Séminaire : définition de séminaire


Séminaire : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

SÉMINAIRE, subst. masc.

A. − RELIG. CATH.
1.
a) (Grand) séminaire. Établissement d'enseignement supérieur consacré à la formation des jeunes gens qui se destinent à la prêtrise. Directeur, supérieur du (grand) séminaire; entrer au séminaire. L'aîné qui étudiait pour être prêtre au grand séminaire de Nancy (Barrès,Colline insp., 1913, p. 263):
Alors apparaissent les hommes d'une piété grave et raisonnable (...). Par des congrégations d'un type nouveau (...), ils créent le séminaire, c'est-à-dire la pépinière soigneusement murée où se forment les jeunes clercs (...). De l'école de ces grands maîtres de la vie spirituelle sort ce clergé (...) qui remplit la seconde moitié du xviiesiècle... Renan,Souv. enf., 1883, p. 202.
P. anal. Séminaire + adj. donnant une précision sur la relig.Établissement destiné à la formation de pasteurs ou de rabbins. Tous deux [Schelling et Hegel] sont sortis (ainsi que Strauss) du séminaire protestant de Tübingen (Michelet,Journal, 1842, p. 428).[L'exégèse moderne] a renouvelé et vivifié l'intelligence de beaucoup de pages de l'Écriture, forcé les portes des séminaires rabbiniques d'Occident, comme celles des séminaires catholiques eux-mêmes (Weill,Judaïsme, 1931, p. 80).
b) (Petit) séminaire. Internat d'un enseignement religieux secondaire, fréquenté par de jeunes garçons parmi lesquels se recrutent les futurs élèves du grand séminaire. Au petit séminaire, je n'étais qu'un élève médiocre. Au grand séminaire, allez, j'ai fini par lasser tout le monde (Bernanos,Soleil Satan, 1926, p. 129).Bon nombre d'établissements secondaires [catholiques] constituent en fait des petits séminaires où les jeunes gens qui se destinent à la prêtrise reçoivent l'enseignement classique (Encyclop. éduc., 1960, p. 86).
2. P. méton.
a) Ensemble du personnel et des élèves du séminaire. Un séminaire, en rangs pressés, qui suivait le quai Debilly, mettait une queue de soutanes, couleur d'ocre, dans la clarté diffuse (Zola,Page amour, 1878, p. 908).
b) Bâtiments abritant cet établissement. Cour, mur du séminaire. L'ancien séminaire Saint-Magloire, où se trouve aujourd'hui l'Institution nationale des Sourds-Muets (Jouy,Hermite, t. 3, 1813, p. 262).Le petit séminaire (...) présente deux façades, brique et pierre (Verlaine, Œuvres posth., t. 1, Souv. et fantais., 1896, p. 229).
c) Durée des études du petit ou du grand séminaire. Je ne l'avais jamais, depuis le séminaire, sentie si vivante, si pressante [ma vocation sacerdotale] (Billy,Introïbo, 1939, p. 192).
3. Peu usuel, p. anal. Cage où l'on met les poulets à l'engrais. Synon. épinette2, mue1.Oiseaux que l'on confinait dans un obscur séminaire, afin que durant quelques jours, ils n'y pussent bouger que pour picorer et s'engraisser ainsi de façon anormale (Jammes,Mém., 1921, p. 114).
B. − P. ext. Établissement, lieu ou milieu où l'on se prépare à une profession, où l'on s'exerce à un art, à une technique quelconque. Synon. pépinière.Depuis sa fondation, Le National est un séminaire d'intrigants et de renégats (Proudhon,Qu'est-ce que la propriété? Paris, Lacroix,1867 [1841],p. 313, note).Le séminaire français de l'architecture à Rome est donc, à notre avis, le pourvoyeur de ces banalités audacieuses et coûteuses qui remplissent nos cités. Et les quelques artistes distingués qui sortent de cette école (...) forment une classe sans influence (Viollet-Le-Duc, Archit., 1872, p. 166).
