Pinte : définition de pinte


Pinte : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

PINTE, subst. fém.

A. −
1. Ancienne mesure de capacité des liquides, variable suivant les régions (0,93 l à Paris), avant l'établissement du système décimal. Son grand pot d'étain (...) tenait trois pintes (Sue, Atar-Gull,1831, p.14).
2. P. méton.
a) Récipient contenant une pinte. Pinte d'étain. Le cabaretier, derrière un rempart de pots, de pintes, de bouteilles et de brocs (Gautier, Fracasse,1863, p.313).Je ne puis pas songer au pays sans revoir La maison, le buffet et ses vaisselles peintes, La table, le poiré qui mousse dans les pintes (Coppée, Poés.,t.1, 1875, p.292).Des pintes qui tout à coup rayonnent, Sur le comptoir, en pyramides de couronnes (Verhaeren, Villes tentac.,1895, p.151).
b) Vx. Quantité de liquide contenu dans ce récipient. Boire une pinte de lait. Une tisanne de bois de genièvre et de salsepareille, faite avec une once de chacun de ces bois qu'on jette dans deux pintes d'eau bouillante, et qu'on laisse ensuite infuser pendant vingt-quatre heures dans un vaisseau couvert (Geoffroy, Méd. prat.,1800, p.450).Dès le matin, après s'être lesté de quelques pintes de vin du cru, il chaussait une paire de bottes qui datait au moins du temps de la Fronde (Sand, Hist. vie,t.1, 1855, p.282).Pour une monnaie de nickel, qui valait à peine un sou, on avait une pinte de bière fraîche, qui moussait doucement dans des pots de grès, sur les tables d'auberge (Moselly, Terres lorr.,1907, p.241).
Loc. verb. vieillies. Boire chopine* et pinte; mettre pinte sur chopine*.
Loc. verb. fig., fam. Se faire, s'offrir, se payer une pinte de bon sang. Bien s'amuser. Mon avant-dernière maîtresse, elle, c'était une autre histoire... Et ce que nous nous en faisions aussi une pinte de bon sang, le soir, autour de la table, le repas fini! (Mirbeau, Journal femme ch.,1900, p.48).Il s'était amusé de lui, tout son soûl; il ne trouvait pas que ce fût payer trop cher, au prix de quelques gros mots, la pinte de bon sang qu'il s'était faite à ses dépens. Ç'avait été une bonne farce: s'il en eût été l'objet, il en eût ri tout le premier (Rolland, J.-Chr.,Révolte, 1907, p.490).
B. −
1. Mesure de capacité anglo-saxonne, valant 0,568 l en Grande-Bretagne, 0,473 l aux États-Unis et 1,136 l au Canada. Un petit séjour à Paris vous fera comprendre la contenance de ces pots et leur usage qui ne sont pas les mêmes que les pintes anglaises (Cendrars, Bourlinguer,1948, p.311).
2. P. méton.
a) Récipient contenant une pinte. La pinte d'argent, où l'étudiant boit la bière et le cidre, est aussi le plus souvent un cadeau fait au collège par un ancien élève (Bourget, Ét. angl.,1888, p.182).Les plus vieux se souviennent du temps où le lait se vendait dans des pintes en verre (Dubuc-Boul.Québéc.1983, p.142).
b) Quantité de liquide contenu dans ce récipient. [Il] mangea un rosbif aux pommes et s'enfourna deux pintes d'ale, excité par ce petit goût de vacherie musquée que dégage cette fine et pâle bière (Huysmans, À rebours,1884, p.180).
C. − Région. (Suisse). Débit de boissons, bistrot. Deux pintes, l'Auberge communale et le Café de l'Ours mariaient leur toiture aux constructions environnantes (A.-L. Chappuis, Le Troupeau errant,Vulliens, 1972, p.8).
Prononc. et Orth.: [pε ̃:t]. Homon. peinte (fém. de peint). Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist.1. Ca 1200 désigne le contenu de la mesure (Jean Bodel, Jeu St Nicolas, éd. A. Henry, 262); 2. 1294 «unité de mesure de capacité» .I. poçon ... d'une pinte (doc. Arch. Tournai ds Gdf. Compl.); 3. a) 1353 «vase dont l'aspect rappelle celui de la mesure de capacité pour les liquides» (Vaisselle du roi Jean ds Havard t.4, col. 324); b) 1875 «mesure de capacité usitée en Angleterre» (Lar. 19e); 4. 1681 helvétisme «cabaret» (Registre des Mandements du Conseil d'Etat de la Principauté de Neuchâtel, II, 354). D'apr. FEW t.8, p.525a, du b. lat. pincta, part. passé fém. de pingere (peindre*), qualifiant à l'origine un subst. fém. désignant une mesure de capacité étalonnée [canna, hemina, quarta...] et signifiant «pourvu d'une marque». Pincta est relevé en 1249 à l'empl. subst. au sens de «mesure pour les liquides»: pinctam olei ds Du Cange, s.v. pincta 2. L'angl. pint «pinte» est relevé dep. 1384, NED, d'où 3 b. Fréq. abs. littér.: 63.
DÉR.
Pinter, verbe.a) Empl. trans., pop. Boire (des boissons alcoolisées) avec excès. Elle pinte en ce moment un poison étonnant: ça doit être du curaçao vert (Martin du G., Thib.,Belle sais., 1923, p.836).Empl. abs. Dès qu'ils apprenaient un décès par là autour, les gens se promettaient ces sépultures où s'empiffrer, pinter, s'en donner jusqu'à la garde (Pourrat, Gaspard,1922, p.109).b) Empl. pronom. réfl., pop. Se pinter (la gueule). S'enivrer. (Dict.xxes.). c) Au part. passé., pop. Être pinté. Être ivre (Dict.xxes.). [pε ̃te], (il) pinte [pε ̃:t]. Att. ds Ac. dep. 1694. 1resattest. 1269-78 «boire» pinter quarte ou pinte (Jean de Meun, Rose, éd. F. Lecoy, 6797), ca 1500 «boire beaucoup, avec excès» pinter ensemble (Therence en franç., fol. 13 vods Gdf. Compl.), xvies. en parlant d'un ivrogne (Noël nouveau de la description ou forme de la messe ds A. de Montaiglon, Rec. de poésies fr. des XVeet XVIes., t.7, p.50), xviies. id. (Vaux-de-Vire d'O. Basselin, XLIX ds Vaux-de-Vire d'O. Basselin et de J. Le Houx, Paris, 1858, p.87); de pinte, dés. -er. Fréq. abs. littér.: 11.
BBG.Popelar (I.). Das Akademiewörterbuch von 1694. Tübingen, 1975, p.23; p.18 (s.v. pinter).

Pinte : définition du Wiktionnaire

Nom commun

pinte \pɛ̃t\ féminin

  1. (Histoire) Ancienne unité de mesure qui servait à mesurer le vin et autres liquides, et dont la valeur différait selon les lieux. À Paris elle valait 0,93 litre.
    • Ce que vous me demandez [l’uniformité de la loi] est aussi impossible que de n’avoir qu’un poids et qu’une mesure ; comment voulez-vous que la loi soit pour tous la même, quand la pinte ne l’est pas ? — (Voltaire, Dialogues)
    • La pinte de Paris, & celle d’Orléans, contient deux livres d’eau, ou un peu moins de 32 onces. — (L’Agronome ou dictionnaire portatif du cultivateur, Rouen, 1787)
    • La chèvre belge, quoique abâtardie, pouvait fournir de 4 à 8 pintes de lait (2 à 4 litres et plus) par jour, rendement qui pourrait, par la sélection, être encore accru. — (Paul Diffloth, Zootechnie : Chèvres, porcs, lapins , Encyclopédie agricole J. B. Baillière, & fils, 4e éd., 1918, p. 63)
    1. (Métrologie) (Canada) Unité de mesure de capacité du système impérial britannique correspondant à un quart de gallon. Note : Le mot « pinte » porte à confusion parce qu'en français, il correspond au quart de gallon, alors qu'en l'anglais le mot « pint » correspond au huitième de gallon. En français, le huitième de gallon est appelé chopine.
      • Au Québec, une pinte fait 1,14 litre, soit un quart de gallon. De nos jours, un contenant d’un litre de lait est encore appelé une pinte de lait.
  2. (Courant) Verre de bière d’un demi-litre.
    • Gobert s'enfila une pinte d'une golée, puis considéra la seconde un peu pantois, en se disant que, s'il lui faisait même sort, il devrait à nouveau affronter la foule avant de s'emplir le gosier. — (Sébastien G. Couture & Michaël Perruchoud, L'Héritier de Minnetoy-Corbières: Une épopée médiévale et humoristique, Éditions Cousu Mouche, 2017, chap. 6)
    • Prendre une pinte : boire de l’alcool à en devenir saoul.
  3. (Suisse) Débit de boisson, bistro.

