La langue française

Tenaille

Sommaire

  • Définitions du mot tenaille
  • Étymologie de « tenaille »
  • Phonétique de « tenaille »
  • Citations contenant le mot « tenaille »
  • Images d'illustration du mot « tenaille »
  • Traductions du mot « tenaille »
  • Synonymes de « tenaille »

Définitions du mot tenaille

Trésor de la Langue Française informatisé

TENAILLE, subst. fém.

A. − Souvent au plur.
1. Instrument de fer composé de deux pièces attachées l'une à l'autre par un axe, autour duquel elles s'ouvrent et se ferment, deux de leurs extrémités servant de manche que l'on serre, les autres en forme de mâchoire servant à tenir, arracher ou couper quelque chose. Tenaille à chanfrein, à bec; tenailles de chirurgien, de forgeron, de menuisier, de vitrier; tenailles incisives; paire de tenailles; les mors de la tenaille; arracher un clou avec des tenailles; tenaille à rail, à traverse . Puis il s'ajouta les deux mains de fer du forgeron, une tenaille et une pince; la tenaille étreint, la pince manie; l'une agit comme le poignet, l'autre comme le doigt (Hugo, Travaill. mer, 1866, p. 287).Une femme dans l'action de tremper, avec des tenailles, un fer rouge dans un vase plein d'eau (Fulcanelli, Demeures philosophales, t. 2, 1929, p. 206).
Tenailles de maréchal-ferrant. Synon. de tricoises.
HIST. DE LA JUSTICE. Instrument employé pour la torture. Le roi: (...) René, je vous ferai enlever la chair lambeau par lambeau avec une tenaille rougie, si vous ne dites pas à qui appartient ce livre (Dumas père, Reine Margot, 1847, IV, 10etabl., 5, p. 136).On le torture pendant deux heures; quand on lui mordait les chairs avec des tenailles rouges, on ne lui arracha qu'un cri: Père, ayez pitié de moi! (Du Camp, Hollande, 1859, p. 80).
P. métaph. Ce matin, Mauriac prévoit la persécution, les tortures, les tenailles rougies au feu (Green, Journal, 1949, p. 234).
P. anal. (de forme ou d'empl.). Tudieu! quel poignet vous avez, monsieur l'abbé! dit Caderousse, caressant son bras tout meurtri par les tenailles de chair qui l'avaient étreint (Dumas père, Monte-Cristo, t. 2, 1846, p. 351).M. Vernet a d'énormes biceps, roulants et presque grondants (...) Il peut, entre ces tenailles de chair, écraser une noix, faire péter une balle élastique (Renard, Écorn., 1892, p. 26).
En tenaille(s). (Comme) dans une tenaille. Zebdani, le premier gravissant les murailles, Le saisit par le corps de ses bras en tenailles (Lamart., Chute, 1838, p. 906).
ENTOMOL., vieilli. Crochets terminant l'abdomen de certains insectes (libellules, perce-oreilles, etc.) (d'apr. Bouillet 1859). Leur tête devient plus large que le thorax et porte deux grandes tenailles saillantes (E. Perrier, Zool., t. 1, 1893, p. 983).
2. Au fig. Ce qui enserre comme dans un étau, dans une tenaille et risque d'écraser. Oui, plains ces insulteurs acceptant à genoux L'horrible paix qui prend la France en sa tenaille! (Hugo, Année terr., 1872, p. 205).Serré entre cet état et l'Empire germanique, que deviendrait le royaume de France? C'est miracle qu'il n'ait pas été écrasé. La fin du règne de Louis VII se passa à écarter la tenaille et à (...) défendre les provinces du Midi contre l'envahissement anglo-normand (Bainville, Hist. Fr., t. 1, 1924, p. 62).
B. − FORTIF. ,,Ouvrage composé de deux faces qui présentent un angle rentrant vers la campagne, et qui sert à couvrir une courtine`` (Ac. 1835-1935). Tenaille du fossé (Besch. 1845). Lignes à tenailles (Littré).
.Double tenaille. Celle qui possède un angle saillant au milieu, entre deux angles rentrants. (Dict. xixeet xxes.).
REM. 1.
Tenaillé, -ée, adj.,fortif. Tracé tenaillé ou ligne, fortification tenaillée. Système comportant une succession d'angles saillants et rentrants (Dict. xixeet xxes.).
2.
Tenette, subst. fém.[Corresp. à tenir 1reSection I A 1] a) Chir., le plus souvent au plur. Pince utilisée pour l'extraction des calculs de la vessie, des projectiles, des fragments osseux. Les tenettes ordinaires ont le grave inconvénient d'occuper un espace considérable, et de grossir ainsi le volume du corps à extraire (Littré-Robin1855).b) Technol., au plur. Petites tenailles utilisées pour l'étamage (Peyroux Techn. Métiers 1985).
Prononc. et Orth.: [tənɑ:j], [-a-]. Littré, Barbeau-Rodhe 1930, Warn. 1968, Pt Rob., Lar. Lang. fr. [-ɑ-] mais Martinet-Walter 1973: [-a-] 10/17 et Rob. 1985 [-a-]. V. -aille. Att. ds Ac. dep. 1694. (Ac. 1694, vedette au plur.; dep. 1718 vedette au sing. mais: ,,on le dit plus ordinairement au pluriel``). Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1160 « outil de fer composé de deux branches à mors qui s'ouvrent et se resserrent de manière à saisir et à tenir fortement » (Eneas, éd. J.-J. Salverda de Grave, 9557); b) 1660 tenaille à viz « étau à main des serruriers » (Oudin Fr.-Esp.); 1904 tenaille à rails « pince à mors arrondis et à branches horizontales, pour soulever et porter les rails de chemin de fer » (Nouv. Lar. ill.); 2. 1550 « instrument de torture en forme de tenailles » (La Grise, tr. Guevara, II, 32 ds Hug.); 3. 1592 « sorte d'ouvrage de fortification » (Monluc, livre IV (II, 145), ibid.); 1554 fig. « ce qui serre, étreint » (Magny, Gayetez, les Martinales ds Gdf. Compl.: la tenaille de l'ennuy). Issu du lat. pop. tenacula, plur. neutre pris pour un fém. sing. de tenaculum « lien, attache », dér. du lat. class. tenere « tenir* »; le plur. s'explique par le fait que la tenaille se compose de deux parties. Fréq. abs. littér.: 146.
DÉR.
Tenaillon, subst. masc.,fortif. ,,Petite tenaille, ouvrage construit vis-à-vis l'une des faces de la demi-lune`` (Ac.). [tənɑjɔ ̃], [-a-]. Supra prononc. Att. ds Ac. dep. 1762. 1resattest. a) 1567 « pince des scorpions » (J. Grevin, Theriaq. de Nicander, p. 51 ds Gdf. Compl.), b) 1708 fortif. (d'apr. Rich. 1732); dimin. de tenaille, suff. -on*.
BBG. − Archit. 1972, p. 171.

tenaille , subst. fém.« 1. (surtout au plur.) outil de métal, formé de deux pièces assemblées en croix, dont une extrémité sert de manche et l'autre forme mâchoire; p. ext., tenaille à vis, étau à main de serrurier; anciennement, instrument de supplice en forme de tenailles. 2. fortif., ouvrage présentant un angle rentrant (face à l'ennemi) »

Trésor de la Langue Française informatisé

TENAILLE, subst. fém.

