La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « soulier »

Soulier

Variantes Singulier Pluriel
Masculin soulier souliers

Définitions de « soulier »

Trésor de la Langue Française informatisé

SOULIER, subst. masc.

A. −
1. Chaussure à tige basse et à semelle rigide qui couvre le pied ou une partie du pied. Ses forts souliers se nouaient avec des cordons de cuir (Balzac, E. Grandet, 1834, p. 20).Sa misère se voyait surtout à ses souliers crevés (Gide, Nouv. Nourr., 1935, p. 262).V. cordonnier A ex. de France, décolleté II B ex. de Theuriet, lanière ex. de Beauvoir.
SYNT. Souliers éculés, neufs, usagés; souliers brillants, cirés, graissés; souliers boueux, crottés, poussiéreux; souliers confortables, étroits; souliers épais, minces; souliers cloutés, ferrés, fourrés, imperméables; souliers habillés; souliers pointus; souliers blancs, gris, jaunes, marron, noirs; souliers vernis; fins, gros souliers; souliers à boucle(s), à bride(s), à hauts/petits talons; souliers d'enfant, de femme; souliers d'été, d'hiver; souliers de bal, de marche; souliers de satin, de soie; souliers en crocodile, en cuir, en daim; brosse à soulier; cambrure, empeigne, semelle, talon d'un soulier; paire de souliers; cirer, essuyer, frotter des souliers; acheter, choisir, vendre des souliers; mettre, placer son soulier dans la cheminée*; renouer le lacet de son soulier.
Rem. Le subst. chaussure, pris dans une accept. restreinte, remplace le plus souvent soulier dans l'usage courant.
Soulier bas. Synon. de chaussure basse ou tige basse (v. bas1I A 1).L'air est chargé (...) de moustiques. C'est aux jambes particulièrement que ces derniers s'attaquent; aux chevilles que ne protègent pas les souliers bas (Gide, Voy. Congo, 1927, p. 708).
Soulier haut. Soulier à talon haut. Elle avait la taille bien prise (...), des souliers hauts, l'air (...) d'une gamine qui devient une jeune fille (Alain-Fournier, Meaulnes, 1913, p. 216).
Soulier plat. V. plat1I A 2.[P. allus. à la fable de La Fontaine, La Laitière et le Pot au lait] Mon imagination s'obstine à la voir en cotillon simple et souliers plats, détalant à la foire (M. de Guérin, Corresp., 1837, p. 281).
Soulier Richelieu. Soulier bas à lacets. Souliers Richelieu veau jaune, talons pour dames (L'Écho de Paris, 2 juill. 1894, p. 4 ds Quem. DDL (t. 14, s.v. richelieu)).
Vieilli. Soulier en chausson, ou, en compos., soulier-chausson. Soulier pourvu d'une simple semelle. Le Sous-Chef portait le matin un pantalon à pied, des souliers-chaussons (Balzac, Employés, 1837, p. 86).
HIST. DU COST. [Au Moy. Âge] Soulier à (la) poulaine*. Soulier camus. Soulier à bout large et aplati. Aux souliers à pointe, dits à poulaine, succédèrent très-rapidement, ainsi que la mode procède dans ses excès, les souliers camus (Laborde1872).
2. Expr. et loc. verb.
a) HIST. [P. réf. au refus de Danton de s'enfuir lorsqu'il fut menacé pendant la Terreur] On n'emporte pas la patrie* à la semelle de ses souliers.
b) Loc. verb.
α) Vieilli. Mettre ses souliers en chaussons, en pantoufles, en savates. Ne pas enfiler complètement ses souliers; chausser des souliers en rabattant le quartier sous le talon. Cet enfant met toujours ses souliers en pantoufles (Raymond1832).
β) Au fig.
Fam. Être dans ses petits souliers. Être mal à l'aise, se trouver dans une situation embarrassante. Pendant que votre comtesse riait, dansait (...), elle était dans ses petits souliers (...) en pensant à ses lettres de change protestées, ou à celles de son amant (Balzac, Goriot, 1835, p. 59).Il était dans ses petits souliers et parla au brigadier de gendarmerie trois jours à l'avance (Pourrat, Gaspard, 1925, p. 65).
