La langue française

Cantique

Sommaire

  • Définitions du mot cantique
  • Étymologie de « cantique »
  • Phonétique de « cantique »
  • Évolution historique de l’usage du mot « cantique »
  • Citations contenant le mot « cantique »
  • Traductions du mot « cantique »
  • Synonymes de « cantique »

Définitions du mot cantique

Trésor de la Langue Française informatisé

CANTIQUE, subst. masc.

RELIGION
A.− Chant d'action de grâces à la gloire de Dieu. Cantique de Moïse, de Siméon, de la Vierge :
1. David, délivré par Dieu de tous ses ennemis, chanta un cantique d'action de grâces, qui est reproduit, et qui n'est, sauf des variantes, que le psaume XVII (XVIII). Dict. de théol. catholique,t. 4, 1repart., 1920, p. 973.
[P. allus. à un poème célèbre de St François d'Assise] :
2. Sans le savoir, la peinture française de 1850 à 1900 recommence sans cesse le cantique des créatures; ma sœur l'eau et mon frère le soleil y sont continuellement à l'honneur. Green, Journal,t. 4, 1945, p. 311.
P. métaph. Shakespeare, de son vivant, n'a jamais pensé à vivre sa vie : que lui importe aujourd'hui mon cantique d'admiration? (Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe,t. 1, 1848, p. 164).
Spéc. Le Cantique des cantiques. Cantique par excellence attribué par la Bible à Salomon. À ce premier bréviaire de l'amour spirituel s'ajoute le poème biblique du Cantique des cantiques (Weill, Le Judaïsme,1931, p. 176).
B.− P. ext. Chant en langue vulgaire chanté dans les offices religieux. Cantique funèbre, sacré, spirituel :
3. ... il vit arriver à lui en joyeux cortège toute la population chrétienne, avec les prélats de chaque rite, au chant des hymnes et des cantiques, pour accueillir « comme leur seigneur et leur roi » le frère et l'héritier de Godefroi de Bouillon. Grousset, L'Épopée des croisades,1939, p. 62.
Rem. On rencontre ds la docum. le verbe trans. cantiquer. Glorifier quelqu'un. Souvent, là-bas, au loin, il avait fait ce rêve d'être ainsi cantiqué dans les journaux parisiens, d'être quelqu'un au milieu de cette société (A. Daudet, Le Nabab, 1877, p. 35).
Prononc. et Orth. : [kɑ ̃tik]. Ds Ac. 1694-1932. Homon. quantique adj. rel. aux quanta (cf. Ortho-vert 1966, p. 128). Étymol. et Hist. Ca 1130 cantike « chant religieux d'action de grâces » (Moralités sur Job, 305, 24 ds T.-L.); 1532 cantique « poème, vers [à la louange de qqn] » (Bourdigné, Pierre Faifeu, Ballade aux lysans ds Hug.); 1614 Cantique des cantiques (Hulsius d'apr. FEW t. 2, 1, p. 234b). Empr. au lat. canticum « chant ou poème » (Sénèque ds TLL s.v., 283, 41), spéc. lat. chrét. « chant religieux » (Vulgate, ibid., 284, 82), canticum canticorum (S. Cyprien, ibid., 284, 46). Fréq. abs. littér. : 942. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 305, b) 1 182; xxes. : a) 1 639, b) 1 272. Bbg. Keil (E.). Cantique und Hymne in der französischen Lyrik seit der Renaissance. Bonn, 1966, 259 p.

