La langue française

Sorcier, sorcière

Sommaire

Définitions du mot sorcier, sorcière

Trésor de la Langue Française informatisé

SORCIER, -IÈRE, subst. et adj.

I. − Substantif
A. −
1. Personne à laquelle on attribue des pouvoirs surnaturels et en particulier la faculté d'opérer des maléfices avec l'aide du diable ou de forces malfaisantes. Synon. magicien (v. ce mot A 2).Vous avouez avoir vu le bélier que Belzébuth fait paraître dans les nuées pour rassembler le sabbat, et qui n'est vu que des sorciers? (Hugo, N.-D. Paris, 1832, p. 363).Cette lumière nocturne (...) propice aux sorcières de Provence qui préparent les philtres d'amour, les sorts et les envoûtements (Aragon, Beaux quart., 1936, p. 180).V. alchimiste ex. 2 et 4, balai ex. 3, magicien ex. 2, maléficier ex. 1.
SYNT. Sorcier africain; sorcier et guérisseur; sorciers et nécromans; balai, chaudron, philtre de sorcière; avoir peur des sorciers; croire aux sorciers; brûler une sorcière; être condamnée comme sorcière.
[P. allus. au drame de Shakespeare « Macbeth »] Les sorcières de Macbeth (...) sont de charmantes jeunes filles, en comparaison [des vieilles femmes de Castille] (Gautier, Tra los montes, 1843, p. 33).Je me fais l'effet de Macbeth devant la marmite des sorcières (De Gaulle, Mém. guerre, 1959, p. 91).
Apprenti* sorcier.
BOT. Herbe aux sorciers/sorcières ou, p. ell., sorcière. Synon. fam. de circée.Le genre Circaea [genre de plantes, de la famille des Onagracées] comprend sept espèces (...). C[ircaea] lutetiana est l'herbe aux sorcières (Gde Encyclop. Alpha des Sc. et des Techn., Les Végétaux,Paris, Grange Batelière, t. 2, 1974, p. 152, col. 1).Rond de sorcières. V. rond2C 2 a.
HIST. Chasse aux sorcières. [P. allus. aux procès de sorcellerie qui eurent lieu à Salem dans le Massachusetts au xviies.] Aux États-Unis pendant la guerre de Corée, virulente campagne anticommuniste mise en œuvre par le sénateur J. Mc Carthy. À cette époque [1952], la « chasse aux sorcières » fait rage dans les milieux cinématographiques aux États-Unis: cité devant la commission d'enquête du sénateur Mc Carthy, Losey est placé sur la liste noire (La Gde encyclop.,Paris, Larousse, t. 35, 1974, p. 7297, col. 1).
P. ext. Recherche systématique de ses opposants politiques par un gouvernement afin de les mettre à l'écart des affaires. « Nous ne ferons pas de chasse aux sorcières », jure-t-on dans l'entourage du Premier Ministre (Le Nouvel Observateur,1-7 juill. 1988,p. 28, col. 2).P. anal. Élimination des membres jugés indésirables dans un corps social. Synon. épuration, purge.Je voudrais, pour finir, insister sur le fait que, en définitive, la chasse aux sorcières n'existe pas dans le domaine scientifique (Le Monde, 30 juin 1988, p. 14, col. 6).
