La langue française

Chaussure

Sommaire

  • Définitions du mot chaussure
  • Étymologie de « chaussure »
  • Phonétique de « chaussure »
  • Évolution historique de l’usage du mot « chaussure »
  • Citations contenant le mot « chaussure »
  • Images d'illustration du mot « chaussure »
  • Traductions du mot « chaussure »
  • Synonymes de « chaussure »

Définitions du mot « chaussure »

Trésor de la Langue Française informatisé

CHAUSSURE, subst. fém.

A.− Objet fabriqué à partir de divers matériaux souples (cuir, peau, toile, matières synthétiques) et selon différents procédés d'assemblage pour recouvrir et protéger le pied. On confectionna des chaussures en cuir de phoque, qui vinrent remplacer à propos les souliers et les bottes apportés d'Amérique (Verne, L'Île mystérieuse,1874, p. 282):
1. ... les pantoufles de Cendrion étaient de verre? (...) Des chaussures de vair, c'est-à-dire des chaussures fourrées, se conçoivent mieux... A. France, Le Livre de mon ami,1885, p. 321.
2. Ils ont des pantalons et des chemises qui leur tiennent à peine au corps, des espadrilles et des sandales, il y en a nu-pieds et avec des chaussures à clous. E. Triolet, Le Premier accroc coûte deux cents francs,1945, p. 370.
En partic. SP. Chaussure à crampons. Chaussure munie de crampons* nécessaires à la pratique de certains sports (rugby, football, etc.) (cf. J. Mercier, Le Football, 1966, p. 7).
Loc. fig.
Chaussure à tout pied (vx). Chose commune, banale.
Trouver chaussure à son pied. Trouver la personne ou la chose qui réponde exactement à ce que l'on désire ou recherche :
3. ... si Rogron trouvait chaussure à son pied parmi les héritières de Provins, ne valait-il pas mieux réserver toute leur fortune pour ses enfants? Balzac, Pierrette,1840, p. 28.
B.− P. méton. Profession de la chaussure.
Prononc. et Orth. : [ʃosy:ʀ]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1172-75 chaucëure « tout ce qui sert à envelopper le pied » (Chr. de Troyes, Chevalier Charrette, 5559 ds T.-L.); 1611 fam. (Cotgr. : Ils ont rencontré chaussure à leur pied); 1938 industriels de la chaussure (Romains, Les Hommes de bonne volonté, Verdun, p. 158). Dér. de chausser*; suff. -ure*. Fréq. abs. littér. : 726. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 443, b) 984; xxes. : a) 1 258, b) 1 425. Bbg. Gottsch. Redens. 1930, p. 168, 208, 253. − Greimas (A. J.). Nouv. dat. Fr. mod. 1952, t. 20, p. 300. − Guiraud (P.). Mél. d'étymol. arg. et pop. Cah. Lexicol. 1970, t. 17, p. 12. − Le Breton Grandmaison. Vêt. et environnement. Vie Lang. 1971, p. 446. − Rog. 1965, p. 36. − Schwerteck (H.). Bezeichnungen für Schuhwerk in den romanischen Sprachen. München, 1968.

Wiktionnaire

Nom commun

chaussure \ʃo.syʁ\ féminin

  1. Ce que l’on met au pied pour se chausser. — Note d’usage : Souvent au pluriel en référant à une paire de chaussures pour les deux pieds.
    • Le seul moyen de se garantir d’oignons, & même de toute incommodité aux pieds, c'est d'être absolument en garde contre les chaussures trop courtes; […]. — (Nicolas Laurent Laforest, L'art de soigner les pieds : contenant un traité sur les cors, verrues, durillons, oignons, engelures, les accidens des ongles & leur difformité, Paris : chez l'auteur & Maison de M. Bourdet et Versailles : Blaizot, 1781, page 77)
    • Le parfait gentleman qu’est mon vieil ami Jacques arborait ce soir-là une suave écharpe de soie, d’impeccables chaussures vernies, un pardessus du bon faiseur et un chapeau d'au moins vingt louis. — (Francis Carco, Images cachées, Éditions Albin Michel, Paris, 1928)
    • Les travailleurs chargés de l’oxycoupage et leurs aides découpent jour et nuit des plaques d’acier sans masques, vêtements, gants ou chaussures de protection. — (Paul Bailey, L’impact dans le domaine social et du travail de la mondialisation dans le secteur de la fabrication du matériel de transport, Genève, Bureau International du Travail, 2000, page 154)
    • Il allongeait sa jambe, sèche comme un échalas, qui flottait dans une molletière trop large et sans couleur, pour montrer fièrement sa chaussure. — (François Barberousse, L'Homme sec, Paris : Gallimard, 1935 & Romorantin : Marivole Éditions, 2013, chap. 7)
  2. (Commerce) (Au singulier) Domaine de la fabrication et de la vente des chaussures.
    • Il est dans la chaussure.
  3. (Équitation) Ferrure d'un cheval.
  4. (Héraldique) Meuble représentant le vêtement du même nom dans les armoiries. Elle est généralement présentée de profil la pointe vers dextre, le talon à senestre. À rapprocher de houseau, jambière, poulaine, sabot et soulier.
    • Écartelé au 1) burelé d’argent et de gueules au lion de sable brochant sur le tout, au 2) d’azur aux trois chaussures cousues de sable, au 3) d’argent aux trois marteaux de gueules, au 4) d'azur aux trois têtes d’aigle d’argent, qui est de la commune de Lammerville en Seine-Maritime → voir illustration « armoiries avec 3 chaussures »
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CHAUSSURE. n. f.
Ce que l'on met au pied pour se chausser, comme les souliers, les pantoufles, les bottes, etc. Bonne chaussure. Chaussure mignonne, élégante. Chaussure propre. Fig., Une chaussure à tous pieds, Une opinion, une doctrine banale, accommodée de manière qu'elle puisse plaire aux esprits les plus opposés. Fig., Trouver chaussure à son pied, Trouver justement ce qu'il faut, ce qui convient.

Littré (1872-1877)

CHAUSSURE (chô-su-r') s. f.
  • 1Tout ce qui sert à chausser les pieds.

    Fig. Trouver chaussure à son point, ou à son pied, rencontrer juste ce qui convient, et aussi, rencontrer quelqu'un qui peut nous tenir tête.

    Fig. Une chaussure à tous pieds, chose banale, doctrine qu'on accommode de manière qu'elle puisse plaire à des esprits très opposés.

  • 2La somme nécessaire pour entretenir quelqu'un de souliers, de bottes, etc. Ma chaussure me coûte tant par an.

HISTORIQUE

XIIIe s. En Ydumée estandré ge ma chauceüre, Psautier, f° 135. Et la dame s'est devestue De son mantel grant aleüre Et de sa propre chauceüre, Rutebeuf, II, 204.

XVIe s. La chaussure patricienne ne guarit pas de la goutte des pieds, Amyot, De la tranq. d'âme, 1. Qu'ils se desplaisent de cette vilaine chaussure qui montre si à descouvert nos membres occultes [la braguette, dont la forme était si indécente, comme on le voit dans des gravures du temps], Montaigne, I, 338.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

* CHAUSSURE, s. f. (Hist. anc. & Œcon. domest.) c’est la partie de l’habillement qui couvre le pié. Les Grecs & les Romains en ont eu de cuir ; les Egyptiens de papirus ; les Espagnols, de genet tissu ; les Indiens, les Chinois, & d’autres peuples, de jonc, de soie, de lin, de bois, d’écorce d’arbre, de fer, d’airain, d’or, d’argent ; le luxe les a quelquefois couvertes de pierreries. Les formes & les noms des chaussures anciennes nous ont été conservés, les unes dans les antiques, les autres dans les auteurs : mais il est très-difficile d’appliquer à chaque forme son nom propre. Les Grecs appelloient en général la chaussure, upodemata pedila ; ils avoient les diabatres à l’usage des hommes & des femmes ; les sandales, qui n’étoient portées que par les femmes de qualité ; les lantia, dont on n’usoit que dans la maison ; les campodes, chaussure basse & legere ; les peribarides, qu’il n’étoit permis de porter qu’aux femmes nobles & libres ; les crepides, qu’on croit n’avoir été que la chaussure des soldats ; les abulcés, chaussure des pauvres ; les persiques, chaussure blanche à l’usage des courtisanes ; les laconiques ou amucledes, chaussure rouge particuliere aux Lacédémoniens ; les garbatines, souliers de paysans ; les embates, pour la comédie, les cothurnes, pour la tragédie ; les énemides, que les Latins nommoiont ocrea, & qui revenoient à nos bottines : toutes ces chaussures s’attachoient sur le pié avec des courroies, imantes. Chez les Lacédémoniens les jeunes gens ne portoient des chaussures qu’à l’âge ou ils prenoient les armes, soit pour la guerre, soit pour la chasse. Les Philosophes n’avoient que des semelles ; Pythagore avoit ordonné à ses disciples de les faire d’écorce d’arbre : on dit que celles d’Empedocle étoient de cuivre ; & qu’un certain Philetas de Cos étoit si maigre & si foible, qu’il en fit faire de plomb ; conte ridicule ; les souliers lourds ne sont guere qu’à l’usage des personnes vigoureuses.

La chaussure des Romains différoit peu de celle des Grecs ; celle des hommes étoit noire, celle des femmes blanche : il étoit deshonnête pour les hommes de la porter blanche ou rouge : il y en avoit qui alloient jusqu’à mi-jambe, & on les appelloit calcei uncinati ; elles étoient seulement à l’usage des personnes de qualité : on pouvoit les distribuer en deux sortes ; celles qui couvroient entierement le pié, comme le calceus, le mullæus, le pero, & le phæcasium ; celles dont la semelle simple ou double se fixoit sous le pié par des bandes ou courroies qui s’attachoient dessus, & qui laissoient une partie de dessus le pié découverte, comme le caliga, le solea, le crepida, le bacca, & le sandalium.

Le calceus & le mullæus ne différoient du pero, qu’en ce que ce dernier étoit fait de peaux de bêtes non tannées, & que les deux autres étoient de peaux préparées. La chaussure de cuir non préparé passe pour avoir été commune à toutes les conditions ; le mullæus qui étoit de cuir aluné & rouge, étoit une chaussure à lunule. Voyez Lunule. Dans les tems de simplicité il n’étoit guere porté que par les patriciens, les sénateurs, les édiles. On dit que cette chaussure avoit passé des rois d’Albe à ceux de Rome, & de ceux-ci aux principaux magistrats de la république, qui ne s’en servoient que dans les jours de cérémonies, comme triomphes, jeux publics, &c. Il paroît qu’il y avoit telle chaussure qu’on pardonnoit à la jeunesse, mais qu’on quittoit dans un âge plus avancé : on reprochoit à César de porter sur le retour de l’âge une chaussure haute & rouge. Le calceus & le mullæus couvroient tout le pié, & montoient jusqu’au milieu de la jambe. Les Romains pousserent le luxe fort loin dans cette partie du vêtement, & y employerent l’or & l’argent, & les pierreries. Ceux qui se piquoient de galanterie, veilloient à ce que la chaussure prît bien la forme du pié. On la garnissoit d’étoffe molle ; on la serroit fortement avec des courroies appellées ansa ; quelques-uns même s’oignoient auparavant les piés avec des parfums.

Le pero étoit de peaux de bêtes non préparées : c’étoit une chaussure rustique ; elle alloit jusqu’à la moitié du genou. Le phacasium étoit de cuir blanc & leger ; cette chaussure convenoit à des piés délicats : les prêtres d’Athenes & d’Alexandrie la portoient dans les sacrifices. Le caliga étoit la chaussure des gens de guerre ; c’étoit une grosse semelle d’où partoient des bandes de cuir qui se croisoient sur le coup de pié, & qui faisoient quelques tours vers la cheville : il y avoit quelquefois de ces courroies qui passoient entre le gros orteil & le suivant, & alloient s’assembler avec les autres. Le campagus différoit peu du caliga ; c’étoit la chaussure de l’empereur & des principaux de l’armée : il paroît que les courroies de celle-ci étoient plus legeres qu’au caliga, & formoient un réseau sur la jambe.

Le solea, crepida, sandalium, gallica, étoient des semelles retenues sous la plante du pié : voilà ce qu’elles avoient de commun ; quant à leur différence, on l’ignore : on sait seulement que le solea & le gallica n’alloient point avec la toge, à moins qu’on ne fût à la campagne ; mais qu’on les portoit fort bien avec le penule. Les femmes se servoient de ces deux chaussures, soit à la ville soit à la campagne. Il paroît par quelques endroits de Cicéron, qu’il y avoit un solea qui étoit de bois, qu’il étoit très-lourd, & qu’on en mettoit aux piés des criminels pour les empêcher de s’enfuir. Ce pourroit bien être du gallica des Latins que nous avons fait notre mot galloche.

Le crepida différoit peu du solea, & ne couvroit le pié que par intervalle. Le bacca étoit une chaussure de philosophes ; il y en avoit de feuilles de palmier. On n’a d’autres conjectures sur la sycionia, sinon que c’étoit une chaussure legere. Quant au soccus, soc, & au cothurnus, cothurne, voyez Soc & Cothurne. Les ocreæ qui étoient en usage dès la guerre de Troye, étoient quelquefois d’étain, de cuivre, de fer, & d’oripeau.

Les Juifs avoient aussi leurs chaussures, assez semblables à celles que nous venons de décrire ; elles s’attachoient sur le pié avec des courroies. Cependant ils alloient souvent piés nuds ; ils y étoient obligés dans le deuil, par respect, & quelquefois par pauvreté. Leurs prêtres entroient dans le temple piés nuds : ils ôtoient leurs sandales en se mettant à table, excepté à la célébration de l’agneau paschal. Oter sa chaussure & la donner, étoit le signe du transport de la propriété d’une chose.

Les anciens Germains, & sur-tout les Goths, avoient une chaussure de cuir très-fort qui alloit jusqu’à la cheville du pié : les gens distingués la portoient de peau. Ils étoient aussi dans l’usage d’en faire de jonc & d’écorce d’arbre. Presque tous les Orientaux aujourd’hui portent des babouches ou chaussures semblables à nos pantoufles. Presque tous les Européens sont en souliers. Nos chaussures sont le soulier, la pantoufle, la babouche, la mule, la claque, le patin, le sabot. Voyez ces mots à leurs articles. Antiq. expl. heder. lex.

Observations anatomiques sur quelques chaussures modernes. De judicieux anatomistes ont observé, 1°. que les différens mouvemens des os du pié étant très-libres dans l’état naturel, comme on le voit assez dans les petits enfans, se perdent d’ordinaire par la mauvaise maniere de chausser les piés ; que la chaussure haute des femmes change tout-à-fait la conformation naturelle de ces os, rend les piés extraordinairement cambrés ou voûtés, & même incapables de s’applatir, à cause de la soûdure non naturelle ou anchylose forcée de ces os ; à peu-près comme il arrive aux vertebres des bossus : que l’extrémité postérieure de l’os calcaneum, à laquelle est attaché le gros tendon d’achille, s’y trouve continuellement beaucoup plus élevée, & le devant du pié beaucoup plus abaissé que dans l’état naturel ; & que par conséquent les muscles qui couvrent la jambe postérieurement, & qui servent par l’attache de leur tendon à étendre le pié, sont continuellement dans un raccourcissement non naturel, pendant que les muscles antérieurs qui servent à fléchir le pié en-devant, sont au contraire dans un allongement forcé.

2°. Que les personnes ainsi chaussées, ne peuvent que très-difficilement descendre d’une montagne ; au lieu qu’en y montant, la chaussure haute leur peut en quelque façon servir de marches plates, le bout du pié étant alors plus élevé : qu’elles ont aussi de la peine à marcher long-tems, même par un chemin uni, sur-tout à marcher vîte, étant alors obligées ou de se balancer a peu près comme les canards, ou de tenir les genoux plus ou moins pliés & soûlevés, pour ne pas heurter des talons de leur chaussure contre terre ; & que par la même raison, elles ne peuvent sauter avec la même liberté que d’autres qui ont la chaussure basse : car on sait que dans l’homme, de même que dans les quadrupedes & dans les oiseaux, l’action de sauter s’exécute par le mouvement subit & prompt de l’extrémité postérieure & saillante de l’os calcaneum au moyen des muscles, dont le gros tendon y est attaché.

3°. Que les chaussures basses, loin d’exposer à ces inconvéniens, facilitent au contraire tous les mouvemens naturels des piés, comme le prouvent assez les coureurs, les porte-chaises, les laboureurs, &c. que les sabots les plus communs, malgré leur pesanteur & inflexibilité, ne mettent pas tant d’obstacles à l’action libre & naturelle des muscles qui servent aux mouvemens des piés, en ce que, outre qu’ils ont le talon très-bas, leur extrémité antérieure est arrondie vers le dessous ; ce qui supplée en quelque maniere au défaut de l’inflexion alternative d’un pié appuyé sur les orteils, pendant que l’autre pié est en l’air quand on marche.

4°. Que les socques des Récollets suppléent davantage à ce défaut, en ce que avec un talon très bas, ils ont encore une piece de la même hauteur vers le devant, sous l’endroit qui répond à l’articulation du métatarse avec les orteils ; & que par ce moyen, la portion antérieure de ces socques étant en l’air, permet d’abaisser la pointe du pié proportionnellement à l’élévation du calcaneum.

5°. Que les souliers du petit peuple avec des semelles de bois, sont moins commodes que ces socques, & fatiguent plus les muscles du tendon d’achille, en ce que n’étant-ni flexibles ni façonnés comme ces socques, ils rendent la portion antérieure du levier du pié plus longue que dans l’état naturel, & occasionnent ainsi plus d’effort à ces muscles, lorsqu’il faut soûlever le corps sur la pointe de ces souliers inflexibles : car on sait que dans l’action de soûlever le corps sur la pointe du pié, ce pié fait l’office du levier de la seconde espece, le fardeau de tout le corps étant alors entre l’effort des muscles & la résistance de la terre, &c.

6°. Qu’un autre inconvénient de la chaussure haute, c’est que non-seulement les muscles du gros tendon d’achille, qui servent à l’extension du pié, mais aussi les muscles antérieurs qui servent à l’extension des orteils, sont par la hauteur de ces chaussures continuellement dans un état de raccourcissement forcé ; tandis que les muscles antérieurs qui servent à la flexion du pié, & les postérieurs qui servent à la flexion des orteils, sont en même tems par cette hauteur continuellement dans un état d’allongement forcé : que cet état continuel de froncement des uns & de tiraillement des autres, ne peut que causer tôt ou tard à leurs vaisseaux tant sanguins que lymphatiques, & à leurs nerfs, quelque inconvénient plus ou moins considérable ; & par la communication de ces vaisseaux & de ces nerfs, avec les vaisseaux & les nerfs d’autres parties plus éloignées, même avec ceux des visceres de l’abdomen, &c. occasionner des incommodités que l’on attribueroit à toute autre cause, auxquelles par conséquent on apporteroit des remedes inutiles, & peut-être accidentellement nuisibles & dangereux.

7°. Qu’à la vérité, cet état forcé de raccourcissement d’une part & d’allongement de l’autre, devient avec le tems comme naturel ; de sorte que ceux qui y sont habituellement accoûtumés, ne peuvent presque sans peine & sans souffrance marcher avec des chaussures basses : mais que cette attitude non naturelle n’en sera pas moins la cause de certaines infirmités qui paroîtront n’y avoir aucun rapport.

8°. Qu’un autre inconvénient des chaussures hautes, c’est de faire courber la taille aux jeunes personnes ; & que pour cette raison l’on ne devroit point donner aux filles des talons hauts avant l’âge de quinze ans.

9°. Que les souliers trop étroits ou trop courts, chaussure si fort à la mode chez les femmes, les blessant souvent, il arrive que pour modérer la douleur, elles se jettent les unes en-devant, les autres en-arriere, les unes sur un côté, les autres sur l’autre ; ce qui non-seulement préjudicie à leur taille & à la grace de la démarche, mais leur cause des cors qui ne se guérissent point.

Ces remarques sont de M. Winslow, qui avoit projetté de les étendre dans un traité sur celui de Borelli, de motu animalium ; ouvrage admirable en son genre ; que peu de gens sont en état de lire, & qui traite néanmoins d’une des parties des plus intéressantes de la Physiologie. Observat. communiquées par M. le chevalier de Jaucourt.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « chaussure »

(XIIe siècle) De l’ancien français chaucëure (c. 1172).
Synchroniquement dérivé de chausse avec le suffixe -ure.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Chausser ; picard, cauchure. Chaussure, chausseüre, répond à un substantif calciatura.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « chaussure »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
chaussure ʃosyr

Évolution historique de l’usage du mot « chaussure »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « chaussure »

  • Le crocodile est une chaussure qui bâille de la semelle. De Ramon Gomez de la Serna
  • Pied de paysan et chaussure de seigneur ne vont de compagnie. De Proverbe scandinave
  • Voilà l'homme tout entier, s'en prenant à sa chaussure alors que c'est son pied le coupable. De Samuel Beckett / En attendant Godot
  • Il n'y a aucune mauvaise chaussure qui ne trouve sa pareille. De Proverbe français
  • Si ma chaussure est étroite, que m’importe que le monde soit vaste. De Proverbe turc
  • Il n'y a pas de place pour deux pieds dans une même chaussure. De Proverbe grec antique
  • Toute notre histoire est une chaussure qui nous détache du sol du monde. De Erri De Luca / Trois Chevaux
  • Si la chaussure ne nous va pas, devons-nous couper le pied ? De Gloria Steinem / Outrageous acts and everyday rebellions
  • Les Sceptiques sont un caillou dans la chaussure de l'humanité en marche vers la crédulité. De Jean Dion / Le Devoir - 16 Décembre 1999
  • La forme actuelle de la chaussure de toutes les armées est défectueuse, c’est-à-dire que cette forme n’est pas la même que celle des pieds. De Anonyme / La Chaussure militaire
  • A tout proverbe on peut trouver sa chaussure. De Proverbe québécois
  • Seule la chaussure sait si la chaussette a des trous. De Proverbe créole
  • Un film doit être comme un caillou dans une chaussure. De Lars von Trier
  • S'habiller à sa taille, et se chausser à son pied : voilà la sagesse. Horace en latin Quintus Horatius Flaccus, Épîtres, I, VII, 98
  • Cordonnier, [ne juge] pas plus haut que la chaussure. Pline, l'Ancien, en latin Caius Plinius Secundus, Histoire naturelle, 35-36
  • Savetier, borne ta critique à la chaussure ! De Apelle
  • On ne comprend pas ce qu’est la science de la chaussure, quand on ne comprend pas ce qu’est la science. De Platon / Théétète
  • Créée en collaboration avec des athlètes de renommée mondiale, comme Joyciline Jepkosgei et Rhonex Kipruto, la dernière version de l’adizero adios Pro est le nouveau standard de performance des chaussures de running destinées à la catégorie de sportifs de haut niveau. Essential Homme, Adizero Adios Pro, La Chaussure De Course De Fond La Plus Rapide De Adidas Running - Essential Homme
  • Zech Medley, jeune gunner de 19 ans a rejoint le groupe des joueurs d’Arsenal s’étant affiché avec des chaussures vintage depuis le déconfinement en s’entraînant avec une Nike Total 90 Laser II de 2008. Toujours un plaisir de revoir les Total 90 sur les terrains. footpack., Les plus belles chaussures de foot de la semaine - Épisode 31 - footpack
  • Il était une fois une personne soucieuse de l’environnement et passionnée de golf. En réfléchissant à un concept pour récupérer toutes ces balles qui ne cessent de se perdre, un robot est né. Puis plus tard une marque de chaussures; LAKEFRONT.Revue d’une marque dont les modèles et les couleurs ont définis par la communauté et qui lance son programme ambassadeurs dès maintenant. BOGEYMAG - Blog Golf, LAKEFRONT, la chaussure de golf en matériaux recyclés - BOGEYMAG - Blog Golf
  • La collaboration entre le PSG et la marque Jordan va encore se matérialiser par deux maillots qui seront portés au cours de la saison à venir, la troisième et quatrième tunique des Parisiens, et ce partenariat exclusif va également déboucher sur un nouveau type d'équipement, à savoir une chaussure de running. Plusieurs sites spécialisés ont dévoilà le modèle en question, une « Jordan Air Zoom Renegade PSG ». Après plusieurs paires de Air Jordan, il s'agira du première modèle dédié au running. CulturePSG, Club : Une chaussure de running bientôt issue de la collaboration PSG x Jordan | CulturePSG
  • Les chaussures à bout carré sont idéales pour twister un look et lui apporter une touche de modernité. On adorera les porter avec une jupe midi ou un jean taille haute et un tee-shirt. Pour leurs origine bourgeoise, on préférera éviter de les associer à un look jupe-serre-tête. Marie Claire, Chaussures à bout carré : notre sélection shopping - Marie Claire
  • Les candidats à la reprise de l’enseigne de chaussures, placée en redressement judiciaire, doivent se manifester d’ici au lundi 22 juin. Spartoo, son actionnaire depuis 2018, renonce à présenter un projet de continuation. Le Monde.fr, Colère et fatalisme au sein d’André, icône déchue de la chaussure tricolore

Images d'illustration du mot « chaussure »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « chaussure »

Langue Traduction
Anglais shoe
Espagnol zapato
Italien scarpa
Allemand schuh
Portugais sapato
Source : Google Translate API

Synonymes de « chaussure »

Source : synonymes de chaussure sur lebonsynonyme.fr
Partager