En partic. En Allemagne et dans quelques pays d'Europe, établissement d'enseignement supérieur rattaché à une université. L'Allemagne, où les études de musicologie sont réglées dans un esprit scientifique, a créé des instituts ou séminaires modèles. Il n'y a pas d'université, si petite soit-elle, qui n'en possède un. De même, en Autriche et en Suisse, à Utrecht en Hollande et, depuis 1937, à Rome (Civilis. écr., 1939, p. 50-2).
C. − P. anal.
1. ENSEIGN. SUP. Groupe d'étudiants effectuant un travail pratique de recherche sous la direction d'un enseignant; ensemble des séances de ce groupe. (Dict. xxes.).
2. P. anal. Réunion de spécialistes ou de techniciens pour étudier des questions ou résoudre des difficultés concernant leur spécialité ou la vie de leurs entreprises. Plusieurs fois par semaine, tous les chercheurs d'un même groupe se réunissent en un « séminaire », selon la désignation courante de ces réunions, où l'on peut suivre les recherches de chacun et où se mettent en commun les projets, les idées, qui se préciseront au crible d'une critique amicale (Leprince-Ringuet,Atomes et hommes, 1957, p. 68).[Des centres] où sont organisées, dans des sessions communes, des sortes de « séminaires de patrons et d'ouvriers soucieux d'améliorer le climat social et l'efficacité économique des entreprises » (Univers écon. et soc., 1960, p. 44-11).
Prononc. et Orth.: [seminε:ʀ]. Ac. 1694, 1718: seminaire, ensuite sé-. Étymol. et Hist. 1. 1551 « principe vital d'un phénomène » (Le Roy, Timée de Platon, 87 v od'apr. FEW t. 11, p. 440a); 2. ca 1586 (E. Pasquier, Lettres, IV, 24, éd. Amsterdam, 1723, t. 2, p. 114b: on leur [aux Jésuites] a donné plusieurs maisons pour instituer la jeunesse, qu'ils appellent aujourd'huy Seminaires, voulans sous ce mot donner à entendre que ce sont pepinieres de la Religion Catholique); 1681 petit seminaire (Serment de l'archevêque de Bordeaux ds Archives hist. de la Gironde, t. 8, p. 294); 1718 p. ext. (Ac.: tout le seminaire se trouve à ce sermon); 3. 1636 p. anal. (Monet, p. 808b: La France est un vrai Seminaire de geans de guerre); 4. a) 1845 nom porté en Allemagne par divers établissements laïques d'instruction publique (Besch.); b) 1893 « groupe de travail d'étudiants dirigé par un professeur » (G. Paris, Le Haut enseignement hist. et philol. en France, p. 29 ds Quem. DDL t. 15). Empr. au lat.seminarium « pépinière » (de là l'empr. fr. ca 1600, O. de Serres, VI, 4 ds Hug.), fig. « source, origine » (de là ca 1586, Pasquier, Lettres, IV, 4, t. 2, p. 80b), spéc. en parlant d'un milieu, d'une classe où se recrutent les aspirants à certaines fonctions ([equites] seminarium senatus), de là, depuis le concile de Trente (1545-63), le sens 2 (Conc. Trid. sess. XXIII, decret. ds Blaise Latin. Med. Aev.). 4 est empr. par l'intermédiaire de l'all. Seminar, sens 4a et b (Duden. Das grosse Wörterbuch der deutschen Sprache, t. 5, 1980, p. 2378). Fréq. abs. littér.: 793. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 1 006, b) 1 143; xxes.: a) 1 229, b) 1 161. Bbg. Michel (P.-G.). « Séminaristes sociaux » et « monde moderne » au début du s. Foi Lang. 1978, t. 2, pp. 293-296.