2. En partic., au fém. Personnage maléfique des contes de fées. Elle se transforme à la façon des sorcières de jadis dans les contes de fées (Bordeaux, Fort de Vaux, 1916, p. 112).La sorcière peut bien enchaîner le prince charmant sans aucun lien visible (...); elle ne peut faire qu'il n'aime pas celle qu'il a choisie; en oiseau bleu encore il vient chanter à la fenêtre de la bien-aimée (Alain, Propos, 1921, p. 293).
B. − P. anal.
1. Surtout au fém. Vieille femme, vieil homme d'aspect rebutant ou ridicule et d'humeur acariâtre. C'est un vieux sorcier, une vieille sorcière (Ac.). Cette sorcière laide à faire à Belzébuth tourner les deux talons; − jeune et belle à présent (...) fait sécher de jalousie (...) les beautés à la mode (Gautier, Albertus, 1833, p. 137).Je me présentai à la vieille propriétaire bossue et lunatique (...). La sorcière me céda son antre pour une somme des plus modiques (Milosz, Amour. init., 1910, p. 42).
Empl. qualificatif. Une (la, cette...) (vieille) sorcière de + n. de pers. ou n. de fonction. Vous voyez que je ne me doutois pas en vain que cette sorcière d'hôtesse nous cachoit quelque chose (Balzac, Annette, t. 4, 1824, p. 144).Sur le bout du banc, se tenait une vieille sorcière de receleuse à la tignasse déteinte et à la voix éraillée (Gide, Souv. Cour d'ass., 1913, p. 670).
2. Au masc., littér., vieilli. Synon. de magicien (v. ce mot B).Cet artiste, ce poète, ce musicien est un véritable sorcier (Rob. 1985).
Sorcier de + subst.Chopin est-il pour toi l'Ange de la musique, Et Delacroix le grand sorcier de la couleur? (Rollinat, Névroses, 1883, p. 39).
C. − Loc. verb. fig., fam. Ne pas être (un) grand sorcier. Manquer d'habileté, ne pas être très intelligent. (Dict. xixeet xxes.). Il ne faut pas être (un) grand sorcier pour (faire qqc.). Il n'est pas nécessaire d'être particulièrement intelligent pour (faire quelque chose). Il ne faut pas être grand sorcier pour faire, pour deviner telle chose (Ac.).
II. − Adjectif
A. −
1. [En parlant d'un inanimé]
a) Propre aux sorciers, relatif à la sorcellerie. Personne ne lit plus le sort dans les tarots sorciers (Aragon, Crève-cœur, 1941, p. 15).La force sorcière est censée être innée ou acquise, généralement les deux à la fois (Religions1984).
b) Qui évoque la sorcellerie, qui paraît magique. Basse sur l'horizon, la lune était si grande Que tout prenait un air sorcier (Rostand, Musardises, 1890, p. 279).L'aspect sorcier de certains paysages entrevus à des heures troubles (Lorrain, Sens. et souv., 1895, p. 111).
2. [En parlant d'une pers.] Qui pratique la sorcellerie. Elle me dit de faire la croix dans ma main gauche avec une pièce de monnaie, et les cérémonies magiques commencèrent (...) il était évident qu'elle n'était pas sorcière à demi (Mérimée, Carmen, 1845, p. 23).Favre mère, qui était un peu sorcière, jeta des sorts aux miliciens (Vailland, Drôle de jeu, 1945, p. 140).
B. − Au fig., fam.
1. [En parlant d'une action, d'un champ d'activité; gén. dans un tour nég.] Difficile. La technologie métaphysique n'est pas beaucoup plus sorcière [que celles des sciences et des arts], comme on dit chez nous (Sand, Nouv. lettres voy., 1868, p. 76).Voici vos fiches mises à jour. Ce n'était pas sorcier (H. Bazin, Lève-toi, 1952, p. 51).
Expr. Ce(la)/il n'est pas sorcier de (faire qqc.). Il n'est pas difficile de. Ce n'était pas bien sorcier de me faire retrouver mon frère, puisque tu venais sans doute de le voir (Sand, Pte Fad., 1849, p. 120).Il n'est pas sorcier de faire bavarder ces deux commères (Arnoux, Crimes innoc., 1952, p. 280).
2. [En parlant d'une pers.] Doué d'une intelligence extraordinaire. Il ne s'agit pas d'être sorcier, malin ou savantasse (Cendrars, Bourlinguer, 1948, p. 209).
Prononc. et Orth.: [sɔ ʀsje], fém. [-jε:ʀ]. Ac. 1694, 1718: sorcier, -iere; dep. 1740: -ière. Étymol. et Hist. A. 1. Ca 1160 sorciere « celle à qui on attribue un pouvoir surnaturel qui serait dû à un pacte avec le diable » (Eneas, éd. J.-J. Salverda de Grave, 1907); 1283 sorcier (Philippe de Beaumanoir, Coutumes de Beauvaisis, 334, éd. Am. Salmon, t. 1, p. 162); 2. fig. a) 1578 (Ronsard, Les Amours diverses, éd. P. Laumonier, t. 17, p. 309: les vers enchantez, sont les sorciers d'Amour); b) 1579 « femme vieille et laide, bizarrement accoutrée » (P. Larivey, Morfondu, IV, 1, éd. Ancien Théâtre Français, t. 5, p. 355: nostre vieille sorcière de servante); id. vieille sorcière (ibid., p. 361); c) 1635 subst. masc. « celui qui charme comme un sorcier » (Corneille, Médée, II, 5, 680); 3. loc. fig. a) 1640 être sorcier comme une vache « manquer de jugement » (Oudin Curiositez); b) 1656 il ne fallait pas être grande sorcière pour (Molière, Le Dépit Amoureux, IV, 1, 1158); 1694 il ne faut pas estre sorcier, grand sorcier pour (Ac.). B. Adj. 1555 yeus sorciers (Ronsard, Odes, éd. P. Laumonier, t. 1, p. 240); 1898 ce n'est pas sorcier (Renard, Journal, p. 464). Du lat. tardif sortiarius « diseur de sorts » (860, Hincmarus, De Divortio ds Nierm.; sorcerus, viiies., Gloses de Reichenau, éd. H. W. Klein, t. 1, p. 191), dér. du lat. class. sortes, plur. de sors, sortis, v. sort. Jusqu'à la fin du xves., les idées confuses que l'on se fait sur les détenteurs de pouvoirs merveilleux se traduisent par différents termes pour exprimer la même notion; devin, enchanteur, charmeur, ensorceleur, sorcier, avec des caractères distinctifs; ils sont tous des agents du diable. Au xvies., l'élaboration du concept de magie et l'apparition du terme magicien fait que sorcier ne désigne plus que les vils artisans de maléfices qui participent au sabbat et se vendent au diable. Fréq. abs. littér.: 1 009. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 1 275, b) 1 103; xxes.: a) 1 851, b) 1 497. Bbg. Quem. DDL t. 31 (s.v. herbe aux sorciers). − Roques (M.). Romania, 1949, t. 70, p. 428. − Salomonski (E.). Vox rom. 1948/49, t. 10, pp. 297-298. − Wagner (R.-L.). « Sorcier » et « magicien ». Paris, 1939, 292 p. − Zumthor (P.). Sorcier et magicien. À propos d'un livre de R.-L. Wagner. Z. rom. Philol. 1949, t. 65, pp. 441-457.

Wiktionnaire

Adjectif

sorcier \sɔʁ.sje\

  1. (Familier) Difficile, mystérieux, ésotérique.
    • C’est quand même pas sorcier d’arriver à l’heure.
    • C'était le photographe. Il fit son entrée avec les instruments de son art sorcier : [...] — (Marguerite Yourcenar, Souvenirs pieux, 1974, collection Folio, page 46)
    • Il importe de faire savoir ce qu’on veut puisqu’on parle à un fétiche, plutôt à une personne sorcière qui se cache derrière le fétiche. — (André Pierre-Claver Okoudjou, « Gbe ti ma djro »… : Essai de démythification et de mémystification, 2006, Éditions du Flamboyant, page 92)

Nom commun

sorcier \sɔʁ.sje\ masculin (pour une femme on dit : sorcière)

  1. (Fantastique) Personne à qui on attribue le pouvoir surnaturel de lancer des sorts, des sortilèges.
    • D’ici furent dirigés ces inquisiteurs qui allèrent brûler Vaudois, cathares, fraticelles, béguins, sorciers, envoûteurs, magiciens, flagellants, ou juifs convertis, mais soupçonnés de sortilèges. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Les personnes bien disposées envers elle sont prêtes à croire qu’elle est sorcière, qu’elle a le pouvoir de jeter des sorts, de fasciner « par le seul regard ». — (Gregory Hanlon, L'univers des gens de bien : culture et comportements des élites urbaines en Agenais-Condomois au XVIIe siècle, Presses universitaires de Bordeaux, 1989, p.203)
    • La Saint-Jean joue un grand rôle dans la sorcellerie; c’est ce jour-là que Messieurs les sorciers et Mesdames les sorcières allaient cueillir les herbes destinées à leurs maléfices. — (Gustave Fraipont, Les Vosges, 1895)
  2. (Par extension) Personne qui prétend pratiquer une magie, soit pour guérir, soit pour envoûter.
    • Rabalan était le dernier représentant d’une famille de sorciers qui, durant plus d’un siècle, régnèrent dans Trélotte. Son arrière-grand-père, son grand-père, son père, tous ses oncles et tous ses cousins avaient été sorciers, et l’on racontait d’eux des choses terribles et merveilleuses. — (Octave Mirbeau, Rabalan)
    • Les Groenlandais danois sont devenus de bons chrétiens ; ils persistent toutefois, à témoigner leur confiance à l’« Angakok ». Ce personnage important peut être comparé au rebouteux ou sorcier de nos campagnes. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
  3. (Figuré) et (Populaire) Personne méchante.
    • La sorcière leva la tête à l’entrée de Rébecca, et regarda la belle juive avec cette envie méchante dont la vieillesse et la laideur unies à de mauvais penchants ont coutume de gratifier la jeunesse et la beauté. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)

Nom commun

sorcière \sɔʁ.sjɛʁ\ féminin (pour un homme on dit : sorcier)

  1. (Fantastique) Femme exerçant le métier de sorcier.
    • […], Pax vobiscum vous aidera à franchir tous les obstacles. Cette phrase est aussi utile à un moine que l’est un balai à une sorcière, ou une baguette à un enchanteur. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Toutefois, l’évêque de Maguelonne sut de science certaine qu’elle était menteresse et sorcière ; c’est pourquoi elle fut brûlée vive à Montpellier en 1417. — (Anatole France, Vie de Jeanne d’Arc, Calmann-Lévy, 1924, page 187)
  2. Insulte s'adressant à une vieille femme sans attraits physiques.
    • – Prenez garde, vieille sorcière !… Ne vous foutez pas de moi, hein !… et faites ce que je commande… — (Octave Mirbeau, Le Calvaire, 1886, IX)

Forme d’adjectif

sorcière \sɔʁ.sjɛʁ\

  1. Féminin singulier de sorcier.
    • Il importe de faire savoir ce qu’on veut puisqu’on parle à un fétiche, plutôt à une personne sorcière qui se cache derrière le fétiche. — (André Pierre-Claver Okoudjou, « Gbe ti ma djro »… : essai de démythification et de mémystification, 2006, Éditions du Flamboyant, page 92)

Nom commun

sorcière \sɔʁ.sjɛʁ\ féminin (pour un homme on dit : sorcier)

  1. (Fantastique) Femme exerçant le métier de sorcier.
    • […], Pax vobiscum vous aidera à franchir tous les obstacles. Cette phrase est aussi utile à un moine que l’est un balai à une sorcière, ou une baguette à un enchanteur. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Toutefois, l’évêque de Maguelonne sut de science certaine qu’elle était menteresse et sorcière ; c’est pourquoi elle fut brûlée vive à Montpellier en 1417. — (Anatole France, Vie de Jeanne d’Arc, Calmann-Lévy, 1924, page 187)
  2. Insulte s'adressant à une vieille femme sans attraits physiques.
    • – Prenez garde, vieille sorcière !… Ne vous foutez pas de moi, hein !… et faites ce que je commande… — (Octave Mirbeau, Le Calvaire, 1886, IX)

