La langue française

Ricaner

Sommaire

  • Définitions du mot ricaner
  • Étymologie de « ricaner »
  • Phonétique de « ricaner »
  • Citations contenant le mot « ricaner »
  • Traductions du mot « ricaner »
  • Synonymes de « ricaner »

Définitions du mot ricaner

Trésor de la Langue Française informatisé

RICANER, verbe

A. − Empl. intrans.
1. Rire d'une manière forcée ou contenue avec une intention malveillante, pour exprimer de la moquerie ou du mépris. Ricaner d'un air mauvais, narquois. Il entendit ses camarades ricaner autour de lui et murmurer de leur voix méchante: − Eh! Bâtard, regarde donc; voici ta mère (Zola,M. Férat, 1868, p. 54).
2. Rire sottement sans motif ou pour cacher sa gêne. Ricaner bêtement. C'étaient des gros mots, fortement salés, qui faisaient ricaner les filles rougissantes (Maupass.,Contes et nouv., t. 2, Bapt., 1884, p. 47).Je balbutiai: « Excusez-moi... Ma vieille tête... » Mais, comme quand j'étais gêné et intimidé, je ricanais un peu, je ne pouvais me retenir de ricaner (Mauriac,Nœud vip., 1932, p. 272).
B. − Empl. trans.
1. [Gén. en incise] Dire, exprimer en se moquant ou en faisant preuve de cynisme. Émile, c'est ça ton actrice? ricana Louise, lorsque Denise fut sortie. Veux-tu que je te dise, moi?... Eh bien! C'est une femme de maison! (Dabit,Hôtel, 1929, p. 203).
2. Empl. trans. indir. Ricaner de qqn, de qqc.Se moquer méchamment, avec mépris. Eh bien, du premier coup d'œil, j'ai deviné en eux ce je ne sais quoi qui, à de certaines heures, leur donnait le droit de ricaner des autres (Montherl.,Célibataires, 1934, p. 890).
Ricaner de + inf.Plus tard, à Paris, Stépha me raconta que les enfants ricanaient de me voir si mal habillée (Beauvoir,Mém. j. fille, 1958, p. 278).
REM.
Ricanant, -ante, part. prés. en empl. adj.a) Qui ricane, rit de manière sarcastique. Bouche ricanante. Pourquoi une petite institutrice ricanante avait-elle eu le front de se mettre au travers de sa route? (Mauriac,Génitrix, 1923, p. 394).b) [P. méton. du suj.] Son air de supériorité bourgeoise et ricanante qui était quelque chose d'écrasant (Hugo,Misér., t. 1, 1862, p. 766).
Prononc. et Orth.: [ʀikane], (il) ricane [-kan]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. Intrans. 1. fin du xives. « braire » (Eustache Deschamps, Œuvres, VI 15, 7 ds T.-L.: chanoine qui ricanne Comme uns asnes en un moustier); 2. a) 1538 « rire avec affectation » (Est. d'apr. FEW t. 16, p. 325b); b) 1690 « rire de façon stupide, sans motif » (Fur.). B. Trans. 1. 1884 ricaner de quelque chose (Zola, Joie de vivre, p. 883); 2. 1887 « dire en ricanant » (Id., Terre, p. 30). Var., prob. sous l'infl. de rire1*, de l'a. fr. rec(h)aner « braire », d'orig. norm. (1121-34, Philippe de Thaon, Bestiaire, 44 ds T.-L.). Rechaner est dér. de l'a. norm. cane « dent », qui représente l'a. b. frq. *kinni « joue », v. quenotte. Voir G. Roques ds Mél. K. Baldinger, 1979, t. 2, pp. 586-587. Fréq. abs. littér.: 1 012. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 428, b) 1 697; xxes.: a) 2 296, b) 1 646.
DÉR.
Ricanerie, subst. fém.,rare. Action de ricaner; rire mauvais, grinçant ou ironique. Cette causerie pleine de l'âcre ironie qui change la gaîté en ricanerie, accusa l'épuisement d'âmes livrées à elles-mêmes, sans autre but que la satisfaction de l'égoïsme (Balzac,Mais. Nucingen, 1838, p. 594). [ʀikanʀi]. Att. ds Ac. dep. 1835. 1reattest. 1740-55 (Saint-Simon, Mém., éd. A. de Boislisle, t. 24, p. 169); de ricaner, suff. -erie*.

Wiktionnaire

Verbe

ricaner \ʁi.ka.ne\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se ricaner)

  1. Rire avec une affectation d’impertinence et dans une intention de moquerie.
    • Elle avait pris avec elle son baisenville, le tenant fermement sous le bras, bourré à souhait et elle ricanait, peut-être d'elle-même, mais ça on l'ignorera longtemps, de toutes ses dents pointues et noires, en regardant tantôt Chérubin, tantôt Nhiburec. — (Jean Demélier, Le sourire de Jonas, Gallimard, 1975, page 382)
  2. (Plus rare) (Figuré) Faire un rictus.
    • Un cadavre, visage blême, ricanait là, sous la lune. — (Paul et Victor Margueritte, Le Désastre, p.163, 86e éd., Plon-Nourrit & Cie)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RICANER. v. intr.
Rire avec une affectation d'impertinence et dans une intention de moquerie. Au lieu de répondre sérieusement, il se mit à ricaner. C'est un homme qui ricane à tout propos.

Littré (1872-1877)

RICANER (ri-ka-né) v. n.
  • Rire à demi. Cette liberté légère, réservée aux titres et aux richesses, qui fait dire une galanterie à une actrice, qui en fait chiffonner une autre, ricaner avec celle-ci, sourire avec celle-là, Marivaux, Pays. parv. 6e part. Il répète les derniers mots de ce que dit sa femme, il ricane et montre des dents qu'on aimerait autant qu'il cachât, Mme D'Épinay, Mém. t. I, p. 114, dans POUGENS.

    Rire en se moquant, rire avec mépris. Voilà-t-il pas monsieur qui ricane déjà ? Molière, Tart. I, 1. De vous on commence à ricaner beaucoup en France, Voltaire, Poés. mêl. 154. Saluer des épaules, ricaner sur un rien, débiter deux ou trois fadeurs, Legrand, Tri. du temps présent, 2e part. sc. 15.

    Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.

HISTORIQUE

XVe s. Il ouyt ricaner une beste moult laidement en maniere d'ung asne ; dont Estonne fut moult courroucié, car bien luy fut advis qu'il le mosquast, Perceforest, t. II, f° 30. Que fait chanoine qui ricanne Comme nos asnes en moustier ? Certes je croy que tout se damne ; Chascun fait contre son mestier, Deschamps, Poésies mss. f° 293.

XVIe s. Asne à longues oreilles et babines pendantes, qui, quand il ricannoit, faisoit retentir tout le voisinage, Nuits de Straparole, t. II, p. 257, dans LACURNE. Le villayn ricanne comme ung chien soubz ung huis, Palsgrave, p. 551. L'asne demeuroit derriere, qui ricquanne et prie qu'on ne le veuille laisser seul à la gueule aux loups, Merlin Coccaïe, t. II, p. 251, dans LACURNE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « ricaner »

Avec l’influence de rire, de l’ancien français rec(h)aner « braire comme un âne, chanter faux », (avec préfixe re-) du francique *kinni « mâchoire, joue ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. reganhar ; cat. regunyar ; espagn. regañar. Le sens propre est braire comme un âne, et montrer les dents comme un chien : de sorte que ce verbe paraît avoir une certaine analogie avec rechigner ; le fait est que Oudin dans son Dictionnaire le donne sous la forme ricagner ; il en a aussi avec l'anc. français recaner, qui a les deux sens de ricaner. Diez y voit l'équivalent du lat. cachinnare, rire à bouche ouverte, ri y étant venu à cause de l'influence de rire ; mais cela, et même le sens, fait difficulté, car ricaner n'est pas rire à bouche ouverte. Il reste fort difficile de déterminer les rapports et l'origine de rechigner, recaner et ricaner ; mais, en prenant en considération le sens, on peut conjecturer que ricaner vient de l'anc. haut-all. geinôn, ouvrir la bouche, avec re ou ri préfixe. Le bas-latin gannare, se moquer, ne va pas pour le sens ; le latin gannire, qui signifie grogner ou gémir comme un chien, n'est peut-être pas à rejeter. Le mot du Berry ricasser paraît formé de rire.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « ricaner »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
ricaner rikane

Citations contenant le mot « ricaner »

  • Philosophie : on doit toujours en ricaner. De Gustave Flaubert / Dictionnaire des idées reçues
  • Les cassandres trouveront forcément de quoi ricaner de la part d’une Région qui n’a jamais trop prouvé jusqu'ici qu’elle pouvait être un bon gestionnaire financier. Peut-être ! Mais aujourd’hui, alors que l’isolement est devenu la règle sanitaire, personne ne peut rester insensible face à la crise et la situation socio-économique que traversent la Belgique et la Wallonie. L'Echo, Une touche citoyenne pleine de sens | L'Echo
  • Comédienne et pianiste dialoguent en toute complicité pour nous faire ricaner avec les brèves histoires satiriques de Satie. Avec Dominique Michel, comédienne, Thierry Ravassard, piano. Programme : Sports et divertissements de Satie / 3 musicodrames de Satie / La prière de la Charlotte de Worms , Satie satire : Concert Classique a Sologny
  • C’est un cinéma qu’on ne fait plus. De la comédie stylisée et rocambolesque, qui prend le pari d’un rire franc mais grinçant. Dans le sillon des comédies de Jean Yanne (TOUT LE MONDE IL EST BEAU, LES CHINOIS À PARIS), TERRIBLE JUNGLE distille une ambiance faussement foutraque pour mieux ricaner de la mondialisation et des vestiges du colonialisme. Comme une version cartoon d’un film de Werner Herzog, le film suit les pas d’un anthropologue naïf et idéaliste parti au fin fond de la jungle en quête d’une civilisation secrète. À partir de ce postulat d’aventure, Hugo Benamozig et David Caviglioli convoquent Freud, Levi Strauss et l’humour de Hara-Kiri pour tirer le portrait dingo du pire de l’humanité. Acide, le film est plein de promesses, plein de chouettes idées et moments de comédie qui réussissent à allier burlesque et satire. Dommage que le film soit handicapé par un montage trop resserré (on sent parfois des trous de scénario, des scènes réduites) qui gâche la fluidité et le rythme. Mais au centre, Vincent Dedienne, génial Pierre Richard flippé et flippant, emporte tout avec une audace de comédie et une justesse réjouissante. En face, Jonathan Cohen dans un rôle de « teubé » à sa démesure compose un numéro irrésistible. Alors, si tout n’est pas totalement abouti, on accepte joyeusement de se perdre dans la jungle avec cette comédie brouillonne tant elle bouillonne d’envie de faire rire autrement. Cinemateaser.com, TERRIBLE JUNGLE : chronique - cinemateaser
  • Ils n'ont pas fini de ricaner, les ricaneurs universels. Ces 90 % de réussite, dès le premier tour du bac, ne pourront qu'alimenter leur théorie selon laquelle "le bac ne vaut plus rien" et que, forcément, "c'était mieux avant." Clicanoo.re, [Editorial] Le "bac Covid" ? Et alors ? | Clicanoo.re
  • La commune fait chaque jour ricaner les gens de passage et nombreux automobilistes rencontrant ce nom peu ordinaire. , Nos villages aux noms burlesques : vivre à Mouais, en Loire-Atlantique, c'est pas bof ! | L'Éclaireur de Châteaubriant
  • Ce n’est pas parce que l’ambiance tarde à s’installer qu’une fête d’anniversaire doit forcément mal tourner. Ils peuvent toujours ricaner, ces satanés mouflets, devant l’incapacité d’Achille à gonfler les ballons confiés à tous les invités. Sachez que sa coupe au bol a des vertus insoupçonnées. L’histoire ne dit pas que la solution du garçon ne tient qu’à un cheveu, mais l’illustratrice Marie Dorléans a tellement bien réussi le demi-cercle de sa coiffure, tout comme l’arrondi de son dos, sans parler de la parfaite circonférence de ses yeux, que ces courbes aérodynamiques sont forcément pour quelque chose dans son envol soudain, à bout de baudruche jaune citron, dans des hautes sphères dont ses camarades n’ont même pas idée. Télérama, Livre pour enfants : “Le ballon d’Achille” de Marie Dorléans, une aventure qui ne manque pas d’air

Traductions du mot « ricaner »

Langue Traduction
Anglais sneer
Espagnol burla
Italien sogghigno
Allemand spotten
Chinois 冷笑
Arabe سخرية
Portugais zombar
Russe насмешка
Japonais 冷笑
Basque sneer
Corse sfida
Source : Google Translate API

Synonymes de « ricaner »

Source : synonymes de ricaner sur lebonsynonyme.fr
Partager