. Vice, défaut ou imperfection qui diminue la valeur d’un objet.
    • Il est à noter que le gingembre est oublié à dessein sur les chevaux atteints de mélanose, la queue, en se relevant, décèlerait une tare que le marchand a grand intérêt à cacher. — (Gabriel Maury, Des ruses employées dans le commerce des solipèdes, Jules Pailhès, 1877)
    • Ce bois est bon, il n’a point de tare.
  3. Vice, défaut, au sens moral.
    • La liquidation de l’affaire Dreyfus […] a montré que le sublime bourgeois est une valeur de Bourse. Dans cette affaire se manifestèrent toutes les tares intellec­tuelles et morales d’une classe atteinte de folie. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, chap. VII, La Morale des producteurs, 1908, p. 333)
    • Le plus curieux, c’est qu’ils sont presque tous affligés d’un travers, d’un vice, d’un maboulisme périlleux, d’une tare, ou qu’ils ont des histoires intimes, des saletés familiales, tous, les plus respectés, les plus grands, les plus insoupçonnés. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 186)
    • J’ignorais leurs malpropretés morales et physiques, leurs tares, leurs perversions de tout ordre qui les souillaient, quelles abominations pouvaient s’y perpétrer et jusqu’où se dégradaient les sentiments les plus sacrés.— (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954)
  4. (Commerce) Poids des barils, caisses, emballages, véhicules, etc., qu’on doit déduire pour avoir le poids net d’une marchandise.
    • Faire la tare.

Forme de verbe

tare \taʁ\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de tarer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de tarer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de tarer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de tarer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif présent de tarer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Tare : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

TARE. n. f.
Perte de valeur causée par une diminution de quantité ou de qualité. Ces marchandises ont été gâtées dans le navire, il y a pour trois cents francs de tare. En ce sens, il est vieux. Il signifie aussi Vice, défaut, imperfection qui diminue la valeur d'un objet. Ce bois est bon, il n'a point de tare. Vous vous plaignez de ce cheval; quelle tare lui trouvez-vous? Il s'emploie de même au sens moral. C'est un homme sans tare, qui n'a ni tare ni défaut. En termes de Commerce, il se dit du Poids des barils, caisses, emballages, véhicules, etc., qu'on doit déduire pour avoir le poids net d'une marchandise. Faire la tare.

Tare : définition du Littré (1872-1877)

TARE (ta-r') s. f.
  • 1Déchet dans une marchandise ; diminution soit dans la quantité, soit dans la qualité. Cette marchandise a subi beaucoup de tare.

    Nombre de grammes que, sur un poids quelconque de marchandises, on compte de moins au profit de l'acheteur, en raison de la tare. L'incertitude de la vérité des balances et de la fidélité des poids a fait naître l'embarras de la tare et la nécessité des déductions, Buffon, Ess. arith. mor. Œuv. t. x, p. 192.

    Tare d'espèces, rabais que l'on supporte dans le compte de l'argent, lorsqu'on change un billet ou une monnaie, et qui est le droit du changeur.

    Tare de caisse, perte qui se trouve sur les sacs d'argent, soit à cause des fausses espèces, soit à cause des mécomptes, en payant ou en recevant.

  • 2 Fig. Vice, défaut. Ce bois est bon, il n'y a pas de tare. …ressembler à ces fontaines Dont les conduites souterraines Passent par un plomb si gâté, Que, toujours ayant quelque tare, Au même temps qu'on les répare, L'eau s'enfuit d'un autre côté ? Malherbe, III, 3. Comme il n'y a point de si beau corail qui n'ait sa tare, de si parfait diamant qui n'ait sa paille, La Mothe le Vayer, Dial. d'Orat. Tubero, t. II, p. 142.
  • 3 Terme de maquignon. Dans le cheval, c'est une défectuosité, d'une origine quelconque, maladive ou non, qui a son siége à la peau ou dans les parties sous-jacentes, et qui diminue plus ou moins la valeur du cheval.
  • 4 Fig. Tache, sujet de blâme. Ils en ôtent l'éclat et laissent une tare Au plus riche ornement dont la terre se pare, Voiture, Poés. Œuv. t. II, p. 78. Daguesseau et sa femme étaient soupçonnés de jansénisme ; avec cette tare, c'était merveille comme ses vertus et ses talents l'avaient porté où il était arrivé, Saint-Simon, 69, 134. Il est surprenant que, malgré cette tare [son livre à l'index], il [le père Tellier] ait été confesseur du roi, Saint-Simon, 217, 177. Soit esprit de retour, soit désir de se nettoyer d'une fâcheuse tare, il [Biron] désira des lettres d'abolition, Saint-Simon, 450, 53.

    C'est un homme sans tare, qui n'a ni tare, ni défaut (locution qui a vieilli), c'est un homme irréprochable.

  • 5Poids des barils, pots, enveloppes, etc. dont on s'assure d'abord, pour connaître le poids net des marchandises que l'on y mettra. On déduira la tare, et l'on ne tiendra compte que du poids net.
  • 6Répondre tare pour barre, dire un mot pour l'autre, répondre de travers. Il voulut s'essayer au latin, et il répondit tare pour barre.

HISTORIQUE

XVe s. Anglois fort à congnoistre sont ; En eulx ne se fault rigoller, N'en leur maintien n'en leur parler ; Frappent et tuent sans dire gare ; Ne fyer ne vous y vueillez, Que il y aroit beaucoup tare, Mistere d'Orleans, p. 468.

XVIe s. Numa considerant que la tare de l'inegalité [entre le cours du soleil et celui de la lune] est de unze jours, pour ce que les douze revolutions de la lune se font en 354 jours, et celle du soleil en 365…, Amyot, Numa, 31. La curiosité est un desir de sçavoir les tares et imperfections d'autrui, Amyot, De la curiosité, 2. Il y avoit quarante mil escus pour la tare de l'or, outre lesdits douze cens mille escus [les écus ayant été pris au poids et au titre, non au cours, ces 40,000 écus représentaient la différence], Du Bellay, M. 161. Il fera passer ces allées à travers de ses forets, si faire se peut, sans grande tare [dommage], De Serres, 16. Quand j'imagine l'homme tout nud… ses tares, sa subjection naturelle et ses imperfections, Montaigne, II, 203. Enfance, jeunesse, virilité, vieillesse, chacune a ses propres et particulieres tares, Charron, Sagesse, I, 36. Il y avoit six aunes de tare [manque] en la piece de drap, Pasquier, Rech. VIII, p. 748. Faire tomber toute la tare et coulpe sur la cour, Pasquier, Recherches, II, 4. Il n'est cheval qui n'ait sa tare, Cotgrave

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Tare : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

TARE, s. f. (Com.) signifie tout défaut ou déchet qui se rencontre sur le poids, la qualité ou la quantité des marchandises. Le vendeur tient ordinairement compte des tares à l’acheteur.

Tare se dit encore du rabais ou diminution que l’on fait sur la marchandise par rapport au poids des caisses, tonneaux & emballages. Ces tares sont différentes suivant la diverse nature des marchandises, y ayant même beaucoup de marchandises où l’on n’accorde aucune tare : quelquefois elle est réglée par l’usage ; mais le plus souvent, pour obvier à toute contestation, l’acheteur doit en convenir avec le vendeur. Les tares sont beaucoup plus communes en Hollande qu’en France. Le sieur Ricard, dans son traité du négoce d’Amsterdam, ch. vij. de l’édit. de 1722, est entré sur cette matiere dans un grand détail dont voici quelques exemples.

La tare de l’alun de Rome est de quatre livres par sac :

De l’azur, trente-deux livres par barril :

Du beure de Bretagne & d’Irlande, vingt pour cent :

Du poivre blanc, quarante livres par barril ; du poivre brun, cinq livres :

Du quinquina, douze & quatorze livres par seron, &c. Dictionn. de Comm.

Tare d’especes, (Com.) diminution que l’on souffre par rapport au changement des monnoies. Dictionn. de Comm.

Tare de caisse, (Com.) perte qui se trouve sur les sacs d’argent, soit sur les fausses especes, soit sur les mécomptes en payant & en recevant. On passe ordinairement aux caissiers des tares de caisses.

Tare, s. f. (Monnoie.) c’est une petite monnoie d’argent de la côte de Malabare, qui vaut à-peu-près deux liards. Il en faut seize pour un fanon, qui est une petite piece d’or de la valeur de huit sols. Ce sont-là les seules monnoies que les rois malabares fassent fabriquer & marquer à leur coin. Cela n’empêche pas que les monnoies étrangeres d’or & d’argent, n’aient un libre cours dans le commerce selon leur poids ; mais on ne voit guere entre les mains du peuple que des tares & des fanons. (D. J.)

Tare, s. m. (Marine.) nom que les Normands & les Picards donnent au goudron. Voyez Goudron.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « tare »

Étymologie de tare - Littré

Provenç. espagn. et ital. tara ; anc. esp. atara ; bas-lat. tara, poids ; de l'arabe tarha, ou, avec l'article, at-tarha, déchet, tare.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de tare - Wiktionnaire

(Date à préciser) De l’italien tara et, plus avant, de l’arabe طرحة, ṭarḥa (« déchet, rejet, soustraction, déduction »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « tare »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
tare tar play_arrow

Citations contenant le mot « tare »

  • On constate en tout cas que la BD continue de monter, même si une fois l’album sorti, on nous oublie. Cette fois-ci, on a eu un papier très argumenté dans "L’Obs", alors que d’autres journaux vont parler de l’album sans même le lire. C’est le côté écrasant du tirage qui fait qu’on vous range dans les produits et pas dans la littérature, c’est un peu injuste et surtout faux. On est des auteurs comme les autres, et si Astérix est populaire, ce n’est pas une tare. On entend parfois qu’Astérix va tout écraser, mais il attire les gens dans les librairies où ils découvrent d’autres albums. ladepeche.fr, Jean-Yves Ferri, scénariste des albums : "Astérix est populaire, ce n’est pas une tare" - ladepeche.fr
  • Sur la concurrence, plusieurs des membres républicains de la commission estiment de toute façon qu’être « grand » n’est pas une tare, et peut même servir à « faire le bien ». GoodPlanet mag', Google, Apple, Facebook et Amazon sermonnés par les politiques américains - GoodPlanet mag'
  • La solitude est une sorte de tare : elle a un subtil parfum de tristesse, quelque chose qui n'attire, ni n'intéresse personne, et on en a un peu honte. De Charlie Chaplin / Ma vie
  • L’exclusive fatalité, l’unique tare qui puissent affliger un groupe humain et l’empêcher de réaliser pleinement sa nature, c’est d’être seul. De Claude Lévi-Strauss / Race et Histoire
  • Le fils ingrat est une verrue sur le visage de son père ; la laisser, c'est une tare ; la couper, c'est une douleur. De Proverbe persan
  • Le mariage en soi n'est pas une tare, tout dépend de ce qu'on en fait. De Catherine Deneuve / Télérama - 6 Février 2002
  • L'impuissance est la seule tare de l'homme non transmissible héréditairement. De Alfred Sauvy
  • Le chercheur de tare en trouvera même au paradis. De Henry David Thoreau

Images d'illustration du mot « tare »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « tare »

Langue Traduction
Corse tara
Basque tara
Japonais 風袋
Russe тара
Portugais tara
Arabe فرس
Chinois 皮重
Allemand tara
Italien tara
Espagnol tara
Anglais tare
Source : Google Translate API

Synonymes de « tare »

Source : synonymes de tare sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « tare »



mots du mois

Mots similaires