La langue française

Tactique

Sommaire

  • Définitions du mot tactique
  • Étymologie de « tactique »
  • Phonétique de « tactique »
  • Citations contenant le mot « tactique »
  • Images d'illustration du mot « tactique »
  • Traductions du mot « tactique »
  • Synonymes de « tactique »

Définitions du mot tactique

Trésor de la Langue Française informatisé

TACTIQUE1, subst. fém.

A. −
1. Art d'utiliser les meilleurs moyens pour atteindre un certain objectif; ensemble de ces moyens. Changer de tactique; mettre au point une tactique. La grande tactique des écoliers est de demander à sortir pendant la classe sous prétexte de satisfaire à différents besoins; la règle est de n'en laisser sortir qu'un à la fois, afin que les deux camarades ne se rencontrent pas pour jouer dans les cours (Champfl., Souffr. profess. Delteil, 1853, p. 94).Byron est excédé (...) de Caroline, d'autre part (...) sa tactique envers elle est pour une appréciable mesure dictée avant tout par Lady Melbourne (Du Bos, Journal, 1928, p. 215).
2. En partic. Technique pour appliquer une stratégie définie, qui combine, en vue d'un maximum d'efficacité et en fonction des circonstances, tous les moyens et formes de combat utilisables. J'abordais (...), à la fin de 1895, l'enseignement de la tactique générale à l'École supérieure de guerre (Foch, Mém., t. 1, 1929, p. XX).Ce sont les chars, les avions, la tactique des Allemands qui ont surpris nos chefs (De Gaulle, Mém. guerre, 1954, p. 267).
B. − P. anal.
ÉCON., POL., SOC. Tactique oratoire, parlementaire. Continuons sur sa tactique de calomnie, sur le savoir-faire de ce candidat libéral (...). Il a, dit-il, choisi au hasard (...). On peut, en ayant l'air de choisir au hasard, faire passer Corneille pour un poète des halles (Fourier, Nouv. monde industr., 1830, p. 35).Il y a encore un autre artifice dans la tactique révolutionnaire de la grève générale (Jaurès, Ét. soc., 1901, p. 107).
Tactique commerciale. ,,Art de disposer et d'employer les équipes de vente sur le terrain où elles doivent agir et où elles ont été amenées par les opérations dont l'ensemble constitue la stratégie commerciale`` (Lauzel-Muss. 1970).
JEUX. On peut aussi choisir la tactique qui consiste à « profiter du gain » (Jeux et sports, 1967, p. 480).
− Domaine des sentiments.La dignité muette de cette vierge semblait une fois encore le calcul savant d'une femme rompue à la tactique de la passion (Zola, Bonh. dames, 1883, p. 722).
Par tactique. Par tactique, pour le mettre hors de lui (Zola, Argent, 1891, p. 309).
Prononc. et Orth.: [taktik]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. I. Subst. masc. 1310-20 « celui qui enseigne l'art de la guerre; auteur d'un traité de tactique » (Jean De Vignay, Li livres Flave Vegece de la chose de chevalerie, éd. L. Löfstedt, l. 3, prol., p. 71: mestres d'armes, que il apelerent tactiques); 1688 (J. des savants, p. 379 ds Fonds Barbier: on trouve dans les plus anciens tactiques quelques mots propres de cet art). II. Subst. fém. 1. 1657-59 milit. « art de combiner tous les moyens militaires au combat » ici, p. plaisant. (G. Tallemant des Réaux, Historiettes, éd. A. Adam, t. 1, p. 427: après sa mort [de M. de Chartres] on trouva dans ses papiers une tactique de plats [ds l'éd. de Monmerqué et P. Paris, t. 9, p. 409, tactique de plats est défini « ordonnance ou système pour dresser les plats »]); 1690 (Fur.: Elian chez les Anciens a escrit de la Tactique); 1791 tactique navale (J. Clerk, Essai méthodique et historique sur la tactique navale, trad. en fr. par D. Lescallier, Paris, 1791 - an VI ds Catal. gén. des l. imprimés de la B.N.); 2. 1788 p. ext. « ensemble des moyens coordonnés que l'on emploie pour parvenir à un résultat » (J.-J. Barthélémy, Voyage du jeune Anacharsis en Grèce, t. 2, p. 509: la tactique de toutes les vertus). I empr. au gr. τ α κ τ ι κ ο ́ ς « qui concerne l'arrangement, spécialement l'organisation ou l'alignement d'une troupe; propre ou habile à faire manœuvrer des troupes, habile tacticien »; dér. de τ α ́ σ σ ω « ranger, assigner une place ». II empr. au gr. η ̔ τ α κ τ ι κ η ́ (s.-ent. τ ε ́ χ ν η) « l'art de ranger ou de faire manœuvrer des troupes, la tactique », de τ α κ τ ι κ ο ́ ς.

TACTIQUE2, adj.

