La langue française

Rocher

Sommaire

  • Définitions du mot rocher
  • Étymologie de « rocher »
  • Phonétique de « rocher »
  • Citations contenant le mot « rocher »
  • Images d'illustration du mot « rocher »
  • Traductions du mot « rocher »
  • Synonymes de « rocher »

Définitions du mot rocher

Trésor de la Langue Française informatisé

ROCHER1, subst. masc.

A. −
1. Masse de pierre escarpée, isolée, formant bloc à la surface du sol. Ô lac! rochers muets! grottes! forêt obscure! (...) Gardez de cette nuit, gardez, belle nature, Au moins le souvenir! (Lamart.,Médit.,1820, p. 139).Il y avait au bord de l'eau un rocher fort élevé et cassé droit, qu'on nommait le saut de la pucelle (Pourrat,Gaspard,1931, p. 130).
Rocher artificiel. Composition architecturale en forme de rocher. Derrière moi était un rocher artificiel destiné à servir de banc aux promeneurs (Dumas père, Monte-Cristo, t. 2, 1846, p. 115).
[P. allus. myth.] Il est dur de rouler le rocher de Sisyphe et de ne pas même s'abuser sur le résultat de ce labeur infécond (Amiel,Journal,1866, p. 432).Les dieux avaient condamné Sisyphe à rouler sans cesse un rocher jusqu'au sommet d'une montagne d'où la pierre retombait par son propre poids (Camus,Sisyphe,1942, p. 163).Rouler son rocher. Être condamné à un travail pénible et inutile. Recommencez toujours! Ni trêve, ni remords. Allez, recommencez, veillez, et sans relâche Roulez votre rocher, refaites votre tâche (Hugo,Feuilles automne, 1831, p. 744).
En partic. Masse de pierre, petit îlot qui s'élève au-dessus du niveau de la mer. Jetant un coup d'œil sur un magnifique rocher [l'île de Monte-Cristo] en pain de sucre qui s'élevait à deux ou trois cents mètres au-dessus du niveau de la mer (Dumas père, Monte-Cristo, t. 2, 1846p. 775).Il me raconte qu'en 1935 il a visité la prison d'Alcatraz située sur un rocher dans la baie de San-Francisco (je voyais de loin cette prison pendant qu'il m'en parlait) (Green,Journal,1944, p. 135).
2. P. méton., au sing. Matière minérale dont est constitué le rocher. De temps en temps, le rocher descend par étages, comme les aiguilles de la cathédrale de Milan (Michelet,Journal,1830, p. 74).Les chutes possibles et souvent imprévues de blocs de charbon ou de rocher détachés du toit (E. Schneider, Charbon,1945, p. 261).
SPORTS (alpin). Faire du rocher. Escalader de hautes parois de rocher. Si vous voulez faire du rocher ayez l'expérience, la sûreté, l'agilité, la souplesse d'un guide des Dolomites; si vous faites du glacier et du rocher, ayez les qualités précieuses des meilleurs guides de la Suisse (R. alpine,juill. 1897, n o7, p. 225 ds Quem. DDL t. 27).
SYNT. Rocher abrupt, aride, brisé, caverneux, escarpé, fantastique, inaccessible, poli, sauvage, solitaire, stérile, ténébreux; affreux, âpre, énorme, immense, vieux rocher; descendre, escalader, gravir des rochers; creusé, taillé dans le rocher; amas, anfractuosité, bloc, débris, fragment, masse de rochers; du haut, le long, au milieu, au pied, au sommet, au travers, au sein des rochers; à flanc de rocher.
3. P. anal.
a) Ce qui a la forme irrégulière et l'aspect granuleux d'un rocher. Elle avait arraché son bandage. Mathieu vit une croûte rougeâtre et gluante, avec de petits rochers de pus jaune (Sartre,Âge de raison,1945, p. 254).Le jaune et le rouge [de Greco] réveillent ses morts qui gesticulent et déchirent leurs linceuls. Ils s'y dressent au milieu des plis cassés de rochers de linge (Cocteau,Poés. crit. I,1959, p. 193).
PÂTISS. Petit gâteau léger, bonbon au chocolat dont l'aspect irrégulier et la texture granuleuse évoquent un rocher. Mélangez la noix de coco avec le chocolat fondu. Enduisez les rochers de ce mélange et faites-les sécher et refroidir sur du papier paraffiné (Cuisiner mieux, Les Confiseries, Amsterdam, Time-Life, 1981, p. 164).
b) ANAT. Partie quadrangulaire de l'os temporal contenant l'oreille interne, d'une grande dureté. Fracture du rocher. Le rocher, de forme très irrégulière, présente de multiples détails osseux et est creusé de cavités très compliquées, appartenant à l'appareil de l'audition (G. Gérard, Anat. hum.,1912, p. 42).
