La langue française

Forceps

Sommaire

  • Définitions du mot forceps
  • Étymologie de « forceps »
  • Phonétique de « forceps »
  • Évolution historique de l’usage du mot « forceps »
  • Citations contenant le mot « forceps »
  • Images d'illustration du mot « forceps »
  • Traductions du mot « forceps »
  • Synonymes de « forceps »

Définitions du mot forceps

Trésor de la Langue Française informatisé

FORCEPS, subst. masc.

Objet ou organe en forme de tenaille.
A.− CHIR. (obstétrique). Instrument en forme de pince dont les deux branches séparables se terminent généralement par une sorte de cuillère évidée et servant à saisir la tête du fœtus pour extraire celui-ci de l'utérus quand l'expulsion naturelle ne peut se faire. Forceps anglais, français; forceps d'Alfieri, de Chamberlayne, de Murray; employer le forceps, accoucher au forceps. Synon. vieilli les fers.Son fils, arraché par le forceps au sein maternel, était mort en voyant la lumière (Sand, Hist. vie,t. 2, 1855, p. 348).Félicia, sœur cadette du père Frontenac, idiote depuis sa naissance (le médecin s'était, disait-on, servi du forceps avec trop de vigueur) (Mauriac, Myst. Frontenac,1933, p. 23).On les rencontre [les paralysies faciales] soit à titre transitoire chez le nouveau-né, après application de forceps, soit à titre définitif, lorsqu'il existe une malformation de certains os du crâne (QuilletMéd.1965, p. 366):
Tel qu'il était avec son crâne sorti au forceps cinquante-sept ans plus tôt et qui portait encore la marque des fers, avec ces deux énormes renflements au-dessus des tempes à peine recouvertes d'un duvet blanc, avec ses gros yeux bleus globuleux, aux paupières tombantes, avec sa grande denture jaune, il se préférait à tous les La Monnerie de la terre. Druon, Gdes fam.,t. 1, 1948, p. 72.
P. métaph. ou p. compar. Quel moyen de salut as-tu trouvé, drôle? Faudra-t-il t'accoucher ton idée avec le forceps? (Hugo, N.-D. Paris,1832, p. 451).Il fallut (...) que l'émeute-Barbès, en éclatant dans les rues de Paris, fît l'office du forceps pour obliger le roi et la Chambre à accoucher d'un ministère (Sainte-Beuve, Nouv. lundis, t. 1, 1861, p. 95).La Russie est, à cette époque, une nation adolescente accouchée au forceps, depuis un siècle à peine (Camus, Homme rév.,1951, p. 187).
B.− ANAT. Forceps du corps calleux. ,,L'ensemble des radiations du bourrelet du corps calleux qui rencontrent la corne occipitale du ventricule latéral`` (Lov.-Veill. 1954).
Forceps minor. Synon. forceps anterior ou antérieur.Les irradiations (...) semblent s'épanouir en éventail dans le lobe frontal, en formant le forceps minor ou anterior (Gérard, Anat. hum.,1912, p. 324).
Forceps major. Synon. forceps posterior ou postérieur.Les irradiations postérieures (...) semblent se déployer autour des cornes temporales et occipitales de ventricules latéraux en formant le forceps major ou posterior (Gérard, Anat. hum.,1912, p. 324).
C.− ENTOMOL. ,,Organites de l'appareil copulateur mâle utilisés pendant l'accouplement; appendices en forme de pince terminant l'abdomen comme chez les forficules ou les Japyx`` (Séguy 1967).
Prononc. et Orth. : [fɔ ʀsεps]. Ds Ac. 1762-1932. Étymol. et Hist. 1692 (J. B. Callard de La Ducquerie, Lexicon medicum, etymologicum ds Lar. Lang. fr.). Du lat. class. forceps « pince (de forgeron) ». Fréq. abs. littér. : 22.

Wiktionnaire

Nom commun

forceps \fɔʁ.sɛps\ masculin

  1. (Médecine) Instrument en forme de grandes et larges pinces, dont on se sert dans les accouchements laborieux pour l’extraction de l’enfant.
    • Un cocher, une cuisinière, une femme de chambre demeuraient au service de tante Félicia, sœur cadette du père Frontenac, idiote depuis sa naissance (le médecin s’était, disait-on, servi du forceps avec trop de vigueur). — (François Mauriac, Le Mystère Frontenac, 1933, p. 19)
  2. Nom aussi donné aux cerques du forficule, les pinces qu’il possède à l’extrémité de l’abdomen.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)

Nom commun

forceps

  1. Forceps.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FORCEPS. (On prononce le P et l'S.) n. m.
T. de Chirurgie emprunté du latin. Instrument en forme de grandes et larges tenettes, dont on se sert dans les accouchements laborieux pour l'extraction de l'enfant.