A. − Souvent au plur.
1. Instrument de fer composé de deux pièces attachées l'une à l'autre par un axe, autour duquel elles s'ouvrent et se ferment, deux de leurs extrémités servant de manche que l'on serre, les autres en forme de mâchoire servant à tenir, arracher ou couper quelque chose. Tenaille à chanfrein, à bec; tenailles de chirurgien, de forgeron, de menuisier, de vitrier; tenailles incisives; paire de tenailles; les mors de la tenaille; arracher un clou avec des tenailles; tenaille à rail, à traverse . Puis il s'ajouta les deux mains de fer du forgeron, une tenaille et une pince; la tenaille étreint, la pince manie; l'une agit comme le poignet, l'autre comme le doigt (Hugo, Travaill. mer, 1866, p. 287).Une femme dans l'action de tremper, avec des tenailles, un fer rouge dans un vase plein d'eau (Fulcanelli, Demeures philosophales, t. 2, 1929, p. 206).
Tenailles de maréchal-ferrant. Synon. de tricoises.
HIST. DE LA JUSTICE. Instrument employé pour la torture. Le roi: (...) René, je vous ferai enlever la chair lambeau par lambeau avec une tenaille rougie, si vous ne dites pas à qui appartient ce livre (Dumas père, Reine Margot, 1847, IV, 10etabl., 5, p. 136).On le torture pendant deux heures; quand on lui mordait les chairs avec des tenailles rouges, on ne lui arracha qu'un cri: Père, ayez pitié de moi! (Du Camp, Hollande, 1859, p. 80).
P. métaph. Ce matin, Mauriac prévoit la persécution, les tortures, les tenailles rougies au feu (Green, Journal, 1949, p. 234).
P. anal. (de forme ou d'empl.). Tudieu! quel poignet vous avez, monsieur l'abbé! dit Caderousse, caressant son bras tout meurtri par les tenailles de chair qui l'avaient étreint (Dumas père, Monte-Cristo, t. 2, 1846, p. 351).M. Vernet a d'énormes biceps, roulants et presque grondants (...) Il peut, entre ces tenailles de chair, écraser une noix, faire péter une balle élastique (Renard, Écorn., 1892, p. 26).
En tenaille(s). (Comme) dans une tenaille. Zebdani, le premier gravissant les murailles, Le saisit par le corps de ses bras en tenailles (Lamart., Chute, 1838, p. 906).
ENTOMOL., vieilli. Crochets terminant l'abdomen de certains insectes (libellules, perce-oreilles, etc.) (d'apr. Bouillet 1859). Leur tête devient plus large que le thorax et porte deux grandes tenailles saillantes (E. Perrier, Zool., t. 1, 1893, p. 983).
2. Au fig. Ce qui enserre comme dans un étau, dans une tenaille et risque d'écraser. Oui, plains ces insulteurs acceptant à genoux L'horrible paix qui prend la France en sa tenaille! (Hugo, Année terr., 1872, p. 205).Serré entre cet état et l'Empire germanique, que deviendrait le royaume de France? C'est miracle qu'il n'ait pas été écrasé. La fin du règne de Louis VII se passa à écarter la tenaille et à (...) défendre les provinces du Midi contre l'envahissement anglo-normand (Bainville, Hist. Fr., t. 1, 1924, p. 62).
B. − FORTIF. ,,Ouvrage composé de deux faces qui présentent un angle rentrant vers la campagne, et qui sert à couvrir une courtine`` (Ac. 1835-1935). Tenaille du fossé (Besch. 1845). Lignes à tenailles (Littré).
.Double tenaille. Celle qui possède un angle saillant au milieu, entre deux angles rentrants. (Dict. xixeet xxes.).
REM. 1.
Tenaillé, -ée, adj.,fortif. Tracé tenaillé ou ligne, fortification tenaillée. Système comportant une succession d'angles saillants et rentrants (Dict. xixeet xxes.).
2.
Tenette, subst. fém.[Corresp. à tenir 1reSection I A 1] a) Chir., le plus souvent au plur. Pince utilisée pour l'extraction des calculs de la vessie, des projectiles, des fragments osseux. Les tenettes ordinaires ont le grave inconvénient d'occuper un espace considérable, et de grossir ainsi le volume du corps à extraire (Littré-Robin1855).b) Technol., au plur. Petites tenailles utilisées pour l'étamage (Peyroux Techn. Métiers 1985).
Prononc. et Orth.: [tənɑ:j], [-a-]. Littré, Barbeau-Rodhe 1930, Warn. 1968, Pt Rob., Lar. Lang. fr. [-ɑ-] mais Martinet-Walter 1973: [-a-] 10/17 et Rob. 1985 [-a-]. V. -aille. Att. ds Ac. dep. 1694. (Ac. 1694, vedette au plur.; dep. 1718 vedette au sing. mais: ,,on le dit plus ordinairement au pluriel``). Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1160 « outil de fer composé de deux branches à mors qui s'ouvrent et se resserrent de manière à saisir et à tenir fortement » (Eneas, éd. J.-J. Salverda de Grave, 9557); b) 1660 tenaille à viz « étau à main des serruriers » (Oudin Fr.-Esp.); 1904 tenaille à rails « pince à mors arrondis et à branches horizontales, pour soulever et porter les rails de chemin de fer » (Nouv. Lar. ill.); 2. 1550 « instrument de torture en forme de tenailles » (La Grise, tr. Guevara, II, 32 ds Hug.); 3. 1592 « sorte d'ouvrage de fortification » (Monluc, livre IV (II, 145), ibid.); 1554 fig. « ce qui serre, étreint » (Magny, Gayetez, les Martinales ds Gdf. Compl.: la tenaille de l'ennuy). Issu du lat. pop. tenacula, plur. neutre pris pour un fém. sing. de tenaculum « lien, attache », dér. du lat. class. tenere « tenir* »; le plur. s'explique par le fait que la tenaille se compose de deux parties. Fréq. abs. littér.: 146.
DÉR.
Tenaillon, subst. masc.,fortif. ,,Petite tenaille, ouvrage construit vis-à-vis l'une des faces de la demi-lune`` (Ac.). [tənɑjɔ ̃], [-a-]. Supra prononc. Att. ds Ac. dep. 1762. 1resattest. a) 1567 « pince des scorpions » (J. Grevin, Theriaq. de Nicander, p. 51 ds Gdf. Compl.), b) 1708 fortif. (d'apr. Rich. 1732); dimin. de tenaille, suff. -on*.
BBG. − Archit. 1972, p. 171.

tenaille , subst. fém.« 1. (surtout au plur.) outil de métal, formé de deux pièces assemblées en croix, dont une extrémité sert de manche et l'autre forme mâchoire; p. ext., tenaille à vis, étau à main de serrurier; anciennement, instrument de supplice en forme de tenailles. 2. fortif., ouvrage présentant un angle rentrant (face à l'ennemi) »

Wiktionnaire

Nom commun

tenaille \tə.nɑj\ féminin

  1. Instrument de fer composé de deux branches croisées, tenant l’une à l’autre par une goupille, et terminées par des mâchoires qui s’ouvrent et se resserrent de manière à saisir et à serrer quelque objet, ou à le couper avec un effort plus grand. — Note : S’emploie le plus souvent au pluriel.
    • Tenaille de menuisier, de forgeron, d’emballeur. — Apportez la tenaille.
    • Le serrurier apporta ses tenailles. — Arracher un clou avec des tenailles.
  2. (Figuré) Ce qui contraint ; ce qui enserre.
    • Elle le savait, qu’en lui la jalousie était une torture physique, une plaie avivée, élargie par toutes les tenailles de l’imagination. — (Anatole France, Le Lys rouge, 1894, réédition Le Livre de Poche, page 363)
    • Depuis les Hervieu, les Bernstein, les Marguerite[sic], les Paul Adam, les Pierre Louys et leur séquelle de journalistes caudataires, prêchèrent l’émancipation sexuelle, le bris des tenailles et le culte d’Aphrodite. — (Abbé Paul Buysse, Vers la Foi catholique : L’Église de Jésus, 1926, page 188)
    • De plus, ils voisinaient au sud avec les Hermondures. Si l’Empire obtenait l’aide de ces derniers, une tenaille redoutable pouvait être envisagée. — (Pierre Renucci, Claude, Perrin, Paris, 2012, page 205)
  3. (Architecture) Ouvrage composé de deux faces qui présentent un angle rentrant vers la campagne et qui sert à couvrir une courtine.
  4. (Pêche) Pièce qui compose la charpente de la plate-forme couverte ou chafaud que les pêcheurs construisent sur le bord de la mer.
    • L’établissement de pêche consiste dans le chaufaud, ses orgages et les tenailles¹, les cabanes et leurs portes, les étaux, lavoirs et garde-poisson ; ce sont les parties immobilières par destination de la place de pêche, sur lesquelles, par conséquent, s’étend le droit de propriété du concessionnaire, restreint comme il vient d’être dit. […] ¹ Le chaufaud, ainsi qu’il a été expliqué ci-dessus, est une espèce de plateforme couverte, construite sur le bord de la mer, les orgages sont les montants en bois qui soutiennent la charpente du toit, dont les piéces portent le nom de tenaille ou tonailles. Le toit n’est pas couvert ; pendant la saison de pêche on étend sur les tonailles des toiles, souvent les voiles du navire sont employées à cet usage. Le chaufaud est alors une espèce de tente dont la carcasse est construite en bois. — (Laurent-Basile Hautefeuille, Code de la pêche maritime, Au comptoir des imprimeurs unis, Paris, 1844, page 248–249)
  5. (Héraldique) Meuble représentant l’outil du même nom dans les armoiries. Suivant les auteurs, on utilise le singulier ou le pluriel. Dans sa position ordinaire, les mâchoires sont orientées vers le chef, dans le cas contraire, on dit qu’elle est renversée.
    • D’azur, à des tenailles ouvertes en forme de chevron d’argent, accompagnées de trois fleurs de lis d’or, deux en chef et une en pointe, qui est de la commune de Thenailles de l’Aisne (armes parlantes) → voir illustration « armoiries avec une tenaille »
  6. (Jeu de dames) Type d’enchaînement, immobilisation d’un ensemble de pièces adverses.
    • En général, le caractère inévitable de combinaisons qui détruisent le centre adverse constitue l’avantage caractéristique des tenailles. — (Michael Kats, traduction Nicolas Guibert, La boussole de la stratégie, 1999, tome 1, page 6)

Forme de verbe

tenaille \tə.nɑj\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de tenailler.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de tenailler.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de tenailler.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de tenailler.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif présent de tenailler.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

TENAILLE. n. f.
Instrument de fer composé de deux branches croisées, tenant l'une à l'autre par une goupille, et terminées par des mâchoires qui s'ouvrent et se resserrent de manière à saisir et à serrer quelque objet. Tenaille de menuisier, de forgeron, d'emballeur. Apportez la tenaille. Il s'emploie le plus souvent au pluriel. Le serrurier apporta ses tenailles. Arracher un clou avec des tenailles. En termes de Fortification, il se dit d'un Ouvrage composé de deux faces qui présentent un angle rentrant vers la campagne et qui sert à couvrir une courtine.

Littré (1872-1877)

TENAILLE (te-nâ-ll', ll mouillées, et non tenâ-ye) s. f.
  • 1Instrument de fer composé de deux espèces de mâchoires qui s'ouvrent et se resserrent pour saisir. Apportez la tenaille.

    Plus usité au plur. Arracher un clou avec des tenailles. Le parlement condamna Poltrot à être déchiré avec des tenailles ardentes, tiré à quatre chevaux et écartelé, supplice réservé aux assassins des rois, Voltaire, Hist. parl. XXIV.

    Mors de la tenaille, les deux demi-cercles qui sont à un de ses bouts.

    Tenailles justes, celles avec lesquelles on saisit un lopin peu volumineux ; tenailles goulues, celles qui sont plus ouvertes et avec lesquelles on forge quelques instruments.

  • 2Instrument de maréchalerie avec lequel on tient le fer pour le travailler sur l'enclume. On distingue la tenaille à mettre au feu, qui sert à tenir le fer placé dans le foyer, et les tenailles à main, plus petites, avec lesquelles on tient le fer pour le frapper et lui donner la forme convenable.
  • 3 Terme de serrurier. Tenaille à chanfrein, espèce de mordache.

    Tenaille à vis, petit étau à main, qui sert pour tenir une clef, pour en arrondir la tige.

  • 4 Terme de treillageur. Outil de fer acéré ayant deux branches avec tête aplatie, servant à couper les pointes et à ployer les tringles.
  • 5Dans les manufactures de glaces, on appelle tenailles un cadre de fer avec lequel on embrasse les cuvettes qui tiennent le verre en fusion pour le verser sur la table de cuivre.
  • 6Instrument de chirurgie dont on se sert pour couper des esquilles ou des cartilages ; c'est une espèce de pince dont les mors ont beaucoup de force, et sont tranchants dans l'endroit où ils se touchent.
  • 7En fortification permanente, petit ouvrage bas, situé en avant de la courtine des fronts bastionnés, à deux faces qui présentent un angle rentrant vers la campagne. Deux grandes places d'armes rentrantes, ayant chacune un bon réduit, et, derrière elles, de bonnes tenailles, avec caponnières et poternes de communication au corps de la place, Raynal, Hist. phil. XIII, 32.

