La langue française

Sabot

Sommaire

  • Définitions du mot sabot
  • Étymologie de « sabot »
  • Phonétique de « sabot »
  • Citations contenant le mot « sabot »
  • Images d'illustration du mot « sabot »
  • Traductions du mot « sabot »
  • Synonymes de « sabot »

Définitions du mot sabot

Trésor de la Langue Française informatisé

SABOT, subst. masc.

A. −
1. Chaussure faite d'un seul morceau de bois évidé, avec parfois une bande de cuir sur le cou-de-pied. Chausser ses sabots; fabriquer des sabots; marchand, fabricant de sabots (synon. sabotier); sabots ferrés; faire claquer, traîner ses sabots; laisser ses sabots devant la porte. N'était le grabat, une souquenille pendue à un clou et des sabots garnis de paille, seuls vêtements du malade, cette chaumière eût paru déserte comme les autres (Balzac,Méd. camp., 1833, p. 19):
1. Il y a des sabots d'aulne, d'ormeau et de noyer, et des sabots de hêtre. Ils sont couleur naturelle ou peints (...). Peints, ils se ressemblent tous: noir ou jaune verni, égayés de fleurs, lorsqu'ils sont destinés aux femmes. Les sabots pour hommes et les sabots pour femmes ne sont pas de même coupe, ni de même bois. Pesquidoux,Chez nous, 1921, p. 211.
Mod. Chaussure faite d'une grosse semelle de bois et d'un dessus de cuir épais ou de toile ou moulée d'une seule pièce dans du caoutchouc. Sabots orthopédiques. (Dict. xxes.).
2.
a) En sabots, loc. Chaussé de sabots. Enfin des levées en masse de tous les départements voisins: ouvriers, employés, paysans, la plupart sans armes, un grand nombre en sabots, le bâton sur l'épaule et la miche de pain au bout du bâton (Erckm.-Chatr.,Hist. paysan, t. 2, 1870, p. 184).
[Symbolise le peuple, une origine simple, pauvre, modeste] Je suis venu à Paris en sabots, et je ne l'ai pas oublié (Augier,Ceint. dorée, 1855, p. 361).Et tous les beaux militaires de l'ancien régime les suivirent, et quand nos volontaires en sabots leur mirent la baïonnette aux reins ce fut une déroute épique (Clemenceau,Vers réparation, 1899, p. 350).
b) Expr. fam. Voir, entendre venir qqn avec ses gros sabots. Deviner aisément les intentions, les projets grossiers ou sans finesse de quelqu'un. C'est bon! Assez! Cela suffit! Je vous vois venir avec vos gros sabots, vos histoires de deux sous et de jupe écossaise qui se soulève sous les courants d'air (Courteline,Article 330, 1900, p. 283).Geneviève me prenait parfois par la tendresse: pauvre lourdaude que j'entendais venir de loin avec ses gros sabots! (Mauriac,Nœud vip., 1932, p. 144).
Ne pas avoir, ne pas rester les deux pieds dans le même sabot. Être très actif, mener rapidement plusieurs tâches en même temps. V. pied.
B. − ZOOL. Ongle très développé des mammifères ongulés qui enveloppe d'une matière cornée très épaisse le ou les doigts reposant sur le sol lors de la marche et que l'on ferre chez les animaux de trait ou de selle. Sabot de chèvre, de bœuf, de mulet, de gazelle; sabots ferrés. Les sabots diffèrent des ongles, parce qu'ils enveloppent la phalange en dessous comme en dessus, et qu'ils ne sont ni pointus ni tranchans (Cuvier,Anat. comp., t. 2, 1805, p. 617):
2. Très craintive, la jument levait la patte dès que Meaulnes voulait la toucher et grattait le sol de son sabot lourd et maladroit. Il comprit enfin qu'elle avait tout simplement un caillou dans le sabot. Alain-Fournier,Meaulnes, 1913, p. 58.
Au fig., fam. Ça ne se trouve pas sous le sabot d'un cheval. Cela a beaucoup de prix, de valeur, c'est une chose rare. J'espère que vous êtes content de mes services. Des Birault, ça ne se trouve pas sous le sabot d'un cheval (Duhamel, Combat ombres, 1939, p. 64). 1 299 balles, c'est quand même 1 299 francs. Ça ne se trouve pas sous le sabot d'un cheval (Le Monde, 31 mai 1984, p. 28).
C. − P. anal. (de forme, de fonction)
1. TECHNOLOGIE
a) Sabot d'arrêt, d'enrayage. Sorte de cale métallique ou en bois indépendante ou solidaire d'une machine mobile de gros gabarit (canon, wagon, machine agricole ou de travaux publics) qui permet de bloquer celle-ci sur place et en particulier d'éviter son recul. Le matériel de Bange (...) n'avait, tout récemment encore, d'autres freins de tir que ses sabots d'enrayage (Paloque,Artill., 1909, p. 146).En pays accidenté, le dispositif de traction [de la charrue brabant] est complété par un sabot d'enrayage (Passelègue,Mach. agric., 1930, p. 66).
b) Sabot de frein, frein à sabot. Pièce de bois ou de métal qui vient s'appliquer sur une roue dans un système de freinage. On entendit ce raclement des sabots de frein tout le long des descentes (Malègue,Augustin, t. 1, 1933, p. 217).Certains agissent directement sur les essieux: tels sont les freins à sabots frottant sur les bandages des roues (Bailleul,Matér. roulant ch. de fer, 1951, p. 155).
c) ,,Pièce glissant sur le sol, montée à chacune des extrémités d'une barre de coupe de faucheuse et permettant de régler la hauteur de coupe`` (Agric. 1977). Le sabot séparateur intérieur [de la faucheuse] est destiné à ramener vers la scie les tiges de fourrage qui seraient trop près de l'extrémité intérieure du porte-lame (Passelègue,Mach. agric., 1930, p. 180).
d) Sabot de Denver et, p. ell., sabot. Sorte de grosse pince au moyen de laquelle peut être bloquée la roue d'un véhicule en stationnement illicite. [Le conducteur] peut, très légalement partir au nez et à la barbe des « remorqueurs », non sans avoir au préalable fait retirer le sabot qui, le cas échéant, immobilisait le véhicule (L'Action automob. et touristique, sept. 1979, p. 22, col. 3).
2. MENUIS., CHARPENT. Élément métallique qui renforce ou protège l'extrémité d'une pièce de bois, poutre, poteau qui renforce ou décore un pied de meuble. Sabots de cuivre, de bronze doré. Nous donnons (...), en plan et en élévation, un sabot de fonte qui reçoit le pied d'une jambe de force appuyé sur un corbeau encastré dans le mur (Chabat1881).Les deux pièces verticales (...) sont réunies à 0 m 90 au dessus du niveau supérieur du patin par une traverse de bois dur qui reçoit dans un évidement armé d'un sabot en tôle l'about de la lame [au mât] (Moynet,Machinerie théâtr., 1893, p. 24).
En partic. Pièce identique en plastique ou en caoutchouc servant à protéger les pieds de petits meubles. J'installai devant moi, sur mon lit, la table bassette aux sabots de caoutchouc (Colette,Naiss. jour, 1928, p. 66).
3. Vieilli. Baignoire courte généralement en métal, en partie couverte et qui ne permet que la position assise. Synon. sabotière. (Dict. xixeet xxes.).Mod., en appos. Baignoire sabot. Baignoire courte en faïence dont une partie du fond est légèrement surélevée pour permettre de s'asseoir. Un réduit dont j'aurais fait une salle de bains en y installant une demi-baignoire sabot et l'appareil à gaz (Colette,Chambre d'hôtel, 1940, p. 135).
4. HIST. DU COST. Manche de vêtement courte et évasée; garniture de dentelle, de tulle ajoutée au bas d'une manche courte. Elle agitait son éventail; et l'autre main, sortant d'un sabot de dentelle et de velours nacarat tombait (...) sur les plis bouffants de sa robe splendide (Balzac,Béatrix, 1839, p. 120).La robe Watteau à traîne, à manches à sabots ou à pagodes, fait des essais de résurrection (Villard,Hist. cost., 1956, p. 98).
5. Boîte sans couvercle rappelant la forme d'un sabot.
a) TYPOGR. Boîte dans laquelle on jette les caractères typographiques usagés lors de la composition. Le sabot a désigné d'abord la platine en bois des presses hollandaises. Puis, par analogie, la boîte dans laquelle on jette les caractères de rebut; le petit chariot qui sert à transporter les formes (Chautard1937, p. 113).
b) JEUX. Boîte ouverte sur un côté servant à distribuer les cartes dans une salle de jeux. Il portait l'argent gagné à la banque voisine, la gorge asséchée, laissant passer un coup pour inaugurer un nouveau sabot (Aragon,Beaux quart., 1936, p. 399).
6. ZOOTECHNIE
a) Cage roulante dans laquelle on transporte les fauves. On mettait les animaux choisis dans ces caisses de bois faites pour eux qu'on nomme des sabots (Vialar,Zingari, 1959, p. 142).
b) Nichoir que l'on met dans une volière pour certains oiseaux. Les cages à rossignols, les sabots à perroquets, les cages à écureuils, étaient autrefois du ressort du layetier (Nosban,Manuel menuisier, t. 2, 1857, p. 216).
7. BOT. Sabot de la Vierge, de Vénus. [N. usuel du cypripède* ou cypripedium calcaelus] Il y avait les sabots de Vénus, dont la fleur ressemble à une pantoufle merveilleuse, garnie au talon d'ailes de libellules (Zola,Curée, 1872, p. 356).Dans cette région de solitude, protégée de Nancy par les bois épais de la Haie, s'épanouit la flore rarissime de Lorraine: le « sabot de la vierge », pareil aux orchidées de serre (Barrès,Appel soldat, 1900, p. 304).
8. ZOOL. Espèce de mollusque du genre turbo. Parmi ces produits [ces échantillons de l'embranchement des mollusques], je citerai (...) le sabot marbré à nacre resplendissante (Verne,Vingt mille lieues, t. 1, 1870, p. 110).
D. − P. métaph., fam.
1. Mauvais bateau. Il a fallu monter dans le sabot, quitter la France, et mettre la mer entre moi et M. Rodolphe (Sue,Myst. Paris, t. 8, 1843, p. 258).Escartefigue, envieux: Je trouve tout de même un peu fort qu'on fasse un discours pour ce bateau et jamais pour les autres. César: Tu voudrais peut-être une cérémonie à chaque voyage de ton sabot? (Pagnol,Marius, 1931, iv, 1, p. 206).
2. Outil, instrument inefficace, usé ou désuet. Vos presses sont des sabots qui ne valent pas cent écus, et dont il faut faire du feu. − Des sabots?... s'écria le vieux Séchard, des sabots? (Balzac,Illus. perdues, 1837, p. 13).Hein! disait-il, en voilà, un sabot!... Et ça casse l'herbe, ça l'empoisonne. Ma parole! il y a trois moutons déjà qui en sont morts. Les paysans ricanaient, examinaient la faneuse comme une bête farce et méchante (Zola,Terre, 1887, p. 156).
P. anal. Personne qui s'acquitte mal de sa tâche, peu douée pour quelque chose. [Le vendeur Hutin] se faisait (...) une dizaine de francs par jour, en moyenne. Favier n'arrivait guère qu'à huit; et voilà que ce sabot lui enlevait les morceaux de la bouche, car il sortait de débiter une nouvelle robe (Zola,Bonh. dames, 1883, p. 483).
Fam. Verbe (d'action) + comme un sabot.Faire très mal quelque chose. Jouer comme un sabot. Il savait qu'au pistolet et à l'épée, le banquier tirait comme un sabot (Gyp,Raté, 1891, p. 260).Je suis rompu. J'ai dû écrire comme un sabot. Dès hier j'avais épuisé toute ma provision cérébrale (Alain-Fournier,Corresp.[avec Rivière], 1905, p. 88).
3. Mauvais violon. [On désigne par] sabot (...) [un] violon grossier et rudimentaire, comme la lyre et la gigue des jongleurs du moyen-âge, creusées dans un morceau de bois (BrenetMus.1926, p. 398).
E. − Toupie que l'on actionne avec un fouet. Je jetai par cette fenêtre une douzaine de sous (...) des billes et des toupies et mon sabot avec son fouet de peau d'anguille (A. France,Livre ami, 1885, p. 63).Philoclès te consacre, ô Hermès, sa balle rebondissante, sa retentissante crécelle de buis, ses osselets qu'il aimait tant, son rapide sabot, jouets de son jeune âge (D'Allemagne,Hist. jouets, 1902, p. 98).
Expr. ,,Le sabot dort, se dit Quand le sabot, à force d'avoir été fouetté, tourne si vite sur un même point, qu'il paraît immobile`` (Ac. 1878).
P. anal., fam. Dormir comme un sabot. Dormir très profondément. − Tu vois bien qu'elle dort comme un sabot, que dit le grand. − C'est si malin, les vieilles! répond le petit. Je vais la tuer, nous serons plus tranquilles (Balzac,Méd. camp., 1833, p. 165).
Prononc. et Orth.: [sabo]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) Déb. du xives. [ms.] caboz torneiz plur. « toupies » (B.N. fr. 19152, f o43a, éd. Ed. Faral); fin xives. sabos plur. « id. » (Evrart de Conti, Probl. d'Aristote, B.N. fr. 210, f o212c ds Gdf. Compl.); b) 1835 « mauvais violon » (Ac.); 2. 1512 « chaussure paysanne faite d'une seule pièce de bois évidée » (doc. ds Gdf. Compl.); 3. 1564 sabot d'un cheval (Thierry); 4. 1762 (Ac.: on appelle [...] sabots, ces ornemens de cuivre qui sont au bas des pieds d'un bureau, d'une commode, etc.); 5. 1798 « demi-baignoire » (Ac.). Prob. issu, par croisement avec savate*, du poit. bot, au sens 2 (1564, Thierry; v. aussi TLF, s.v. botte2), même mot que bot1*. Le sens 2, qui est le sens propre, est prob. plus ancien. Fréq. abs. littér.: 1 151. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 837, b) 1 762; xxes.: a) 2 205, b) 1 910.
DÉR.
Saboterie, subst. fém.Fabrique de sabots, industrie, fabrication des sabots (supra A). Synon. vx sabotage.Vous savez que la ville de Bourg fait commerce de saboterie et de bijouterie (A. France, Vie littér., 1891, p. 158).V. saboter A 2 ex. de Nanquette. [sabɔtʀi]. 1reattest. 1855 (Goncourt, Quelques créatures de ce temps, p. 200 ds Quem. DDL t. 22); de sabot, suff. -erie*.
BBG.De Charencey. Romania. B. Soc. Ling. 1902/1903, t. 12, p. CXXI. − Hotier Cirque 1973 [1972], p. 75, 140. − Quem. DDL t. 14, 16, 19, 20, 27, 28; 22 (s.v. saboterie).

Wiktionnaire

Nom commun

sabot \sa.bo\ masculin

  1. Chaussure de bois faite toute d’une pièce et creusée de manière à contenir le pied.
    • Au bruit de leurs lourds sabots, à tiges de toile bise, les marins dévalaient par groupes, le dos courbé sous le poids de leurs filets ; […]. — (Octave Mirbeau, Les eaux muettes )
    • Peu à peu, des claquements de sabots s’entendirent, puis des pas étouffés de religieuses ; […]. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • Je vous accompagne à deux pas, déclara Jacques, en échangeant pour ses sabots les pantoufles brodées par les soins de son épouse  ; […]. — (Louis Pergaud, La Disparition mystérieuse, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Le torse moulé par un chandail et chaussées de sabots, elles attendaient, près de fritureries en plein vent, leurs clients attitrés. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • Non seulement, il ne porte que des sabots ou des espadrilles de toile, comme un contrebandier, mais aussi un éternel pantalon avachi, tout rapetassé au fond et aux genoux, […]. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Odette avait acheté en Bretagne une petite paire de sabots pour Annie et pour elle des sabots avec une couverte de cuir glacé de teinte marron, très seyants. — (Édouard Bled, J’avais un an en 1900, Fayard, 1987, Le Livre de Poche, page 312.)
  2. (Zoologie) Corne du pied du cheval et de plusieurs autres animaux.
    • Les cris des coqs, les sabots des ânes poussés par l’encouragement sonore et monotone des paysans, réveillèrent Elhamy le lendemain. — (Out-el-Kouloub, Zaheira, dans Trois contes de l’Amour et de la Mort, 1940)
  3. Ornements, ordinairement de métal, qui sont au bas des pieds d’un bureau, d’une commode, etc.
    • Les pieds de cette table ont des sabots de cuivre.
  4. (Maçonnerie) Toute garniture de métal ou de bois qui entoure l’extrémité inférieure d’une pièce de charpente, d’un poteau, etc.
    • Les pilotis sont armés d’un sabot de fer pointu, afin qu’ils percent plus facilement les terrains durs.
  5. (Habillement) Garniture de dentelle ou de tulle au bas d'une manche courte. (Par extension) Manche ainsi ornée.
    • Et cependant les sabots garnis de dentelles découvraient admirablement ses bras nus... — (Gérard de Nerval, Les Filles du feu, Sylvie, 1854)
  6. Baignoire faite en forme de sabot pour permettre de s'y asseoir.
  7. (Transport) Semelle en acier, coin de métal ou de bois que l’on met sous l’une des roues d’une voiture, pour l’empêcher de tourner.
    • Sur la route, ce furent les premières chaussées modernes construites par Trésauguet, en France, et par Mac-Adam, en Angleterre vers 1760, qui firent rechercher des procédés un peu moins primitifs que le sabot qu'on intercalait entre la roue et le sol, la chaîne d'enrayage et le rondin qui embarraient la jante près d'un rai. — (Jean Falaize & Henri Girod-Eymery, A travers les chemins de fer: de l'origine à nos jours, Éditions Denoël, 1948, p. 202)
  8. (En particulier) (Chemin de fer) Morceau de fonte posé sur un rail pour freiner un wagon.
    • Pour freiner les wagons en fin de course, des agents présents entre les voies, les saboteurs ou enrayeurs, posent des sabots sur les rails. — (Gare de triage sur l’encyclopédie Wikipédia Wikipedia-logo-v2.svg)
  9. Sorte de toupie que les enfants font tourner en la fouettant avec une lanière.
    • Lancer, fouetter, faire tourner son sabot.
    • Les plus petits avaient une toupie, à corps cylindrique, appelée sabot, qu’ils faisaient tourner en la fouettant avec une fine lanière de cuir. — (Édouard Bled, « Mes écoles », Robert Laffont, 1977, page 25.)
  10. (Zoologie) Genre de mollusques à coquille univalve, épaisse et dure.
  11. (Figuré) (Familier) (Musique) Mauvais instrument de musique ou de toute sorte de mauvais outil.
    • Ce violon n’est qu’un sabot.
  12. (Figuré) (Marine) Se dit familièrement d’un navire qui tient mal la mer.
    • Ce bateau n’est qu’un sabot, il ne fait que rouler.
    • Ses formes renflées de l’avant, l’évasement de ses fonds, la lourdeur de son arrière, en faisaient un mauvais marcheur, le type parfait du « sabot. » — (Jules Verne, Les Enfants du capitaine Grant, 1846)
  13. (Coiffure) Accessoire de tondeuse à cheveux, définissant la longueur de la coupe.
  14. (Péjoratif) Grosse automobile.
  15. (Élevage) Cage ou caisse, parfois roulante, servant à la capture, la contention et le transport d'animaux.
    • Tandis qu'on mettait les animaux choisis dans ces caisses de bois faites pour eux qu'on nomme des sabots et qu'un valet d'Hagenbeck s'apprêtait à les convoyer, […]. — (Paul Vialar, Les Quatre Zingari, Chronique française du XXe siècle, volume 9, p. 142, Del Duca, Paris, 1959)
    • Autrefois, on contraignait l’animal à l’immobilité en le coinçant dans un « sabot ». — (Donald Frederick Hoffmeister, Animaux du Zoo, p. 13, Le Petit Guide, Éditions des Deux Coqs d'Or, Hachette, Paris, 1968)
  16. (Ornithologie) Nichoir à oiseaux.
  17. (Héraldique)
    1. Meuble représentant les chaussures de bois du même nom dans les armoiries. Il est représenté de profil, la pointe à dextre, le talon à senestre. À rapprocher de chaussure, houseau, jambière, poulaine et soulier.
      • Coupé : au 1) d’argent à la croix de gueules, à la bordure d’azur, au 2) de gueules au sabot d’or, qui est de la commune de La Sabotterie des Ardennes’' → voir illustration « armoiries avec un sabot »
    2. (En particulier) pluriel Dans un meuble évoquant un animal à sabots (cheval, zèbre, licorne…), on blasonne les sabots uniquement si leur couleur diffère du reste de l’animal.
      • D’or à l’âne arrêté de gueules, le museau d’argent et les sabots de sable ; au chef d’azur chargé de trois coquilles d’argent, qui est de la commune d’Asnan de la Nièvre → voir illustration « armoiries avec des sabots de cheval »
  18. (Typographie) Récipient recevant les lettres usées rejetées par les typographes et pouvant être recyclées.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SABOT. n. m.
Chaussure de bois faite toute d'une pièce et creusée de manière à contenir le pied. Sabot de bois d'aulne, de hêtre, de noyer. Une paire de sabots. Fig. et fam., Il est venu à Paris en sabots se dit en parlant d'un Homme qui, d'une origine obscure ou d'une extrême pauvreté, est parvenu à une situation, à une fortune considérable. Fig. et fam., Il a du foin dans ses sabots se dit d'un Paysan riche ou enrichi.

SABOT se dit aussi de la Corne du pied du cheval et de plusieurs autres animaux. Le sabot de ce cheval est bon, est usé. Il faut que ce cheval fasse sabot neuf. Il se dit encore des Ornements, ordinairement de métal, qui sont au bas des pieds d'un bureau, d'une commode, etc. Les pieds de cette table ont des sabots de cuivre. Il se dit également de Toute garniture de métal ou de bois qui entoure l'extrémité inférieure d'une pièce de charpente, d'un poteau, etc. Les pilotis sont armés d'un sabot de fer pointu, afin qu'ils percent plus facilement les terrains durs. Il se dit en outre d'une Baignoire faite en forme de sabot. Il se dit encore d'une Semelle en acier, d'un coin de métal ou de bois que l'on met sous l'une des roues d'une voiture, pour l'empêcher de tourner. Enrayer avec un sabot. Il se dit également d'une Sorte de toupie que les enfants font tourner en la fouettant avec une lanière. Lancer un sabot. Fouetter, faire tourner son sabot. Le sabot dort, Il tourne si vite sans changer de place qu'il paraît immobile. Fig. et pop., Dormir comme un sabot, Dormir profondément.

SABOT se dit, en termes d'Histoire naturelle, d'un Genre de Mollusques à coquille univalve, épaisse et dure. Il se dit, figurément et familièrement, d'un Mauvais instrument de musique ou de toute sorte de mauvais outil. Ce violon n'est qu'un sabot. Comment pouvez-vous jouer sur un pareil sabot? Il se dit encore figurément et familièrement d'un Navire qui tient mal la mer. Ce bateau n'est qu'un sabot, il ne fait que rouler.

Littré (1872-1877)

SABOT (sa-bo ; le t ne se lie pas ; au pluriel, l's se lie : des sa-bo-z en bois ; sabots rime avec faux, beaux, repos, etc.) s. m.
  • 1Chaussure faite d'un seul morceau de bois creusé en forme de pied. Une paire de sabots. Princesse, je suis fils d'un faiseur de sabots, Maître Adam Billault, Œuvr. p. 108, dans POUGENS. Je vous demanderai [aux jansénistes de Port-Royal] si la chasse, la musique, le plaisir de faire des sabots et quelques autres plaisirs que vous ne refusez pas à vous-mêmes, sont fort propres à faire mourir le vieil homme, Racine, 2e lett. à l'aut. des Imag. J'aime mes bœufs, je les caresse, ils me font des mines ; je me suis fait faire une paire de sabots, Voltaire, Lett. d'Argental, 19 mars 1761. Premier peuple de l'univers, songez que vous avez dans votre royaume de Frankreich environ deux millions de personnes qui marchent en sabots six mois de l'année, et qui sont nu-pieds les autres six mois, Voltaire, Facéties, Disc. aux Velches. Ils [les jansénistes de Port-Royal] ne se refusaient pas dans leur solitude comme l'a remarqué Racine, le plaisir de faire des sabots, et celui de tourner les jésuites en ridicule, D'Alembert, Œuv. t. V, p. 317.

    En Dauphiné, on nomme sabot un soulier à semelle de bois, et esclot un soulier tout en bois.

    Fig. Le sabot ou les sabots, une condition pauvre, misérable. Le premier [des de Mesmes] qui se trouve avoir quitté les sabots, fut un professeur en droit dans l'université de Toulouse, Saint-Simon, 319, 160. Au vrai bonheur puisqu'il mène, Le sabot vaut bien l'escarpin, Béranger, Turlupin. Plus d'un héros Dans le soulier qui le blesse Peut regretter ses sabots, Béranger, Gueux.

    Fig. Il est venu à Paris en sabots, avec des sabots, se dit d'un homme qui de la pauvreté est parvenu à une grande fortune. Il vint à Paris autrefois avec des sabots, Patin, Nouv. lett. t. II, p. 342, dans POUGENS.

    Fig. Il a du foin dans ses sabots, il a garni ses sabots dans telle ferme, se dit d'un paysan riche ou enrichi.

    Fig. Casser son sabot, faillir, se dit d'une fille devenue enceinte, d'une femme qui a fait une faute grave.

  • 2Enveloppe cornée entourant et protégeant la dernière phalange des pieds chez les ruminants, les pachydermes et les solipèdes. Ce cheval a le sabot fort petit. Les jambes [du rhinocéros] sont courtes et très grosses, les pieds arrondis par derrière, avec des sabots par devant, divisés en trois parties, Buffon, Quadrup. t. IX, p. 169. Nous voyons bien que les animaux à sabot doivent être herbivores, puisqu'ils n'ont aucun moyen de saisir leur proie, Cuvier, Rév. p. 102.
  • 3Ornement ordinairement de métal mis au bas des pieds de certains meubles, un bureau, une commode, etc. Les pieds de cette table ont des sabots de cuivre.
  • 4Garniture de bois ou de métal qui garantit l'extrémité inférieure d'une pièce de charpente, d'un poteau. Les pilotis sont armés d'un sabot de fer pointu, afin qu'ils percent plus facilement les terrains durs.

    Terme de menuiserie. Bout de plinthe ou de bandeau cintré que l'on rapporte haut et bas d'un pied cornier, d'une armoire ou d'une bibliothèque.

    Terme de charpente. Partie en saillie qui, dans une marche palière, fait partie de la courbure de l'échiffre.

    Terme d'armement. Sabot de lance, fer qui sert de garniture à l'extrémité inférieure de la hampe d'une lance.

  • 5Sabot d'enrayage, ou simplement sabot, plaque de fer qu'on met sous l'une des roues d'une voiture dans les descentes, afin d'en augmenter le tirage, en substituant le glissement au roulement. Enrayer avec le sabot. Le sabot se cassa.
  • 6 Terme d'artillerie. Pièce en bois tourné ou en boissellerie fixée à certains projectiles sphériques. Les seuls boulets sphériques ensabotés sont ceux des batteries de campagne ; cette disposition a pour résultat de ménager les pièces et de rendre le tir plus précis. Tous les obus sphériques, qui doivent être tirés dans des obusiers à âme longue, sont ensabotés ; dans ce cas, le sabot a pour effet de maintenir l'œil de l'obus sur l'axe de la pièce.

    Dans certaines carabines à balle sphérique, la balle est réunie à un sabot en bois, analogue au précédent.

  • 7 Terme de marine. Sorte de poulie particulière pour les écoutes des huniers.

    On dit aussi poulie à sabot.

  • 8Espèce de baignoire, faite en forme de sabot.
  • 9Sabots en fonte de fer, vases circulaires pour empêcher les fourmis de monter sur les arbres encaissés.
  • 10Outil de bois dont se sert le cordier pour faire les câbles.
  • 11Piston d'une pompe ordinaire.

    Partie du rouet du fileur d'or.

  • 12Petite niche qu'on accroche dans les volières. Il [le serin] fait son nid dans un petit panier rond d'osier, ou dans un petit morceau de bois creusé, appelé sabot, Genlis, Maison rust. t. I, p. 422, dans POUGENS.
  • 13 Fig. et familièrement. Mauvais instrument de musique. Ce violon n'est qu'un sa bot.
  • 14Crochet qui fait partie du mécanisme d'une harpe à pédales.
  • 15Sorte de toupie de forme conique en bas et cylindrique en haut, que font pirouetter les enfants en la frappant avec un fouet ou une lanière. La Furie qui agitait Amate, et qui la fouettait comme un sabot, à ce que dit Virgile, Voltaire, Dict. phil. Lib. d'impr. Nager, courir, sauter, fouetter un sabot, lancer des piérrès, tout cela est fort bien ; mais n'avons-nous que des bras et des jambes ? Rousseau, Ém. II. Nous tournons au gré de nos passions et des circonstances comme un sabot sous le fouet de l'écolier, Picard, Marionnettes, I, 1. Comme le sabot circule sous le fouet de l'enfant… ainsi les esprits étaient agités, Chateaubriand, Mart. Liv. XVI.

    Le sabot dort, se dit quand il tourne si vite, restant sur un même point, qu'il paraît immobile.

    Familièrement. Dormir comme un sabot, dormir profondément. La patronne, qui se portait aussi bien que son mari, dormait auprès de lui comme un sabot, Lesage, Guzm. d'Alf. II, 3.

    On le fouettera comme un sabot, on le châtiera sévèrement.

  • 16Sabot de Vénus ou sabot des vierges, nom vulgaire du cypripède.
  • 17 Terme d'histoire naturelle. Genre de mollusques à coquille univalve épaisse et dure, dont le nom latin est turbo, qui signifie un sabot, une toupie.

HISTORIQUE

XIIIe s. Il [un enfant] respondi que, einsi com il se jooit à son cabot [variante : à sa pelote], il chei el celier, Miracle St Loys, p. 144.

XVe s. Tous deux yvres dormans comme ung sabot, Villon, Ball.

XVIe s. Je vis qu'elle deschaussa un de ses esclos ; nous les nommons sabots, Rabelais, III, 17. Je vous sens venir, vous avez des sabots, Cholières, Contes, t. II, Après-dîn. V.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

SABOT. Ajoutez :
18Sabots à collet, par opposition à sabots découverts et à brides, les sabots de paysan qui recouvrent le cou-de-pied et qu'on porte sans brides.
19Poche à sabot, poche ouvrant en dehors et en haut, formée d'un carré long d'étoffe cousu par le fond et les deux côtés montants, par comparaison au sabot renversé, qu'on suspend dans les cheminées pour y placer des allumettes, etc. Tablier de ménage avec poches à sabot.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

SABOT, s. m. (Hist. nat. Bot.) calceolus, genre de plante à fleur polypétale, anomale, & composée de six pétales inégaux, dont quatre sont disposés en croix ; les deux autres occupent le milieu de la fleur. L’un de ces deux pétales est fourchu & placé sur l’autre, qui est gonflé & concave, & qui ressemble à un sabot. Le calice devient dans la suite un fruit ou une espece d’outre à trois angles auxquels adherent trois panneaux qui s’ouvrent, & qui sont chargés de semences aussi menues que de la scieure de bois. Tournefort, inst. rei herb. Voyez Plante.

Sabot, s. m. (Hist. nat. bot.) trocus, nom générique que l’on a donné à différentes especes de coquilles. Voyez Coquille, & les figures 10, 11 & 13 de la XXI. Planche.

Sabot, (Conchyliolog.) en latin trochus, genre de limaçon de mer de forme conique, & qui ont la bouche applatie en ovale.

Les caracteres de ce genre de limaçons, sont les suivans, selon M. Dargenville ; c’est une coquille univalve, dont la figure est faite en cône ; le sommet est élevé, quelquefois applati, ou tout-à-fait plat. Sa bouche ovale est à dents & sans dents, umbiliquée, & ayant intérieurement la couleur d’un blanc de perle.

La figure conique de ce genre de coquille & la bouche applatie en ovale, déterminent son caractere générique.

Cette famille de limaçons que nous nommons sabots, renferme des especes fort singulieres, qu’on indiquera dans la suite. Il y en a dont la tête en pyramide, forme plusieurs spirales, & ce sont-là les vrais sabots ; d’autres s’élevent la moitié moins & conservent mieux la figure des vrais limaçons ; d’autres sont entierement applatis, tels que la lampe antique & l’escalier ; il résulte de-là que l’élévation de la figure ne détermine pas le vrai caractere d’un coquillage. Il y a des especes de sabots qui sont umbiliqués, & d’autres qui ne le sont pas. Les Bretons appellent sorciere, une espece de sabot qui est petite & plate. Voyez Sorciere.

Les classes générales de sabots, sont les trois suivantes ; 1°. celle des sabots dont le sommet est élevé ; 2°. celle des sabots dont le sommet est moins élevé, & qui ont la bouche grande, presque ronde & umbiliquée ; 3°. celle des sabots dont le sommet est applati.

Les principales coquilles de sabots à sommet élevé, sont ; 1°. le sabot marbré ; 2°. le sabot, tacheté de rouge & de blanc à pointes étagées ; 3°. le sabot pointillé ; 4°. le sabot de couleur verte & chagriné. On trouve aussi dans cette classe le sabot plein de nœuds dont la couleur est, tantôt verte, tantôt rougeâtre, tantôt cendrée, quelquefois jaune, & d’autres fois couleur de rose.

Parmi les sabots de la seconde classe, on distingue ; 1°. la veuve, 2°. la pie, 3°. le tigre, 4°. le sabot à côtes élevées, & à sommet pointu ; 5°. le sabot armé de pointes & de boutons ; 6°. le cul-de-lampe, autrement dit la pagode ou le toît chinois ; 7°. le sabot tout blanc, avec des côtes relevées ; 8°. le sabot garni de pointes en compartimens ; 9°. le sabot brut avec une opercule ; 10°. le bouton de camisole chagriné & qui a des dents ; 11°. l’éperon ou la molette d’éperon, 12°. le petit éperon, 13°. le sabot doré à umbilic argenté.

Il faut remarquer ici, que la premiere & la seconde classe de sabots, reçoivent dans plusieurs de leurs especes de tels changemens en passant par les mains de ceux qui les polissent, & quand ces coquilles ont été gardées dans des cabinets, qu’on a de la peine à les connoître.

Par exemple, le sabot marbré paroît alors tacheté de rouge & de blanc ; le sabot verd étant dépouillé, brille comme la nacre de perle, le sabot doré paroît tout entier couleur d’argent, &c.

Dans la classe des sabots dont le sommet est applati, on compte les especes suivantes ; 1°. la lampe antique, à bouche étendue & plate ; 2°. le sabot rayé de blanc & de rouge, 3°. le sabot, dont la bouche a des dents, 4°. le sabot nommé le cornet de S. Hubert, à levres repliées ; 5°. le sabot, dont le sommet est creusé & fauve ; 6°. le sabot à sommet tout jaune ; 7°. le sabot applati, dont la bouche est presque ronde ; 8°. le sabot nommé l’escalier ou le cadran, à bouche applatie ; 9°. le sabot brun rayé de lignes jaunes & blanches ; 10°. le sabot blanchâtre, marqueté de taches & de raies jaunes ; 11°. le petit sabot applati, tirant sur le blanc, & la couleur de rose.

On trouvera la représentation de toutes ces différentes especes de sabots, dans les auteurs de conchyliologie. L’on verra en même tems, que le nom de sabot conformément à l’origine de ce mot, est fort mal appliqué à différentes especes de ces coquilles, puisqu’il n’y en a que quelques-unes qui ayent la figure du sabot ou de la toupie des enfans. Il vaut donc mieux nommer avec M. Dargenville ces sortes de coquilles, limaçons à bouche applatie ; ajoutons un mot de l’animal même.

Le limaçon habitant du sabot, a la chair d’un blanc sale tirant sur le jaune ; sa bouche est brune, ses yeux sont gros, noirs, & placés à l’ordinaire : les cornes sont coupées dans toute leur largeur par une ligne fauve, ce qui les rend épaisses, & d’une pointe fort camuse.

Ce même animal a un avantage sur le limaçon à bouche ronde, & sur le limaçon à bouche demi ronde, c’est de n’être point sujet comme eux par la configuration & la juste proportion du poids de son corps avec la plaque charnue sur laquelle il rampe, à se renverser en passant dans les endroits escarpés ; au lieu que les autres allant par les mêmes endroits, entraînés par le poids de leur coquille peu proportionnée pour la grosseur à la force de l’animal, sont renversés, froissés & blessés, avant qu’ils ayent pû s’en garantir en retirant leurs cornes, leur bouche, & en rentrant promptement dans leur coquille. (D. J.)

Sabot, (Archit.) est un morceau de bois quarré d’environ huit pouces de grosseur, dans lequel s’emboîte l’extremité d’un calibre, & sert à le diriger le long de la regle pour pousser les moulures.

Sabot, (Boisselerie.) sorte de chaussure de bois léger & creusé, dont les paysans se servent en France, faute de souliers ; les plus propres viennent du Limousin. Ce sont à Paris les Boisseliers, les Chandeliers, & les regratiers qui en font le commerce en détail. Il y a quelques années qu’un médecin de Londres conseilla de porter des sabots à un jeune enfant de qualité qui commençoit à être attaqué du rachitis ; mais on ne trouva pas une seule paire de sabots dans toute la grande-Bretagne, il en fallut faire venir de France ; je sais pourtant que les anciens connoissoient les sabots, & qu’ils en faisoient ; c’étoit la chaussure des plus pauvres laboureurs ; mais ce qu’il y a de particulier, c’est que c’étoit aussi celle des parricides lorsqu’on les enfermoit dans un sac pour les jetter dans la mer ; Ciceron nous apprend cette derniere particularité prescrite par la loi : Si quis parentes occiderit, vel verberarit, ei damnato obvolvatur os solliculo lupino, soleæ ligneæ pedibus inducantur. (D. J.)

Sabot, en terme de Boutonnier ; c’est une espece de pompon formant un demi cercle en-bas, & enhaut s’ouvrant en deux oreillettes de cœur, mis en soie & bordé de cannetille pour entrer dans la composition d’un ornement quelconque. Voyez Mettre en Soie & Cannetille.

Sabot, instrument de Passementier-Boutonnier ; c’est un petit outil de bois à plusieurs coches, de cinq ou six pouces de longueur dont on se sert pour fabriquer les cordons de chapeaux, c’est-à-dire pour assembler plusieurs cordons ou fils, & les tortiller ensemble pour en faire un plus gros.

Sabot, terme de Cordier ; outil de bois à plusieurs coches, dont le cordier se sert pour cabler le cordage en trois, quatre, ou en plus grand nombre. (D. J.)

Sabot, en terme d’Epinglier ; sa forme est trop connue pour en parler. Les Epingliers s’en servent ordinairement pour frapper sur les bouts d’une dressée qu’ils cueillent. Ils enlevent encore quelquefois le dessus pour s’en servir comme d’une boîte à mettre des têtes. Voyez ce mot à son article.

Sabot, (Maréchallerie.) c’est toute la corne du pié du cheval au-dessous de la couronne, ce qui renferme le petit pié, la sole & la fourchette. Le sabot se détache quelquefois entierement, à cause des maladies qui attaquent cette partie ; telles sont les encloueures, le javart encorné, & les bleimes. Un cheval à qui le sabot est tombé, n’est plus propre aux grands travaux.

Le sabot blanc est ordinairement d’une corne trop tendre, le noir est le meilleur : on divise le sabot en trois parties ; la pince, qui est le devant ; les quarries, qui sont les deux côtés ; & les talons qui sont derriere. On appelle encore le sabot, l’ongle ou les parois du pié.

Sabot, en terme de marchand de modes, est proprement la manche d’étoffe d’une robe de cour ou d’enfant, sur laquelle on met la garniture par étages du haut en-bas. Voyez Garnitures.

Sabot, (Rubanerie.) est une espece de navette de même matiere & à-peu-près de même forme, excepté ce qui suit ; le sabot est d’abord plus épais & plus grand que la navette, il porte à sa face de devant trois trous placés horisontalement les uns à côté des autres à peu de distance, chaque trou revêtu de son annelet d’émail. Voyez Annelet. Le sabot contient trois petits canons à bords plats, excepté les deux bords des deux canons des deux bouts qui sont un peu convexes, pour mieux remplir la concavité des deux bouts du sabot contigus à la brochette, & profiter par-là de toute la place ; en outre les bords plats de ces canons qui se touchent dans le sabot n’y laissent pas de vuide, & les bords des deux bouts se trouvant convexes, sont plus conformes à la figure du sabot où ils aboutissent ; l’usage du sabot est de porter, comme la navette, au lieu de trame sur ses trois petits canons, autant de brins de cablé ou grisette, pour en enrichir les bords du galon, le sabot ne se lance jamais en plein comme la navette, il passe seulement à mains reposées à-travers la levée de chaine qui lui est destinée, après quoi il se pose sur le carton, jusqu’à ce qu’il soit nécessaire de le reprendre ; on entend parfaitement qu’il en faut deux, c’est-à-dire un pour chaque bord, l’un exécutant comme l’autre, les desseins, coquilles, &c. que l’on voit à chaque bord ; cet outil a beaucoup de connexité avec la navette. Voyez Navette.

Sabot, (Tireur d’or.) est une partie du rouet du fileur d’or, qu’on peut regarder comme la principale piece du rouet. C’est une roue à plusieurs crans qui décroissent par proportion sur le devant. Elle est traversée par l’arbre qui va de-là passer dans le noyau de la grande roue. C’est sur ce sabot qu’est la corde qui descend par trois poulies différentes sur la roue de la fusée. La raison de l’inégalité de ces crans, de ceux de la fusée, & de ceux des cazelles, est le plus ou le moins de mouvement qu’il faut à certaines marchandises qu’on travaille.

Sabot, (Jeu) turbo, sorte de toupie qui est sans fer au bout d’en bas, & dont les enfans jouent en le faisant tourner avec un fouet de cuir.

Le jeu de sabot est fort ancien. Tibulle a dit dans la cinquieme élégie du premier livre : « J’avois autrefois du courage, & je supportois les disgraces sans m’émouvoir ; mais à présent je sens bien ma foiblesse, & je suis agité comme une toupie fouetée par un enfant dans un lieu propre à cet exercice ».

Asper cram, & benè dissidium me ferre loquebar ;
Ac verò nunc longè gloria fortis abest,
Namque agor, ut per plana citus sola verbere turbo
Quem celer assuetâ veisat ab arte puer.
(D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « sabot »

Berry, sibot ; picard, chabou, chabot, cabou. Origine inconnue. Cependant on ne peut guère s'empêcher de le rattacher au mot savate, bas-lat. sabbatum, chabata (voy. SAVATE). Quant au sabot, toupie, il a été dit ainsi, suivant la Monnoye, parce que ces toupies sont faites la plupart d'un morceau de vieux sabot.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

De l’ancien français çabot, inflexion de bot (« botte »), de savate (« soulier »), de l’ancien occitan sabata, du turc zabata, de l’arabe sabbât (« sandale ») ; cf. italien ciabatta (de ciavatta), espagnol zapato.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « sabot »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
sabot sabo

Citations contenant le mot « sabot »

  • Quand on sème des épines on ne va pas sans sabots. Henri Pourrat, Gaspard des montagnes, Albin Michel
  • Un jardinier qui sabote une pelouse est un assassin en herbe. De Raymond Devos / Les Chansons que je ne chante pas
  • Clop, clop, clop, on l'entend arriver ! Le sabot fait son retour cet été, mais dans une version revisitée. Comment le porter pour éviter le premier degré ? ELLE.be, Sabot en été: comment le porter pour éviter le premier degré ?
  • It shoes de l'été 2020, découvrez une sélection shopping de 9 sabots tendances. Grazia.fr, Sabots : 9 modèles canon pour s'essayer à la tendance chaussures de l'été - Grazia
  • Variation autour d'un thème, le sabot, revu à travers nos envies mode d'été.  Vogue Paris, 9 sandales pour calquer la tendance néo-sabot cet été | Vogue Paris
  • La Saboterie du Léon, labellisée entreprise du patrimoine vivant, se visite tous les mardis de l’été à 15 h et 16 h 30. Au-delà de la découverte des étapes de fabrication traditionnelle d’un sabot breton, la visite commentée proposée par le sabotier Michel Cousin est ponctuée d’anecdotes et d’histoires sur cette corporation, l’utilisation et les différents types de boutou coat : le sabot vert des marins, le rouge pour les enfants ou la paire orange caractéristique des sardinières de Douarnenez… Le Telegramme, La Saboterie de Léon, un patrimoine vivant à visiter - Saint-Pol-de-Léon - Le Télégramme
  • En plein air, au jardin de l’Évêché à Saint-Pol-de-Léon (22), la conteuse Céline Gumuchian narrera l’histoire de Philibert, un sabotier peut-être sorcier. Le conte éponyme est issu d’une collecte de témoignages autour du métier d’artisan-sabotier, notamment celui de Michel Cousin. Celui-ci, qui tient la Saboterie de Léon, organise une visite guidée à 18 h 30. En extérieur, il montrera d’abord comment se fait le choix du bois qui compose les sabots, selon leur essence ou leur maturité. Ensuite, il détaillera le processus de réalisation d’un sabot, des premières étapes jusqu’à la mise en vente. Le Telegramme, Envie de bouger demain ? Nos cinq propositions - Bretagne - Le Télégramme
  • Dans notre rubrique mensuelle "Autrescòps" (autrefois à Villefranche), nous nous intéressons aujourd’hui aux sabots et aux sabotiers ladepeche.fr, Villefranche-d'Albigeois. Quand le sabotier chaussait son monde - ladepeche.fr

Images d'illustration du mot « sabot »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « sabot »

Langue Traduction
Anglais shoe
Espagnol zapato
Italien scarpa
Allemand schuh
Chinois 鞋子
Arabe حذاء
Portugais sapato
Russe башмак
Japonais
Basque zapata
Corse scarpa
Source : Google Translate API

Synonymes de « sabot »

Source : synonymes de sabot sur lebonsynonyme.fr
Partager