La langue française

Craquer

Sommaire

  • Définitions du mot craquer
  • Étymologie de « craquer »
  • Phonétique de « craquer »
  • Évolution historique de l’usage du mot « craquer »
  • Citations contenant le mot « craquer »
  • Images d'illustration du mot « craquer »
  • Traductions du mot « craquer »
  • Synonymes de « craquer »

Définitions du mot craquer

Trésor de la Langue Française informatisé

CRAQUER1, verbe intrans.

Produire un bruit généralement sec.
A.−
1. [Le suj. désigne une chose faite d'une matière dure, rigide] Produire un bruit sec en se dilatant ou en se comprimant, en se froissant, en se brisant. Une bûche craqua dans le vaste feu (Malègue, Augustin,t. 2, 1933. p. 427).Elle coupait le pain, qui craquait en se brisant sous la lame (Bosco, Mas Théot.,1945, p. 48):
1. ... le parquet ou quelque meuble, ou, peut-être, le lit lui-même, craqua. Ce fut un bruit sec comme si quelque support s'était brisé; ... Maupassant, Contes et nouvelles,t. 2, Le Mal d'André, 1883, p. 385.
SYNT. Le bois, une charpente, un meuble, le cuir, des souliers, les feuilles mortes, la neige gelée craque(nt).
Emploi factitif. Faire craquer une allumette (en la frottant pour l'enflammer).
Absol. Il craqua une allumette et alluma sur une petite table une lampe à esprit de vin (G. Leroux, Parfum,1908, p. 148).
Craquer + compl. prép.
[Le compl. indique la cause] Aussi doucement qu'elle monte, les marches craquent sous son poids (Mauriac, Génitrix,1923, p. 341).Et l'on entendit craquer le céleri rave et le radis rose sous des dents aussi puissantes que jaunâtres (Queneau, Pierrot,1942, p. 164):
2. ... ce havane, a craqué sous le pouce de telle façon que je puis vous assurer les plus hautes délices. A. Arnoux, Roi d'un jour,1956, p. 288.
[Le compl. indique le point précis où se situe, d'où part le bruit (cf. infra 3 : craquer du bec)] Tout le moulin, sous l'effort des ailes, tremblait sur son pivot (...) et craquait dans sa membrure (Van der Meersch, Empreinte dieu,1936, p. 17).C'était un train composé de vieux wagons démodés et sans couloirs. Il craquait de toute sa charpente et cliquetait de toutes ses vitres (Duhamel, Suzanne,1941, p. 96).
Rem. On rencontre ds la docum qq. ex. où le suj. ne désigne pas la chose qui fait le bruit (elle est exprimée par un compl.) mais celle qui en est la cause. J'entendis des pas légers craquer sur le parquet (Lamartine, Raphaël, 1849, p. 185).
Au fig., vieilli. L'heure qui craque. L'heure précise (cf. tapant). Elle [la pendule] doit sonner juste à l'heure qui craque (Estaunié, Bonne-Dame,1891, p. 213):
3. Honoré. − Quant à M. Brotonneau, à neuf heures, mais vous savez, pas de ces neuf heures comme il y en a tant, à neuf heures précises, à neuf heures craquant, pendant que ça sonne, il arrive... Flers, Caillavet, M. Brotonneau,1923, I, 1, p. 3.
2. [Le suj. désigne certaines part. du corps hum.] Les jointures, les doigts, les genoux craquent; les dents craquent. [Il] arrivait à une telle tension de nerfs que ses dents craquaient (Huysmans, Là-bas,t. 1, 1891, p. 150).
Emploi factitif. Il crispait ses poings à faire craquer les jointures (Martin du G., Thib.,Pénitenc., 1922, p. 731).
3. [Le suj. désigne un animal et plus partic. certains oiseaux qui crient ou font claquer leur bec] Craquer du bec (cf. craqueter). Les corbeaux me regardaient. Ils se mirent à craquer les deux comme des branches qui se cassent (Giono, Solit. pitié,1932, p. 185).
B.− P. ext.
1.
a) Se déchirer, se fendre, se briser (en produisant ou non un bruit sec). Sur le pavé de Paris (...) les fines chaussures craquaient en deux jours (Sand, Hist. vie,t. 4, 1855, p. 80).L'enduit a craqué sous les chaleurs de l'été (Jouve, Paulina,1925, p. 12):
4. Toute la ramure est pesante de fruit. Elle va fléchir, craquer peut-être. Quel effort de chaque fibre pour ne pas laisser périr l'épuisant, le vivant fardeau!... Duhamel, Chronique des Pasquier,Le Jardin des bêtes sauvages, 1934, p. 135.
Emploi factitif. Le soleil faisait craquer les derniers et tardifs bourgeons des chênes sous la pression chaude de ses rayons (Pergaud, De Goupil,1910, p. 108).
