La langue française

Pillage

Sommaire

  • Définitions du mot pillage
  • Étymologie de « pillage »
  • Phonétique de « pillage »
  • Citations contenant le mot « pillage »
  • Images d'illustration du mot « pillage »
  • Traductions du mot « pillage »
  • Synonymes de « pillage »

Définitions du mot pillage

Trésor de la Langue Française informatisé

PILLAGE, subst. masc.

A. − Action de piller en groupe; résultat de cette action. Synon. mise à sac.Mettre au pillage; scènes de pillage. Dans cette longue route, son passage fut marqué par la dévastation des campagnes, le pillage des maisons et la profanation des lieux saints (Thierry,Récits, t.2, 1840, p.21).Aux pillages d'églises, au sac de l'archevêché, avaient succédé des insurrections véritables (Bainville,Hist. Fr., t.2, 1924, p.171):
. Verrons-nous le combat des rues, la révolte des indigènes contre les Français, l'exécution des suspects, le pillage des magasins, des appartements, les massacres?... Je m'attends à tout, et au pire, et mon imagination ne chôme pas. Gide,Journal, 1943, p.177.
B. − P. ext.
1. Le fait pour une personne de s'emparer du bien d'autrui. Synon. détournement, larcin, vol.L'affaire de la campagne de Vouvray a coupé court au pillage de la gouvernante, qui voulait emporter trop de choses. Quelle harpie et quelle avare (Balzac,Lettres Étr., t.3, 1846, p.241).Quoique Bellinde ne fût pas femme à se priver d'un peu de pillage, la crainte de donner prise aux soupçons de son ennemi la rendait prudente (Sand,Beaux MM. Bois-Doré, t.1, 1857, p.144).C'est Justine qui a découvert, quelques instants après ton départ, le pillage de ton armoire (...). La peur d'être accusée du vol de ce linge lui a donné une affreuse crise de nerfs (A. France,Vie fleur, 1922, p.307).
2. Détournement de fonds publics à la suite de manoeuvres frauduleuses. Le 2 décembre a réussi, parce qu'à plus d'un point de vue (...) il était bon, peut-être, qu'il réussît (...). Il était nécessaire qu'on sût bien (...) que, dans la bouche des hommes du passé, ce mot, Ordre, signifie: faux serment, parjure, pillage des deniers publics (...), transportation, proscription (...), négation du peuple, abaissement de la France, sénat muet, tribune à terre (Hugo,Nap. le Pt, 1852, p.198).
3. P. métaph. S'attribuer un lustre auquel on n'a pas droit, c'est (...) risquer de se faire prendre (...) en flagrant délit de pillage dans le trésor public de la renommée (Fromentin,Dominique, 1863, p.3).
Le fait de procéder au vol et au saccage systématiques. Le papillon, l'oiseau qui vit de grapillage Et l'abeille qui met tant de fleurs au pillage, Dans un brin de soleil dansait un menuet (Rollinat,Névroses, 1883, p.179).Un des effets du nouveau régime fut le pillage du Jardin du roi (...). Les citoyens (...) arrachaient les plantes dans les carrés (A. France,Génie lat., 1909, p.236).
C. − Au fig. Action de plagier. Synon. plagiat.Rosny m'entretient longuement, avec une indignation surchauffée, des vols et des pillages commis par Zola dans mes bouquins (Goncourt,Journal, 1891, p.29).
Prononc. et Orth.: [pija:ʒ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. xives. «butin» (Appolonius, 27, 5 ds T.-L.) −1660, Oudin Fr.-Esp.; 2. ca 1355 «action de mettre à sac» (Bers., Tit. Liv., B.N. 20312 ter, fo71 ds Gdf. Compl.). Dér. de piller*; suff. -age*. Fréq. abs. littér.: 486. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 882, b) 785; xxes.: a) 706, b) 467.

Wiktionnaire

Nom commun

pillage \pi.jaʒ\ masculin

  1. Action de piller, ou dégât qui en est la suite.
    • Quelques maisons furent livrées au pillage, et trois des principaux habitants fusillés par jugement du conseil de guerre, exécution qui ne violait pas la capitulation, dont les clauses avaient mis les Véronais à la discrétion des vainqueurs. — (Abel Hugo, France militaire. Histoire des armées françaises de terre et de mer de 1792 à 1837, Paris : Delloye, 1838, vol.2, p.182)
    • Après mille scènes de pillage, de vexations, d'attaques à main armée, leur caravane arrive en octobre dans le vaste oasis de l'Asben.— (Jules Verne, Cinq semaines en ballon, ch. 4, J. Hetzel et Cie, Paris, 1863, p. 19)
    • J'aimais à relire la vie des flibustiers, […], maîtres de ces parages au XVIIe et au XVIIIe siècle, avant que l'entente franco-anglaise mît fin à cette guerre de pillage et de course. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • A la suite du terrible massacre des juifs de la péninsule ibérique, en 1391, le Call de Perpignan fut envahi, en 1392, et devint la proie du meurtre et du pillage. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937, p.129)
  2. (En particulier) (Apiculture) Attaque d’une colonie par une autre pour lui voler ses réserves de nourriture.
    • Seuls défauts pour l’apiculture, sa tendance à la dérive, c’est-à-dire à se tromper de ruche, ce qui favorise la diffusion des maladies et des parasites, et sa tendance au pillage, due à un rayon de butinage moins important que celui des autres races européennes. — (Vincent Albouy, Abeilles mellifères à l’état sauvage, éditions de Terran, 2019, ISBN 978-2-35981-115-5)

Nom commun

pillage \Prononciation ?\ singulier

  1. Pillage.
    • The fields about it were overgrown with brambles, the fences gone, even the few negro quarters, and outhouses generally, fallen partly into ruin by neglect and pillage; [...]. — (Ambrose Bierce, The Spook House, 1889)

Verbe

pillage \Prononciation ?\

  1. Piller.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PILLAGE. (ILLAGE se prononce IYAGE.) n. m.
Action de piller, ou Dégât qui en est la suite. Mettre au pillage. Livrer une ville au pillage. La ville fut préservée du pillage. Tout y est au pillage se dit en parlant d'une Entreprise, d'une administration, où il n'y a pas d'ordre, où l'on gaspille, où l'on vole.

Littré (1872-1877)

PILLAGE (pi-lla-j', ll mouillées, et non pi-ya-j') s. m.
  • 1Action de piller, ou le dégât qui résulte de cette action. Ils couraient au pillage et rencontrent la guerre, Corneille, Cid, IV, 3. Notre infanterie, sans s'amuser au pillage…, Pellisson, Lett. hist. t. III, p. 233, dans POUGENS. Du pillage du temple épargnez-moi l'horreur, Racine, Athal. V, 2. À cela [les motifs qui animaient les troupes] il faut bien ajouter l'espoir du pillage ; car l'exigeante ambition de Napoléon avait souvent rebuté ses soldats, comme les désordres de ceux-ci avaient gâté sa gloire ; il fallut transiger : depuis 1805, ce fut comme une chose convenue ; eux souffrirent son ambition ; lui, leur pillage, Ségur, Hist. de Nap. III, 3. Ce fut là qu'il nomma le maréchal Mortier gouverneur de cette capitale : Surtout, lui dit-il, point de pillage ; vous m'en répondez sur votre tête ; défendez Moscou envers et contre tous, Ségur, ib. VIII, 6.

    Familièrement. Il semble qu'il revienne du pillage, il est fait comme un voleur qui revient du pillage, se dit d'un homme dont les habits, les cheveux, etc. sont fort en désordre.

  • 2Concussion, volerie. Sous vous l'État n'est plus en pillage aux armées, Corneille, Cinna, II, 1.

    Familièrement. Tout y est au pillage, se dit d'une grande maison où tous les domestiques prennent et grappillent.

  • 3 Par exagération, se dit de l'action de prendre, comme ferait un ennemi, ce qui est dans un jardin, dans un parterre, etc. Nous sommes allés mettre au pillage les parterres de M. Poultier, Diderot, Est-il bon ? est-il méchant ? III, 2.
  • 4 Fig. Action de gaspiller. Tes folies n'ont-elles pas mis tes jours et tes nuits au pillage, sans que tu t'en sois aperçu ? Diderot, Claude et Nér. II.
  • 5 Fig. Action de prendre des passages dans les livres des autres. J'ai traduit de Lucain tout ce que j'y ai trouvé de propre à mon sujet, et, comme je n'ai point fait de scrupule d'enrichir notre langue du pillage que j'ai pu faire chez lui…, Corneille, Pomp. Examen. Sans vous parler des pillages bien attestés dont on a prouvé d'abord que cette pièce était composée, Rousseau, 1er dial.
  • 6Ancien terme de mer. Le pillage se disait de la dépouille des coffres, des hardes, et de l'argent qui se trouvait sur l'ennemi, jusqu'à trente livres ; le gros de la prise se disait butin.

HISTORIQUE

XIVe s. Les choses perdues par pillage de ennemis, Bercheure, f° 71, verso. Le pillage et le gastement de vos contrées, Bercheure, f° 98.

XVe s. Messeigneurs, ayez bon corage, Que jamais vous n'eustes pillage Où vous amendissiez de tant, Myst. du siége d'Orléans, p. 770.

XVIe s. Ventre saint Gris, dit le roy, qui lors ne juroit pas à la romaine, il y a tant d'années que mon royaume est au pillage, pourquoy n'avez-vous rien volé ? D'Aubigné, Conf. LIV. Il achepta trois jeunes garsons, quand on vendit le pillage au plus offrant, Amyot, Caton, 20.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PILLAGE, s. m. se dit à la guerre du dégât, du ravage, & de l’enlevement que le soldat fait à la guerre de tout ce qui peut satisfaire son avidité pour le butin. Voyez Dégat & picorée.

Les lois de la guerre permettent d’abandonner au pillage les villes prises d’assaut ; mais comme dans le désordre qui s’ensuit il n’est point de licences ni de crimes que le soldat ne se croye permis, l’humanité doit engager, lorsque les circonstances le permettent, à ne rien négliger pour empêcher ces horreurs. On peut obliger les villes à se racheter du pillage, & si l’on distribue exactement & fidelement au soldat l’argent qui peut en revenir, il n’a point lieu de se plaindre d’aucune injustice à cette occasion, au contraire tous en profitent alors également, au lieu que dans le pillage le soldat de mérite est souvent le plus mal partagé ; ce n’est pas seulement parce que le hasard en décide, mais c’est, dit M. le marquis de Sancta-Crux, qu’un soldat qui a de l’honneur reste à son drapeau jusqu’à ce qu’il n’y ait rien à craindre de la garnison ni des habitans, tandis que celui dont l’avidité prévaut sur toute autre chose, commence à piller en entrant dans la ville, sans attendre qu’il lui soit permis de se débander.

Outre le pillage des villes, qui arrive très-rarement, il y en a un autre qui produit le relâchement de la discipline, c’est la dévastation que fait le soldat dans le pays où le théâtre de la guerre est établi : ce pillage accoutume le soldat à secouer le joug de l’obéissance & de la discipline ; l’envie de conserver son butin peut amortir sa valeur, & l’engager même à se retirer : d’ailleurs, en ruinant le pays on le met hors d’état de payer les contributions, & on expose l’armée à la disette ou à la famine. On se prive ainsi par cette licence, non-seulement des ressources que le pays fournit pour s’y soutenir, mais l’on se fait encore autant d’ennemis qu’il contient d’habitans : le pillage de tout ce qu’ils possedent les mettant au desespoir, les engage à profiter de tous les moyens de nuire à ceux qui les oppriment aussi cruellement.

Le pays où l’on fait la guerre, quelquefois l’exactitude de la discipline qu’on fait observer aux troupes, se ressent toujours beaucoup des calamités qui en sont inséparables : c’est pourquoi l’équité devroit engager à ne faire que le mal qui devient absolument inévitable, à ne point ruiner les choses dont la perte n’affoiblit point l’ennemi, & qui ne servent qu’à indisposer les peuples : telles sont les églises, les maisons, châteaux, &c. les animaux & les instrumens qui servent à la culture des terres, devroient être conservés avec soin. Diodore de Sicile nous apprend que parmi les Indiens, les laboureurs étoient regardés comme sacrés ; qu’ils travailloient paisiblement & sans avoir rien à craindre à la vûe même des armées, & qu’on ne savoit ce que c’étoit que brûler ou couper les arbres en campagne.

La fermeté est très-nécessaire dans un général pour réprimer l’ardeur du pillage parmi les troupes ; les exemples de sévérité sont souvent à propos pour cet effet ; mais il faut les faire de bonne heure, afin que le trop grand nombre de coupables n’oblige point à leur pardonner.

Lorsque des troupes sont une fois accoutumées au pillage, au défaut de l’ennemi elles pillent leur propre pays, & même leurs magasins ; c’est ce qu’on a vû dans plusieurs occasions, entre autres dans la guerre de Hollande de 1672 ; mais M. de Louvois fit retenir sur le payement de toute l’armée, ce qui étoit nécessaire pour dédommager les entrepreneurs, & il ordonna d’en user de même toutes les fois que pareille chose arriveroit. (Q)

Pillage, (Marine.) le pillage est la dépouille des coffres & des hardes de l’ennemi pris, & l’argent qu’il a sur lui jusqu’à trente livres : le reste qui est le gros de la prise s’appelle butin.

Le capitaine ou les capitaines qui auront abordé un vaisseau ennemi, & qui l’auront pris, retiendront par préférence tous les vivres & les menues armes, & les matelots auront le pillage : mais pour le corps de la prise, le prix en sera distribué selon les divers réglemens qui sont faits pour diverses occasions.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « pillage »

De piller, avec le suffixe -age.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Piller ; wallon, pyeg ; provenç. pilatge ; catal. pillatge ; espagn. pillage ; portug. pilhagem.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « pillage »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
pillage pijaʒ

Citations contenant le mot « pillage »

  • Cet oiseau, qui vit de pillages et effraie Tous les autres, pensez-vous qu’il a toujours eu des ailes ? De Ovide / Les Métamorphoses - Livre XI
  • La colère des Malaisiens contre ce pillage a joué un grand rôle dans la défaite électorale surprise en 2018 de la coalition menée par Najib Razak, qui dirigeait le gouvernement depuis 2009. euronews, Najib Razak reconnu coupable du "pillage" de la Malaisie | Euronews
  • Les découvertes faites sur ce site antique seraient ensuite rapatriées vers la base militaire américaine située à proximité du champ pétrolier d’al-Omar. L’occasion pour la presse turque progouvernementale d’accuser la France de pillage : “Le vil plan des colonialistes français”, titre ainsi sur son site internet Ahaber. Selon la chaîne télévisée d’information, des fouilles étaient auparavant menées sur le site par une équipe d’archéologues allemands, depuis la fin des années 1970 et jusqu’au début de la guerre en Syrie. Courrier international, Des archéologues français en Syrie accusés de pillage par la presse turque
  • À l’avenir, le groupe Serians, racheté en 2010 par Honeywell et qui possédait notamment l’usine de Plaintel, pourrait lui aussi disparaître, selon le délégué syndical que nous avons contacté. Alors que le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, s’indignait, en 2018, du pillage technologique pratiqué par les entreprises chinoises implantées en France, les réactions politiques sont cette fois peu nombreuses face aux pratiques de Honeywell. Ce dernier pourrait donc être tenté de continuer de profiter de l’expertise des entreprises françaises, au mépris total des salariés qui les composent. L'Humanité, Comment l'américain Honeywell organise un «pillage technologique» en France | L'Humanité
  • C’est une vaste opération des brigands digne d’un film de la mafia mexicaine qui s’est produite en pleine capitale centrafricaine. Monsieur Sani Yalo, soupçonné d’être le cerveau de la tentative du  coup d’État contre le Président équato-guinéen Obiang Nguema en 2017, est aujourd’hui l’un des principaux auteurs du pillage de l’ambassade de la Libye en Centrafrique. Corbeau News Centrafrique, RCA :vaste opération de pillage de l’ambassade de la Libye à Bangui, Sani Yalo à la manœuvre - Corbeau News Centrafrique Corbeau News Centrafrique
  • Les deux pays avaient, alors, exprimé leur inquiétude face à l’implication de l’Espagne dans ce pillage programmé. Sahara Press Service, Sahara Occidental/pillage : la Namibie critique l’Espagne au CDH | Sahara Press Service

Images d'illustration du mot « pillage »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « pillage »

Langue Traduction
Anglais looting
Espagnol saqueo
Italien saccheggio
Allemand plündern
Chinois 抢劫
Arabe نهب
Portugais saques
Russe мародерство
Japonais 略奪
Basque lapurretak
Corse pillini
Source : Google Translate API

Synonymes de « pillage »

Source : synonymes de pillage sur lebonsynonyme.fr
Partager