Soucier : définition de soucier


Soucier : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

SOUCIER, verbe trans.

A. − Empl. trans., vieilli ou fam. Causer de l'inquiétude, du souci à quelqu'un. Synon. préoccuper.Cela ne me soucie guère; ça le soucie un peu. Mes deux autres voisins n'étaient pas si savants, à beaucoup près, et les choses d'autrefois ne les souciaient guère (About,Roi mont., 1857, p. 14).V. perclue rem. s.v. perclus ex. de Céline.
Empl. trans. indir. Ils venaient (...) exposer d'une seule traite ce qui les chagrinait ou leur souciait, Thomas ne donnant son avis qu'avec une extrême prudence et seulement si on le sollicitait (Queffélec,Recteur, 1944, p. 93).
Empl. impers., rare. Elle ne cessa de proclamer [qu'elle-même allait très bien] quand elle était le plus malade, jusqu'au jour où, dans le détachement de la mort, il ne lui soucia plus que les heureux allassent bien et sussent qu'elle-même se mourait (Proust,Fugit., 1922, p. 603).
Rem. L'empl. trans. est absent des dict. de l'Ac.
B. − Empl. pronom.
1. [Empl. seul] Rare. Se faire du ou des souci(s). Synon. s'inquiéter.Alors tu n'auras plus à te soucier, notre destinée sera complète, et nous ne tarderons pas à nous revoir (Nodier,Fée Miettes, 1831, p. 179).
2. [Souvent à la forme nég.] Se soucier de.Faire attention à, se préoccuper de (quelqu'un, quelque chose) qui intéresse et tient à cœur. Se soucier (fort) peu, médiocrement; ne s'en soucier aucunement, guère, plus, point; ne ... pas s'en soucier le moins du monde.
a) Se soucier de + subst.Se soucier des autres; se soucier de l'avenir, du bonheur, de la mode, de la vérité. Je suis là, près de vous, et vous ne vous souciez pas de moi (France,Lys rouge, 1894, p. 260).Brave, il savait que toute perte est limitée par la mort, dont son extrême jeunesse lui permettait de se soucier peu (Malraux,Conquér., 1928, p. 44):
Olivier, s'intéressant à lui, l'interrogea sur sa vie, tâcha de savoir ce qu'il pensait du mouvement ouvrier. Guérin n'en pensait rien; il ne s'en souciait pas. Il n'était pas de cette classe. Rolland,J.-Chr., Buisson ard., 1911, p. 1311.
P. antiphr. Je me soucie bien de (qqn, qqc.)! je m'en soucie bien. Je m'en moque. Il se soucie bien des femmes! Il n'aime que ses bronzes (Champfl.,Avent. MlleMariette, 1853, p. 227).Je me soucie bien du bonheur. Je veux mes souvenirs, mon sol, ma place au milieu des hommes d'Argos (Sartre,Mouches, 1943, ii, 1ertabl., 4, p. 61).
Expr. fam. [Dans des compar. où le second terme désigne une chose dérisoire, insignifiante] N'attacher aucune importance à (quelqu'un, quelque chose).
Se soucier de qqn/qqc. comme de l'an quarante. V. an ex. 10.Se soucier de qqn/qqc. comme d'une guigne. V. an ex. 10.Se soucier de qqn/qqc. comme de sa première culotte. V. culotte A 1 b ex. de Pourrat.Se soucier de qqn/qqc. comme de sa première chemise. V. chemise I A 2 c.
Se soucier de (qqn, qqc.) comme un poisson (se soucie) d'une pomme. Elle se souciait autant des belles phrases qu'un poisson d'une pomme (Bernanos,Journal curé camp., 1936, p. 1227).
b) Se soucier de + inf.Se soucier de dire, de faire. Je me soucie peu d'être aimé, et je ne sais qu'aimer comme une servante (Claudel,Tête d'Or, 1890, 2epart., p. 79).Le maître, quel qu'il soit, est bien attentif à cette multitude, et se soucie de plaire (Alain,Propos, 1927, p. 704).
Ne pas se soucier de + inf.Ne pas se préoccuper de, n'avoir pas envie de. Sachant qu'il existe au monde une femme accomplie, je ne me soucie pas d'épouser MlleDanglars (Dumas père, Monte-Cristo, t. 2, 1846, p. 124).On ne s'était pas soucié de les attendre (Pourrat,Gaspard, 1930, p. 207).
c) Se soucier peu que + subj. (vieilli ou littér.).Attacher plus d'importance au fait que. Mon émotion est. Je me soucie peu que l'artiste qui l'a produite en ait pris les moyens ailleurs (Alain-Fournier,Corresp.[avec Rivière], 1906, p. 242).Ah! Je me souciais peu que ce qu'ils ourdissaient maintenant eût pour conséquence de sauver le père de Silbermann! (Lacretelle,Silbermann, 1922, p. 175).
Ne pas se soucier que + subj.Ne pas attacher d'importance à ce que. Nous avons déjà observé que maître Florian ne se souciait pas qu'on s'aperçut de sa surdité (Hugo.N.-D. Paris, 1832, p. 236).
d) Rare. Se soucier peu si, ne pas se soucier si.Attacher peu, pas d'importance à la question de savoir si. Le compositeur qui écrit une phrase, ne se soucie pas si sa longueur dépasse les possibilités normales de la respiration (Arts et litt., 1935, p. 36-7).André Malraux, de même que Valéry, sa grande force est de se soucier fort peu s'il essouffle, ou lasse, ou « sème » celui qui l'écoute (Gide,Journal, 1936, p. 1254).
REM.
Souciance, subst. fém.,hapax. État d'une personne qui se fait du souci. Anton. insouciance.Il n'y avait plus en lui ni préoccupation de l'avenir, ni méditation du passé, ni souciance du présent (Las Cases,Mémor. Ste-Hélène, t. 2, 1823, p. 235).
Prononc. et Orth.: [susje], (il se) soucie [-si]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1223 part. prés. adj. home susiant (Gautier de Coinci, Miracles, éd. V. Fr. Koenig, 1 Mir 10, 1939); 1269-78 réfl. soi soussier « se tourmenter, s'inquiéter » (Jean de Meun, Rose, éd. F. Lecoy, 4687); id. soi soussier de aucune rien (Id., ibid., 4955); 2. id. trans. soussier aucun « donner du souci » (Id., ibid., 14 168). Du lat. vulg. *sollicι ̄tare, altér. du class. sollicĭtare, prob. d'apr. excι ̄tus, part. passé de excι ̄re « faire venir; réveiller; agiter, tourmenter; exciter ». Fréq. abs. littér.: 1 563. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 1 827, b) 2 181; xxes.: a) 2 090, b) 2 658.