Forme d’adjectif

sorcière \sɔʁ.sjɛʁ\

  1. Féminin singulier de sorcier.
    • Il importe de faire savoir ce qu’on veut puisqu’on parle à un fétiche, plutôt à une personne sorcière qui se cache derrière le fétiche. — (André Pierre-Claver Okoudjou, « Gbe ti ma djro »… : essai de démythification et de mémystification, 2006, Éditions du Flamboyant, page 92)

Nom commun

sorcière \sɔʁ.sjɛʁ\ féminin (pour un homme on dit : sorcier)

  1. (Fantastique) Femme exerçant le métier de sorcier.
    • […], Pax vobiscum vous aidera à franchir tous les obstacles. Cette phrase est aussi utile à un moine que l’est un balai à une sorcière, ou une baguette à un enchanteur. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Toutefois, l’évêque de Maguelonne sut de science certaine qu’elle était menteresse et sorcière ; c’est pourquoi elle fut brûlée vive à Montpellier en 1417. — (Anatole France, Vie de Jeanne d’Arc, Calmann-Lévy, 1924, page 187)
  2. Insulte s'adressant à une vieille femme sans attraits physiques.
    • – Prenez garde, vieille sorcière !… Ne vous foutez pas de moi, hein !… et faites ce que je commande… — (Octave Mirbeau, Le Calvaire, 1886, IX)

Forme d’adjectif

sorcière \sɔʁ.sjɛʁ\

  1. Féminin singulier de sorcier.
    • Il importe de faire savoir ce qu’on veut puisqu’on parle à un fétiche, plutôt à une personne sorcière qui se cache derrière le fétiche. — (André Pierre-Claver Okoudjou, « Gbe ti ma djro »… : essai de démythification et de mémystification, 2006, Éditions du Flamboyant, page 92)

Nom commun

sorcière \sɔʁ.sjɛʁ\ féminin (pour un homme on dit : sorcier)

  1. (Fantastique) Femme exerçant le métier de sorcier.
    • […], Pax vobiscum vous aidera à franchir tous les obstacles. Cette phrase est aussi utile à un moine que l’est un balai à une sorcière, ou une baguette à un enchanteur. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Toutefois, l’évêque de Maguelonne sut de science certaine qu’elle était menteresse et sorcière ; c’est pourquoi elle fut brûlée vive à Montpellier en 1417. — (Anatole France, Vie de Jeanne d’Arc, Calmann-Lévy, 1924, page 187)
  2. Insulte s'adressant à une vieille femme sans attraits physiques.
    • – Prenez garde, vieille sorcière !… Ne vous foutez pas de moi, hein !… et faites ce que je commande… — (Octave Mirbeau, Le Calvaire, 1886, IX)

Forme d’adjectif

sorcière \sɔʁ.sjɛʁ\

  1. Féminin singulier de sorcier.
    • Il importe de faire savoir ce qu’on veut puisqu’on parle à un fétiche, plutôt à une personne sorcière qui se cache derrière le fétiche. — (André Pierre-Claver Okoudjou, « Gbe ti ma djro »… : essai de démythification et de mémystification, 2006, Éditions du Flamboyant, page 92)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SORCIER, IÈRE. n.
Celui, celle à qui on attribue un pouvoir surnaturel qui serait dû à un pacte avec le diable. Fig. et pop., C'est un vieux sorcier, une vieille sorcière se dit d'un Homme vieux et méchant, d'une vieille et méchante femme. Fam., Il ne faut pas être grand sorcier pour faire, pour deviner telle chose, Il ne faut pas avoir beaucoup d'habileté pour la faire, beaucoup de pénétration pour la deviner. On dit aussi très familièrement Cela n'est pas sorcier pour signifier qu'Une chose n'est pas difficile à deviner, à faire.

Littré (1872-1877)

SORCIER (sor-sié, siè-r') s. m.
  • 1Celui, celle qui passe pour avoir fait un pacte avec le diable, à l'effet d'opérer des maléfices, et pour aller à des assemblées nocturnes dites sabbat. On les tient [les chrétiens] pour sorciers dont l'enfer est le maître, Corneille, Pol. IV, 6. Le sorcier en fit une fille [de la chatte] De l'âge de quinze ans, et telle et si gentille, Que le fils de Priam pour elle aurait tenté Plus encor qu'il ne fit pour la grecque beauté, La Fontaine, Fabl. IX, 7. Encore que je sois persuade que les véritables sorciers soient très rares, que le sabbat ne soit qu'un songe, et que les parlements qui renvoient les accusations des sorcelleries soient les plus équitables, Malebranche, Rech. vér. II, 3, ch. dernier. Le grand juge de ce pays [Saint-Claude], nommé Boguet, se vante, dans son livre sur les sorciers imprimé à Lyon en 1607, d'avoir fait brûler sept cents sorciers, Voltaire, Pol. et lég. Requête. Nicolas Remi, dans sa Démonolâtrie, rapporte neuf cents arrêts rendus en quinze ans contre les sorciers dans la seule Lorraine, Voltaire, Louis XIV, 31. Encore de nos jours, en 1750, la justice sacerdotale de l'évêque de Wurtzbourg a condamné comme sorcière une religieuse, fille de qualité, au supplice du feu, Voltaire, Dict. phil. Arrêts not. Sachez que la nuit dernière Sur un vieux balai rôti, Avec certaine sorcière, Pour l'enfer je suis parti, Béranger, Desc. aux enf.

    Familièrement. Il n'est pas sorcier, il n'est pas grand sorcier, il n'est pas très habile.

    Il ne faut pas être grand sorcier pour cela, c'est une chose qui n'exige pas une bien grande habileté. Il ne fallait pas être une grande sorcière Pour voir, dès le moment de vos desseins pour lui, Tout ce que votre esprit ne voit que d'aujourd'hui, Molière, le Dép. IV, 1. Il ne faut pas être grand sorcier pour deviner cela, Dancourt, le Cheval. à la mode, IV, 1.

    En un sens opposé. Il faut être sorcier pour le lire [ce manuscrit de Longus] ; j'espère pourtant en venir à bout, Courier, Lett. à M. Renouard.

  • 2 Fig. Il se dit de celui qui charme comme par un sortilége. Allez, allez, madame, Étaler vos appas et vanter vos mépris à l'infâme sorcier qui charme vos esprits, Corneille, Médée, II, 7.

    Il se dit aussi des choses qui captivent. La cadence aussitôt, la rime, la césure, La riche expression, la nombreuse mesure, Sorcières dont l'amour sait d'abord les charmer [les poëtes], De fatigues sans fin viennent les consumer, Boileau, Ép. X.

  • 3 Fig. et populairement. Un vieux sorcier, un homme vieux et méchant.

    Une vieille sorcière, une femme vieille et méchante.

  • 4 S. f. Sorcière, un des noms de la circée lutétienne, onagrariées, dite aussi herbe à la magicienne.

    Nom vulgaire de la synancée horrible, poissons acanthoptérygiens, la scorpène horrible de certains auteurs.

    Nom vulgaire des espèces du genre mante, insectes orthoptères.

HISTORIQUE

XIIIe s. L'orde et vieille sorciere, Berte, XI. Li sorciers et les sorcieres si errent contre la foy, Beaumanoir, XI, 25.

XVIe s. Et fay, quand il me plaist, par figures sorcieres Flots sur flots entassés les grands monts escumer, Belleau, Bergeries, t. I, p. 131, dans LACURNE. Les traits d'une jeune guerriere… Hauts discours, divines pensées, Et mille vertus amassées Sont les sorciers qui m'ont charmé, Desportes, Amours d'Hippolyte, IX, chanson. Dix ou douze prisonniers de ce genre [accusés de sorcellerie], et une vieille, vrayement bien sorciere en laideur et deformité, Montaigne, IV, 187.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

SORCIER. Ajoutez :
5Jouet d'enfant, petit bonhomme en moelle de sureau ou autre matière très légère, plombé par le bas, de façon à se remettre toujours sur pieds.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « sorcier »

(Date à préciser) Du bas latin *sortiarius (« de sort », « jeteur de sort »), dérivé de sors, sortis (« sort »), de là sorcerius (VIIIe siècle, Gloses de Reichenau). Apparenté à sortero en espagnol, sortiere en italien.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Wallon, sôrsi ; saintong. sorcière, tourbillon de vent attribué aux sorciers ; du bas-lat. sortiarius, qui vient du lat. sors, sort : proprement, celui qui jette un sort, ou qui dit le sort ; provenç. sortilhier ; espagn. sortero ; ital. sortiere.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « sorcier »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
sorcier sɔrsje

Citations contenant le mot « sorcier »

  • Les apprentis sorciers ont découvert la magie dans l’hôtel de ville. Avant la venue des grands vendredi. L'Aisne nouvelle, Les jeunes sorciers découvrent l’hôtel de ville par le prisme d’Harry Potter à Saint-Quentin
  • La sorcière qui autrefois s’amusait à effrayer les « moldus » (personnes non dotées de pouvoirs magiques) et à leur lancer des malédictions s’est retrouvée prise à son propre piège et a été battue par le sorcier Malfadus qui l’a condamné à vivre dans le labyrinthe pour l’éternité. , Yvelines. Chasse aux sorcières au labyrinthe de la Fillolière | 78actu
  • Ca bouillonne dans la marmite de sorcière de la société "Para-expérience". Habituellement , cette société événementielle de Côte-d'Or organise des salons bien particuliers au Palais des Congrès de Dijon: ils s'appellent par exemple "Grimoires et Chaudrons", "Légende aéra" ou encore "le salon de l'Etrange." Des rencontres qui attirent jusqu’à 5000 personnes. France Bleu, La relance éco : en Côte-d'Or un site internet de potions, capes de sorcière et autres produits"fantastiques"
  • Mary et la fleur de la sorcière, le digne héritier des studios Ghibli , Le roman Mary et la Fleur de la sorcière bientôt publié aux éditions Ynnis | 9emeArt.fr
  • Spectacle avec théâtre, marionnettes, chansons d'Inna Gueorguiev proposé par La Comédie de Metz. Participation des enfants. Est ce que vous avez peur du noir, ou des peurs toutes bizarres ? Moi plus du tout ! Depuis que j'ai rencontré une petite sorcière phénomène prénommée Philomène ! Venez vivre un moment magique avec Fifi la petite sorcière, fabriquer des potions pour apaiser les grandes émotions et affronter vos peurs, en riant et en chantant, tout en douceur. Après le "Flocon magique", le nouveau spectacle pour les tout-petits d'Irina Gueorguiev. , «La petite sorciere» : Spectacle a Metz
  • Pour la partie surnaturelle et magique, là les auteurs brillent un peu plus en nous immergeant dans la société des sorcières de Greendale. On entrevoit un monde plus complexe et riche que la surface, avec des enjeux forts, presque politiques entre les différents covens de sorcières. Bien que peu développé dans ce premier tome, on espère que la suite consacrera plus de temps à l’approfondissement de cet axe, assurément le plus intéressant. , Sabrina l’apprentie sorcière T. 1 - Par Thompson, Fish & Morell (...) - ActuaBD
  • Symbole d’indépendance et de puissance, la figure de la sorcière inspire les féministes depuis la fin du XIXe siècle. Elle trouve aujourd’hui un écho supplémentaire sur les réseaux sociaux et dans le mouvement Black Lives Matter. Courrier international, La revanche des sorcières
  • On ne brûle plus les sorcières, ni même les livres, mais on brûle toujours les idées. De Jean Dutourd / Dutouriana
  • Les sorcières ont besoin de notre sang et les politiciens de notre argent. De Lesly Daguerre
  • Nos existences sont en réalité, par l'hérédité, aussi pleines de chiffres cabalistiques, de sorts jetés, que s'il y avait vraiment des sorcières. Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, le Côté de Guermantes , Gallimard
  • Le sorcier tue, mais n'hérite jamais. De Proverbe nigritien
  • Les enfants, ce n'est pas sorcier, ça pousse à travers nos erreurs. De Christian Bobin / La Plus que vive
  • Avoir confiance en une femme, c'est manger avec un sorcier. De Massa Makan Diabaté / Le Boucher de Kouta
  • Ne soyez pas sorcier ; mais si vous l'êtes, faites votre métier. De Victor Hugo / Les Travailleurs de la Mer
  • Il n’est pas très sorcier d’avoir plusieurs femmes. Cela demande seulement un peu d’imagination et beaucoup d’organisation. De Frédéric Beigbeder / L’Amour dure trois ans
  • Quand on emprunte aux sciences occultes leurs surprenants mystères, on peut passer pour un sorcier, et subir le sort d’un canard prête à rôtir. De Alexandre Pothey / Soirée au sérail
  • Tous les enfants sont des sorciers. De Jacques Brel / Fils de...
  • Les sorciers, lorsqu'ils font de terrifiantes conneries, on accuse toujours l'apprenti. De Jacques Prévert / Fatras
  • « Si les parents ne pouvaient plus s’occuper de leur gosse, un oncle ou une cousine le prenait en charge, continue-t-il. La situation économique du pays a commencé à se dégrader, les premiers shégués sont apparus. Leur nombre n’a pas cessé de croître, et le concept d’enfants sorciers est né dans la foulée. » Superstition et magie noire ont toujours eu leur place en Afrique subsaharienne. Ni le catholicisme ni l’islam n’auront eu raison des pratiques ancestrales, présentes dans toutes les strates de la société, vivaces jusqu’au sommet des Etats. « Chez nous, quand un malheur arrive, on a tendance à chercher un bouc émissaire plutôt qu’à questionner notre responsabilité, résume Rémy Mafu. Il faut trouver qui nous a “bouffés”, comme on dit en sorcellerie. » Jusqu’alors, les personnes âgées, les femmes surtout, avaient la préférence des exorcistes. Les temps ont changé. Et les pasteurs ont remplacé les marabouts. , Congo, la malédiction des enfants sorciers
  • Une tâche d’autant plus ardue qu’il faudrait être  un sorcier pour y réussir. En effet les autorités sous la direction de Mohamed Ould Aziz, président de la République islamique de Mauritanie d’août 2008 à août 2019,  ont construit le port sans étude de positionnement stratégique par rapport aux ports existants situés en bordure de l’océan atlantique (ports de Nouakchott,  Nouadhibou et Bénichab en Mauritanie ;  port de Dakar au Sénégal). Financial Afrik, La Mauritanie cherche sorcier pour rentabiliser un projet portuaire de 352 M$ | Financial Afrik
  • Sabrina a des soucis, parle à son chat qui lui répond, ex-ado envoûté. Sabrina teste ses sorts. Elle est à Gleendale et ses tantes se soucient de son éducation humaine. Mortelle et sorcière, Sabrina ne fais pas l’unanimité chez les filles du collège dont Radka mais tape dans l’œil de Harvey. Elle va mettre un peu d’ordre autour d’elle. Et devenir copine avec Jessa souffre-douleur désigné. Sauf que les deux filles tombent sur un monstre aux bois de cerfs, un wendigo. Compliqué à gérer avec en plus Radka et Harvey évanouis. Comment faire pour ne pas dévoiler son statut de sorcière ? Dans la pièce cachée bourrée de grimoires qui est sous sa maison, Sabrina va se lancer sur la piste du monstre. Ligne Claire, Sabrina l'apprentie sorcière revient en BD

Images d'illustration du mot « sorcier »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « sorcier »

Langue Traduction
Anglais wizard
Espagnol mago
Italien procedura guidata
Allemand magier
Chinois 巫师
Arabe ساحر
Portugais bruxo
Russe колдун
Japonais 魔法使い
Basque morroia
Corse mago
Source : Google Translate API

Synonymes de « sorcier »

Source : synonymes de sorcier sur lebonsynonyme.fr
Partager