Pince : définition de pince


Pince : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

PINCE, subst. fém.

I. − [Désigne une chose]
A. − Instrument constitué d'une tige servant de levier. Pince de carrier. À l'aide de pinces qu'on introduit dans les joints, on soulève le pavé (Bourde, Trav. publ.,1929, p.158).[Avec déterm. exprimant un acte spécifique] Pince à arracher les clous. Le dressage [de la voie] se fait avec des pinces à riper, appelées crayons par les ouvriers et qui sont simplement des leviers ronds de 1 m 20 environ de longueur, pointus à une de leurs extrémités (Bricka, Cours ch. de fer,t.1, 1894, pp.510-511).
Pince-monseigneur*.
Chaud de la pince (arg. ou pop.). V. chaud I B 2 c.
CIRQUE. ,,Sorte de piquet de métal, long d'un mètre environ, que l'on plante dans le sol pour y attacher des cordes servant à tendre le chapiteau`` (Hotier Cirque 1972, p.66).
B. − Usuel
1. Au sing. ou au plur. Instrument fait d'une tige repliée en U ou de deux branches articulées entre elles à l'endroit où elles se croisent, et qui permet, par rapprochement des deux mors, de serrer un objet à diverses fins (maintenir, écraser, couper p. ex.); élément de machine ayant la même fonction. Pinces courbes; pince en acier; pince à mâchoire. On le saisit [un cercle de métal] avec des pinces, on l'applique autour de la roue (Pesquidoux, Livre raison,1925, p.6):
1. ... il s'ajouta les deux mains de fer du forgeron, une tenaille et une pince; la tenaille étreint, la pince manie; l'une agit comme le poignet, l'autre comme le doigt. Hugo, Travaill. mer,1866, p.287.
Rem. Toujours au plur. dans paire de pinces (v. paire B).
Pince coupante. Pince dont les mors sont affûtés pour pouvoir couper. Pour toi la grande boîte du Meccano et tout un attirail de clés anglaises et d'autres outils, une pince coupante, des limes, un marteau, un fer à souder, du fil de cuivre bobiné (Cendrars, Bourlinguer,1948, p.258).
Pince plate. Pince dans laquelle la face interne des mors est plane. L'ouvrier plie à l'équerre, avec les pinces plates, les bouts des fils de fer B, D qu'il écarte à droite et à gauche (Nosban, Manuel menuisier,t.2, 1857, p.210).
Pince universelle. Pince dont les mors diversement façonnés, permettent d'assurer les fonctions d'une pince plate, d'une pince coupante et d'une pince à mâchoires. Voir Ambroise, Monteur mécan., 1949, p.2.
P. méton. Mors d'un instrument de serrage. Une passe, étroite comme un goulot de bouteille, que dominaient deux promontoires semblables aux pinces d'une tenaille ouverte (Tharaud, Dingley,1906, p.71).
− Domaine techn.[Souvent avec déterm., surtout introd. par à]
ÉLECTRICITÉ
Pince à dénuder. Pince dont les mors sont aménagés de telle façon que l'on peut sectionner la gaine isolante d'un fil électrique sans entamer le fil de cuivre que l'on veut dénuder. On peut éventuellement compléter cette panoplie d'une pince à dénuder dont le maniement −précisons-le −demande cependant une certaine expérience (B. Fighiera, Pour s'initier à l'électron.,Paris, Éd. techn. et sc. fr., 1983, p.32).
Pince(-)crocodile. V. infra rem.
IMPR. La copie sous les yeux, prenant avec sa pince les caractères disposés dans la casse, il les aligne avec dextérité dans son composteur de métal (Coston, A.B.C. journ.,1952, p.156).
INDUSTR. TEXT. [Dans un métier à tisser] Il suffit donc de présenter à l'aiguille porte-trame la trame à insérer, c'est le rôle des «distributeurs de trame» qui, en fonction du tramage à exécuter, offre à la pince porte-trame le fil de trame convenable grâce à un jeu de commande par carton (Thiébaut, Fabric. tissus,1961, p.182).Les pinces à lisière saisissent les bouts de duite dépassant sur chaque bord du tissu (Thiébaut, Fabric. tissus,1961p.174).
MÉD. Pince hémostatique; pince à dissection/à disséquer, à forcipressure, à ligatures, à pansement; pince de dentiste (synon. davier). Vous, enlevez les pinces, faites un pansement; et puis levez le garrot (Martin du G., Thib.,Belle sais., 1923, p.875):
2. On dénude soigneusement l'artère et on la ligature au fil dans la région la plus antérieure. On place à trois centimètres en amont une petite pince à pression continue et on prépare entre la ligature et la pince une boucle de fil. J. Verne, Vie cellul.,1937, p.25.
RELIURE. Pince à nerfs. Pince qui permet de faire saillir les nerfs sur le dos d'un livre relié. Pendant que le cuir est encore humide, faire ressortir les nerfs en les pinçant à l'aide de la pince à nerfs (...) par un mouvement oscillant de l'outil suivant l'arrondi du dos (O. Beausoleil, Reliure-dorure,Paris, Sté fr. du livre, 1972, p.32).
− Domaine de la vie cour.Le rasoir au fourreau, mon père s'aspergeait d'eau froide, pour «tonifier l'épiderme», puis il passait des crayons, des cristaux d'alun, des pâtes adoucissantes, s'armait d'une pince, faisait la chasse aux poils follets, aux points noirs, aux menus boutons, aux peaux mortes, aux dartres errantes (Duhamel, Terre promise,1934, p.115).
[Avec compl. prép. à] Pince à asperges, à escargots, à glaçons. V. endurance ex. 1.
Pince à cravate. Tige repliée en U, servant à maintenir la cravate attachée, à mi-hauteur, à la chemise. On est harcelé par une cohue de petits marchands de toutes les pacotilles: pinces à cravate, tire-chaussette (T'Serstevens, Itinér. esp.,1963, p.324).