Soucier : définition du Wiktionnaire

Verbe

soucier \su.sje\ pronominal 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se soucier)

  1. Chagriner.
    • Je n’en ai pas voulu parce qu’outre qu’il louchait abominablement ; il aurait fallu me séparer de ma fille, et, de fait, je ne m’en souciais pas. — (Henry Monnier, Les bourgeois de Paris, 1854)
  2. S’inquiéter, se mettre en peine de quelque chose ou de quelqu'un, prendre intérêt à quelque chose.
    • En effet, le Marquisien se soucie peu de l’argent et, pour obtenir son copra, certains capitaines exploitent son goût pour l’alcool, ce qui est défendu par la loi mais très difficile d’empêcher. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil, tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Le tribunal, qui se souciait peu d’impartialité, ne fit pas droit à sa requête. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • De quoi vous souciez-vous ?
    • Il se soucie fort peu de conserver ses amis.
    • Il ne se soucie de rien, de personne.
    • Je ne me soucie pas qu’il vienne.
    • Faites tout ce qu’il vous plaira, je ne m’en soucie guère.
    • (Ironique) Je me soucie bien de cet homme-là ; qu’ai-je besoin de lui ?
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Soucier : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SOUCIER (SE). v. pron.
S'inquiéter, se mettre en peine de quelque chose, prendre intérêt à quelque chose. De quoi vous souciez-vous? Il se soucie fort peu de conserver ses amis. Il ne se soucie de rien, de personne. Je ne me soucie pas qu'il vienne. Faites tout ce qu'il vous plaira, je ne m'en soucie guère. Ironiquement, Je me soucie bien de cet homme-là; qu'ai-je besoin de lui?

Soucier : définition du Littré (1872-1877)