P. métaph. :
5. Nous croyons leur [aux jeunes filles] enseigner la timidité à domicile, elles n'en prennent que la grimace; encore cette apparence craque après trois mois de mariage et de monde; ... Taine, Notes sur Paris,Vie et opinions de M. F.-T. Graindorge, 1867, p. 63.
Craquer + compl. (indiquant l'endroit précis qui craque).Un vêtement craque dans le dos, aux épaules.
Rem. On rencontre ds la docum. qq. emplois trans. du verbe, vraisemblablement p. ell. de faire, au sens de déchirer, briser. Je ne suis invitée qu'au dessert. Alors on craque ensemble des noix (Claudel, Protée, 1914, II, 3, p. 344).
b) Au fig.
[Le suj. désigne une chose abstr.] S'écrouler, se briser :
6. Que tout craque une bonne fois, qu'on la porte à la poubelle, cette République. Une honte. Plus que ça irait mal et mieux que ça vaudrait. Aragon, Les Beaux quartiers,1936, p. 88.
Emploi factitif. Il faut si peu de chose pour faire craquer un mariage (Labiche, Sensit.,1883, I, 1, p. 318).
[Le suj. désigne une chose ou une pers.] Échouer, se dérober (cf. claquer1I B). Tout me craque dans les mains pour le quart d'heure, parents, amis, argent, et vous, vous sur qui je comptais toujours (Flaub., Corresp.,1847, p. 46):
7. Et il [Bompard] racontait ses aventures, dénombrait toutes les belles occasions de s'enrichir qui lui avaient craqué, là, dans la main... A. Daudet, Tartarin sur les Alpes,1885, p. 86.
[Le suj. désigne une pers., ses facultés phys. ou mor.] S'effondrer, faiblir, avoir une défaillance. Il sentit sa raison craquer sous le poids de la passion (Rolland, J.-Chr.,Buisson ard., 1911, p. 1404).J'ai une faim, j'en craque (Montesquiou, Mém.,t. 1, 1921, p. 252).Les nerfs d'Ali craquèrent subitement. (A. Le Breton, Rififi1953, p. 81).
P. ext. Mourir (cf. claquer1I B) :
8. ... cette explosion fut suivie d'une si complète faiblesse, que ces mots : « Oh! mon fils » furent comme un murmure. − Va-t-il aussi nous craquer dans les mains, celui-là? demanda le surveillant. Balzac, Splendeurs et misères des courtisanes,1847, p. 510.
2. P. exagér. Être plein, tendu à craquer; craquer de qqc. L'armoire (...) craquait d'ouvrages spéciaux, de collections sans cesse consultées (Zola, Joie de vivre,1884, p. 864).La voiture, pleine à craquer, qui ramenait les deux familles Haudoin à la maison (Aymé, Jument,1933, p. 226).
P. métaph. Je descends dès neuf heures en ville, libre, et craquant du bonheur d'être libre (J. Vallès, J. Vingtras, Enf.,1879, p. 153).J'ai vu pleurer le général en chef. Or il est riche, craque d'orgueil, et viole les filles (Saint-Exup., Citad.,1944, p. 857).
Rem. On rencontre ds la docum. le subst. fém. craqûre. Cassure, rupture. Au fig. [Lavaux] dans la très prochaine craqûre du ménage s'est mis du côté qu'il suppose le plus solide (A. Daudet, Immortel, 1888, p. 112).
Prononc. et Orth. : [kʀake], (je) craque [kʀak]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. A. Intrans. 1. a) 1544 « émettre un bruit sec et répété (en parlant d'un oiseau, avec son bec) » (L'Arcadie de Sonnazar, trad. I. Martin, 108 vod'apr. Vaganay ds R. Et. rab., t. 9, p. 304); b) 1546 plus gén. « produire un bruit sec » (Palmerin d'Olive, 226 a d'apr. Vaganay ds Rom. Forsch., t. 32, p. 38); 2. a) 1662 « se briser » (Pascal, Pensées, I, 1, éd. Lahure ds Littré); b) 1806-07 « aller à sa destruction, se décomposer (en parlant d'une association, d'une entreprise, de toute réalité socio-économique) » (J. de Maistre, Corresp., t. 2, p. 352); c) 1847 « ne plus tenir le coup, céder au désespoir » (Balzac, Splend. et mis., p. 510). B. Trans. 1. 1908 « faire céder, faire se rompre » (Hamp, Marée, p. 59); 2. 1908 craquer une allumette (G. Leroux, Parfum, p. 130). Dér. de l'onomat. crac*. L'emploi du verbe à propos des réalités socio-économiques (2 b) est à rapprocher de l'angl. to crack connaissant de tels emplois dès le xviies. (NED). Bbg. Ducháček (O.). L'Interdépendance et l'interaction du contenu et de l'expr. Orbis. 1972, t. 21, p. 475. − Termes tech. fr. Paris, 1972, p. 36.