Pince à linge. Petit instrument formé de deux tiges reliées par un ressort qui les maintient serrées, destiné à attacher du linge à un support mince. Quelquefois elle parfumait ses lettres d'un parfum si violent qu'il était obligé de leur faire passer la nuit dehors, suspendues à des pinces à linge (Montherl., J. filles,1936, p.952).
Pince à ongles. Petite pince coupante permettant de tailler les ongles. J'essayai de fracturer la serrure, les dents serrées, je ne voulais pas crier qu'on vînt m'ouvrir. J'y laissai ma pince à ongles (Sagan, Bonjour tristesse,1954, p.127).
Pince à épiler. Chimairis ayant tout vendu, même ses peignes et ses épingles, même ses pinces à épiler, sa chevelure s'était embrouillée dans un désordre inextricable, tandis qu'une pubescence noire ajoutait à sa nudité quelque chose de sauvage, d'impudique et de velu (Louys, Aphrodite,1896, p.88).
[Avec compl. prép. de] Une pince de toilette en acier (Grandjean, Orfèvr. XIXes.,1962, p.59).
Pince de bicyclette, de cycliste ou pince cycliste. Petite pince ou ruban, généralement métallique, en forme de cercle ouvert, qui sert à maintenir contre la cheville le bas des jambes de pantalon. Dominique mettait son cuir, le bas de son pantalon était pris dans des pinces cyclistes (Triolet, Prem. accroc,1945, p.79).V. dehors ex. 9.
P. métaph. Les beaux quartiers... Ils sont comme une échappée au mauvais rêve, dans la pince noire de l'industrie (Aragon, Beaux quart.,1936, p.191).Le vice qu'on saisit dans les pinces de la contradiction (S. Weil, Pesanteur,1943, p.123).
− Domaine milit. (p. compar.).En pince. Synon. de en tenaille.L'opération en pince dite de la poche de Falaise où les Allemands perdirent près de 100000 hommes, tués, blessés et prisonniers et un nombre considérable de véhicules de combat (Billotte, Consid. strat.,1957, p.4005).
2. P. anal. (de forme, parfois de fonction)
a) Arg. ou pop.
Main. Une barbe hirsute et malpropre, où il fourrageait à pleines mains, de ses pinces volumineuses et noires de cirage (Rolland, J.-Chr.,Buisson ard., 1911, p.1294).Après avoir serré la pince de quelques collègues (Queneau, Loin Rueil,1944, p.21).
Au plur. Menottes. Ben, j'suis revenu. Avec les pinces, les menottes, quoi. Y m'les ont mis, les vaches! (J. Genet, Miracle de la rose,1947, p.250 ds Cellard-Rey 1980).
Au plur. [Dans des expr.] Pied(s), jambes. Synon. pincettes.Si vous faisiez ça, vous pouvez être sûrs que je ne ficherais plus jamais les pinces chez vous! (Gyp, Docteurs,1892, p.19).Qu'est-ce qu'ils croyaient? qu'ils iraient à pinces jusqu'à Paname? (Sartre, Mort ds âme,1949, p.88).
Rem. En ce sens, ,,abrègement de pincettes ou pinceaux plutôt qu'emploi métaphorique de pince`` (Cellard-Rey 1980).
b) Spécialement
α) ANAT. ANIM.
[Chez les animaux à sabots]
Extrémité de chacun des deux doigts médians qui forment le sabot. La bête est bien un dix cors jeunement, disait la Frondée, il a beaucoup plus de pied de devant que de derrière... et assez bas jointé; il a les pinces plus grosses, le talon et la jambe plus larges (Vialar, Rendez-vous,1952, p.116).
[Chez le cheval] Partie antérieure du sabot formé par un seul doigt. Tout cheval qui boite du jarret ne fléchit pas son articulation, il manoeuvre son postérieur comme une béquille. De ce fait il traîne un peu sa pince sur le sol (Garcin, Guide vétér.,1944, p.181).
[Chez certains crustacés] Extrémité des membres antérieurs formée de deux pièces opposées et articulées de façon à s'écarter et à se rapprocher l'une de l'autre. Crabes portant une actinie dans chacune de leurs pinces (Hist. gén. sc.,t.3, vol.2, 1964, p.674):
3. ... un homard de bonne taille, lequel tapote péniblement le vernis de son sol de ses multiples pattes maladroites. (...) [l'indien] se précipita sur la bête et l'ayant habilement saisie lui sectionna le bout de la queue qu'il se mit à broyer grâce à une dentition particulièrement d'attaque. Une nouvelle prise lui permet de bouffer une pince. Queneau, Loin Rueil,1944, p.195.
[Chez certains insectes] Mandibule. Les [termites] soldats [résistent] en attaquant les agresseurs mêmes, et les perçant jusqu'au sang de leurs pinces acérées (Michelet, Insecte,1857, p.236).
[Chez les herbivores, surtout le cheval] Au plur. Incisives. (Dict. xixeet xxes.).
β) COUT. Pli qui va en diminuant, fait dans l'étoffe à l'envers d'un vêtement pour en diminuer l'ampleur à un endroit déterminé. La forme nouvelle est: droit fil devant, sans pince et cintré derrière, mais surtout! pas ajusté (Mallarmé, Dern. mode,1874, p.826).On peut, au moyen du fer chaud, faire rentrer ou rétrécir une certaine largeur de tissu préalablement mouillé au moyen du tampon, ce qui est nécessaire, dans les confections, pour éviter les poches là où on ne peut faire de pinces (Lar. mén.1926, p.1046):
4. On apportait un pantalon entièrement fait. Humann tournait, s'agenouillait, marquait de tous côtés des pinces avec du blanc et renvoyait le pantalon à un autre atelier. Goncourt, Journal,1862, p.1194.
II. − Fait de pincer. La beauté n'était pour Elisabeth qu'un prétexte à grimaces, à pinces nasales, à pommades (Cocteau, Enfants,1929, p.73).Je lui donnais de petites tapes, je lui tirais des pinces... Gentiment, pour rire... Et alors, pour se venger, elle me faisait des chatouilles... (Pagnol, Marius,1931, i, 4, p.38).
Aptitude à pincer. Cet instrument, cet outil n'a pas de pince (Ac.).
Aptitude à saisir fortement avec les doigts (ou la main). Cet homme a la pince forte, la pince rude (Ac.1798-1935).Travaux préparatoires pour l'accentuation [du martelé du violon] (...) les coups d'archet indiqués développeront la pince des doigts sur la baguette [de l'archet] et la promptitude dans l'attaque (Capet, Techn. sup. archet,1916, p.49).
CIRQUE. ,,Exercice des haltérophiles forains qui consiste à soulever un poids que l'on tient entre le pouce et l'index par le rebord`` (Hotier Cirque 1972, p.66).
SPORTS. ,,Qualité de la main dont les doigts serrent puissamment`` (Petiot 1982).
ÉQUIT. ,,Aptitude et puissance du cavalier pour enserrer le cheval dans ses jambes`` (St-Riquier-Delp. 1975). Pince du genou. Action du cavalier qui enserre le cheval dans ses jambes.
Prendre pince. La chevauchée de Nanoune fit époque et porta fruit; on plaça Gaston à cheval, sur une monture où il pouvait plus aisément prendre pince (La Varende, Centaure de Dieu,1938, p.50).
REM.
Pince-, 1erélém. de compos.,[le 2eélém. étant lui aussi un subst. fr., le comp. est un subst. fém.] 1. [Le comp. désigne des instruments qui tiennent à la fois de la pince et d'un autre instrument désigné par le second élém.] a)
Pince-débouchoir, artill. Le débouchage de l'avant [de la fusée de l'obus à balles du 75] se fait à l'aide soit de la pince-débouchoir soit du débouchoir automatique (Alvin, Artill.,Matér., 1908, p.234).
b)
Pince-clamp, chir. Pince-clamp stomacale, à mors lisse, de 33 cent., du Prof. Gosset (Catal. instrum. chir.[Collin], 1935, p.222).
c)
Pince-curette, chir. Pince-curette pour biopsies (Catal. instrum. chir.[Collin], 1935p.334).
d)
Pince-gouge, chir. Pince-gouge à mors effilés et coudés, pour les enfants, du Prof. Escat (Catal. instrum. chir.[Collin], 1935p.146).
e)
Pince-revolver, chir. Pince-revolver du Dr Michel, pour fixer les agrafes (Catal. instrum. chir.[Collin], 1935p.73).
2. [Le comp. désigne une pince dont une particularité de forme est évoquée par le 2eélém.]
Pince(-)crocodile,(Pince crocodile, Pince-crocodile) électr. Petite pince métallique formée de deux éléments reliés par un ressort qui les maintient serrés, l'un de ces éléments pouvant être adapté à un fil conducteur, et dont les mors sont dentelés sur leur face interne. Solidement accrochée par un lien serré dans la cosse d'une pince-crocodile utilisée en électricité, elle ne frémit qu'aux secousses nettes, mais aux plus petites secousses (Rustica,13-19 mai 1981, no594, p.31, col.1).
Prononc. et Orth.: [pε ̃:s]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) α) 1376 pinche du pié (du cerf) (Modus et Ratio, 5, 33 ds T.-L.); β) 1660 pince d'escrevice (Oudin Fr.-Esp.); γ) 1664 [éd.] «incisive des chevaux» (Solleysel, Le Parfait Mareschal, p.3: la quatriesme sorte [de dents] sont les dents de devant, avec lesquelles les chevaux paissent l'herbe, on nomme ces dents-là les pinces, et les coings); b) α) 1857 «main» (d'apr. Esn.); 1878-79 serrer la pince (à qqn) (La Petite lune, no21, p.2, avec citat. d'aut.); β) 1889 pinces «jambes» (Macé, Mes lundis, p.250); 1901 à pince «à pied» (Rossignol, Dict. arg., p.5); 2. a) α) 1382-84 «barre de fer aplatie et fendue à l'une des extrémités et dont on se sert comme d'un levier» (Comptes du Clos des Galées de Rouen, éd. Ch. Bréard, p.64: pinces de fer, aussi p.96: de grans pièces de fer nomméez pinches); β) fin du xives. empl. métaph. de «petite tenaille» (Eustache Deschamps, OEuvres, V, 280, 18 ds T.-L.: Telz gens Sont du peuple les pinces Qui font les pauvres päys rons: C'est ce qui destruit les provinces; aussi tenir a la pince «tenir étroitement», III, 201, 62 ds T.-L.); b) 1483 [éd. de ca 1500] «action de saisir avec force» (O. de La Marche, Chevalier délibéré, publ. par F. Lippmann [d'apr. l'éd. de Schiedam], p.41); 3. 1660 cout. «pli qu'on fait à l'étoffe et qui se termine en pointe» (Oudin d'apr. FEW t.8, p.542b). Déverbal de pincer*. Fréq. abs. littér.: 245. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 174, b) 571; xxes.: a) 402, b) 348.
DÉR.
Pinçard, -arde, adj.,hipp. a) [Corresp. à pince I B 2 b α] Cheval pinçard. ,,Cheval qui appuie seulement sur la pince du pied`` (St-Riquier-Delp. 1975). Un grand Viking au poil blond qui montait un canasson pinçard au poitrail sanglant, tirait à l'arc sur tout individu dont l'air l'incommodait (G. Perec, La Disparition,Paris, Denoël, 1969, p.12).[P. méton.] Fer pinçard. Fer ,,conçu pour le cheval pinçard, la pince est plus nourrie et plus couverte, permettant de retarder l'usure du fer`` (Cass.-Moir. 1979, s.v. fer). b) Arg. des cavaliers. (Cavalier) qui ne tombe pas de sa monture, car il serre ferme. Il s'en va de la queue au crâne de la bête Tantôt penche à tribord, tantôt penche à babord. S'il est vraiment pinçard, il entre dans le port. Mais s'il est maladroit, hélas! pique une tête (France1907). [pε ̃sa:ʀ], fém. [-aʀd]. Att. ds Ac. dep. 1835 (au masc.). 1resattest. a) 1772 cheval pinçart (Ph. E. Lafosse, Cours d'hyppiatrique, p.13 ds DG), b) 1883 arg. des cavaliers (Fustier, Suppl. à Delvau); de pince, suff. -ard*.
BBG.Hotier Cirque 1973 [1972] p.66, 138. _Quem. DDL t.19.

