Repaître : définition de repaître


Repaître : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

REPAÎTRE, verbe

A. − Empl. intrans., vx
1. [Le suj. désigne une pers. ou un cheval] Prendre de la nourriture, particulièrement lorsqu'on est en marche. Il a fait trente lieues sans repaître; vos chevaux n'ont point repu d'aujourd'hui, il faut les faire repaître (Ac.1798-1878).
2. [Le suj. désigne un animal] Se nourrir, manger. Les cerfs sortent le soir des bois pour repaître (Ac.1935).Il lui donna [à la chienne] un peu à repaître et l'emporta dans ses bras (Pourrat, Gaspard, 1930, p. 260).
B. − Empl. trans.
1. Vieilli. Donner à manger, nourrir à satiété. On invita ses amis moins pour les repaître que pour les régaler (Brillat-Sav., Physiol. goût, 1825, p. 272).Dominant de sa haute taille la table en désordre et les convives pâmés, Baptiste se tenait debout, la chair blanche, la mine grave, avec l'attitude dédaigneuse d'un laquais qui a repu ses maîtres (Zola, Curée, 1872, p. 347).
2. Au fig., vieilli, littér.
a) Satisfaire pleinement
un besoin. De son corps, gisant sur la bruyère, L'aigle des monts vient repaître sa faim (Baour-Lormian, Ossian, 1827, p. 98).
une passion, un désir. Repaître son amertume, son ironie. Sa haine eût été franchement repue du mal qu'il aurait fait (Gobineau, Nouv. asiat., 1876, p. 254).Je veux repaître ma haine (Cocteau, Machine infern., 1934, ii, p. 89).
b) Fournir à satiété. Repaître qqn d'illusions. Je puis dire que moi aussi je suis repue de leurs menaces (...) je suis repue d'avoir peur (Montherl., Port-Royal, 1954, p. 1010).
Repaître ses yeux, son regard de. Regarder avec avidité. De tels spectacles, dont j'allais repaissant mes yeux, ranimaient en moi un sentiment exalté du triomphe physique (Sainte-Beuve, Volupté, t. 2, 1834, p. 129):
Pleins de joie, Parlant d'humanité sans peur qu'on les foudroie, Les monarques sont là, repaissant leurs regards Du spectacle effrayant que, livides, hagards, Leur donnent tous les morts étendus sur la plaine. Ils respirent avec un sourire l'haleine Que les champs de bataille exhalent vers les cieux... Glatigny, Fer rouge, 1870, p. 53.
C. − Empl. pronom. réfl., littér.
1. Assouvir sa faim. Nous sommes loin avec elle des anachorètes, se repaissant d'herbes et de racines (Huysmans, Oblat, t. 1, 1903, p. 170).Il se repaissait, tel un meurt-la-faim, des horribles pitances que l'on servait chez MmeCharles Buloz (L. Daudet, Brév. journ., 1936, p. 134).
Se repaître de.Se repaître de mots. J'ai vu un grand vautour noir se repaître d'une charogne (Green, Journal, 1934, p. 186).
2. Au fig. Se repaître de
a) Trouver sa satisfaction. L'athéisme spéculatif se repaît d'évidences purement subjectives (Théol. cath.t. 4, 11920, p. 938).Elle erra, sans pouvoir se résoudre à abandonner le quartier, cherchant partout Costals du regard, se repaissant de cette amertume (Montherl., J. filles, 1936, p. 984).
Expr. Se repaître de sang et de carnage. Être cruel, sanguinaire. (Dict. xixeet xxes.).
b) Entretenir en soi. Se repaître d'illusions, d'espérances vaines; se repaître de vent et de fumée. Elle n'essayait pas de comprendre Henri, elle se repaissait de chimères, elle avait choisi la paresse avec l'esclavage (Beauvoir, Mandarins, 1954, p. 344).
Prononc. et Orth.: [ʀ əpεtʀ ̭], (il se) repaît [-pε]. Ac. 1694, 1718: -paistre; 1740: -paitre; dep. 1762: -paître. Conjug. comme paître mais admet le passé simple: je me repus; le subj. imparf.: que je me repusse et le part. passé: repu, -ue. Étymol. et Hist. I. 1. 1174-80 pronom. « assouvir sa faim » (Chrétien de Troyes, Perceval, éd. A. Hilka, 2020: don se poïst repestre une es); 1176-81 trans. « nourrir » (Id., Chevalier Lion, éd. M. Roques, 2874: l'ome forsené repestre); 2. 1176 pronom. fig. (Id., Cligès, éd. A. Micha, 2213: d'un dolz regart Se poïst a leisir repestre); ca 1220 trans. fig. (La Queste del Saint Graal, éd. A. Pauphilet, p. 16: Nostre Sires [...] de sa grace nos volt repaistre). II. 1. 1549 repeu part. passé adj. (Est.); 2. 1553 part. passé adj. fig. (Jodelle, Ode, à O. de Magny ds Œuvres, éd. Ch. Marty-Laveaux, t. 2, p. 335: les Dieux repeuz); 1831 part. passé subst. « privilégié, nanti » (A. M. Barthélémy, Némésis ds Legoar.). Dér. de paître*; préf. re-*. Fréq. abs. littér.: 248. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 477, b) 253; xxes.: a) 409, b) 263.

Repaître : définition du Wiktionnaire

Verbe

repaître \ʁə.pɛtʁ\ transitif 3e groupe (voir la conjugaison) (orthographe traditionnelle)

  1. Donner à manger, nourrir à satiété.
    • Il faut repaître ces animaux.
    • Cette espèce d’animaux se repaît de chair.
    • Ils se sont bien repus.
    • Il s’en est repu.
  2. (Figuré) Se satisfaire pleinement, satisfaire pleinement, prendre ou saisir avec avidité.
    • Ne se repaître que de sang et de carnage, se dit d’un homme cruel et sanguinaire.
    • Dès lors il […] se perdit dans les riens de ce bonheur inexplicable qui se repaît d'un mot, d'un silence, d'un vague espoir. — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • Repaître ses yeux, regarder un spectacle avec avidité.
    • Nous résolûmes de rester le lendemain à Belle-Île pour en chercher de pareilles, s’il y en avait, et nous repaître à loisir les yeux du régal de toutes ces couleurs. — (Gustave Flaubert et Maxime Du Camp, Par les champs et les grèves (Voyage en Bretagne), 1886, Le Livre de poche, page 48, 2012)

repaître intransitif

  1. (Vieilli) Manger.
    • Les cerfs sortent le soir des bois pour repaître.
    • Quand on a bien repu, il n’y a plus qu’à dormir à la chanson de l’eau. — (Léonce Bourliaguet, Les aventures du petit rat Justin, Société universitaire d’Éditions et de Librairie, 1935, page 55.)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Repaître : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

REPAÎTRE. (Je repais; nous repaissons. Je repaissais. Je repus. J'ai repu. Je repaîtrai. Que je repaisse. Repaissant. Repu.) v. tr.
Donner à manger, nourrir. Il faut repaître ces animaux. Cette espèce d'animaux se repaît de chair. Ils se sont bien repus. Il s'en est repu. Dans ce sens il est peu usité. Il s'emploie plus ordinairement au figuré. Repaître quelqu'un d'espérance, de chimères. Il se repaît d'espérances vaines. Il ne se repaît que de vent, de fumée. Il ne se repaît que de sang et de carnage se dit, par exagération, d'un Homme cruel et sanguinaire. Repaître ses yeux d'un spectacle, Le regarder avec avidité.

REPAÎTRE s'emploie aussi comme verbe intransitif et signifie Manger. Les cerfs sortent le soir des bois pour repaître. Il vieillit en ce sens. Le participe passé

REPU s'emploie adjectivement. Il est repu, Il est rassasié. Substantivement, Les repus.

Repaître : définition du Littré (1872-1877)

REPAÎTRE (re-paî-tr'), je repais, tu repais, il repaît, nous repaissons ; je repaissais ; je repus, tu repus, il reput, nous repûmes, vous repûtes, ils repurent ; je repaîtrai ; je repaîtrais ; repais, qu'il repaisse, repaissons : que je repaisse, que nous repaissions ; que je repusse, qu'il repût ; repaissant ; repu, repue v. n.
  • 1Manger, prendre sa réfection ; il se dit des hommes et des animaux, surtout en voyage. Parce qu'il lui fallait faire [à M. le Prince] ce jour-là trente-cinq lieues sur les mêmes chevaux, la nécessité de repaître le fit retarder de quelques heures, La Rochefoucauld, Mém. 235. Chacun repaît, le soir étant venu ; L'on mange peu, l'on boit en récompense, La Fontaine, Fiancée. Mais, seigneur Trufaldin, songez-vous que peut-être Ce monsieur l'étranger a besoin de repaître ? Molière, l'Ét. IV, 3.

    S. m. Terme de chasse. Faux repaître, se dit de l'action du cerf qui paît et n'avale pas, étant pressé par les chiens.

  • 2 V. a. Nourrir, donner à manger. Il faut repaître ses animaux.

    Fig. Ces vieux contes d'honneur dont on repaît les dames, Régnier, Sat. XII. J'ai plaint le faux espoir dont on vous repaissait, Molière, le Dépit, I, 4. Pour souffrir qu'un valet de chansons me repaisse, Molière, Amph. II, 1. Celui qui alluma le plus cette ardeur [de conquérir la Sicile] fut Alcibiade, en repaissant le peuple de magnifiques espérances, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. III, p. 612, dans POUGENS.

    Repaître ses yeux d'un spectacle, le regarder avec avidité. Viens voir mourir ta sœur dans les bras de ton père, Viens repaître tes yeux d'un spectacle si doux, Corneille, Hor. IV, 7. Et que devant sa porte, au lieu de Mardochée, Apaisant par sa mort et la terre et les cieux, De mes peuples vengés il [Aman] repaisse les yeux, Racine, Esth. III, 6. Bellone et Mars, avec les Furies dégouttantes de sang, repaissaient leurs yeux cruels de ce spectacle [une bataille], Fénelon, Tél. XX.

    Se repaître l'esprit, repaître son esprit. Se repaître plutôt l'esprit de la vanité des paroles que de la solidité des choses, Malebranche, Rech. vér. I, 18.

  • 3Se repaître, v. réfl. Prendre sa réfection. Ces animaux se repaissent de chair. Les uns [les démons, dieux des païens] gais et plus enjoués se laissaient gagner par des spectacles et des jeux ; l'humeur plus sombre des autres voulait l'odeur de la graisse, et se repaissait de sacrifices sanglants, Bossuet, Hist. II, 12. Du repos des humains implacable ennemie… Je me repais de sang…, Boileau, Énigme (une puce). La brute se repaît, l'homme mange, Brillat-Savarin, Phys. du goût, Aphorisme.

    Par exagération. Il ne se repaît que de sang et de carnage, se dit d'un homme cruel et sanguinaire.

    Fig. …ce sont contes frivoles Dont se repaît le peuple…, Régnier, Élég. III. Mes yeux se repaîtront des horreurs de ta peine, Corneille, Médée, V, 8. D'abord je me repus d'espérances frivoles, La Fontaine, Psyché, II, p. 197. Pour moi, je vous l'avoue, je me repais un peu de gloire, Molière, Bourg. gent. I, 1. On se repaît des vains projets d'une conversion imaginaire, Fléchier, Mar.-Th. Pour contenter une sainte ardeur de l'entendre, et pour se repaître de sa doctrine, Bourdaloue, 6e dim. après la Pentecôte, Dominic. t. III, p. 8. Hélas ! si cette paix dont vous vous repaissez Couvrait contre vos jours quelques piéges dressés, Racine, Brit. V, 1. L'amour ne se repaît point de galanterie, Rousseau, Hél. I, 52. La vanité humaine, dit quelque part Marivaux lui-même, n'est pas difficile à nourrir, et se repaît des aliments les plus grossiers comme des plus délicats ; il en était la preuve, D'Alembert, Éloges, Marivaux.

HISTORIQUE

XIIIe s. Bien m'avez reschaufée et moult bien repeüe, Berte, LII. …Diex qui de ses biens reput Le monde, quant il l'ot forgié, la Rose, 5262. Il nous convint descendre en la terre de nos ennemis pour fere feu et cuire viande, pour les enfants repestre et alaitier, Joinville, 282.

XVe s. De là nous allasmes repaistre au bourg Sainct-Denis, Commines, VIII, 7.

XVIe s. Un an y a, ou il s'en faut bien peu, Que par toi suis d'esperance repeu, Marot, I, 332. Fy du repas, qui, en paix et repos, Ne sçait l'esprit avec le corps repaistre, Marot, III, 57. J'ai ici longuement repeu mes yeulx ; mais mon estomach brait de male raige de faim, repaissons, Rabelais, Pant. V, 31. Si vous avez faict vostre proufit de la vie, vous en estes repeu, Montaigne, I, 85. Mal de teste veut repaistre, Cotgrave

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « repaître »

Étymologie de repaître - Littré

Re…, et paître.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de repaître - Wiktionnaire

(1174) Du latin repascere (« renourrir ») → voir re- et paître, repaistre en ancien français.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « repaître »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
repaître rœpaitr play_arrow

Conjugaison du verbe « repaître »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe repaître

Citations contenant le mot « repaître »

  • Côté histoire : Quand Geralt de Riv franchit les portes de la cité de Wyzima, c’est pour répondre à cet appel placardé partout dans le royaume : on offre 3 000 orins à qui désenvoûtera la fille du roi Foltest. Car si la princesse est morte le jour de sa naissance, voilà une dizaine d’années que, transformée en strige, elle sort de son caveau les nuits de pleine lune pour se repaître du sang des pauvres hères. Avant Geralt, nombre de savants, d’ermites, de pâtres, de chevaliers et autres sorceleurs ont tenté de relever ce défi. Tous ont échoué. Outre cette mission délicate, Geralt de Riv devra aussi déjouer les intrigues des dignitaires de Wyzima. SciFi-Universe.com, The Witcher is back : Une version illustrée pour attendre la saison 2 | Actualité du 15/07/2020 | SciFi-Universe
  • Au Sénégal, la politique est juste une sublimation d’instincts criminels. Si l’accès à certains ministères et directions faisait l’objet de tests psychotechniques et psychologiques, on n’aurait pas aujourd’hui plus de dix ministres ! Ce qui se passe est simple : le pouvoir est tout bonnement un moyen d’assouvir ses instincts de voleur sans être perçu comme tel. On ne cherche pas le pouvoir pour gouverner le peuple (tenter de le rendre meilleur et heureux) on le cherche plutôt pour usurper ses biens. Quand un homme sans science ni vertu se bat pour le pouvoir, même un peuple de fous devrait savoir qu’il veut le pouvoir pour se repaître. SeneNews.com, La politique et le crime au Sénégal : De l’urgence et de la nécessité d’une révolution (Par Alassane K. KITANE)
  • Animal plat moins volumineux que le turbot ou la barbue, la sole n’en reste pas moins extrêmement savoureuse. Sa chair nacrée, son goût délicat mais franc en font l’une des vedettes obligées des établissements tournés vers la mer. Elle était relativement peu recherchée par ces gloutons de Romains, qui préféraient, entre autres, murènes et rougets barbets. Les Grecs eux-mêmes, plus enclins par atavisme à se repaître des ressources de la Méditerranée, jetaient leur dévolu sur des espèces plus rondouillardes Le Figaro.fr, La sole normande par David Toutain
  • Trente ans plus tard, c’est dans un parc arboré de 4 hectares, paradis de la biodiversité et entretenu sans produit phytosanitaire, que le promeneur déambule au milieu de plus de 200 espèces végétales issues du monde entier. La part belle est faite aux hydrangéas — que le novice appellera hortensias — avec leurs couleurs éclatantes, mais aussi azalées, rhododendrons, érables, et autres magnolias qui font le bonheur des sens. Se laisser porter comme dans un labyrinthe dans les allées, se poser sur un des nombreux bancs savamment disposés au détour d’un massif pour se repaître de tableaux floraux dignes des meilleurs artistes... www.paris-normandie.fr, Le Jardin du Mesnil, à Montérolier, ouvert pendant tout l’été
  • Fanfan, Dougy, Grisou et Désiré ont pris leurs quartiers derrière la salle Monique-Maurice à côté du Pôle Escoffier. Bénévoles de l’association Anestérel, les quatre ânes de Provence sont là… pour paître et se repaître. A 800 euros par mois, une manière écologique de débroussailler pour la commune de Villeneuve-Loubet. Nice-Matin, Villeneuve-Loubet recrute deux ânes supplémentaires pour débroussailler - Nice-Matin
  • Celui qui sait sa mort certaine et cesse d'en souffrir peut se repaître de chaque instant. De Patrice Lepage / L'ange sur le pont
  • Ceux qui nous aiment, même sincèrement, ne peuvent s'empêcher de se repaître de nos malheurs. De Claude Lelouch / Itinéraire d'un enfant très gâté

Images d'illustration du mot « repaître »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « repaître »

Langue Traduction
Corse festa
Basque besta
Japonais ごちそう
Russe праздник
Portugais festa
Arabe وليمة
Chinois 盛宴
Allemand fest
Italien festa
Espagnol banquete
Anglais feast
Source : Google Translate API

Synonymes de « repaître »

Source : synonymes de repaître sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « repaître »


Mots similaires