Séminaire : définition du Wiktionnaire

Nom commun

séminaire \se.mi.nɛʁ\ masculin

  1. (Religion) Établissement religieux où l’on prépare les jeunes clercs à recevoir les ordres sacrés.
    • Le prix des matières premières étant peu considérable, la procure d'un séminaire pourrait livrer les pains d’autel à meilleur marché que ne le font les laïques , et ce serait un revenu net et assuré, que l'on pourrait appliquer à la fondation de quelques bourses. — (Abbés Jules Jacquin & Joseph Duesberg, Petite encyclopédie ecclésiastique, contenant ce qu'il importe le plus au curé de connaître, Paris : chez Victor Palmé, 1847, p. 319)
    • Malgré de sensibles défauts, malgré l’humilité de son origine, ce fils de paysans et de pauvres marins, couvert du triple ridicule d’échappé de séminaire, de clerc défroqué, de cuistre endurci, on l’a tout d’abord accueilli, écouté, choyé même, uniquement parce qu’on trouvait dans sa voix des accents sincères. — (Ernest Renan, Souvenirs d’enfance et de jeunesse, 1883, collection Folio, page 208.)
    • Le séminaire de tel diocèse, de Saint-Sulpice, de missions étrangères.
    • Petit séminaire, établissement religieux d’enseignement secondaire, où l’on élève les enfants principalement en vue du recrutement du clergé.
  2. (Par extension) Ensemble des ecclésiastiques et des élèves qui demeurent dans un séminaire.
    • Tout le séminaire assistait à ce sermon.
  3. Temps déterminé qu’on doit passer dans un séminaire pour être admis aux ordres sacrés.
    • Il commence, il finit son séminaire.
  4. Établissements où l’on se forme à une profession quelconque.
    • Cette école est un séminaire de bon officiers.
    • Cet établissement est un séminaire d’excellents ouvriers.
  5. (Enseignement supérieur) Groupe d'étudiants suivant un enseignement sur un thème particulier ou effectuant un travail pratique de recherche sous la direction d'un enseignant ; ensemble des séances de ce groupe.
    • Je n’ai jamais rien appris à l’université, alors que durant les deux premières années du séminaire de Devereux, je n’ai fait qu’apprendre. En deux ans, j’ai comblé cinq ans de vacuité universitaire — (Tobie Nathan, Ethno-roman)
  6. Réunion de professionnels en vue de l’étude d’un sujet particulier.
    • Au début des années 30, ce qui ne se nommait pas encore colloque, séminaire ou symposium, mais tout bêtement débat, commençait à prospérer. — (Françoise Giroud, Une femme honorable, Livre de Poche, p. 347)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Séminaire : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SÉMINAIRE. n. m.
Établissement religieux où l'on prépare les jeunes clercs à recevoir le ordres sacrés. Le séminaire de tel diocèse. Le séminaire de Saint-Sulpice. Le séminaire de Missions étrangères. Entrer au séminaire. Il n'est pas resté au séminaire. Petit séminaire, Établissement religieux d'enseignement secondaire, où l'on élève le enfants principalement en vue du recrutement du clergé.

SÉMINAIRE se dit, par extension, de l'Ensemble des ecclésiastiques et des élèves qui demeurent dans un séminaire. Tout le séminaire assistait à ce sermon. Il se dit encore du Temps déterminé qu'on doit passer dans un séminaire pour être admis aux ordres sacrés. Il commence, il finit son séminaire.

SÉMINAIRE se dit également des Établissements où l'on se forme à une profession quelconque. Cette école est un séminaire de bon officiers. Cet établissement est un séminaire d'excellents ouvriers.

Séminaire : définition du Littré (1872-1877)

SÉMINAIRE (sé-mi-nê-r') s. m.
  • 1Proprement, pépinière (sens qui n'est pas usité).

    Fig. Vous les gâterez [les bienfaits], si vous en faites un séminaire de procès, Malherbe, Traité des bienf. de Sénèque, III, 14.

  • 2 Fig. Maison ecclésiastique où l'on prépare, dans chaque diocèse, les jeunes clercs à la réception des ordres. Entrer au séminaire. Fonder un séminaire.

    Petit séminaire, école secondaire ecclésiastique.

  • 3Tous les ecclésiastiques qui y demeurent. Tout le séminaire assistait à ce sermon.
  • 4Temps qu'on doit y passer pour être admis aux ordres. C'était un jeune abbé qui faisait son séminaire, Rousseau, Conf. III.
  • 5 Par extension, établissement où l'on se forme à une profession quelconque. Cette école est un séminaire de bons officiers. Cette école [École polytechnique], après avoir été un foyer de lumières pour la France et pour l'Europe, venait d'être reconstruite sur un plan plus étroit et moins libéral… Napoléon transforma une pépinière de savants en un séminaire de guerriers, Général Foy, Guerre de la Péninsule, t. I, p. 125.
  • 6Nom que portent en Allemagne divers établissements d'instruction publique et spécialement les écoles normales.

HISTORIQUE

XVIe s. Les principaulx factieux s'en allerent quant et quant, et tout le seminaire de sedition qui estoit demeuré en la ville, se voyant sans chef…, Carloix, IX, 21. C'est le clapier qui est le seminaire de la garenne, De Serres, 415. …Encore que le naturel des carrotes requiere plus de demeurer en leur seminaire, que le transplantement, De Serres, 530. L'envie et jalousie des egaux est le seminaire des troubles, seditions et guerres civiles, Charron, De la Sagesse, I, 58.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Séminaire : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

SEMINAIRE, s. m. (Gram. & Jurisprud.) on entend ordinairement par ce terme une maison destinée à élever les jeunes clercs, pour les former aux connoissances & aux fonctions qui conviennent à l’état ecclésiastique.

Il y a cependant aussi des séminaires où les clercs ne sont pas élevés, mais où ils doivent seulement demeurer quelque tems pour se préparer à recevoir les ordres ; d’autres encore qui sont des maisons de retraite pour des ecclésiastiques âgés ou infirmes ; d’autres enfin où l’on forme des sujets pour les missions étrangeres.

Ces différentes sortes de séminaires jouissent tous des mêmes privileges.

Les plus anciens sont sans contredit ceux qui furent institués pour élever les jeunes clercs, & qu’on appelle communément les petits séminaires ; leur origine en France remonte très-haut, puisque le concile de Bazas tenu en 529 parle de leur utilité ; mais il est à croire que les séminaires, dont parle ce concile, n’étoient autres que les écoles qu’il y avoit de tout tems dans toutes les églises cathédrales & dans les principaux monasteres, lesquelles pouvoient en effet être regardées comme des séminaires, n’y ayant guere alors que ceux qui se destinoient à l’état ecclésiastique qui fréquentassent ces écoles, & qui s’adonnassent à l’étude des lettres.

A ces écoles qui furent ruinées par les desordres du x. siecle succéderent les universités & les colleges particuliers ; la plûpart des évêques se reposerent de l’instruction de leurs clercs sur les régens des colleges pour les premieres études, & sur les docteurs des universités pour la Théologie & le Droit canon.

Mais on trouva que c’étoit une occasion de dissipation pour les jeunes clercs d’aller étudier dans les colleges avec les écoliers laïcs, & que pendant ce tems ils ne faisoient aucune fonction ecclésiastique, on crut qu’il étoit plus convenable de les élever en particulier, & ce fut ce qui donna lieu à l’établissement des petits séminaires.

Le concile de Trente, sess. 23. c. xviij. de reform. ordonne que dans chaque diocèse ou province il soit établi un ou plusieurs séminaires, où l’on reçoive de jeunes gens nés en légitime mariage, âgés de douze ans au-moins & qui se disposent à l’état ecclésiastique, pauvres & riches indifféremment ; si ce n’est que les riches payeront leur pension, & que les pauvres seront nourris gratuitement.

Pour la dotation & entretien de ces séminaires, le concile permet de lever une contribution sur les bénéfices du diocèse, sans qu’aucun ordre s’en puisse exempter, à l’exception des mendians & des chevaliers de Malte, laquelle contribution sera réglée par l’évêque assisté de deux chanoines de son église ; il permet aussi l’union des bénéfices.

Enfin il oblige les écolâtres des chapitres à enseigner les jeunes clercs dans ces séminaires, ou à nommer, de l’agrément de l’évêque, quelqu’un à leur place, pour s’acquitter de cette fonction.

L’assemblée de Melun en 1579 s’est conformée au réglement du concile de Trente, auquel elle a ajouté plusieurs articles touchant le gouvernement des séminaires.

Les conciles provinciaux de Rouen, de Rheims, de Bordeaux, de Tours, de Bourges, d’Aix & de Toulouse, ont aussi reçu ce réglement, & y ont ajouté différentes explications.