Littér. Ne pas être digne de délier, dénouer les cordons des souliers de qqn. V. cordon I A 1 a.
Vieilli
Mettre son/ses pied(s) dans tous les souliers, être toujours dans les souliers de tout le monde. S'occuper de ce qui ne vous regarde pas, s'immiscer partout. Il intriguait en tout temps, en tous lieux, de toutes manières et avec tous. (...). Toujours dans les souliers de tout le monde (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène, t. 1, 1823, p. 476).Mettre ses pieds dans les souliers de qqn. Intervenir dans les affaires de quelqu'un. J'ai pensé du premier coup: « Celui-là ne mettra pas longtemps ses pieds dans les souliers du curé de Mégère, sûr » (Bernanos, Crime, 1935, p. 816).
Mourir dans ses souliers. Mourir en pleine activité; p. ext., mourir de façon soudaine, généralement d'une mort non naturelle. Synon. mourir debout*; anton. mourir dans son lit*.Quand on a (...) l'habitude du grand air, il n'y a rien de tel que de mourir dans ses souliers, comme disent nos gens de village (Mérimée, Colomba, 1840, p. 173).
Ne pas avoir de souliers. Être dans un complet dénuement. Et l'on fait payer les émeraudes Des tiares à ceux qui n'ont pas de souliers (Hugo, Légende, t. 3, 1877, p. 280).
Ne pas considérer qqn plus que la boue de ses souliers; ne pas faire plus de cas de qqn que de la boue de ses souliers/qui est sous ses souliers; mépriser qqn comme/plus que la boue de ses souliers. Mépriser profondément quelqu'un. Tu veux retourner chez ton M. Rênal, qui te méprise comme la boue de ses souliers! (Stendhal, Rouge et Noir, 1830, p. 74).Après tout, ils pouvaient bien dire ce qu'ils voulaient, elle ne les considérait pas plus que la boue de ses souliers (Zola, Nana, 1880, p. 1293).
Ne pas se soucier de qqn/qqc. non plus que de ses vieux souliers; se soucier de qqn/qqc. comme de ses vieux souliers. Se moquer complètement de quelqu'un/quelque chose. Synon. fam. se soucier, se moquer de qqn/qqc. comme d'une guigne (v. guigne1B).Je ne m'en soucie non plus que de mes vieux souliers (Ac.1835, 1878).
Secouer la poussière* de ses souliers.
B. − BOT. Soulier de Notre-Dame. Synon. rare de sabot* de la Vierge, de Vénus. (Dict. xixes., Rob. 1985).
Prononc. et Orth.: [sulje]. Avec la réduction du groupe consonantique, [suje] (ds Martinet-Walter 1973). Att. ds Ac. dep. 1694. Fér. Crit. t. 1 1878: ,,Quelques-uns écrivent soulié``. Étymol. et Hist. 1. Déb. du xiiies. [date du ms.] soulier « chaussure qui couvre tout le pied ou seulement une partie » (Chrétien de Troyes, Chevalier charrette, éd. W. Foerster, 3118, var. ms. Escurial M. iii. 21); 2. loc. 1808 être mal dans ses petits souliers « avoir une maladie; être dans une situation embarrassante » (Hautel); 1835 être dans ses petits souliers « être dans l'embarras » (Balzac). Mot issu, par substitution de suff. de l'a. fr. sol(l)er « soulier » (dep. ca 1160, Eneas, éd. J.-J. Salverda de Grave, 4026), lequel est issu du b. lat. subtelaris (att. au viies. chez Isidore de Séville) (s.-ent. calceus), dér. du b. lat. subtel « creux sous la plante du pied »; il désignait probablement une chaussure qui ne couvrait pas le dessus du pied. La forme soler est encore très vivante dans les dial. wall., pic., norm. et lorr., ainsi qu'en fr.-prov. (FEW t. 12, p. 362b et 363). Fréq. abs. littér.: 2 411. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 2 237, b) 4 572; xxes.: a) 3 731, b) 3 650. Bbg. Quem. DDL t. 14 (s.v. soulier Richelieu), 16 (id.), 27 (s.v. souliers à grimper), 33 (s.v. soulier à bouffette; soulier du matin).

