La langue française

Poupée

Sommaire

  • Définitions du mot poupée
  • Étymologie de « poupée »
  • Phonétique de « poupée »
  • Citations contenant le mot « poupée »
  • Images d'illustration du mot « poupée »
  • Traductions du mot « poupée »
  • Synonymes de « poupée »

Définitions du mot poupée

Trésor de la Langue Française informatisé

POUPÉE, subst. fém.

I.− [Avec réf. explicite au corps hum., au visage enfantin]
A.−
1. Figurine représentant généralement un enfant ou un bébé, destinée à l'amusement des enfants. Comme les oiseaux font un nid avec tout, les enfants font une poupée avec n'importe quoi (Hugo, Misér.,t. 1, 1862, p. 488).La mère s'oubliait à penser tout haut, tournant et retournant sa fille comme une poupée de carton (Zola, Pot-Bouille,1882, p. 37).Les assiettes d'un ménage de poupée, grandes comme des marguerites (Colette, Mais. Cl.,1922, p. 33):
1. Nous savons par les auteurs anciens que, vers la fin des Saturnales, il était d'usage de se faire de petits cadeaux consistant en cierges de cire et en petites figurines en terre cuite servant à l'amusement des petits enfants. Les collections du musée du Louvre présentent un grand nombre de ces jouets primitifs, et c'est évidemment dans cette coutume qu'il faut voir l'origine des poupées. D'Allemagne, Hist. jouets,1902, p. 96.
SYNT. Jouer à la poupée; bercer, coiffer, coucher, habiller sa poupée; parler à sa poupée; chambre, garde-robe, malle, mobilier, service, trousseau, voiture de poupée; poupée de bois, de celluloïd, de chiffon, de cuir, d'ivoire, de papier mâché, de plastique, de son, de terre cuite; poupée mécanique, parlante; poupée articulée, incassable; poupée de collection; poupée à tête de porcelaine; poupée à bouche fermée, à bouche ouverte.
En partic. Figurine représentant une personne adulte, mince, élancée. C'est elle [la firme Mattel] qui a donné au monde « Barbie », la poupée sexy, celle qui oblige les parents à acheter systématiquement, pièce par pièce, les amis, les frères et sœurs, les robes et les gadgets qui forment l'indispensable entourage de la pin-up boule de neige (Le Nouvel Observateur,29 mars 1967, p. 24, col. 1).
2. P. anal.
a) [Relativement à l'aspect physique de la poupée]
[À propos d'une pers. et notamment à propos d'une femme] Bouche, yeux de poupées. Sur son corps émacié et contrefait, elle avait une délicieuse tête de poupée, une petite face ronde et blême d'une exquise délicatesse (Zola, Fortune Rougon,1871, p. 124).
Visage, face, figure de poupée. Visage, face, figure dont l'ovale, les traits délicats, la bouche, les pommettes, le teint, l'expression rappellent le visage d'une poupée. J'avais saisi du premier coup d'œil cette figure de poupée avec son teint de cire rose et le sourire insupportable de sa jolie petite bouche en forme de cerise (Vigny, Mém. inéd.,1863, p. 164).MmeLétourneau, toute ronde, petite, avec un doux visage blond de poupée, des yeux clairs à fleur de tête (Roy, Bonheur occas.,1945, p. 156).Péj. Visage sans expression. Ses grands yeux bleus faïence et son insipide face de poupée (Lorrain, Sens. et souv.,1895, p. 251).
Empl. adj. [En parlant d'une pers.] Il est pâlot, très joli, toujours un peu poupée. Un garçonnet en sucre (Colette, Cl. Paris,1901, p. 255).
[Souvent avec valeur hypocor., s'adressant à une petite fille, à une jeune fille] Synon. poupette.Cette seule pensée d'épouser quelqu'un que j'ai vue poupée me paraît comique comme l'idée d'accoupler deux joujoux (Fromentin, Dominique,1863, p. 229).Mademoiselle Afchin, alors une délicieuse poupée d'une dizaine d'années (...) venait souvent chercher son père (A. Daudet, Nabab,1877, p. 131).C'est comme si, pendant un temps, j'étais mort. Essuyez-moi le cou, car je ne puis pas remuer la main. C'est cela, poupée (Claudel, Ville,1893, i, p. 326).
Loc. De poupée
[En parlant d'une réalisation hum.] Qui est de taille ou d'envergure très petite. Maison, village de poupée. Je travaille tous les jours à mon petit Trianon : je brouette des cailloux, j'arrache et je plante du lierre, je m'éreinte dans un jardin de poupée (Sand, Corresp.,t. 3, 1853, p. 371).Luther évoque ces maniaques qui se cherchent des péchés de poupée, par peur de vivre quelques instants sans la conscience morose du péché (Mounier, Traité caract.,1946, p. 700).
[En parlant d'une partie du corps] Synon. poupin.Doigts, bras, jambes, mains de poupée. C'était un être tout petit, une sorte de ludion à l'œil vif (...) Il bombait un torse de poupée sous un éternel gilet de flanelle rayée (Vialar, Rose mer,1939, p. 29).V. mince I A 2 b ex. de Frapié.
b) [Relativement à la fonction ludique de la poupée]
Personne que l'on traite comme un jouet. Il avait vécu libre depuis son enfance, fils d'un père qui ne l'aimait point trop et savait s'amuser autrement qu'en faisant de son fils sa poupée (Stendhal, H. Brulard,t. 1, 1836, p. 290).C'était ma poupée, je le pliais à mes caprices, je pouvais le mettre à l'épreuve (Sartre, Mots,1964, p. 121).
Loc. Faire sa poupée (de qqc.). Prendre du plaisir à s'occuper de quelque chose, à le parer, à l'embellir. Il revint, s'engoua encore davantage; son esprit, naturellement médiocre, se plaisait en ces mille occupations qu'il voyait naître de toutes parts, de manière que, peu à peu, il se reprit à faire sa poupée de l'hôtel Beaujon (Bourges, Crépusc. dieux,1884, p. 95).
3. P. ext.
a) Figurine humaine, richement habillée, jouant un rôle dans la décoration intérieure. Poupée de lit; poupée folklorique, régionale. Une poupée en grand costume du Directoire, ornée d'un chapeau à plume, les jambes enveloppées dans un vaste pantalon flottant (D'Allemagne, Hist. jouets,1902, p. 118):
2. ... si un trognon de chou peut représenter tous les bébés du monde, une Bretonne bien habillée ne sera jamais qu'une Bretonne et qu'une fille : de là le succès des poupons et des « baigneurs ». Les poupées de salon ne sont pas des poupées pour fillettes. Jeux et sports,1967, p. 83.
Au plur. Poupées russes ou poupées(-)gigognes. Figurines en bois vivement colorées, de forme semblable, s'emboîtant les unes dans les autres. Ces poupées russes emboîtées les unes dans les autres qui donnent le sentiment de l'infini (N. Avril, Jeanne,1984, p. 101).Deux organisations (...) semblent fonctionner comme des poupées-gigognes, agissant alternativement au Liban et en Europe, selon l'évolution du rapport de forces au Moyen-Orient, quitte à se servir mutuellement de couverture téléphonique, dans leurs contacts avec la presse (Libération,25 mars 1985, p. 29, col. 1).
b) Figurine humaine rituelle, culturelle ou magique. Piquer des poupées. Par sa danse, qui tourne en rond, il [le sorcier] tisse une trame maléfique autour de la poupée qui sert à l'envoûtement (Lifar, Traité chorégr.,1952, p. 121).Lorsque Kennedy sera assassiné, Papa Doc laissera publiquement éclater sa joie et se vantera même d'y être pour quelque chose : « Je lui ai jeté un sort. » Comment? Mais c'est bien simple : avec une poupée et des épingles! (L'Événement du Jeudi,12 juin 1986, p. 41, col. 3).
c) Poupée gonflable. Enveloppe de caoutchouc qui, remplie d'air, a le volume et les formes d'une femme nue grandeur nature et sert de partenaire sexuelle. [dans le quartier des boîtes de nuit et des sex-shops d'Amsterdam] dans un fouillis de phallus et de poupées gonflables (...), les patrons exploitaient en toute quiétude leur fonds de commerce (Libération,8 août 1984, p. 12, col. 1).
d) HIST. DES MODES. Petit mannequin au corps de femme servant à présenter la mode, les nouveautés; mannequin des tailleurs. Poupée de mode; poupée de colporteur; poupée de la rue Saint-Honoré. Une armée de mannequins sans tête et sans jambes, n'alignant que des torses, des gorges de poupée aplaties sous la soie (Zola, Bonh. dames,1883, p. 780).Ils vont lui raser la tête et c'est une chose affreuse à penser qu'elle deviendra semblable aux poupées des modistes (A. France, Rôtisserie,1893, p. 284).
e) Figurine servant de but au tir. Abattre, décapiter la/une poupée. Je tire fort bien, je casse neuf poupées sur douze (Stendhal, Souv. égotisme,1832, p. 114).Il lâcha la détente. La poupée fut nettement décapitée (Baudel., Poèmes prose,1867, p. 198).
P. métaph. S'il [l'épicier] s'avisait de lire les livres qu'il vend en feuilles dépareillées, s'il allait entendre les symphonies de Berlioz au Conservatoire (...) s'il feuilletait Cousin, s'il comprenait Ballanche, ce serait un dépravé qui mériterait d'être la poupée éternellement abattue, éternellement relevée, éternellement ajustée par la saillie de l'artiste affamé (Balzac, Œuvres div.,t. 2, 1840, p. 18).
f) Vieilli. Figure qui se trouve à l'avant d'un bâtiment à voiles. Synon. figure de proue.On nomme poupée dans les îles normandes la figure taillée dans la proue, statue de bois sculptée à peu près. De là, pour dire naviguer, cette locution locale, être entre poupe et poupée (Hugo, Travaill. mer,1866, p. 114).
B.− P. anal.
1. Femme jolie, parée, élégante; qqf. avec valeur dépréc., femme oisive, qui n'a d'autre souci que celui de sa toilette et qui est frivole, enfantine, immature. Poupée de luxe, du beau monde, de salon. Les poupées sentimentales et musquées qui, sous Louis XV, ne pouvaient voir une araignée sans s'évanouir (Stendhal, Racine et Shakspeare,t. 1, 1823, p. 41).Quelques-uns avaient une femme, une poupée, couverte de bijoux, de robes de prix, qu'ils montraient comme une enseigne, une garantie (Peisson, Parti Liverpool,1932, p. 167):
3. Une gracieuse poupée, agréable à conduire, qui vous fait honneur dans le monde, avenante, qui pique et réveille le goût par la perfection et les renouvellements de sa toilette, voilà ce que le fiancé va trouver, et, ma foi, je crois qu'il eût été embarrassé s'il eût trouvé quelque chose de plus. Taine, Notes Paris,1867, p. 193.
Empl. adj. Je ne suis pas aussi petite fille, aussi frivole, aussi poupée que vous l'imaginez (L. Daudet, Am. songe,1920, p. 76).
2. Populaire
a) Fam. Jeune femme jolie, fraîche, mignonne. Synon. pépée, nana.Une belle, une chouette poupée. Un qui fut étonné, ce fut lui, Petit-Pouce, lorsqu'il eut aperçu Pierrot avec une poupée à côté de lui (Queneau, Pierrot,1942, p. 27).Marco, avec au bras une poupée qui semblait assez gironde de loin (Simonin, Touchez pas au grisbi,1953, p. 142):
4. ... il se mit à raconter : Paris (...) l'Opéra (...) la Bastille (...) et la Place Pigalle (...) et les monuments (...) et les voitures, les autos, les théâtres, les cafés, les dancings, les poupées, et l'argent plein les poches. Vialar, Faux fuyants,1953, p. 116.
[Souvent avec valeur hypocor.] Faut pas t'en faire, poupée : il en viendra d'autres. Un de perdu, dix de retrouvés (Sartre, Mort ds âme,1949, p. 133).Peter : À quoi ça sert tout ça, puisqu'on est bien ensemble? (Il la serre encore plus fort contre lui.) Hein, ma poupée! Temple : Ne m'appelle pas comme ça (Camus, Requiem,1956, 2epart., 5etabl., p. 885).
En partic.
Péj. Vieille poupée. Personne âgée qui s'habille ou se maquille d'une façon ridicule pour son âge. La vieille poupée elle en râlait dans sa voilette! (Céline, Mort à crédit,1936, p. 487).
Loc., souvent péj. [Sert à désigner une femme, ou plus rarement, un homme qui met beaucoup de soin (ou trop de soin) dans sa parure] (C'est) une vraie poupée. (Dict. xixeet xxes.).
b) Populaire
Maîtresse, concubine. Je m'en fus rue Saint-Honoré Pour y trouver ma poupée Je lui dis ma petite femme Au bal veux tu v'nir danser [Chanson d'un troupier] (Vidal, Delmart, Caserne,1833, p. 344).
Femme aguichante qui cherche l'aventure; prostituée. [Il faut] camper toutes ces poupées là à la porte (Vidal, Delmart, Caserne,1833p. 167).
Poupée à ressorts. Synon. de prostituée (d'apr. Hautel t. 2 1808; également chez Larch. 1880 et Delvau 1883 avec chez ce dernier le sens de « concubine »).
II.− P. anal. (de forme ou d'aspect)
A.− Fam. Pansement entourant un doigt malade. Range-le [le couteau], ordonne-t-elle, quand tu te seras fait une entaille à un doigt (...) je serai obligée de te mettre une poupée (Vialar, Clara,1958, p. 135).
B.− Vieilli. Chanvre peigné dont on garnit le fuseau à filer. Un coup de pistolet mit le feu à une petite provision de chanvre en poupées, placée sur une claie au plafond (Sand, Mare au diable,1846, p. 191).
C.− Spécialement
1. ARBORIC. Masse de terre argileuse mêlée de mousse ou de foin, entourée de chiffon ou de paille, que l'on place autour des greffes. Enter en poupée. (Dict. xixeet xxes.).
2. GÉOL., le plus souvent au plur. Poupées (du loess). Concrétions calcaires de forme allongée, le plus souvent disposées verticalement, éparses dans le loess, formées à la suite de l'infiltration des eaux. On voit, sous cet épiderme [limoneux du loess alsacien], des couches friables d'un jaune clair où le calcaire dissous à la surface se retrouve sous forme de concrétions ou poupées (Vidal de La Bl., Tabl. géogr. Fr.,1908, p. 227).
3. GRAV. Petit tampon servant à encrer une planche en taille-douce. Encrage, tirage à la poupée. L'encrage [dans les presses typographiques] se faisait à l'aide de balles rappelant les poupées de nos graveurs en taille-douce (Civilis. écr.,1939, p. 8-9):
5. ... on se sert d'un seul cuivre qui, au moment de l'encrage, reçoit toutes les couleurs à la fois : c'est le procédé d'impression à la poupée [it. ds le texte], du nom du petit tampon utilisé pour repartir les couleurs sur le cuivre... Dacier1944, p. 9.
4. MÉCAN. Chacun des organes d'une machine-outil qui maintient ou guide la rotation d'une pièce tournante. Poupée fixe et poupée mobile d'un tour; poupée et contre-poupée d'une fraiseuse. L'arbre du tour [à bois] est terminé d'un côté par un nez fileté sur lequel on peut visser soit un plateau rainuré, soit une pointe. Dans ce dernier cas, on dispose sur le banc, en face de la poupée fixe, une poupée mobile (Gorgeu, Machines-outils,1928, p. 143).Le maître [meunier] perçait, au millimètre près, les cavités centrales où s'engagent les pointes des poupées (La Varende, Tourmente,1948, p. 108).V. contre-pointe 2 ex. de Gorgeu.
En partic., TRANSP. MAR. Poupée (de treuil, de guindeau). ,,Bloc de bois ou de fer fixé à l'extrémité d'un treuil ou d'un guindeau et sur lequel on tourne les manœuvres que l'on veut virer`` (Gruss 1978). Les « dockers » remplissent de multiples emplois répondant à des dénominations parfois pittoresques, telles que : conducteurs de grues et de treuils, hommes de poupée (...), décrocheurs ou déclancheurs de bennes (M. Benoist, Pettier, Transp. mar.,1961, p. 174).
5. TABACS. Partie interne du cigare, constituée de l'élément central ou tripe revêtu de la sous-cape. Hommes et femmes s'appliquent avec dextérité, dans de vastes ateliers à composer la poupée, ou tripe du cigare (Le Monde loisirs,2 juin 1984, p. v, col. 4).
REM. 1.
Poupetier, subst. masc.Fabricant de poupées. Au XVIIIesiècle, en France le poupetier était surtout un modeleur. Les poupées étaient coulées ou pressées dans des moules et, dans beaucoup de cas, le poupetier cherchait d'autres ressources (...); notamment il allait modeler dans les hôtels et les palais, des ornements de plafond ou de corniches (Alleau1964, ap 415).Avant que l'industrie du jouet n'impose le caoutchouc (poupées Good-year, 1851) et le celluloïd (1880), les poupetiers avaient utilisé successivement le papier mâché recouvert de cire (1810) et la gutta-percha (1850) (Encyclop. gén. Hachette,t. 10, 1977, p. 3594).
2.
Poupette, subst. fém.,fam., synon. (supra I B 2 a).[Avec valeur hypocor., à l'adresse d'une jeune femme ou d'une petite fille; p. plaisant. chez Céline] Les autres merdeux des rayons, ça les faisait marrer (...), la vitesse que j'atteignais pour passer d'un étage à l'autre (...). À peine que j'étais descendu qu'on me refilait un autre paquesson!... Vas-y poupette! Je te connais bien! (Céline, Mort à crédit,1936, p. 164).
Prononc. et Orth. : [pupe]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) Fin xies. popede « paquet de lin sérancé » (Raschi Gl., éd. A. Darmesteter et D. S. Blondheim, t. 1, no842); 1396 poupee (Arch. Nat., JJ 151, pièce 9 ds Gdf. Compl. : une poupee de lin); b) 1600 hortic. enter en poupee (O. de Serres, Theatre d'Agric., VI, 21, p. 656); c) 1611 « pièce d'un tour qui maintient l'objet à travailler » (Mém. de la Sté de l'hist. de Paris, 1916, p. 77 : ung tour de boys garny de deux poupées); d) 1690 « pansement entourant un doigt blessé » (Fur.); e) 1895 grav. « tampon servant à encrer une planche en taille-douce » (Guérin Suppl.); f) 1900 « partie d'un cigare » (Nouv. Lar. ill. t. 3, s.v. cigare); 2. ca 1269-78 popee « petite figure humaine servant de jouet ou de décoration » (Jean de Meung, Rose, éd. F. Lecoy, 14082); 3. a) fin xives. poupée fig. « personne enfantine, immature » (Froissart, Chron., éd. L. et A. Mirot, t. 13, p. 214 : celle poupée le duc d'Irlande); b) déb. xvies. « femme jolie, parée, coquette » (Réformation des Dames de Paris ds A. de Montaiglon, Rec. de poés. fr. des XVeet XVIes., t. 8, p. 251 : On vous nomme de Paris les poupées); c) 1808 poupée à ressorts « prostituée » (Hautel); 4. 1396 « mannequin sur lequel on essaie ou présente des chapeaux, des vêtements » (Compte de Charles Poupart, argentier du Roy, ms. BN fr. 20684, p. 473 cité par L. Mirot ds Mém. de la Sté de l'hist. de Paris, t. 29, p. 155 : A Robert de Varennes, brodeur et valet de chambre du Roi, pour poupées et mainages d'icelles, delivrées le 9 octobre 1396, pour la royne d'Angleterre); 5. 1832 « figurine servant de but au tir » (Stendhal, Souv. égotisme, p. 114); 6. 1903 géol. poupées du loess (Nouv. Lar. ill.). Dér., au moyen du suff. -ée*, d'un représentant du lat. pop. *pŭppa, issu du lat. pūpa « petite fille; poupée », avec redoublement expr. (FEW t. 9, pp. 606-607; pour une autre hyp., v. J. Orr ds R. Ling. rom. 1963, t. 27, pp. 295-321 et 1965, t. 29, pp. 2-14). Fréq. abs. littér. : 896. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 463, b) 2 437; xxes. : a) 1 745, b) 1 059. Bbg. Baldensperger (F.). Notes lexicol. Fr. mod. 1938, t. 6, p. 255.

Wiktionnaire

Nom commun

poupée \pu.pe\ féminin

  1. Figurine de forme humaine qui sert de jouet aux enfants.
    • Acheter une poupée.
    • Un enfant qui joue avec sa poupée, qui habille sa poupée, qui coiffe sa poupée.
    • Cette jeune fille n’est pas en âge d’être mariée, elle joue encore à la poupée.
    • Deux ou trois ans plus tard, quand je lirai l’histoire de Cosette dans les « morceaux choisis » de l’école, j’apprendrai que la contemplation éblouie d’une poupée peut à elle seule tenir lieu de « jeu ». — (Mona Ozouf, Composition française, Gallimard, 2009, collection Folio, page 108)
  2. Coquette, celle ou même de celui qui prend trop de soin de sa personne.
    • Elle en aura fait, non pas de ces petites poupées gentilles qui savent charlestonner, pianoter, se servir avec art de la poudre de riz et du rouge, mais sont incapables de faire un pot-au-feu réussi. — (La Réforme sociale, vol. 88, 1928, page 315)
    • C’est une vieille poupée, se dit dans le même sens d’une personne plus que mûre qui use d’artifices de coquetterie ridicules à son âge.
    • C’est un visage de poupée se dit d’une Personne dont le visage est trop apprêté et manque d’expression.
  3. Mannequin sur lequel on essaie des chapeaux de femme.
  4. Figure qui sert de but, dans les endroits où l’on s’exerce à tirer au pistolet.
    • Abattre la poupée.
  5. (Familier) Pansement dont on entoure un doigt blessé.
    • Ce fut une belle et mémorable entrée, au seuil de la pièce où l'on était attablé, ce soir-là, que celle du marquis et de la marquise de Chamarante tenant, chacun par une sangle, une grosse poupée, accoutrée – mais en des proportions pantagruéliques – à la façon de celles que l'on improvise autour d'un doigt atteint de panaris. — (René Boylesve, La leçon d’amour dans un parc, Calmann-Lévy, 1920, réédition Le Livre de Poche, page 103)
  6. (Agriculture) Greffe entourée d’un mélange de terre et de mousse ou de foin, et de bandes de chiffons.
    • Greffer en poupée.
  7. (Gravure) Petit tampon qui sert à poser des couleurs différentes sur une planche de gravure.
    • Colorier une planche à la poupée.
  8. (Affectueux) Nom affectueux pour s’adresser à une femme.
    • Ma poupée, ma poupée chérie, pour sûr tu mets du piment dans ma vie. — (Walter Kolbenhoff, Les sous-hommes, 2000)
  9. (Affectueux) Terme affectueux pour s’adresser à un petit enfant.
    • Elle renversait Lucien, elle le chatouillait en disant : « Ma petite poupée. » — (Jean-Paul Sartre, L’enfance d’un chef, 1938)
  10. (Vieilli) Figure de proue, sculpture qui orne la proue d’un navire.
    • Martineau se pencha un moment pour apercevoir les traits de la figure de proue, la poupée dont la barque était si fière, étant l’une de celles qui portent encore femmes à tétons sur leur avant. — (Gilbert Dupé, La Figure de Proue, Éditions Ancre de Marine, 2001, page 16)
  11. (Sport) Extrémités des branches d’un arc auxquelles est attachée la corde.
  12. (Régionalisme) (Agriculture) Épi de maïs.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

POUPÉE (pou-pée) s. f.
  • 1Petite figure humaine de carton, de bois, de cire, etc. qui sert de jouet aux petites filles. Les enfants n'ont l'âme occupée Que du continuel souci Qu'on ne fâche point leur poupée, La Fontaine, Fabl. IX, 6. Quoiqu'elles [mes lettres] ne méritent point tout l'honneur que vous leur faites, je crois qu'après avoir gardé celles que je vous écrivais quand vous faisiez des poupées, vous garderez encore celles-ci, Sévigné, à Mme de Grignan, 15 nov. 1671. Elle n'est rien encore, elle est toute dans sa poupée, elle y met toute sa coquetterie, elle ne l'y laissera pas toujours ; elle attend le moment d'être sa poupée elle-même, Rousseau, Ém. v.

    Le temps de poupée, l'enfance des filles. Mme de Maintenon avait résolu d'attacher assez la duchesse de Bourgogne pour en pouvoir amuser le roi, sans crainte qu'après le temps de poupée passé, elle pût lui devenir dangereuse, Saint-Simon, 38, 185.

    Elle se tient comme une poupée, se dit d'une femme qui craint, en remuant, de déranger sa toilette.

    C'est un visage de poupée, se dit d'une jeune personne dont le visage est mignon ou coloré, ou dont le visage n'a pas plus d'expression que la face d'une poupée. Avec son chaperon, sa mine de poupée, Régnier, Sat. X.

    Fig. Il en fait sa poupée, se dit d'un homme qui s'occupe avec complaisance soit d'une personne, soit d'une chose, qui s'en amuse en la parant, en l'embellissant. Le roi et Mme de Maintenon firent leur poupée de la princesse [duchesse de Bourgogne], Saint-Simon, 41, 234. Le roi faisait sa poupée de son régiment, entrait dans tous les détails comme un simple colonel, Saint-Simon, 150, 192.

    Sa poupée en sait autant qu'elle, c'est-à-dire elle est d'une ignorance, d'une ingénuité extrême.

    Jouer à la poupée, se dit au propre d'une enfant qui joue avec sa poupée, et fig. d'une jeune fille demeurée plus simple et plus naïve que ne comporte son âge.

  • 2Une personne fort parée, homme ou femme. J'espère que Fronsac ne vous embarrassera pas plus que de raison ; c'est la plus aimable poupée qu'on puisse voir, Maintenon, Lett. au duc de Noailles, 22 mai 1711. Ne verrai-je jamais les femmes détrompées De ces colifichets, de ces fades poupées, Qui n'ont pour imposer qu'un grand air débraillé ? Regnard, le Joueur, I, 2. Ma mère m'a toujours regardée comme un être pensant dont il fallait cultiver l'âme, et non comme une poupée qu'on ajuste, qu'on montre et qu'on renferme le moment d'après, Voltaire, Dial. 12. Toutes ces poupées sortent de chez la même marchande de modes, Rousseau, Hél. II, 21.

    C'est une vieille poupée, se dit d'une personne âgée qui n'a pas la maturité convenable à son âge ou à son état. C'est, dit Thalie, à son rouge trompée, Apparemment quelque jeune Napée, Qui court en masque au bas de ce vallon. - Vous vous trompez, lui répond Apollon ; C'est tout au plus une vieille poupée En manteau court, Rousseau J.-B. Rond. épigr.

    Poupée se dit aussi d'une femme qui est sans animation et sans expression. Que voulez-vous ? la nature en avait fait une poupée dès son enfance, et poupée jusqu'à la mort resta la blanche Whittnell, Hamilton, Gramm. 13.

  • 3Espèce de mannequin sur lequel on essaye des chapeaux, des vêtements, ou sur lequel on les place quelquefois pour les envoyer, comme modèles, dans les pays étrangers. Je ferai coiffer une poupée pour vous l'envoyer, Sévigné, 36.
  • 4Petite figure en plâtre qui sert de but dans les tirs. Abattre une poupée. Il a cassé trois poupées de suite.
  • 5Paquet d'étoupes dont on garnit le fuseau.
  • 6 Terme de jardinage. Manière d'enter, ainsi dite parce qu'on entoure la greffe de linge. Enter en poupée.
  • 7Doigt malade et entortillé d'un linge.
  • 8Chiffon de toile à l'aide duquel on fait boire les veaux.
  • 9 Terme de tourneur. Poupées d'un tour, deux pièces de bois, égales en longueur et en grosseur, au bout desquelles sont enclavées les deux pointes de fer qui servent à soutenir la matière du travail ; ainsi dites, parce qu'elles étaient surmontées de figures.
  • 10Dans les bateaux on nomme poupées, le prolongement de certaines courbes qui s'élèvent au-dessus des bordages. On enroule des cordes autour de ces poupées pour fixer le bateau.
  • 11Dans la manufacture de tabacs, réunion de manoques liées au sommet.
  • 12Poupées d'eau, nom d'une sorte de clous. Poupées d'eau, raquettes, rosettes ou clous à selliers, etc. Décl. du roi, nov. 1664. Tarif.

HISTORIQUE

XIIIe s. Vesci une legiere poupée [dessin, modèle] d'uns estaus, De Laborde, Ém. p. 465. D'aornemens envelopée Por notant fust une popée, la Rose, 14312.

XIVe s. À Robert de Varennes, brodeur et varlet de chambre du roy, pour poupées et mainages d'icelles pour la royne d'Angleterre…, De Laborde, Émaux, p. 465. Une ou deux poupées de lin ou de chanvre, Du Cange, popera.

XVe s. Le roi est jeune ; si croit jeunement… mieux lui vaudroit… de croire ses oncles… que celle poupée le duc d'Irlande, Froissart, II, III, 62.

XVIe s. L'enfant, selon sa petitesse, aime les pommes, les poires, les poupées… mais en croissant, aime les poupines vives [les femmes], Marguerite de Navarre, Nouv. XIX. Et afin que l'argile tienne bon, l'on l'environnera avec des drappeaux… faisant de l'ente comme une poupée, dont le nom est venu à l'ente, De Serres, 663.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

POUPÉE, s. f. (Hist. anc. & mod.) Ce jouet des enfans étoit fort connu des Romains ; leurs poupées étoient faites d’ivoire, de plâtre ou de cire, d’où vient le nom de plaguncula que leur donne Cicéron dans ses lettres à Atticus. Les jeunes filles nubiles, dit Perse, alloient porter aux autels de Vénus les poupées qui leur avoient servi d’amusement dans le bas âge. Veneri donatæ à virgine puppæ. Peut-être vouloient-elles faire entendre par cette offrande à la déesse des amours, de leur accorder de jolis enfans, dont ces poupées étoient l’image ; ou plutôt encore cette consécration de leurs poupées indiquoit qu’elles quittoient ces marques de l’enfance, pour se dévouer aux occupations sérieuses du ménage. C’est ainsi que les garçons, lorsqu’ils entroient dans les fonctions publiques de la société, déposoient la robe de l’enfance, & prenoient celle de l’adolescence. Aussi les Romains donnoient le nom de puppa & pupula aux jeunes filles, comme nous l’apprend Martial dans ce vers satyrique :

Puppam se dicit Gallia cùm sit anus.

De-plus, ils ensevelissoient leurs enfans morts avec leurs poupées & leurs grelots ; les Chrétiens les imiterent, & de-là vient qu’on a trouvé dans des tombeaux des martyrs près de Rome, de ces sortes de petites figures de bois & d’ivoire parmi des reliques & des ossemens d’enfans baptisés.

L’usage des poupées a passé jusqu’à nous ; & c’est si bien notre triomphe, que je ne crois pas que les Romains eussent de plus belles poupées que celles dont nos Bimblotiers trafiquent. Ce sont des figures d’enfans si proprement habillées & coëffées, qu’on les envoie dans les pays étrangers pour y répandre nos modes. S. Jérôme conseilloit de donner aux enfans pour récompense, outre les douceurs qui pouvoient flatter leur goût, des brillans & des poupées. Ce moyen n’est certainement pas le meilleur à pratiquer dans la bonne éducation ; mais nous l’avons préféré à tous les sages conseils de Locke. Cependant un philosophe pourroit tirer parti des poupées, toutes muettes qu’elles sont : veut-il apprendre ce qui se passe dans une maison, connoître le ton d’une famille, la fierté des parens, & la sottise d’une gouvernante, il lui suffira d’entendre un enfant raisonner avec sa poupée. (D. J.)

Poupée, (Tourneur.) qu’on auroit mieux fait d’appeller porte-pointe, est la partie du tour qui porte les pointes ou pivots sur lesquels on tourne l’ouvrage ; ou les lunettes par où passe l’axe du tour à la lunette. Voyez au mot Tour & les fig.

Fausses poupées sont des pieces de fer qui font partie du tour figuré ; elles sont attachées en-travers de la grande rainure de l’établi par des gougeons qui en traversent l’épaisseur, & qui sont retenus avec des vis par-dessous. Au milieu de la fausse poupée est un écrou par où passe une vis qui a une pointe à son extrémité ; c’est sur cette pointe que porte l’axe DD du tour figuré Pl. IV. A la partie supérieure de la fausse poupée sont deux oreilles qui sont traversées par des vis, dont l’usage est de fixer quand on veut les vraies poupées qui passent entr’elles. Voyez Tour figuré, & les Pl. III. & IV. du tour.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « poupée »

Du latin pupa (« petite fille », « poupée ») dont est aussi issu pupille.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Wallon, popp, poupp ; d'une forme latine fictive, pupata, dérivé du latin pupa, petite fille et poupée.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « poupée »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
poupée pupe

Citations contenant le mot « poupée »

  • L’acteur ne peut pas faire le boulot tout seul, de même que le metteur en scène n’est pas là pour façonner sa poupée. De Vanessa Paradis / Première, novembre 2011
  • Les petite filles aiment les poupées Les petits garçons aiment les soldats Les grandes filles aiment les soldats Les grands garçons aiment les poupées. De Anonyme
  • Bénie soit la providence qui a donné à chacun un joujou : la poupée de l'enfant à la femme, la femme à l'homme, et l'homme au diable. De Victor Hugo
  • Les prières sont pour les hommes ce que sont les poupées pour les enfants. Elles ne manquent ni d'utilité, ni d'agrément, mais il est difficile de les prendre au sérieux. De Samuel Butler / Carnets
  • Les poupées jouent de la musique, mais elles ne peuvent entendre ce qu’elles jouent ; elles dansent, mais elles n’ont pas plaisir à danser. De Théodore Roszak / Les Mémoires d’Elizabeth Frankenstein
  • Il n’est pas souhaitable de dévoiler à la gent masculine que sous ses allures de poupée Barbie Superstar une femme peut cacher une grande intelligence. De Pedro Almodovar / Patty Diphusa : La Vénus des lavabos
  • Mattel, géant américain du jouet, a pâti du confinement. Mais il peut toujours compter sur son produit phare, les poupées Barbie, dont les ventes ont continué de croître. La Croix, La poupée Barbie ne connaît pas la crise
  • Accusée de mettre en valeur une image stéréotypée de la femme, la poupée mannequin est souvent critiquée. Avec son corps longiligne, elle transmettrait des valeurs loin d’être émancipatrices pour les petites filles. Pas si sûr, ont expliqué, sans provocation, des spécialistes des jouets dans l’émission Blockbusters. France Inter, Et si la poupée Barbie était… féministe ?
  • Je parie que même certains d’entre vous, les super fans de Madison Beer, ne savaient pas qu’elle avait fait tout cela avant l’âge de 21 ans. Et une autre chose que vous ne savez probablement pas est qu’elle a aidé au lancement de la franchise Monster High, en chantant son thème et même avoir une poupée qui porte son nom. Cool non? Betanews.fr, Les fans adorent la poupée Monster High de Madison Beer - saviez-vous qu'elle a chanté la chanson thème? - . - Betanews.fr
  • Mon ninja et moi commence sur une fausse piste. Dans une usine de jouets en Thaïlande, des enfants se tuent à la tâche pour fabriquer des poupées de guerrier ninja, sous la surveillance d’un patron violent. Troublé par la venue d’un client danois peu scrupuleux, l’un des jeunes ouvriers coud par mégarde l’écharpe à carreaux du visiteur. Une erreur qui lui sera fatale… La Croix, « Mon ninja et moi », la poupée qui dit non
  • Intervention pour le moins insolite, ce jeudi matin, pour les pompiers de Denain. Un peu avant 11 h, ils ont été appelés pour un corps, à moitié dénudé, qui paraissait giser inanimé dans un talus. Vérifications faites, il ne s’agissait pas d’un meurtre. Mais d’une poupée particulièrement réaliste ! La Voix du Nord, Denain: pas un corps à moitié dénudé, mais une poupée très réaliste!
  • Des centaines de poupées « adoptées » là au fil des ans par les époux Raoult, Michèle et Christian. Des représentantes de la gent féminine sans chair ni os amassées là depuis 1998, uniquement par passion. Mais qui expriment si bien les modes de vie de nos aïeuls à travers les décennies et cette vie en Lorraine que nous avons en grande partie oubliée. Tels ce descendant du biberon qui n’était alors qu’une bouteille surmontée d’un doigt de gant en peau ou ce buffet miniature signé Émile Gallé. Voire ce vase de Baccarat datant de l’époque de Louis XIV. , Un été en Lorraine | Le musée de la poupée de Neufchâteau, au bonheur des dames
  • Voici le synopsis de Syfy : « Après qu’une poupée Chucky d’époque se soit présentée dans un vide-grenier de banlieue, une ville américaine idyllique est plongée dans le chaos alors qu’une série de meurtres horribles commencent à révéler les hypocrisies et les secrets de la ville. Pendant ce temps, l’arrivée d’ennemis et d’alliés du passé de Chucky menace de révéler la vérité sur les meurtres, ainsi que les origines indéterminées de la poupée démoniaque, enfant apparemment ordinaire qui est devenu d’une certaine manière ce monstre notoire. » Toms Guide : actualités high-tech et logiciels, Chucky : l'horrible poupée revient en série TV en 2021, première mini bande-annonce
  • Selon l’artiste, la fabrication d’une poupée dure environ 10 heures. La taille de la plupart de ses poupées est de 12″. Demotivateur, Cette artiste a fabriqué elle-même une poupée Amigurumi
  • Actuellement ce sont plus de 30 charmantes poupées qui ornent la commune, principalement à Rulhe, le long de la rue principale. ladepeche.fr, Auzits. Des poupées grandeur nature ornent le village. - ladepeche.fr

Images d'illustration du mot « poupée »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « poupée »

Langue Traduction
Anglais doll
Espagnol muñeca
Italien bambola
Allemand puppe
Chinois 娃娃
Arabe دمية
Portugais boneca
Russe кукла
Japonais 人形
Basque panpina
Corse pupa
Source : Google Translate API

Synonymes de « poupée »

Source : synonymes de poupée sur lebonsynonyme.fr
Partager