La langue française

Secte

Sommaire

  • Définitions du mot secte
  • Étymologie de « secte »
  • Phonétique de « secte »
  • Citations contenant le mot « secte »
  • Images d'illustration du mot « secte »
  • Traductions du mot « secte »
  • Synonymes de « secte »

Définitions du mot secte

Trésor de la Langue Française informatisé

SECTE, subst. fém.

A. − Vieilli ou hist. Ensemble de personnes qui se réclament d'un même maître et professent sa doctrine philosophique, religieuse ou politique, ses opinions. Synon. école.Secte épicurienne, péripatéticienne, philosophique, platonicienne, pythagoricienne, stoïcienne; secte de César. Avez-vous embrassé la secte d'Épicure, Celle de Pythagore ou du divin Platon? (Florian, Fables, 1792, p. 133).Thalès, fondateur de la secte ionique, reconnoissoit l'eau comme principe universel (Chateaubr., Génie, t. 1, 1803, p. 106).
B. −
1. Domaine relig.[P. oppos. à Église] Souvent péj. Groupement organisé dont les membres ont adopté une doctrine et des pratiques différentes de celles de la religion majoritaire ou officielle. Secte bouddhique, chrétienne, janséniste, juive, orthodoxe, protestante; secte des anabaptistes, des cathares, des donatistes, des mormons, des quakers, des témoins de Jéhovah; sectes de la Grèce, de l'Inde, de l'Orient. S'il était nécessaire qu'il y eût dans un état plusieurs religions positives, il ne l'était pas moins d'empêcher que les sectes tolérées ne produisissent, en se subdivisant, de nouvelles sectes (Constant, Princ. pol., 1815, p. 129).Chez les peuples protestants, il y a d'autant plus d'ardeur morale que l'Église établie est plus fortement battue en brèche par les sectes dissidentes (Sorel, Réflex. violence, 1908, p. 320).V. adventiste ex. 1 et dissidence ex. 2.
En partic., souvent péj. Organisation d'inspiration religieuse ou mystique (voire politique), dont les membres vivent en communauté et sous l'influence d'une ou plusieurs personnes. Secte Moon; chef, maître de la secte; danger, emprise, nocivité des sectes; méthode d'endoctrinement, de pouvoir, de recrutement d'une secte. Ne prélevant aucune taxe, n'acceptant aucune donation, cette secte échappe aux scandales financiers courants chez les autres nouvelles sectes (Philos., Relig., 1957, p. 54-14).Une fois entré en secte, l'adepte perd toute personnalité. Transes collectives (...). Mais cela peut aller jusqu'au suicide collectif, comme pour la tristement célèbre secte du Temple de Dieu (Missi, 3 mars 1986, n o478, p. 79).
2. P. ext.
a) Péj. ,,Tout groupe idéologique clos qui suit un leader dissident de la doctrine générale et qui se caractérise par le fanatisme et l'intolérance de ses membres`` (Mucch. Sc. soc. 1969). Synon. chapelle, clan, coterie, parti.Secte anarchiste, socialiste. Peu à peu, l'anarchie (...) différait simplement des autres sectes socialistes par sa volonté de tout abattre pour tout reconstruire (Zola, Travail, t. 2, 1901, p. 335).V. fanatique ex. 1.
b) Ensemble minoritaire de personnes ayant un trait commun (physique, intellectuel ou autre) qui les différencie des autres. Synon. clan.Le club Mensa se donne pour mission de rassembler les gens les plus intelligents du monde. Quelles épreuves faut-il surmonter pour y entrer? (...) C'est ce que Jean-Claude Lamy a demandé au pétulant secrétaire général de cette secte des « grosses têtes », Victor Serebriakoff (Réalités, août 1966, p. 33).
c) Locutions
(Avoir l')esprit de secte. (Avoir l')esprit étroit et fanatique, (montrer de l')intolérance. Les économistes ont fait du mal en fesant [sic] supposer par leur esprit de secte (...), par leur ton d'inspiration, que tous ceux qui s'occupaient de semblables recherches, n'étaient que des rêveurs dont les théories (...) étaient inapplicables dans la pratique (Say, Écon. pol., 1832, p. 25).[Ferguson] entend bien se maintenir exempt de tout esprit de secte, et (...) prendra dans toutes les écoles ce qui lui paraîtra raisonnable et vrai (Cousin, Philos. écoss., 1857, p. 503).
Faire secte (vieilli). Se distinguer des autres par des opinions singulières; recruter des partisans enthousiastes. Ce système [que l'odorat et le goût ne forment qu'un seul sens] peut être rigoureusement défendu; cependant, comme je n'ai point la prétention de faire secte, je ne le hasarde que pour donner à penser à mes lecteurs (Brillat-Sav., Physiol. goût, 1825, p. 142).
Prononc. et Orth.: [sekt]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1155 siecte « doctrine religieuse ou philosophique » (Wace, Brut, éd. I. Arnold, 6776); ca 1316 secte (Geffroy de Paris, Chronique métrique, éd. A. Diverres, 3663); 2. 1230-50 setes « groupe de personnes qui ont une même doctrine au sein d'une religion » (Légende de l'Antéchrist, Version anonyme, éd. E. Walberg, 621, p. 22); 1525 secte lutherienne (Le Conseil de l'Archevêque de Lyon à Noël Beda, Herminjad, I, p. 323 ds Richard, p. 34); 3. 1549 secte de poëtes (Du Bellay, Deffence et illustration de la langue francoyse, éd. H. Chamard, 273); 4. 1616 faire secte à part « se distinguer des autres par des opinions singulières » (D'Aubigné, Hist., II, 282 ds Littré). Empr. au lat.secta « ligne de conduite, suite, parti, secte, école », de sequi « suivre ». Fréq. abs. littér.: 785. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 2 347, b) 650; xxes.: a) 600, b) 625. Bbg. Dub. Pol. 1962, p. 417. − Richard (W.) 1959, p. 34.

Wiktionnaire

Nom commun

secte \sɛkt\ féminin

  1. Ensemble de personnes professant une même doctrine religieuse, philosophique ou autre.
    • La secte d’Épicure.
    • La secte des stoïciens.
    • Toute secte, en quelque genre que ce puisse être, est le ralliement du doute et de l'erreur. [...] Il n'y a point de secte en géométrie ; on ne dit point un euclidien, un archimédien. Quand la vérité est évidente, il est impossible qu'il s'élève des partis et des factions. — (Voltaire, Dictionnaire philosophique, 1765)
  2. Groupe dissident minoritaire, clos sur lui-même et créé en opposition à des pratiques religieuses dominantes.
    • Ainsi, ceux qui s’étaient séparés de l’Église romaine appartenaient déjà à deux sectes très distinctes : les uns au luthéranisme, les autres au zwinglianisme, précurseur du calvinisme. — (Bulletin de la Société de l’histoire du protestantisme français, Vol. 6, 1858, p. 158)
    • Ce village, […], avait déjà, […], acquis toute l’importance d’une ville. Deux tavernes regorgeaient de buveurs, trois temples de sectes différentes servaient à réunir les fidèles. — (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, Éditions Amyot, Paris, 1858)
    • Chez les peuples protestants, il y a d’autant plus d’ardeur morale que l’Église établie est plus fortement battue en brèche par des sectes dissidentes. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap. VI, La moralité de la violence, 1908, p. 301)
    • L’éclosion des sectes dissidentes au sein du christianisme n’a donc fait qu’aiguiser les passions anti-juives de l’Église. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • La renaissance d’un certain patriotisme de clocher se traduisit par la prolifération des sectes manichéennes et millénaristes. — (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992)
    • Cette secte japonaise, dirigée par Daisaku Ikeda depuis le 3 mai 1960, est le pendant laïque de l'ordre des moines bouddhistes de l’obédience Nichiren Shoshu. — (Bruno Fouchereau, La Mafia des sectes: Du rapport de l'Assemblée nationale aux implications des multinationales, Levallois-Perret : chez Filipacchi, 1996, chap. 3, §. d)
  3. Groupe religieux ou autre dont la visée est d’exploiter ses adeptes au profit d’un ou plusieurs gourous.
    • Sur un plan plus particulier, quiconque a lu mes textes sait que j'ai toujours fustigé les identités, les sectes et les folklores, ironisé sur la « gouroufication » et les « japoniaiseries ». — (Kenneth White, Dialogue avec Deleuze: politique, philosophie, géopoétique, Ed. Isolato, 2007, p. 23)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SECTE. n. f.
Groupement de personnes qui suivent les mêmes opinions, qui font profession d'une même doctrine philosophique. La secte d'Épicure. La secte des stoïciens. Il se dit aussi, en matière de Religion, de Groupements constitués à l'écart d'une Église pour soutenir des opinions théologiques particulières. La secte des donatistes. Les sectes anabaptistes.

Littré (1872-1877)

SECTE (sè-kt') s. f.
  • 1Ensemble de personnes qui font profession d'une même doctrine. Si elle me fait être de quelque secte, ce ne sera pas de celle qui maintient que la douleur n'est point un mal, et que le sage est toujours heureux, Voiture, Lett. 26. En lisant cet auteur [Montaigne] et le comparant avec Épictète, j'ai trouvé qu'ils étaient assurément les deux plus grands défenseurs des deux plus célèbres sectes du monde [le pyrrhonisme et le stoïcisme], Pascal, Entr. avec M. de Saci. La secte des philosophes italiques et celle des ioniques la remplissaient [la Grèce] de grands hommes, parmi lesquels il se mêla beaucoup d'extravagants à qui la Grèce curieuse ne laissa pas de donner le nom de philosophes, Bossuet, Hist. I, 8. Quand vous dites que le sang circule, que l'air pèse, que les rayons du soleil sont des faisceaux de sept rayons réfrangibles, vous n'êtes ni de la secte d'Harvey, ni de celle de Torricelli, ni de celle de Newton ; vous acquiescez seulement à des vérités démontrées par eux, et l'univers entier sera à jamais de votre avis, Voltaire, Dict. phil. Secte. Secte et erreur sont synonymes : tu es péripatéticien et moi platonicien ; nous avons donc tous deux tort ; car tu ne combats Platon que parce que ses chimères t'ont révolté, et moi je ne m'éloigne d'Aristote que parce qu'il m'a paru qu'il ne sait ce qu'il dit, Voltaire, ib. Secte, 2. Elle [la philosophie] fait secte encore, comme elle faisait autrefois chez les anciens, et comme elle faisait chez nous dans les siècles passés, c'est-à-dire que l'on adopte, à quelques variations près, le système entier des opinions d'un philosophe, Destutt-Tracy, Instit. Mém. sc. mor. et pol. t. IV, p. 547.
  • 2 Particulièrement. Ensemble de ceux qui suivent une opinion accusée d'hérésie ou d'erreur. Leur secte [des chrétiens] est insensée, impie et sacrilége, Corneille, Poly. I, 3. Toutes les religions et les sectes du monde ont eu la raison naturelle pour guide ; les seuls chrétiens ont été astreints à prendre leurs règles hors d'eux-mêmes, et à s'informer de celles que Jésus-Christ a laissées aux anciens, Pascal, Pens. XXIV, 41, éd. HAVET. Le premier qui a fait secte dans l'Église, c'est Bérenger, Bossuet, Var. X. Faire secte à part, c'est rompre les liens extérieurs de l'unité de l'Église, Bossuet, ib. La Hollande elle-même, d'où nous viennent tous ces écrits, s'est-elle bien déclarée en faveur de la liberté de toutes les sectes et même de la socinienne ? Bossuet, Déf. Var. Ier disc. 4. Aussi a-t-on toujours remarqué qu'une secte nouvelle, introduite dans un État, était le moyen le plus sûr pour corriger tous les abus de l'ancienne, Montesquieu, Lett. pers. 85. N'est-ce pas une chose plaisante que Luther, Calvin, Zwingle, tous écrivains qu'on ne peut lire, aient fondé des sectes qui partagent l'Europe, et que MM. Newton, Clarke, Locke, le Clerc, etc. les plus grands philosophes et les meilleures plumes de leur temps, aient pu à peine venir à bout d'établir un petit troupeau ? Voltaire, Dict. phil. Sociniens. L'Angleterre et la Hollande doivent peut-être autant leur tranquillité religieuse à la multiplicité des sectes qu'à leur police, Duclos, Œuvr. t. V, p. 186. Je considérais cette diversité des sectes qui règnent sur la terre, et qui s'accusent mutuellement de mensonge et d'erreur ; je demandais : quelle est la bonne ? chacun me répondait : c'est la mienne, Rousseau, Ém. IV. On sait que la secte des Druzes a commencé en Égypte vers l'an 400 de l'hégire, sous le règne du khalife Abou-Ali-Mansour, Silvestre de Sacy, Instit Mém. hist. et litt. anc. t. III, p. 82.

    Fig. Faire secte, faire secte à part, se distinguer des autres par des opinions singulières.

HISTORIQUE

XVe s. …Generalement n'estoit-ce mie pour la doute des mauvais qui estoient tous d'une secte, Froissart, II, II, 100.

XVIe s. Dissentions, sectes, envies, homicides, Calvin, Instit. 604. Ils aiderent à repousser les trois assauts, mais puis après firent secte à part, D'Aubigné, Hist. II, 282.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

SECTE. - HIST.

XVIe s. Ajoutez : Pareillement lesdicts blitres [bélitres], truans et gens dessus dicts, avec leurs garces de legiere vie et de leur secte, se retirent bien souvent es hospitaulx, et aultres es tavernes, cabarets et lieux deshonnestes, Ordonn. 22 déc. 1515, dans les Placcarts de Flandre, I, p. 5.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

SECTE, s. f. (Gram. & Théol.) terme collectif qui se dit de ceux qui suivent les opinions ou les maximes de quelque docteur ou maître particulier, soit théologien, soit philosophe.

C’est en ce sens qu’on a distingué dans l’ancienne Grece plusieurs sectes de philosophes, comme les Pyrrhoniens, les Epicuriens, les Platoniciens, les Stoïciens, &c. & qu’on distingue encore aujourd’hui les Péripatéticiens, les Gassendistes, les Cartésiens & les Newtoniens.

Il y a aussi en Théologie différens partis opposés, connus sous le nom de Thomistes, Augustiniens. Molinistes & Congruistes. Voyez chacun de ces noms sous leur article particulier.

Le nom latin secta a la même signification que le nom grec hoeresis, quoiqu’il ne soit pas aussi odieux. Cependant on désigne ordinairement les hérétiques sous le nom de sectaires ; & les hérésies, sous le nom de sectes. Ainsi l’on dit, la secte des Marcionites, des Manichéens, des Montanistes ; la secte de Luther, de Calvin, &c. & l’on employe plus fréquemment le mot école, en parlant des Théologiens de l’Eglise romaine, qui sont divisés de sentiment ; ainsi l’on dit mieux l’école des Thomistes, que la secte des Thomistes.

L’on connoissoit parmi les Juifs quatre sectes particulieres qui se distinguoient par la singularité de leurs pratiques ou de leurs sentimens, & qui demeuroient unis de communion entre elles & avec le corps de la nation. Ces sectes sont celles des Pharisiens, des Saducéens, des Esséniens & des Hérodiens ; nous avons traité de chacune en particulier. Au commencement du Christianisme on vouloit faire passer la Religion de J. C. pour une secte du Judaïsme. On croit que les sectes des Philosophes chez les Grecs ont donné naissance à celles qu’on vit paroître chez les Juifs vers le tems des Macchabées ; & c’est à la même imitation que dès les premiers tems du Christianisme, quelques juifs ou payens convertis, voulant rafiner sur les dogmes reçus dans l’Eglise, formerent toutes ces sectes de Gnostiques & autres si fréquentes dans l’histoire des premiers siecles.

Nous avons donné dans ce Dictionnaire une idée de chaque secte, des opinions ou des hérésies qui la caractérisent sous le nom de chacune ; le lecteur peut y avoir recours pour s’en instruire, s’il a besoin.

Secte, (Hist. Philos. & Polit.) tant de sectes & d’opinions fausses, qui se sont perpétuellement succédées en matiere de religion, loin de nous aigrir, doivent nous apprendre à reconnoître l’imperfection de notre jugement, & sa foiblesse naturelle ; ce qui n’est pas un leger apprentissage.

Rien ne fit plus de tort à l’état politique du gouvernement de Justinien, que le projet qu’il conçut de réduire tous les hommes à une même façon de penser sur les matieres de religion, sur-tout dans des circonstances qui rendoient son zèle entierement indiscret.

Comme les anciens Romains fortifierent leur empire, en y laissant toutes sortes de culte ; dans la suite on le réduisit à rien, en coupant successivement les sectes qui ne dominoient pas.

Ces sectes étoient des nations entieres ; les unes, après avoir été conquises par les Romains, conservoient leur ancienne religion, comme les samaritains & les juifs ; les autres s’étoient répandues dans un pays, comme les sectateurs de Montan, dans la Phrygie ; les manichéens ; les sabatéens, les ariens, dans d’autres provinces ; outre qu’une grande partie des gens de la campagne étoient encore idolâtres, & entêtés d’une religion grossiere comme eux-mêmes.

Justinien qui détruisit ces sectes par l’épée ou par ses lois, & qui les obligeant à se révolter, s’obligea à les exterminer, rendit incultes plusieurs provinces ; il crut avoir augmenté le nombre des fideles, il n’avoit fait que diminuer celui des hommes.

Procope nous apprend que par la destruction des samaritains, la Palestine devint deserte ; & ce qui rend ce fait singulier, c’est qu’on affoiblit l’empire par zèle pour la religion du côté par où quelques regnes après, les Arabes pénétrerent pour la détruire.

Ce qu’il y a de desespérant, c’est que pendant que l’empereur portoit si loin l’intolérance, il ne convenoit pas lui-même avec l’impératrice sur les points les plus essentiels ; il suivoit le concile de Chalcédoine, & l’impératrice favorisoit ceux qui y étoient opposés, soit qu’ils fussent de bonne foi, dit Evagre, soit qu’ils le fissent à dessein.

L’exemple destructeur de Justinien, ne fut que trop imité dans la suite, les hommes étant toujours portés par eux-mêmes à l’esprit de domination & d’intolérance. Ce n’étoit pas cependant celui de Pilpay, qui a long-tems regné dans l’Inde ; on en jugera par ce passage tout singulier de ses écrits, que Pachimère traduisit au xiij. siecle.

« J’ai vu toutes les sectes s’accuser réciproquement d’impostures ; j’ai vu tous les mages disputer avec fureur du premier principe & de la derniere fin ; je les ai tous interrogés, & je n’ai vu dans tous ces chefs de faction, qu’une opiniâtreté inflexible, un mépris superbe pour les autres, une haine implacable. J’ai donc résolu de n’en croire aucun. Ces docteurs en cherchant la vérité, sont comme une femme qui veut faire entrer son amant par une porte dérobée, & qui ne peut trouver la clé de la porte. Les hommes par leurs vaines recherches, ressemblent à celui qui monte sur un arbre, où il y a un peu de miel ; & à peine en a-t-il mangé, que les dragons qui sont autour de l’arbre le dévorent ». Essai sur l’hist. univers. (D. J.)

Secte de cent, (Hist. moderne.) Voyez l’article Cent.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « secte »

Provenç. et espagn. secta ; portug. secta, seita ; ital. setta ; du lat. secta, de sequi, suivre, ou de secare, couper. Les étymologistes varient ; mais il est certain que sequi a pu donner, comme on le voit par sectari, et par sectio au sens de poursuite, secta au sens de secte.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin secta (« ligne de conduite ; école philosophique, parti politique, secte religieuse »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « secte »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
secte sɛkt

Citations contenant le mot « secte »

  • Un hollandais, une église Deux hollandais, une secte Trois hollandais, un schisme. De Dicton néerlandais
  • On va chercher dans les sectes un peu de cette chaleur que produisent les inquiétudes et les désarrois partagés dans un monde gagné par le froid de l’indifférence. De André Frossard / Le Monde de Jean-Paul II
  • En fait, toute religion est une secte qui a réussi. On donne d'ailleurs le nom de secte à toute église non officielle qui concurrence les églises officielles. De Jean-François Kahn / Dictionnaire incorrect
  • Toute secte, en quelque genre que ce puisse être, est le ralliement du doute et de l'erreur. De Voltaire / Dictionnaire philosophique
  • Une secte ou un parti est un élégant recours à l'incognito pour épargner à un homme la peine de penser. De Ralph Waldo Emerson / Journal
  • Jamais les philosophes ne feront une secte de religion. Pourquoi ? C’est qu’il n’écrivent point pour le peuple, et qu’il sont sans enthousiasme. De Voltaire / Lettres philosophiques
  • Manipulation mentale et destruction de la personnalité, soif d'argent et abrutissement de la société, la télé, c'est ni plus ni moins une secte. De Jean-Marie Gourio / Brèves de comptoir
  • Triste mot : touristes. Les étrangers, séparés de la vie du pays par la couche atmosphérique qu'ils transportent avec eux : habitudes, intérêts, bavardages de leur ville, jargon de leur secte. De Valéry Larbaud / Mon plus secret conseil...
  • Il n'existe pas de sectes en géométrie. De Napoléon Bonaparte
  • Les sectes sont des clignotants qui signalent un défaut dans les circuits de notre civilisation matérialiste. De Alain Woodrow / Les nouvelles sectes
  • De nos jours, les religions tuent plus que les sectes. Mais il ne faut pas le dire. De Jean-François Kahn / Dictionnaire incorrect
  • Il y en a trois qui se partagent le monde de leurs sectes et de leurs doctrines : Moïse, Jésus, Mahomet ; Moïse, le premier rendit fous les juifs ; Jésus les chrétiens ; Mahomet les païens. De Simon de Tournai
  • Le leader de cette secte, au centre de l’irruption de l’épidémie dans le pays en février, est accusé d’avoir donné aux autorités sanitaires des registres inexacts des rassemblements. Le Monde.fr, En Corée du Sud, le chef de la secte Shincheonji arrêté pour entrave à la lutte contre le coronavirus
  • Il y a quelques jours, la police italienne a annoncé avoir démantelé ce qu'elle pense être une "secte sexuelle", révèle Il Messaggero, repris par 20 Minutes. Un homme de 77 ans, surnommé "Le Docteur" est soupçonné d'avoir torturé et abusé de nombreuses femmes et jeunes filles, même des mineures. Dimanche 19 juillet, la police a ainsi mené des perquisitions dans plusieurs propriétés de la secte, basée à Novare, près de Milan. ladepeche.fr, Une "secte sexuelle" démantelée près de Milan : le gourou aurait eu des esclaves pendant 30 ans - ladepeche.fr
  • "La disparition de la Miviludes ? Catastrophique !" Florence Lerude, maire de Sidiailles dans le Cher depuis 2014, voit d'un très mauvais œil le déménagement de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes), le 10 juillet, dans des locaux exigus, très loin de leurs archives. Pour l'édile de cette commune d'à peine 300 âmes, cette décision équivaut à un coup fatal porté à l'organisme, en sursis depuis neuf mois. Un problème pour Sidiailles, alors que le village a fait partie, par le passé, de ces lieux très convoités par une secte. Marianne, Lutte contre les sectes : dans les communes, inquiétude après la mise au placard de la Miviludes
  • Touchée de plein fouet par la crise du secteur, la compagnie aérienne la plus importante d’Amérique latine, le groupe brésilo-chilien LATAM va supprimer 2 700 emplois, soit un tiers de ses effectifs. , Coronavirus | Coronavirus : une piscine évacuée après un cas à Toulouse
  • Bienvenue dans QAnon, une théorie du complot lancée sur des forums internet, en phase de devenir une secte millénariste d'un genre nouveau. The Atlantic a enquêté sur cette mouvance qui soutient Donald Trump. , QAnon, quand la théorie du complot devient une secte religieuse - Heidi.news
  • Le leader de la secte de l'Eglise de  Shincheonji de Jésus, au centre de l'irruption du coronavirus en Corée du Sud  en février, a été arrêté samedi car il est soupçonné d'entraver la politique  gouvernementale de lutte contre la propagation de l'épidémie. LCI, EN DIRECT - Covid-19 : plus de 680.000 morts dans le monde, les derniers chiffres de la pandémie | LCI
  • Le groupe aurait agi pendant 30 ans avant d'être intercepté. Le dimanche 19 juillet, la police italienne a annoncé avoir mis un terme aux activités d'une secte pédocriminelle installée à Novare, au nord de l'Italie, rapporte La Stampa, citée par Ouest-France. RTL.fr, Italie : une "secte sexuelle", qui aurait eu des esclaves, démantelée

Images d'illustration du mot « secte »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « secte »

Langue Traduction
Anglais sect
Espagnol secta
Italien setta
Allemand sekte
Chinois 教派
Arabe القسم
Portugais seita
Russe секта
Japonais 宗派
Basque sekta
Corse setta
Source : Google Translate API

Synonymes de « secte »

Source : synonymes de secte sur lebonsynonyme.fr
Partager