La langue française

Roussir

Définitions du mot « roussir »

Trésor de la Langue Française informatisé

ROUSSIR, verbe

I. − Empl. trans. Qqc.1/qqn1roussit qqc.2
A. − Donner une couleur rousse à quelque chose. Le grand air roussit le papier (Ac.).Le machineur fumait de continuelles cigarettes, dont le tabac avait, à la longue, roussi ses doigts minces (Zola, Germinal, 1885, p. 1254).La pluie de Douai, le soleil de Nîmes (...) ont verdi, roussi, ces lamentables « pelures » de tournée, grands manteaux cache-misère (Colette, Music-hall, 1913, p. 4).
B. − En partic.
1. Donner une couleur rousse à quelque chose, en le soumettant à une chaleur trop forte ou à un froid excessif. Voici l'automne. Des gelées (...) ont roussi les dernières fleurs du jardin. Les dahlias (...) sont brûlés; brûlés aussi les grands tournesols (Mirbeau, Journal femme ch., 1900, p. 124).Tout le long des tiges, la chaleur s'est amassée, elle a roussi la paille et séché la farine (R. Bazin, Blé, 1907, p. 239).
2.
a) Brûler superficiellement quelque chose. C'était d'ailleurs son habitude (...) de tisonner avec ses pieds, jusqu'à ce qu'il eût roussi ses semelles (A. France, Bonnard, 1881, p. 386).On a coutume de roussir le poil des chats pour décourager les voleurs qui en ont à leur peau (Faral, Vie temps st Louis, 1942, p. 149).V. carboniser ex. 5.
Empl. pronom. réfl. indir. Peyrade se roussit la main pour s'emparer de la cassette en feu (Balzac, Tén. affaire, 1841, p. 131).
b) Cuire quelque chose à sec; griller quelque chose. On est en train de torréfier le café dans la cuisine (...). Dis bien à Jeannette (...) que le café veut être roussi seulement (Feuillet, Scènes et com., 1854, pp. 6-7).Moi, s'écria Carrory, je recommande qu'on fende mes châtaignes avant de les roussir (Malot, Sans fam., 1878, p. 140).
TEXT. Passer un textile à la flamme pour enlever le duvet. (Ds Nouv. Lar. ill.-Lar. Lang. fr., Lexis 1975). Synon. griller (v. griller1A 1).
II. − Empl. intrans. Qqc.2/qqn2(se) roussit
A. − Apparaître avec une teinte rousse. Le soleil (...) qui fait (...) reluire les taches et roussir les chapeaux (Vallès, Réfract., 1865, p. 27).
B. −
1. Prendre une teinte rousse. Les étoffes blanches roussissent aisément (Ac.1798-1878).Tandis que jaunissaient à en roussir d'authentiques images d'Épinal (Queneau, Pierrot, 1942, p. 91).Empl. pronom. Chez une autre, fille de banquier, le teint, d'une fraîcheur de jardinière, se roussissait, se cuivrait, et prenait comme le reflet de l'or qu'avait tant manié le père (Proust, Temps retr., 1922, p. 951).
2. En partic.
a) Prendre une teinte rousse, sous l'effet d'une chaleur trop forte ou d'un froid excessif. Nombre d'élus avaient le cœur si brûlant que les linges roussissaient sur eux (Huysmans, En route, t. 2, 1895, p. 150).[Le gazon] se maintient en Angleterre frais et vert tout l'été, tandis que roussissent ou grisonnent les pelouses étrangères (Morand, Londres, 1933, p. 141).
b)
α) P. méton. Être légèrement brûlé. Le riz a roussi au fond de la casserole (Rob.).P. exagér. Subir le supplice du feu. C'est une conspiration pour me faire endosser la chemise soufrée et me faire roussir en place des Terreaux (Borel, Champavert, 1833, p. 117).
β) ART CULIN. Prendre une teinte rousse en cuisant (à sec ou dans un corps gras). On ajoute un oignon fendu en quatre que l'on retire dès qu'il commence à roussir (Coupin, Animaux de nos pays, 1909, p. 2).Des gigots et des poulets (...) roussissaient et sifflaient devant un feu de fagots (Malègue, Augustin, t. 1, 1933, p. 228).V. alléchant ex. 2.
Prononc. et Orth.: [ʀusi:ʀ], (il) roussit [-si]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. a) 1269-78 « faire devenir roux » (Jean de Meun, Rose, éd. F. Lecoy, 12049); 1766 se roussir « se brûler légèrement » (Voltaire, Philosophe ignorant, 24 ds Littré); 1802 roussir « brûler légèrement » (Flick); b) ca 1393 « devenir roux » (Ménagier, II, 140 ds T.-L.); 1690 « prendre une légère teinte rousse (en parlant du vin blanc) » (Fur.); c) 1679 roussi subst. masc. « odeur d'une chose que le feu a roussie » (Rich.); 1819 sentir le roussi « être suspect d'hérésie et menacé du bûcher » (Béranger, Chansons, Les Missionnaires ds Littré). Dér. de roux*; dés. -ir. Fréq. abs. littér.: 41.
DÉR. 1.
Roussissement, subst. masc.,rare. Action de roussir quelque chose, fait de devenir roux; état de ce qui est roussi. C'est le verdissement des buissons et des prés C'est le roussissement des vaches et des blés (Jammes, Clairières, 1906, p. 151). [ʀusismɑ ̃]. 1reattest. 1866 (H. de Parville, Journ. offic., 10 avr., p. 2591, 2ecol. ds Littré); de roussir, suff. -(e)ment1*.
2.
Roussissure, subst. fém.a) Synon. de roussissement (supra).V. cramoisissure dér. s.v. cramoisi ex. de Jammes.b) Tache rousse. Synon. rousseur.L'important, c'était l'air de septembre, les feuillages encore verts avec déjà quelques roussissures (Druon, Louve Fr., 1959, p. 214). [ʀusisy:ʀ]. 1resattest. a) ca 1790 « état de ce qui est roussi » (Beaumarchais, IV, 280 ds Gohin), b) 1873 « tache rousse » (Zola, Ventre Paris, p. 699); de roussir, suff. -ure*.
BBG.Gohin 1903, p. 245 (s.v. roussissure). − Quem. DDL t. 16 (s.v. roussissure), 33 (s.v. châtain-roussi).

Wiktionnaire

Verbe

roussir \ʁu.siʁ\ transitif 2e groupe (voir la conjugaison)

  1. Rendre roux.
    • Et de son côté, le récent hiver a roussi les oliviers, dépenaillé les grands mimosas, pareils à des mâts dont les haubans sont coupés, et où pendent des paquets de vieilles voilures déralinguées. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • La sécheuse idéale doit aussi être sûre pour tous les tissus, sans risque de brûlure, certaines sécheuses roussissent le linge ou l'exposent aux éléments chauffants. — (Sélection du Reader's digest, vol. 33, 1963, p. 85)

roussir intransitif 2e groupe (voir la conjugaison)

  1. Devenir roux.
    • Seuls, dans un des versants caillouteux de la forêt, deux ou trois vieux hêtres accusaient, par quelques feuilles roussies prématurément, l’arrivée prochaine de l’automne et la mort de l’été. — (Louis Pergaud, Un satyre, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Le fer chaud a fait roussir ce linge.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ROUSSIR. v. tr.
Faire devenir roux. Vous roussirez ce linge si vous l'approchez ainsi du feu. Le grand air roussit le papier. Il est aussi intransitif et signifie Devenir roux. Le fer chaud a fait roussir ce linge. Les feuilles commencent à roussir. Le participe passé

ROUSSI s'emploie comme nom masculin et désigne l'Odeur d'une chose que le feu a roussie et qui est près de brûler. Odeur de roussi. Il y a quelque chose qui brûle, cela sent le roussi.

Littré (1872-1877)

ROUSSIR (rou-sir) v. a.
  • 1Rendre roux. Roussir du linge en passant un fer trop chaud.
  • 2 V. n. Devenir roux. Les perruques roussissent avec le temps.
  • 3Se roussir, v. réfl. Devenir roux. Le papier se roussit au grand air.

    Se brûler légèrement. Après m'être plongé avec Thalès dans l'eau dont il faisait son premier principe, après m'être roussi auprès du feu d'Empédocle, Voltaire, Phil. ignor. 24.

HISTORIQUE

XIIIe s. De larrecin ot ung bordon Qu'il reçut de Barat pour don, De triste pensée roussi ; Escharpe ot plaine de soussi, la Rose, 12283.

XIVe s. Aucuns mettent le congre roussir sur le gril, Ménagier, II, 5. Friolez au lart et au beurre tant qu'il soit cuit, et dressiez tantost, car il roussiroit, ib.

XVe s. J'estoie jà tains et roussis Des grans anuis et des soussis, Froissart, Poésies mss p. 203, dans LACURNE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « roussir »

Roux.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Siècle à préciser) De roux, rousse et -ir.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « roussir »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
roussir rusir

Citations contenant le mot « roussir »

  • Il est impossible de porter à travers la foule le flambeau de la vérité sans roussir ici et là une barbe ou une perruque. De Georg Christoph Lichtenberg / Aphorismes
  • Et les sourcils du haut représentant ont dû roussir au fil de ses rencontres dans la fournaise du plateau anatolien. Si le ministre turc des affaires étrangères, Mevlüt Cavusoglu, s’est montré très courtois lors d’une conférence de presse commune, il ne lui a, en effet, épargné aucune récrimination. Le Monde.fr, Dialogue de sourds entre l’Union européenne et la Turquie
  • Eteindre un incendie, ce n’est pas facile… Certes, il est bien sûr préférable de ne pas l’allumer. Mais quand il est là, que faire? Il y a bien des années, j’ai pris un extincteur pour tenter de circonscrire le feu qu’un mégot avait allumé sur le canapé d’une voisine âgée. Les éléments en rage ne se sont pas calmés et je me suis fait roussir barbe et moustache. Heureusement, les pompiers, alertés par mon épouse, n’ont pas tardé à arriver. Depuis, j’ai mieux compris l’utilisation d’un extincteur. J’ai appris en outre que, selon la matière enflammée, l’eau peut être la pire vectrice d’un début de feu. , La Gruyère | Construire un avenir

Images d'illustration du mot « roussir »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « roussir »

Langue Traduction
Anglais scorch
Espagnol quemar
Italien bruciatura
Allemand versengen
Chinois 烧焦
Arabe حرقة
Portugais chamuscar
Russe подгорать
Japonais 焦げ
Basque scorch
Corse scorch
Source : Google Translate API

Synonymes de « roussir »

Source : synonymes de roussir sur lebonsynonyme.fr

Roussir

Retour au sommaire ➦

Partager