B. − P. anal. ou au fig.
1. Personne dure et insensible. Synon. roc.Le guide repoussa l'indigent étranger. « Rocher insensible! m'écriai-je, les esprits vengeurs de l'hospitalité violée vous frapperont pour votre dureté (...) » (Chateaubr.,Natchez,1826, p. 190).
[P. méton.] Je me décidai pour l'île d'Elbe. Cet acte fut celui d'une âme de rocher. Mon cher, je suis d'un caractère bien singulier, sans doute, mais on ne serait point extraordinaire, si l'on n'était d'une trempe à part (Las Cases,Mémor. Ste-Hélène, t. 1, 1823, p. 1053).
Cœur de rocher. Cœur insensible. Synon. cœur de roche*.J'aurais mieux fait, pour ma santé, d'avoir le cœur de rocher dont vous me gratifiez, de vous laisser grogner tout votre saoûl, que de m'endommager le nerf optique à vous répondre si longuement (Sand,Corresp., t. 2, 1842, p. 215).
Vieilli. Parler aux rochers. Parler à quelqu'un qui n'écoute pas. (Dict. xixes., Ac.).
2. Personne, chose solide; soutien ferme et constant; force spirituelle. Cette nature (...) avait été, en quelque sorte, détachée par le chagrin de ce qui aurait pu se nommer le rocher de sa foi. Il avait vécu dans la certitude de l'immortalité (Gobineau,Pléiades,1874, p. 353).
P. métaph. Chaque matin, le vieux poète s'adosse au vieux rocher de l'inspiration, grimace, rougit, se raidit, se rompt les reins, et rien ne bouge (Renard,Journal,1887, p. 6).Il frappe encore le rocher. Ce rocher du poète, c'est le langage et tout le langage retentit (Alain,Propos,1935, p. 1278).
De rocher, loc. Qui possède la solidité, la résistance du rocher. Possédant une santé de rocher, il [un cep] repousse gelé, se rit du champignon et ne laisse jamais la maison sans vin (Pesquidoux,Livre raison,1925, p. 35).
C. − ZOOL. Mollusque gastéropode univalve à la coquille hérissée de pointes, vivant dans les mers chaudes ou tempérées, dont les Anciens tiraient la pourpre. Synon. murex.Les Murex ou Rochers sont carnassiers et se nourrissent de tous les débris organiques qu'ils peuvent trouver (Coupin,Animaux de nos pays,1909, p. 422).
Prononc. et Orth.: [ ʀ ɔ ʃe]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1140 rochier « masse de pierre à fleur de terre » (Geffrei Gaimar, Hist. des Anglais, éd. A. Bell, 5616); b) av. 1558 estre un rocher de foy et de constance (Mellin de Saint-Gelais, Œuvres, éd. P. Blanchemain, t. 1, p. 211); 1601 ferme comme un rocher (en parlant d'un homme) (Montchrestien, Hector ds Tragédies, éd. L. Petit de Julleville, p. 15); c) 1560 littér. le rocher de mon cœur (J. Grevin, L'Olympe ds Théâtre complet et poés. choisies, éd. L. Pinvert, p. 290 et 304); 1579 cœur de rocher « personne dure, insensible » (Garnier, La Troade, 1601 ds Tragédies, éd. W. Foerster, II, p. 135); 1583 estre un rocher « se dit d'un homme dur, insensible » (Id., Les Juifves, 977, ibid., III, p. 132); 1694 parler aux rochers « s'adresser à des gens insensibles » (Ac.); d) 1560 « appui, refuge (terme biblique) » (Bible de l'imprimerie Rebul, Psaumes, 144, 1); 2. a) av. 1577 « écueil, récif » (R. Belleau, Œuvres, II, 373 ds IGLF); b) alpin. 1883 « paroi rocheuse » (Annuaire du Club alpin fr. Année 1882, p. 127 ds Quem. DDL t. 27); 1897 faire du rocher « escalader des parois de pierre (p. oppos. aux escalades qui se font dans la neige ou sur la glace) » (R. alpine, loc. cit.); 3. a) 1599 « décoration de table simulant une montagne » (Havard); b) 1690 rocher de confiture « filets d'écorce de citrons ou d'oranges confits, disposés pour imiter une rocaille » (Fur.); 1904 pâtiss. (Nouv. Lar. ill.); c) 1694 rocher d'eau « fontaine imitant un rocher d'où sort une source » (Corneille); d) 1721 rocher des philosophes « fourneau chimique » (Trév.); e) 1765 anat. (Encyclop.); f)1765 « masse de mousse qui s'étend sur la bière quand elle commence à fermenter » (ibid.). Dér. de roche*. Fréq. abs. littér.: 4 629. Fréq. rel. littér.: xixes. : a) 11 840, b) 8 121; xxes.: a) 3 845, b) 2 918. Bbg. Quem. DDL t. 27.

ROCHER2, verbe

A. − Empl. trans., TECHNOL. Saupoudrer de borax avant de souder. (Dict. xixeet xxes.).
B. − Empl. intrans.
1. MALTERIE. [Le suj. désigne la bière qui fermente] Mousser (Dict. xixeet xxes.).
2. CHIM. [Le suj. désigne le métal d'argent en fusion] Se couvrir d'excroissances en refroidissant. M. Regnault, en faisant passer sur de l'argent fondu de la vapeur d'eau, a recueilli (...) de l'hydrogène, tandis que l'oxygène était absorbé par l'argent, auquel il communiquait la propriété de rocher (Wurtz,Dict. chim., t. 1, vol. 2, 1870, p. 1174).Le gaz, en se dégageant, projette souvent une portion du métal hors du creuset; on dit alors que l'argent roche (J. Langlebert, Chim.,1880, p. 376).
Prononc.: [ʀ ɔ ʃe]. Étymol. et Hist. 1. a) Verbe trans. 1622 « recouvrir de borax les parties qu'on veut souder » (E. Binet, Merveilles de la nature, p. 193); b) verbe intrans. 1845 « se couvrir d'excroissances, en parlant de l'argent fondu qui se refroidit » (Ann. chim. et phys., t. 15, 3esérie, p. 60); 2. 1803 « mousser, en parlant de la bière qui commence à fermenter » (Boiste). 1 dér. de roche* au sens de « borax impur », cf. anciennement 1368 alun en roque « alun en masses transparentes et à cassure vitreuse » (doc. de Tournai ds Gdf. Compl.), att. en lat. médiév. sous la forme alumen de roca dès 1164 (A. Schaube, Handelsgeschichte der romanischen Völker des Mittelmeergebietes bis zum Ende der Kreuzzüge, p. 562); 2 dér. de rocher1* au sens 3 f.
DÉR.
Rochage, subst. masc.,chim. Phénomène qui survient au cours du refroidissement d'un métal après fusion, caractérisé par la formation de cloques à la surface de la partie solidifiée de ce métal. L'expérience des laboratoires, par exemple celle du rochage qui se produit dans la coupellation de l'argent (Lapparent,Abr. géol.,1886, p. 94).[ʀ ɔ ʃa:ʒ]. 1resattest. a) 1845-46 « dégagement des gaz dissous dans une masse métallique en fusion » (Besch. Suppl.), b) 1870-71 « action de rocher deux pièces métalliques que l'on veut braser ensemble » (Littré), c) 1904 « action de rocher, en parlant de la bière qui commence à fermenter » (Nouv. Lar. ill.); a et b de rocher2au sens 1, suff. -age*, c de rocher2au sens 2, suff. -age*.
BBG. Gebhardt (K). Les Francoprovençalismes de la lang. fr. R. Ling. rom. 1974, t. 38, p. 188.

Wiktionnaire

Nom commun

rocher \ʁɔ.ʃe\ ou \ʁo.ʃe\ masculin

  1. Grande masse de pierre dure, escarpée.
    • Profitant de la pleine lune, nous avons marché une partie de la nuit, et campé sur les hauts rochers de Franchard. — (Pierre-Henri Simon, Les Raisins verts, 1950)
    • … il se remit en route et parvint à un autre escalier qui grimpait contre un rocher surplombant, d’où la vue s’étendait en enfilade sur l’immense majesté verte de la Chute du Fer à cheval. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 339 de l’éd. de 1921)
    • Des rochers bas, couverts de mousses et de varechs, émergent à marée basse. On pêche la crevette et l’équille. — (Paul Gruyer, Normandie, Collection de Guides-Joanne, Librairie Hachette, 1912, p. 165)
    • Ce jour-là, précisément, Étienne Lecourt, par le sentier abrupt, hérissé de rochers et bordé de déclivités dangereuses, qui serpente au flanc de la montagne, avait grimpé jusqu’à Cornabeuf. — (Louis Pergaud, La Disparition mystérieuse, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • En plein Atlantique, […], se dresse un étrange rocher, majestueux et terrible dans son isolement. […]. Rokall dresse son sommet à 21 mètres, hauteur d’une maison de cinq étages, et sa circonférence est d’environ 100 mètres. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Sur les versants dénudés, […], les eaux se précipitent avec violence à la suite des orages, affouillent le sol, entraînent les terres, les blocs de rochers. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
  2. Matière minérale qui constitue un rocher.
  3. (Figuré) Personnage au cœur dur, insensible.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
  4. (Anatomie) Une des trois parties de l’os temporal, qui est très forte et très dure.
    • L’oreille interne est établie dans le rocher.
  5. Sucrerie ou confiserie en forme de petit rocher.
    • Ajoutez un peu de chocolat précristallisé. Mélangez rapidement jusqu'à ce que tous les rice crispies soient recouverts. Pour obtenir des rochers légers et croquants, ajoutez le moins possible de chocolat. — (Jean-Pierre Wybauw, Chocolat sans frontières, éd. Lannoo, 2005, page 30)
    • Vic en avale de travers son sacro-saint rocher praliné, tousse, manque s'étouffer. Une bonne âme lui frappe dans le dos à tour de bras. — (Anne-Marie Pol, Danse !, tome 36 : La danseuse et le prince, Pocket jeunesse, 2010, chap. 2)
  6. (Zoologie) Synonyme de petite roussette (poisson) (parce qu’il affectionne les parties rocheuses de la mer).
  7. (Sport) Escalade de paroi rocheuses.
    • Si vous voulez faire du rocher ayez l'expérience, la sûreté, l'agilité, la souplesse d'un guide des Dolomites ; si vous faites du glacier et du rocher, ayez les qualités précieuses des meilleurs guides de la Suisse. — (R. alpine,juill. 1897, n° 7, page 225)

Verbe

rocher \ʁɔ.ʃe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Technique) Couvrir de borax deux pièces métalliques avant de les souder ou de les braser.

rocher intransitif

  1. (Technique) Mousser en parlant de la bière qui fermente.
  2. (Métallurgie) Pour les métaux, subir un phénomène de rochage, former des cloques en se solidifiant.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ROCHER. n. m.
Masse de pierre dure, escarpée. Un rocher escarpé. Le pied d'un rocher. La pointe d'un rocher. Des bancs de rochers. Une fontaine qui sort d'un rocher. Ce passage est dangereux, il y a des rochers sous l'eau, à fleur d'eau. Son navire s'est brisé contre un rocher. Un rocher battu des flots. Ferme comme un rocher. Dur comme un rocher. Rocher artificiel, Amas de pierres disposées de manière à imiter un rocher. Fig., Un cœur de rocher, un rocher, Un cœur dur, insensible. Fig. et fam., Parler aux rochers, Parler à des gens qui ne sont point touchés de ce qu'on leur dit.

ROCHER désigne, en termes d'Anatomie, Une des trois parties de l'os temporal, qui est très forte et très dure. L'oreille interne est établie dans le rocher.

Littré (1872-1877)

ROCHER (ro-ché ; l'r ne se prononce pas et ne se lie pas ; au pluriel, l's se lie : des ro-ché-z escarpés ; au XVIe siècle, Palsgrave, p. 63, écrit rochier et prononce l'i et l'r) s. m.
  • 1Masse de pierre, ordinairement élevée et escarpée. Le pied d'un rocher. Comme un oiseau ravissant qu'on irait chercher parmi ses rochers et dans son nid, Bossuet, Mar.-Thér. Les cris que les rochers renvoyaient plus affreux, Racine, Mithr. II, 3. Ariane aux rochers contant ses injustices [de Thésée], Racine, Phèd. I, 1. Sur un rocher désert, l'effroi de la nature, Circé, pâle, interdite et la mort dans les yeux…, Rousseau J.-B. Cantate, Circé. Cette Samothrace, qu'on appelle aujourd'hui Samandrochi, est un rocher recouvert d'un peu de terre stérile, habitée par de pauvres pêcheurs, Voltaire, Dict. phil. Samothrace. Ce rocher, qui est impénétrable au fer de vos instruments, est un crible percé de plus de trous qu'il n'a de matière, Voltaire, Dict. phil. Apparence. À environ neuf kilomètres de Tchi-el-Minar l'ancienne Persépolis, on voit des figures gigantesques sculptées en demi-relief sur un rocher taillé à pic dans toute sa hauteur, Mongez, Inst. Mém. litt. et beaux-arts, t. IV, p. 193. L'île d'Ormus, à l'embouchure du golfe Persique, paraît être un rocher de sel, Brongniart, Traité de min. t. I, p. 133.

    Fig. Parler aux rochers, parler à des gens qui ne sont point touchés de ce qu'on dit. J'eus un aveu formel sur chaque article ; toutefois je parlais aux rochers, Saint-Simon, 304, 214.

    Fig. Cœur de rocher, âme de rocher, personne dure, insensible. Parler de l'hyménée à ce cœur de rocher…, Corneille, Mél. I, 1. Une âme de rocher ne s'en fût pas sauvée, Tant elle avait d'appas…, Corneille, le Ment. II, 5.

    Fig. Un rocher, une âme insensible. Je suis plus rocher que vous n'êtes, De le voir, et n'être pas mort, Malherbe, V, 20. Non que j'espère encore amollir ce rocher Que ni respects ni vœux n'ont jamais su toucher, Corneille, Perthar. IV, 1. J'ai peint votre respect, votre amour, votre ennui ; Mais le plus dur rocher est moins rocher que lui, Rotrou, Antig. V, 2.

    Fig. et familièrement. Faire fendre les rochers, être très pathétique. Nous nous écrivions d'un pathétique à faire fendre les rochers, Rousseau, Conf. I.

  • 2Rocher artificiel, amas de pierres qui imite un rocher naturel.
  • 3Il se dit quelquefois d'une citadelle située sur un rocher, sur une montagne. Un seul rocher ici lui coûte plus de têtes…, Racine, Alex. II, 2.
  • 4 Terme de marine. Petit îlot.
  • 5Rocher d'eau, fontaine qui figure un rocher.
  • 6 Terme d'anatomie. Une des trois portions de l'os temporal, ainsi dite à cause de sa dureté.
  • 7 Terme d'alchimie. Rocher des philosophes, fourneau chimique.
  • 8Genre de coquilles univalves (synonyme de murex).

    Rocher trompette, un des noms vulgaires du triton émaillé, qui était le murex triton de Linné, dit aussi trompette marine et conque de triton (mollusques).

  • 9Masse de mousse qui s'étend sur la bière quand cette liqueur commence à fermenter.
  • 10Rocher de confitures, assemblage de plusieurs filets confits d'écorce de citron et d'orange.

HISTORIQUE

XIIe s. Rochiers e derubes [précipices] esteient merveillus puignanz et tranchanz, par unt Jonathas dut venir al ost, Rois, p. 45.

XVIe s. Ceuxmesmes qui estoient tombez du rocher retournerent à l'eschalade, D'Aubigné, Hist. II, 264. Elle [la baleine] va errant çà et là, et souvent se froissant contre les rochiers, comme un vaisseau qui n'a point de gouvernail, Montaigne, II, 195.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

ROCHER, s. m. (Gram.) c’est la même chose que roc & roche. Voyez Roc.

Rocher, Roche, Roc, (Synon. Géog.) ces trois noms, désignent également en Géographie une, ou de grosses masses de pierres dures qui se trouvent dans les montagnes ou dans la mer, & qui sont coupées en précipices. Ce que nous appellons un rocher, une roche ou un roc, est nommé par les Latins rupes ; par les Italiens, rocca, rupes ou pietra ; par les Espagnols, roca ou pefia ; en allemand, fels, & en anglois a rock. On a bâti quelquefois des tours & des forts sur ces sortes de rochers, & plusieurs villes même en ont pris leurs noms, comme Rochefort, la Rochelle & autres. Elles sont appellées roques dans le Languedoc, aussi-bien que dans les autres pays voisins.

La Palestine étant un pays de montagne, avoit beaucoup de rochers, & ces rochers faisoient une partie de la force du pays, parce qu’on s’y retiroit dans les allarmes, & qu’on y trouvoit un azyle contre les irruptions subites des ennemis. Aussi l’Ecriture parlet-elle si souvent de rochers ; par exemple, des rochers d’Arnon, des rochers d’Oreb, du rocher d’Odolam, du rocher d’Etham, &c. De-là vient aussi ces expressions si communes dans l’Ecriture ; soyez mon rocher, Pseaume 31. Le Seigneur est mon rocher ; où est le rocher autre que le Seigneur, Pseaume 18. vers. 3. 32. &c.

Les rochers qui se trouvent dans la mer, & contre lesquels les vaisseaux sont sujets à se briser quand ils en approchent, se nomment brisans. Il y en a qui sont toujours couverts de la mer, & cachés sous l’eau, d’autres qui ne sont jamais couverts de la mer, & d’autres que la basse-mer découvre. On dit qu’une roche est saine, lorsqu’il n’y a point de danger autour d’elle, & que tout ce qu’il y a de dangereux est ce qui paroît.

La chaîne des rochers qui sont sous l’eau, s’appelle ressif par les Américains, & on appelle banche un fonds de roches tendres & unies qui se trouvent en certains lieux au fond de la mer. Il y a de certains rochers qui se trouvent vers les îles des Açores, & ailleurs ; ils sont cachés sous l’eau, & on les nomme vigies.

Les rochers sont représentés dans les cartes générales par des petites croix ; mais dans les cartes particulieres, les rochers découverts y sont figurés par des pointes de rochers, & ceux qui sont cachés sous l’eau, sont représentés par de petites croix. (D. J.)

Rochers de Sciron, (Géog. anc.) Scironides petræ ; rochers célebres, qui étoient dans l’enceinte de la Mégaride en Acaïe. Strabon leur donne six milles d’étendue. Ils étoient devenus infames par les cruautés de Sciron, dont ils prirent le nom. Cet homme barbare réduisoit ceux qui arrivoient, ou qui étoient jettés sur ces côtes, au honteux ministere de lui laver les piés, de le chausser, & ensuite abusant de leur situation, il les précipitoit d’un coup de pié dans la mer. Un monstre que Pausanias croit être une tortue de mer, accoutumée à sa proie, cantonnée dans quelque creux voisin, rendoit inutiles les efforts que ces malheureux faisoient pour se sauver à la nage, & les entraînoit dans son repaire, où il les égorgeoit, s’ils n’étoient pas brisés par les pointes des rochers, sur lesquels ils rouloient en tombant dans la mer. Thésée punit Sciron du même genre de mort, & purgea le monde de ce scélérat, que Jupiter Hospitalier avoit laissé trop longtems impuni. C’est de ces rochers que Stace nous parle, Theb. l. I.

Infames Scirone Petras, scyllataque rara
Purpureo regnatà seni.

Voyez Scironides petræ, Géogr. anc. (D. J.)

Rocher, le, (Conchyliol.) coquille autrement nommée murex, voyez ce mot ; c’est assez de se rappeller ici, que c’est une coquille univalve, garnie de pointes & de tubercules avec un sommet chargé de piquans ; il est quelquefois élevé, quelquefois applati. Sa bouche est toujours alongée, dentée, édentée ; la levre est ailée, garnie de doigts, repliée, déchirée ; le fût est ridé, & quelquefois uni. (D. J.)

Rocher, en Anatomie ; nom d’une apophyse des os des tempes, appellée aussi apophyse pierreuse, à cause qu’elle est d’une substance extrémement compacte. Voyez Temporaux.

Rocher d’eau, s. m. (Archit. hydraul.) espece de fontaine adossée ou isolée, & cavée en maniere d’antres, d’où sortent par plusieurs endroits des bouillons & napes d’eau. Telle est la fontaine de la place Navonne à Rome. C’est un rocher fait de tevertin, percé à jour en ses quatre faces, portant à ses encoignures quatre figures de marbre avec leurs attributs, qui représentent les quatre plus grands fleuves de la terre, & sur lequel est élevé un obélisque antique de granit tiré du cirque de Caracalla. Cet ouvrage merveilleux a été fait par le cavalier Bernin, sous le pape Innocent X.

On appelle aussi rocher d’eau, une espece d’écueil massif, d’où sort de l’eau par différens endroits. Il y a un de ces rochers à la vigne d’Este, à Tivoli, près de Rome. Daviler. (D. J.)

Rochers dans les bois, sont de grosses touffes un peu basses & rampantes, qui se trouvent entre les arbres de haute futaie.

Rocher de grenailles, (à la Monnoie.) est la masse de métal, qui dans l’état de bain ou fusion, est versée dans un baquet d’eau froide, qui se précipitant, s’amasse au fond en forme de grenaille. L’objet de cette manutention est de purifier le métal.

Rocher, terme de Brasserie ; il se dit du levain, lorsqu’il commence à former des boutons de mousse qui s’accumulent, s’amassent, & forment des houppes de mousse.

Rocher, en terme d’Orfevre en grosserie ; c’est environner les parties qu’on veut souder de poudre de borax, qui sert de fondant à la soudure.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « rocher »

(1140) rochier, dérivé de roche.
(Verbe) De roche au sens de « borax impur », anciennement 1368 alun en roque « alun en masses transparentes et à cassure vitreuse », attesté en latin médiéval sous la forme alumen de roca dès 1164.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Rocher représente une forme latine roccarius, de rocca, roche ; provenç. rochier, rocat.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « rocher »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
rocher roʃe

Citations contenant le mot « rocher »

  • Les gouttes qui tombent sans cesse usent le rocher. De Choerilos
  • Va donc d’instant en instant comme on improvise un chemin de rocher en rocher pour traverser le torrent. De Benjamin Kunkel / Indécision
  • On peut fendre un rocher ; on ne peut pas toujours attendrir un coeur. De Proverbe indien
  • L'homme doit être ferme et stable, comme un rocher, et non pas léger et mobile, comme le vent. De Proverbe oriental
  • Se plaindre de sentir des ennuis et des peines, C'est se plaindre d'être un homme et non arbre ou rocher. De Jean Bertaut / Cantique
  • La tendresse est plus forte que la dureté, l'eau est plus forte que le rocher, l'amour est plus fort que la violence. De Hermann Hesse
  • Il y a tant d'égoïsme dans le coeur des hommes, tant d'intérêts personnels chez eux, que les belles initiatives viennent s'y briser comme les lames de la mer sur un rocher inébranlable. De Donat Dufour / Vers les sommets
  • Étrange est la nature de la connaissance! Elle s'accroche à l'esprit, lorsqu'elle s'en est saisie, comme le lichen au rocher. De Mary Shelley / Frankenstein ou le Prométhée moderne

Images d'illustration du mot « rocher »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « rocher »

Langue Traduction
Anglais rock
Espagnol rock
Italien roccia
Allemand felsen
Chinois
Arabe صخرة
Portugais rocha
Russe рок
Japonais
Basque rock
Corse scogliu
Source : Google Translate API

Synonymes de « rocher »

Source : synonymes de rocher sur lebonsynonyme.fr
Partager