Forme de verbe

pinte \pɛ̃t\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de pinter.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de pinter.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de pinter.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de pinter.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de pinter.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Pinte : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PINTE. n. f.
Mesure dont on se servait pour mesurer le vin et autres liquides au détail, et qui était de différente grandeur selon les différents lieux. La pinte de Paris contenait un peu moins que le litre. Une pinte d'étain. Pinte, mesure de Saint-Denis. Pinte à la grande mesure. Il se dit aussi de la Quantité de liquide contenue dans une pinte. Une pinte de vin. Fig., Je voudrais qu'il m'en eût coûté une pinte de mon sang, et que cela fût arrivé ou que cela ne fût pas arrivé, se dit Pour marquer un extrême désir ou un extrême chagrin de quelque chose. Il est vieux. Fig. et fam., Se faire une pinte de bon sang, Éprouver un vif contentement, bien s'amuser.

Pinte : définition du Littré (1872-1877)

PINTE (pin-t') s. f.
  • 1Ancienne mesure pour le vin et les autres liquides. La pinte de Paris valait un peu moins que le litre, c'est-à-dire 0l,931. … de se servir [en Normandie] de la pinte mesure de Paris, du pot contenant deux pintes, de la chopine qui est la moitié de la pinte, et demi septier qui en est le quart, étalonné sur les matrices qui seront déposées aux greffes des hôtels des villes de Rouen, Caen et Alençon, Lett. pat. juill. 1680. Ce que vous me demandez [l'uniformité de la loi] est aussi impossible que de n'avoir qu'un poids et qu'une mesure ; comment voulez-vous que la loi soit pour tous la même, quand la pinte ne l'est pas ? Voltaire, Dial. 2.

    Vendre à pot et à pinte, vendre en détail du vin et autres liqueurs. Il faudrait toujours distinguer ce qui serait bu au cabaret, de ce qui serait livré au dehors à pot et à pinte, qui doit être exempt de cet impôt, Vauban, Dîme, p. 115.

    Il a mis pinte sur chopine, il s'est enivré.

    Familièrement. Haut comme une pinte, de très petite taille. C'est une philosophe [la duchesse de Choiseul] pas plus haute qu'une pinte, et dont l'esprit me paraît furieusement au-dessus de sa taille, Voltaire, Lett. d'Argental, 16 mai 1770.

  • 2Ce qu'elle contient. Tu me fais songer qu'il m'attend pour une petite affaire ; je vais lui payer pinte, Dancourt, Vendanges, sc. 2.

    Boire pinte, s'enivrer. Mlle Dumesnil [une actrice] boit-elle toujours pinte ? en perd-elle sa santé et son talent ? Voltaire, Lett. d'Argental, 27 oct. 1750.

    Je voudrais qu'il m'en eût coûté une pinte de mon sang… se dit pour exprimer quelque désir ou quelque extrême chagrin d'une chose.

    Fig. Faire une pinte de mauvais sang, éprouver de très vives contrariétés. Si vous saviez toutes les pintes de mauvais sang que j'ai fait depuis quinze jours ! Genlis, Théât. d'éduc, la Rosière, I, 2.

    On dit dans le sens contraire : se faire une pinte de bon sang.

  • 3La Grand'Pinte, partie de la banlieue de Paris dont les cabarets étaient autrefois très fréquentés.

    PROVERBE

    Il n'y a que la première pinte chère, c'est-à-dire en toute chose il n'y a que le commencement qui donne de la peine.
    Voilà la première pinte ; il n'y a que celle-là de chère [il s'agit d'une copie d'un portrait de Mme de Grignan, faite malgré Mme de Sévigné], Sévigné, 4 août 1677.

HISTORIQUE

XIVe s. Une petite pinte d'argent, De Laborde, Émaux, p. 449.

XVe s. Une pinte droite [de bonne mesure], Du Cange, pinte.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

PINTE. Ajoutez :
4Dans le canton de Vaud, nom des petits cabarets de village.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Pinte : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

PINTE, s. f. (Mesure de continence.) espece de moyen vaisseau ou mesure dont on se sert pour mesurer le vin, l’eau-de-vie, l’huile, & autres semblables marchandises que l’on débite en détail.

La pinte de Paris revient à-peu-près à la sixieme partie du conge romain, ou, pour parler plus surement, elle est équivalente à 48 pouces cubiques ; elle est à celle de Saint-Denis comme 9 à 14, & pese une livre 15 onces, selon M. Couplet. Il met la pinte comble équivalente à 49 pouces . Nous entrerons tout-à-l’heure dans de plus grands détails ; nous dirons seulement en passant que la pinte ordinaire de Paris se divise en deux chopines, que quelques-uns appellent septiers ; la chopine est de deux demi-septers, & le demi-septier contient deux poissons, chaque poisson étant de six pouces cubiques. Les deux pintes font une quarte ou quarteau, que l’on nomme en plusieurs endroits pot ; mais il faut entrer dans des détails plus intéressans, car il importe de constater la quantité juste de liquide qu’une pinte doit contenir, parce que c’est de-là qu’on doit partir pour fixer toutes les autres mesures.

La pinte jusqu’à-présent a été regardée de deux manieres, ou comme pinte rase, ou comme pinte comble : de-là vient que M. Mariotte, dans son traité des mouvemens des eaux, distingue deux sortes de pintes, dont l’une qu’il dit ne remplir la pinte de Paris qu’à fleur de ses bords, pese deux livres moins sept gros d’eau, & qui étant remplie à surpasser ses bords sans répandre, pese deux livres d’eau.

Pour constater la juste mesure de la pinte & celle de ses parties, comme la chopine, le demi-septier, &c. il faut en rapporter la capacité à celle d’une mesure fixe. M. d’Ons-en-Bray, dans les mém. de l’acad. ann. 1739, propose le pié cube rase pour cette mesure fixe, comme la plus convenable : or le pié cube contient 36 pintes de celles qui ne sont remplies que jusqu’au bord, ou qui pesent environ deux livres moins sept gros ; car si l’on vouloit se servir de la pinte qui pese environ deux livres, ou qui surpasse les bords, le pié cube n’en contient que 35. Voici les avantages particuliers qui se trouvent dans chacune de ces deux pintes.

La pinte comble pesant à-peu-près deux livres d’eau ou de 35 au pié cube, est très-commode pour la mesure du pouce d’eau, parce qu’on prend communément avec M. Mariotte pour un pouce d’eau, l’eau qui coulant continuellement par une ouverture circulaire d’un pouce de diametre, donne par minute 14 pintes de celles de 35 au pié cube, ou qui pesent à-peu-près deux livres. Cette façon de compter & de régler le pouce d’eau, seroit très-commode pour les distributions des eaux de la ville, car à ce compte un pouce d’eau donne trois muids par heure, & 72 muids en 24 heures.

Les avantages de la pinte de 36 au pié cube, ou de la pinte qui pese deux livres moins sept gros, sont en premier lieu que la capacité ou solidité de cette pinte est de 48 pouces cubes justes, ce qui est une partie aliquote du pié cube ; au lieu que la pinte de 35 au pié cube, ou qui pese à-peu-près deux livres, sa capacité ou solidité est de 49 pouces de pouce.

Mais en second lieu un avantage très-important de la pinte de 36 au pié, & qui peut seul faire décider en sa saveur, est que le muid contenant 8 piés cubes, on a dans le muid 288 de ces pintes : ce qui s’accorde avec l’usage ordinaire, qui est de compter 280 pintes claires au muid, & 8 pintes de lie ; au lieu que si on prenoit la pinte de 35 au pié cube, il n’y auroit au muid que 272 de claires, & 8 pintes pour la lie.

Il semble par toutes ces raisons qu’il convient de prendre pour mesure fixe le pié cube ras, qui contient 36 pintes rases, ou qui, suivant M. Mariotte, pese environ deux livres moins sept gros.

Les mesures de Paris, tant celles qui servent de matrices pour le septier, la pinte, la chopine, &c. que celles qui servent journellement à étalonner celles des marchands, ne se rapportent point juste l’une à l’autre, non plus qu’entr’elles, c’est-à-dire que le septier ne contient point exactement 8 pintes, la pinte deux chopines, &c. En voici la principale cause

Les diametres des orifices ne sont point uniformes, c’est-à-dire deux mesures de pinte, par exemple, dont la forme est différente, n’ont pas chez les marchands des ouvertures égales ; & si elles ne sont pas remplies à ras, quoiqu’à pareille hauteur, il se trouve moins de liqueur dans la mesure dont l’ouverture est la plus grande.

Il paroît qu’on peut aisément remédier à ce défaut, en constatant à la ville la forme de chaque différente mesure, à laquelle tous Potiers d’étain seroient à l’avenir obligés de se conformer, leur laissant cependant un tems pour débiter les mesures qu’ils ont de faites, ainsi qu’on en a agi à l’égard des bouteilles.

2°. La nécessité où l’on est de remplir les mesures jusqu’aux bords, fait qu’il s’en répand toujours dans le transport & dans le comptoir des Cabaretiers.

L’on peut éviter ces inconvéniens, en réglant une hauteur plus grande qu’il ne faut : par exemple, pour la pinte, on peut lui donner en hauteur un pouce d’abord au-dessus de son solide de 48 pouces cubes, & ainsi à-proportion pour les autres mesures ; & pour constater jusqu’à quelle hauteur chaque mesure doit être remplie, on pourroit former en-dedans des orifices des mesures, un rebord qui termine exactement jusqu’où doit monter la liqueur.

Les cubes des diametres ne sont pas proportionnels aux capacités des mesures, ainsi qu’ils devroient l’être.

Ces irrégularités causent des erreurs quand on se sert des unes & des autres pour mesure.

On y rémédiera sans peine, en faisant les diametres des orifices tels que leurs cubes soient, comme nous avons dit, proportionnels à leur capacité ou contenu des mesures.

Pour déterminer quels diametres on peut donner aux ouvertures proportionnelles des mesures, il faut observer que plus ces ouvertures seront petites, & plus les mesures seront exactes ; mais d’un autre côté l’usage de ces mesures chez les marchands, demande pour les nettoyer aisément, qu’on ne les fasse point trop petites ; ce n’est qu’aux mesures fiducielles de la ville qu’on peut faire ses orifices si petits qu’on voudra. On pourroit donner à l’orifice de la pinte des marchands 40 lignes de diametre, ce qui détermine les diametres proportionnels de la chopine, du demi-septier, & des autres mesures, que l’on trouvera facilement en se servant de la ligne des solides du compas de proportion.


Table des diametres & des hauteurs des mesures.
Noms des mesures. No image.svg Diametres. Hauteurs.


pouces.
lignes.
No image.svg
pouces.
lignes.
Septier 6 8 10 11
Pinte 3 4 5 5
Chopine 2 7 4 4
Demi-septier 2 1 3 5
Poisson 1 8 2 8
Demi-poisson 1 3 2 2
Roquille 1 0 1 8

Je pourrois ajouter, d’après M. d’Ons-en-Bray, une seconde table du diametre des mesures pour la dépouille des moules ; mais je crains même d’en avoir trop dit. Qu’importe que notre pinte ne soit exacte ni en elle-même, ni vis-à-vis des autres mesures ? on ne jugera peut-être jamais à-propos de corriger des défauts ou des inconvéniens dont le public même qui achete tous les jours à pinte & à chopine toutes sortes de liqueurs, n’a pas la moindre connoissance. (D. J.)

Pinte, en terme de Marchand de modes, est une espece de gland en cannetille, foncé d’hanneton, & plus court & plus large que les glands des garnitures. Voyez Gland & Garniture, dont on enjolive le nœud d’épée. Voyez Nœud d’épée.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « pinte »

Étymologie de pinte - Littré

Angl. pint ; anglo-sax. pynt ; allem. Pinte ; bas-lat. pinta ; esp. pinta, marque et aussi pinte, par l'analogie entre une marque et une mesure, de pingere, peindre.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de pinte - Wiktionnaire

(Siècle à préciser) Du latin pictus (« peint », puis « doté d’une marque, marqué ») devenu *pinctus puis *pintus en bas latin → voir peint et pinto.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « pinte »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
pinte pɛ̃t play_arrow

Citations contenant le mot « pinte »

  • Cette liesse traduite en chiffres, cela donne quelque 15 millions de pintes englouties en une soirée dans les 23 000 établissements qui ont rouvert. Et elle s’est souvent accompagnée de l’abandon des gestes barrière alors que, rappelle The Mail on Sunday, “les autorités avaient autorisé à l’intérieur des pubs des groupes issus de deux foyers tout en maintenant un mètre de distance avec les autres groupes et, à l’extérieur des pubs, des groupes de six personnes issues de différents foyers”. Courrier international, Après le “Super Saturday” en Angleterre, le risque d’une “super gueule de bois”
  • Pas question cependant de renforcer le protocole sanitaire, à l’image de la Belgique où il est à présent obligatoire de donner son numéro de téléphone pour boire une pinte de bière. Ce n’est pas nécessaire,affirme Laurent Lutse, président de l’Umih cafés, brasseries, établissements de nuit. Le port du masque suffit. , Le gouvernement songe à refermer les bars - Vannes.maville.com
  • Le patron d’une pinte de Morges livre ses états d’âme à la veille du procès de quatre malfrats. Au rang desquels figure son ex-belle-fille de 29 ans, qui avait orchestré le violent braquage dont elle a aussi été victime… 24 heures, Brigandage de la pinte du XXème Siècle à Morges – Sept ans de prison requis contre la belle-fille du patron | 24 heures
  • Wetherspoon a réduit le prix d’une pinte dans ses pubs à seulement 1,29 £ dans ce qu’il a surnommé « les spéciaux de Sunak » après les baisses de TVA du chancelier. News 24, Wetherspoons réduira le prix de la pinte à 1,29 £ après réduction de la TVA - News 24
  • Le souhait de la pinte de pub du prince William se réalise après le verrouillage News 24, Le souhait de la pinte de pub du prince William se réalise après le verrouillage - News 24
  • Après trois mois d’inactivité, les coiffeurs ont élagué ce samedi leurs premières crinières et les pubs servi leurs premières pintes de bière sur place, marquant une nouvelle étape majeure dans la sortie du confinement en Angleterre. SudOuest.fr, Les pubs rouvrent leurs portes en Angleterre : une pinte, c’est "magnifique"
  • Dans un pub du nord de Londres, Andrew Slawinski, 54 ans, déguste sa première pinte – une Guinness – depuis trois mois. C’est « magnifique », estime-t-il, « C’est comme gagner la Premier League. » Service à table plutôt qu’au bar, signalétique dédiée, maintien de la distanciation physique, la convivialité des pubs n’est désormais plus la même dans cette nouvelle normalité. Journal L'Union, Première pinte au pub depuis trois mois: les Anglais retrouvent des plaisirs d’avant le confinement
  • Quand j’étais petit, mes parents achetaient toujours le lait en sacs de plastique. Étant donné qu’ils désignaient chaque sac comme une pinte, je croyais qu’ils parlaient de l’emballage. Évidemment, j’ai fini par découvrir que, dans d’autres familles, on appelait aussi «pintes» les emballages de carton. La Tribune, Une pinte de bon sens | Chroniques | La Tribune - Sherbrooke
  • Une pinte de bière est un mets de roi. De William Shakespeare
  • Une pinte de sueur économise un gallon de sang. De George S. Patton

Images d'illustration du mot « pinte »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « pinte »

Langue Traduction
Corse pinta
Basque pinta
Japonais パイント
Russe пинта
Portugais cerveja
Arabe نصف لتر
Chinois 品脱
Allemand pint
Italien pinta
Espagnol medio litro
Anglais pint
Source : Google Translate API

Synonymes de « pinte »

Source : synonymes de pinte sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires