La langue française

Davier

Définitions du mot « davier »

Trésor de la Langue Française informatisé

DAVIER, subst. masc.

A.− CHIR. DENT. Instrument de fer ou d'acier en forme de tenaille courbée utilisé par les dentistes pour arracher les dents. Le davier du dentiste. Brandir au bout de son davier une dent bleue où pendait du rouge (cf. Huysmans, À rebours,1884, p. 68):
N'y a-t-il pas jusqu'à trois dents qu'il faut que je me fasse arracher. Vous voyez que nous sommes l'un et l'autre entre les mains de la chirurgie, vous sous le pouvoir de la lancette, et moi du davier. Balzac, Correspondance,1825, p. 270.
Rem. Certains daviers sont utilisés aussi en chir. osseuse : cf. davier à dents de lion du Dr Monod pour saisir les côtes, davier en L du Dr Albin Lambotte grand modèle (Catal. d'instruments de chir. [Collin], 1935, p. 208, 386).
B.− TECHNOLOGIE
1. MENUIS. Barre de fer coudée à un bout, portant une pièce mobile, et servant à serrer des pièces de bois (cf. Jossier 1881).
2. FORGE. Barre de fer munie de crochets servant à saisir et à transporter sur l'enclume la pièce que l'on veut forger (cf. Bouillet 1859).
3. TONNELLERIE. Outil servant à faire entrer les cerceaux autour du tonneau (cf. Bouillet 1859).
C.− MAR. ,,Rouleau en bois ou en fer mobile autour d'un axe supporté par deux montants et placé à l'avant ou à l'arrière du bateau et qui sert à filer les chaînes et les câbles en mouillant des ancres`` (Soé-Dup. 1906)
Prononc. et Orth. : [davje]. Besch. 1845 donne davié comme var. graphique. Ds Ac. 1762-1932. Étymol. et Hist. A. 1549 davier (Est. : instrument de barbier servant à arracher les dens). B. 1516 mar., davyet (Documents relatifs à la marine normande aux xveet xvies., p. 36 ds IGLF); 1643 davier (E Cleirac, Termes de marine ds Jal). A issu par substitution de suff. (prob. sous l'infl. de levier) de daviet « instrument de menuisier » 1384 (Mémoires de la société archéologique de Touraine, XLI, 16 ds IGLF), dimin. de david « id. », 1363 (Inventaires mobiliers et extraits des comptes des ducs de Bourgogne, ibid.), prob. issu du nom de personne, des noms d'outils ayant souvent été formés à l'aide d'anthroponymes (FEW t. 3, p. 20 b); la forme roi David « pince de crocheteur de serrure » 1455 (Coquillards ds Sain. Sources Arg. t. 1, p. 97) est une altération pop. postérieure. B même origine, cf. angl. daviot 1373 (texte trad. du fr. ds NED : davit). Fréq. abs. littér. : 6.

Wiktionnaire

Nom commun

davier \da.vje\ masculin

  1. (Arts) Sorte de pince ou de barre de fer qui sert à divers usages.
    1. (En particulier) Instrument de fer ou d’acier, en forme de tenaille courbée, dont les dentistes se servent pour arracher les dents
    2. (En particulier) Outil dont se servent les tonneliers pour faire entrer les cercles d’un tonneau.
    3. (En particulier) Barre de fer à l’aide de laquelle on transporte sur l’enclume la pièce de fer qu’on veut forger.
    4. (Marine) Rouleau ou réa à axe horizontal, fixé entre deux supports verticaux, destiné à faciliter le passage d’un câble ou d’une chaîne. Selon l’usage, on distingue le davier d’ancre, le davier de bossoir et le davier d’embarcation. Autrefois réalisé en bois de gaïac ou en fer, le réa est aujourd’hui généralement en caoutchouc dur ou en nylon.
      • Éviter que la manille de liaison entre la chaîne et l’ancre ne se coince dans le davier.— (Gilles Barbanson, Naviguer en solitaire ou en équipage réduit, éditions Amphora, p. 58)
    5. Presse de menuisier ou de maçon composée d'une barre de fer recourbée et d'une partie mobile sur la barre, pour serrer des pièces.
  2. Roue crantée placée en bas d'une pompe à chapelet.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DAVIER. n. m.
T. d'Arts, qui désigne Diverses sortes de pinces ou de barres de fer qui servent à tel ou tel usage. Il désigne notamment l'Instrument de fer ou d'acier, en forme de tenaille courbée, dont les dentistes se servent pour arracher les dents; l'Outil dont se servent les tonneliers pour faire entrer les cercles d'un tonneau; la Barre de fer à l'aide de laquelle on transporte sur l'enclume la pièce de fer qu'on veut forger, etc.

Littré (1872-1877)

DAVIER (da-vié ; l'r ne se lie jamais ; au pluriel, l's se lie : les da-vié-z et autres instruments) s. m.
  • Pince recourbée dont les dentistes se servent pour arracher les dents.

    Instrument de menuiserie, composé d'une barre de fer qui se termine par un crochet, avec une main qui se meut d'un bout à l'autre pour assembler et serrer les pièces

    Petite patte insérée entre les deux couplets de la presse typographique pour maintenir le petit tympan dans l'enchâssure du grand.

    Barre de fer qui, attachée par des crampons à la pièce qu'on veut forger, permet de la transporter sur l'enclume.

    Outil servant à faire entrer les cerceaux d'un tonneau.

HISTORIQUE

XVIe s. Si on connoist que la dent ne puisse estre arrachée par le poussoir, on prent un daviet, lequel est propre à rompre la dent qu'on veut quasser, Paré. Un davied, un pelican, un crochet, et quelques autres ferrements, dont il n'y avoit porte ni coffre qu'il ne crochetast, Rabelais, Pant. II, 16.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

DAVIER. Ajoutez :
2 Terme de marine. Rouleau de bois mobile placé horizontalement sur le bord d'une grande embarcation à la poupe ou à la proue, Jal, Dict. nautique. Dans le choc la Germania eut son bordage en fer de tribord enfoncé, plusieurs de ses chaloupes écrasées et mises en pièces, son davier enlevé et une partie de la paroi de son sabord entr'ouverte, Journ. offic. 1er sept. 1876, p. 6717, 3e col.

On a dit davias : La pièce de bois sur bout, sur laquelle se hale le câble, Ét. Cleirac, Termes de marine, 1643.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

DAVIER, s. m. instrument de Chirurgie qui sert à l’extraction des dents ; c’est une espece de pincette dont le corps à jonction passée, divise l’instrument en extrémités antérieure & postérieure.

L’extrémité antérieure qui fait le bec de la pincette, ressemble à un bec de perroquet. Il y a deux mâchoires ; la supérieure, qui est la continuité de la branche femelle, est plus grande & beaucoup plus courbée que l’inférieure, puisque l’arc qu’elle forme fait plus du demi-cercle, & qu’à peine l’inférieure forme un segment de cercle. Pour concevoir la courbure de cette mâchoire, il faut supposer une corde qui aille d’une des cornes du cercle à l’autre ; elle aura dans un instrument bien construit neuf lignes de longueur, & le rayon qui viendra du centre du cercle à celui de la corde, aura cinq lignes.

Comme cet instrument doit être très-fort, la largeur de la mâchoire supérieure près de la jonction, est de quatre lignes sur trois lignes d’épais ; elle va ensuite en diminuant un peu de largeur & d’épaisseur, pour se terminer par une extrémité qui est divisée en deux dents, ce qui lui donne plus de prise sur la rondeur de la dent.

La mâchoire inférieure est moins grande que la supérieure ; elle a huit lignes de long, la même largeur & épaisseur, diminuant en tous sens à mesure qu’elle approche de son extrémité, où elle est, de même que la précedente, divisée en deux dents : sa courbure est fort petite, & à peine le rayon de son arc a-t-il une ligne.

Il faut que les mâchoires dont nous venons de parler soient d’une trempe très-dure, afin de résister à l’effort qu’elles font sur les dents.

L’extrémité postérieure, ou le manche de l’instrument, est composée de deux branches qui sont plus ou moins contournées, pour rendre la prise plus commode. La branche supérieure, ou branche mâle, a une courbure qui regarde le dedans, & est si légere qu’à peine s’éloigne-t-elle de l’axe de cinq lignes. La branche femelle a une courbure beaucoup plus grande qui l’éloigne de l’autre, pour donner de la prise & de la force à l’instrument.

La longueur de ces extrémités postérieures est au moins de trois pouces sept lignes, & celle de tout l’instrument n’a pas plus de cinq pouces deux lignes. Chaque branche est plate & va en augmentant, ayant à sa fin sept lignes de largeur. Voyez Pl. XXV. de Chirurgie, fig. 10 & 11.

Cet instrument qui forme une pincette des plus fortes, parce que la résistance est fort proche du point fixe, & que la puissance en est éloignée, sert à pincer & à embrasser exactement une dent qu’on veut arracher. Il faut, pour y réussir, la tirer tant-soit peu obliquement, observant que les deux mâchoires de l’instrument tirent également ; car si la supérieure agit sur l’inférieure, on cassera immanquablement la dent, & les racines resteront dans l’alvéole.

Les Dentistes ont différentes sortes de pincettes, qu’ils appellent daviers, dont les jonctions & les courbures sont en différens sens pour arracher les dents du devant, ou pour l’extraction des autres, à des personnes qui ne peuvent point ouvrir commodément la bouche ; mais il faut que la dent soit ébranlée, parce que ces daviers n’ont pas la force de celui dont on vient de donner une description extraite du traité d’instrumens de M. de Garengeot.

La figure 10 montre une autre espece de davier qui convient très-fort pour les personnes qui ne peuvent pas ouvrir la bouche, & principalement pour l’extraction des dents incisives & canines. (Y)

Davier, (Imprimerie.) Les Imprimeurs donnent ce nom à une petite patte de fer ou de bois qui, placée entre les deux couplets, sert, au moyen d’une vis qui traverse le grand tympan, à maintenir par en-bas le petit tympan dans l’enchassure du grand. Voyez Tympan, & les Planches d’Imprimerie.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « davier »

(XIVe siècle) Mot à l’étymologie incertaine, selon Littré il serait issu de David → voir david et davis ou encore pince-monseigneur.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Origine inconnue ; à moins qu'on n'y voye un diminutif daviet de David, qui a été le nom d'un outil de menuisier ; des noms propres et des noms d'animaux étant parfois donnés à des outils.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « davier »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
davier davje

Évolution historique de l’usage du mot « davier »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « davier »

  • Centre Sophie Barat 11 rue davier 89300 Joigny Val Aubry Yonne Unidivers, Visite du Centre Sophie Barat, sa maison de naissance Centre Sophie Barat Joigny samedi 19 septembre 2020

Images d'illustration du mot « davier »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « davier »

Langue Traduction
Anglais davit
Espagnol pescante
Italien gru
Allemand davit
Chinois 吊艇架
Arabe دافيت
Portugais turco
Russe фишбалка
Japonais ダビット
Basque davit
Corse davit
Source : Google Translate API

Synonymes de « davier »

Source : synonymes de davier sur lebonsynonyme.fr

Davier

Retour au sommaire ➦

Partager