CRAQUER2, verbe intrans.

,,Populairement, mentir, hâbler, se vanter mal à propos et faussement`` (Ac. 1835, 1878). ,,C'est un homme qui ne fait que craquer`` (Ac. 1835, 1878).
Prononc. : [kʀake], (je) craque [kʀak]. Étymol. et Hist. 1718 « mentir, dire des hâbleries » (Ac.). Spécialisation de sens de craquer1*, peut-être due à la comparaison de tels propos avec le bruit agaçant que font certains oiseaux (FEW t. 2, p. 1271 a), l'existence de l'interjection cracq adressée à un hâbleur (v. craque) en serait une illustration, à moins qu'il ne s'agisse simplement d'exprimer la rupture entre ces propos et la vérité.
DÉR. 1.
Craquerie, subst. fém.Mensonge, hâblerie. Synon. craque*.On ne lui demanda pas de supprimer ses vivacités naturelles et ses craqueries, qui faisaient de lui un prélat qui ne ressemblait à nul autre (Sainte-Beuve, Caus. lundi,t. 6, 1851-62, p. 290). [kʀakʀi]. Ds Ac. 1798-1878. 1resattest. fin xiies. d'apr. Dauzat 1973; 1694 (Mén.) d'apr. FEW t. 2, p. 1270 a; 1750 (Mén., s.v. craquer); de craquer « mentir, dire des hâbleries », suff. -erie*.
2.
Craqueur, euse, subst.Personne qui ment, raconte des histoires. Ça m'en fait sept [ablettes], dit Jacquemetton. Mais Varachaud (...) − Vieux craqueur! Six comme moi (Genevoix, Boîte à pêche,1926, p. 209). [kʀakœ:ʀ], fém. [-ø:z]. Ds Ac. 1718-1878. 1resattest. ca 1640 craqueux (David Ferrand, Muse Normande, IV, 200 et 201 d'apr. Delboulle ds R. Hist. litt. Fr., t. 8, p. 499); 1715 fém. plur. craqueuses (Lesage, Ceinture, I, 2 d'apr. Esnault ds Fr. mod., t. 2, p. 63); av. 1720 craqueur (MmeDu Noyer ds Trév. 1752); de craquer au sens de « se vanter faussement, mentir », suff. -eur2*; pour la forme craqueux, v. Pope, § 400.
BBG. − Baudez (J.) Boniments de parade. Vie Lang. 1965, pp. 71-72. − Goug. Lang. pop. 1929, p. 153. − Greimas (A. J.). Nouv. dat. Fr. mod. 1952, t. 20, p. 301 (s.v. craqueur).

CRAQUER3, verbe intrans.

Traiter des molécules d'hydrocarbures pour en constituer de nouvelles plus légères et plus volatiles, produire l'opération du cracking. Les phénols peuvent être cracqués ou hydrogénés sous pression, en vue de les transformer en carburants (Chartrou, Pétroles nat. et artif.,1931, p. 191).
Rem. On rencontre ds la docum. le subst. masc. craquage, que le Comité d'étude des termes techniques propose d'adopter pour traduire cracking* (cf. Id, ibid., p. 130; E. Schneider, Charbon, 1945, p. 313).
Prononc. et Orth. : [kʀake], (il) craque [kʀak]. On rencontre la graph. cracquer (J.-J. Chartrou, loc. cit.). Étymol. et Hist. 1931 (Chartrou, loc. cit.). Adaptation de l'angl. to crack attesté en ce sens dep. 1868 (NED Suppl.), v. cracking.
STAT. − Craquer1, 2 et 3. Fréq. abs. littér. : 1 144. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 667, b) 1 825; xxes. : a) 2 261, b) 1 965.

Wiktionnaire

Verbe

craquer \kʁa.ke\ intransitif ou transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Intransitif) Produire un bruit sec par le frottement, par l’éclatement ou par la désorganisation de ses éléments.
    • Les blocs de glace craquaient avec un bruit effroyable, et déjà, par de certaines oscillations, il s’y creusait des failles qui devaient en compromettre la solidité. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, 1873)
    • […] dans la nuit, les pauvres arbres, sous l’effort du vent plus colère, gémissent et craquent. — (Octave Mirbeau, Lettres de ma chaumière : La Tête coupée, A. Laurent, 1886)
  2. (Intransitif) (Familier) (Figuré) Donner des signes de ruine imminente. Ne pas supporter une pression trop importante, en particulier nerveuse.
    • L’opposition l’emporte, le ministère craque.
    • Il craque sous la pression du boulot.
  3. (Intransitif) (Populaire) Tomber amoureux de quelqu’un.
    • Il lui raconte ses défis de séduire les jeunes femmes, vu la pénurie de vedettes « musulmanes » dans les médias : Nous z’autr’ les z’Arabas, on a rien contre les Kahlouches, enfin les Blacks, je veux dire, vu qu'on est tous dans la même galère, sauf que les gonzesses, elles craquent davantage pour vous que pour nous parce qu'elles vous confondent avec Michael Jordan ou Eddy Murphy. — (Suzanne Crosta, « La revanche du rire chez Raphaël Confiant », dans L'humour et le rire dans les littératures francophones des Amériques, sous la direction de Józef Kwaterko, n° 36 de la revue Itinéraires et Contacts de cultures, Éditions L'Harmattan, 2006, p. 51)
    • Maeva craque pour Chloro
      C’est son beau lérot
      Qu’elle retrouve au bord de l’eau
      Malgré son frérot.
      — (Les Enquêtes de Chlorophylle, 1992–1995)
  4. (Intransitif) (Populaire) Céder à la tentation.
    • J’ai craqué pour ce sac.
  5. Se dit du cri de la cigogne, de la grue et de la cigale.
    • En haut de la grange, les grues craquent, glapissent ou trompettent pour dire au revoir.
  6. (Transitif) (Industrie pétrolière) Traiter un produit pétrolier par craquage.
    • La raffinerie existant, les seules dépenses à prendre en compte sont les frais variables d’exploitation ; laissant pour un moment de côté la contrainte S, on supposera que les frais sont proportionnels relativement au tonnage de brut traité (pour les opérations de distillation) et au tonnage de fuel craqué (pour les opérations de cracking) [...]. — (Revue Finance et économie appliquée, volume 21, 1967, page 218)
    • [...] et les huiles lourdes, non matures pour les géochimistes, sont toujours plus aisées à craquer que les résidus de bruts conventionnels. — (Jean-François Le Page, Sami G. Chatila, Michel Davidson, Raffinage et conversion des produits lourds du pétrole, TECHNIP, 1990, page 130)
  7. (Transitif) (Informatique) Supprimer une ou plusieurs protections dans un système informatique.
    • Il faut un peu plus de 11 heures pour craquer un code d’iPhone à 6 chiffres — (Mickaël Bazoge, titre d’un article du 17 avril 2018, igen.fr)
    • Cette nouvelle méthode de piratage des mots de passe Wi-Fi a apparemment été découverte par hasard : les chercheurs en sécurité travaillant sur Hashcat, un outil de craquage de mot de passe très populaire, essayaient en fait de trouver de nouvelles façons de craquer le protocole de sécurité sans fil WPA3 lorsqu’ils sont tombés sur cette nouvelle méthode WPA2. — (Nicole Lorenz, Craquer un mot de passe Wi-Fi WPA2 n’a jamais été aussi facile, blog.avira.com, 6 septembre 2018)
    • C’est effectivement un des défis de cette informatique du futur, comme le sera la capacité de ces ordinateurs à craquer les systèmes de cryptographie actuels. — (Guillaume Grallet, Quantique : si loin, et pourtant... si proche !, Le Point n° 2456, 26 septembre 2019, page 28)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CRAQUER. v. intr.
Produire un bruit sec par le frottement, par l'éclatement ou par la désorganisation de ses éléments. Les vis du pressoir craquaient. Le plancher est si chargé que les poutres en craquent. Ce lit craque. Faire craquer ses doigts en les tirant. Les croûtes, le biscuit craquent sous la dent. Figurément et familièrement, il signifie Menacer ruine. L'opposition l'emporte, le ministère craque.

Littré (1872-1877)

CRAQUER (kra-ké) v. n.
  • 1Produire un bruit sec, en se déchirant ou en se froissant. La glace craquait sous les pieds. Le biscuit craque sous la dent. Faire craquer ses doigts. Nous brûlons du désir de trouver une assiette ferme et une dernière base constante, pour y édifier une tour qui s'élève à l'infini ; mais tout notre fondement craque et la terre s'ouvre jusqu'aux abîmes, Pascal, Pensées, I, 1, éd. Lahure, 1860. Toute la famille priait Dieu dans la case, dont le toit craquait horriblement, Bernardin de Saint-Pierre, Paul et Virg.

    Fig. et familièrement. Cette affaire craque, elle menace de ne pas réussir. L'opposition est victorieuse, et le ministère craque, il est ébranlé. En Europe, tout craquait après la révolution de février. Cet homme vous craquera dans les mains, c'est-à-dire il vous manquera de parole, il vous abandonnera.

  • 2 Terme de fauconnerie. On dit que la grue craque, quand elle fait du bruit en fermant son bec, et aussi quand elle crie.

    Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.

HISTORIQUE

XVIe s. D'un horrible regard rouant ses yeux ardents Et d'un horrible son faisant cracquer ses dents, Du Bellay, J. III, 31, verso. Ainsi qu'on voit les bien-volantes grues Craquer aigu quand passer il leur faut La mer, pour vivre en un pays plus chaud, Ronsard, 602. En mangeant ils craquoient et du bec et des ailes, Comme font ces corbeaux qui succent les cervelles Des animaux pourris, Ronsard, 842. …Et de coups redoublés l'un sur l'autre abondans, Font craquer leur maschoire et claqueter leurs dents, Ronsard, 852.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

* CRAQUER, v. n. produire le bruit d’un bois sec qui s’éclate. Il se dit, en Fauconnerie, de celui que la grue fait en fermant son bec, ou même de son cri ; & dans les Arts, de tous ceux qui annoncent la rupture.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « craquer »

Crac.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(1544) → voir crac et -er. Le sens de « menacer ruine » apparaît en 1718, le sens pétrolier en 1967. Les usages transitifs (pétrole, informatique) sont copiés sur l’anglais crack.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « craquer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
craquer krake

Évolution historique de l’usage du mot « craquer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « craquer »

  • https://www.capital.fr/lifestyle/essai-ford-nugget-westfalia-faut-il-craquer-pour-ce-van-amenage-1373817 Capital.fr, Essai Ford Nugget Westfalia : faut-il craquer pour ce van aménagé ? - Capital.fr
  • Le héros de Koh-Lanta a partagé sur son compte Instagram une photo avec son fils Andrea qui a littéralement fait craquer les internautes et les fans du candidat de Koh-Lanta. Un bel avenir d'influenceur pourrait se tracer pour lui. Barbanews.com, Koh Lanta : la photo de Claude qui fait craquer les internautes !

Images d'illustration du mot « craquer »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « craquer »

Langue Traduction
Anglais crack
Espagnol grieta
Italien crepa
Allemand riss
Chinois 裂纹
Arabe الكراك
Portugais rachadura
Russe трещина
Japonais 亀裂
Basque crack
Corse crack
Source : Google Translate API

Synonymes de « craquer »

Source : synonymes de craquer sur lebonsynonyme.fr
Partager