La langue française

Serment

Définitions du mot « serment »

Trésor de la Langue Française informatisé

SERMENT, subst. masc.

A. − Promesse solennelle prononcée en attestant un être ou un objet sacré. Faire, prêter serment devant Dieu, sur l'autel, la croix. Cette clause fut ratifiée par un serment solennel, sur les reliques de trois saints vénérés, Hilaire, Martin et Polyeucte (Thierry, Récits mérov., t. 1, 1840, p. 344).Il refusa stoïquement de jurer sur la Bible mais son entrée à la Chambre des Lords paraissait si désirable que les Pairs autorisèrent exceptionnellement ce grand Israélite à prêter serment sur l'Ancien Testament (Morand, Londres, 1933, p. 267).
B. −
1. Affirmation solennelle (personnelle ou réciproque) prononcée en public. Serment contraire à l'honneur; serment exigé, inviolable, juré, prononcé, prêté, éternel; serment d'obéissance, de fidélité, à la constitution; sous la foi du serment; formule du serment; affirmer, attacher, s'engager, se lier par serment; manquer à, trahir, violer un serment. [Le connétable] continuait à battre de la monnaie d'or et d'argent, tandis qu'il n'était permis à un vassal que de frapper de la monnaie de cuivre; ses officiers de justice ne reconnaissaient pas la juridiction du parlement de Paris; il allait même jusqu'à recevoir un serment absolu de ses vassaux, sans réserve de la suzeraineté du roi (Barante, Hist. ducs Bourg., t. 2, 1821-24, p. 17).
Loc. verb. Faire le serment de + inf. S'engager solennellement à faire quelque chose. Je pleurai de contentement et intérieurement je fis le serment d'apprendre la langue grecque (Delécluze, Journal, 1825, p. 208).
Prestation* de serment Prêter serment. V. prêter D.
DR. FÉOD. Serment d'allégeance. V. allégeance A 1.Serment de fidélité. Acte par lequel à l'issue de l'hommage, le vassal jurait sur les Évangiles fidélité et assistance à son suzerain. P. anal. Quoiqu'il eût prêté serment de fidélité, il corrompit son armée, se déclara pour la Fronde, et marcha sur Paris (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène, t. 1, 1823, p. 247).
Serment civique. V. civique A syntagmes.
Serment constitutionnel. V. constitutionnel B 5 ex. de France.
Serment politique. Promesse solennelle de fidélité à un gouvernement. Parmi les fonctionnaires publics, les uns ne prêtent qu'un serment politique (...). Par le serment politique le fonctionnaire public jure fidélité au gouvernement et obéissance aux lois (Blanche1857).
Serment (professionnel). ,,Serment exigé des magistrats, des auxiliaires de la justice et de certains fonctionnaires (...) de bien et fidèlement remplir les fonctions qui leur sont confiées`` (Réau-Rond. 1951). Quelles sont les obligations que contractent ceux qui prêtent le serment exigé des fonctionnaires publics et des électeurs? (Lamennaisds L'Avenir, 1831, p. 298).
Serment d'Hippocrate. Texte qui définit les règles de l'éthique médicale et obligatoirement prononcé lors des soutenances de thèses de médecine depuis 1707. (Dict. xxes.). . Serment médical. Promesse solennelle par laquelle tout médecin, au moment d'être admis à exercer la médecine, s'engage à observer les devoirs de sa profession, tels qu'ils sont définis au Code de déontologie (d'apr. Méd. Biol. t. 3 1973).
HISTOIRE
Serment de Strasbourg. [P. réf. aux serments prononcés dans cette ville entre Louis le Germanique, Charles le Chauve et l'empereur Lothaire] Texte identifié comme étant le plus ancien en langue romane. S'il eût été là, Nicole, après un grand coup de chapeau donné à nos classiques de la décadence (...) aurait exigé que l'on s'en référât, mais uniquement, au serment de Strasbourg et à la cantilène de sainte Eulalie (Bremond, Hist. sent. relig., t. 4, 1920, p. 494).
[En 1789] Serment du Jeu de Paume. Le 20 juin, par le serment du jeu de Paume, six cents députés jurent de ne pas se séparer avant d'avoir « établi la constitution du royaume » (Bainville, Hist. Fr., t. 2, 1924, p. 32).
2. DR. Attestation solennelle de la vérité d'un fait (en vue de constituer une preuve juridique) ou de la sincérité d'une promesse. Une déposition sous la foi du serment, disant que la meurtrière était folle au moment où elle a commis le crime (Camus, Requiem, 1956, 1repart., 3etabl., p. 848):
Cet article reprend avec quelques légères modifications les stipulations de la loi du 23 mars 1914 (...) prévoyant la punition de toute personne déclarée coupable d'avoir refusé de témoigner ou de prêter serment, ou coupable de faux témoignagne ou de subornation de témoin devant une commission parlementaire d'enquête. Lidderdale, Parlement fr., 1954, p. 183.
Déférer le serment à qqn. V. déférer1A.
Serment décisoire. V. décisoire A.
Faux serment. Serment qui est contraire à la vérité d'un fait et répréhensible. P. ext. La femme qui dit à un homme qu'elle l'aime, et qui refuse de lui écrire, se réserve les moyens de l'abandonner et de le trahir plus tard: c'est plus qu'un parjure, c'est un faux serment (Karr, Sous tilleuls, 1832, p. 38).
Serment de crédibilité, de crédulité. ,,Serment déféré aux veuve et héritier du débiteur ou au tuteur de ces derniers (...) en vue de déclarer si, à leur connaissance, la chose est encore due`` (Cap. 1936).
Serment judiciaire. ,,Serment prêté devant le juge et qui peut être soit décisoire, soit supplétoire`` (Cap. 1936). Le serment judiciaire est de deux espèces: 1 Celui qu'une partie défère à l'autre pour en faire dépendre le jugement de la cause: il est appelé décisoire; 2 Celui qui est déféré d'office par le juge à l'une ou à l'autre des parties (Code civil, 1804, art. 1357, p. 246).
Serment extra judiciaire. ,,Serment prêté en exécution de la convention par laquelle une des parties offre à l'autre de renouer à ses prétentions`` (Cap. 1936).
Serment supplétoire* ou serment supplétif.
Serment des jurés. Serment par lequel les jurés jurent et promettent de juger scrupuleusement l'accusé sans trahir ses intérêts ni ceux de la société qui l'accuse (d'apr. Nouv. rép. de dr., Paris, Dalloz, 1965).
Serment in litem (vx); serment en plaids. ,,Serment supplétoire déféré par le juge au demandeur dans un procès, pour fixer le montant de la demande`` (Cap. 1936).
C. − P. ext. Engagement ferme; promesse formelle. Serment d'amitié, d'amour; serment mutuel et réciproque. Comme dans les amitiés puériles, nous avions fait le serment de tout nous dire (Mauriac, Nœud vip., 1932, p. 22).Je fais le serment de ne plus rien te dire de ma famille. Non, non, dégageons-nous, épurons-nous, élevons-nous dans l'essentiel (Duhamel, Maîtres, 1937, p. 24).
En partic.
Promesse d'amour. Les premiers serments. Frissonnant sous son deuil, la chaste et maigre Elvire, Près de l'époux perfide et qui fut son amant, Semblait lui réclamer un suprême sourire Où brillât la douceur de son premier serment (Baudel., Fl. du Mal, 1857, p. 30).[Les amants] échangent des serments éternels (P. Lalo, Mus., 1899, p. 157).
P. antiphr. Serment d'ivrogne, de joueur. Promesse sans valeur. Serments d'amour, serments d'ivrognes (Barrès, Cahiers, t. 5, 1907, p. 278).
D. − Vx. Juron, imprécation. Il fait des serments exécrables, quand il est en colère (Ac.1835, 1878).
REM.
Sermenté, -ée, adj.,vx. Qui a prêté le serment requis pour l'exercice d'une charge ou d'une fonction (d'apr. Ac. 1798-1878). Synon. assermenté.L'Assemblée nationale (...) considérant que les troubles excités dans le royaume par les ecclésiastiques non sermentés exigent qu'elle s'occupe sans délai des moyens de les réprimer, décrète qu'il y a urgence (Erckm.-Chatr., Hist. paysan, t. 1, 1870, p. 472).
Prononc. et Orth.: [sε ʀmɑ ̃]. Homon. serrement. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 842 sagrament « affirmation ou promesse faite en prenant à témoin Dieu, un être ou un objet sacré » (Serments de Strasbourg ds Henry Chrestomathie, p. 1); ca 1160 sairement (Eneas, éd. J. J. Salverda de Grave, 3494); 2. 1377 villain serement « jurement blasphématoire » (Gace de La Buigne, Roman des deduis, 2438 ds T.-L.). Du lat. sacramentum, v. sacrement. Fréq. abs. littér.: 1 969. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 4 898, b) 2 992; xxes.: a) 1 752, b) 1 535. Bbg. Bonfante (G.). Giuramento in latino e nelle lingue romanze. In: [Mél. Meier (H.)]. Bonn, 1980, p. 77. − Quem. DDL t. 11 (s.v. serment civique; serment national; serment patriotique).

Wiktionnaire

Nom commun

serment \sɛʁ.mɑ̃\ masculin

  1. Affirmation ou promesse faite en attestant Dieu, un être ou un objet sacré.
    • Les faux serments que la justice autorise en France, ne doivent-ils pas être à jamais proscrits ? — (Comte de Sanois, Questions proposées à toutes les assemblées, par un membre de la noblesse de celle de Meaux, 13 mars 1789)
    • Suivant le caractère des barbares, dont la fougue est violente, mais de peu de durée, ils se réconcilièrent en faisant de nouveau le serment de ne rien entreprendre l’un contre l’autre. — (Augustin Thierry, Récits des temps mérovingiens, 1er récit : Les quatre fils de Chlother Ier — Leur caractère — Leurs mariages — Histoire de Galeswinthe (561-568), 1833–1837)
    • Tout homme qui obtient ce qu'il désire, ou qui va l'obtenir, veut la durée : rien de plus naturel que les serments prodigués par les amoureux. Le bonheur spontané veut la durée. Mais de la durée vient l’ennui : c'est pourquoi beaucoup les confondent. — (Denis de Rougemont, Comme toi-même : Essais sur les Mythes de l'Amour, Albin Michel, 1961, p.147)
  2. (France) (Histoire) Promesse de respecter la constitution civile du clergé que faisaient les prêtres.
    • […] ; il étoit destiné, quand la révolution arriva, à occuper une des premières chaires dans l'université de Reims. Son refus de serment l'obligea de s'expatrier ; […]. — (L'Ami de la religion et du roi : journal ecclésiastique, politique et littéraire, n° 964,‎ 5 novembre 1823, p. 397.)
    • Il y a l'abbé Fortier, ce monarchiste rigide, qui bien certainement ne voudra pas se transformer en prêtre constitutionnel, et qui préférera la persécution au serment. — (Alexandre Dumas, La Comtesse de Charny, avant-propos, 1853)

Nom commun

serment masculin

  1. Serment.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SERMENT. n. m.
Affirmation ou promesse faite en attestant Dieu, un être ou un objet sacré. Serment solennel. Serment en justice. Serment de fidélité, d'obéissance. Faux serment. Prêter serment sur l'Évangile. Affirmer par serment, sous serment. S'engager, se lier par serment. La foi du serment. La religion du serment. Prêter serment entre les mains de l'évêque, devant un tribunal. La prestation de serment. La formule d'un serment. S'en rapporter au serment de quelqu'un. Il en sera cru sur son serment. Vous m'avez déféré le serment, je vous le réfère. Violer, trahir son serment. Délier, relever quelqu'un de son serment. Il a fait serment de se venger. Je fis à mon ami le serment de veiller sur son fils. On exigea d'eux le serment qu'ils ne divulgueraient pas ce secret. Tous vos serments sont inutiles. Oublier ses serments. Fig. et fam., Serment de joueur, serment d'ivrogne, serment amoureux se disent d'un Serment sur lequel il ne faut pas compter.

Littré (1872-1877)

SERMENT (sèr-man) s. m.
  • 1Affirmation ou promesse en prenant à témoin Dieu, ou ce que l'on regarde comme saint, comme divin. Je ne vous dis rien, monseigneur, dont je ne fasse des serments, Guez de Balzac, lett. 5, liv. IV. Je n'en serai pas cru à mon serment, et l'on dira que je rêve, Molière, G. Dandin, II, 8. Ce même jour, M. de la Feuillade fut reçu à la tête du régiment des gardes, et prêta le serment entre les mains d'un maréchal de France, comme c'est la coutume, Sévigné, 109. Mais la plupart des amants Sont sujets à faire Bien des faux serments, Quinault, Thés. I, 5. Je fais mille serments de ne jamais écrire, Boileau, Sat. II. Sur un bouclier noir sept chefs impitoyables épouvantent les dieux de serments effroyables, Boileau, Sublime, 13. Mon cœur faisait serment de vous aimer sans cesse, Racine, Bérén. I, 4. N'est-ce pas vous enfin de qui la voix pressante Nous a tous appelés aux campagnes du Xanthe, Et qui de ville en ville attestiez les serments Que d'Hélène autrefois firent tous les amants ? Racine, Iphig. I, 3. D'un amour éternel Nous irons confirmer le serment solennel, Racine, ib. V, 1. Un serment solennel par avance les lie à ce fils de David qu'on leur doit révéler, Racine, Ath. I, 2. Rien n'est moins selon Dieu et selon le monde que d'appuyer tout ce qu'on dit dans la conversation, jusqu'aux choses les plus indifférentes, par de longs et fastidieux serments, La Bruyère, V. Celui qui trompe par un faux serment déclare ouvertement par là qu'il craint son ennemi, mais qu'il méprise Dieu, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. IV, p. 77, dans POUGENS. Le serment eut tant de force chez ce peuple [les Romains], que rien ne l'attacha plus aux lois, Montesquieu, Esp. VIII, 13. Il est à remarquer que tous ces serments [de fidélité] se faisaient à genoux, les mains jointes, et que c'est ainsi que les évêques prêtaient serment aux rois, Voltaire, Ann. Emp. Othon II, 975. C'est un second crime de tenir un serment criminel, Rousseau, Hél. VI, 8. Il est certain que la religion du serment était en grande vénération chez ces peuples, Duclos, Œuvr. t. I, p. 304. On a vu que les serments sur les reliques étaient fort en usage dans ces temps-là, et que Louis XI avait une foi particulière à la croix de Saint-Lo, Duclos, Œuv. t. II, p. 400. Il semble que les serments ne soient pour certains princes qu'une expression du malheur, et que le succès absolve du parjure, Duclos, Œuv. t. II, p. 407. Et malgré les serments que Louis de Valois, Que le roi très chrétien a prêtés sur la croix, Delavigne, Louis XI, II, 11.

    Rendre à quelqu'un son serment, l'en délier. Moi-même je vous rends le serment qui vous lie, Racine, Iph. IV, 6.

    Familièrement. Faire serment de, déclarer que. J'ai gagné doucement la porte sans rien dire, Avec un bon serment, que, si, pour l'avenir, En pareille cohue on me peut retenir, Je consens de bon cœur…, Boileau, Sat III.

    Fig. Faire serment, s'entendre, se concerter. De ne rien prendre à la lettre Nos juges ont fait serment, Béranger, Interprétations.

    On a dit dans le même sens : être de serment. Comme les auteurs semblent être de serment de ne jamais rapporter les choses les uns comme les autres, Bayle, Dict. art. sur le second Pyrrhus, note h.

    PROVERBE

    Serment de joueur, serment d'ivrogne, serment d'amant, serment sur lequel il ne faut pas compter.
  • 2Jurement, imprécation. Il fait des serments exécrables quand il est en colère. Vous le verrez bientôt, les cheveux hérissés… Ainsi qu'un possédé que le prêtre exorcise, Fêter dans ses serments tous les saints de l'Église, Boileau, Sat. IV. Après avoir fait des serments horribles qu'il poursuivrait cette affaire jusqu'à la mort, il marqua le jour que le peuple en devait prendre connaissance, Vertot, Révol. Rom. liv. III, p. 255.

HISTORIQUE

IXe s. Si Lodhwigs sagrament que son fradre Karlo jurat, conservat, Serment.

XIIe s. Mais tous lor sairemanz [ils] fausserent de legier, Sax. IV. Lai li [les laïques] en furent mis partut à serement, Th. le mart. 66.

XIIIe s. Li sairement qui furent juré ne furent mie bien tenu, Villehardouin, LIV. Le roy manda ses barons à Paris, et leur fist faire serement que foy et loiauté porteroient à ses enfans, Joinville, 209. Le roy ama tant Dieu et sa douce mere, que touz ceulz que il pooit atteindre qui disoient de Dieu ne de sa mere chose deshoneste ne vilein serement, que il les fesoit punir griefment, Joinville, 293.

XVe s. Lor dis : vueilliez me pardonner ; Car je jure mon serement Que conseil vous cuide donner à mon povoir très loyaument, Orléans, Bal. 6. Nostre seigneur, ny la mort, ne la chair, ne le sang, ne autre detestable serment ne le souffriroit jurer à nul autre de son hostel, Bouciq. IV, 3.

XVIe s. Les serments des quatre roys : Quant la pasque Dieu deceda [Louis XI], Par le jour Dieu luy succeda [Charles VIII], Le diable m'emporte s'en tint près [Louis XII] ; Foy de gentilhomme vint après [François Ier], Brantôme, Cap. franç. t. I, p. 226, dans LACURNE. [Dans la colère] l'inflammation du visage, les serments inusitez, Montaigne, III, 140.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

SERMENT. Ajoutez :
3Nom donné jadis à des confréries. D'après cet auteur [E. Gachet], en creusant les fondations d'un mur de clôture, Rubens aurait anticipé sur le terrain du serment ou confrérie des arquebusiers ses voisins, J. Dumesnil, Histoire des amateurs étrangers.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « serment »

Bourguig. sarment ; wallon, sermain ; provenç. serment et sacrament ; espagn. sacramento ; ital. sagramento ; du lat. sacramentum, serment, de sacrare, rendre sacré (voy. SACRER) : d'abord chose consacrée, et, en particulier, la somme que les plaideurs deposaient et que perdait le perdant (on la consacrait à un usage religieux) ; puis enrôlement, serment militaire, et enfin le serment en général.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin sacramentum qui donne successivement sagrament — (842, Serments de Strasbourg) ; (XIIe siècle) sairement, puis serement — (1415, Charles d'Orléans) serment, → voir sacrement.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Du latin sacramentum.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « serment »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
serment sɛrmɑ̃

Citations contenant le mot « serment »

  • Pour faire simple : mentir sous serment ça va chercher quelle amende/punition/mois en taule/licenciement/rétrogradation ? Le Point, EXCLUSIF. Fillon, Sarkozy et le juge Tournaire : la bourde « sous serment » d'un haut magistrat - Le Point
  • […] Je crois qu'il ne faut se laisser lier par rien, surtout par les serments qu'on se fait à soi-même. Ils coûtent toujours trop cher. Georges Adrien, dit Georges Darien, Le Voleur, Stock
  • Serments d'amour n'entrent pas dans l'oreille des dieux. Callimaque, Épigrammes, XXV, 3-4 (traduction E. Cahen)
  • Les serments ne sont que des mots, et les mots que du vent. Samuel Butler, Hudibras
  • Pesez des serments avec des serments et vous pèserez le néant. William Shakespeare, Le Songe d'une nuit d'été, III, 2, Helena A Midsummer Night's Dream, III, 2, Helena
  • L'impossible a plus de force que le serment. De Proverbe basque
  • N'assure rien avec serment, pas même la vérité. De Ménandre / Fragments
  • Refais chaque jour le serment d’être heureux. De Alain / Propos sur le bonheur
  • Point de responsabilité sans foi jurée, sans gage, sans serment. De Antoine Spire / Le Monde de l'éducation - Juillet - Août 2001
  • Prêter serment, c’est mettre son âme en péril. Ne faites jamais un serment à moins d’être capables de mourir plutôt que de vous parjurer. De Ken Follett / Les piliers de la terre
  • Le serment d'amour est la forme sentimentale du chèque sans provision. De Georges-Armand Masson
  • Un serment, c'est comme un baiser, on ne peut pas le rappeler. De Daniel Picouly / L'Enfant léopard
  • Qu'est-ce qu'un serment ? Un mot, emporté par le vent. De Stefan Zweig / Thersite
  • Certains religieux font voeu de chasteté, pauvreté et obéissance : ils prêtent le serment d’Hypocrite. De Bruno Masure / Le Petit Livre de Bruno Masure
  • L'ami, de son serment oblige, ne va pas déshonorer son nom en l'accusant sans preuves. De Sophocle / Oedipe Roi
  • Ma vie entière, j'ose le dire, a été un serment ininterrompu à la liberté. De Pasquale de Paoli
  • La liberté ne peut-être l'objet d'un serment, puisqu'elle en est le fruit. De Jacques de Bourbon Busset / Tu ne mourras pas
  • On voit bien que l'optimisme veut un serment. Quelque étrange que cela paraisse d'abord, il faut jurer d'être heureux. De Alain
  • Les poèmes aideront à passer avec soi et d'autres êtres le nécessaire serment de fidélité à la vérité de la vie. De Yves Bonnefoy / Le monde de l'Éducation - Septembre 1999
  • WASHINGTON (awp/afp) - La Federal Trade Commission (FTC), une agence fédérale américaine chargée de faire respecter la concurrence, envisage de faire déposer sous serment Mark Zuckerberg et Sheryl Sandberg, respectivement numéro un et deux de Facebook, le premier réseau social au monde, selon le Wall Street Journal. , Une agence fédérale envisage d'entendre sous serment les dirigeants de Facebook | Zone bourse
  • À chaque équinoxe d’automne, les habitants du village lancent dans la rivière des lampions sensés, au terme d’un long voyage, rejoindre les étoiles. Quatre jeunes garçons font le serment de suivre à bicyclette les lumières, sans jamais faire demi-tour, ni regarder en arrière. Trois ont tôt fait de renoncer. Il ne reste plus que Ben et un gamin qui les a suivis à distance. Nathaniel est jugé par les ténors de la classe trop gentil, trop candide, trop généreux, un gars à fuir. Il les a entendu jurer et s’est engagé à aller, lui aussi, jusqu’au bout. Ben fait compte bonne fortune bon cœur, il apprécie avoir un compagnon, tout en gardant ses distances. L’enfance est cruelle. Les cyclistes franchissent le pont du Canyon au crapaud et basculent dans un univers fantastique. Benzine Magazine, Le Serment des lampions : place à l’enfance et à la grande aventure ! - Benzine Magazine
  • Comme pour les médecins qui ont le Serment d’Hippocrate, un code de déontologie morale et professionnelle, les ministres désignés pour servir l’Etat, devraient eux aussi, avoir leur serment. Appelons-le «Serment d’intégrité». Le360.ma, «Serment d’intégrité» | www.le360.ma
  • Sundar Pichai (Alphabet, maison-mère de Google), Tim Cook (Apple), Mark Zuckerberg (Facebook) et Jeff Bezos (Amazon) ont pris part, à distance certes mais sous serment, à une audition historique, mercredi 29 juillet. Les dirigeants des quatre géants du numérique, pesant à eux seuls environ 5 000 milliards de dollars, ont répondu aux questions de la commission judiciaire de la Chambre des représentants, au terme d'une enquête sur de potentiels abus de position dominante, qui aura duré un an. Clubic.com, Les GAFA face au Congrès américain : notre recap d'une audition historique sous serment
  • L’événement est bien perçu comme un acte fondateur par les Français. Du coup, la mémoire collective exige des témoins à cette union de la nation. Ce sera David, pourtant absent de Versailles ce jour-là. Quand commence-t-il à y travailler ? En juin 1790, on commémore le premier anniversaire du serment. En octobre, la société des Amis de la Constitution, désormais sise à Paris dans l’ancien couvent des Jacobins, lance une souscription pour « perpétuer le plus utile monument de courage et de patriotisme qu’aucun siècle ait jamais produit », et le député Dubois-Crancé, dans un discours écrit par le peintre lui-même, propose David : « Nous avons choisi pour animer notre pensée sur la toile l’auteur de Brutus et des Horaces, ce Français patriote dont le génie a devancé la Révolution ». « On m’a ravi le sommeil pour une suite de nuits », s’exclame le génie sollicité. Les croquis d’un carnet conservé montrent qu’en réalité David songe à ce tableau depuis le printemps. Connaissance des Arts, Le Serment du Jeu de Paume de David : étude d'un chef-d’œuvre | Connaissance des Arts

Images d'illustration du mot « serment »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « serment »

Langue Traduction
Anglais oath
Espagnol juramento
Italien giuramento
Allemand eid
Chinois 誓言
Arabe حلف
Portugais juramento
Russe присяга
Japonais 誓い
Basque zin
Corse ghjuramentu
Source : Google Translate API

Synonymes de « serment »

Source : synonymes de serment sur lebonsynonyme.fr

Serment

Retour au sommaire ➦

Partager