Wiktionnaire

Nom commun

cantique \kɑ̃.tik\ masculin

  1. (Musique) (Religion) Chant consacré à la gloire de Dieu, en action de grâces ou en l’honneur des saints.
    • Le Cantique des cantiques, livre de la Bible.
    • Un cantique spirituel, chant de dévotion.
    • Des chanteurs de complaintes allaient et venaient comme dans une foire; mais au lieu du fameux cantique de Geneviève de Brabant, ils chantaient sur le même air une chanson non moins bien versifiée. — (Julie de Querangal, Philippe de Morvelle, Revue des Deux Mondes, T.2,4, 1833)
    • En passant, écoutez les chants qui montent quelquefois des ateliers où les sardinières s’appliquent à la tâche. De vieux cantiques alternent avec les grivoiseries de café-concert. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CANTIQUE. n. m.
Chant consacré à la gloire de Dieu, en action de grâces et en l'honneur des Saints. Entonner un cantique. Le cantique de Moïse. Cantique d'action de grâces. Le cantique de la Sainte Vierge. Le cantique de Siméon. Un recueil de cantiques. Cantique des cantiques, Un des livres de la Bible. Cantique spirituel, Cantique fait sur des sujets de dévotion.

Littré (1872-1877)

CANTIQUE (kan-ti-k') s. m.
  • 1Chez les Hébreux, chant d'actions de grâces consacré à la gloire de Dieu. Le cantique de Moïse, de Siméon, etc. Mes filles, chantez-nous quelqu'un de ces cantiques Où vos voix si souvent, se mêlant à mes pleurs, De la triste Sion célèbrent les malheurs, Racine, Esth. I, 2. Prêtres sacrés, préparez vos cantiques, Racine, Esth. III, 9.

    Familièrement. Vous l'avez échappé belle, vous pouvez chanter un beau cantique.

    Quel cantique nous chantez-vous là ? c'est-à-dire quelle histoire nous faites-vous ?

    Cantique des cantiques, livre de Salomon qui fait partie de la Bible.

  • 2Aujourd'hui, chant d'église en langue vulgaire. Dans ce penser il se carrait, Recevant comme sien l'encens et les cantiques, La Fontaine, Fab. V, 14. Ils commenceront à chanter le cantique céleste, Massillon, Jugement. Avec quelle reconnaissance il chantait le cantique de sa délivrance ! Fléchier, M. de Mont. Les chrétiens s'avancent en chantant des cantiques, Chateaubriand, Mart. II, 2149.

    Terme de liturgie. Cantiques, les 15 psaumes graduels qui se trouvent à la fin du livre des Psaumes de David.

    Cantiques spirituels, chansons sur des sujets de dévotion, qu'on fait apprendre et chanter dans les églises aux enfants qui vont faire leur première communion, aux membres des confréries. Les cantiques de St-Sulpice.

  • 3Dans un style élevé, toute espèce de chant. Les psaumes avaient succédé aux cantiques des joies du siècle, Bossuet, Anne de Gonz.

HISTORIQUE

XVIe s. Cantiques spirituels [chansons spirituelles], Calvin, Instit. 711. Avecques un psaume ou cantique En son labeur se soulager, Marot, IV, 25.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CANTIQUE, s. m. (Hist. & Bell. lett.) discours ou paroles que l’on chante en l’honneur de la divinité.

Les premiers & les plus anciens cantiques furent composés en mémoire de quelques évenemens mémorables, & doivent être comptés entre les premiers monumens historiques.

« Le genre humain s’étant multiplié, dit un auteur moderne, & Dieu ayant fait éclater sa puissance en faveur du juste, contre l’injuste, les peuples reconnoissans immortaliserent le bienfait par des chants qu’une religieuse tradition fit passer à la postérité. C’est de-là que vinrent les cantiques de Moyse, de Debora, de Judith ; ceux de David & des prophetes. » Voyez Pseaume.

M. Fourmont prétend qu’il y a dans les pseaumes & dans les cantiques des Hébreux, des dictions étrangeres, des expressions peu usitées ailleurs, des phrases dont les mots sont transposés ; que leur style, comme celui de nos odes, en devient plus hardi, en paroît plus pompeux & plus énergique ; qu’on y trouve des strophes, des mesures & différentes sortes de vers, & même des rimes. Voyez Rime.

Ces cantiques étoient chantés par des chœurs de musique, au son des instrumens, & souvent accompagnés de danses, comme il paroît par l’écriture. La plus longue piece qu’elle nous offre en ce genre est le Cantique des cantiques, ouvrage attribué à Salomon, & que quelques auteurs prétendent n’être que l’épithalame de son mariage avec la fille du roi d’Egypte. Mais les Théologiens prouvent que sous cet emblème, il s’agit de l’union de Jesus-Christ avec l’Église.

« Quoique les Payens, dit encore l’auteur que nous avons déja cité, se trompassent dans l’objet de leur culte, cependant ils avoient dans le fonds de leurs fêtes le même principe que les adorateurs du vrai Dieu. Ce fut la joie & la reconnoissance qui leur fit instituer des jours solemnels pour célébrer les dieux auxquels ils se croyoient redevables de leur récolte. De là vinrent ces chants de joie qu’il nommoient Dithyrambes, parce qu’ils étoient consacrés au dieu qui, selon la Fable, eut une double naissance, c’est-à-dire, à Bacchus..... Après les dieux, les héros enfans des dieux devinrent les objets de ces chants..... C’est ce qui a produit les poëmes d’Orphée, de Linus, d’Alcée, de Pindare, &c. » Voyez Dithyrambe & Ode. Cours de Bell. lett. tom. II. p. 28 & 29.

Au reste ni parmi les Hébreux ni parmi les Payens, les cantiques n’étoient pas tellement des expressions de la joie publique, qu’on ne les employât aussi dans les occasions tristes & lugubres ; témoin ce beau cantique de David sur la mort de Saül & de Jonathas, qu’on trouve au II. livre des Rois, chap. j. Ces sortes de cantiques ou d’élégies eurent tant de charmes pour les Hébreux, qu’ils en firent des recueils, & que long-tems après la mort de Josias, ils répétoient les plaintes de Jérémie sur la fin tragique de ce roi. II. Paralip. ch. xxxv.

Les anciens donnoient encore le nom de cantiques à certains monologues passionnés & touchans de leurs tragédies, qu’on chantoit sur le mode hypodorien & hypophrygien, comme nous l’apprend Aristote au xix. de ses Problèmes, à peu-près comme certains monologues qui, dans quelques tragédies de Corneille, sont en stances de vers irréguliers, & qu’on auroit pû mettre en musique. Telles sont les stances du Cid, celles de Polieucte qui sont très-belles, & celles d’Héraclius : au reste l’usage de ces stances paroit entierrement banni de nos Tragédies modernes. Voyez Stances. (G)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « cantique »

Du latin canticum.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Bourguig. canticle ; provenç. cantic ; esp. et ital. cantico ; de canticum, de cantus, chant.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « cantique »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
cantique kɑ̃tik

Évolution historique de l’usage du mot « cantique »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « cantique »

  • En écrivant "Thérèse et Isabelle", Violette Leduc a cherché l’invention d’un érotisme qu’on ne connaissait pas... à moins de considérer "Le Cantique des cantiques" ou la "Divine comédie" comme des textes érotiques… L'érotisme pour Violette Leduc c’est une grande affaire, ce n’est pas un genre marginal ou léger, c’est sacré. Elle travaille dans l’écriture de façon à élever tout en restant près du corps, c’est même au-delà de l’organique, c’est le charnel. Toutes les images qu’elle déploie emmènent Thérèse et Isabelle dans une continuité avec le monde animal et végétal...               Anaïs Frantz France Culture, Violette Leduc, l'amour censuré de Thérèse et Isabelle - Ép. 2/4 - Les histoires d'amour finissent mal en général
  • Plusieurs cantiques sont devenus des best-sellers du répertoire protestant. Ils sont chantés plus d’un siècle après leur composition. Reforme.net, L'art des cantiques chez les protestants - Reforme.net

Traductions du mot « cantique »

Langue Traduction
Anglais song
Espagnol cántico
Italien cantico
Allemand lied
Portugais cântico
Source : Google Translate API

Synonymes de « cantique »

Source : synonymes de cantique sur lebonsynonyme.fr
Partager