Cependant la discipline de l’église de France n’est pas conforme en plusieurs chefs au réglement du concile de Trente.

Il est d’abord constant que l’on ne peut établir aucun séminaire en France sans lettres-patentes du roi ; c’est un point décidé par l’édit du mois d’Août 1749.

On devoit, suivant le concile, élever les enfans dans le séminaire depuis l’âge de douze ans jusqu’à ce qu’ils eussent reçu les ordres sacrés ; au-lieu que dans la plûpart des dioceses de France on n’oblige ceux qui se présentent aux ordres que de passer une année dans le séminaire ; & même en quelques diocèses, on se contente d’un tems plus court, & que les clercs fassent une retraite au séminaire avant que de recevoir les ordres mineurs, le sous-diaconat, le diaconat & la prêtrise.

Le gouvernement des séminaires en France dépend de la prudence de l’évêque qui leur donne des statuts tels qu’il les croit convenables. On ne l’oblige point de prendre l’avis de deux chanoines de sa cathédrale.

Pour ce qui est de la dotation des séminaires, elle peut se faire, soit par la fondation ou par des donations postérieures, soit par des unions des bénéfices, soit par imposition sur les biens ecclésiastiques du diocese.

L’évêque procede à cette imposition avec les syndics & députés aux bureaux des décimes de leur diocèse.

L’ordonnance de Blois enjoint aux évêques d’établir des séminaires dans leur diocèse, d’aviser à la forme qui sera la plus propre selon les circonstances, & de pourvoir à la dotation d’iceux par union de bénéfices, assignations de pension ou autrement ; c’est aussi la disposition de l’édit de Melun, de l’ordonnance de 1629, & de la déclaration du 15 Décembre 1698 ; celle ci ordonne l’établissement des séminaires dans les diocèses où il n’y en a point, & des maisons particulieres pour l’éducation des jeunes clercs pauvres, depuis l’âge de douze ans.

Les bénéfices dont le revenu n’excede pas 600 liv. sont exceptés de la contribution pour les séminaires par l’ordonnance de 1629 ; les cures sont aussi exemptes, de même que les dixmes inféodées.

Les évêques, leurs grands vicaires & archidiacres peuvent enjoindre aux curés & autres ecclésiastiques de se retirer pour quelque tems dans un séminaire, pour y reprendre l’esprit de leur état ; & ces ordonnances sont exécutoires, nonobstant oppositions ou appellations. Voyez le concile de Trente & autres que l’on a cités, les ordonnances de Blois de 1629, & d’Héricourt, Fuet, la Combe, instit. au dr. ecclés. de Fleury, les mémoires du clergé, & les mots College, Écoles, Université. (A)

Séminaire, pierre, (Hist. nat. Litholog.) seminarius lapis, nom d’une pierre qui paroît composée d’un amas de graines. Voyez Oolite.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « séminaire »

Étymologie de séminaire - Littré

Lat. seminarium, pépinière, de seminare, semer.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de séminaire - Wiktionnaire

Du latin seminarium (« pépinière »), de semen (« graine »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « séminaire »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
séminaire semɛ̃ɛr play_arrow

Citations contenant le mot « séminaire »

  • À l’aune de certaines conséquences de la pandémie, les responsables du Patriarcat de Jérusalem et du Petit séminaire considèrent qu’il s’avère impossible de maintenir une programmation normale pour la prochaine année académique, explique l’agence Fides qui cite une lettre de l’actuel recteur, le père Jacob Rafidi. , Terre Sainte: le Petit séminaire suspend ses activités - Vatican News
  • C’est avec une vue époustouflante sur la vallée et sous un temps radieux que Sylvie Marques a organisé hier un séminaire exceptionnel au sommet puisque c’est au Pic du Midi que les 13 participants s’étaient donné rendez-vous pour cette journée particulière, prise d’assaut puisque complète depuis plus d’un mois. La jeune femme tenait à cet environnement somptueux pour ce premier rendez-vous : "C’est un endroit magique et idéal pour le symbole "prendre de la hauteur". Je pense que cet environnement aide aussi à jouer sur la prise de conscience. Il rassemblera des personnes venant de Paris, Rouen, Pau, Le Gers, la côte Basque et Tarbes. C’est un séminaire très avant-gardiste sur le processus pour entreprendre avec succès. À l’heure où le monde est en plein changement, il est important de montrer et de transmettre aux entrepreneurs, dirigeants qu’il est temps de "faire autrement pour avoir de nouveaux résultats" (Einstein). C’est toute l’essence de mon activité que je fais avec passion". ladepeche.fr, Campan. Un séminaire pour Entreprendre avec succès - ladepeche.fr
  • Le séminaire a été animé par plusieurs professionnels, à savoir une naturopathe, une formatrice-thérapeute en relation d’aide, un coach-sportif et deux masseuses. Mercredi 1er juillet, le sous-préfet de Saint-Dizier, Hervé Gérin, et Alain Martinez, directeur général de la Fondation Lucy-Lebon, ont assisté au bilan tiré par les séminaristes à l’issue de ces trois journées extraordinaires. Depuis 2017, la Fondation Lucy Lebon et le château de Bignicourt-sur-Saulx travaillent ensemble. Six séminaires portant sur le bien être au travail, intitulés « Prendre soin de soi pour prendre soin des autres », ont déjà été organisés. Journal L'Union, Un séminaire pour gérer l’après Covid-19 au château de Bignicourt-sur-Saulx
  • Ce séminaire 2020 a permis de présenter le bilan de l’année 2019. Il a aussi été l’occasion d’aborder la situation de chacun dans le contexte actuel de crise et d’échanger sur la stratégie adoptée par le réseau à court et moyen terme. La tête de réseau a notamment présenté l’avancement des projets menés par les différentes commissions ainsi que ses orientations stratégiques prises. Malgrés le contexte exceptionnel, la conjoncture reste favorable pour le réseau Archea. Toute la Franchise, Archea organise son séminaire 2020 à distance
  • Quel est le point commun entre Jules Verne (Nemo, Capitaine Bugarach), MauriceLeblanc (Arsène Lupin), Gaston Leroux (Rouletabille, Odette) et Balzac, Chateaubriant,Victor Hugo, Gérard de Nerval, George Sand, Ponson du Terrail, et bien d’autres ?Vous le découvrirez ces vendredi 24 et samedi 25 juillet durant le premier séminaire littéraireorganisé en partenariat avec La Gazette de Rennes-le-Château axé sur les aspectsésotériques, culturels, historiques, et topographiques de plusieurs hauts lieux de laHaute Vallée de l’Aude. ladepeche.fr, Carcassonne. Un séminaire autour des mystères de la Haute-Vallée - ladepeche.fr
  • Il est arrivé vers 11h30, ce jeudi matin, et devait repartir en milieu d'après-midi, aux alentours de 16h15. Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, est venu à Rambouillet à l'occasion d'un séminaire de travail qu'il a choisi d'organiser avec son cabinet, à la sous-préfecture, a indiqué une source, confirmant une information des Nouvelles de Rambouillet. www.lechorepublicain.fr, Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin en séminaire, ce jeudi, à Rambouillet - Rambouillet (78120)
  • Pour le séminaire en l’occurrence, l’idée dans l’organisation d’un événement d’entreprise est principalement de rendre les relations plus ouvertes et fluides entre les participants. L’animation en détermine la première base, en dehors de la volonté de chaque membre d’y participer. On attribue ainsi à l’animation un bon nombre de fonctions, qu’un simple organe organisationnel ne saura gérer ou, du moins, pas intégralement. Evenement.com, Animation pour un séminaire d’entreprise : à quoi a-t-on affaire?
  • Déchet ou comment suivre la société de consommation à la trace. Comme le cadre usagé, le déchet se recycle ; le premier en séminaire, le second dans des centres de retraitement. De Jacques Mailhot / La Politique d'en rire

Images d'illustration du mot « séminaire »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « séminaire »

Langue Traduction
Corse seminariu
Basque mintegi
Japonais セミナー
Russe семинар
Portugais seminário
Arabe ندوة
Chinois 研讨会
Allemand seminar
Italien seminario
Espagnol seminario
Anglais seminar
Source : Google Translate API

Synonymes de « séminaire »

Source : synonymes de séminaire sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires