Tacite : définition de tacite


Tacite : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

TACITE, adj.

A. − Qui n'est pas formellement exprimé; qui est sous-entendu, convenu entre plusieurs personnes. Synon. implicite, inexprimé; anton. explicite, exprimé, formel, oral.Alliance, approbation, blâme, complicité, complot, contrat, convention, jugement, mépris, opposition, pacte, reproche, sentiment, serment tacite. Ils laissèrent le silence couler entre eux, sans effort, avec cette entente tacite de deux êtres qui se savent l'un et l'autre compris (Daniel-Rops, Mort, 1934, p. 468).Quelquefois même la règle tacite du jeu supporte que les états-majors s'épargnent mutuellement: comme les amants qui se comprennent à demi-mot ou comme les policiers qui ont partie liée clandestinement avec les malfaiteurs, les belligérants sont, quoique ennemis, liés par une manière de conjuration implicite sans que jamais personne ait expressément convenu de rien (Jankél., Je-ne-sais-quoi, 1957, p. 170).
D'un, en, par un accord tacite. Si quelque personne en dehors de ce monde d'élite faisait une visite, par un accord tacite, la conversation changeait aussitôt, les habitués ne disaient plus que des riens (Balzac, Curé vill., 1839, p. 47).Tout s'apaisait près d'elle en un tacite accord, Comme le bruit des pas s'étouffe dans la neige (Samain, Chariot, 1900, p. 79).
DROIT
Tacite reconduction*.
[P. oppos. à exprès, expresse] Acceptation, renonciation tacite. Un contrat entre deux parties est fait d'après des conditions expresses ou tacites: expresses, il n'y a pas de matière à discussion; tacites, elles sont sujettes à être interprétées (Chateaubr., Disc. et opin., 1826, p. 118).
Empl. subst. masc. Ah! les cow-boys du muet, les vampires du tacite, les max-linder du silencieux, les charlot de l'aphone, combien passionné fus-je de leur geste, épique en son genre, dirai-je (Queneau, Loin Rueil, 1944, p. 227).
B. − Rare. Qui est silencieux. Et vienne un temps de nuit tacite, où les eaux plus denses descendent (Gide, Traité Narcisse, 1891, p. 7).Le frémissement de son temple tacite Conspire au spacieux silence d'un tel site (Valéry, Charmes, 1922, p. 123).
Prononc. et Orth.: [tasit]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1286 a. gasc. permission expresse ou tacite (Les Etablissements de Rouen, 2, 82 ds R. Ling. rom. t. 20, p. 85); 1531 [éd.] une tacite convention (J. de Vignay, Mir. histor., IX, 104 ds Gdf. Compl.). Empr. au lat. class.tacitus « dont on en parle pas » et « qui ne parle pas » part. passé adj. de tacere « se taire; taire » (v. ce mot). Fréq. abs. littér.: 286. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 383, b) 254; xxes.: a) 388, b) 519.

Tacite : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

TACITE, adj.

