La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « stoïcisme »

Stoïcisme

Variantes Singulier Pluriel
Masculin stoïcisme stoïcismes

Définitions de « stoïcisme »

Trésor de la Langue Française informatisé

STOÏCISME, subst. masc.

A. − PHILOS. Philosophie de Zénon de Cition et de ses disciples. Le caractère commun du stoïcisme et de l'épicuréisme est de réduire presque entièrement la philosophie à la morale (Cousin, Hist. philos. mod., t. 2, 1846, p. 191).Les stoïciens ont donné de fort beaux exemples. S'ils n'ont pas réussi à entraîner l'humanité avec eux, c'est que le stoïcisme est essentiellement une philosophie (Bergson, Deux sources, 1932, p. 59).
B. − P. ext. Attitude morale caractérisée par une grande fermeté d'âme dans la douleur ou le malheur; attitude, caractère d'une personne stoïque. Elle avait tant souffert sans se plaindre, d'abord (...)! Puis l'orgueil s'était révolté. Alors elle s'était tue, avalant sa rage dans un stoïcisme muet, qu'elle garda jusqu'à sa mort (Flaub., MmeBovary, t. 1, 1857, p. 5).Georgina... Avec elle, ç'avait été la chute, la faim, le froid, la misère supportée pour elle, avec un stoïcisme stupide et têtu (Van der Meersch, Invas. 14, 1935, p. 187).
Prononc. et Orth.: [stɔisism̭]. Att. ds Ac. dep. 1718. Étymol. et Hist. 1. 1688 « philosophie de Zénon » (La Bruyère, Caractères, De l'homme, 3 ds Œuvres, éd. J. Benda, Paris, 1962, p. 289); 2. 1718 « austérité, rigueur comparables à celle des Stoïciens » (Ac.). Dér. de stoïque* d'apr. l'étymon lat.; suff. -isme*. Fréq. abs. littér.: 345. Fréq. rel. littér. : xixes.: a) 413, b) 436; xxes.: a) 254, b) 302.

Wiktionnaire

Nom commun - français

stoïcisme \stɔ.i.sism\ masculin

  1. (Philosophie) Philosophie basée sur la raison, faisant du bonheur le but de la vie pouvant être atteint en concentrant nos efforts sur ce qui dépend de nous et en traitant avec indifférence les événements qui sont hors de notre contrôle.
    • Deux circonstances expliquent le phénomène. La première fut la croyance en l’unité de la philosophie antique. Elle est due à un vaste effort de syncrétisme des dernières écoles d’Alexandrie et d’Athènes qui s’évertuèrent à coordonner le Platonisme, l’Aristotélisme, le Stoïcisme, le Néo-Pythagorisme en une synthèse unique […] — (Louis Rougier, Histoire d’une faillite philosophique : la Scolastique, 1966)
    • Trois nouveaux courants, fort opposés, s’imposent : l’épicurisme, le stoïcisme et le scepticisme ; leur point commun est l’attention accordée aux questions éthiques, au point que le savoir lui-même se laisse subordonner à cette visée. — (Lambros Couloubaritsis, Aux origines de la philosophie européenne : De la pensée archaïque au néoplatonisme, De Boeck Supérieur, 2003, page 571)
  2. (Par extension) Attitude d’une personne inébranlable qui reste rationnelle face aux difficultés et ne se laisse pas atteindre par elles, telle qu’était celle des stoïciens.
    • Le Saxon avait été sous l’empire des inquiétudes les plus vives et les plus cuisantes à l’endroit de son fils ; car la nature avait maintenu ses droits, en dépit du stoïcisme patriotique qui s’efforçait de la méconnaître. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Alors elle s’était tue, avalant sa rage dans un stoïcisme muet, qu’elle garda jusqu’à sa mort. — (Gustave Flaubert, Madame Bovary, Flammarion, Paris, 2018, page 50)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

STOÏCISME. n. m.
Philosophie de Zénon. Les principes du stoïcisme. Il signifie par extension Austérité, telle qu'était celle des stoïciens. C'est par pur stoïcisme qu'il vit ainsi. Il a supporté sa disgrâce, son malheur avec un stoïcisme admirable.

Littré (1872-1877)

STOÏCISME (sto-ï-si-sm') s. m.
  • 1Philosophie de Zénon, laquelle, au point de vue métaphysique, considérait le monde comme identique avec Dieu, et qui, au point de vue moral, plaçait le bonheur dans l'accomplissement de la vertu. Le stoïcisme sortit de l'école cynique : Zénon, qui avait étudié la morale sous Cratès, en fut le fondateur, Diderot, Opin. des anc. philos. (stoïcisme). Il y a dans le stoïcisme un esprit monacal qui me déplaît, Diderot, Claude et Nér. II, 8. Plus j'y réfléchis, plus il me semble que nous aurions tous besoin d'une teinte légère de stoïcisme, Diderot, ib. II, 86.
  • 2 Par extension, austérité, fermeté dans la douleur, telles que celles des stoïciens. Le stoïcisme est une affaire de tempérament, Diderot, Opin. des anc. philos. (stoïcisme) Le prince [de Conti] lui ayant fait entendre qu'il y allait non-seulement de la prison, mais encore du bûcher, le stoïcisme de Rousseau [J. J.] s'était ému, Bachaumont, Mém. secr. 14 juin 1762.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « stoïcisme »

Voy. STOÏQUE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(1688) Dérivé de stoïque, avec le suffixe -isme.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « stoïcisme »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
stoïcisme stɔisism

Citations contenant le mot « stoïcisme »

  • Le dandysme, forme moderne du stoïcisme, est finalement une religion dont le seul sacrement est le suicide. Michel Butor, Une histoire extraordinaire, Gallimard
  • Supporte et abstiens-toi. Anonyme,
  • Cette méthode stoïque de subvenir à ses besoins en supprimant ses désirs équivaut à se couper les pieds pour n'avoir plus besoin de chaussures. Jonathan Swift, Thoughts on Various Subjects
  • Le stoïcisme, religion qui n'a qu'un sacrement : le suicide ! De Charles Baudelaire / Journaux Intimes
  • Le dandysme, forme moderne de stoïcisme, est finalement une religion dont le seul sacrement est le suicide. De Michel Butor / Histoire extraordinaire
  • Amour : sentiment proche du stoïcisme qui consiste, pour l'homme, à se satisfaire d'une seule femme. Et, pour la femme, à demeurer discrète sur ses autres liaisons. De Georges Elgozy / L'esprit des mots ou l'antidictionnaire
  • Mars... avril... le confinement s'installe. Nous voici donc chacun chez nous, derrière nos écrans, apprenant à nous servir des outils à notre disposition pour organiser et réaliser notre travail. Certains sont désœuvrés, hésitant encore entre angoisse et hédonisme, d'autres s'affairent en se demandant si leur travail a vraiment du sens, d'autres encore sont au cœur d'une véritable mission de société. Dans l'incertitude de la durée du confinement, la question de l'action se pose, son sens, son efficacité, les moyens que nous déployons pour qu'elle ait des chances d'aboutir aux résultats escomptés. L'action est l'un des sujets sur lesquels il existe le plus de malentendus quand on pense au stoïcisme. Le stoïcien serait ce sage passif et fataliste s'en remettant au destin sans s'acharner sur le sort (lui, c'est le stoïque, non le stoïcien !). Mais la philosophie stoïcienne est avant tout une philosophie de l'action. La Tribune, Le stoïcisme, une philosophie par temps de crise (2/5) : gagner en pouvoir d'action
  • J’allais oublier. Le stoïcisme est reconnu comme une des sources d’inspiration des thérapies cognitivo-comportementales (TCC), un des outils parmi les plus efficaces de la trousse des psychothérapeutes. Le Devoir, Pharmacopée stoïcienne | Le Devoir
  • Quelles techniques de développement personnel propose le stoïcisme pour mieux vivre ? Tout particulièrement attaché à l'édification d'une sagesse intérieure qui rende acceptable les situations difficiles, il estime que la faute revient au destin qui nous échappe totalement et qu'il nous faut apprendre à accepter. France Inter, Qu'est-ce que c'est, la philosophie du stoïcisme ?
  • Cette période de confinement a été le théâtre d'un panel d'émotions variées : la colère, la tristesse, l'anxiété, la joie aussi, ont toutes eu leur rôle à jouer, avec certaines tenant le rôle principal. L'éthique stoïcienne a toujours eu pour ambition de nous aider à ne pas subir nos émotions négatives, pour laisser la place aux émotions positives. Les émotions sont source de l'une des confusions fréquentes à l'endroit du stoïcisme : il ne s'agit pas tant de les supprimer que de ne pas se laisser envahir par elles. Prenons l'exemple de la colère. La Tribune, Le stoïcisme, une philosophie par temps de crise (5/5) : faire bon usage de nos émotions
  • Marc Aurèle dit qu'il a lu, relu et presque appris par cœur les écrits d'Épictète, il est donc d'une certaine façon le point d’aboutissement du stoïcisme.                               Christelle Veillard France Culture, Le stoïcisme ou l'art de l'esquive - Ép. 1/4 - "Pensées pour moi-même" de Marc Aurèle

Traductions du mot « stoïcisme »

Langue Traduction
Anglais stoicism
Espagnol estoicismo
Italien stoicismo
Allemand stoizismus
Chinois 坚忍
Arabe الرواقية
Portugais estoicismo
Russe стоицизм
Japonais ストイシズム
Basque stoicism
Corse stoicisimu
Source : Google Translate API

Synonymes de « stoïcisme »

Source : synonymes de stoïcisme sur lebonsynonyme.fr

Stoïcisme

Retour au sommaire ➦

Partager