Pince : définition du Wiktionnaire

Nom commun

pince \pɛ̃s\ féminin

  1. Outil ou instrument comportant deux mâchoires au bout de branches croisées ou liées à l’autre extrémité. De taille et de forme très diverses, adaptée au métier, elle est utilisée pour saisir, tenir, maintenir ou couper un objet.
    • Les taillandiers, les serruriers ont de grosses pinces pour tenir leur ouvrage quand ils le mettent au feu.
    • Les tapissiers se servent de fortes et lourdes pinces pour tendre les toiles et les étoffes qu’ils emploient.
    • Les horlogers ont de petites pinces pour prendre et mettre en place des pièces légères.
    • En anatomie et en chirurgie : pinces à pansements, pinces à dissection.
  2. (Zoologie) Grosse patte de devant de certains crustacés qui leur servent à saisir.
    • Les pinces d’une écrevisse, d’un homard, etc.
  3. (Au pluriel) (Zoologie) Dents antérieures et centrales des herbivores.
    • […] ; ou bien si la dent est usée aux pinces de la mâchoire supérieure, le marchand se gardera bien, en vous faisant voir l’âge, dé soulever la lèvre supérieure. — (Gabriel Maury, Des ruses employées dans le commerce des solipèdes, Jules Pailhès, 1877)
  4. Action de pincer, de saisir avec force.
    • Cet instrument, cet outil n’a pas de pince : ne saisit pas bien.
  5. (Familier) Poigne.
    • Cet homme a la pince forte, la pince rude.
  6. (Par extension) (Familier) Main.
    • Lundi matin,
      L’empereur, sa femme, et le p’tit prince
      Sont venus chez moi, pour me serrer la pince.
      Mais comme j’étais parti,
      Le p’tit prince a dit :
      Puisque c’est ainsi nous reviendrons mardi.
      — (Chant populaire français)
    • Mon sourire te glace
      Comme un clic-clac qui grince
      Le v’là qui r’vient, mince
      Tous les mardis pour te serrer la pince
      — (Stupeflip, Stupeflip vite ! sur l’album The Hypnoflip Invasion, 2011)
  7. (Couture) Pli qu’on fait à l’étoffe et qui se termine en pointe.
    • Cette veste est trop large, il faut y faire une pince.
  8. Barre de fer aplatie et fendue par un bout, dont on se sert comme d’un levier.
    • Un second soldat saisit la pince de fer des mains du mourant, et déjà il avait ébranlé la corniche, quand une flèche l’atteignit à la tête et le renversa mort dans le fossé. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
  9. Extrémité antérieure du pied des animaux ongulés.
    • Les pinces du cerf, du sanglier.
    • Lorsque les pinces sont usées, c’est signe que la bête est vieille.
  10. Devant d’un fer de cheval.
    • […]; mais il est à remarquer qu’invariablement, tous les chevaux destinés aux allures rapides sont ferrés à pince tronquée, en prévision du cas où, à cause de leur faiblesse ou vices de construction, ils battraient le Briquet. — (Gabriel Maury, Des ruses employées dans le commerce des solipèdes, Jules Pailhès, 1877)
  11. (Familier) Quelqu’un de radin.
    • Ce gars là est une pince.
  12. (Mécanique) dans un assemblage par fixations (type vis, rivets) distance entre le bord (libre) de la plaque percée et le centre de la fixation.
    • Les régles métiers définissent des 'pinces' minimum à respecter fonction de l'épaisseur des plaques pour éviter des arrachements sous faible charge.
  13. (Sport) Exercice des haltérophiles forains qui consiste à soulever un poids que l’on tient entre le pouce et l’index par le rebord. — (Hugues Hotier, Vocabulaire du Cirque et du Music-Hall en France, 1981)
  14. (Argot policier) Synonyme de menotte.
    • "Mettre les pinces à une personne."
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Pince : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PINCE. n. f.
Extrémité antérieure du pied des animaux ongulés. Les pinces du cerf, du sanglier. Lorsque les pinces sont usées, c'est signe que la bête est vieille. Il se dit aussi du Devant d'un fer de cheval. On n'étampe jamais en pince les fers de derrière. Il désigne encore les Grosses pattes de devant de certains crustacés qui leur servent à saisir. Les pinces d'une écrevisse, d'un homard, etc. Il se dit en outre, surtout au pluriel, des Dents antérieures et centrales de la mâchoire de certains animaux. Ce cheval a mis bas les pinces, il a trois ans. Il se dit également, dans plusieurs Arts ou Métiers, de Certaines tenailles, les unes grosses, les autres petites, qui servent à différents usages. Les taillandiers, les serruriers ont de grosses pinces pour tenir leur ouvrage quand ils le mettent au feu. Les tapissiers se servent de fortes et lourdes pinces pour tendre les toiles et les étoffes qu'ils emploient. Les horlogers ont de petites pinces pour prendre et mettre en place des pièces légères. Il se dit, en termes d'Anatomie et de Chirurgie, d'instruments dont on se sert pour saisir ou fixer certaines choses. Pinces à pansements. Pinces à dissection.

PINCE désigne aussi une Barre de fer aplatie et fendue par un bout, dont on se sert comme d'un levier. Lever une grosse pierre avec une pince. Pince-monseigneur. Voyez ce mot à son ordre alphabétique.

PINCE se dit encore de l'Action de pincer, de saisir avec force. Cet instrument, cet outil n'a pas de pince, Ne saisit pas bien. Fam., Cet homme a la pince forte, la pince rude, Il tient avec vigueur ce qu'il a dans la main. En termes de Tailleur et de Couturière, il désigne un Pli qu'on fait à l'étoffe et qui se termine en pointe. Cette veste est trop large, il faut y faire une pince.

Pince : définition du Littré (1872-1877)

PINCE (pin-s') s. f.
  • 1Action de pincer, de saisir avec force.

    Avoir bonne pince, la pince forte, la pince rude, avoir un poignet vigoureux. Du doigt les serre, il avait bonne pince, La Fontaine, Juge.

    Populairement. Craindre la pince, être menacé de la pince, craindre, risquer d'être arrêté.

    Cet argent est sujet à la pince, il est sujet à être pris. L'argent des communautés est ordinairement sujet à la pince.

    Être sujet à la pince, se dit d'une personne qui a l'habitude de chercher à faire des gains illicites.

    Mesurer pince à pince, mesurer juste. L'ouvrage se doit faire pince à pince, c'est-à-dire bois à bois, justement, sans pouce ni évent, Instruct. aux jurés drapiers, août 1669.

  • 2Longues tenailles qui servent à remuer les bûches dans une cheminée. Et comme ces pinces fidèles, Qui des tisons de mon ardent foyer, De temps en temps, pour m'égayer, Font pétiller les vives étincelles, Delille, Convers. prologue.
  • 3Tenailles servant à différents usages, dans les métiers.

    Terme de relieur. Petite tenaille dont on se sert pour pincer comme il faut, c'est-à-dire pour accommoder les nerfs des livres.

  • 4En anatomie et en chirurgie, instruments dont on se sert dans diverses opérations pour saisir, attirer ou fixer certaines parties.

    Pince à pansement, ou pince à anneaux, instrument composé de deux branches semblables à celles des ciseaux ; au lieu d'être tranchantes sur la partie opposée aux anneaux, elles sont opposées l'une à l'autre et aplaties ; le bec est taillé d'engrenures superficielles.

    Pince à dissection, à artère, à ligature, pince formée par deux lames soudées à l'une de leurs extrémités, s'écartant par leur propre ressort à l'autre bout, et ne pouvant se fermer que par la pression des doigts.

    Pince de chirurgien, coquille univalve.

  • 5Pinces d'une écrevisse, d'un homard, parties de leurs grosses pattes avec lesquelles ils pincent quand on veut les saisir. On en a vu une [pie] se jeter sur un merle pour le dévorer, une autre enlever une écrevisse qui la prévint en l'étranglant avec ses pinces, Buffon, Ois. t. v, p. 118.

    Fig. Jean Rousseau… Vit émousser dans ce pays Le tranchant aigu de sa pince, Voltaire, Ép. 53. Les pinces mordicantes de l'esprit de Champfort, Hérault de Séchelles, Sur la conversation.

  • 6 Au plur. Les pinces, les dents incisives des animaux herbivores. Ce cheval a mis bas les pinces, il a trois ans.
  • 7Extrémité antérieure du pied des animaux ongulés.

    Terme de vétérinaire. Partie inférieure antérieure du sabot du cheval.

    Devant d'un fer de cheval.

  • 8 Terme de chasse. Les pinces des bêtes fauves, l'extrémité de l'ongle. J'ai beau lui faire voir toutes les différences Des pinces de mon cerf et de ses connaissances, Molière, Fâch. II, 7.
  • 9 Terme de tailleur et de couturière. Pli large à sa base et se terminant en pointe aiguë, ou bien large au milieu et finissant en pointe en haut et en bas.

    Les plis qui forment la taille des corsages plats s'appellent pinces.

  • 10Pince, se dit du bord inférieur d'une cloche où frappe le battant.
  • 11Pince à blaireau, espèce de piége.
  • 12Barre de fer aplatie par un bout qui sert de levier.

    En marine, levier de fer pointu par un bout et coudé par l'autre bout, qui est aplati et fendu comme le pied fourchu d'une chèvre.

  • 13Genre d'arachnides.

HISTORIQUE

XVe s. …Tous boutent dedens [le plat] Leurs mains jusqu'aux pinces des doys, Deschamps, Poés. mss. f° 354.

XVIe s. Car vostre argent, très debonnaire prince, Sans point de faute est sujet à la pince [à être volé], Marot, II, 95. Des pieds de devant ilz [les chevaux] ne pouvoient toucher en terre qu'un petit de la pinse du pied tant seulement, Amyot, Eum. 22. Une longue barre de fer, d'un costé en pince et l'autre en pointe ronde, D'Aubigné, Hist. II, 372. Si, avec le grand pied, il [le cerf] a les pinces grosses et larges, qu'il ait les os longs et creux, la jambe large et bas jointe, c'est signe de vieillesse, Charles IX, Chasse royale, XX. La medecine est fort sujette à la pince [à prendre], Cholières, Contes, f° 48, dans LACURNE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Pince : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

PINCE, s. f. (outil.) gros levier de fer rond, de quatre piés de long & de deux piés de diametre, coupé d’un côté en biseau, pour lui donner plus de prise & d’entrée dans les joints des pierres, ou autres matieres, qu’il sert à remuer, à disjoindre, & à démolir.

Il y a aussi des petites pinces qui servent seulement à mettre en place des ouvrages de menuiserie, de charpente, ou ceux des marbriers & des tailleurs de pierre. Les pinces qu’on appelle piés de chevres, sont courbées & refendues par le bout ; en sorte qu’elles ont assez la figure du pié de l’animal dont elles ont pris le nom. Plusieurs ouvriers se servent de la pince, entr’autres les mâçons, charpentiers, paveurs, tailleurs de pierre, carriers, &c.

Ce sont les taillandiers qui font & qui vendent les pinces, quand elles sont grosses ; les petites se font par les serruriers : il s’en trouve aussi dans les boutiques de quincailliers. Savary. (D. J.)

Pince, (Art milit.) instrument de mineurs ; ils en ont de plusieurs sortes. La pince simple, qui a la pointe droite ou courbe ; la pince à talon ; la pince à pié de biche, noms qui viennent de la figure de la pince. Ils ont encore une pince, qu’ils appellent pince à main, ainsi dite, parce que dans le milieu de la barre, il y a comme un nœud pour arrêter la main. (D. J.)

Pinces, (outil d’Arquebusier.) ces pinces sont exactement faites comme les pinces des serruriers, &c. les arquebusiers s’en servent pour plusieurs usages, & en ont de rondes & de plates.

Pince à dresser les aiguilles, voyez l’article Métier a bas, au mot Bas.

Pince, instrument dont les Bourreliers se servent pour assujettir les cuirs dans le tems qu’ils les cousent. Cet instrument est de bois & composé de deux pieces : la premiere a environ trois à quatre piés de longueur, est arrondie par en-bas, & terminée en pointe, & large & applatie par en-haut. La seconde partie qui n’a guere qu’un pié & demi de long, s’enclave au milieu de la premiere par une espece de charniere de bois, & s’applique par en-haut sur le côté applati de la premiere. Pour se servir de cet instrument, l’ouvrier le place entre ses jambes & entrouvrant les deux parties de l’instrument qui se joignent par en-haut comme une véritable pince, il y passe le cuir qu’il veut assujettir ; & pour lors il tient l’instrument bien serré entre ses genouils. On se sert plus ordinairement de cet instrument pour piquer, ourler, & coudre les ouvrages les moins grossiers des bourreliers. Voyez les fig. Pl. du Bourrelier.

Pince, en terme de Boutonnier, c’est une sorte de tenaille à mâchoires creuses & rondes, pour tenir les petits ouvrages qui n’ont point de prise.

Pinces plates, terme & outil de Chaînetiers, qui leur sert pour tenir les anneaux & chaînons qu’ils veulent souder ou qu’ils veulent limer. C’est un outil de fer de la longueur de cinq ou six pouces, composé de deux branches enchâssées en croissant l’une dans l’autre environ aux deux tiers, & arrêtées par un clou rivé, pour leur laisser le mouvement libre de s’ouvrir & de se refermer ; les branches d’en-bas forment une espece de ventre bombé en-dehors pour les empoigner plus commodément ; & celles d’en-haut sont plates & larges, ce qui forme une espece de tenaille.

Pinces rondes, terme & outil de Chaînetiers, qui leur sert pour donner la figure ronde aux chaînons ou anneaux qu’ils veulent faire. Elles ne different en rien des pinces rondes dont plusieurs autres ouvriers se servent.

Pince, (Chauderonnier.) Les pinces des Chauderonniers sont des tenailles de fer assez semblables à celles des Serruriers, Maréchaux & Taillandiers, mais beaucoup plus petites. Ils s’en servent pour tenir leur ouvrage, lorsqu’ils ont besoin de le mettre au feu.

Pince, outil de Cordonnier, c’est une espece de tenaille de fer de dix à douze pouces de longueur, dont la tête est très-massive, ordinairement de figure cubique, & dentelée en-dedans, ensorte que les dents d’un des côtés s’engrenent dans les dents du côté opposé. Cette pince est particuliere aux Cordonniers, qui s’en servent pour mettre le soulier sur la forme, après que l’empeigne & les quartiers ont été cousus.

Quand cette pince est fermée, ils usent de la tête comme de marteau pour coigner les clous à brocher ; & des bouts des branches qui sont fendus comme de tenailles pour les retirer : mais son plus grand usage est pour tirer le cuir & l’étendre sur la forme, &, comme ils disent, pour le brocher, c’est-à-dire, pour le bâtir, & le mettre en état qu’on y couse la semelle dedans. La masse est large & dentelée, afin qu’elle tienne fermement le cuir, sans pourtant le pouvoir déchirer.

Ces pinces se vendent par les marchands de crépin. Les autres quinquailliers en font aussi commerce ; mais les Cordonniers s’en fournissent plus volontiers chez les premiers. Dictionn. du Commerce. (D. J.)

Pince, terme de Couturiere, pli en forme de pointe, qu’on fait sur divers ouvrages, comme aux chemises, manchettes, rabats, &c. (D. J.)

Pinces rondes & Plates, outil de Ferblantier. Ces pinces sont faites comme les pinces de bien d’autres ouvriers qui s’en servent. Voyez les fig. dans les Pl. du Ferblantier. Les premieres sont les tenailles plates, & les secondes les tenailles rondes.

Pinces longues, rondes, outil de Ferblantier, ce sont deux morceaux de fer en croix, comme des ciseaux, attachés au milieu avec un clou, rivé de façon que cela forme des pinces. Les branches d’en-haut sont rondes & finissent en pointe, & celles d’en-bas sont plates ; elles servent aux Ferblantiers pour goudronner & canneler les lampions. Voyez les fig. Pl. du Ferblantier.

Pince, terme de Fondeur, c’est le bord ou l’extrémité inférieure de la cloche, sur lequel frappe le battant. (D. J.)

Pinces rondes & Plates, outils de Gaîniers. Ces pinces sont exactement faites comme les autres pinces dont tous les autres ouvriers se servent, comme par exemple celles des Chaînetiers, Ferblantiers, &c. Voyez les Pl. de Ferblanterie.

Pinces ou Pincettes, fig. 88, Pl. XVII. de l’Horlogerie. Cet outil dont les Horlogers se servent pour tenir différentes pieces, ou agir sur elles avec plus de commodité, est composé de deux branches mobiles sur un centre C ; les extrémités ee de cet instrument sont taillées & trempées fort dur. Ces tailles servent à faire autant de petites dents qui, s’engageant dans la piece qui est contenue dans ces extrémités ee, font qu’on la tient avec plus de force que si elles étoient lisses.

Pince, (Maréchal.) c’est dans le pié des chevaux l’arrête que la corne fait aux piés de devant, & qui est comprise entre les deux quartiers. On broche plus haut à la pince des piés de devant qu’à ceux de derriere, parce que la corne ou la pince est plus forte ; & qu’en brochant haut il y a outre cela moins de danger de rencontrer le vif.

Pinces sont aussi quatre dents de devant de la bouche du cheval, qu’il pousse entre deux ou trois ans, & dont deux sont à la mâchoire supérieure & deux à l’inférieure.

Pinces de bois, sont parmi les Orfevres en gros des pinces de bois dont ils se servent pour tirer les pieces d’orfévrerie du blanchiment, parce que le fer rougiroit l’argent & gâteroit le blanchiment. Voyez fig. & les Pl.

Pince, outil de Passementier, petit instrument de fer, en forme de tenailles pointues, dont se servent les Passementiers-Boutonniers, pour redresser les fleurs de leurs campanes, & autres semblables ouvrages. (D. J.)

Pince, instrument de Paveur, barre de fer ronde & presque grosse comme le bras, grande d’environ trois piés, & pointue par le bout, dont les Paveurs se servent pour arracher le pavé. (D. J.)

Pince, outil de Relieur, outil en forme de tenailles de fer. Le mors de cette petite tenaille, c’est-à-dire, l’endroit par où elle pince, est plat. On s’en sert pour pincer les nervures ; ce qui se fait en approchant avec la pince de chaque côté des nerfs, les ficelles dont le livre est fouetté. (D. J.)

Pinces, instrumens du métier des étoffes de soie. Les pinces sont un petit outil de fer à deux branches repliées l’une contre l’autre, bien limées, & qui se rencontrent juste lorsqu’on appuie les doigts pour les serrer ; elles servent à nettoyer les étoffes à mesure qu’elles se fabriquent, ou quand elles sont fabriquées.

La pince est encore un outil propre à couper le poil du velours, à mesure qu’il se fabrique.

Pinces, en terme de Tablettier-Cornetier, se dit de grosses tenailles dont les serres sont plates, qui sont attachées à un ban ou à un établi. Elles servent à tenir le galin dans la marmite où on l’a mis pour le mollifier, pour l’étendre & pour l’ouvrir. Voyez Mollifier, Étendre & Ouvrir. Ces pinces sont tenues fermées par le moyen d’une traverse percée de plusieurs trous, dans lesquels une des extrémités passe. Ces trous sont faits de distance en distance, pour que les pinces restent plus ou moins ouvertes selon l’épaisseur de la piece qu’elles tiennent. Voyez les figures & les Planches.

Pinces, s. f. pl. (terme de Chasse.) les Chasseurs nomment pinces, les deux bouts des piés des bêtes fauves. L’usure de leurs pinces prouve que la bête est vieille.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « pince »

Étymologie de pince - Littré

Voy. PINCER ; espagn. pinzas ; vénit. pizza, piqûre.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de pince - Wiktionnaire

Déverbal de pincer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « pince »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
pince pɛ̃s play_arrow

Citations contenant le mot « pince »

  • Le rapport de recherche sur le marché mondial des instruments chirurgicaux (ciseaux et pinces à outils et pince et porte-aiguille) est une analyse approfondie de l’industrie universelle qui démontre principalement une évaluation authentique ainsi que des perspectives futuristes de l’industrie respective. En outre, il comprend des aspects substantiels tels que la demande du marché des instruments chirurgicaux (ciseaux et pinces à outils et pince et porte-aiguille), la part des revenus, le volume des ventes, les coûts de production, les taux de croissance annuels et bien plus encore. Le rapport sur le marché des instruments chirurgicaux (ciseaux à outils et pinces et pince et porte-aiguille) élabore également des segments importants, présente la rivalité de l’industrie des instruments chirurgicaux (ciseaux à outils et pinces et pince et porte-aiguille), l’environnement marketing, ainsi que les principaux concurrents dans le monde de la chirurgie. Marché des instruments (ciseaux et pinces à outils et pince et porte-aiguille). L’étude aide les acteurs du marché des instruments chirurgicaux (ciseaux et pinces à outils et pince et porte-aiguille), les clients, les dirigeants du secteur et les parties prenantes à acquérir les connaissances indispensables sur certains secteurs. Instant Interview, Recherche sur le marché des instruments chirurgicaux (ciseaux et pinces à outils et pince et porte-aiguille) (impact du COVID-19) 2020-2026: SIM Surgical, BMT Medizintechnik GmbH – Instant Interview
  • Des chercheurs ont mis au point une pince acoustique permettant le contrôle de microbulles pour le largage ultra localisé de médicaments. Nous avons interrogé Diego Baresch, physicien à l'Institut de mécanique et d'ingénierie de Bordeaux (I2M, CNRS) et auteur principal de cette nouvelle étude. Techniques de l'Ingénieur, Une pince acoustique pour le largage ultra localisé de médicaments | Techniques de l'Ingénieur
  • Pour celles qui n’auraient pas vu passer les années 1990, la pince crabe était alors un accessoire indispensable. Il ne s’agit ni plus ni moins que d’une pince à cheveux grand format avec de grosses dents. À l’apogée de sa gloire, elle revêtait des coloris flashy ou des motifs écailles très tendance. Si elle séduisait autant, c’était notamment pour son côté très pratique. En moins de deux, elle fixe chignon et queue-de-cheval pour toute la journée. Idéale pour les chevelures épaisses, elle convient en réalité à tous les types de cheveux. Besoin de s’attacher rapidement les cheveux avant de passer sous la douche, à la piscine, pour sortir acheter du pain, pour aller en cours, etc. ? Elle répond toujours présente. La pince crabe a connu un petit passage à vide, mais en 2020, elle revient sur le devant de la scène. Gala.fr, Coiffure : comment utiliser la pince crabe pour être stylée ? - Gala
  • Quand je regarde ma vie, je me dis que j’ai été sacrément chanceux d’accomplir tout cela. Je dois même me pincer plusieurs fois pour y croire. De Arnold Schwarzenegger / Extrait de l'interview du Figaro du 1er juillet 2015
  • Même la mante religieuse est capable de se débarrasser de ses pinces quand elle n'arrive pas à se dégager. De Gao Xingjian / La Montagne de l'âme
  • Torture : nom commun féminin, mais ce n'est pas de ma faute. Bien plus que le costume trois pièces ou la pince à vélo, c'est la pratique de la torture qui permet de distinguer à coup sûr l'homme de la bête. De Pierre Desproges / Dictionnaire superflu
  • Les pinces de notre esprit sont des pinces grossières ; en saisissant la vérité, elles la déforment toujours un peu. De Herbert George Wells / Choses premières et dernières
  • Un gentleman est un monsieur qui se sert d'une pince à sucre, même lorsqu'il est seul. De Alphonse Allais
  • La comptabilité est la pince-monseigneur des sociétés anonymes. De Jean-Paul Laffitte / Jéroboam ou la finance sans méningite
  • Celui qui a mal aux dents cherche la pince. De Proverbe marocain
  • Flic : pince sans rire. De Guy-Guy Bouzoune / Quand les tilleuls mentent

Images d'illustration du mot « pince »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « pince »

Langue Traduction
Corse pinza
Basque aliketak
Japonais ペンチ
Russe плоскогубцы
Portugais alicate
Arabe كماشة
Chinois
Allemand zange
Italien pinze
Espagnol alicates
Anglais pliers
Source : Google Translate API

Synonymes de « pince »

Source : synonymes de pince sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires