La langue française

Sécréter

Définitions du mot « sécréter »

Trésor de la Langue Française informatisé

SECRÉTER, verbe trans.

CHAPELL. [Corresp. à secret2II] Frotter avec le secret les poils qui adhèrent aux peaux afin qu'ils puissent se feutrer plus facilement. Secréter des peaux, des poils (Dict. xixeet xxes.).
Prononc.: [səkʀete], (il) secrète [-kʀ εt]. Barbeau-Rodhe 1930 (je) secrète [ʒ əs(ə)kʀ εt]. Étymol. et Hist. 1776 (Encyclop. Suppl. t. 2, p. 323b, s.v. chapeau). Malgré le hiatus chronol., prob. dér. de secret2* (c); dés. -er. Fréq. abs. littér.: 59.
DÉR. 1.
Secrétage, subst. masc.,chapell. Travail par lequel les chapeliers feutrent les peaux en les traitant avec le secret (v. secret2II). En tête des professions où sont manipulés les composés mercuriels, il faut mentionner le secrétage des poils, obtenu en traitant les peaux de lièvres et de lapins par un produit (tenu autrefois secret, d'où son nom), et qui n'est qu'une combinaison de mercure et d'acide nitrique (Macaigne, Précis hyg., 1911, p. 317). [səkʀeta:ʒ]. 1reattest. 1790 (Ann. de chim., t. 6, 1resérie, p. 307: sécrétage... qui consiste à les frotter [les poils de lapin, de castor] avant le dépouillement, avec une brosse imprégnée d'une dissolution de mercure dans de l'acide nitrique); de secréter; suff. -age*.
2.
Secréteur, subst. masc.,chapell. ,,Ouvrier brossant les peaux avec des agents oxydants (nitrate de mercure par exemple) pour augmenter le pouvoir feutrant des poils`` (Mét. 1955). [səkʀetœ:ʀ]. 1reattest. 1806 chapell. (J. R. Tenon ds Mém. de la classe des sc. math. et phys. de l'Inst. de France, 1ersemestre, t. 7, 1repart., p. 104); de secréter, suff. -eur2*.

SÉCRÉTER, verbe trans.

A. − PHYSIOL. Produire une substance par sécrétion. Le foie sécrète la bile; le serpent sécrète son venin. Nous ferons connoître ailleurs la glande qui secrète cette humeur propre à former le fil (Cuvier, Anat. comp., t. 1, 1805, p. 420).Le malheureux chien de Pavlov, que l'on forme aisément à sécréter son suc gastrique à la vue d'un feu vert, ou bien d'un feu rouge (Alain, Propos, 1933, p. 1148).
Absol. Pour voir la couleur du sang de la veine pancréatique, injecter du vinaigre dans le duodénum pour le faire sécréter (Cl. Bernard, Notes, 1860, p. 88).Un rein greffé recommence tout de suite à sécréter (Carrel, L'Homme, 1935, p. 115).
Empl. pronom. Il y a si peu d'intelligence dans l'estomac que si on introduit une pierre à la place de la viande, le suc gastrique se sécrétera de même (Cl. Bernard, Princ. méd. exp., 1878, p. 206).
B. − P. ext.
1. Produire (une substance), laisser couler lentement. Synon. distiller, exsuder.Sécréter un élixir, une liqueur; sécréter de la cire, du poison. L'abeille, dans l'été, distille le miel, (...) la fleur sécrète en elle, le parfum qui lui est propre (Psichari, Voy. centur., 1914, p. 193).Émilie regardait l'eau verte (...). Il avait fallu, semblait-il, une lente accoutumance, un patient amour, pour que lui fût révélée la poésie, la grandeur mélancolique de cette gemme splendide, sécrétée là, au fond de cette énorme conque calcaire [la carrière, blanche et vide] (Van der Meersch, Invas. 14, 1935, p. 485).
2. Au fig. Exprimer, diffuser, émettre.
Qqc. sécrète qqc.Presque tous les métiers sécrètent l'ennui à la longue (Romains, Knock, 1923, I, p. 6).La petite ville cagote sécrétait ses méchancetés et ses poisons (Guéhenno, Jean-Jacques, 1952, p. 167).
Qqn sécrète qqc.Sécréter un plan, un système. Nous aimons les êtres parce qu'ils secrètent une mystérieuse essence, celle qui manque dans notre formule pour faire de nous un composé chimique stable (Maurois, Climats, 1928, p. 34).Pour les idées fausses, nous les sécrétons si naturellement, si abondamment, qu'il serait vain de s'en effrayer. Elles vont et viennent dans nos têtes comme les microbes dans l'organisme (Aymé, Confort, 1949, p. 41).
Qqn sécrète du/de la + subst.Sécréter de l'amertume, des idées, de la haine, du mensonge, de la révolte. L'imagination d'André, surexcitée par sa présence, sécrétait des images nouvelles (Martin du G., Devenir, 1909, p. 112).Ce tempérament, cette hérédité, cette éducation sécréteront du courage, et tel autre tempérament, telle autre hérédité, telle autre éducation, de la lâcheté, comme un estomac sécrète du suc gastrique, un foie de la bile en présence de telle ou telle substance (Bourget, Sens mort, 1915, p. 6).
Absol. Plus fatal que les astres, plus attentif que le serpent qui humecte sa proie de salive; je sécrète, je tire de moi, je lâche, je dévide, je déroule (Cocteau, Machine infern., 1934, II, p. 82).
Empl. pronom. Il se sécrète dans la passion de l'amour un venin de destruction tout d'abord imperceptible, vaguement agissant, aisément dissipé (Valéry, Variété V, 1944, p. 190).
REM.
Sécrétine, subst. fém.,méd., biol. ,,Hormone de la muqueuse duodénale à action sécrétoire pancréatique`` (Méd. Biol. t. 3 1972). Épreuve à la sécrétine. ,,Épreuve d'exploration fonctionnelle du pancréas exocrine`` (Méd. Flamm. 1975).
Prononc. et Orth.: [sekʀete], (il) sécrète [-kʀ εt]. Att. ds Ac. dep. 1835. Cuvier, Maurois, supra: secréter. Étymol. et Hist. 1. 1798, mars « produire par sécrétion » sucs sécrétés [par un fruit] (Comte Alibert ds B. Sc. Société philomatique Paris, n o12, ventôse an VII, p. 89); 2. 1893 fig. (Courteline, Ronds-de-cuir, p. 26). Dér. de sécrétion* par substitution de la dés. -er. Fréq. abs. littér.: 174.

Wiktionnaire

Verbe

sécréter \se.kʁe.te\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Physiologie) Produire une sécrétion.
    • Pour ce faire, il convient de ne pas perdre de vue le modèle empirique de l’abeille qui produit un excrétat nourricier, le miel, mais qui sécrète également du venin, substance toxique. — (Gilles Tétart, Le Sang des fleurs : une anthropologie de l’abeille et du miel, 2004, p. 135)
    • (Figuré)Les murs ruisselaient d’humidité, secrétaient des roupies, distillaient des gouttes de café noir ; […]. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SÉCRÉTER. v. tr.
T. de Physiologie. Produire une sécrétion. Le foie sécrète la bile.

Littré (1872-1877)

SÉCRÉTER (sé-kré-té ; la syllabe cré prend un accent grave quand la syllabe qui suit est muette : sécrète, excepté au futur et au conditionnel : sécréterai, sécréterais) v. a.
  • 1 Terme de physiologie. Opérer la sécrétion. Le rein sécrète l'urine.
  • 2Se sécréter, v. réfl. Être sécrété. La salive qui se sécrète pendant la mastication.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « sécréter »

Lat. secretum, supin de secernere, séparer, de se, indiquant séparation, et cernere, séparer (voy. CRISE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(1798) Dénominal de sécrétion.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « sécréter »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
sécréter sekrete

Traductions du mot « sécréter »

Langue Traduction
Anglais secrete
Espagnol secretar
Italien secernere
Allemand absondern
Chinois 分泌
Arabe تفرز
Portugais secretar
Russe выделять
Japonais 分泌する
Basque jariatzeko
Corse secrete
Source : Google Translate API

Synonymes de « sécréter »

Source : synonymes de sécréter sur lebonsynonyme.fr

Sécréter

Retour au sommaire ➦

Partager