Wiktionnaire

Nom commun - français

soulier \su.(l)je\ masculin

  1. (Vieilli) Type particulier de chaussure à semelle rigide. Un soulier, comme toute chaussure, couvre tout ou seulement une partie du pied. Mais en français européen, chaussure et soulier ne sont pas synonymes.
    • Elle était si jolie avec son bonnet rond et son ruban rose, son déshabillé de cirsakas et ses petits souliers jonquille, que mon oncle s'arrêta un instant pour la regarder. — (Pigault-Lebrun, Mon Oncle Thomas, chap. 5, Paris : chez Gustave Barba, 1843)
    • — Ce sont tes sabots qui te fatiguent, me dit-il ; à Ussel je t’achèterai des souliers.
      Ce mot me rendit le courage.
      En effet, des souliers avaient toujours été ce que j’avais le plus ardemment désiré. Le fils du maire et aussi le fils de l’aubergiste avaient des souliers, de sorte que le dimanche, quand ils arrivaient à la messe, ils glissaient sur les dalles sonores, tandis que nous autres paysans, avec nos sabots, nous faisions un tapage assourdissant.
      — (Hector Malot, Sans famille, 1878)
    • Ils remontaient au temps d’une certaine pègre pour qui la suprême élégance consistait à se pourvoir d’un couvre-chef de couleur tendre et de souliers vernis. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
    • Attablé, il expliqua à ses commensaux qu’il avait mouillé ses souliers en cheyant dans un fossé. — (Jean Renard, En Anjou, quand 4 liards valaient un sou, Éditions Cheminements, 1997, page 184)
    • Je n’en fais pas plus de cas que de la boue de mes souliers, je ne m’en soucie nullement, je n’en fais aucun cas.
    • Il n’est pas digne de dénouer les cordons des souliers d’un tel, il lui est très inférieur en mérite.
  2. (Canada) Chaussure, ce qu’on met au pied pour se chausser.
  3. (Héraldique) Meuble représentant la chaussure du même nom dans les armoiries. Il est généralement représenté de profil, la pointe à dextre, le talon à senestre. À rapprocher de chaussure, houseau, jambière, poulaine et sabot.
    • De sable à la chaîne rompue d’or posée en bande, accompagnée en chef d’un soulier vêtu d’une guêtre d’argent, et en pointe d’une tortue du même, qui est de la commune d’Herméville-en-Waëvre de la Meuse → voir illustration « armoiries avec un soulier »
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SOULIER. n. m.
Chaussure qui couvre tout le pied ou seulement une partie du pied. Soulier d'homme. Soulier de femme. Soulier à simple semelle, à double semelle. Des boucles, des lacets de souliers. Une paire de souliers. Ce soulier me gêne, me blesse. Fig. et fam., Je n'en fais pas plus de cas que de la boue de mes souliers, Je ne m'en soucie nullement, je n'en fais aucun cas. Fig., Il n'est pas digne de dénouer les cordons des souliers d'un tel, Il lui est très inférieur en mérite. Fig. et fam., Être dans ses petits souliers, Être dans une situation gênante, critique, embarrassante. Pendant qu'on lui faisait ce reproche, il était dans ses petits souliers.

Littré (1872-1877)

SOULIER (sou-lié ; l'r ne se lie jamais ; au pluriel, l's se lie : des sou-lié-z élégants) s. m.
  • 1Chaussure qui couvre le pied et qui s'attache par dessus. Soulier d'homme. Soulier de femme. Soulier pour homme. Soulier pour femme. Gros soulier. Soulier mignon. Souliers de maroquin, de peau de chèvre, de veau, de castor, de vache retournée, de prunelle, de satin, de taffetas. Mettre ses souliers en pantoufles. S'il arrivait que l'un cédât son droit à l'autre, afin que la cession fût valide, celui qui se démettait de son droit, ôtait son soulier et le donnait à son parent, Sacy, Bible, Ruth, IV, 7. Le Seigneur parla à Isaïe fils d'Amos, et lui dit : allez, ôtez le sac de dessus vos reins et les souliers de vos pieds ; Isaïe le fit, et il alla nu et sans souliers, Sacy, Isaie, XX, 1. Légère et court vêtue, elle allait à grands pas, Ayant mis ce jour-là, pour être plus agile, Cotillon simple et souliers plats, La Fontaine, Fabl VII, 10. Vous m'avez aussi fait faire des souliers qui me blessent furieusement, Molière, Bourg. gent. II, 8. De ces souliers mignons de rubans revêtus Qui vous font ressembler à des pigeons pattus, Molière, Éc. des maris, I, 1. Mlle de Méry vous envoie les plus jolis souliers du monde ; il y en a une paire qui me paraît si mignonne, que je la crois propre à garder le lit, Sévigné, 344. Décrirai-je ses bas en trente endroits percés, Ses souliers grimaçants vingt fois rapetassés ? Boileau, Sat x. Elle avait de fort petits pieds et des souliers encore plus petits que ses pieds, en sorte qu'elle n'était ni faite ni chaussée de manière à soutenir une longue marche, Voltaire, Crocheteur borgne. Il a fallu le grand anatomiste Camper pour instruire sur la meilleure manière de faire les souliers, Sennebier, Ess. art d'observ. t. III, p. 216, dans POUGENS. On ne voit point de souliers dans ces demeures [faubourg St-Marcel] ; on n'entend le long des escaliers que le bruit des sabots, Mercier, Tabl. de Par. 86.

    Soulier en chausson, soulier avec une simple semelle.

    Fig. C'est là que le soulier me blesse, c'est la chose qui me nuit, me gêne, me fâche. Et c'est là de par Dieu Où le soulier les blesse, Régnier, Sat. XI.

    Fig. Mettre son pied dans tous les souliers, se fourrer partout, se mêler de tout. Saumery se mit à voir des femmes importantes, et à mettre, comme il fit dire de lui, son pied dans tous les souliers, Saint-Simon, 230, 80.

    Ne pas mettre deux pieds dans un soulier, faire toute diligence.

    Il n'a pas de souliers, il n'a pas de souliers à mettre à ses pieds, se dit, avec un certain mépris ou reproche, de celui qui est fort pauvre. Un gueux qui, quand il vint, n'avait pas de souliers, Molière, Tart. I, 1. Ce sera quelque parente de ce Germeuil qui n'aura pas de souliers à mettre à ses pieds, Diderot, Père de famille, v, 10.

    Familièrement. Je m'en soucie non plus que de mes vieux souliers, se dit pour exprimer qu'on ne se soucie aucunement d'une personne ou d'une chose.

    On dit d'une façon encore plus méprisante : Je n'en fais pas plus de cas que de la boue de mes souliers.

    Être dans ses petits souliers, être dans une situation critique, embarrassante. Ainsi pressé de questions, j'étais dans mes petits souliers.

    Ils n'ont qu'à mettre leurs souliers en pantoufles, se dit de ceux qui voudraient se déguiser.

    Fig. Il n'est pas digne de dénouer les cordons des souliers d'un tel, il lui est fort inférieur ; locution tirée de l'Évangile, où saint Jean-Baptiste dit cela de lui-même par rapport à Jésus. Il en vient un autre après moi, qui est plus puissant que moi ; et je ne suis pas digne de dénouer les cordons de ses souliers, en me prosternant, Sacy, Bible, Év. St Marc, I, 7.

    Mourir dans ses souliers, le contraire de mourir dans son lit.

    Mettre ses souliers en savate, voy. SAVATE.

  • 2Dans le moyen âge, souliers à pointes, souliers camus, sortes de souliers. Aux souliers à pointes, dits à poulaine, succédèrent très rapidement, ainsi que la mode procède dans ses excès, les souliers camus, De Laborde, Émaux, p. 502.
  • 3Soulier de cuir, espèce de sabot qu'on met quelquefois aux pieds des chevaux à l'écurie.
  • 4Soulier de Notre Dame, genre d'orchidées, cypripedium calceolus, L.

    PROVERBE

    Tel pied, tel soulier.

HISTORIQUE

XIIe s. Vedves e orphenins e povres guverna ; Dras, viandes, sollers e deniers lur dona, E trop poi en venoient à lui, ço lui sembla, Th. le mart. 126. Sotularis vel sotular, solers, chaucements, Gloss. lat. gall. Sangerm. dans DU CANGE.

XIIIe s. Il vous dira que il en velt [du cuir] ses sollers afaitier, quant il seront percié, Merlin, f° 35, verso. [Un homme qui fait hommage] En va le roy baiser la jambe et le souller, Berte, CXXXIX. Vous n'aurés jà plus d'une archie La sente batue et marchie, Sans point user vostre soler, Que vous verrés les murs croler, la Rose, 7945. Chauciés refu [Déduit] par grant mestrise D'uns solers decopés à las, ib. 831.

XVe s. Ceux de Mortaigne n'avoient de quoi vivre, ni chausses ni souliers au pied, Froissart, II, II, 30. Ilz portent petitz soulers gras, à une poulaine embourrée, Orléans, Rond. Et si avoit unes chausses noires, et uns solers de veloux d'azur semés de fleurs de lys d'or, Monstrelet, I, 277. Souliers camuz, boufiz comme ung crapault, De Laborde, Émaux, p. 502.

XVIe s. J'accommode le soulier à nostre pied, c'est à dire la despense à nostre pauvreté, Lanoue, 276. Je confesse que des ripailleux trouveront ce soulier trop petit pour leur pied, Lanoue, 279. Des souliers à cricq ou à pont levedis, D'Aubigné, Faen. I, 2. 5000 paires de souliers communs, 11000 paires de souliers cordez, D'Aubigné, Hist. III, 87. Soulier rompu ou sain vaut mieux au pied qu'en main, Leroux de Lincy, Prov. t. II, p. 417. Beau soulier devient laide savate, Leroux de Lincy, ib. p. 181. Cela c'est proprement tailler et coudre un soulier, pour qu'un aultre le chausse, Montaigne, III, 300.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

SOULIER.
1Ajoutez :

Fig. Marcher dans les souliers de quelqu'un, l'imiter servilement. Les premiers qui osèrent partir le sac sur le dos, leur parasol à la main, pour aller passer des mois entiers - non pas à Rome à marcher dans les souliers de David - mais dans le fond d'un village à faire des études, furent un peu regardés comme des fous et des paresseux par les peintres d'alors, Hist. de l'art en France, I, 241.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « soulier »

Bourguig. soulay ; picard, seulet, solé, soulé. Diez l'assimile au provenç. solier. ital. solajo, qui signifient plancher, et le tire de solum, base, seuil, support. Mais la forme primitive n'est pas soulier ; elle est soller, et se rattache au bas-latin, sotulares, subtalares, qui signifiait une sorte de souliers ; à son tour, sotulares dérive du latin subtelaris, qui appartient au creux du pied, de subtel, le creux du pied.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(XIIIe siècle) Du bas latin subtel (« creux sous la plante du pied »), dérivé de subtalaris (« [qui va jusque] sous le talon »), dérivé de talaris, avec le préfixe sub- et refait, en bas latin en subtelaris (attesté au septième siècle chez Isidore de Séville). Le mot désignait une chaussure qui ne couvrait pas le dessus du pied, une sandale et a remplacé solea (« sandale »).
La forme soler est encore très vivante dans les dialectes wallon, picard, normand, occitan et lorrain.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « soulier »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
soulier sulje

Fréquence d'apparition du mot « soulier » dans le journal Le Monde

Source : Gallicagram. Créé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, Gallicagram représente graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques.

Évolution historique de l’usage du mot « soulier »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « soulier »

  • La capote, c'est le soulier de vair de notre génération. On l'enfile quand on rencontre une inconnue, on danse toute la nuit, et puis on la balance.
    David Fincher — Fight Club
  • 1943, le dramaturge Paul Claudel présente sa pièce « Le soulier de satin » à la comédie française, mise en scène par Jean Louis Barrault.
    France Bleu — Saga 40 - Paris sous l'occupation : Le soulier de satin et Suzy Solidor
  • Mieux vaut user des souliers que des draps.
    Proverbe français
  • On ne peut pas marcher en regardant les étoiles quand on a une pierre dans son soulier.
    Proverbe chinois
  • Légère et court vêtue, elle allait à grands pas, Ayant mis ce jour-là, pour être plus agile, Cotillon simple et souliers plats.
    Jean de La Fontaine — Fables, la Laitière et le Pot au lait
  • C'est le soulier qui sait si le bas est percé.
    Proverbe guadeloupéen
  • Chacun sait où son soulier le blesse.
    Proverbe français
  • Vardy remporte le prix malgré son échec à marquer lors de l’affrontement de Leicester avec Manchester United, une disette de buts qui a couté au club, la quatrième place de Premier League, et donc une place en ligue des Champions la saison prochaine. Son deuxième soulier d’or sera sans aucun doute doux-amer, étant donné que la défaite 2-0 de Leicester contre United a été la cause de cette mauvaise nouvelle.
    Actu Cameroun — Premier League : Jamie Vardy remporte le soulier d'or devant Abameyang, Salah et Mane
  • Un aéronef en forme de soulier, une forêt magique, un public multigénérationnel … Samedi après-midi, Chantal Goya a donné de la voix devant plus de trois mille personnes en revisitant son répertoire indémodable intitulé « Le Soulier qui vole ».
    La Voix du Nord — Douai : Chantal Goya fait atterrir « Le Soulier qui vole » à Gayant-expo
  • Quand vous pourrez mettre vos pieds dans mes souliers, vous parlerez.
    Proverbe écossais
Voir toutes les citations du mot « soulier » →

Traductions du mot « soulier »

Langue Traduction
Anglais shoe
Espagnol zapato
Italien scarpa
Allemand schuh
Chinois 鞋子
Arabe حذاء
Portugais sapato
Russe башмак
Japonais
Basque zapata
Corse scarpa
Source : Google Translate API

Synonymes de « soulier »

Source : synonymes de soulier sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « soulier »

Combien de points fait le mot soulier au Scrabble ?

Nombre de points du mot soulier au scrabble : 7 points

Soulier

Retour au sommaire ➦