Littré (1872-1877)

FORCEPS (for-sèps') s. m.
  • 1 Terme d'obstétrique. Instrument destiné à embrasser la tête du fœtus et à l'extraire de la matrice.
  • 2 Terme d'entomologie. Organe qui garnit l'extrémité anale du corps de quelques insectes.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

FORCEPS, en Chirurgie, mot latin qui signifie littéralement une paire de tenailles : il convient génériquement à toutes les especes de pincettes, ciseaux, cisoires, tenettes, & autres instrumens avec lesquels on saisit & l'on tire les corps étrangers. Voyez Corps étranger, Exérese.

On a conservé particulierement le nom de forceps à une espece de tenette destinée à faire l'extraction d'un enfant dont la tête est enclavée au passage. Cet instrument a été appellé longtems le tire-tête de Palfin, du nom de cet auteur, chirurgien & lecteur d'anatomie à Gand. Nous avons peu d'instrumens qui ayent souffert plus de changemens dans leur construction. On peut lire avec fruit l'histoire très-détaillée des différens forceps, dans un traité de M. Levret, de l'académie royale de Chirurgie, intitulé observations sur les causes & les accidens de plusieurs accouchemens laborieux, Paris 1747, & dans la suite de ces observations données au public en 1751.

Cet instrument est composé de deux branches, auxquelles on considere un corps & deux extrémités ; l'une antérieure, pour saisir la tête de l'enfant ; & l'autre postérieure, qu'on peut appeller le manche. La jonction des deux branches à l'endroit du corps se fait par entablement. A l'une des branches, il y a un bouton conique qui entre dans une ouverture pratiquée dans le corps de l'autre branche, & on les assujettit par le moyen d'une coulisse à mortaise, laquelle engage le collet qui est à l'extrémité du bouton. M. Smellié, célebre praticien de Londres, se sert d'un forceps dont les deux pieces se joignent par encochure ; on les fixe par un lac ou lien qu'on noue sur les manches. M. Levret avoue que cette jonction par deux coches profondes qui se reçoivent mutuellement, est plus commode dans l'usage que la jonction par l'entablement à mi-fer : mais il ne la croit pas si stable, non-seulement par le défaut d'opposition exacte des parties supérieures de l'instrument, mais encore par le vacillement des branches, que le lien ne peut empêcher.

L'extrémité anterieure de chaque branche est une cuillere fenêtrée ; la tête s'engage naturellement dans ces vuides, & donne par-là une bonne prise à l'instrument. Dans les forceps anglois le plein de la partie intérieure étoit demi-rond sur sa largeur. M. Levret y a fait pratiquer une petite cannelure bordée d'une petite levre le long du bord interne le plus éloigné du vuide des branches, afin que l'instrument pût s'appliquer encore plus intimement sur les parties latérales de la tête de l’enfant, & que la prise fût plus solide.

Les manches ou parties postérieures de l’instrument n’ont pas besoin de description : la figure 1. Planche XV. de Chirurgie, représente cet instrument à la moitié du volume naturel.

Le forceps est un instrument indispensable dans la pratique des accouchemens. Il est fort avantageux pour tirer un enfant dont la tête est enclavée au passage, ou lorsque l’accouchement traîne en longueur, & qu’il devient impossible par l’épuisement des forces de la mere. Son usage n’est point dangereux ; on tire par son moyen des enfans vivans sans aucune impression funeste.

On ne doit pas toûjours se proposer d’amener la tête en-dehors par l’usage du forceps : il peut servir avec succès à la repousser en-dedans lorsqu’elle n’est pas trop avancée ; ce qui se fait en donnant à l’instrument qui embrasse la tête des petits mouvemens en-haut, en-bas, & latéralement ; & lorsqu’on est parvenu à faire rentrer la tête, on peut porter la main dans la matrice pour aller saisir les pieds de l’enfant, & terminer l’accouchement suivant la méthode ordinaire en pareil cas.

Les anciens accoucheurs, faute de cet instrument, attendoient tout des forces de la nature dans les accouchemens, jusqu’à ce que le fœtus étant mort ils se servoient du crochet. Voyez Crochet. Souvent même à raison du péril où la mere se trouvoit, ils étoient forcés d’avoir recours à ce dernier instrument, & de sacrifier l’enfant vivant ; procédé généralement condamné par les modernes, qui préviennent tous les desordres qui peuvent suivre de l’enclavement de la tête de l’enfant, en se servant du forceps. Le signe le plus positif qui doit déterminer l’accoucheur à employer promptement le forceps, c’est la formation d’une tumeur sur la tête enclavée de l’enfant, qui n’avance plus quoique le travail ne soit point interrompu, mais seulement ralenti. La circonstance la plus ordinaire, & dans laquelle on se sert le plus utilement du forceps sur une femme bien conformée, c’est lorsque la base du crane est encore placée au-dessus du détroit supérieur des os du bassin, pendant que le casque osseux est dans le vagin, & que l’orifice de la matrice est presqu’entierement effacé par sa grande dilatation : il est bon d’observer qu’à quelque degré que la tête soit enclavée, elle permet toujours l’introduction des branches du forceps, parce qu’elle se prête suffisamment à leur passage, sans qu’il soit besoin d’user d’aucune violence capable de nuire à la mere ni à l’enfant. Aussi se sert on fort utilement de cet instrument dans les cas où la difficulté de l’accouchement vient du volume trop considérable de la tête de l’enfant sans hydrocéphale ; car au moyen du forceps on facilite peu-à-peu son alongement, & l’on procure enfin sa sortie.

Pour faire usage du forceps, il faut d’abord placer convenablement la malade sur le bord de son lit, les cuisses élevées & écartées, les piés rapprochés des fesses, & maintenus en cette situation par des aides. On tâche ensuite de reconnoître dans l’intervalle de deux douleurs, s’il y en a encore, avec l’extrémité des doigts, dans quel point de sa circonférence la tête de l’enfant paroît le moins serrée ; c’est ordinairement la partie latérale du bassin ; & par ce même endroit on introduit la branche du forceps qui porte l’axe, si c’est du côté gauche, en l’appuyant plus sur la tête de l’enfant que contre le bassin de la mere, afin de conduire cette branche entre ces parties sans les blesser. Il faut pour cet effet tenir obliquement la branche qu’on veut introduire, & la diriger de bas en haut jusqu’à ce que son extrémité supérieure se trouve placée dans l’échancrure de l’os des îles de ce côté : alors il faut faire décrire à cette branche un demi-cercle, en la faisant passer en côté opposé par le dessus ou par le dessous, suivant qu’il y aura moins de résistance. Un aide doit soûtenir cette branche. L’opérateur introduit la seconde par le même endroit que la premiere ; & lorsqu’elle est à une égale profondeur, on les croise pour les joindre solidement par le moyen de l’axe & de la piece à coulisse destinés à cet usage.

Lorsque la tête est bien saisie, il faut en faire l’extraction : premierement il faut tirer vers le bas pour faire descendre la tête dans le vagin ; & lorsqu’elle y est descendue presqu’entierement, on doit tirer horisontalement ; & sur la fin il faut relever les mains. Ces trois mouvemens sont indiqués par la direction du chemin que la tête doit parcourir depuis le détroit du bassin jusqu’au dehors de la vulve. Mais outre ces mouvemens principaux il faut encore, pour faciliter l’opération, en faire de petits en tous sens pendant tout le tems de l’extraction.

Mais lorsque la face de l’enfant est tournée en-dessus, il est rare, pour ne pas dire impossible, suivant M. Levret, que le forceps droit puisse saisir la tête, parce que ses branches sont dirigées vers la saillie de l’os sacrum ; ensorte que lorsqu’on croit tenir avec cet instrument la tête dans l’un de ses diametres, on ne tient qu’une portion de sa circonférence près du cou ; de maniere qu’il est alors absolument impossible d’en faire l’extraction, parce que l’instrument, faute d’une prise convenable, s’échappe entre la tête de l’enfant & le rectum de la mere. Ce defaut de succès a suggéré à M. Levret une correction du forceps : il a donné à ses branches une courbure, au moyen de laquelle on peut saisir la tête de l’enfant au-dessus des os pubis. Voyez Plan. XV. fig. 2. Et comme ce nouveau forceps peut servir dans tous les cas, M. Levret a proscrit le droit de sa pratique. Un homme intelligent sentira assez la précaution que la courbure exige pour l’introduction de l’instrument, & dans les mouvemens pour l’extraction de la tête. Le forceps courbe peut aussi être d’un grand secours pour extraire la tête d’un enfant restée dans la matrice & séparée du corps.

En général on ne doit se servir du forceps que dans les cas où il est impossible que la tête sorte du couronnement sans son secours : ainsi il ne doit avoir lieu que quand la tête y est si serrée qu’elle peut être dite enclavée. On pourroit quelquefois prévenir ces enclavemens par des manœuvres particulieres dirigées avec intelligence, différemment suivant les cas : par exemple, quand le visage de l’enfant se présente avec le menton ou le front contre l’os pubis, on essaye de faire remonter l’enfant assez haut pour que la tête se présente directement au passage. Si l’on ne peut y réussir, il semble d’abord qu’il n’y auroit point d’autre moyen que de recourir au forceps ; cependant on parvient à faire descendre aisément le front dans le vagin, en faisant mettre la femme sur les genoux & les coudes, & en appliquant dans cette posture une main sur le pubis.

Il y a des cas où il suffiroit pour déclaver la tête d’un enfant, d’introduire entre elles & les parties de la mere qui s’opposent à la sortie de l’enfant, un instrument fait en levier. Tel est le fameux instrument de Roonhuisen, qui a été si long-tems un secret en Hollande, où l’on assûre que ce célebre praticien terminoit presque tous les accouchemens laborieux par ce moyen si simple. Voyez Pl. XV. fig. 3. Il paroît qu’on peut dégager avantageusement par ce levier la tête retenue par l’os pubis, ou la tête qui dans une disposition oblique de la matrice arc bouteroit contre une des tubérosités de l’os ischion. Voyez sur l’usage des forceps, les ouvrages de M. Levret & ceux de M. Smellié, accoucheurs à Paris & à Londres ; la matiere y est traitée d’une maniere très-instructive, toutes les difficultés y sont éclaircies ; l’expérience & la théorie s’y prêtent un appui mutuel. (Y)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « forceps »

Lat. forceps, tenaille, que Festus tire de formus, chaud, et capere, prendre : instrument propre à saisir les corps chauds.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Date à préciser) Du latin forceps.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Du latin forceps.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « forceps »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
forceps fɔrsɛps

Évolution historique de l’usage du mot « forceps »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « forceps »

  • Dernièrement, l'association Lasaire, par la voix de son fondateur, Pierre Héritier, s'est émue « d'une fusion au forceps » alertant sur le risque d'une perte d'autonomie de l'université Jean-Monnet. L'association qui réunit des représentants des syndicats, des acteurs du monde économique, culturel et associatif a semble-t-il été interpellée par plusieurs universitaires qui s'interrogent sur le futur modèle universitaire porté par l'Université de Lyon, notamment son caractère social. L'Essor Loire, Université de Saint-Etienne : « Pas de fusion au forceps »
  • Ainsi il a pu sembler, durant un instant de raison, ou le temps d’un rêve, que le modèle économique d’une croissance au forceps (stakhanoviste à l’Est et keynésien à l’Ouest) dominant depuis les années 50, arc-bouté sur le refus du retour de la récession des années trente et du cycle économique par la relance de la dépense publique et des politiques monétaires accommodantes, le déficit et l’endettement publics croissants, pourrait connaître une remise en cause radicale, alors même que les stabilisateurs sociaux faisaient exploser les déficits publics et jouaient à court terme le rôle de panacée dans le domaine sanitaire et social, puisqu’en France du moins, la promesse était faite que chacun serait « indemnisé » et « compensé » quoi qu’il en coûte (on ne précisera pas à qui finalement).  , Le modèle d'une économie au forceps reste malheureusement de mise « demain » comme « hier »
  • DÉCRYPTAGE - L’examen du projet de loi, adopté au forceps en première lecture à l’Assemblée le 4 mars, a été stoppé net par le coronavirus. Le Figaro.fr, Les points sensibles de la réforme des retraites encore à trancher
  • Trois syndicats de médecins devraient signer lundi l’accord sur les revalorisations salariales négocié au forceps avec le gouvernement, permettant à ce dernier d’obtenir une majorité. SudOuest.fr, Ségur de la santé : trois syndicats de médecins vont signer un accord sur les salaires
  • Interrompues mardi soir après six heures d’échange avec les syndicats, la négociation au forceps sur les salaires des soignants s’est poursuivie ce mercredi dans le cadre du «Ségur de la santé». Car le gouvernement veut parvenir à un accord, et vite. «Je souhaite régler en large part le sujet cette semaine», a indiqué le premier ministre Jean Castex, le matin, lors de sa première séance de questions au gouvernement (QAG) à l’Assemblée. «Je suis intervenu dès hier pour demander que l’effort considérable, mérité et justifié que la nation doit faire pour les soignants en termes de salaires, soit complété par des créations d’emplois dans les établissements de santé», a-t-il précisé. Le Figaro.fr, Le «Ségur de la santé» peine à s’accorder sur les mesures de revalorisation salariale
  • Au moment de l'expulsion, il faut parfois aider le bébé à naître. Et avoir recours à des instruments aux noms barbares : forceps, ventouse, spatules. Le point sur ces techniques. PARENTS.fr, Accouchement - Les forceps pour aider le bébé à naître | PARENTS.fr
  • Les forceps : Les forceps sont utilisés lorsque la tête du bébé est bloquée à mi-chemin dans le bassin. Femme Actuelle, Ventouse, forceps, spatules : dans quel cas fait-on appel à ces accessoires lors d'un accouchement ? : Femme Actuelle Le MAG
  • Les forceps (« pinces » en anglais) sont des instruments métalliques semblables à deux grandes cuillères qui viennent épouser la tête du bébé lors de l’accouchement. Il en existe différents modèles : à branches parallèles ou croisées, les branches étant solidarisées par un tracteur après la pose des cuillères ou encore deux spatules indépendantes. L’usage des forceps est réservé au gynécologue, lequel choisit le type d’instrument à utiliser en fonction de la situation : la force de traction à appliquer, la position de la tête du bébé dans le bassin, la taille du bébé, etc. Magicmaman.com, Quand a-t-on recours aux forceps ? - Magicmaman.com
  • (AFP) - Le fondateur du SAMU, le professeur Louis Lareng, s'est éteint dimanche à Toulouse à 96 ans. Après avoir déplacé aux forceps l'hôpital "hors les murs", ce visionnaire a aussi initié "la médecine sans les murs" pour téléporter la santé dans les campagnes. ladepeche.fr, Le fondateur du Samu, Louis Lareng, ou le combat au forceps d'un visionnaire - ladepeche.fr
  • Les forceps sont les plus connus des instruments dits d'extraction utilisés lors d'un accouchement pour dégager plus facilement la tête de l'enfant et accélérer l'expulsion. Santé Magazine, Accouchement : faut-il craindre les forceps ? | Santé Magazine
  • Les chercheurs ont aussi examiné la relation entre l'épisiotomie et les lésions obstétricales du sphincter anal (LOSA), une affection caractérisée par de graves déchirures au périnée. Des déchirures graves dans cette région peuvent entraîner des douleurs à court et à long terme, des infections, des problèmes sexuels et de l'incontinence. Au Canada et dans d'autres pays industrialisés, le taux de LOSA a augmenté jusqu'à 15 % au cours des dernières années. En 2017 seulement, environ 18 % des Canadiennes ont reçu un diagnostic de LOSA après un accouchement à l'aide de forceps ou d'une ventouse. www.pourquoidocteur.fr, Accouchement : l’épisiotomie peut être utile en cas d’utilisation d’instruments
  • Les débats ont été houleux. La décision devait être prise avant lundi 12 octobre, date annoncée de la rouverture des urgences. Elle était loin d’être acquise. C’est au forceps que les partisans d’un redémarrage des urgences l’ont emporté.  , VIDEO. Hôpital du Bailleul : les urgences rouvrent... au forceps le smur reste suspendu | Les Nouvelles de Sablé

Images d'illustration du mot « forceps »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « forceps »

Langue Traduction
Anglais forceps
Espagnol pinzas
Italien forcipe
Allemand zange
Chinois 钳子
Arabe ملقط
Portugais fórceps
Russe щипцы
Japonais 鉗子
Basque pintzak
Corse forceps
Source : Google Translate API

Synonymes de « forceps »

Source : synonymes de forceps sur lebonsynonyme.fr
Partager