La langue française

Reflet

Sommaire

Définitions du mot reflet

Trésor de la Langue Française informatisé

REFLET, subst. masc.

A. − Phénomène par lequel une lumière, colorée ou non, renvoyée par un corps ou une surface réfléchissante, produit dans une zone moins éclairée une image affaiblie de cette lumière.
1. PEINT. Le reflet est pour les couleurs ce que l'écho est pour les sons (Joubert, Pensées,t. 1, 1824, p. 331).La tête de Velasquez est éclairée par reflet (Mérimée, Mosaïque,1833, p. 523).
2. [Le compl. désigne la source lumineuse] Il fait nuit; mais la scène est éclairée par le reflet de la lune (Sardou, Patrie!1869, III, 5etabl., 1, p. 114).Elle le conduisit elle-même jusqu'à la porte qui donnait sur le jardin et elle regarda s'enfoncer dans la nuit sa grande ombre lente qu'éclairait un reflet de lampe (Maupass., Contes et nouv.,t. 2, Après, 1893, p. 106).[P. méton. du compl.] Un reflet d'aurore. Florence est dans une vasque de montagnes (...) et sa dentelure de pierre s'argente avec des teintes d'acier sous les reflets du soir (Taine, Voy. Ital.,t. 2, 1866, p. 86).
Plus rarement. [Le compl. désigne la surface réfléchissante] Le grand autel est orné de lames d'argent et de soleils de cristal, dont les reflets miroitants forment des jeux de lumière d'un éclat singulier (Gautier, Tra los montes,1843, p. 46).Il recevait en grand seigneur, fin, byronien, en son frac, plus pâle au reflet de son plastron immaculé (Blanche, Modèles,1928, p. 35).
[Dans un cont. métaph.] Beaucoup de sociétés ne se soutiennent que par les talens de quelques-uns de ses [sic] membres, tandis que les autres brillant du reflet de leurs collègues, ressemblent aux frelons qui se nourrissent du miel des abeilles (Baudry des Loz., Voy. Louisiane,1802, p. 339).
B. − P. méton. Image réfléchie. On voit des bêtes boire des reflets au lieu de l'eau qui reflète (Pesquidoux, Livre raison,1928, p. 42).Souvent (...) il ne lui déplaisait pas de rester sans autre compagnon que son reflet dans la glace (Druon, Gdes fam.,t. 2, 1948, p. 63).
PHILOS. (Théorie du) reflet. Théorie anti-idéaliste de la critique marxiste, selon laquelle la pensée ne peut que refléter le monde, toute représentation étant déterminée par le représenté. À oublier le reflet pour le procès, l'idéalisme réintervient de l'intérieur de la dialectique (Marxisme1982).
C. − Au fig.
1. Éclat qui rejaillit.
a) [À propos d'une entité] Reflet de la divinité. Au sortir de ces entretiens célestes, son visage (...) resplendissait d'une clarté merveilleuse, reflet de la splendeur divine qui avait rejailli sur elle (Montalembert, Ste Élisabeth,1836, p. 262).
b) [À propos de l'esprit, d'un sentiment] Reflet de l'âme, de la pensée. Ayant sur le visage le même reflet de satisfaction que donne la réalisation d'un désir longtemps caressé (Murger, Scènes vie boh.,1851, p. 202).C'est toujours chose intéressante que ce reflet de la joie du riche au fond de l'œil du pauvre (Baudel., Poèmes prose,1867, p. 68).
c) En partic. Synon. de influence.Nous avons vu le reflet des Ardennes sur Taine, le reflet de la Bretagne sur Renan, le reflet de la Provence sur Mistral, le reflet de notre Alsace-Lorraine sur Erckmann-Chatrian (Barrès, Scènes et doctr.,t. 1, 1902, p. 98).
2. Image, représentation
a) de quelqu'un.
Synon. de double.La longue habitude de vivre avec mon père et de l'aimer avait fait d'elle comme un reflet de lui (Duras, Édouard,1825, p. 113).J'en conclus que toutes choses et toutes gens avaient leur reflet, leur double, leur autre moi, et je souhaitai vivement de voir le mien (Sand, Hist. vie,t. 2, 1855, p. 205).
Image affaiblie. Tant que la femme se fait esclave et reflet de l'homme (...) elle doit reconnaître que ses infidélités l'arrachent plus radicalement à son mari que des infidélités réciproques (Beauvoir, Deux. sexe,t. 2, 1949, p. 374).
b) de quelque chose. Reflet du passé. La bonne tradition du siècle de Louis XIV, dont le siècle de la reine Anne ne fut qu'une espèce de prolongement ou de reflet (Chateaubr., Génie,t. 1, 1803, p. 390).Les galeries les plus souterraines du sommeil, où aucun reflet de la veille, aucune lueur de mémoire n'éclairent plus le monologue intérieur (Proust, Guermantes 2,1921, p. 91).
c) Loc. Être un pâle reflet, n'être que le reflet de qqn ou qqc. Être une image affaiblie de. À Soissons, gouvernait le « patrice » Syagrius, pâle reflet de l'Empire effondré (Bainville, Hist. Fr.,t. 1, 1924, p. 20).
D. − Teinte, nuance lumineuse qui peut changer selon l'éclairage. Ses cheveux (...) étaient noirs, à reflets bleus comme l'aile d'un corbeau (Mérimée, Carmen,1845, p. 22).Un excellent petit vin aux reflets presque verts (Simenon, Vac. Maigret,1948, p. 17).
Huit-reflets. V. ce mot, comp. s.v. huit.
REM.
Anti-reflet, adj.Qui ne produit pas de reflet. Lunettes, verres anti-reflets. Le tableau de bord [d'une voiture] est beau et anti-reflet (L'Express,11 oct. 1976, p. 197, col. 1).
Prononc. et Orth.: [ʀ əflε]. Ac. 1718: reflex, reflé, reflet; 1740: reflet, reflex; dep. 1762: reflet. Étymol. et Hist. 1. 1651 peint. « teinte lumineuse qui joue sur des fonds différents » (R. F. [réart] de Chambray, Peint. de Vinci [trad. de l'ital.], p. 15 et 23 d'apr. Brunot t. 6, p. 696); 2. 1662 reflex « réflexion affaiblie de la lumière, de la couleur renvoyée par un corps ou une surface réfléchissante » (Richer, L'Ovide bouffon, p. 125, ibid., t. 4, p. 500); 1763 au fig. reflet (Marmontel, Poétique fr., t. 1, p. 119: L'art de placer, d'assortir les mots, [...] de ménager à celui qui manque de clarté, de couleur, de noblesse, le reflet d'un terme plus noble, plus lumineux, plus coloré, cet art, dis-je, ne peut se prescrire). Empr., avec infl. deréfléchir*, à l'ital. riflesso, att. comme terme de peint. dep. le xvies. (Vasari d'apr. DEI), du lat. tardif reflexus « retour en arrière », part. passé subst. de reflectere (réfléchir*). Fréq. abs. littér.: 2 788. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 2 501, b) 4 302; xxes.: a) 4 544, b) 4 684. Bbg. Gohin 1903, p. 359. − Hope 1971, p. 300.

Wiktionnaire

Nom commun

reflet \ʁə.flɛ\ masculin

  1. Réflexion affaiblie de la lumière, de la couleur, de l’image d’un corps sur un autre.
    • […] ; les étoiles se mêlent au feuillage noir ; les lucioles luisent dans l'herbe comme un reflet des étoiles. — (Alphonse Karr, Devant les tisons, Paris : Librairie nouvelle, 1857, p.238)
    • […]; de temps en temps seulement un éclair livide illuminait les appartements sombres d’un reflet bleuâtre qui disparaissait aussitôt. — (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre II)
    • Les reflets du couchant, le vent de la mer nous viennent aussi ce soir de chez nos ennemis, de l’Est, du Rhin. — (Jean Giraudoux, Retour d'Alsace - Août 1914, 1916)
    • L’eau sombre, au bas du parapet, s'étalait silencieuse avec le reflet immobile des lumières, […]. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • Un peu plus tard j’aperçus dans le sud un merveilleux reflet vert qui était la réflexion dans le ciel du peu profond lagon de l’atoll d’Anaa, […]. — (Alain Gerbault, À la poursuite du Soleil; t.1, de New-York à Tahiti, 1929)
    • Je me suis dirigée vers le miroir de la coiffeuse et je me suis penchée en avant, les mains posées entre les produits de maquillage. Mon reflet m'a retourné mon regard. — (Gena Showalter, Chroniques de Zombieland , tome 2 :Alice et le miroir des Maléfices, traduit de l'anglais, éd. Mosaïc, 2015, chap. 6)
  2. Apparence furtive ou affaiblie.
    • […]; on eût dit que son regard, triste et lointain comme le regard des hommes qui ont longtemps vécu sur la mer ou dans les solitudes immenses, gardait comme un reflet de l’infini. — (Octave Mirbeau, Les eaux muettes )
    • Il riait de plus en plus fort, férocement joyeux, guettant les reflets de la stupéfaction sur la physionomie du journaliste. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 20)
  3. (Figuré) Image affaiblie d'une chose morale.
    • Il avait tiré la bague d’opale de son doigt. Elle chatoyait, dans la fin du jour, comme un reflet de beauté, de jeunesse, de plaisir ; […]. — (Paul et Victor Margueritte, Le Désastre, p.331, 86e éd., Plon-Nourrit & Cie)
    • Sa réputation est un reflet, un pâle reflet de la gloire de son père.
  4. (Figuré) Produit de l’influence.
    • Cet homme est le reflet de son entourage.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

REFLET. n. m.
Réflexion affaiblie de la lumière, de la couleur, de l'image d'un corps sur un autre. Le reflet d'une étoffe sur une autre. Cette étoffe a de beaux reflets. Ce meuble reçoit des rideaux de la fenêtre un reflet qui le colore. Le reflet des peupliers dans l'eau. Les reflets de l'eau contenue dans ce vase éclairent le plafond. Cet éclairage produit sur le papier des reflets qui me gênent pour écrire. Il s'emploie aussi figurément. Sa réputation est un reflet, un pâle reflet de la gloire de son père. Cet homme est le reflet de son entourage, Il subit l'influence des personnes qui l'entourent.

Littré (1872-1877)

REFLET (re-flè ; le t ne se lie pas dans le parier ordinaire ; au pluriel, l's se lie : des re-flè-z argentés) s. m.
  • 1Réflexion de la lumière ou de la couleur d'un corps sur un autre. Les reflets des nuages sur les champs. Tous deux ont la tête garnie de petites plumes à demi relevées en huppe noire, à reflets verts et violets, Buffon, Ois. t. VIII, p. 325. Ce sont ces reflets infinis des ombres et des corps qui engendrent l'harmonie, Diderot, Essai sur la peint. ch. 3. Nos pensées sont susceptibles de différents coloris : séparées, chacune a une couleur qui lui est propre ; rapprochées, elles se prêtent mutuellement des nuances, et l'art consiste à peindre ces reflets, Condillac, Art d'écr. II, 6. Tels, dans l'airain brillant où flotte une eau tremblante, Le soleil…, croise son jeu mobile… Et des murs aux lambris rapidement promène Des reflets vagabonds la lueur incertaine, Delille, Én. VIII. Le perfide reflet [de la lune sur les armes] les a trahis tous deux, Delille, ib. IX. Le reflet c'est la lumière renvoyée frappant dans la demi-teinte un corps solide, et il ne faut pas que le jour ait l'air de passer à travers la toile, Th. Gautier, Feuilleton, Moniteur universel, 9 mai 1868.

    Fig. Saisir, dans les caractères, tous les reflets des vertus sur les vices, et des vices sur les vertus, Marmontel, Œuv. t. IV, p. 411. La littérature, qui n'est que le reflet des mœurs, La Harpe, Cours de lit. t. VII, Introd. p. 54, dans POUGENS. Le siècle de la reine Anne ne fut qu'une espèce de prolongement ou de reflet [du siècle de Louis XIV], Chateaubriand, Génie, II, III, 5.

  • 2Il s'est dit dans le sens de réflecteur. Je vous supplie d'engager M. le duc d'Aumont à ne pas faire mettre de lustres sur le théâtre [de Fontainebleau] ; nous avons ici l'expérience que le théâtre peut être très bien éclairé avec des bougies en grand nombre et des reflets dans les coulisses, Voltaire, Lett. d'Argental, 4 oct. 1748.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

REFLET, s. m. (Architecture.) c’est dans les desseins d’Architecture, une demi-teinte claire qui s’observe à l’extrémité d’une ombre, pour faire paroître un corps rond ou cylindrique, comme dans la longueur d’une colonne, par exemple du côté de l’ombre. (D. J.)

Reflet, (Peinture.) c’est ce qui est éclairé dans les ombres par la lumiere que renvoyent les objets éclairés & voisins. Comme le reflet est une sorte de rejaillissement de clarté, qui porte avec soi une couleur empruntée de l’objet qui la renvoie, il s’ensuit que les effets du reflet doivent être différens en couleur & en force, selon la différence de la lumiere, de la matiere, de la disposition, ou de l’aspect des corps. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « reflet »

Voy. REFLÉTER. Reflet n'est pas dans l'édition du Dictionnaire de l'Académie de 1696 ; il n'apparaît que dans celle de 1718 sous l'orthographe reflex, et avec la remarque que quelques-uns disent reflès ou reflet. Reflets, au pluriel, est comme terme de peinture dans Furetière, 2e éd. 1701. Dans ces circonstances, on reconnaît qu'un moment il y a eu influence de l'italien riflesso, de riflettere (voy. RÉFLÉCHIR).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Via l’italien riflesso (« refleté, reflet »), du latin reflexus qui nous donne directement réflexe.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « reflet »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
reflet rœflɛ

Citations contenant le mot « reflet »

  • Un visage est le reflet d’une pensée. De Didier Le Pêcheur / Les Hommes immobiles
  • Ce qui est visible n'est que le reflet de ce qui est invisible. De Rabbi Abba
  • Le corps n'est que le reflet de l'âme. De Fox Emmet
  • Le reflet est pour les couleurs ce que l'écho est pour les sons. De Joseph Joubert / Carnets
  • Les femmes chérissent la mode, parce que la nouveauté est toujours un reflet de jeunesse. De Madeleine de Scudéry / Conversations de morale
  • Les étoiles n'ont leur vrai reflet qu'à travers les larmes. De Vladimir Nabokov / Regarde, regarde les arlequins !
  • Pas de bête qui n'ait un reflet d'infini. De Victor Hugo / La Légende des siècles
  • De ses pérégrinations, il est ressorti une série de très belles images de Lille que nous partageons avec vous. Beauté de l’architecture, jeux de reflets et ambiances singulières à découvrir grâce aux photos de Thierry Thorel. , Reflets de Lille un dimanche matin | La Voix du Nord
  • Le théâtre est pour chacun le reflet de sa propre fragilité. De Dominique Desanti / Petit dictionnaire de théâtre
  • Une certaine inquiétude de l'âme est le reflet de celle de la chair. De André Gide / Conseils au jeune écrivain
  • La télévision, reflet du monde, est à la fois source et miroir des informations. De Joël de Rosnay / Les Dossiers de l’audiovisuel
  • Vieille, tes yeux sont comme un reflet d'étoile dans une ornière. De Jules Renard / Journal 1893 - 1898
  • Comme en vous contemplant dans le miroir, la forme et le reflet se regardent. Vous n'êtes pas le reflet, mais le reflet est vous. De Maître Tozan
  • Comprendre, c'est le reflet de créer. De Auguste Villiers de l'Isle-Adam / Axel
  • Souvent, les films de guerre sont le reflet de leur époque. De Clint Eastwood / Le Figaro Magazine, 6 février 2015
  • L'amour est le reflet d'une femme dans le coeur d'un homme. De Martin Werlen

Images d'illustration du mot « reflet »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « reflet »

Langue Traduction
Anglais reflection
Espagnol reflexión
Italien riflessione
Allemand reflexion
Chinois 反射
Arabe انعكاس
Portugais reflexão
Russe отражение
Japonais 反射
Basque hausnarketa
Corse riflessione
Source : Google Translate API

Synonymes de « reflet »

Source : synonymes de reflet sur lebonsynonyme.fr
Partager