La langue française

Pique

Sommaire

  • Définitions du mot pique
  • Étymologie de « pique »
  • Phonétique de « pique »
  • Citations contenant le mot « pique »
  • Images d'illustration du mot « pique »
  • Traductions du mot « pique »
  • Synonymes de « pique »

Définitions du mot pique

Trésor de la Langue Française informatisé

PIQUE1, subst. fém.

A. − Arme d'hast comportant une hampe généralement plus courte que celle de la lance et terminée par un fer plat et aigu. Le fer, la pointe d'une pique; la pique sur l'épaule, à la main; des coups de pique; une forêt de piques; soldats armés de (longues) piques; passer (qqn) par les piques; pique d'abordage (mar.). Elles virent passer une belle tête ornée de longs cheveux blonds au bout d'une pique, c'était celle de la malheureuse princesse de Lamballe (Sand, Hist. vie,t.1, 1855, p.82).Il brandissait une pique démesurée, épanouie par le bout comme un lotus (Flaub., Salammbô,t.1, 1863, p.108):
. ... à peine la fumée est-elle dissipée, qu'ils découvrent, de l'autre côté, qu'un nouveau mur s'est élevé, un mur de piques, de lances, d'épées, non moins meurtrier que le feu, et bien plus impénétrable. Cottin, Mathilde,t.2, 1805, p.262.
Demi-pique. Pique à manche court. Ils se partagent les demi-piques dont les licteurs étaient armés (Michelet, Hist. romaine,t.2, 1831, p.133).
P. méton.
Soldat armé d'une pique. Armée de mille piques; faire défiler les piques. (Dict. xixes., Nouv. Lar. ill., Lar. 20e).
Ancienne unité de mesure (équivalant à la longueur d'une pique ordinaire, soit environ 1,60 m). Il y a une pique d'eau dans ce fossé (Ac.1798-1935).Vieilli Être à cent, à mille piques au-dessus (au-dessous) de qqn, de qqc. Être très supérieur (inférieur) à quelqu'un, quelque chose. La supériorité logique des Anglais (...) les met à cent piques au-dessus de ces pauvres gobe-mouches d'Allemands qui croient tout (Stendhal, Corresp.,1800, p.11).Je mets à mille piques Monticelli au-dessus de Turner et Biard au-dessus d'Hogarth (Verlaine, Corresp.,1872, p.63).
Expr. vieillies
Vouloir mettre une pique en Flandre. [P. allus. aux difficultés éprouvées par la couronne d'Espagne lorsqu'elle voulut faire passer ses piquiers dans les Flandres] Tenter une chose extrêmement difficile. (Ds Nouv. Lar. ill.-Lar. Lang. fr.).
Négocier à la longueur de la pique. Négocier armé et à distance, avec des gens dont on se méfie. (Dict. xixes.).
B. − P. anal. (d'aspect)
1. Arme du picador; p.méton., coups, travail à la pique par le picador, et qui sont subis par le taureau. Le taureau avait reçu ses piques et les jeunes gens lui faisaient des passes de cape (Montherl., Bestiaires,1926, p.425).Le matador (...) brinde et dédie le taureau (...) qui a pris les piques réglementaires et les banderilles (Arnoux, Renc. Wagner,1927, p.80).
2. TECHNOL. Tige métallique dont se servent les paveurs pour étaler le sable entre les pavés. (Dict. xxes.).
3. Tout objet terminé par une pointe métallique affectant la forme d'un fer de pique; en partic., barreau vertical d'une grille terminé en pointe. Je n'ai guère eu à me servir de la pique ou de la pioche de mon piolet, et pourtant si je ne l'avais pas eu j'aurais hésité à faire la course (Annuaire du Club alpin fr. Année 1882,1883, p.192 ds Quem. DDL t.27).Le violoncelle repose sur une pique, tige d'acier pointue qui passe dans le bouton et dont on modifie la longueur avec une vis de serrage (Bouasse, Cordes et membranes,1926, p.310).On a élevé une croix de fer contre le mur; et sur ses bras terminés par des piques mal forgées, on a gravé en tout petits caractères une inscription (Pourrat, Gaspard,1931, p.52).
4. Synon. de piquant (v. ce mot III A).J'ai trouvé (...) un petit hérisson (...). Ce matin, mon ami courait dans le jardin (...) et toutes les piques de son dos reluisaient (A. France, P. Nozière,1899, p.251).
Prononc. et Orth.: [pik]. Homon. pic. Ac. 1694, 1718: picque; dep. 1740: pique. Étymol. et Hist.1. a) 1360-70 «arme formée d'une hampe garnie d'un fer plat et pointu» (Baudouin de Sebourc, VII, 761 ds T.-L.); b) 1617 «longueur d'une pique, unité de mesure» (A. d'Aubigné, Aventures du baron de Faeneste, I, 13 ds OEuvres, éd. H. Weber, p.695); c) 1672 (être, etc.) à cent piques de/au-dessous de/au-dessus de (Mmede Sévigné, Corresp., 29 janv., éd. R. Duchêne, t.1, p.426); d) 1926 «arme dont se sert le picador pour attaquer le taureau, dans une corrida» (Montherl., loc. cit.); 2. 1903 «outil de paveur» (Nouv. Lar. ill.). Empr. au m. néerl. pike, att. au sens 1 a dep. 1290 (FEW t.16, pp.623-624).

PIQUE2, subst. masc.

JEUX. Une des deux couleurs noires du jeu de cartes, représentant un fer de pique stylisé. Roi, dame, valet, as de pique. Voyez, dit-elle (...) en montrant le jeu de cartes qu'elle venait de couper, voilà du pique. C'est la couleur de la mort (Murger, Scènes vie boh., 1851, p.295).
P. méton. Carte(s) de cette couleur. Jouer pique. Petite bécasse, criait-elle. Si tu t'étais seulement défaite de ton pique, à l'heure qu'il est, tu serais maîtresse (Duhamel, Notaire Havre, 1933, p.101).
Rem. Pour les empl. fam. et arg. de as de pique, v. as C 2 a.
Prononc. et Orth. V. pique1. Étymol. et Hist.1. a) 1534 c'est bien rentré de picques «vous avez parlé hors de propos» (Rabelais, Gargantua, XLIII, éd. M. A. Screech, p.256); b) 1552 c'est bien rentré de picques noires «id.» (Id., Quart Livre, XXXIII, éd. R. Marichal, p.154); 2. 1611 picque fém. «une des deux couleurs noires du jeu de cartes, représentée par un dessin en forme de pique» (Cotgr.); 1680 masc. (Rich.); 3. 1662 «une des cartes de cette couleur» (Molière, Les Fâcheux, II, 2 ds OEuvres, éd. E. Despois, t.3, p.59). Issu de pique1*, les marques de cette couleur du jeu de cartes étant en forme de fer de lance; le masc. est prob. dû au genre des trois autres noms de couleurs. 1 p.compar. avec l'entrée en jeu de mauvaises cartes.

PIQUE3, subst. fém.

A. − Vieilli. Brouille, désaccord entre des personnes qui se sont vexées réciproquement. Être en pique avec qqn. On dirait qu'il y a de la pique entre eux (Augier, Fils Giboyer, 1862, p.94).Une pique survenue entre M. d'Arnim et M. Thiers (...) leur rendait les entrevues insupportables (Goncourt, Journal, 1875, p.1055).
Blessure d'amour-propre, manifestation de susceptibilité. La pique est un mouvement de la vanité; je ne veux pas que mon antagoniste l'emporte sur moi, et je prends cet antagoniste lui-même pour juge de mon mérite (Stendhal, Amour, 1822, p.117).
B. − Parole caustique, prononcée pour blesser, piquer au vif. Lancer des piques à qqn. Comme assaisonnement, on rencontre quelquefois de petites piques, des escarmouches de société, et, outre cela, des bons mots, des plaisanteries, des anecdotes, de petites histoires vives et gaies (Taine, Philos. art, t.1, 1865, p.135).
REM. 1.
Piquasserie, subst. fém.,hapax, synon. (avec affaiblissement de sens).Il se trouvait parfois entre nous des contrariétés, des piquasseries, des bouderies, qui gênaient l'Empereur et le rendaient malheureux (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène, t.1, 1823, p.482).
2.
Piquerie, subst. fém.,synon.J'ai fait mille observations et remarques mélancoliques, sur les tendances, les antipathies, les sécheresses, les indifférences, les exagérations des caractères (...) sur les innombrables piqueries entre femmes (Amiel, Journal, 1866, p.351).
Prononc. et Orth.: [pik]. Homon. pic. Att. ds Ac. dep. 1740. Étymol. et Hist.1. Ca 1500 «brouille légère entre plusieurs personnes» (Philippe de Commynes, Mémoires, éd. J. Calmette, I, 243); 2. 1630 «discours piquant» (A. d'Aubigné, Le Caducée ou l'Ange de la paix, éd. Réaume et De Caussade, II, 90). Déverbal de piquer*.

PIQUE4, subst. fém.

Sarment de vigne courbé en arc de cercle. (Dict. xixes. et xxes.).
Prononc.: [pik]. Homon. pic. Étymol. et Hist. 1812 (Mozin-Biber). Déverbal de piquer*.

PIQUE5, subst. fém.

Région. (Centre). La pique du jour. Le moment où le jour point. Je ne rencontrai signe de monde en aucun lieu, et m'en revins sur la pique du jour (Sand, Maîtres sonneurs, 1853, p.191).Il allumait du feu un peu avant la pique du jour, à l'heure où les champs sont déserts (Genevoix, Raboliot, 1925, p.289).
REM.
Piquette, subst. fém.,synon.À la piquette du jour. À la pointe du jour. Madeleine entendit bien rentrer François qui vint faire son paquet dans la chambre à côté, et elle l'entendit aussi sortir à la piquette du jour (Sand, Fr. le Champi, 1850, p.89).
Prononc.: [pik]. Homon. pic1,2,3,4. Étymol. et Hist. 1850 (Sand, op. cit., p.115). Comp. de pique, déverbal de piquer*, de du* et de jour*.
STAT.Pique1 à 5. Fréq. abs. littér.: 525. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 697, b) 1055; xxes.: a) 706, b) 684.

Wiktionnaire

Nom commun 1

pique \pik\ féminin

  1. (Militaire) Sorte d’arme formée d’un long bois dont le bout est garni d’un fer plat et pointu.
    • […] tous les hommes en état de porter les armes furent mis en activité. On s'enrôla sur les places publiques ; on fabriqua des fusils et des piques. — (Alfred Barbou, Les Trois Républiques françaises, A. Duquesne, 1879)
    • […]; tous tenaient à la main droite ou des épées, ou des piques, ou des arquebuses, et quelques-uns, à la main gauche, des flambeaux qui répandaient sur cette scène un jour funèbre et vacillant, […]. — (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre VII)
  2. (Par extension) Soldat qui portait la pique dans un régiment.
    • Faire défiler les piques . Il y avait tant de piques dans ce régiment.
  3. (Métrologie) (Désuet) Mesure de longueur de la grandeur de cette arme.
    • Il y a une pique d’eau dans ce fossé.
  4. (Ichtyologie) Synonyme de bar commun, le poisson.
  5. Parole, expression volontairement blessante.
    • Depuis qu’il a clarifié ses intentions, les réactions sur les réseaux sociaux oscillent entre encouragements et piques. — (Sylvia Zappi, A Evry, la candidature de Manuel Valls à Barcelone fâche ou désole, Le Monde. Mis en ligne le 25 septembre 2018)
    • Envoyer une pique.
  6. (Héraldique) Meuble représentant l’arme du même nom dans les armoiries. À rapprocher de dard, épieu, javelot, lance et lance de tournoi.
    • D’azur à la pique d’or en pal fichée dans une motte de sinople, aux trois serpents d’argent en fasce brochant sur le fût de la pique, qui est de la commune de Montesquieu-Volvestre de Haute-Garonne → voir illustration « armoiries avec une pique »

Nom commun 2

pique \pik\ masculin

  1. (Cartes à jouer) Une des quatre enseignes d’un jeu de cartes français, ainsi nommée parce que les cartes de cette couleur sont marquées de piques noires stylisées ().
    • Jouer du pique.

Forme de verbe

pique \pik\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de piquer.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de piquer.
    • L’avion revient vers nous, plane un moment sur nos têtes, glisse, remonte et, dans une dernière caracole, pique vers son hangar. — (Charles Le Goffic, Bourguignottes et pompons rouges, 1916, pages 203–204)
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de piquer.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de piquer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de piquer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PIQUE. n. f.
Sorte d'arme formée d'un long bois dont le bout est garni d'un fer plat et pointu. Longue pique. Pique de bois de frêne. Armé d'une pique. Ils marchèrent les uns contre les autres les piques baissées. Les piques ont été longtemps en usage dans l'infanterie. Demi-pique, Pique plus courte de moitié que les piques ordinaires. Il n'avait qu'une demi-pique.

PIQUE s'est dit d'une Mesure de longueur de la grandeur de cette arme. Il y a une pique d'eau dans ce fossé. Fig. et fam., Vous en êtes à cent piques, à mille piques, se dit d'une Personne qui, voulant deviner quelque chose, est très éloignée de la vérité. Fig. et fam., Être à cent piques au-dessus, au-dessous de quelqu'un, de quelque chose, Lui être fort supérieur, fort inférieur. Ce poème est à cent piques au-dessus des autres. Il est à cent piques au-dessous de ses rivaux.

PIQUE se disait aussi, par extension, des Soldats qui portaient la pique dans un régiment. Faire défiler les piques. Il y avait tant de piques dans ce régiment.

Littré (1872-1877)

PIQUE (pi-k') s. f.
  • 1Chez les anciens, arme formée d'un long bois garni d'un fer plat et pointu. Vous avez déjà, en animaux raisonnables et pour vous distinguer de ceux qui ne se servent que de leurs dents et de leurs ongles, imaginé les lances, les piques, les dards, les sabres et les cimeterres, La Bruyère, XII. Un étranger disait à l'ambitieux Agésilas : Où fixez-vous donc les bornes de la Laconie ? Au bout de nos piques, répondit-il, Barthélemy, Anach. ch. 50.
  • 2Arme d'hast, plus courte que la lance, employée autrefois pour armer certains corps d'infanterie. Par une ordonnance de Louis XIV, le tiers de chaque compagnie d'infanterie devait être armé de piques, pour arrêter l'effort de la cavalerie. Le maréchal de Saxe regrettait les piques, Saint-Foix, Ess. Paris, Œuv. t. IV, p. 380. Vingt-cinq mille Suisses… les uns armés de ces longues piques de dix-huit pieds que plusieurs soldats poussaient ensemble en bataillon serré, les autres tenant leurs grands espadons à deux mains, vinrent fondre à grands cris dans le camp du roi [François Ier], près de Marignan, Voltaire, Mœurs, 122.

    Avoir la pique basse, la croiser en avant, pour combattre. Notre cavalerie, qu'ils attendaient derrière des haies les piques baissées, s'avança, mais n'osa jamais les joindre, Pellisson, Lett. hist. t. III, p. 231, dans POUGENS.

    Fig. J'avais, sans nul appui, le ministère et l'intérieur du roi contre moi, et dans la cour force piques baissées sur moi par la peur et la jalousie qu'on avait prise, Saint-Simon, 367, 99.

    Lever la pique, cesser de combattre, se rendre.

    Fig. Il a passé par les piques, se dit de quelqu'un qui s'est trouvé en plusieurs occasions dangereuses, ou qui a souffert quelque perte, quelque dommage en des affaires qu'il a eues.

  • 3 Terme de marine. Négocier à la longueur de la pique, traiter à la pique, s'est dit de navires interlopes qui, dans les mers du Sud ou ailleurs, se tenant à l'abri de rochers ou d'une côte élevée, envoyaient secrètement quelques hommes à terre pour s'informer si on pouvait trafiquer en sûreté. À l'égard de celles [cargaisons] qui sont moindres, et dont les barques anglaises, hollandaises, françaises et danoises sont ordinairement chargées, on les porte dans les esterres… on avertit les habitants des environs par un coup de canon… c'est particulièrement la nuit qu'on fait ce commerce ; mais il faut être sur ses gardes, toujours armé, et ne laisser jamais entrer dans le bâtiment plus de monde, qu'on ne se trouve en état d'en chasser, s'il leur prenait envie de faire quelque insulte ; on appelle cette manière de trafiquer, traiter à la pique, Voy. du P. Labat, 1742, VII, 224, année 1701.
  • 4Il se dit du fer, indépendamment du bois. Le roi Salomon fit donc faire deux cents piques d'or du poids de six cents sicles, Sacy, Bible, Paralip. II, IX, 15.
  • 5Longueur, hauteur d'une pique. C'est un spectacle de voir les pélicans raser l'eau, s'élever de quelques piques au-dessus, et tomber le cou raide et leur sac à demi plein, Buffon, Pélican.

    Fig. Vous en êtes à cent piques, se dit à quelqu'un qui ne devine pas.

    Familièrement. Être à cent piques au-dessus de quelqu'un, lui être bien supérieur ; au-dessous de quelqu'un, lui être bien inférieur. Hier au soir, Mme du Fresnoy soupa chez nous ; c'est une nymphe, c'est une divinité ; mais Mme Scarron, Mme de la Fayette et moi, nous voulûmes la comparer à Mme de Grignan, et nous la trouvâmes cent piques au-dessous, Sévigné, 115. Je trouve que l'esprit des affaires que vous avez est une sorte d'intelligence qui est cent piques au-dessus de ma tête, Sévigné, à Mme de Grignan, 5 juin 1689. Vous seriez étonné de vous trouver de cent piques au-dessous de nous, Marivaux, la Double surpr. de l'amour, I, 7.

  • 6Autrefois, soldats qui portaient la pique dans un régiment. Faire défiler les piques.
  • 7Demi-pique ou esponton, arme plus courte que la précédente, qui a servi à armer les officiers d'infanterie.

HISTORIQUE

XIVe s. [Ils] N'y ont que treize eschieles pour commencier estri [combat] ; Mais il ont des mineurs et des piques [pics] aussi, Guesclin. 21770. Icellui Fournier avoit donné un certain baston qu'il avoit apporté, appelé piques de Flandres, Du Cange, pica.

XVe s. Ceux de Gand avoyent, au-devant de leur ville, fait une embusche de plus de cent compaignons, et tous piques noires [pikenaires, dans Buchon, ce qui est la vraie leçon ; voy. PIQUIER], Froissart, liv. II, p. 150, dans LACURNE. Son cheval navré de coups de piques de Flandres, Chron. scandaleuse, p. 187, dans LACURNE.

XVIe s. Ses malvueillans [de Thémistocles] lui reprochoient qu'il avoit osté au peuple d'Athenes la plque et le pavois, pour le reduire au banc et à la rame, Amyot, Thém. 7. Ils leverent les piques [se rendirent], et furent receus à serment de ne faire la guerre de six mois, D'Aubigné, Hist. I, 359. Ils prirent place de bataille au haut d'une montagne ; mais, quand ce fut à pique baisser, les plus vaillans se contenterent de tirer une harquebusade pour fuir, D'Aubigné, ib. II, 168. Le reste estoient Portugais, picques seches et bisongnes [recrues], D'Aubigné, ib. II, 391. J'ai porté la pique à quatre cornes dans la compagnie du capitaine Bourdeaux votre sergent major, D'Aubigné, Faen. III, 1. Les espaliers de buis y sont hauts d'une pique, D'Aubigné, ib. I, 3. 17 picquiers aussi armez de corseletz, chacun 8 livres ; 33 portans picques seiches, chacun 7 livres, Ordonn. 12 déc 1553. Le soldat, qui, en querelle, donnera cry d'une nation, sera passé par les piques, ib. Plusieurs gendarmes quitterent la lance pour prendre la pique avec lui [Bayard levant une compagnie d'infanterie], Brantôme, Cap. franç. t. IV, p. 53, dans LACURNE. Je m'en rapporte à ce qui en est, et à ceux-là qui ont passé par les piques, Tahureau, Dial. p. 77, dans LACURNE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PIQUE, s. f. (Art milit.) arme offensive qui est composée d’une hampe ou d’un manche de bois long de douze ou quatorze piés, ferré par un bout d’un fer plat & pointu, que l’on appelle lance.

Celles qu’on voit dans les monumens faits du tems des empereurs romains sont d’environ six piés & demi de longueur en y comprenant le fer. Celles des Macédoniens étoient infiniment plus longues, puisque tous les auteurs s’accordent à leur donner quatorze coudées, c’est-à-dire vingt-un piés de longueur. On conçoit difficilement comment ils pouvoient manier avec dextérité & avantage une arme de cette portée.

On dit que ce nom vient de pic, oiseau dont le bec est si pointu qu’il perce les arbres ou le bois comme une tarriere. Ducange le dérive de pice, qu’on a dit dans la basse latinité, & que Turnebe croit avoir été dit quasi spica, à cause qu’il ressemble à une espece d’épi de blé. Octavio Ferrari le dérive de spicula. Fauchet dit que la pique a donné le nom aux Picards & à la Picardie, qu’il prétend être moderne & être venu de ce que les Picards ont renouvellé l’usage de la pique, dont le nom est dérivé de piquer, selon cet auteur.

La pique a été long-tems en usage dans l’infanterie pour soutenir l’effort ou l’attaque de la cavalerie : mais à présent on l’a supprimée, & on y a substitué la bayonnette que l’on met ou que l’on visse au bout de la carabine ou du mousquet. Voyez Bayonnette.

Cependant la pique est encore l’arme des officiers d’infanterie. Ils combattent la pique en main, ils saluent avec la pique, &c. Pline dit que les Lacédémoniens ont été les inventeurs de la pique. La phalange macédonienne étoit un bataillon de piquiers. Voyez Phalange.

Ce n’est que sous Louis XI. que l’infanterie françoise commença à être armée de piques, halebardes, pertuisanes & autres armes de longueur ; on entremêla ensuite des fusiliers dans les bataillons, & ce n’est qu’au commencement du regne de Louis XIV. que l’infanterie a quitté absolument l’usage de la pique pour les armes à feu.

Pique, (Commerce.) on dit traiter à la pique avec les sauvages, pour dire faire commerce avec ces nations en se tenant sur ses gardes, &, pour ainsi parler, la pique à la main. On traite particulierement de la sorte avec quelques sauvages voisins du Canada & avec quelques negres des côtes d’Afrique sur la bonne foi & la modération apparente desquels il y a peu à compter.

Traiter à la pique s’entend aussi du commerce de contrebande que font les Anglois & les Hollandois dans plusieurs endroits de l’Amérique espagnole voisins des colonies, que ces deux nations ont dans les îles Antilles. Peut-être faudroit-il dire traiter à pic, c’est-à-dire le vaisseau sur les ancres, parce que ce commerce qui est défendu sur peine de la vie, ne se fait que dans les rades où les vaisseaux restent à l’ancre, & attendent les marchands espagnols qui quelquefois en cachete, mais le plus souvent d’intelligence avec les gouverneurs & officiers du roi d’Espagne, viennent échanger leur or, leurs piastres, leur cochenille & autres riches productions du pays contre des marchandises d’Europe.

Ceux qui veulent qu’on dise en cette occasion traiter à la pique, entendent que c’est traiter à la longueur de la pique à cause d’une certaine distance à laquelle les étrangers sont obligés de se tenir pour faire ce commerce, ne leur étant jamais permis d’entrer dans les ports, & n’étant même soufferts dans les rades que par une espece de collusion ; car il y a des armadilles ou vaisseaux de guerre qui veillent ou doivent veiller sans cesse, pour empêcher ce negoce visiblement préjudiciable à celui que les Espagnols d’Europe font en Amérique par leur flotte & leurs gallions. Dict. de commerce.

Pique, s. m. terme de Cartier, gros point noir qu’on met sur les cartes à jouer, & qui a été appellé pique, parce qu’il a quelque ressemblance avec le fer d’une pique ; ainsi on dit jouer de pique, tourner de pique, &c.

Pique de Montvalier, (Géog. mod.) ou la pique en un seul mot ; c’est la plus haute montagne des Pyrénées, & qui paroît s’elever en forme de pique d’où lui vient son nom. On la voit de 15 lieues sur les confins du diocese de Couserans. Longit. 17d. 12′. 53″. latit. 42d. 50′. 45″. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « pique »

Du moyen néerlandais pike, au sujet de couleur de la carte, les marques de cette couleur du jeu de cartes étant en forme de fer de lance ; le genre masculin est dû au genre des trois autres noms de couleurs.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Forme féminine de pic 1 ; provenç. piqua ; esp. et ital. pica. On a dit que pique, au sens de mesure, représentait le pic, sorte de mesure de longueur, et non la pique. Mais ce qui prouve que pour mesurer on s'est servi de la pique, c'est qu'on s'est servi de la lance : Les fossés estoient porfonds de plus d'une lance, Bouciq. I, 14.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « pique »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
pique pik

Citations contenant le mot « pique »

  • Ne jamais contredire quelqu'un qui vous barre la route avec une pique. De Daniel Picouly / L'enfant léopard
  • Ne jugez pas le grain de poivre d'après sa petite taille, goûtez-le et vous sentirez comme il pique. De Proverbe arabe
  • La vaisselle de pique-nique s'adapte aux nouveaux enjeux écologiques. Jadis, on plantait la nappe au bord de la route, aujourd'hui à l'arrivée des beaux jours, les nappes fleurissent au bord de la mer, dans un parc, ou tout simplement dans votre jardin. C'est un rituel gourmand de l'été.  Franceinfo, Pique-nique : la vaisselle devient de plus en plus écologique
  • Je ne fais pas grand cas, pour moi, de la critique. Toute mouche qu'elle est, c'est rare qu'elle pique. De Alfred de Musset / La Coupe et les lèvres
  • Un DJ n’existe qu’à travers les autres : il pique les musiques des autres pour faire danser d’autres autres. De Frédéric Beigbeder / Vacances dans le coma
  • Sortez la glacière, la nappe et les lunettes de soleil, on a trouvé pour vous les meilleurs endroits pour pique-niquer au frais cet été en Bourgogne ! France 3 Bourgogne-Franche-Comté, Des idées pour un pique-nique au frais en Bourgogne
  • Qui s'y frotte s'y pique. De Louis XI
  • La femme est un papillon qui pique comme une abeille. De Anonyme
  • As de pique - Des quatre as, le plus mal fichu. De Pierre Daninos / Le Jacassin
  • Le scorpion pique celui qui l’aide à sortir du feu. De Proverbe indien
  • De là à croire que la mouche qui nous pique le front pendant notre sommeil est envoyée par Dieu lui-même pour nous réveiller de notre paresse, il n'y a pas loin. De Jules Renard / Journal 1893 - 1898
  • On peut espérer que, lorsqu'ils seront les maîtres du monde, les insectes se souviendront avec reconnaissance que nous les avons plutôt bien nourris lors de nos pique-niques. De Colette
  • La caricature sert aussi indirectement à sauver la vie des hommes politiques. Pendant que le peuple rigole, il ne pense pas à mettre une tête au bout d’une pique. De Tignous / une interview à « Celui-là, il va tuer » », Sociétés & Représentations en 2000
  • Le talent sans l'imagination nous a donné l'artisanat à qui nous devons tant d'objets utiles, comme le panier de pique-nique en osier. L'imagination sans le talent nous a donné l'art moderne. De Tom Stoppard
  • Dans le cadre des rendez-vous du Tuk Tuk, la Maison de quartier du Plateau Saint-Jean offre tous les mardi un verre à siroter le temps d'une animation, suivi d'un pique-nique tiré du sac. Ce mardi, c'est blindtest clarinette et sieste musicale à l'École Pablo Neruda. Plus de détails avec Info Chalon. Info Chalon, Chalon-sur-Saône | Un pique-nique au son de la clarinette au Plateau Saint-Jean Info Chalon l'actualité de Info Chalon
  • L'impact de Bruno Fernandes (25 ans) depuis son arrivée à Manchester United n'est plus à prouver. Son compatriote, le manager de Tottenham José Mourinho, l'a d'ailleurs encensé dans les colonnes du quotidien sportif portugais Record. Oui, mais voilà, le Special One n'a pu s'empêcher de lui adresser une petite pique dont il a le secret. http://www.lebuteur.com, International : Mourinho envoie une pique à Bruno Fernandes
  • Un pique-nique en blanc est organisé sur les pelouses du château de Chantore à Bacilly, près d'Avranches, le lundi 3 août, à l'occasion de la pleine lune. lamanchelibre.fr, Sud-Manche. Un pique-nique en blanc au château de Chantore, sous la pleine lune
  • Le concept est simple : un retour à l’essentiel. Megève tourisme propose à tous un pique-nique en montagne ce vendredi 31 juillet à midi. Face à un panorama grandiose, chacun pourra venir avec son panier garni pour pique-niquer au sommet de la télécabine du Jaillet. Les organisateurs auront au préalable installé des tables nappées, à bonne distance les unes des autres, tandis que la pelouse aura été tondue pour ceux qui préfèrent s’asseoir. Une musique complétera le décor. Les invités, masqués et habillés en blanc, pourront rejoindre l’aire de pique-nique par les chemins à pied ou à VTT, mais aussi par la télécabine. , Culture - Loisirs | Megève : partagez un pique-nique géant en blanc, vendredi 31 juillet à midi

Images d'illustration du mot « pique »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « pique »

Langue Traduction
Anglais spades
Espagnol espadas
Italien picche
Allemand spaten
Chinois 黑桃
Arabe المجارف
Portugais espadas
Russe пики
Japonais スペード
Basque spades
Corse spade
Source : Google Translate API

Synonymes de « pique »

Source : synonymes de pique sur lebonsynonyme.fr
Partager