A. − Qui n'est pas formellement exprimé; qui est sous-entendu, convenu entre plusieurs personnes. Synon. implicite, inexprimé; anton. explicite, exprimé, formel, oral.Alliance, approbation, blâme, complicité, complot, contrat, convention, jugement, mépris, opposition, pacte, reproche, sentiment, serment tacite. Ils laissèrent le silence couler entre eux, sans effort, avec cette entente tacite de deux êtres qui se savent l'un et l'autre compris (Daniel-Rops, Mort, 1934, p. 468).Quelquefois même la règle tacite du jeu supporte que les états-majors s'épargnent mutuellement: comme les amants qui se comprennent à demi-mot ou comme les policiers qui ont partie liée clandestinement avec les malfaiteurs, les belligérants sont, quoique ennemis, liés par une manière de conjuration implicite sans que jamais personne ait expressément convenu de rien (Jankél., Je-ne-sais-quoi, 1957, p. 170).
D'un, en, par un accord tacite. Si quelque personne en dehors de ce monde d'élite faisait une visite, par un accord tacite, la conversation changeait aussitôt, les habitués ne disaient plus que des riens (Balzac, Curé vill., 1839, p. 47).Tout s'apaisait près d'elle en un tacite accord, Comme le bruit des pas s'étouffe dans la neige (Samain, Chariot, 1900, p. 79).
DROIT
Tacite reconduction*.
[P. oppos. à exprès, expresse] Acceptation, renonciation tacite. Un contrat entre deux parties est fait d'après des conditions expresses ou tacites: expresses, il n'y a pas de matière à discussion; tacites, elles sont sujettes à être interprétées (Chateaubr., Disc. et opin., 1826, p. 118).
Empl. subst. masc. Ah! les cow-boys du muet, les vampires du tacite, les max-linder du silencieux, les charlot de l'aphone, combien passionné fus-je de leur geste, épique en son genre, dirai-je (Queneau, Loin Rueil, 1944, p. 227).
B. − Rare. Qui est silencieux. Et vienne un temps de nuit tacite, où les eaux plus denses descendent (Gide, Traité Narcisse, 1891, p. 7).Le frémissement de son temple tacite Conspire au spacieux silence d'un tel site (Valéry, Charmes, 1922, p. 123).
Prononc. et Orth.: [tasit]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1286 a. gasc. permission expresse ou tacite (Les Etablissements de Rouen, 2, 82 ds R. Ling. rom. t. 20, p. 85); 1531 [éd.] une tacite convention (J. de Vignay, Mir. histor., IX, 104 ds Gdf. Compl.). Empr. au lat. class.tacitus « dont on en parle pas » et « qui ne parle pas » part. passé adj. de tacere « se taire; taire » (v. ce mot). Fréq. abs. littér.: 286. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 383, b) 254; xxes.: a) 388, b) 519.

Tacite : définition du Wiktionnaire

Adjectif

tacite \ta.sit\ masculin et féminin identiques

  1. Qui n’est pas formellement exprimé, mais qui est sous-entendu, ou qui peut se sous-entendre.
    • C’était comme une reconnaissance tacite, instinctive, de la supériorité humaine, et précisément dans une circonstance où cette supériorité ne pouvait rien ! — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • Le Conseil d’État ne peut se prononcer qu’une fois rendus (de manière expresse ou tacite) les avis des organismes dont la consultation est obligatoire. — (Secrétariat général du gouvernement et Conseil d’État, Guide de légistique, 3e version, La Documentation française, 2017, ISBN 978-2-11-145578-8 → lire en ligne)

Forme d’adjectif

tacite \ˈta.t͡ʃi.te\

  1. Féminin pluriel de tacito.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Tacite : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

TACITE. adj. des deux genres
. Qui n'est pas formellement exprimé, mais qui est sous-entendu, ou qui peut se sous-entendre. Condition tacite. Consentement tacite. Un pacte tacite. Consentement tacite. Approbation tacite. Aveu tacite. Tacite reconduction. Voyez RECONDUCTION.

Tacite : définition du Littré (1872-1877)

TACITE (ta-si-t') adj.
  • 1Qui n'est point formellement exprimé, mais qui est sous-entendu ou qui se peut sous-entendre. Que cette proposition, qu'il n'y a rien de certain, n'est pas si absolument affirmative, qu'elle ne contienne en soi une tacite exception d'elle-même, La Mothe le Vayer, Vertu des païens, II, Pyrrhon. Et par conséquent point de frais, non plus que de contributions tacites à titre de présents…, Vauban, Dîme, p. 161. L'art de se contrefaire et de se cacher n'est souvent que l'aveu tacite de nos vices, Massillon, Or. fun. Madame. Il est assez bizarre… que je n'aie pas en France la permission tacite de prouver que Louis XIV était un grand homme, Voltaire, Lett. d'Argental, 11 mars 1752. Il y a un pacte tacite qu'on nous fera du bien, et que, tôt ou tard, nous [parasites] rendrons le mal pour le bien qu'on nous aura fait, Diderot, Neveu de Rameau. L'extrême étonnement que nous marquons d'une bonne action, est un aveu tacite que nous serions incapables de la faire, Genlis, Ad. et Th. t. I, p. 105, dans POUGENS.

    Tacite reconduction, voy. RECONDUCTION.

  • 2Au sens latin, muet ; latinisme inusité. J'espère que votre bénignité trouvera aussi agréables mes tacites images [dessins au frontispice de Virgile], comme lui sont les facondes louanges de qui les sait faire, Poussin, Lett. 10 avril 1641.

HISTORIQUE

XVIe s. Son langaige tenoit plus de la reprimande que d'une remonstrance, entremeslée d'un tacite courroux, Carloix, II, 14.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Tacite : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

TACITE, adj. (Gramm.) sous entendu, quoique non exprimé. On dit une condition tacite, un consentement tacite, une paix tacite, une clause tacite.

Tacite reconduction, (Jurisprud.) voyez ci-devant Reconduction.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « tacite »

Étymologie de tacite - Littré

Lat. tacitus, de tacere, taire. On disait taisible ; tacite n'est venu qu'au XVIe siècle.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de tacite - Wiktionnaire

Du latin tacitus, de sens identique ; du verbe tacere (« taire »).
Selon Albert Dauzat, le mot est attesté dans le Miroir historial de Jean de Vignay vers 1327.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « tacite »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
tacite tasit play_arrow

Citations contenant le mot « tacite »

  • C’était un rituel immuable depuis trente ans. L’événement le plus important de l’année. La grand-messe du pouvoir. Chaque printemps, au Palais de l’Assem-blée du Peuple, place Tian’anmen, à Pékin, devant un parterre de milliers de représentants attentifs de l’Assemblée nationale populaire, le Premier ministre annonçait l’objectif de taux de croissance annuel de l’économie. La hausse du PIB fait partie du contrat social tacite passé entre Pékin et la population chinoise : la promesse d’améliorer son niveau de vie en contrepartie de libertés individuelles réduites à peau de chagrin. L'Obs, En Chine, la marche vers la prospérité économique enrayée
  • La Reine n’a jamais laissé transpirer son opinion. Pourtant, je défends la thèse – sacrilège aux yeux de certains – du soutien tacite de la Reine au largage des amarres avec l’UE. D’abord, parce que l’Angleterre royaliste des petites villes et des campagnes a plébiscité le retrait de l’Union. Les références de la Reine sont celles de la haute aristocratie: ordre, autorité, anti-intelligentsia. Rien à voir avec les valeurs de l’élite métropolitaine, diplômée, cosmopolite et pro-UE. Ensuite, la Reine n’a pas oublié les épisodes mouvementés – avec le véto français notamment – qui ont mené à l’entrée du Royaume-Uni dans la CEE. Contre la volonté de son gouvernement, elle a tenté en vain de préserver le Commonwealth, dont elle reste le chef, ainsi que la relation spéciale avec Washington. Elle s’est fait une raison une fois l’adhésion actée en 1973 mais elle n’a pas oublié pour autant. La plupart des membres de la famille royale penchent d’ailleurs en faveur du Brexit. L'Echo, Marc Roche: "Elizabeth II soutient tacitement le Brexit" | L'Echo
  • La maladie mentale est une incapacité à s'ajuster, dans des limites raisonnables, à des règles tacites en perpétuelle évolution. De Milos Forman / Interview
  • Les liaisons sont des serments tacites que la morale peut désapprouver, mais que l'usage excuse et que la fidélité justifie. De Alphonse de Lamartine
  • Qu'est-ce que la politesse ? Une convention tacite entre deux hommes, par laquelle chacun dissimule sa vanité au bénéfice de celle de l'autre. De Alphonse Karr
  • Il existe une connivence tacite, non voulue, mais réelle, entre ceux qui font peur et ceux qui ont peur. De Victor Hugo / Les Travailleurs de la Mer

Traductions du mot « tacite »

Langue Traduction
Corse taccu
Basque isileko
Japonais 暗黙
Russe подразумеваемый
Portugais tácito
Arabe ضمني
Chinois 默契的
Allemand stillschweigend
Italien tacito
Espagnol tácito
Anglais tacit
Source : Google Translate API

Synonymes de « tacite »

Source : synonymes de tacite sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « tacite »



mots du mois

Mots similaires