    Double tenaille, celle qui a un angle saillant au milieu, entre deux angles rentrants.

    En fortification passagère, combinaison de quatre droites formant un angle rentrant entre deux saillants obtus.

    Lignes à tenailles, ligne de fortification dont les éléments présentent cette combinaison.

  • 8 Terme d'entomologie. Nom donné aux crochets recourbés qui terminent l'abdomen des labidoures ou perce-oreilles, et chez les mâles de certaines libellules ou demoiselles.
  • 9Poisson des Indes.
  • 10Ancien terme de marine. Dans les galères, tenailles de poupe, deux pièces en forme d'arceau surbaissé, dont l'une est à l'entrée de la poupe et l'autre à son extrémité.

HISTORIQUE

XIIIe s. Ansois [auparavant] fu martez [marteau] et tenaille, Que ne fu li fevres sans faille, Hist. litt de la Fr. t. XXIII, p. 743.

XIVe s. Pour une tenaille, unes pincettes, et un tirtifeu, De Laborde, Émaux, p. 515.

XVe s. Dan Nichodem, venez o mei, Alum despendre notre rei [Jésus attaché à la croix] ; Nel refusum, tut seit il mort… Tanailles et martel portez, Dunt li clou serunt derivez, la Resurrection du Sauveur, p. 18.

XVIe s. Dandelot fit reconnoistre la breche par le capitaine Normand, lequel ayant fidellement rapporté les retranchements, faicts en tenaille dans le ravelin et un plus grand dans la courtine…, D'Aubigné, Hist. I, 231. Ils sauterent le fossé environ les deux tiers, et viennent mesler dans la tenaille que nous avons descritte [il s'agit d'un ordre de bataille], D'Aubigné, ib. II, 181. Une tenaille ou pincette bien acerée, faitte presque comme celles que les Parisiens et Lyonnois sont curieux d'avoir en leur foyer, D'Aubigné, ib. II, 372. Le labourage se croisera, non à angles droits, ains à obtus et aigus ou en tenaille, comme on dit, De Serres, 92. Quand nous oyons, en Josephe, cet enfant tout dechiré de tenailles mordantes et percé des alesnes d'Antiochus…, Montaigne, II, 21. Si tost que de te voir je n'ay plus le bonheur, Aussitost ce cruel me met à la tenaille D'un regret importun qui toujours me travaille Sans donner tant soit peu de treve à ma douleur, Belleau, Berger.t. I, p. 58, dans LACURNE.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

TENAILLE.
1Ajoutez :

Fig. S'il s'en peut tirer quelque chose avec des paroles, je prendrai ; mais je n'en viendrai point jusques aux tenailles, Malherbe, Lexique, éd. L. Lalanne.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

TENAILLE, s. f. (outil à l’usage de presque tous les Ouvriers.) il sert à arracher ou à tenir quelque chose. On appelle le mord de la tenaille, les deux demi-cercles qui sont à un bout, parce qu’en se rencontrant quand on les ferme, ils mordent pour ainsi dire toutes les choses qui se trouvent entre deux. Outre cette tenaille commune à toute sorte d’ouvriers, il y en a de particulieres à certains arts & métiers, comme aux orfévres, aux fondeurs, aux monnoyeurs, aux maréchaux, aux serruriers, &c. Voyez les articles suivans.

Tenaille, s. f. (Docimastique.) entre les ustensiles que l’art des essais rend indispensables, on fait usage de quatre sortes de ténailles, forcipes.

La premiere est composée de deux leviers de fer, longs de deux piés, épais de deux lignes, & attachés par le milieu à l’aide d’un axe qui permet à leurs bras de s’ouvrir & de se fermer sans vaciller. Les bras destinés à prendre les vaisseaux se termineront en une espece d’arc de cercle, dont la convexité sera tournée du côté de la partie extérieure, l’un desquels sera garni, comme d’une sous-tendante, d’une petite branche de fer large de deux lignes, épaisse d’une seule, & longue à-peu-près de deux pouces. La partie de rayon, comprise entre chacun de ses arcs & sa corde, sera de trois lignes. Pour manier aisément cette tenaille, on fait des anneaux à ses bras supérieurs en les courbant. Elle sert à retirer de dessous la mouffle, les scorificatoires, les coupelles & aux autres petits vaisseaux ; ce qui se fait en insinuant les doigts de la main droite dans les anneaux de sa partie supérieure, la soutenant avec la main gauche pour lui donner plus d’appui, & en pinçant le bord droit du vaisseau, l’arc soutenu étant tourné en-dehors, pour l’empêcher de vaciller.

La seconde tenaille est une pince faite d’une lame d’acier sort polie, trempée comme un ressort, presque pointue par son extrémité inférieure, & longue de six pouces. Elle est employée à prendre les grains de fin qui restent sur les coupelles ; ou autres petits corps quelconques.

La troisieme tenaille déstinée à prendre des moyens creusets de fusion, est longue de deux piés, ainsi que la premiere, & n’en differe que parce que les leviers dont elle est composée sont plus forts, & que ses bras inférieurs se terminent par un bec long d’un pouce & demi & large de six lignes ; ce bec doit être arqué, afin de s’ajuster aux parois des creusets qu’il doit embrasser étroitement : elle est particulierement faite pour manier les vaisseaux médiocres dont l’on verse le métal fondu dans des moules, ou dans une lingotiere.

Comme les grands creusets, & principalement ceux qui contiennent une grande quantité de métal sont plus sujets que les petits à contracter des félures, qui, à-moins qu’elles ne viennent de l’humidité de la tourte, commencent toujours par leur partie supérieure, & s’étendent pour l’ordinaire jusqu’au fond du creuset, se formant assez rarement en ligne circulaire ; on se sert pour les ôter du feu, d’une quatrieme tenaille plus forte & plus longue que la premiere : à la partie interne de son bras inférieur sera attaché un demi-cercle, dont le rayon de quatre pouces sera perpendiculaire au bras de la tenaille : le second bras sera muni de deux autres demi-cercles, l’un plus grand & l’autre plus petit que le précédent, & placés de même que lui ; mais disposés de façon qu’il restera entre chacune de leurs extrémités voisines un intervalle d’un pouce, propre à recevoir le demi-cercle du premier bras. On peut, à la faveur de cette structure, transporter les moyens comme les plus grands vaisseaux. Avant que de se servir de cette tenaille, on rougit médiocrement ses pinces, & on les applique un peu au-dessous du bord supérieur du creuset, que l’on enleve en sûreté au moyen du cercle dont l’un de ses côtés est environné. M. Cramer a joint à la description qu’on vient de lire, des tenailles nécessaires aux essais, les figures de chaque tenaille en particulier. (D. J.)

Tenailles incisives, instrument de Chirurgie dont on se sert pour couper des esquilles & des cartilages. Il y en a de différentes especes ; la premiere (Voyez fig. 2. Pl. XXI.), est longue de sept pouces & demi ; c’est une espece de pincette dont les branches sont jointes par jonction passée. Voy. Jonction passé.

L’extrémité antérieure de chaque branche est un demi-croissant, un peu alongé, plus épais près de sa jonction, mais qui va en diminuant d’épaisseur, pour augmenter en largeur, & se terminer par un tranchant qui a un pouce quatre lignes d’étendue.

Les extrémités postérieures de ces branches ont environ cinq pouces, elles sont épaisses près de leur jonction, où elles ont cinq lignes & demie de large ; leur surface extérieure est placée près de leur jonction, & elle devient plus large & arrondie vers leur extrémité, afin de leur tenir lieu de poignée ; ces extrémités sont naturellement écartées l’une de l’autre, par un ressort de deux pouces sept lignes de long, dont la base est attachée sur la branche femelle, par un clou rivé.

Pour peu qu’il y ait de résistance dans les parties qu’on veut couper avec ces tenailles, on a beaucoup de difficultés, parce que les deux tranchans s’affrontent & s’appliquent perpendiculairement l’un sur l’autre : on se sert plus commodément de l’espece de ciseaux appellés par les ouvriers cisoires. Voyez Cisoire. Cet instrument connu des ouvriers qui coupent le fer, peut être fort utile en chirurgie ; il a beaucoup de force, parce que la puissance est éloignée du point d’appui, & que la résistance est proche ; & en outre parce que les tranchans ne sont point opposés l’un à l’autre, comme dans la tenaille incisive que nous venons de décrire.

L’usage des cisoires consiste à couper des esquilles d’os, des côtes, des cartilages, &c. Voyez figure 4. Pl. XXI.

La figure 3. représente une autre espece de tenaille incisive, fort utile pour couper les ongles des piés & des mains, & principalement ceux qui entrent dans la chair. Voyez Ptegirum. On s’en sert aussi pour couper les petites esquilles d’os, & principalement les grandes inégalités qui se trouvent quelquefois après l’opération du trépan, ou bien les pointes qui percent, ou peuvent percer la dure-mere. Ces sortes de pincettes n’ont pas plus de quatre pouces de longueur ; les branches sont jointes par jonction passée ; leur partie antérieure est une petite lame longue de dix lignes, évuidée en dedans, convexe & polie en dehors, coupée en talus depuis la jonction jusqu’à la pointe, & terminée en pointe ; chaque lame est tranchante par l’endroit qu’elles se joignent ; les deux branches postérieures, qui font la poignée, sont recourbées en arc, & se tiennent écartées par un simple ressort, qui doit avoir au moins un pouce de long. (Y)

Tenaille, (outil d’Arquebusier.) ces tenailles ressemblent aux tenailles en bois des fourbisseurs ; les arquebusiers s’en servent pour serrer un canon de fusil dans l’étau ; ils en ont aussi qui sont garnies de plaques de liege, pour serrer un bois de fusil dans l’étau, attendu que s’ils ne prenoient point cette précaution, les tenailles marqueroient sur le bois, & le gâteroient. Voyez les Planches du Fourbisseur.

Tenailles droites, (outil d’Arquebusier) ces tenailles sont faites comme celles des serruriers, & servent aux arquebusiers pour faire chauffer le fer à la forge, & le tenir sur l’enclume. Voyez Tenailles, (Serrurerie.)

Tenailles a crochet, (outil d’Arquebusier) ces tenailles sont faites comme celles des serruriers, & servent aux arquebusiers aux mêmes usages que les tenailles droites.

Tenailles a vis, (outil d’Arquebusier) ces tenailles à vis s’appellent aussi étau à main, & sont faites comme celles des serruriers, horlogers, &c. les arquebusiers s’en servent à differens usages, & en ont à mâchoire plate, & à mâchoire d’étau. Voyez Pl. d’Horlogerie.

Tenailles a chanfrin, (outil d’Arquebusier) ces tenailles sont exactement faites comme celles des serruriers, & servent aux arquebusiers pour tenir des pieces de côté dans leur étau, & les limer plus facilement.

Tenailles, en terme de Batteur d’or, sont des pinces dont les mâchoires sont plates & unies, dont l’une des branches à l’autre extrémité, s’arrête dans une petite plaque de fer percée de plusieurs trous ; ces tenailles sont soutenues sur une espece de patte en cercle, soudée à deux pouces des mâchoires, afin qu’elles soient de la hauteur de l’outil, qu’elles assujettissent pendant qu’on l’emplit. Voyez Outil.

Tenailles a boucles, en terme de Bijoutier, sont des tenailles dont les queues sont droites & plates dans toutes leur longueur, & arrondies par le bout, le long desquelles coule une boucle de fer qui sert à ouvrir ou fermer plus ou moins les mâchoires des tenailles, qui n’ont rien de particulier quant à leur forme. Voyez Pl. d’Horlogerie.

Tenailles croches, en terme de Metteur en œuvre, sont des tenailles qui ne différent des pinces ordinaires que par l’une de leurs mâchoires, qui forme un demi-cercle, & se termine en une pointe qui entre dans la place destinée au chaton, &c. on se sert des tenailles croches pour le limer ; sa culasse s’appuie contre la mâchoire droite & plate, pendant que le morceau de métal où l’on a fait sa place, est retenu dans la mâchoire courbe : on les appelle encore tenailles à chaton. Voyez les Planches du Metteur en œuvre.

Tenailles plates, en terme de Bijoutier, sont des pinces dont les mâchoires sont plates, & dont les branches qui servent de queue ou manche, sont recourbées en-dedans. Voyez Pl. d’Horlogerie.

Tenailles, instrument de fer dont les Bourreliers se servent pour tirer & alonger leur cuir. Ces tenailles sont faites exactement comme les tenailles des cordonniers.

Tenailles, en terme de Boutonnier, sont des especes de pinces d’une seule piece, dont chaque mâchoire est plate en-dedans, & forme en dehors une espece de glacis, jusqu’à l’endroit qui s’appuye sur l’étau : on s’en sert sur-tout pour tenir les gros clous de carosse dans l’étau. Voyez les Planches du Doreur sur cuir.

Tenailles, outil de Charron, ces tenailles sont exactement faites comme les pinces de forge des maréchaux, & servent aux charrons pour tirer du feu les chevilles qu’ils font rougir, & les poser dans leurs ouvrages. Voyez les Planches du Maréchal.

Tenailles, (Cordon.) elles n’ont rien de remarquable que leur force ; elles servent à arracher les clous. Voyez les Pl. du Cordonnier bottier.

Tenailles, (Cout.) ces forgerons ont les mêmes tenailles que les serruriers & les taillandiers. Voyez ces Tenailles. Quelques-unes sont échancrées entre les mâchoires, de maniere à pouvoir y placer la queue d’une piece à demi forgée : on les appelle tenaille à rabattre.

Tenailles, en terme de Diamantaires, sont des especes de pinces plates, dont les mâchoires ont une gravure par le bout pour recevoir la queue de la coquille, elles sont pressées plus ou moins par un écrou ; la queue de ces tenailles ne forme qu’un seul brin plat, & qui va toujours en s’élargissant jusqu’à son extrémité qui se cloue sur deux piés de bois de la même piece, qui représentent une sorte d’arcade ; les tenailles s’appuient par chaque bout contre deux chevilles, l’une à gauche, & l’autre à droite, pour les fixer sur le même point, & se chargent de plombs plus forts à proportion qu’on veut faire plus ou moins manger le diamant. Voyez les Pl. du Diamantaire.

La premiere représente les tenailles en situation sur la meule. Voyez Moulin.

La seconde représente la tenaille entiere, garnie d’une coquille, dont la queue passe au-dessus de la tenaille, elle est retenue entre les deux mâchoires par l’écrou.

La troisieme figure représente la même tenaille dont la mâchoire antérieure est ôtée, la piece de bois faite en arcade, avec laquelle est assemblée la mâchoire immobile, la vis qui traverse les deux mâchoires, le biseau sur lequel s’appuye l’autre mâchoire, qu’on peut aussi assembler à charniere, l’autre mâchoire, h l’écrou qui serre les deux mâchoires l’une contre l’autre, enfin la clé qui sert à serrer l’écrou.

Tenailles a boucles, en terme de Doreur, sont des tenailles dont les mâchoires renversées en-dehors, représentent la lettre T, elles se serrent dans l’étau, & servent à appréter les boucles ; elles sont d’une grandeur proportionnée aux boucles, &c. Voy. les Pl. du Doreur.

Tenailles a dresser, en terme d’Epinglier, ne different des tenailles ordinaires que parce que leurs mâchoires sont tranchantes : on les appelle triquoises.

Tenailles, outil de Ferblantier, ces tenailles n’ont rien d’extraordinaire. Voyez les Planches du Ferblantier.

Tenailles des Fondeurs, appellées happes, sortes de pinces avec lesquelles ils prennent les creusets dans le fourneau, pour verser le métal fondu qu’ils contiennent dans les moules dont on veut qu’il prennent la figure. Voyez Pl. du Fondeur en cuivre, & l’article Happes, & Fondeur en sable.

Tenailles tranchantes, outil dont les Bimblotiers faiseurs de dragées au moule se servent pour séparer les dragées qui tiennent à la branche ou jet principal. Voyez les fig. des Planc. de la fonte des dragées moulées. Ces tenailles sont composées de deux branches cC, bB jointes ensemble par un clou à deux têtes A. Les becs cc, bb de ces tenailles sont des tranchans d’acier bien affilés, entre lesquelles on présente les branches de dragées, ensorte que les tranchans coupent les jets qui unissent chaque dragée à la branche qui est le jet commun. On coupe en serrant dans la main les deux poignées de bois BC, qui terminent les branches de la tenaille.

Tenailles de bois, en terme de Fourbisseur, sont des sortes de pinces de bois dans lesquelles on serre les pieces d’une garde pour les ciseler, & empêcher que l’étau ne les endommage. Voyez les Pl. du Fourbisseur.

Tenailles a vis, est un outil représenté dans les Pl. de la Gravure, dont se servent les Graveurs pour tenir la planche, & ne se point brûler pendant qu’ils noircissent le vernis, comme on peut le voir aux fig. de la vignette, ou aux fig. de la même Planche, qui représente une planche prise par la tenaille.

Tenaille, (Horlogerie.) instrument dont on se sert pour tenir quelque piece de métal ou agir sur elle avec force. Il y en a de différentes especes ; celles dont les Horlogers font usage, sont 1°. les tenailles à vis, Voyez-les dans les Pl. de l’Horlogerie ; elles consistent en deux branches AB, AC, dont l’une AB est mobile autour du point A, & sur un ressort circulaire r, par le moyen de la vis V. On approche leurs machoires CB l’une de l’autre, & l’on y presse la piece que l’on y veut tenir. Dans la même Planche on a représenté une petite tenaille de la même espece, terminée par un manche. 2° Les fig. suivantes de la même Planche représentent des tenailles qu’on appelle tenailles à boucles, dont les mâchoires sont pressées l’une contre l’autre au moyen des boucles ou coulans BB, & dont les branches sont ou mobiles sur un centre en C, ou à ressort, comme celle de la petite tenaille T qui est une espece de porte-crayon ajusté dans un manche, lequel est percé d’outre-en-outre, pour laisser passer le fil de laiton dont on se sert pour faire des goupilles. 3°. Les tenailles à couper dont les machoires mm sont tranchantes, & servent à couper de petites parties de métal.

Tenailles de Menuisier, elles sont communes ; elles servent à arracher les clous.

Tenailles a etirer, en terme d’Orfevre, sont de grosses pinces proportionnées néanmoins à la grosseur du fil qu’elles prennent en sortant de la filiere. Leurs machoires sont taillées comme une lime. Elles sont composées de deux branches qui s’appliquent l’une sur l’autre en se croisant un peu, s’approchent l’une de l’autre à la tête, autant qu’on veut, & que la piece qu’elles tiennent le permet. Chacune de ces branches se terminent à l’autre bout par un crochet où s’attache la corde ou la sangle. Voyez Corde ou Sangle. Voyez les Planches.

Tenailles a fondre, en terme d’Orfevre en grosserie, ce sont de grosses tenailles qui different peu des tenailles ordinaires, si ce n’est que les pinces sont longues & recourbées quarrément. On s’en sert pour tirer les creusets du feu, & pour verser l’argent ou l’or dans les lingotiers. Voyez les Planches.

Tenailles a forger, en terme d’Orfevre, sont des tenailles grosses par proportion à la piece que l’on forge ; on les appelle tenailles à forger, parce qu’on s’en sert pour retenir les pieces d’orfevrerie sur l’enclume. Voyez les Planches.

Tenaille a jetter, outil de Potier d’étain, qui sert à jetter en moule de la vaisselle ; cette tenaille est composée de deux branches de fer qui se séparent au milieu pour passer la queue du noyau du moule ; elles joignent ensemble par le bout au moyen d’un crochet & d’un trou où il tient, & par l’autre bout qui est du côté de l’ouvrier qui travaille ; les deux bouts sont garnis de dents rondes ; on serre ces branches qui embrassent le moule avec la main droite, & de la gauche on pousse un anneau ovale de fer qui tient tout en respect lorsqu’on jette ; le moule doit être à plat sur la tenaille, lorsqu’on le serre ou qu’on le veut ouvrir, & cette tenaille est posée sur la selle à jetter. Voyez Jetter l’étain en moule & les figures des Planches du Potier d’étain.

Tenaille a paillonner, est un autre outil de fer qui sert à tenir les pieces de vaisselle sur le feu, quand on les paillonne. Les queues se serrent aussi avec un anneau, & ont des dents comme la tenaille à jetter. Voyez Paillonner & les mêmes Pl. ci-dessus.

Tenaille, (Serrurier.) les tenailles de forges sont composées de deux branches de fer fixées ensemble par une rivure. La partie qui sert à serrer le fer à forger, est de fer quarré depuis la rivure, & porte de longueur depuis trois pouces jusqu’à cinq. Les branches depuis la rivure jusqu’à leurs extrémités sont arrondies, & plus menues, plus ou moins longues, selon la force de la tenaille. Il y en a de droites & de coudées.

La tenaille à chamfrein a sa rivure à l’extrémité des branches, & ses deux machoires sont coudées l’une sur l’autre en bâton rompu. On la place dans l’étau ; elle serre la piece à limer.

La tenaille à vis ressemble à un petit étau à main qui n’a point de patte. On s’en sert pour tenir les pieces d’ouvrages à limer.

Tenailles, en terme de Cornetier Tabletier, ce sont des pinces à main qui ne different des pinces proprement dites, qu’en ce qu’elles sont plus courtes, sans clé, & que c’est par leur moyen que l’ouvrier abat des pinces une piece qu’il veut ouvrir. Voyez les Planches.

Tenaille, (Tailland.) ce sont les mêmes que celles du serrurier & des autres forgerons.

Tenailles des insectes, (Hist. des insect.) partie creuse & percée que plusieurs insectes ont au bout de la tête, & dont ils se servent pour piquer, tuer d’autres insectes, & les sucer.

Il y a divers genres d’insectes très-carnaciers, auxquels on n’apperçoit d’abord ni bouche, ni trompe, ni aucune ouverture apparente par où l’on puisse soupçonner qu’ils prennent leur nourriture. On se figureroit presque qu’ils vivent de l’air, si deux grandes tenailles en forme de cornes recourbées qu’ils ont à la tête, n’annonçoient qu’il leur faut un aliment plus solide. Ce sont ces deux tenailles même qui leur servent de trompe & de bouche ; elles sont creuses & percées, ou fendues vers leur extrémité ; ils les enfoncent dans le corps des animaux dont ils veulent se nourrir, & sucent au-travers de ces tenailles tout l’intérieur de l’animal saisi. Voyez la figure de cette partie des insectes dans la Micographie de Hook. (D. J.)

Tenaille la, en terme de Fortification, est une espece d’ouvrage extérieur composé de deux faces qui forment un angle rentrant, & de plus de deux longs côtés paralleles ou à-peu-près paralleles. Cette sorte d’ouvrage n’est plus guere en usage, parce que l’angle rentrant que forment ses faces, n’est point défendu. Il peut servir seulement dans des retranchemens ou autres ouvrages de terre très-peu élevés. Voyez Ouvrage extérieur, Angle mort & Queue d’aronde.

Il y a deux sortes de tenailles, savoir la simple & la double : la tenaille simple est un grand ouvrage extérieur, comme DABCE, composé de deux faces ou côtes AB & CB, qui renferment l’angle saillant B. Voyez Pl. I. de fortif. fig. 12.

La tenaille double ou flanquée est aussi un grand ouvrage extérieur composé de deux tenailles simples ou de trois angles saillans & de deux angles rentrans FGH & HIK. Voyez Pl. I. de fortif. fig. 13. Voyez aussi Flanqué.

Les grands défauts des tenailles sont 1°. qu’elles embrassent trop de terrein, ce qui donne de l’avantage aux ennemis ; 2°. que l’angle B est sans défense, la hauteur du parapet empêchant les assiégés de voir ce qui se passe en-bas, de sorte que les ennemis peuvent s’y loger & se mettre à-couvert ; 3°. que les faces AB & BC ne sont pas flanquées suffisamment.

C’est pour toutes ces raisons là que les plus habiles ingénieurs ont exclu les tenailles des fortifications, & que, si quelquefois ils en font encore, ce n’est que faute de tems pour faire un ouvrage à cornes.

La tenaille de la place est le front de la place compris entre les pointes de deux bastions voisins ; elle est composée de la courtine des deux flancs élevés sur cette ligne & des deux faces qui joignent ces flancs. Voyez Bastion, Courtine, &c. de sorte que la tenaille est ce qu’on appelle aussi la face ou plutôt le front d’une forteresse. Voyez Face, Front & Place fortifiée.

Tenaille du fossé, est un ouvrage bas que l’on fait devant la courtine au milieu du fossé. Voyez Fossé.

On en fait de trois sortes ; la premiere est composée d’une courtine, de deux flancs & de deux faces ; le rempart de la courtine contenant le parapet, & le talut n’a que cinq toises d’épaisseur ; mais le rempart des flancs & des faces en a sept. Voyez tab. fortif. fig. 21 litt. e.

La seconde que M. de Vauban trouve de fort bonne défense, n’est composée que de deux faces élevées sur les lignes de défenses ; son rempart & ses faces sont paralleles.

La troisieme sorte ne differe de la seconde qu’en ce que son rempart est parallele à la courtine de la place. Telle est celle que M. de Vauban a construite à Landau & au neuf Brisach.

Elles sont toutes trois de bonne défense pour le fossé, & elles sont si basses, que le canon des assiégeans ne peut y atteindre avant qu’ils soient maîtres du chemin couvert, & qu’ils y aient planté leur artillerie.

La tenaille sert à augmenter la défense du fossé. Les coups qui partent de cet ouvrage qui est peu élevé, sont plus dangereux que ceux qui sont tirés des flancs de la place. La premiere espece de tenaille, c’est-à-dire, celle qui a des flancs, se nomme tenaille à flancs ; les deux autres se nomment tenailles simples. M. le maréchal de Vauban qui est l’inventeur des tenailles, après s’être d’abord servi des tenailles à flancs, leur a préféré dans la suite les simples, parce que les flancs des premieres peuvent être aisément enfilés du rempart de la demi-lune. Cet inconvénient ne se trouve point dans la tenaille simple, mais aussi son feu est fort oblique.

Pour construire la tenaille à flancs, il faut 1°. mener (Pl. I. des fortif. fig. 8.) la ligne GH parallele à la courtine RS, & éloignée de trois toises de cette ligne ; 2° mener les lignes GI & HK paralleles aux flancs RE, SF, à la distance de cinq toises ; 3°. tirer les lignes de défense AS & BR ; puis du sommet M de l’angle flanquant, il faut prendre de part & d’autre MN, MP égales chacune à la moitié de MI & MK, & des points N & P abaisser les perpendiculaires NO, PQ sur les lignes de défense BR, AS. Ces perpendiculaires seront les flancs de la tenaille ; I N & PR en seront les faces, & OQ la courtine ; 4°. à trois toises du trait principal on lui menera en-dedans des paralleles à la distance de trois toises, pour déterminer son parapet. On donnera cinq ou six toises au terreplein de la tenaille vis-à-vis les faces, & deux ou trois à celui de la courtine.

Si la distance de la ligne GH à la courtine OQ est moindre que de cinq toises, on commencera par mener une parallele de deux toises à la ligne GH pour le terre-plein de la tenaille vis-à-vis la courtine, & ensuite une autre parallele à la distance de trois toises de cette ligne, qui terminera la longueur des flancs NO, PQ par sa rencontre avec ces flancs, & qui sera le côté extérieur du parapet de la courtine de la tenaille.

Il y a une banquette à la tenaille, comme au parapet du corps de la place ; on en construit même ordinairement deux vis-à-vis les faces, parce que pour couvrir les flancs, on en éleve davantage le parapet. La tenaille se partage en deux parties par un petit fossé MV qu’on pratique au milieu de sa courtine. On communique dans les deux parties de la tenaille par un petit pont qui les joint ensemble.

Pour construire la tenaille simple, il faut aussi mener d’abord (Pl. I. de fortification fig. 9.) une parallele DC à la courtine AB, qui en soit éloignée de trois toises : tirer après cela les lignes de défense OB, PA, & mener des paralleles DE, CF aux flancs AG, BH à la distance de cinq toises. On mene ensuite des paralleles au trait principal EMF, à la distance de trois toises, pour avoir le parapet de la tenaille, & d’autres paralleles à cette derniere à la distance de cinq ou six toises pour en avoir le terreplein.

Lorsque les lignes KX, NY qui terminent le terreplein de la tenaille, rencontrent la ligne DC parallele à la courtine dans des points X & Y (Pl. I : de fortification fig. 10.) éloignés de plusieurs toises du milieu de la tenaille, alors cet ouvrage est brisé dans cette partie. On termine dans ce cas le terreplein du milieu de la tenaille par une parallele ADC prise à la distance de deux ou trois toises de cette ligne, & le parapet par une autre parallele à la distance de trois toises de la précédente ; elle donne le côté extérieur de la partie RS de la tenaille, c’est-à-dire qu’elle coupera les lignes EM, MF dans des points R & S qui termineront la brisure de la tenaille.

Il est évident par la construction qu’on vient de donner des différentes tenailles, que cet ouvrage est entierement isolé ou détaché de la place. Sa distance au revêtement du rempart le met à l’abri des éclats causés par la ruine ou la destruction du rempart. Sa situation vis-à-vis la courtine ne permet pas qu’il soit enfilé. Ainsi la tenaille a tous les principaux avantages de la fausse braie sans en avoir les défauts. Aussi M. le Maréchal de Vauban l’a-t-il substituée aux fausses braies. Voyez Fausses braies. (Q)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « tenaille »

(Date à préciser) Du latin tenacula, passé, comme souvent pour les noms neutres latins, du neutre pluriel au féminin singulier.
(1100-25) tenaile.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Prov. tenalha ; esp. tenaza ; it. tanaglia ; du lat. tenacula, lien, attache, pluriel neutre pris en forme de nom féminin, de tenere, tenir.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « tenaille »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
tenaille tœnaj

Citations contenant le mot « tenaille »

  • Le calme, c'est la tenaille du bourreau. De Victor Hugo / L'Homme qui rit
  • C'était par-dessus tout un opiniâtre. Il se servait de la méditation comme on se sert d'une tenaille ; il ne se croyait le droit de quitter une idée que lorsqu'il était arrivé au bout ; il pensait avec acharnement. De Victor Hugo / Quatre-vingt-treize
  • Qui a mangé des clous se torche de tenailles. De François Cavanna / Qui
  • Mieux vaut éprouver au réveil les tenailles du désir plutôt que celles du remords. De Amin Maalouf / Le Périple de Baldassare
  • Au milieu, les universalistes, qui se refusent à laisser le monde devenir un endroit où chacun se définit par son identité la plus étroite, sont peu entendus, en particulier dans les médias généralistes qui alimentent cette tenaille identitaire.  Atlantico.fr, Hugues Serraf : "Les médias alimentent la montée d’une idéologie identitaire radicale qui prend les gens normaux en tenaille" | Atlantico.fr
  • Selon Luc Rouban, chercheur au Cevipof et directeur de recherches au CNRS, le président de la République veut continuer à prendre les Républicains en tenaille pour être le candidat des électeurs de droite en 2022. , Gouvernement Castex : Emmanuel Macron « assume qu’il ne recherche plus du tout les faveurs de l’électorat socialiste » en 2022
  • Pris en tenaille entre la crise du Covid-19 et des sondages en berne, Donald Trump tente d'éviter le naufrage. Le président américain a annoncé mercredi qu'il nommait un nouveau directeur de campagne, à seulement quatre mois de l'élection présidentielle du 3 novembre prochain. "J'ai le plaisir d'annoncer que Bill Stepien a été promu au poste de directeur de campagne ", a indiqué le locataire de la Maison Blanche sur Twitter. Jusqu'alors, celui-ci occupait la fonction de chef de campagne adjoint.  LExpress.fr, Bill Stepien, un fidèle de Trump chargé de sauver une campagne en déroute - L'Express
  • Deux véhicules de police, dont un de la Brigade anti-criminalité (BAC) se trouvaient derrière lui à ce moment-là. Ils sont parvenus à prendre en tenaille la Mini derrière un bus. Prêt à tout pour s’échapper, le chauffard a tenté de percuter le véhicule de police à sa gauche, et s’est extrait de ce piège. Sa vitesse a alors atteint les 200 km/h. Actu17 - Actualité en direct et informations en continu, Course-poursuite à 200 km/h sur l'A9 dans l'Hérault : un péage forcé, un policier blessé et 2 hommes interpellés
  • Il suffira que la Chine tente d'envahir Taiwan pour déclencher une très grosse guerre mondiale qui verrait les américains et les russes conclure une alliance pour prendre la Chine en tenaille Est-Ouest et en faire des confettis .... a la place de la Chine je ne tenterai pas le diable ... la facture serait bien trop élevée .... n'oublions pas que le Japon et Taiwan sont également des endroits ou les américains ont des bases importantes ainsi qu'en Corée du Sud ... si un conflit de cette ampleur se produisait la Corée du Nord en ferait également les frais .... L'Obs, Entre les Etats-Unis et la Chine, le combat des Titans

Images d'illustration du mot « tenaille »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « tenaille »

Langue Traduction
Anglais pincers
Espagnol tenazas
Italien tenaglie
Allemand zange
Chinois
Arabe كماشة
Portugais tenazes
Russe клешни
Japonais ペンチ
Basque pintza
Corse pittori
Source : Google Translate API

Synonymes de « tenaille »

Source : synonymes de tenaille sur lebonsynonyme.fr
Partager