SOUCIER (sou-si-é), je souciais, nous souciions, vous souciiez ; que je soucie, que nous souciions, que vous souciiez v. a.
  • 1Causer de l'inquiétude. Penses-tu, lui dit-il [le moucheron au lion], que ton titre de roi Me fasse peur ni me soucie ? La Fontaine, Fabl. II, 9. Hé ! je crois que cela faiblement vous soucie, Molière, Dépit, IV, 3.
  • 2Se soucier, v. réfl. Avoir de l'inquiétude. Quand Cupidon, qui me vit pâle et triste, Me dit : pourquoi te soucier ? Rousseau J.-B. Épigr. I, 7.
  • 3 Particulièrement. Avoir souci de, prendre intérêt à. De vous dire combien de fois on me parla de vous, combien on me demanda de vos nouvelles, combien on me fit de questions sans attendre la réponse ; combien j'en épargnai, combien on s'en souciait peu, combien je m'en souciais encore moins ; vous reconnaîtriez au naturel l'iniqua corte, Sévigné, 299. Des mémoires confus, qu'ils se sont contentés de mettre dans un ordre agréable, sans se trop soucier de la vérité, Bossuet, Hist. I, 7. Ceux qui se voyaient ruinés n'avaient de ressource que dans les séditions, et en tout cas se souciaient peu que tout pérît après eux, Bossuet, ib. III, 7. Je n'ai de crédit que pour les choses dont je ne me soucie point, Maintenon, Lett. au D. de Noailles, 13 févr. 1711. Ce n'est pas qu'ils [les enfants des rois] se soucient des hommes, ni qu'ils craignent, par bonté, de les affliger ; mais c'est que, pour leur propre commodité, ils ne veulent point voir autour d'eux des visages tristes et mécontents, Fénelon, Tél. XXIII. Le soldat, qui ne se souciait ni de son problème ni de sa démonstration [d'Archimède], irrité de ce délai, tire son épée et le tue, Rollin, Hist. anc. t. X, p. 99, dans POUGENS. Je ne me soucie point des querelles sur la musique ; je ne songe et je ne songerai, à mon agonie, qu'à la bonne cause, dont il paraît qu'on ne se soucie plus guère, Voltaire, Lett. d'Alembert, 22 sept. 1777. Je dis ce que je pense, et je me soucie fort peu que les autres pensent comme moi, Voltaire, Candide, 25.

    Fig. Je ne me soucie pas qui fera les vignes après ma mort.

    Ironiquement. Je me soucie bien de cet homme-là ! qu'ai-je besoin de lui ?

    Se soucier peu de… est un euphémisme, pour ne se pas soucier du tout. Maron n'éclaircit pas trop bien Qui des deux est l'Arcadien, Et qui vient de l'Acarnanie, Et Scarron fort peu s'en soucie, Scarron, Virg. v.

  • 4Se soucier de quelqu'un ou de quelque chose, en avoir envie. Eh ! qui vous dit, monsieur, que l'on ait cette envie, Et que de vous enfin si fort on se soucie ? Molière, Femm. sav. I, 2.

    Je ne me soucie pas, il ne me plaît pas, il ne me convient pas. Je ne me soucie point de lire Télémaque, Maintenon, Lett. à Mme de Caylus, 10 avril 1717. Et si d'un autre côté vous étiez moins curieuse, vous ne vous soucieriez pas de le savoir, Fontenelle, les Mondes, 1er soir.

HISTORIQUE

XIIIe s. Moult a vaillans homs grant vergoigne, Quant il requiert que l'en li doingne, Moult i pense, moult se soussie, Moult a mesaise ainçois qu'il prie, la Rose, 4733. Il [le marchand] s'en est souciés assés, Ains que cis tas fust amassés, Ne ne cesse de soucier D'accroistre et de monteplier, ib. 5008.

XIVe s. Et que nullement ne desdaignes Ton povre ou petit ennemi… Car il ne fera que veillier, Ymaginer et soucillier Comment de lui grevez saras, Machaut, p. 116.

XVe s. Le roi de France et son conseil rescripsirent au roi de Castille, que il ne se souciast et ne se doutast en rien, Froissart, II, III, 38.

XVIe s. Ceulx qui cherchent à changer l'estat de nostre police, sans se soucier s'ils l'amenderont, Montaigne, I, 221. … Et ne se soucient point d'endurer tous maulx ceulx qui redoutent d'avoir reproche, Amyot, Agis et Cléom. 33. Il y a des personnes qui ne se soucient point d'acheter de belles peintures ny de belles statues, ains s'adonnent à achetter affectueusement des monstres en nature, Amyot, De la curiosité, 17. François I ne se soucioit à qui cette dignité [l'empire] fust donné, pourveu que ce ne fust à Charles, Sleidan, f° 16.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

SOUCIER. Ajoutez : - REM. Dans l'Angoumois, soucier a un sens très particulier dont aucune trace ne se trouve à l'historique. Il y signifie abonder, faire de l'effet, avoir de l'importance : cela soucie beaucoup ; cela ne soucie guère. C'est surtout une terme de ménage.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Soucier : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

SOUCIER, v. act. & n. il ne se dit guere qu’avec le pronom personnel : c’est prendre du souci. Voyez Souci. De quoi vous souciez-vous dans ce monde ? Je méprise à présent tout ce qui me plut autrefois, je ne me soucie plus de cet amas de raretés que j’avois achetées à grand prix.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « soucier »

Étymologie de soucier - Wiktionnaire

Du latin sollicitare (« remuer, agiter, importuner »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de soucier - Littré

Génev. se souciller ; du lat. sollicitare, proprement, ébranler, remuer fortement, du lat. archaïque sollus, entier, le même que le grec ὅλος (voy. SOLIDE), et citare, pousser.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « soucier »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
soucier susje play_arrow

Conjugaison du verbe « soucier »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe soucier

Citations contenant le mot « soucier »

  • Ce qui pose problème, c’est la récupération des données de santé des utilisateurs de Fitbit par Google qui pourrait devenir hégémonique dans ce domaine. C’est la raison pour laquelle, il prétend ne se soucier que du hardware et n’exploite pas encore les informations de Fitbit. Mais cela n’a visiblement pas convaincu Bruxelles.   01net, Le rachat de Fitbit par Google semble de plus en plus devoir provoquer une enquête antitrust
  • Cet été, apprenez à aimer votre corps tel qu’il est, sans vous soucier du regard des autres et des remarques parfois déplacées. POSITIVR, VIDÉO. "Tout ce qui pourrait te complexer, bah c’est normal" : une ode à l’acceptation de soi
  • Que faire à Madrid en plein mois d’août alors que les habitants fuient la chaleur étouffante de la ville ? Pour Eva, la réponse est simple : l’été est la période idéale pour se découvrir. Les attentes de la société baissent et vivre sans se soucier des jugements extérieurs devient plus simple. Dans Eva en août, le réalisateur espagnol Jonás Trueba nous embarque dans le voyage d’Eva, une histoire remplie de rencontres qui n’échappe pas à quelques longueurs. Franceinfo, "Eva en août" : un été pour se découvrir dans les rues bouillonnantes de Madrid
  • L'amour n'a pas à se parer de grandes déclarations, de gestes et de postures emphatiques, il n'a à s'encombrer de rien, il a juste à être, et à agir là et quand il faut, sans se soucier si on le voit à l'oeuvre. De Sylvie Germain / Petites scènes capitales
  • La nature paraît se servir des hommes pour ses desseins, sans se soucier des instruments qu'elle emploie ; à peu près comme les tyrans qui se défont de ceux dont ils se sont servis. De Chamfort / Maximes et pensées, caractères et anecdotes
  • Fais ce que doit sans te soucier De ce qu'on peut dire de toi. N'est pas encore venu au monde Celui qui fait ce qui plaît à chaque fou. De Anonyme
  • A moins d'avoir une ambition extraordinaire, une femme ne devrait pas trop se soucier de faire carrière. Ça peut marcher jusqu'à un certain point, mais il y faut une ambition surhumaine. De Truman Capote
  • Le grand principe du peuple romain était : c'est aux Dieux seuls de se soucier des offenses faites aux Dieux. De Voltaire / Traité sur la Tolérance, 1763
  • Sous l'orage, faut-il se soucier de son fardeau quand on en porte un, ou de celui de son compagnon ? De Massa Makan Diabaté / Le ßoucher de Kouta
  • Les femmes attachent de l'importance à la pudeur physique pour avoir moins à se soucier de la pudeur morale. De Etienne Rey
  • La science consiste à oublier ce qu'on croit savoir, et la sagesse à ne pas s'en soucier. De Charles Nodier / Léviathan le long
  • Pourquoi devrais-je me soucier de la postérité ? Est-ce que la postérité a jamais fait quelque chose pour moi ? De Groucho Marx
  • Contentons-nous de dire que le théâtre, comme la Vie, est un songe, sans trop nous soucier du mensonge. De Jean-Louis Barrault / Nouvelles réflexions sur le théâtre
  • La nature, le soleil, l'enfance poursuivent leur chemin sans se soucier de nos souffrances. De Léonor de Récondo / Rêves oubliés
  • Ne passe la nuit à te soucier du lendemain. Quand le jour se lèvera, que sera demain ? De Amenope
  • Un artiste doit se poser certaines questions, se soucier de ses contemporains De Ettore Scola / Le cinéma italien parle, Aldo Tassone - 1982

Images d'illustration du mot « soucier »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « soucier »

Langue Traduction
Corse preoccupa
Basque kezka
Japonais 心配
Russe беспокойство
Portugais preocupação
Arabe قلق
Chinois 担心
Allemand sorge
Italien preoccupazione
Espagnol preocupación
Anglais worry
Source : Google Translate API

Synonymes de « soucier »

Source : synonymes de soucier sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires