La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « socque »

Socque

Définitions de « socque »

Trésor de la Langue Française informatisé

SOCQUE, subst. masc.

A. − ANTIQ. ROMAINE. [P. oppos. au cothurne de la tragédie] Chaussure basse que portaient les acteurs de comédie. (Dict. xixeet xxes.).
P. méton. [P. oppos. à la tragédie figurée par le cothurne] Comédie. Il a quitté le socque pour le cothurne (Ac.1835-1935).
B. − Vx. Sandale à semelle de bois épaisse portée par des religieux. Le curé de Mégère attendit patiemment que le bruit des socques sur le pavé l'avertît que la servante avait quitté son poste d'observation derrière la porte (Bernanos, Crime, 1935, p. 759).
C. − Vieilli. Synon. de galoche (v. ce mot A).Elle me voyait pareil à lui [le professeur de mathématiques], traversant la ville deux fois le jour, en jaquette d'alpaga et en panama l'été, les pieds protégés, l'hiver, par des socques et le corps pris dans un paletot fourré (Bourget, Disciple, 1889, p. 75).De bonnes soques [sic] et de gros capuchons pour l'hiver (L. Tournier, Il était une fois la montagne, Paris, éd. France-Empire, 1979, p. 39).
Rem. ,,Socque tend à sortir de l'usage et quand on s'en sert, le mot est généralement considéré abusivement comme étant du féminin`` (Dupré 1972).
REM.
Socquette, subst. fém.,rare. Petit socque. Une foule taciturne et plutôt triste, mais bruyante des pieds car tout le monde allait chaussé de sabots et de soquettes [sic] de bois qui claquaient sur les pavés en ronde-bosse (Cendrars, Bourlinguer, 1948, p. 251).
Prononc. et Orth.: [sɔk]. Homon. soc. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. Fin xives. socchez « grosses chaussures », plur. de socche ou de socchet (B. N. lat. 13032, 11454 ds Roques, p. 384] 1. 1562 socque « sorte de chaussure basse portée dans l'Antiquité » (A. Du Pinet, L'Hist. du Monde de C. Pline Second, t. 2, p. 676); spéc. 1680 soc « dans l'Antiquité, chaussure basse portée par les acteurs comiques » (Rich.); 1690 socque (Fur.); 2. id. « sandale à semelle de bois que portent certains religieux » (ibid.); 3. 1822 socque-articulé « chaussure imperméable et flexible que l'on met par-dessus une chaussure ordinaire pour se protéger de l'humidité » (Obs. modes, t. 8, p. 486); 1827 socques articulés (MmeCelnart, Man. des dames ou l'Art de la toilette, pp. 63-64 ds Quem. DDL t. 16). Empr. au lat.soccus « sorte de pantoufle, de chaussure basse », spéc. « chaussure basse propre aux acteurs comiques », et en lat. médiév. « sandale à semelle de bois portée par les moines » (ixes. ds Nierm.). Soccus dans son sens gén., est à l'orig. de l'a. prov. soc « grosse chaussure », et est encore vivant dans les domaines italo-rom., ibéro-rom., et dans de nombreux dial. du domaine gallo-rom. Voir FEW t. 12, pp. 13b-15a. Fréq. abs. littér.: 44. Bbg. Quem. DDL t. 16.

Wiktionnaire

Nom commun - français

socque \sɔk\ masculin

  1. (Habillement) Sorte de chaussure sans quartier, à semelle et contrefort de bois.
    • Emma débouclait ses socques, mettait d’autres gants, rajustait son châle. — (Gustave Flaubert, Madame Bovary, Michel Lévy frères, Paris, 1857)
    • Le Lignon ne murmurait point à ses pieds ensabotés de gros socques de bois : c’était la Sil valaque […] — (Jules Verne, Le Château des Carpathes, J. Hetzel et Compagnie, 1892, pages 1-16)
    • Mais voici que Telcide désire ses socques pour aller au jardin sans se mouiller les pieds :
      — Où sont-ils ? ma bonne sœur Rosalie, ne les avez-vous point vus ?…
      — Ils étaient rangés dans le bas de la commode, ma bonne sœur Telcide…
      — Je vais y voir…
      — (Germaine Acremant, Ces dames aux chapeaux verts, Plon, 1922, collection Le Livre de Poche, page 160)
    • Ponctuellement, à huit heures trente, dans chaque école, M. et Mlle Ennberg épongent leur tableau noir, et la classe commence. Mais jusqu’à neuf heures, c’est un perpétuel claquement de socques, un bruyant va et vient d’élèves.— ( Roger Martin du Gard, Vieille France, Gallimard, 1933 ; éd. Le Livre de Poche, page 27)
  2. (Habillement) Chaussure basse dont les acteurs de l’Antiquité se servaient dans les pièces comiques, à la différence du « cothurne », chaussure haute dont ils se servaient dans les tragédies.
  3. (Figuré) (Soutenu) Art de la comédie, par opposition à la tragédie.
    • Il a quitté le socque pour le cothurne.
    • Il chausse également le cothurne et le socque.

Nom commun - ancien français

socque \Prononciation ?\ féminin

  1. Semelle de terre grasse attachée aux pieds de ceux qui marchent.
    • Socque f. : a sole of durt or earth cleaving to the bottome of the foot in a cloggy way. — (Cotgrave, 1611)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SOCQUE. n. m.
Sorte de chaussure sans quartier et le plus souvent à semelle de bois. Une paire de socques. Porter des socques.

SOCQUE se dit également d'une Chaussure basse dont les acteurs de l'antiquité se servaient dans les pièces comiques; à la différence du Cothurne, Chaussure haute dont ils se servaient dans les tragédies. Il se dit, au figuré, dans le style soutenu, pour opposer la comédie à la tragédie. Il a quitté le socque pour le cothurne. Il chausse également le cothurne et le socque.

Littré (1872-1877)

SOCQUE (so-k') s. m.
  • 1Chaussure basse des acteurs comiques de l'antiquité ; par opposition au cothurne, qui était une chaussure haute à l'usage des acteurs tragiques.

    Fig. La comédie, par opposition à la tragédie. La comédie doit prendre un ton moins haut que la tragédie : le socque est inférieur au cothurne, Fénelon, t. XXI, p. 221.

    En ce sens on dit plus ordinairement brodequin.

  • 2Chaussure dont la semelle et le talon sont en bois, portée par certains religieux, et, en particulier, par les récollets.
  • 3Aujourd'hui, chaussures de bois et de cuir adaptées à la chaussure ordinaire pour mieux garantir les pieds de l'humidité, Porter des socques. Socques articulés. Pour venir dîner au Marais, cette terre classique des bottes à semelle de liége et des socques articulés, il avait mis des souliers vernis et des bas à jour, Ch. de Bernard, le Gendre, § X.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « socque »

Provenç. soc ; portug. soco, socco ; ital. socco ; du lat. soccus, brodequin.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin soccus (« sandale »). Le diminutif socculus (« petite sandale », « brodequin ») a donné socle en français.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « socque »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
socque sɔk

Citations contenant le mot « socque »

  • Une exposition rassemble des exemples nombreux et soigneusement choisis de ces objets dont nous enveloppâmes nos pieds entre le Moyen-âge et nos jours. Apparaît ainsi ce qui devrait être fonctionnel, au fond une chaussure pour être bien et nous protéger des agressions extérieures, est en fait un précipité de particularisme de projection psychique qui en font, de période en période, un objet extraordinairement symptomatique. La chaussure, la mule brodée, la socque, la galoche, le brodequin, le sabot, la bottine, l'escarpin, la sandale, le mocassin, le chausson, la cuissarde, la chopine, bref le soulier qu'il soit à boucle ou à talon, à clou ou à crampon, qu'il soit pour la danse ou pour la guerre, long et épaté pour le clown, haut et lacé pour le claque, le soulier donc est toujours le reflet de notre imaginaire. Chacun est prêt à souffrir pour le porter ou à faire souffrir pour désirer plus... France Culture, Evolution de la chaussure du Moyen Âge à nos jours
  • Comme en témoigne ce sabot-soque dit de Gabrielle d'Estrées, en Europe, on s’inspire dès le XVIe siècle des formes traditionnelles orientales, pensées pour entraver ou ralentir la marche des femmes, que l’on rêve alanguies. On prend pour modèles les socques des Turques ou des Syriennes à bout relevé générant une démarche glissante, ou, à partir de l’époque d’Edo, les petits pas chancelants des geishas du Japon. Connaissance des Arts, À grands pas au musée des Arts décoratifs de Paris | Connaissance des Arts
  • Bien que les socques sont progressivement remplacées par des chaussures de toile, de cuir ou en plastique, on peut toujours voir de nombreuses personnes en porter, que se soit à la campagne ou en ville. , Les socques de Wenchang, ancêtres des Geta japonaises — Chine Informations

Images d'illustration du mot « socque »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « socque »

Langue Traduction
Anglais shoe
Espagnol zapato
Italien scarpa
Allemand schuh
Chinois 鞋子
Arabe حذاء
Portugais sapato
Russe башмак
Japonais
Basque zapata
Corse scarpa
Source : Google Translate API

Synonymes de « socque »

Source : synonymes de socque sur lebonsynonyme.fr

Socque

Retour au sommaire ➦

Partager