Relatif à la tactique, qui est du ressort de la tactique.
A. − ARM. [Corresp. à tactique1A] Qui s'emploie au combat, qui concerne le combat. Armes tactiques; nucléaire tactique; salle tactique; unité tactique. Nous avons parlé de la masse; elle absorbe pour la guerre toutes les forces physiques et morales du pays. Il en sera de même dans toute opération tactique, si petite soit-elle. La plus grande partie des forces, sinon la totalité, sera réservée comme masse de choc (Foch, Princ. guerre, 1911, p. 43).La continuelle évolution des programmes et des commandes liés (...) aux impératifs techniques et tactiques (Industr. aéron.fr., 1962, p. 8).
B. − P. anal. [Corresp. à tactique1B] Erreur, habileté tactique. On ne manipule pas Augustin (...) par un ton militaire et des bons points (...). MmeMéridier marquait non pas une indécision, ni un doute, mais une simple hésitation tactique (Malègue, Augustin, t. 1, 1933, p. 65).Les grandes affaires, après une retraite tactique en 1946 ont-elles repris, si elles l'ont jamais perdu, la réalité du pouvoir? (Meynaud, Groupes pression en Fr., 1958, p. 48).
C. − LING. [Chez Bloomfield] Forme tactique. Les combinaisons de taxèmes, ou très fréquemment, de simples taxèmes, apparaissent comme des dispositions grammaticales conventionnelles, les formes tactiques (L. Bloomfield, Le Lang., trad. par J. Gazio, Paris, Payot, p. 157).
Prononc. et Orth.: [taktik]. Att. ds Ac. dep. 1878. Étymol. et Hist. A. 1. a) 1840 (?) arm. (G. Dufour , Cours de tactique d'apr. Lar. 19et. 14, p. 1389d: ses principes tactiques); b) 1865 « utilisable au combat » (L. Ch. Grivet, Ét. sur la tactique, chap. 8, p. 124: les formations tactiques des Français); c) 1970 club tactique « salle d'instruction militaire où on simule les combats » (Rob. Suppl.); 2. 1933 p. anal. (Malègue, loc. cit.). B. 1. 1962 chim. polymères tactiques (Grand.); 2. 1970 ling. forme tactique (L. Bloomfield, loc. cit.). Empr. au gr. τ α κ τ ι κ ο ́ ς (v. tactique1). Au sens A 1 c, empr. à l'angl. tactic-club; au sens B 2, empr. à l'angl. tactic form (1933, L. Bloomfield, Language, X, p. 166 ds NED Suppl.2).
STAT. Tactique1 et 2. Fréq. abs. littér.: 608. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 583, b) 650; xxes.: a) 1 074, b) 1 093.
DÉR.
Tactiquement, adv.De manière tactique, en ce qui concerne la tactique. a) Arm. [Corresp. à supra A] Il y avait lieu de rechercher pourquoi, malgré la supériorité numérique que je croyais avoir donnée à nos armées, l'action offensive puissante tentée de Longwy à la Sambre avait tactiquement échoué si complètement (Joffre, Mém., t. 1, 1931, p. 301).b) P. anal. [Corresp. à supra B] Les armes physiques et techniques ne suffisent pas à l'équipe. Celle-ci doit se préparer tactiquement; elle doit équilibrer ses lignes pour déséquilibrer l'adversaire (J. Mercier, Footb., 1966, p. 87). [taktikmɑ ̃]. 1reattest. 1903 (Foch, Princ. guerre, 1reéd., p. 130); de tactique2, suff. -ment2*.

Wiktionnaire

Adjectif

tactique \tak.tik\ masculin et féminin identiques

  1. (Militaire) Qui se rapporte à l’art de disposer les troupes sur le terrain, de les employer au combat dans la bataille.
    • La brigade et la division sont les grandes unités tactiques de l’infanterie.
    • Ce général excelle dans les dispositions tactiques.
  2. (Figuré) Qui se rapporte à la marche qu’on suit, aux moyens qu’on emploie pour réussir dans quelque affaire.
  3. (Chimie) Qualifie une macromolécule ou un polymère régulier constitué de motifs configurationnels majoritairement identiques.
  4. (Jeux) Dans les jeux de guerre, échelle à laquelle un pion représente un groupe ou une section et un tour de jeu quelques dizaines de minutes.

Nom commun

tactique \tak.tik\ féminin

  1. (Militaire) Art de disposer et de manœuvrer les troupes sur le terrain, de les employer au combat.
    • La stratégie et la tactique.
    • Et l’homme se voua à la préparation des inévitables combats. Il rechercha, inlassable, le perfectionnement des armes offensives et défensives. Il s’attacha à utiliser les replis et la conformation du terrain, à combiner ses mouvements et ses attaques. Premières notions brumeuses de tactique et de stratégie ! — (Victor Méric, La Guerre qui revient : fraîche et gazeuse !, 1932).
  2. (En particulier) (Marine) Art de faire évoluer les bâtiments, les escadres au combat.
    • Tactique navale,
  3. (Figuré) Marche qu’on suit, des moyens qu’on emploie pour réussir dans quelque affaire.
    • Il fallait réfléchir à la tactique que nous devrions adopter pour ne point succomber devant l’adversité. — (Dieudonné Costes & Maurice Bellonte, Paris-New-York, 1930)
    • […], on chercha, dans le Midi, à les déposséder des biens immeubles qu’ils détenaient […]. La tactique consistait à les accabler d’impôts exorbitants et à en poursuivre le recouvrement d’une manière impitoyable. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

TACTIQUE. n. f.
Art de disposer et de manœuvrer les troupes sur le terrain, de les employer au combat. La stratégie et la tactique. Tactique navale, Art de faire évoluer les bâtiments, les escadres au combat.

TACTIQUE se dit, figurément, de la Marche qu'on suit, des moyens qu'on emploie pour réussir dans quelque affaire. Il employa dans cette affaire une tactique fort adroite. C'est la tactique ordinaire des ambitieux, des intrigants. Je vois votre tactique.

TACTIQUE est aussi adjectif et signifie Qui se rapporte à l'art de disposer les troupes sur le terrain, de les employer au combat. Le bataillon est l'unité tactique de l'infanterie. Ce général excelle dans les dispositions tactiques.

Littré (1872-1877)

TACTIQUE (ta-kti-k') s. f.
  • 1L'art de combattre et d'employer les trois armes principales, infanterie, cavalerie et artillerie, dans les terrains et les positions qui leur sont favorables. La tactique exécute les mouvements qui sont commandés par la stratégie. La tactique consiste à ranger les troupes en bataille, à faire les évolutions, à disposer les troupes, à se prévaloir avec avantage des machines de guerre, Voltaire, Dict. phil. Tactique.

    On dit dans le même sens : tactique navale.

    Adj. Le bataillon est l'unité tactique de l'infanterie, l'escadron et la batterie sont l'unité tactique de la cavalerie et de l'artillerie.

  • 2 Fig. Manière de conduire ou de diriger les corps délibérants. Sa pensée [de M. de Pontécoulant], comme il l'avouait plus tard, était une pensée de tactique défensive plutôt que de législation, Villemain, Souv. contemp. Cent-Jours, ch. 13.
  • 3 Fig. Marche qu'on suit, moyen dont on se sert pour réussir. C'est sa tactique ordinaire. C'est une vieille tactique.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

TACTIQUE (la), est proprement la science des mouvemens militaires, ou, comme le dit Polybe, l’art d’assortir un nombre d’hommes destinés pour combattre, de les distribuer par rangs & par files, & de les instruire de toutes les manœuvres de la guerre.

Ainsi la tactique renferme l’exercice ou le maniement des armes ; les évolutions, l’art de faire marcher les troupes, de les faire camper, & la disposition des ordres de bataille. C’étoit-là ce que les anciens Grecs faisoient enseigner dans leurs écoles militaires, par des officiers appellés tacticiens. Voyez Guerre.

Il est aisé de s’appercevoir de l’importance de la tactique dans la pratique de la guerre ; c’est elle qui en contient les premieres regles ou les principaux élémens, & sans elle une armée ne seroit qu’une masse confuse d’hommes, également incapable de se mouvoir régulierement, & d’attaquer ou de se défendre contre l’ennemi. C’est par leurs grandes connoissances dans la tactique, que les anciens capitaines faisoient souvent ces manœuvres inattendues au moment du combat, qui déconcertoient l’ennemi, & qui leur assuroient la victoire. « Ils étoient plus assurés que nous de la réussite de leurs projets, parce qu’avec des troupes dressées selon les vrais principes de l’art militaire, ils pouvoient calculer avec plus de justesse le tems & la distance que les différens mouvemens requéroient. Aussi ne bornoient-ils pas les exercices aux seules évolutions. Ils faisoient faire des marches d’un endroit à l’autre, en donnant attention au tems qu’ils y employoient, & aux moyens de remettre aisément les hommes en bataille. Ces principes, d’après lesquels tout le monde vouloit paroître se conduire, assuroient la supériorité du général qui les possédoit le mieux. C’étoient les généraux qui décidoient du sort des guerres. Le victorieux pouvoit écrire, j’ai vaincu les ennemis, & on ne le taxoit point de vanité. Le sage Epaminondas s’approprioit les victoires gagnées sous son commandement. N’en déplaise à Ciceron, César pouvoit en faire autant de la plûpart des siennes. Un savant architecte ne fait point injustice à ses maçons, en prenant pour lui seul l’honneur de la construction d’un bel édifice ». Mém. milit. par M. Guischardt, tom. I. p. 70.

C’est aux Grecs qu’on doit les premiers principes ou les premiers écrits sur la tactique ; & c’est dans Thucydide, Xenophon & Polybe qu’on voit les progrès de cet art, qui des Grecs passa aux Romains, chez lesquels il parvint à sa plus haute perfection. Du tems de Xénophon, la science de la guerre s’étoit déja beaucoup accrue ; elle augmenta encore sous Philippe, pere d’Alexandre, & sous ce prince, dont les successeurs, formés par son exemple & ses principes, furent presque tous de grands capitaines.

On peut observer les mêmes progrès de l’art militaire chez les Romains. « Toujours prêts à renoncer à leurs usages pour en adopter de meilleurs, ils n’eurent point honte d’abandonner les regles que leurs peres leur avoient laissées. La tactique du tems de César n’a presque rien de commun avec celle de Scipion & de Paul-Emile. On ne voit plus dans la guerre des Gaules, du Pont, de Thessalie, d’Espagne & d’Afrique, ni ces manipules de cent vingt hommes rangés en échiquier, ni les trois lignes des hastaires, des princes & des triaires distinguées par leur armure. Voyez Légion. Le chevalier de Folard a tort, quand il dit que cet ordre de bataille en quinconce subsista jusqu’au tems de Trajan. César lui-même nous décrit la légion sous une autre forme. Toutes ces manipules étoient réunies & partagées ensuite en dix cohortes équivalentes à nos bataillons, puisque chacune étoit depuis cinq jusqu’à six cens hommes. L’élite des troupes mises autrefois en un corps séparé, qu’on appelloit les triaires, n’étoit plus à la troisieme ligne. On trouve dans Saluste une disposition de marche & un ordre de bataille qu’on prendroit pour être de Scipion. C’est le dernier trait que l’histoire fournisse de cette ancienne tactique. D’exactes observations fixent l’époque de la naissance de la nouvelle après le consulat de Mérellus, & en font attribuer l’honneur à Marius.

En suivant les Romains dans leurs guerres sous les empereurs, on voit leur tactique perdre de siecle en siecle, ainsi qu’elle avoit gagné. La progression est en raison de la décadence de l’empire. Sous Léon & Maurice, il est aussi difficile de reconnoître la tactique que l’empire de César ». Discours préliminaire des mém. milit. par M. Guischardt.

Plusieurs anciens ont traité de la tactique des Grecs. V. Guerre. Outre ce que Xenophon & Polybe en ont écrit, il nous reste l’ouvrage d’Elien & celui d’Arrien, qui ne sont que des extraits des meilleurs auteurs sur ce sujet. M. Guischardt, qui a traduit la tactique d’Arrien, lui donne la préférence sur celle d’Elien ; parce que, dit-il, l’auteur a retranché judicieusement tout ce que l’autre contenoit de superflu & d’inutile dans la pratique, & que d’ailleurs les définitions sont plus claires que celles d’Elien. Comme Arrien n’a écrit que quelque tems après Elien, on croit assez communément que sa tactique n’est qu’une copie abrégée de celle de ce dernier auteur ; mais c’est une copie rectifiée par un maître de l’art, très consommé dans la science des armes, au lieu qu’on peut présumer qu’Elien n’avoit jamais été à la guerre. Je parierois, dit M. le chevalier de Folard, que cet auteur n’avoit jamais servi, & que s’il étoit vrai qu’il eût fait la guerre, il en raisonnoit très-mal. Ce jugement est sans doute trop rigoureux. Car comme Elien n’a travaillé que d’après les auteurs originaux, dont les écrits subsistoient de son tems, ce qu’il enseigne doit naturellement se trouver conforme à la doctrine de ces auteurs ; & en effet, comme l’observe M. Bouchaud de Bussy, qui vient de donner une nouvelle traduction de la tactique d’Elien, la plûpart des choses que cet ouvrage contient, se trouvent confirmées par le témoignage des historiens grecs. Il est vrai qu’Elien, dans son traité, paroît s’être plus attaché à la tactique des Macédoniens qu’à celle des Grecs ; mais comme ils exécutoient les uns & les autres les mêmes évolutions ou les mêmes mouvemens, le livre d’Elien n’en est pas moins utile pour connoître l’essentiel de leur tactique.

Quoi qu’il en soit, il paroît qu’Arrien ne trouvoit pas les auteurs qui l’avoient précédé suffisamment clairs & intelligibles, & que son objet a été de remédier à ce défaut. M. Guischardt prétend en avoir tiré les plus grands secours pour l’intelligence des faits militaires rapportés par les auteurs grecs.

A l’égard de la tactique des Romains, il ne nous reste des différens traités des anciens, que celui de Vegece, qui n’est qu’une compilation & un abrégé des auteurs qui avoient écrit sur ce sujet. On lui reproche, avec assez de fondement, de n’avoir pas assez distingué les tems des différens usages militaires, & d’avoir confondu l’ancien & le moderne. « Quand Vegece parut, dit M. Guischardt, le militaire romain étoit tombé en décadence : il crut le relever en faisant des extraits de plusieurs auteurs déja oubliés. Le moyen étoit bon, si Vegece avoit eu de l’expérience & du discernement ; mais il compila sans distinction, & il confondit, comme Tite-Live, la tactique de Jules-César avec celle des guerres puniques. Il semble avoir tiré de la discipline militaire de Caton l’ancien, ce qu’il y a de moins mauvais dans ces institutions.... En général, il est maigre dans ses détails, & il ne fait qu’effleurer les grandes parties de l’art militaire ». Il est certain que cet auteur ne donne qu’une très légere idée de la plûpart des manœuvres militaires ; les évolutions y sont sur-tout traitées avec une briéveté excessive ; Vegece ne fait, pour ainsi dire, qu’énoncer les principales. Cependant, malgré tous les défauts de cette espece qu’on peut lui reprocher, il n’y a, dit M. le chevalier de Folard, rien de mieux à lire ni de mieux à faire, que de le suivre dans ses préceptes. Je ne vois, ajoute ce même auteur, rien de plus instructif. Cela va jusqu’au merveilleux dans ses trois premiers livres, le quatrieme est peu de chose. Aussi l’ouvrage de Vegece est-il regardé comme un reste précieux échappé à la barbarie des tems. Les plus habiles militaires s’en sont utilement servi, & l’on peut dire qu’il a beaucoup contribué au rétablissement de la discipline militaire en Europe ; rétablissement qu’on doit particulierement au fameux Maurice prince d’Orange, à Alexandre Farneze duc de Parme, à l’amiral Coligny, à Henri IV. Gustave Adolphe, &c. Ces grands capitaines chercherent à s’approcher de l’ordre des Grecs & des Romains autant que le changement des armes pouvoit le permettre ; car les armes influent beaucoup dans l’arrangement des troupes pour combattre, & dans la pression des rangs & des files.

Pour ce qui concerne l’arrangement particulier des troupes greques & romaines, ou le détail de leur tactique, voyez Phalange & Légion. A l’égard de la tactique moderne, voyez Armée, Evolutions, Ordre de bataille, Marche & Guerre.

Le fond de la tactique moderne est composé de celle des Grecs & des Romains. Comme les premiers, nous formons des corps à rangs & à files serrés ; & comme les seconds, nous avons nos bataillons qui répondent assez exactement à leurs cohortes, & qui peuvent combattre & se mouvoir aisément dans tous les différens terreins.

Par la pression des rangs & des files, les troupes sont en état de résister au choc des assaillans, & d’attaquer elles-mêmes avec force & vigueur. Il ne s’agit pour cet effet que de leur donner la hauteur ou la profondeur convenable, suivant la maniere dont elles doivent combattre.

Notre intention n’est point d’entrer ici dans un examen raisonné de notre tactique, le détail en seroit trop long, & il exigeroit un ouvrage particulier. Nous nous contenterons d’observer qu’il en doit être des principes de la tactique, comme de ceux de la fortification, qu’on tâche d’appliquer à toutes les différentes situations des lieux qu’on veut mettre en état de défense.

Qu’ainsi la disposition & l’arrangement des troupes doit varier selon le caractere & la façon de faire la guerre de l’ennemi qu’il faut combattre. Lorsqu’on est bien instruit des regles de la tactique, que les troupes sont exercées aux à-droite, aux à-gauche, doublemens & dédoublemens de files, de rangs & aux quarts de conversion ; qu’elles ont contracté d’ailleurs l’habitude de marcher & d’exécuter ensemble tous les mouvemens qui leur sont ordonnés, il n’est aucune figure ni aucun arrangement qu’on ne puisse leur faire prendre. Les circonstances des tems & des lieux doivent faire juger de la disposition la plus favorable pour combattre avec le plus d’avantage qu’il est possible. En général la tactique sera d’autant plus parfaite, qu’il en resultera plus de force dans l’ordre de bataille ; que les mouvemens des troupes se feront avec plus d’ordre, de simplicité & de promptitude ; qu’on sera en état de les faire agir de toutes les manieres qu’on jugera à-propos, sans les exposer à se rompre ; qu’elles pourront toujours s’aider & se soutenir réciproquement, & qu’elles seront armées convenablement pour résister à toutes les attaques des troupes de différentes especes qu’elles auront à combattre. Il est encore important de s’appliquer dans l’ordre & l’arrangement des différens corps de troupes, à faire ensorte que le plus grand nombre puisse agir offensivement contre l’ennemi, & cela, en conservant toujours la solidité nécessaire pour une action vigoureuse, & pour soutenir le choc ou l’impétuosité de l’ennemi.

De ce principe, dont il est difficile de ne pas convenir, il s’ensuit qu’une troupe formée sur une trop grande épaisseur, comme par exemple, sur seize rangs, ainsi que l’étoit la phalange des Grecs, n’auroit pas la moitié des hommes dont elle seroit composée, en état d’offenser l’ennemi, & qu’un corps rangé aussi sur très-peu de profondeur, comme deux ou trois rangs, n’auroit aucune solidité dans le choc.

Comme il est des positions où les troupes ne peuvent se joindre pour combattre la bayonnette au bout du fusil, & que la trop grande hauteur de la troupe n’est pas favorable à une action où il ne s’agit que de tirer, on voit par-là qu’il est nécessaire de changer la formation des troupes, suivant la maniere dont elles doivent combattre.

Dans les actions de feu, les troupes peuvent être sur trois ou quatre rangs, & dans les autres sur six ou huit. Voyez sur ce sujet les élémens de tactique, p. 10. 33 & 34.

Nous finirons cet article, en observant que les Romains perfectionnerent leur tactique en prenant des nations qu’elles avoient à combattre tout ce qui leur paroissoit meilleur que ce qu’ils pratiquoient. C’est le véritable moyen d’arriver à la perfection, pourvu que l’on sache distinguer les choses essentielles de celles qui sont indifférentes, ou qui ne conviennent point au caractere de la nation. Par exemple, on prétend qu’on a tort en France de vouloir imiter nos voisins dans l’usage qu’ils font de la mousqueterie, parce que nous leur envions à cet égard une propriété qu’ils n’ont peut-être éminemment que parce qu’ils ne peuvent pas avoir les nôtres.

« L’on n’entend parler, dit l’auteur du traité manuscrit de l’essai de la légion, que de cette espece d’imitation, qui est pernicieuse en ce qu’elle répugne au caractere national. Les Prussiens, les Allemands sont des modeles trop scrupuleusement détaillés. On pousse jusqu’à l’excès la vénération qu’on a pour leurs usages, même les plus indifférens. Il est très-raisonnable sans doute de chercher à acquérir les bonnes qualités dont ils sont pourvus, mais sans rénoncer à celles que l’on a, ou que l’on peut avoir supérieures à eux. Si l’on veut imiter, que ce soit dans les choses de principe, & non d’usage & de détail[1]. Par exemple, pense-t-on à la discipline ? il faut chercher à en introduire une équivalente à celle des étrangers, mais conforme au génie de la nation. Imitons-les particulierement dans l’attention qu’ils ont eue à ne pas nous imiter, & à faire choix avec discernement d’une discipline & d’un genre de combat assorti à leur génie & à leur caractere. Il résultera alors de cette imitation l’effet précisément contraire à l’action de les copier dans les détails. Car nous prendrions d’aussi bonnes mesures pour mettre notre vivacité dans tout son avantage, qu’ils en prennent pour tirer parti de leur flegme & de leur docilité. Soyons comme les gens de génie, qui avec un caractere & une façon de penser qui leur est propre, ne dédaignent point d’ajouter à leurs qualités celles qu’ils apperçoivent dans les autres, mais qui se les approprient si bien, qu’ils ne sont jamais les copies ni l’écho de qui que ce soit. Il faut de l’instruction & des modeles sans doute, mais jamais l’imitation scrupuleuse ne doit passer en principes.

» Il fut un tems où notre infanterie formée par les guerres d’Italie, sous François I. fut assujettie à un bel ordre & à une belle discipline par le maréchal de Brissac ; mais elle perdit bientôt tous ces avantages par le désordre & la licence des guerres civiles.

» L’histoire de France, depuis Henri II. jusqu’à Henri IV. n’expose que de petites guerres de partis & des combats sans ordre ; les batailles étoient des escarmouches générales. Cela se pratiquoit ainsi faute de bonne infanterie. La cessation des troubles nous fit ouvrir les yeux sur notre barbarie ; mais les matieres militaires étoient perverties, ou plutôt perdues. Pour les recouvrer il falloit des modeles. Le prince Maurice de Nassau éclairoit alors toute l’Europe par l’ordre & la discipline qu’il établissoit chez les Hollandois. On courut à cette lumiere ; on se forma, on s’instruisit sous ses yeux à son école ; mais l’on n’imita rien servilement. On prit le fond des connoissances qu’il enseignoit par sa pratique, & l’on en fit l’application relativement au génie de la nation.

» Les grands principes sont universels ; il n’y a que la façon de les appliquer qui ne peut l’être. On établit alors le mélange des armes & des forces ; on fixa le nombre des hommes du bataillon, & les corps furent armés des différentes armes qui se prêtoient un mutuel secours. On vit sous les mêmes drapeaux des enfans perdus, des mousquetaires, des piques, des hallebardes & des rondaches. Les exercices qui nous restent de ce tems-là annoncent des principes de lumiere & de méthode dans l’instruction, mais ils n’indiquent point l’abandon de l’espece de combat qui nous étoit avantageux : au contraire, sans imiter précisément les Hollandois, nous profitâmes des lumieres du prince Maurice, conformément à notre génie, & nous surpassâmes bientôt notre modele.

» C’est ainsi que l’on peut & que l’on doit imiter, sans s’attacher aux méthodes particulieres. Car quelque bonnes qu’elles puissent être chez les étrangers, il faut toujours penser que puisqu’elles leur sont habituelles & dominantes, elles sont analogues à leur caractere. Car le caractere national ne peut se communiquer ; il ne s’imite point ; c’est, s’il est heureux, le seul avantage d’une nation sur une autre que l’ennemi ne puisse pas s’approprier ; mais quand on y renonce par principe, & qu’on se dépouille de son naturel pour imiter, on finit par n’être ni soi ni les autres, & l’on se trouve fort au-dessous de ceux qu’on a voulu imiter.

» Je ne doute pas que les étrangers ne voient avec plaisir que nous nous sommes privés volontairement de l’avantage de notre vivacité dans le choc qu’ils ont toujours redouté en nous, & qu’ils ont cherché à éluder parce qu’ils n’ont pas cru pouvoir y résister, & encore moins l’imiter. Cette imitation étoit hors de leur caractere ; elle leur a paru impraticable ; ils se sont servi de leur propre vertu, & ils se sont procuré des avantages dans un autre genre, en se faisant un principe constant de se dévoyer autant qu’ils le peuvent à l’impétuosité de notre choc.

» Il faut chercher sans doute à se rendre propre au genre de combat auquel ils nous forcent le plus souvent ; mais il est nécessaire en même tems de s’appliquer à employer cette force qu’ils redoutent en nous, & dont ils nous apprennent la valeur par l’attention qu’ils ont à l’éviter.

» Il est donc nécessaire que notre ordre habituel n’ait pas cette tendance uniquement destinée à la mousqueterie, & à la destruction de toute autre force. C’est pourquoi il faut fixer des principes & un ordre également distant de l’état de foiblesse, & celui d’une force qui n’est propre qu’à certaines circonstances, ou qui est employé au-delà de la nécessité ». (Q)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « tactique »

Du grec ancien τακτικός, taktikós.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Ταϰτιϰὴ, de τάσσειν, ranger.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « tactique »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
tactique taktik

Citations contenant le mot « tactique »

  • On ne change pas une tactique qui gagne. De Patrice Dominguez
  • La stratégie est à la tactique, ce que le haut-de-forme est à la casquette. De Grégoire Lacroix / Les euphorismes de Grégoire - 2
  • La tactique du gendarme C'est d'etre perspicace Sous un p'tit air bonnasse. De Bourvil / La tactique du gendarme
  • Le point faible de la tactique de la méditation est que de nombreuses questions restent sans réponse. De Moses Isegawa / Chroniques abyssiniennes
  • La tactique, c'est l'art de se faire demander comme une grâce ce que l'on brûle d'offrir. De Daniel Darc
  • La stratégie, c'est de décider une femme à sortir avec vous, et la tactique, c'est de la décider à ne pas rentrer sans vous. De Anonyme
  • Les généraux n'ont pas le goût du sang, mais de la tactique. Ce n'est pas du tout la même chose. De Maurice Sachs / Derrière cinq barreaux
  • La grande tactique des femmes est de faire croire qu'elles aiment quand elles n'aiment pas, et lorsqu'elles aiment, de le dissimuler. De Jean Cocteau
  • Il y a deux tactiques : la bonne et celle de l'armée. De Anonyme
  • Changez vos stratégies et tactiques, mais jamais vos principes. De John Kessel
  • Othercide tente le pari du jeu tactique exigeant. Hélas, il s'appuie sur des mécaniques beaucoup trop punitives et répétitives pour accrocher le joueur sans le décourager. Numerama, Test d'Othercide sur Xbox One X : tactique et punition
  • Comme les bons vieux RPG tactiques, Keen: One Girl Army se joue au tour par tour. Le côté original réside dans les mouvements que l'on peut initier par un simple glisser. Notre petit héros peut ici bouger verticalement et horizontalement à travers les plateaux qui se complexifient au fur et à mesure de l'aventure. On y trouve des puzzles, mais aussi des ennemis et des éléments interactifs. Chaque combat repose sur une planification précise du placement de l'ennemi, mais aussi du contexte qui vous entoure. Si la lame sera votre première arme, vous pourrez vous octroyer quelques pouvoirs spéciaux par la suite. En tout, il faudra au moins 6 heures pour parvenir à sauver le monde, sans compter que Keen: One Girl Army propose des boss ardus ainsi que des objets et niveaux secrets à dénicher. Enfin, un mot sur la réalisation néo-rétro de qualité qui s'accompagnent d'animations du plus bel effet. Un excellent jeu premium qui vaut largement les 9€ demandés.   iPhoneSoft.fr, Keen: One Girl Army sur iOS : la tactique c'est l'attaque ! - iPhone Soft
  • L’innovation tactique avait de quoi surprendre, mais force est de constater qu’elle s’est avérée payante, notamment face au PSG en finale de la Coupe de la Ligue vendredi soir (0-0). Très présent dans son couloir gauche, l’international ivoirien a réalisé un match plein contre Angel Di Maria. De plus, le système en 3-5-2 utilisé par Rudi Garcia convient parfaitement à l’ancien attaquant de FC Metz. Autant d’éléments qui ont poussé Kevin Diaz à féliciter Rudi Garcia sur l’antenne de RMC. Pour le consultant, il est clair que ce match face au PSG est riche en enseignements pour l’OL avant le match à Turin en Ligue des Champions. foot01.com, Foot PSG - OL : Rudi Garcia génie tactique, il s'incline - Foot 01
  • Notre nouvelle rubrique vous présente en vidéo un aspect tactique du jeu, pour vous aider à mieux comprendre ce qui se déroule sur le terrain. Site-Sportmagazine-FR, La tactique pour les débutants: c'est quoi, un halfspace? (VIDÉO) - Foot national - Sportmagazine
  • Le rapport de recherche sur l’industrie mondiale du marché Lampes de poche de poche tactique 2020 est une enquête approfondie sur l’état authentique et le flux et le reflux du marché / des entreprises pour l’industrie mondiale du Lampes de poche de poche tactique. De même, le rapport de recherche classe le marché mondial du Lampes de poche de poche tactique par segment par joueur, type, application, canal de Marchéing et région. Ce rapport évalue en outre les grossistes du marché mondial Lampes de poche de poche tactique, les canaux de négociation, les défis, les ouvertures, les moteurs, les exemples futurs, le taux d’amélioration, la part de marché, la scène de conflit et le statut. Topographiquement, ce rapport donne l’importation, la charge, l’utilisation claire et la formation de Lampes de poche de poche tactique en Asie du Sud-Est, au Japon, en Chine, en Europe, en Amérique du Nord et en Inde. , Part de marché de Lampes de poche de poche tactique, taille 2020 COVID-19 Impact sur l’aperçu de l’industrie, analyse des principaux acteurs, opportunités émergentes, étude de recherche approfondie, paysage concurrentiel et potentiel de l’industrie de 2020 à 2026 – InFamous eSport
  • Le dernier rapport de recherche sur le rapport de marché Défense Ordinateurs tactique fournit une analyse détaillée de la part de l’industrie sur la base des revenus et du volume. L’étude comprend en outre la dynamique du marché ainsi que les principales entreprises opérant sur le marché Défense Ordinateurs tactique. Le rapport sur le marché Défense Ordinateurs tactique sert les approches clés des entreprises ou des clients pour leur donner des informations sur l’état, la taille et la part du marché concurrentiel mondial actuel. , Prévisions du marché Défense Ordinateurs tactique 2020 jusqu’en 2024 par normes du marché, portée de l’industrie, taille du marché avec revenus, prix et marge brute – Commune Magazine
  • Bien évidemment, comment ne pas citer le coach catalan. Dès ses débuts en tant qu'entraîneur, Pep Guardiola a directement opté pour le 4-3-3. Véritable maître tactique, il a inspiré de nombreux coachs avec ses idées de jeu. Il est, à ce jour, considéré comme un entraîneur révolutionnaire du football. 90min.com, Tactique : Pourquoi le 4-3-3 est le meilleur système de jeu
  • Ils savent ce qu'il faut faire, inutile de leur dire quelque chose de spécial. On va en parler un peu, mais rien de spécial par rapport à ce qu'on a fait cette saison. Rien du tout ! On ne va pas gagner sur la tactique ou sur quelque chose de spécial. C'est l'énergie que nous aurons en nous, le club, tout le monde. Cela nous donnera plus de chances de nous qualifier, et c'est tout. Il n'y a rien de plus. Je crois que dans ces matches si spéciaux, c'est le désir de chaque joueur de tout faire pour gagner (qui fait la différence). » L'Équipe, Pep Guardiola (Manchester City) : « On ne va pas gagner sur la tactique » contre le Real Madrid - Foot - C1 - City - L'Équipe
  • Les législateurs et régulateurs européens sont passés à une nouvelle étape dans leur bataille pour limiter le pouvoir des plus grandes entreprises technologiques du monde. Alors que la région est depuis longtemps à l’avant-garde de l’utilisation des lois antitrust existantes et de l’imposition de pénalités de plusieurs milliards de dollars contre les géants de la technologie, les responsables affirment maintenant que ces tactiques ne sont pas allées assez loin pour modifier le comportement d’Apple, d’Amazon, de Google et de Facebook. News 24, `` C'est une nouvelle phase '': l'Europe change de tactique pour limiter la puissance de la technologie - News 24

Images d'illustration du mot « tactique »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « tactique »

Langue Traduction
Anglais tactical
Espagnol táctico
Italien tattico
Allemand taktisch
Chinois 战术的
Arabe تكتيكي
Portugais tático
Russe тактический
Japonais 戦術
Basque taktiko
Corse tattico
Source : Google Translate API

Synonymes de « tactique »

Source : synonymes de tactique sur lebonsynonyme.fr
Partager